Turkménistan

Turkménistan (Turkménistan)

Profil de pays Drapeau du TurkménistanArmoiries du TurkménistanHymne National du TurkménistanDate de l'indépendance: le 27 octobre 1991 (de l'URSS) Langue officielle: Gouvernement turkmène: République présidentielle Territoire: 491 200 km² (53e au monde) Population: 5 169 660 personnes (94ème au monde) Capitale: Ashgabat Monnaie: Manat (TMM) Fuseau horaire: UTC + 5 Les plus grandes villes: Ashgabat, Turkmenabad, Dashoguz, Turkmenbashi, MaryVP: 54,746 milliards USD (85ème dans le monde) Domaine Internet: .tm Code téléphonique: + 993

Turkménistan - un pays d’Asie centrale, baigné par la mer Caspienne à l’ouest et bordé par le Kazakhstan, l’Ouzbékistan, l’Afghanistan et l’Iran (également par la Russie avec la Russie et l’Azerbaïdjan). Le territoire est 491.200 km². Population - 5 490 563 personnes. (2017), principalement des Turkmènes (72%), des Russes (9,5%), des Ouzbeks (9%), des Kazakhs (2,5%). La langue officielle est le turkmène. L'islam sunnite est l'islam le plus répandu parmi les croyants. L'unité monétaire est le manat. La capitale du Turkménistan est Ashgabat, d'autres villes importantes - Krasnovodsk, Chardzhou, Nebitdag. Inclus dans le CIS.

Faits saillants

Le Turkménistan est situé dans la plaine de Turan, la majeure partie du territoire est occupée par le désert de Kara-Koum. Au sud, il y a les montagnes de Kopetdag (le point culminant est le mont Ayrybaba, 3139 m), les élévations Badkhyz et Karabil. Le littoral de la mer Caspienne est fortement en retrait, formant de vastes baies pratiquement séparées de la mer - Kara-Bogaz-Gol et Krasnovodsky. Le plus grand fleuve est l’Amu Darya, qui irrigue l’extrême est du pays, et au sud, les cours d’eau de faible hauteur Murghab et Tejen. Les eaux de l’Amu Darya sont transférées sur 1 000 km vers les régions méridionales situées le long du canal Karakum. Le climat est extrêmement continental, aride: la température moyenne en janvier est de -4 ° C, en juillet de 28 ° C et les précipitations tombent de 80 mm par an dans le nord-est à 300 mm en montagne.

La végétation est principalement désertique (saxaul, kandym et autres arbustes), des dunes presque sans vie couvertes d’une verdure rare pendant une courte période après les pluies. Sur les plaines du piémont, les déserts pierreux et argileux sont courants. On trouve souvent dans la plaine des takyrs des marais salants. La végétation de montagne est plus attrayante: à Kopetdag (dont la flore compte plus de 2000 espèces), on trouve des forêts de genévriers (forêts de genévriers), Karabil est une steppe vallonnée; ), fourrés d’amandes, de forêts de roses sauvages et de pistaches. Le long des vallées fluviales, se développent des forêts de tugai (de turanga, de loch argenté et d’autres arbres). Au Turkménistan, il existe 91 espèces de mammifères, dont certaines sont rares - kulan, léopard des neiges, léopard, argali, saiga; 372 espèces d'oiseaux (y compris les pélicans et les flamants roses), 74 espèces de reptiles. La faune est protégée dans les réserves de Badkhyz, Krasnodar et Repetek. Parmi les attractions naturelles, notons la célèbre grotte Baharden avec l'immense lac souterrain Kou-Ata. À Badkhyz, il existe un objet naturel unique: le creux de Yer-Oylan-Duz, entouré de falaises d'argile de 300 mètres. Le fond du bassin est presque entièrement occupé par un lac salé et des marais salants, parmi lesquels se dressent des cônes bas mais colorés d'anciens volcans.

Depuis la nuit des temps, le Turkménistan est une région d’établissements humains, bien que le groupe ethnique turkmène lui-même n’ait été formé que par les XIV-XV siècles.Vestiges conservés d'anciennes civilisations et de villes: les ruines de Merv (VIe siècle), la mosquée Talhatan-Baba près de Kushka, les ruines de la ville d'Amul, connue depuis le royaume des Parthes (près de Chardzhou), Kunya-Urgench - une réserve de monuments architecturaux. Les tapis turkmènes de renommée mondiale, les pierres d'argent et semi-précieuses, la poterie, ainsi que la fierté du Turkménistan - des chevaux de race Akhal-Téké.

Mode de vie

Le principe de l'autoritarisme est au cœur de la vie sociopolitique du pays, y compris du mode de vie des citoyens. Selon les dirigeants du pays, une société sans classe nationale d'un type fondamentalement nouveau se forme avec succès dans le pays, qui n'a pas d'analogue en rétrospective dans le monde moderne. Selon le président Niyazov, il s'agit "d'une société construite à la suite d'un désir conscient d'autodétermination, dans lequel tous ses citoyens, quels que soient leur âge, leur statut social ou leur religion, vivent dans des aspirations communes". À l'avenir, un tel organisme social sera transformé en "une société juste, légale et au bien-être universel, dans laquelle tout sera subordonné au bien-être et à la prospérité de l'homme".

Cependant, en réalité, le pays a connu une montée du nationalisme turkmène et une montée du culte du président. De nouvelles approches conceptuelles sont en cours d'élaboration pour étudier le développement de l'état turkmène et sa place dans le processus historique mondial.L'idéologie du "turkmenbashisme" est activement mise en œuvre et devrait selon les autorités sous-tendre le mode de vie de chaque citoyen du pays. Ces idées sont promues par tous les médias.

Dans le domaine humanitaire, l’idée de l’exclusivité de la nation turkmène, son immense contribution au développement de la culture mondiale sont en train d’être implantées. Des œuvres d'écrivains et de poètes, d'artistes et de compositeurs turkmènes, de pièces de théâtre et de films sont consacrées à ce sujet. Dans le même temps, la censure est renforcée afin de minimiser l'accès du consommateur à des œuvres ne s'inscrivant pas dans le cadre officiellement établi, mais encourageant les œuvres, même artistiquement faibles, tout en louant l'époque du Turkménistan indépendant actuel.

Formellement, depuis le début du millénaire actuel, le mode de vie des Turkmènes est défini par le «livre sacré de Ruhnama», qui est la quintessence des idées du «turkmenbashisme». C’est une sorte de code spirituel qui généralise l’état de vie de l’état, né, comme le souligne l’auteur du livre, "afin de cultiver la force et la grandeur de l’esprit en Turkmène". Le travail de Turkmenbashi est une étude de presque tous les aspects de la vie du peuple turkmène et prescrit les normes de vie «correctes», y compris le comportement dans la vie quotidienne. Le concept nationaliste incarné dans le Ruhnama a également une couleur religieuse: certains de ses postulats sont en corrélation avec les dispositions du Coran et servent de base pour affirmer l'inviolabilité du pouvoir du président. Les postulats sous-jacents au «Rukhnama» ressemblent quelque peu au code moral du constructeur du communisme, où des idées morales et idéologiques sous-tendent tous les aspects de la vie d'un individu.

Les curiosités

Berceau de nombreuses civilisations et cultures anciennes, le Turkménistan recèle de nombreux mystères et secrets. Ici vous pouvez voir un grand nombre de monuments naturels et historiques uniques. L'attrait principal du mystérieux Turkménistan est l'incroyable désert de Karakum, dans lequel poussent plus de 200 espèces de plantes. Outre le Karakum, la côte de la mer Caspienne est une destination touristique importante, où de nombreux projets de construction de complexes de loisirs sont actuellement mis en œuvre.

Sur le territoire du Turkménistan, il existe de nombreux monuments historiques et culturels. Les plus célèbres d'entre eux sont les vestiges des anciennes villes de Merv et Amul, ainsi que la mosquée Talhatan-Baba, une maison souterraine de Takhta Bazar et de nombreuses anciennes forteresses et forts.La plupart des touristes se tournent vers les incroyables monuments historiques du Turkménistan - Altyndepe, Nissa, Dehistan, le mausolée du sultan Sanjar, Najmettin Kovra et de nombreux autres bâtiments.

Ashgabat, capitale du Turkménistan, est célèbre dans le monde entier pour son célèbre musée du tapis. Ici recueilli un grand nombre d'échantillons de ces produits tissés à la main. Non loin de la ville se trouvent les ruines de la capitale de l'état de Parthian, Nissa, qui attire des archéologues et des historiens du monde entier. La résidence de chasse du royaume perse se trouvait autrefois à Firuz. Aujourd'hui, cette colonie est considérée comme la station de montagne la plus populaire du pays.

L'ancienne Merv au Moyen Âge était réputée pour être la plus grande ville d'Asie centrale. Les environs de cette ville étonnante contiennent des vestiges de bâtiments et de structures de l'Antiquité. L'étonnant mausolée du sultan Sanjar frappe l'imagination par sa grandeur et sa beauté unique. Le dôme légendaire, construit à partir de deux minces coquilles de briques, rend ce bâtiment unique. Lors de la visite de Merv, il est nécessaire d’examiner le Joint Museum of History, qui rassemble les découvertes les plus importantes découvertes au cours des fouilles de la ville antique.

En outre, sur le territoire du Turkménistan, on peut voir de nombreux monuments architecturaux, par exemple Kunya-Urgench, qui pour le XIIIe siècle était le «cœur» de l'islam. La magnifique ville de Gaurdak, située sur les contreforts du Pamir, est devenue particulièrement prisée des écotouristes. La zone autour de la ville préserve tout un complexe d’une beauté incroyable composée de gorges, de grottes et de cascades. La réserve de Kugitang est célèbre pour son immense plateau rocheux, qui a préservé des centaines d'empreintes de dinosaures.

Le symbole du Turkménistan sont les célèbres étalons Akhal-Teke. Ce sont des coureurs gracieux, rapides et incroyablement robustes. Pas étonnant que ces animaux étonnants soient représentés sur les armoiries de l'État. Vous pouvez vous rapprocher de cette race de chevaux lors de la fête du cheval turkmène, dédiée à l'étalon Akhal-Teke. En outre, des agences de voyage ont développé près de deux douzaines de routes d’équitation sur de nombreux monuments du Turkménistan.

Cuisine

La cuisine turkmène est assez inhabituelle. Il a beaucoup en commun avec les cuisines de ses voisins - les Tadjiks, les Ouzbeks et les Karakalpak. La cuisine nationale du Turkménistan comprend les traditions des pasteurs nomades, des agriculteurs et des pêcheurs de la mer Caspienne.

Parmi la grande variété de viandes, les Turkmènes préfèrent l'agneau et le poulet. Les habitants du pays ne consomment pas de viande de cheval, probablement en raison du rôle énorme des chevaux dans leur vie. En général, les Turkmènes-Tekin et les Saryk utilisent l'agneau, et les Turkmènes préfèrent la viande de chèvres de montagne, de jeunes chameaux et de gibier. Au Turkménistan, la viande est bouillie, cuite au four, frite et séchée. Le plat le plus populaire parmi la population locale est le govurma. Cette viande rôtie hachée finement en conserve. Utilisez-le à la fois chaud et froid. Il convient de noter que les Turkmènes aiment cuisiner une soupe au gara chorba à base de govurme.

Les conditions climatiques spécifiques permettent aux Turkmènes d’utiliser des méthodes spéciales de cuisson de la viande qui ne sont utilisées nulle part ailleurs. Ainsi, les yomuds ont attaché de grands morceaux d'agneau sur un bout spécial et sont restés sous le soleil brûlant pendant plusieurs jours. Ces habitants saccadés appellent "Kakmach".

Le plat principal du Turkménistan, bien sûr, est le pilaf. Sa principale différence avec les plats des autres pays d’Asie centrale est qu’il utilise du gibier. La viande de faisan est devenue la plus populaire. Le pilaf turkmène ajoute du riz vert, des carottes ou de l'huile d'abricot et de sésame. Ici, il est habituel de servir du pilaf avec de la sauce à la grenade et à la prune acidulée. L'agneau traditionnel n'est ajouté aux plats que par les peuples vivant près de la mer Caspienne.

Les Turkmènes aiment beaucoup les divers produits laitiers. Le lait de brebis et de chameau est particulièrement populaire.

Le chal est la boisson la plus populaire au Turkménistan. Pour sa préparation, du lait de chamelle frais est utilisé, dans lequel une culture de démarrage spéciale est ajoutée. Quelques jours plus tard, il s'avère une boisson acidulée, légèrement gazeuse, qui désaltère parfaitement la soif. En tant que vrais Asiatiques, les Turkmènes adorent simplement le thé. Une caractéristique de cette boisson dans ce pays étonnant est que les feuilles de thé sont versées avec du lait de chameau et que la bouilloire est ensuite placée sur des charbons ardents. Tous les étrangers n'oseront pas essayer une boisson aussi exotique.

Les plats de poisson sont largement répandus dans la cuisine turkmène. Les Turkmènes ont adapté le poisson à des produits considérés comme totalement incompatibles avec celui-ci, tels que les raisins secs, les abricots, le jus de grenade, le sésame, etc. En outre, la population locale prépare du poisson dans un chaudron et à la broche. Pour préparer les plats, les Turkmènes utilisent uniquement du poisson frais, qui peut être combiné à une gamme d'épices turkmènes aigre-douce. Il est intéressant de noter que le poisson principal au Turkménistan est le shish kebab, qui est préparé de la même manière que la version à base de viande. Le fameux plat turkmène "kavurdaka" est constitué de petits morceaux de poisson frits à l'huile de sésame. Ils sont déplacés vers le pichet en terre cuite et versés avec la graisse fondue avec la grosse queue.

Les Turkmènes aiment particulièrement les produits à base de farine. Les tortillas sont très populaires parmi la population locale.

Pour un dîner dans un restaurant de classe moyenne, vous ne pouvez pas payer plus de 7 $ par personne.

Le logement

Le Turkménistan a toujours été réputé pour son hospitalité. Ici vous pouvez trouver des hôtels modernes, combinant toute la splendeur du luxe oriental et de la qualité de service européenne. Certes, les grands hôtels et les hôtels ne sont présents que dans les grandes villes et stations balnéaires. Ainsi, au sud d’Achgabat, un ensemble de plusieurs dizaines d’hôtels de luxe a été construit.

Intéressant, mais presque tous les hôtels n’ont pas la classification mondiale standard. Mais la qualité des services fournis par eux n'est en aucun cas inférieure aux marques hôtelières de renommée mondiale. Dans les hôtels de la capitale, qui répondent aux niveaux quatre et cinq étoiles, vous pouvez utiliser non seulement des chambres spacieuses et confortables, mais également des piscines, des saunas, des salles de sport, des restaurants et des bars. Certains hôtels sont même équipés de salles de conférence modernes pouvant être utilisées pour des négociations commerciales.

En dehors de la capitale se trouvent des hôtels moins confortables. Il est à noter que lors de l'enregistrement dans de tels hôtels, il est nécessaire de vérifier à l'avance la présence d'une salle de bains séparée et d'eau chaude dans la chambre d'hôtel.

Le coût de la vie dans les hôtels au Turkménistan varie de 30 USD pour une chambre simple dans un petit hôtel à 220 USD pour une suite de luxe dans l’hôtel le plus prestigieux d’Ashgabat. De plus, les repas peuvent être inclus dans le prix. Certes, la plupart des hôtels proposent à leurs clients de ne payer que le petit déjeuner.

Divertissement et loisirs

Le mystérieux Turkménistan offre à ses visiteurs un vaste choix de divertissements.

Le complexe touristique Avaza situé le long de la côte de la mer Caspienne est très populaire parmi les hôtes étrangers du pays. C'est un complexe de luxe composé d'hôtels modernes, de centres de divertissement, de restaurants, de discothèques et d'autres lieux de divertissement. Ici, vous pouvez utiliser les services de gymnases, clubs de fitness, piscines. Il existe plusieurs stades, courts de tennis et même des clubs de golf sur le vaste territoire d’Avaza. Tous les éléments de la zone de villégiature "Avaza" sont situés sur une petite étendue de terrain adjacente à la mer, au désert de Karakum et aux montagnes.

L’ancien Turkménistan regorge de monuments naturels et historiques. De nombreuses agences de voyage organisent des excursions dans le désert unique de Karakum, la grotte de Bakharden et le plateau de dinosaures. De plus, des circuits complexes uniques au Turkménistan et dans les pays voisins ont été développés.Le plus célèbre d'entre eux est la "Grande Route de la Soie", qui traverse le territoire de l'Iran, du Turkménistan, de l'Ouzbékistan, du Kirghizistan et de la Chine. Il y a des centaines d'années, des caravanes avec de la soie et des pierres précieuses ont emprunté cette voie. Vous pouvez voir les ruines de villes anciennes dans les incroyables visites de la «Perle de l'Est - Sogdiana». Dans les temps anciens, le puissant État de Sogdian existait sur le territoire du Turkménistan et de l'Ouzbékistan modernes, dont l'histoire peut être visionnée pendant l'excursion.

Les Turkmènes célèbrent un grand nombre de jours fériés allant de la naissance d'un enfant à la fête du premier pas et se terminant avec le tapis du jour férié turkmène ou le melon turkmène. Des vacances assez inhabituelles telles que le festival des tulipes, les vacances de perce-neige, le festival du cheval turkmène, le festival du bon voisinage et de nombreux autres événements colorés sont très populaires. Les fêtes religieuses sont largement célébrées par la société.

Les achats

Le Turkménistan est célèbre pour ses bazars incroyables. Le plus célèbre d'entre eux se trouve dans la capitale du pays, Ashgabat. Ici, vous pouvez acheter tout ce que votre coeur désire, allant de la nourriture à la pure race Akhal-Teke.

Le trésor principal du Turkménistan est considéré comme étant les tapis incroyablement beaux, souvent tissés à la main. Vous pouvez acheter ce produit dans n’importe quel magasin des grandes villes. Cependant, le plus grand assortiment de tapis inégalés se trouve dans les bazars d’Ashgabat et dans le célèbre musée du tapis. Chaque personne trouvera un tapis au Turkménistan à son goût et à son porte-monnaie. Les beaux tapis noués de soie ou de laine sont considérés comme les articles les plus chers. Des nattes en feutre ou, comme les appellent les locaux, des "feutres", coûteront un peu moins cher. Le moyen le plus pratique est d'acheter un tapis dans les magasins d'État: dans ce cas, seul un reçu suffit pour exporter le produit à l'étranger.

De nombreux touristes préfèrent également exporter des vêtements nationaux du Turkménistan. Les célèbres coiffes du Turkménistan sont particulièrement populaires auprès des étrangers - une calotte et un telpak (un chapeau en laine de mouton). Les statues de célèbres chevaux Akhal-Téké, les bijoux en argent et les soies turkmènes se vendent bien.

Dans la plupart des magasins, les prix des produits sont fixes, mais il est recommandé de négocier dans les bazars et les étals privés. Les Turkmènes aiment le processus d’enchères proprement dit, vous pouvez donc ici facilement faire baisser le prix des biens que vous aimez plusieurs fois.

Le paiement des achats est effectué uniquement dans la monnaie nationale - le manat. Par virement bancaire avec les cartes VISA et MasterCard, vous ne pouvez payer que dans les grands centres commerciaux, et ensuite uniquement à Ashgabat.

Transport

Le système de transport du Turkménistan est assez bien développé. Développement spécial ici reçu des chemins de fer. La longueur de la voie ferrée est d'environ 2500 kilomètres. Chaque grande ville a une gare. Ce moyen de transport est considéré comme le plus populaire parmi les habitants pour les déplacements dans le pays. Le trajet en train entre la capitale de l’État et d’autres grandes villes coûte environ 2,5 USD en voiture de seconde classe. Si vous le souhaitez, vous devez payer un peu plus - environ 4 $.

Le plus grand port maritime du pays est situé dans la ville de Turkmenbashi. De là, les ferries de fret et de passagers partent quotidiennement vers des ports d'autres pays. Le traversier pour les autres pays coûte environ 30 à 40 dollars.

Le transport aérien du Turkménistan gagne chaque année en popularité parmi les touristes étrangers. Une dizaine de transporteurs aériens opèrent sur le territoire de l'État. Le principal au Turkménistan est la société Türkmenistan Howaýollary. Les compagnies aériennes turkmènes opèrent à la fois des vols intérieurs et des vols internationaux. Parmi les transporteurs étrangers sur le territoire du Turkménistan figurent de tels «maîtres» de sociétés de transport telles que Lufthansa Airlines, British Airways, etc.

Les transports en commun sont représentés par des bus, des trolleybus et des taxis. Le parc de bus est très diversifié dans la gamme de modèles et dans l'âge des voitures. Au Turkménistan, on peut rencontrer des bus modernes climatisés avec des téléviseurs et du matériel roulant à peine mobile avec des trous énormes dans les portes. Les transports en commun sont payés directement par le conducteur et à la fin du voyage. Leur coût ne dépasse pas 0,1 dollar. Si vous n’aimez pas les transports en commun, il est préférable de prendre un taxi. Pour un voyage dans toute la ville, vous aurez besoin de 1 $.

Connexion

La communication téléphonique au Turkménistan est sous-développée. Les équipements de relais sont encore utilisés dans de nombreuses villes. Dans les grandes localités, dans les rues, vous pouvez toujours trouver un vestige du passé soviétique - des téléphones payants. Avec de tels appareils, vous pouvez téléphoner dans n’importe quelle partie du pays. Le coût d'un tel appel n'excède pas 0,5 dollar. Pour appeler vers un autre pays, vous devez contacter n’importe quel bureau de poste. En outre, vous pouvez discuter avec des parents d’hôtels et d’auberges. Le prix d'une minute sur une ligne internationale est d'environ 1 $.

Récemment, la communication cellulaire s'est généralisée dans le pays. Les opérateurs mobiles fournissent la norme de communication GSM 900/1800. Plusieurs sociétés de téléphonie cellulaire opèrent au Turkménistan: Altyn Asyr MC, Barash Communication Technologies INC et MTS. Ils soutiennent avec succès l'itinérance de la majorité des opérateurs de téléphonie cellulaire russes et internationaux. Le coût d'une minute de conversation sur un téléphone mobile dépasse légèrement 1 dollar.

Dans la capitale du Turkménistan, Ashgabat et d'autres grandes villes du pays, vous trouverez de petits cybercafés où vous pourrez vous détendre, travailler sur Internet et même savourer un délicieux déjeuner. Le prix d’une heure sur Internet est légèrement supérieur à 2 dollars. Dans la plupart des hôtels et des hôtels à la mode, vous pouvez utiliser la technologie sans fil. Ce service est également disponible dans les principaux aéroports du pays.

La sécurité

Le Turkménistan est reconnu comme le pays le plus sûr d’Asie centrale. Ici, même dans les grandes villes, le taux de criminalité est incroyablement bas. Les infractions contre les étrangers sont très rares. Cependant, pour la plus grande sécurité de votre voyage et pour une impression exceptionnellement positive, il est nécessaire d'être extrêmement attentif à vos affaires, surtout si vous vous trouvez dans des endroits très fréquentés. Il ne vaut pas la peine de visiter certaines régions isolées. Notez également qu'au Turkménistan, il est interdit aux étrangers de visiter certaines régions.

Comme dans tout pays asiatique, le risque de typhoïde, de paludisme, de dysenterie et d'hépatite est élevé au Turkménistan. Par conséquent, avant le voyage est de faire les vaccinations préventives nécessaires.

Climat des affaires

Pour attirer les investisseurs étrangers, les autorités du pays ont récemment adopté un certain nombre de lois qui assouplissent les conditions de travail des entreprises. Donc, pour les organisations communes, il y a certains avantages fiscaux.

La création de zones économiques franches est la principale orientation du développement de l’économie du Turkménistan. Les activités d'investissement et l'esprit d'entreprise dans de telles zones présentent un certain nombre d'avantages supplémentaires, qui sont bien sûr un facteur déterminant pour décider dans le domaine de la coopération entre hommes d'affaires étrangers et entreprises turkmènes.

Récemment, on a constaté une forte augmentation de l’intérêt des touristes étrangers pour le patrimoine culturel et historique du Turkménistan. En outre, la beauté naturelle unique attire de nombreux écotouristes dans le pays. Nombre de grandes sociétés d’investissement qui ont décidé d’investir dans le développement de l’industrie touristique de l’économie turkmène n’ont pas ignoré cette tendance. Un exemple de coopération réussie dans ce domaine est la célèbre zone de villégiature "Avaza".Aujourd’hui plus que jamais, la construction de complexes et de centres de divertissement, d’hôtels de luxe et d’hôtels, l’organisation de visites guidées des sites uniques du Turkménistan est devenue un sujet d’actualité. Il convient de noter que l'État crée d'excellentes conditions pour l'organisation du secteur du tourisme. Plusieurs lois régissaient la fiscalité et le financement de telles entreprises.

Immobilier

Le marché immobilier du Turkménistan est aujourd'hui l'un des plus attractifs d'Asie centrale. Tout d'abord, les habitants des pays voisins, ainsi que de la Russie, s'intéressent aux appartements et aux maisons locales. Le facteur qui contribue à cela est l'absence de toute restriction sur l'investissement dans la propriété.

Il est à noter que la majorité des acheteurs de maison au Turkménistan préfèrent le louer. Bien entendu, l’essentiel de ces propositions est concentré dans la région métropolitaine. Habituellement, le prix de la location d'un appartement d'une pièce est d'environ 400 à 500 $ par mois. Dans d'autres grandes villes du pays, le coût d'un tel service est beaucoup moins élevé - environ 200 dollars.

Si vous souhaitez acheter un petit appartement, l'acheteur doit stocker environ 30 000 $. Pour acheter un chalet, vous devrez préparer un montant considérablement supérieur à 50 000 $. Il convient de noter que les volumes de construction de faible hauteur sont nettement inférieurs au marché du logement. Cela est dû aux difficultés d’obtention de prêts pour la construction de maisons. Les banques turkmènes craignent la chute des prix des terrains et ne prennent donc pas les maisons de campagne en garantie.

Conseils touristiques

Pour que vos vacances dans l'incroyable Turkménistan soient inoubliables et, surtout, sûres, vous devez respecter certaines règles de base adoptées dans le pays.

Lorsque vous voyagez à travers le pays, il est bon de rappeler que visiter certaines régions n’est possible que s’accompagnant d’employés d’une agence de voyage. Et certaines zones sont généralement fermées aux étrangers.

La législation du Turkménistan impose aux touristes de venir dans le pays pour être hébergés exactement dans les hôtels indiqués dans le programme du séjour. Les prises de vue photo et vidéo de certains objets nécessitent une autorisation spéciale.

Au Turkménistan, une interdiction de fumer et de boire de l'alcool dans les lieux publics a récemment été adoptée.

Boire de l'eau du robinet est dangereux. Assurez-vous de le faire bouillir même pour vous brosser les dents. De l'eau en bouteille peut être utilisée. Les aliments, tels que le poisson et la viande, doivent être traités thermiquement et les fruits et légumes doivent être soigneusement lavés.

Lors de l'achat de divers souvenirs au Turkménistan, il est nécessaire de rappeler que certains produits et produits ne peuvent pas être sortis du pays. Ces produits comprennent du poisson et du caviar noir. L'exportation du pays des bijoux, des expositions d'archéologie et d'art, des tapis n'est possible que s'il existe des documents pertinents confirmant le fait que l'achat a été effectué. En outre, il convient de rappeler que vous pouvez emporter un tapis à l'étranger lorsque vous recevez un certificat du musée du tapis, indiquant qu'il n'a aucune valeur historique. Le paiement de la taxe, en fonction de la taille de la marchandise, est une condition préalable à l’exportation de tapis. Lors de l'achat de tapis dans les magasins d'État, la taxe est déjà incluse dans le prix du produit.

Information de visa

Tous les touristes étrangers qui se rendent au Turkménistan doivent obtenir un visa, délivré sur invitation, qui est fourni par l'agence de voyage. Après avoir reçu une lettre d'invitation pour un visa, vous devez contacter le consulat du Turkménistan, situé à l'adresse suivante: 121019, Russie, Moscou, trans. Filippovsky, 22 ans.

Pour demander un visa, les documents suivants doivent être soumis: l'invitation originale, un passeport d'une validité supérieure à six mois, une photocopie du passeport interne, deux formulaires de demande de visa, un certificat de travail indiquant la position et le salaire, ainsi que deux photos.Le traitement des visas n’est effectué qu’après un entretien personnel avec le consul.

Le coût des visas est de 31 $ pour 20 jours maximum, 41 $ pour 20 jours et 51 $ pour tout le mois. Rappelez-vous que lorsque vous recevez un visa à la frontière les week-ends et les jours fériés, le coût de l'enregistrement augmente de 10 $.

La culture

Le Turkménistan possède un riche patrimoine culturel créé au cours de milliers d'années. Les fouilles de Nisa (à 18 km d'Ashkhabad), capitale de l'ancien Etat parthe, qui existait au tournant du premier millénaire avant notre ère, en témoignent notamment. - je mille après JC Il y a des restes de quartiers urbains, de temples, de palais. Au cours des fouilles de Nisa, des rhytons exquis (coupes en forme de corne) en ivoire, des sculptures en argile et en pierre, des pièces de monnaie et des archives sur des tablettes d'argile ont été découverts. Ces résultats ont une importance mondiale.

Au nord de la ville de Bairam-Ali se trouvent les ruines d'une autre ville ancienne - Merv, qui est l'un des monuments historiques et architecturaux les plus importants du Turkménistan. Sa partie la plus ancienne est la fortification d'Erk-Kala, qui date du 1er millénaire avant notre ère. Au milieu du millénaire de notre ère Merv était la capitale de la partie orientale de l'empire Sasanian, puis le centre des gouverneurs arabes du Khorasan. La ville a atteint son apogée au 12ème siècle. dans l'état de Seljuks et Khorezmshahs, comme en témoignent les vestiges de l'ancienne ville de Sultan-Kala avec le mausolée de Sultan Sanjar au centre. À cette époque, Merv était le plus grand centre de fabrication de céramiques estampées à l’est. Au nord du Turkménistan, où se trouvait l'ancienne Urgench - la capitale du Khorezm aux 12-13e siècles, des monuments tels que la forteresse d'Akkala ("la forteresse blanche"), le minaret, le mausolée Fakhreddin Razi (seconde moitié du I2 siècle), qui est un cuboïde en brique bâtiment avec un dôme en croupe à douze côtés.

L'ancienne culture de l'Asie centrale, y compris du Turkménistan, repose sur les traditions religieuses du zoroastrisme, du bouddhisme, du christianisme et d'autres cultes et croyances. À partir des 7e et 8e siècles, lorsque la région fut conquise par les Arabes, l'islam devint la religion dominante. Les croyants Turkmènes, Ouzbeks, Tadjiks, Kazakhs et quelques autres groupes ethniques du Turkménistan moderne pratiquent principalement l'islam sunnite-hanifite. Néanmoins, une petite partie de la population locale, venue d'Iran, professent le chiisme.

Au cours des siècles, le soufisme a joué un rôle majeur dans la société turkmène - la direction mystique du dogme musulman, caractérisée par une combinaison de la métaphysique et de la pratique ascétique, la doctrine de l'approximation graduelle par l'amour mystique de connaître Dieu. Le soufisme (ainsi que le sunnisme) a eu un impact significatif sur le développement culturel du Turkménistan, la littérature, l'art populaire et même la vie politique dans le pays.

Jusqu'au milieu des années 1930, la culture du Turkménistan reposait également sur les traditions culturelles du peuple turc Oguz, qui remontaient à la période préislamique et qui se manifestaient surtout dans la musique, l'épopée et la littérature. La culture du pays était basée sur les traditions turkmènes proprement dites, établies, comme indiqué ci-dessus, à la fin du 9ème siècle. après l’adoption de l’islam par l’État seldjoukide. L'œuvre la plus célèbre de la période préislamique est l'épopée nationale du nom Oguz Oguz (Livre Oguz), appartenant au patrimoine culturel des Turkmènes, mais également des Azerbaïdjanais et des Turcs. Il a été transmis oralement de génération en génération et n’a été enregistré qu’au milieu du XVIe siècle. On connaît également le poème épique Kitabi Dede Korkud, qui reflète la culture tribale pré-islamique des Oghouz et l’influence de l’islam aux XIe et XIIe siècles.

Après l'adoption de l'islam par les peuples turcophones, en Asie centrale, l'écriture basée sur l'alphabet arabe s'est répandue. Dans le même temps, la langue persane, adoptée comme État par les Seljuks et par presque toutes les dynasties suivantes, était considérée comme le langage de la science et de la haute culture.Cependant, la poésie turkmène utilise la langue chagatai, également répandue en Asie centrale. Son système phonétique était suffisamment souple pour transmettre les caractéristiques des langues turcophones. Dans le même temps, des graphiques arabes ont été utilisés, légèrement modifiés pour un meilleur transfert de la phonétique turcique; La littérature turkmène s'est développée dans la langue chagatay. Le grand poète et penseur turkmène du 18ème siècle a écrit dessus. Makhtumkuli (1733-1780) et ses partisans Seitnazar Seidi (1775-1836) et Kurbandurdy Zelili (1780-1836). Avant Makhtumkuli, la poésie turkmène était représentée principalement par des traités philosophiques soufis sous forme poétique. Lui et ses partisans ont commencé à écrire des poèmes sur la nature et la politique, tout en dépassant les limites des conventions inhérentes à la poésie persane. les motifs de la poésie folklorique turkmène et des traditions épiques ont été largement utilisés. Nurmuhamed-Garib Andalib, Magrupi (ou Kurbanali), Shabende et Gaibi doivent également être mentionnés parmi les poètes les plus remarquables de cette époque.

À partir du milieu du 19e siècle les œuvres de poètes turkmènes acquièrent une connotation politique; dans le même temps, l'influence du mysticisme islamique, principalement le soufisme, qui prévalait auparavant dans la littérature turkmène, s'est considérablement affaiblie. Après l’adhésion du Turkménistan à l’empire russe dans les années 1870-1890, la satire sociale et politique occupe une place prépondérante dans la poésie. Les poètes satiriques, tels que Durdygylych et Mollamurt, étaient très populaires au début du XXe siècle.

La période soviétique a été marquée par des changements radicaux dans la vie sociale et culturelle. En 1928, l'alphabet arabe a été remplacé par l'alphabet latin et les Turkmènes ont été coupés de leur patrimoine littéraire. En 1940, l'alphabet latin en tant que base de l'écriture a été remplacé par le russe et la continuité des traditions culturelles au Turkménistan a de nouveau été brisée. Cependant, au tournant des 20-21 siècles. Le gouvernement du pays a décidé de revenir à l'alphabet latin.

La prose et le théâtre de l'art turkmène ont commencé à se développer principalement à l'époque soviétique. Les romans et les pièces de théâtre alors écrits ont loué les réalisations authentiques et imaginaires du socialisme, incl. l'émancipation des femmes, la collectivisation de l'agriculture, l'éradication des vestiges féodaux et tribaux, et plus tard - la victoire du peuple soviétique lors de la Seconde Guerre mondiale. Parmi les écrivains turkmènes de la période soviétique, le plus célèbre poète, romancier et dramaturge Berdy Kerbabaev (1894-1974).

Il convient de mentionner en particulier le fait qu'au cours des millénaires de nombreuses légendes ont été créées sur les célèbres chevaux Akhal-Teke, qui, selon la légende, proviendraient de chevaux célestes et dont il existait déjà au Ve siècle de notre ère. BC "père de l'histoire" Hérodote a rapporté que les Turaniens (les ancêtres des Turkmènes) les avaient choisis comme symbole du soleil. Même à présent, il est interdit de sortir des chevaux Akhal-Teke du Turkménistan sans autorisation spéciale.

En 2003, la Société de la culture turkmène a été enregistrée en Russie, réunissant des représentants de la diaspora turkmène vivant à Moscou. Sa tâche principale est de promouvoir le développement de la culture turkmène, l'approfondissement de l'amitié et la compréhension mutuelle entre les peuples de la Russie et du Turkménistan.

Dans le domaine de la culture, ce n’est pas sans interdictions et restrictions strictes de la part des autorités. Après l'interdiction de l'opéra, du ballet, du cirque et la fermeture des salles de cinéma, les bibliothèques publiques ont été fermées au début de 2005, car, selon les dirigeants du pays, "personne n'y va de toute façon et ne lit pas de livres". L'abonnement aux publications étrangères a été interdit en 2002. Seuls les livres du président, tout d'abord Ruhnama, sont vendus en abondance dans les librairies.

Histoire de

Les premières preuves de la colonisation du territoire du Turkménistan par l'homme appartiennent à l'ère néolithique. Au cours des fouilles archéologiques, de nombreux outils en pierre ont été découverts, ainsi que des vestiges d’établissements de chasseurs et de pêcheurs, dont le plus célèbre est la grotte de Jebel située à l’est de la mer Caspienne. Il a également été découvert que dans le 2ème millénaire avant JCla production de poterie et le traitement des métaux sont apparus dans ces territoires.

La partie sud du Turkménistan était la marge nord-est des anciennes cultures agricoles du Moyen-Orient, et c’est là que, probablement, pour la première fois en Asie centrale, l’agriculture et l’élevage ont commencé à se développer. Trouvé à Ashgabat près de la colonie de Jeytun, daté du 6ème siècle. La Colombie-Britannique est l’un des plus anciens peuplements agricoles du territoire de l’ex-URSS.

Les anciens paysans des plaines du Turkménistan méridional vivaient sédentairement dans des maisons construites en rouleaux d'argile - précurseurs de briques crues: ils produisaient des faucilles moissonneuses avec des revêtements en silex, des râpes à grains et des plats en céramique moulée décorés de peinture rouge. Au cours de la période néolithique, les premiers canaux d’irrigation primitifs ont commencé à apparaître dans cette zone. Le développement de l'agriculture s'est poursuivi à l'âge du bronze. À ce moment-là, un certain nombre de monuments archéologiques - les grandes agglomérations de Namazga-Tepe, Altyn-Tepe, Kara-Tepe et autres - dont certains appartenaient au type de proto-cité, en font partie. Au cours des fouilles, des objets d’art y ont également été découverts - statues, vases en céramique avec peintures, etc.

Habitats de l'agriculture dans le sud du Turkménistan, 7-6 siècles. BC e. Ils faisaient partie de différents états: Margiana (bassin de Mypgaba) - faisait partie de Bactria; Les régions du sud-ouest de la Parthia et de l'Hyrcania sont composées de moules. Dans 4-6 siècles. BC e. les territoires qui formèrent plus tard le Turkménistan appartenaient directement à l'État achéménide, puis à Alexandre le Grand et à ses successeurs. À la fin du millénaire avant notre ère Le royaume du Khorezm a été fondé et sa période a été florissante au milieu du IVe siècle. BC Les villes de Khorezm étaient des centres de développement de l'agriculture, de l'artisanat et du commerce.

Le royaume parthe apparu plus tard pendant le règne du roi Mithridate II (124–84 av. J.-C.) devint rapidement l'un des principaux États de l'Est. À cette époque, la ville de Merv (la principale ville de Parthia, à présent Mary) devint un important centre commercial, artisanal, culturel et même intellectuel. Ce n’est pas un hasard si Merv s’appelait «Shah-jahan», qui signifie «reine de la paix». Des routes commerciales importantes (y compris la célèbre Grande route de la soie) traversaient cette ville, reliant Khorezm, Sogd, Balkh, Inde et Chine.

En 224 après JC le sud du Turkménistan a été saisi par la dynastie des Shahs iraniens des Sassanides. Au même moment, une partie des tribus nomades du Turkménistan a commencé à s'assimiler aux Huns, leurs prédécesseurs. Au milieu du Ve siècle L'union des tribus Hun dirigée par Ephtalits a pu subjuguer la plus grande partie de ce territoire. Les Ephtalites ont été vaincus par l'alliance turque des tribus, qui a eu une grande influence sur le langage et le mode de vie des nations qu'ils ont conquises. Au début de la conquête arabe au 6ème siècle. presque toutes les tribus ici sont devenues parlant turc et ont commencé plus tard à professer l'islam introduit par les Arabes. Depuis lors, cet aveu est devenu fondamental dans l’État turkmène jusqu’à présent.

Moyen age. Au début du VIIIe siècle le territoire situé entre la mer Caspienne et l’Amou Darya était sous l’autorité du califat arabe. Les tribus locales turcophones converties à l'islam ont établi des relations commerciales et culturelles étroites avec le reste du monde musulman. Cependant, avec l'affaiblissement du pouvoir des Arabes (bien que l'islam soit toujours la religion dominante), les Turcs d'Oguz ont pénétré sur le territoire du Turkménistan et au milieu du XIe siècle. Il était gouverné par l'État Seljuk, qui a été nommé en l'honneur du chef de l'Oguz, Seljuk ibn Tugak et de ses descendants, les Seljukids. La capitale de cet état était la ville de Merv. Les Oguz se sont mêlés à des tribus locales. Un peuple appelé "Turkmen" s'est formé sur cette base. Le pays a commencé à s'appeler Turkménistan ("terre des Turkmènes"). Dans les 12-I3 siècles. il a été dirigé par les shahs de Khorezm, qui à leur tour ont été soumis aux troupes de Gengis Khan en 1219-1221 et sont devenus une partie de l'empire mongol.Au cours des siècles suivants, on a observé une réinstallation à grande échelle des tribus turkmènes le long de la côte est de la mer Caspienne, de la péninsule de Mangyshlak, des Ustyurt, des Balkhans, de la partie nord-ouest de la chaîne de Khorezm, des rives du lac Sarykamysh et du lac Uzak, et même dans le désert de Karakoum. Ils ont également occupé les terres du sud du Turkménistan, où la population agricole de langue iranienne est toujours restée.

Pendant le règne des descendants de Gengis Khan, certaines tribus turkmènes ont obtenu une indépendance partielle et ont fondé des États féodaux vassaux. Ils ont joué un rôle de premier plan dans l’histoire des Turkmènes même après l’Asie centrale à la fin du XIVe siècle. a été conquis par Timur (Tamerlan). Après la chute de la dynastie des Timourides, le contrôle nominal de ce territoire passe à la Perse et au Khiva khanate. A cette époque, parmi les Turkmènes, une couche de marchands émergea progressivement, principalement parmi les tribus qui vivaient sur les côtes de la mer Caspienne, qui commencèrent à commercer avec la Russie (particulièrement activement sous le règne de Pierre Ier).

À la fin du Moyen Âge, les tribus turkmènes furent finalement divisées entre les trois États féodaux de Perse, Khiva et Boukhara. À partir du XVIe siècle, les historiens définissent la structure sociale des Turkmènes comme patriarcale-féodale avec des éléments d'esclavage patriarcal. Les relations féodales étaient les plus développées entre les tribus agricoles sédentaires (Turkmènes Daryalyk, païens de la bande de Prikopetdag). À cette époque, les Turkmènes n'avaient presque pas de grandes villes, ils développaient leur artisanat et leur retard économique, à savoir les peuples autochtones de Perse, Boukhara et Khiva. des principales raisons de leur fragmentation politique. Aux 16-17 siècles. leur territoire était l’objet de violentes guerres entre Boukhara et Khiva Khans, et le sud du Turkménistan s’emparait de l’Iran Safavid.

À cette époque, le lac Sarykamych a commencé à s'assécher progressivement, le long des rives des tribus turkmènes, et le débit de l'eau le long du Daryalyk a également diminué. Cette situation a forcé les gens à se déplacer progressivement vers le sud, dans les steppes de Priatrek et les régions proches de Kopetdag, et de là vers le sud-est, dans les vallées de Murghab et de Amou Darya. À partir du début du 17ème siècle Les Kalmyks, venus de l'est à la recherche de terres vacantes, ont commencé à attaquer les nomades du nord de la Turquie et de la ville de Khorezm. À ce moment-là, le renforcement des relations politiques et économiques entre les Turkmènes et la Russie a commencé. De plus, à la fin du 17ème siècle. Certaines tribus turkmènes, fatiguées des raids des Kalmyks et des unités armées du Khiva Khan, sont devenues citoyens russes et ont émigré en partie dans le Caucase du Nord.

Nouvelle histoire. Dans la première moitié du 18ème siècle. la majeure partie du territoire du Turkménistan était entre les mains du Shah Nadir iranien. Les Turkmènes indisciplinés se sont rendus à Mangyshlak, dans les steppes caspiennes et à Khorezm. Cependant, après l'assassinat de Nadir Shah en 1747, son empire s'effondra assez rapidement, ce qui permit aux tribus turkmènes temporairement au nord de revenir dans le sud du Turkménistan.

À cette époque, les Turkmènes habitaient pratiquement tout le territoire du Turkménistan moderne. De nombreuses tribus turkmènes - les ersari, les Tekins (Teke), les Emut (Iomuts), les Goklens, les Saryks et les Salyrs, Chovduras et d’autres - avaient un potentiel militaire considérable et des relations commerciales établies avec d’autres pays. Les routes commerciales reliant l'Europe à l'Asie centrale, à l'Iran et à l'Afghanistan traversaient les terres turkmènes.

Pendant la guerre russo-perse de 1804-1813, les diplomates russes ont formé une alliance amicale avec un certain nombre de tribus turkmènes contre la Perse. Le territoire du Turkménistan lui-même s'est vu attribuer le rôle de tête de pont dans les plans russes de conquête de l'Asie centrale avec ses riches ressources naturelles. La pénétration de la Russie au Turkménistan a commencé avec la fondation en 1869 sur la côte est de la mer Caspienne de la ville de Krasnovodsk.En 1869-1873, les tribus du Turkménistan occidental cèdent facilement à la pression des diplomates et à la puissance militaire de la Russie, tandis que les tribus du Turkménistan oriental opposent une résistance acharnée aux troupes russes jusqu'en janvier 1881, date de la prise de la forteresse de Geok-Tepe. La chute de cette forteresse achève la conquête des terres turkmènes par la Russie.

Après son adhésion à la Russie, le Turkménistan s’est activement impliqué dans le système économique des relations commerciales russe, beaucoup plus progressiste que la structure socio-économique archaïque des tribus turkmènes. Au 80ème 19ème siècle. Le chemin de fer transcaspien a été construit sur le territoire du Turkménistan, ce qui a stimulé la croissance de l'économie régionale, la production et l'exportation de matières premières (principalement du coton) vers la Russie, puis vers les marchés européens.

Des villes ont émergé dans la région transcaspienne (Krasnovodsk, Ashkhabad, etc.) avec une population russe et arménienne croissante, ainsi que des entreprises industrielles. Avant la Révolution d'Octobre, dans la structure sociale des Turkmènes, qui restait en grande partie patriarcale-féodale, des éléments de marché ont émergé, particulièrement visibles dans les régions du sud (Ashgabat, Merv).

Lors de la première révolution russe de 1905-1907, des grèves organisées par des sociaux-démocrates eurent lieu sur le chemin de fer transcaspien. Après la défaite de la révolution, les grèves ont été interdites et toute manifestation de mécontentement a été sévèrement réprimée par les autorités.

En 1916, une vague de protestations massives de la population autochtone contre la mobilisation pour le travail logistique a balayé le Turkménistan. Après le renversement du gouvernement tsariste en mars 1917 dans les grandes villes - Ashgabat, Krasnovodsk, Chardzhou, Marakh - les groupes de sociaux-démocrates précédemment interdits, y compris les bolcheviks, sont devenus plus actifs. Cependant, la population rurale est restée passive et n'a pas laissé le contrôle de ses chefs religieux et tribaux.

Nouvelle histoire. Après la révolution d'octobre 1917, l'armée rouge, la garde blanche, les forces expéditionnaires britanniques et les social-révolutionnaires se sont battus sur le territoire du Turkménistan. Les régions orientales du Turkménistan sont restées sous la domination des khanates de Khiva et de Boukhara, vassaux de l'empire russe. Bien que les bolcheviks aient pu convaincre les ouvriers russes des villes, les tentatives de gagner la confiance des paysans turkmènes - dekhan - n’ont pas été couronnées de succès. En décembre 1917, les bolcheviks s'emparèrent du pouvoir à Ashgabat, mais n'y restèrent pas longtemps. Les gardes blancs et les social-révolutionnaires, avec l'appui des troupes britanniques en juillet 1918, se sont révoltés et ont expulsé les bolcheviks. Pour empêcher la perte du Turkménistan et de toute la région transcaspienne, des unités de l'Armée rouge y ont été envoyées. En août 1918, le territoire du Turkménistan était occupé par des troupes britanniques, qui ont maintenu leur contrôle jusqu'en septembre 1919, date à laquelle la plupart d'entre elles ont été rappelées par le gouvernement britannique. Les différentes formations anti-bolcheviques ont continué à résister jusqu'en février 1920, lorsque des unités de l'Armée rouge ont occupé Krasnovodsk. Cet événement signifiait la défaite finale de la Garde blanche et des social-révolutionnaires; puis le retrait des unités militaires britanniques. En 1920, des bouleversements révolutionnaires eurent lieu à Khiva et à Boukhara, où les républiques soviétiques des peuples Khorezm et Boukhara furent formées.

Entre avril 1918 et octobre 1924, le pays s'appelle officiellement République socialiste soviétique autonome turkmène et fait partie de la RSFSR. Le 27 octobre 1924, la République socialiste soviétique turkmène est formée dans le cadre de l'URSS. Le gouvernement de la RSS turkmène a commencé par poursuivre les réformes des eaux territoriales entreprises après la victoire de l'Armée rouge en 1920. Parallèlement, les terres qui appartenaient auparavant à de grands propriétaires terriens, les bai, ont été redistribuées; L'organisation des coopératives paysannes et la restauration de l'industrie pétrolière ont commencé.

En 1926, la république a commencé à collectiviser l'agriculture et à créer de grandes plantations de coton. En 1929, près de 15% des Dekhan devinrent membres de fermes collectives et, en 1940, presque toutes les terres étaient utilisées par des fermes collectives et les paysans qui le travaillaient devinrent des agriculteurs collectifs. Peu de temps avant le début de la Seconde Guerre mondiale, le Turkménistan se classait à la deuxième place (après l’Ouzbékistan) en URSS pour la production de coton. D'autres secteurs de l'agriculture ont également été intensément développés, ce qui a été facilité par l'expansion et l'amélioration des systèmes d'irrigation, principalement la construction de réservoirs et de canaux d'irrigation.

Les années 1930 ont été marquées par le développement intensif de l'industrie pétrolière. La production a repris aux gisements de la péninsule de Cheleken, qui avaient souffert pendant la guerre civile, de nouveaux gisements ont été explorés et mis en service près de Nebitdag. Presque toutes les matières premières extraites ou cultivées au Turkménistan ont été envoyées pour être traitées dans d'autres républiques soviétiques.

L'un des résultats importants du développement de la production industrielle a été la formation de nouveaux groupes sociaux - ouvriers d'ingénierie et techniques et ouvriers qualifiés. Le niveau d'alphabétisation de la population a considérablement augmenté dans la république, grâce au soutien du gouvernement fédéral de l'URSS, des progrès significatifs ont été accomplis dans les domaines de l'éducation et de la santé.

Cependant, parallèlement, pendant la collectivisation, la classe moyenne turkmène (les "koulaks") de l’agriculture a été pratiquement détruite et, pendant la collectivisation, la quasi-totalité du clergé musulman et une partie importante de l’intelligentsia nationale nouvellement formée ont été victimes de la répression qui a eu lieu à partir du milieu des années 1930 jusqu'en 1953.

La Seconde Guerre mondiale a donné un puissant élan au développement économique du Turkménistan puisque, au début de la guerre, de nombreuses entreprises industrielles des régions occidentales de l'URSS ont été évacuées vers le Turkménistan; En conséquence, la nécessité d'un développement rapide des transports s'est fait sentir. À cette époque, le chemin de fer Ashgabat (aujourd'hui appelé Asie centrale) se poursuivait jusqu'au port de Krasnovodsk dans la Caspienne.

Au début de la Seconde Guerre mondiale, la 87ème Brigade Turkmène Séparée fut créée, qui forma plus tard la base de la 76ème Division d'Infanterie. Pendant la guerre, 19 000 soldats et officiers du Turkménistan ont reçu des ordres et des médailles, et 51 soldats turkmènes ont reçu le titre de héros de l'Union soviétique.

Aux difficultés économiques et sociales de l'après-guerre s'est ajoutée la tragédie qui a frappé le peuple turkmène en 1948 - le tremblement de terre dévastateur d'Ashgabat. Néanmoins, au cours de la période d'après-guerre, il a été possible (en grande partie grâce aux Russes et aux Ukrainiens venus des régions dévastées par l'URSS dévastée par la guerre au Turkménistan) de restaurer et de moderniser l'économie nationale de la République, de diversifier la production agricole. y compris augmenter la récolte de coton.

Période d'indépendance. Le 22 août 1990, le Turkménistan a déclaré sa souveraineté au sein de l'URSS. En octobre 1990, Saparmurat Niyazov, premier secrétaire du Parti communiste du Turkménistan depuis 1985 et président du conseil suprême de la république (à partir de janvier 1990), a été élu président de la république lors d'élections non alternatives. Le 26 octobre 1991, le gouvernement organisa un référendum sur l'indépendance du Turkménistan. 94% de la population a voté pour l'indépendance. Le lendemain, le 27 octobre 1991, le Conseil suprême déclara le Turkménistan indépendant et fin décembre 1991, le pays rejoignit la CEI. L'année suivante, en 1992, la Constitution du Turkménistan a été adoptée (le 18 mai) et trois ans plus tard, le 12 décembre 1995, l'Assemblée générale des Nations Unies a adopté une résolution sur la "neutralité permanente du Turkménistan", qui a déterminé la politique intérieure et extérieure du pays.

L'offensive de 2001 dans le pays a été déclarée comme le début de «l'âge d'or» du peuple turkmène, une ère de prospérité économique et sociale.

Dans le même temps, selon les organisations internationales de défense des droits de l'homme, le Turkménistan fait partie des dix premiers pays dotés des régimes dictatoriaux les plus brutaux (aux côtés de pays tels que la Corée du Nord, le Zimbabwe, la Guinée équatoriale, le Soudan, etc.). En décembre 1991, lors d’une réunion conjointe du Parlement, du Conseil des anciens et du mouvement national Galkynysh, le président S. Niyazov se voit confier l’autorité d’une présidence indéterminée. Dans ses discours publics, il a souligné que, dans le processus de transition dans le pays, il était nécessaire de maintenir une réglementation stricte de la sphère socio-économique. À son avis, des réformes socio-économiques rapides (en particulier des réformes de marché) et des réformes démocratiques entraîneront un appauvrissement absolu de la population et un chaos dans tous les domaines de la vie publique. Selon le président, "personne n'est autorisé à jouer à la démocratie. Il faut d'abord légiférer, et la démocratie viendra d'elle-même. Toute tentative visant à pousser le Turkménistan à adopter des mesures socio-économiques radicalement radicales va à l'encontre des intérêts nationaux du pays qui a choisi sa propre voie de développement".

L'opposition est complètement supprimée dans le pays. Le Turkménistan est l’un des rares pays où le bureau du procureur reçoit officiellement 50% des biens confisqués des personnes accusées de divers crimes.

Dans le même temps, la politique socio-économique des autorités connaît des moments positifs et la stabilité de la société est maintenue. On souhaite empêcher la revitalisation des extrémistes islamiques dans le pays et des mesures sont prises pour freiner la pénétration de l'islam orthodoxe de l'extérieur (de l'Ouzbékistan, de l'Afghanistan, etc.). Le faible taux de criminalité dans le pays est une réalisation importante du président. Selon des données officielles au Turkménistan, avec plus de 5 millions de personnes (2000), seuls 10 885 crimes ont été enregistrés, incl. 267 meurtres, 159 lésions corporelles graves, 61 viols, 3234 vols, 320 vols.

En outre, les factures de services publics sont faibles dans le pays. L'utilisation du gaz et de l'eau est gratuite, presque aucune consommation d'électricité n'est payée, des avantages substantiels sont fournis au public lors de l'achat de sel et de farine; bas prix sur les transports en commun (bus, trolley bus) - 2 centimes d'euro par trajet, billet d'avion d'Ashgabat à Turkmenbashi (anciennement Krasnovodsk sur la mer Caspienne) - environ 2 dollars EU. - pain pita, lait, suz'ma (fromage cottage national), nombreux fruits et légumes.

Néanmoins, des observateurs étrangers ont noté le harcèlement systématique et ciblé des minorités ethniques, y compris les Russes, la suppression des droits et libertés des citoyens du pays, la détention sans jugement et les enquêtes dans les prisons, la prospérité de la corruption dans la vie publique et l'économie. La consommation de drogue est très répandue dans le pays, en particulier chez les jeunes, et le taux de chômage est élevé. En 2004, le Turkménistan a été reconnu comme l’un des pires pays où vivre. Il s’est classé au 150ème rang de l’indice de liberté économique de 155 pays. La Corée du Nord occupe la dernière place.

Économie

Environ 30% de la population active est employée dans l'agriculture, environ 40% dans l'industrie et environ 30% dans les services.

La principale richesse naturelle du Turkménistan est le gaz naturel.

Selon les données officielles, le taux de croissance économique du PIB s'est élevé à: 1999 - 16%, 2000 - 18%, 2001, 2002 - 20%, 2003 - 17% et 2004 - 21%.

Production de pétrole et de gaz et leur exportation ultérieure. Différents types de transport sont utilisés pour l'approvisionnement en énergie, le principal étant le gazoduc de l'Asie centrale et du Centre, construit à l'époque soviétique.Des projets de construction de gazoducs en Afghanistan, en Chine, en Inde et dans d'autres pays asiatiques sont à divers stades de développement. Pour acheminer le gaz en Europe en contournant le territoire russe, la canalisation de gaz Nabucco est en cours de conception.

L'industrie légère est le principal secteur de l'économie, principalement l'industrie textile et le secteur agricole.

Ashgabat City

Ashgabat - la ville principale du Turkménistan. La capitale pittoresque est située au pied du Kopetdag, à 25 km au nord de la frontière iranienne. Un peu plus de 900 000 personnes vivent à Ashgabat, ce qui représente 13,4% de tous les habitants du pays. Comme la plupart des villes d’Asie centrale, Ashgabat est née d’une petite colonie d’une tribu turque de Tekins. Les gens se sont installés à l'intersection de grandes routes de caravane au milieu du IIIe siècle av. En 1881, les troupes de l'empire russe sont venues ici. Ils y installèrent une garnison frontalière, une branche de chemin de fer et, au début du siècle dernier, Ashkhabad était déjà habitée par 30 000 habitants.

Faits saillants

Monument de l'Indépendance du Turkménistan

Aujourd'hui, la capitale turkmène est frappée par la blancheur de ses bâtiments modernes. Ashgabat figure dans le livre des records Guinness en tant que ville comptant le plus grand nombre de bâtiments au monde, décorée de marbre blanc. Ici, ces maisons 543.

La ville allie de manière organique les anciennes traditions orientales et les technologies modernes, des monuments pompeux géants et des places vertes, des avenues spacieuses et de belles fontaines. Les touristes se rendent à Achgabat pour voir la couleur des bazars orientaux, ainsi que pour profiter de la beauté de l'architecture moderne.

Palais complexe "Oguzhan" à Ashgabat Palais de mariage à Ashgabat

La capitale du Turkménistan abrite notamment la résidence du président du pays - le complexe de palais "Oguzhan", la mosquée Ertogrulgazy et la cathédrale Saint-Alexandre-Nevski du XIXe siècle. Les monuments architecturaux les plus célèbres sont le palais Mekan, ainsi que les bâtiments du conservatoire Ashgabat et du théâtre théâtral académique.

Rues d'Ashgabat

Tremblement de terre destructeur du milieu du XXème siècle

En 1948, Ashgabat subit une terrible épreuve. Début octobre, il y a eu un puissant séisme d'une force de 7,3 points. Son centre était situé juste sous la ville, à 18 km de profondeur. Les répliques se sont produites la nuit, quand les habitants de la ville étaient à la maison et dormaient. À la suite de la catastrophe, plus de 90% des bâtiments ont été détruits et plus de 100 000 personnes sont mortes dans les décombres - environ les deux tiers des habitants de la ville. Après la catastrophe, la capitale du Turkménistan a pratiquement disparu de la surface de la terre.

Outre Ashgabat, des villages voisins des régions voisines du Turkménistan et de l'Iran ont été gravement touchés. Les bâtiments résidentiels ont été détruits, en particulier les bâtiments en briques crues. Le séisme a détruit la production industrielle, les communications, l’alimentation en eau et les systèmes d’égouts, les lignes électriques et les routes. Les valeurs culturelles et les archives sont morts sous les ruines.

Après le terrible tremblement de terre, Ashgabat a été restauré et reconstruit, de sorte qu'il n'y a pas de vieux monuments architecturaux ici. Depuis le 6 octobre 1995, le Turkménistan est célébré comme le Jour du souvenir.

Vues d'Achgabat

Dans le livre Guinness des records, Ashgabat n'est pas seulement marqué par un grand nombre de bâtiments en marbre blanc. Il a le mât le plus haut de la planète - 133 m - et les habitants et les invités de la capitale peuvent monter sur la plus grande roue fermée de la Terre.

Et ce n'est pas tout! En 2008, un vaste complexe de fontaines dédié au légendaire fondateur de toutes les tribus turques, Oguzkhan et ses six fils, a été construit à Ashgabat. Dans le complexe, sur une superficie de 15 hectares, 27 fontaines fonctionnent de manière synchrone, pour l'éclairage utilisant l'énergie solaire.Le complexe de fontaines est décoré avec des statues de héros épiques et se trouve près de l'autoroute qui relie l'aéroport et les pâtés de maisons.

L'un des points de repère inhabituels d'Ashgabat est un monument à un livre écrit par Turkmenbashi. Le livre "Ruhnama", qui signifie "spiritualité", est particulièrement vénéré par tous les habitants du pays. Dans cet ouvrage, le premier président du Turkménistan a décrit l’histoire de l’État, sa biographie et décrit les commandements moraux et éthiques devant guider les Turkmènes.

Le monument a la hauteur d'une maison de deux étages et est situé à la périphérie sud d'Ashgabat, dans le parc de l'Indépendance. La nuit, les pages du livre "s'ouvrent" et les visiteurs peuvent voir des documentaires sur les réalisations du Turkménistan. Fait intéressant, les Turkmènes ont consacré une journée nationale distincte au livre écrit par Turkmenbashi. Chaque année, le 12 septembre, la Journée de Ruhnama est solennellement célébrée dans tout le pays.

Independence Park s'étend sur une superficie de 140 hectares. Il s’agit d’un espace vert joliment décoré avec des sentiers de promenade, des bancs et des fontaines. Situé en son centre, le monument de l’indépendance est une colonne s’élevant à 118 mètres. Il est orné d'un croissant et de cinq étoiles, symboles de l'unité des cinq principales tribus turkmènes. Au bas de la colonne se trouve un bâtiment en forme de yourte - le musée de l’indépendance, et devant un monument géant se dresse une statue recouverte d’or du premier président du Turkménistan.

Monument au soldat soviétique à Ashgabat

Dans Independence Park, il y a de nombreux monuments de héros nationaux, ainsi qu'un grand amphithéâtre où des concerts sont organisés. Au nord du parc, il y a un bâtiment pyramidal dont le premier étage est occupé par des magasins et le second - bureaux. Le centre commercial moderne est basé sur la base d'origine à cinq pointes, et les habitants l'appellent le "Five-Foot".

À Ashgabat, vous pouvez voir l'un des bâtiments les plus hauts du pays, un monument géant de la Neutralité s'élevant à 95 mètres dans le ciel, situé sur l'avenue Bitarap Turkménistan, au sud de la ville. Un immense monument est couronné par une sculpture dorée du premier président du pays, d'une hauteur de 12 mètres. En raison du mécanisme de rotation, la sculpture pivote après le mouvement du soleil et, depuis les plates-formes d'observation circulaires, vous pouvez clairement voir les blocs de la ville.

À l’intérieur de ce monument insolite, le musée de la neutralité a été ouvert. Trois salles sont consacrées à la vie du Turkménistan moderne. Le parc adjacent est équipé de belles fontaines en cascade, de belvédères pittoresques et de petits cafés.

Divertissement métropolitain

Plusieurs cinémas et théâtres ont été ouverts à Ashgabat, un théâtre de marionnettes et un cirque sont également en activité. En ville, il existe de nombreuses zones de promenade et places équipées. Les parcs Ashgabat sont les plus populaires auprès des habitants et des touristes, le plus ancien ayant été créé en 1887.

Au centre de la capitale se trouve un magnifique complexe artistique et de divertissement appelé "l'allée de l'inspiration". Le long du lit d'une rivière artificielle, des arbres ont été plantés et des parterres de fleurs pittoresques ont été créés. Vous pourrez y voir de nombreux monuments érigés en l'honneur d'écrivains, de penseurs et de scientifiques turkmènes célèbres.

La version Ashgabat de Disneyland est représentée par un parc d’attractions situé dans le centre de la capitale. Il est appelé "le monde des contes de fées de Turkmenbashi". Le parc a été ouvert en 2006 et a coûté 50 millions de dollars au trésor public. Sur 33 hectares, des zones de divertissement ouvertes et fermées, décorées dans les traditions du folklore national, sont créées. Pour faciliter le déplacement des visiteurs sur une vaste zone, le Karakum Express accueille 72 passagers dans le parc.

Dans le parc, vous pouvez voir des images miniatures des principaux monuments historiques et culturels du pays, de ses attractions naturelles ainsi que des animaux vivant au Turkménistan.Dans le "Monde des contes de fées de Turkmenbashi", il y a de nombreuses attractions, un parc couvert en forme de montagne magique, ainsi qu'une grande roue, stylisée comme une décoration turkmène féminine "gulyaka". Des images ethnographiques de différents pays et nations sont exposées dans la Galerie des villages du monde, et la rivière Paradise présente un grand aquarium aux clients du parc, où vivent les poissons caspiens.

Un autre lieu d'Ashgabat, où vous pourrez passer un bon moment, est le centre culturel et de divertissement géant "Alem". La pyramide en escalier du centre mesure 95 mètres de haut et possède une grande roue de 57 mètres de diamètre à l'intérieur.Le musée de l'espace interactif accueille les visiteurs dans les salles du sous-sol d'Alem.

Musées de la capitale du Turkménistan

Le plus grand musée d'Achgabat porte le nom orné de "Musée national du centre culturel du Turkménistan". Auparavant, il s'appelait le "Musée national principal". Il a été créé en 1998 sur l'avenue Archabil et est ouvert aux visiteurs de 9h00 à 18h00 tous les jours, sauf le mardi.

Le complexe muséal de trois étages couvre une superficie de 15 000 m² et représente un exemple frappant de l'architecture turkmène moderne, qui utilise des matériaux de finition coûteux, une abondance d'éléments décoratifs, des grilles en métal ajouré et des vitraux. Le territoire adjacent au musée est richement décoré de parterres de fleurs, de fontaines et d'une colonnade avec des sculptures de chevaux ailés.

Les expositions du musée sont consacrées à l'histoire et à l'ethnographie du peuple turkmène, ainsi qu'au pouvoir présidentiel au Turkménistan. Dans les sept galeries thématiques exposées plus de 165 mille pièces uniques. Il contient des objets trouvés lors des fouilles archéologiques dans les anciennes villes turkmènes, de riches collections de vêtements nationaux, d’armes artisanales, de tapis multicolores et de bijoux. Dans plusieurs salles dédiées aux présidents du pays, leurs effets personnels, les cadeaux les plus précieux, des photos rares et des documents sont exposés.

De nombreux touristes qui viennent à Achgabat tentent de pénétrer dans l'unique tapis du Musée du Turkmène. Il a été créé en 1993 pour préserver l’histoire et les traditions uniques du tissage de tapis local. Dans les salles du musée se trouve une collection de rares tapis artisanaux, dont le plus ancien a été tissé au XVIIe siècle. Ici vous pouvez voir le tapis, fabriqué en 2001. Il a le statut de plus grand au monde. Le tapis pèse plus d'une tonne et a une superficie de 301 m². Le plus petit tapis exposé, conçu comme un porte-clés pour porter les clés. La collection du musée compte plus de 2000 exemplaires et est constamment mise à jour. Des artisans expérimentés travaillant dans un atelier de restauration spécialement créé se consacrent à la restauration d'anciens produits de tapis, qui entrent ensuite dans les salles du musée.

Parmi les musées d'art à Achgabat, le musée des beaux-arts est particulièrement remarquable. Il a été créé en 1927 et est aujourd'hui considéré comme le plus grand d’Asie centrale. Un bâtiment spacieux de trois étages se situe dans le centre-ville, à côté du quartier gouvernemental. Les images présentées ici sont placées dans 11 salles. Outre les œuvres d'artistes turkmènes, le musée propose des peintures et des œuvres graphiques de maîtres asiatiques et européens. Le musée est ouvert de 9h00 à 18h00, sauf les mardis, samedis et dimanches.

Dans la banlieue d'Ashgabat Gokdere, sur une superficie de 40 hectares, se trouve un zoo urbain, que les habitants de la capitale turkmène appellent le "Musée national de la faune". Il a été construit en 2010. Il y a des enclos avec des animaux de savanes africaines, des prédateurs, des ongulés et des oiseaux, ainsi que des aquariums avec des poissons de la mer Caspienne. Le zoo a beaucoup de verdure, il y a des fontaines et de grands réservoirs artificiels.

Excursions dans les environs d'Ashgabat

À 18 km à l'ouest de la capitale turkmène, à la périphérie de l'ancien village de Bagir, se trouvent les ruines de l'ancienne ville de Nisa, construite par le roi Mithridates I.Du 3ème siècle avant notre ère au 3ème siècle de notre ère, Nisa fut la capitale du puissant royaume des Parthes.

Parmi les ruines de la ville antique se trouvent les vestiges de deux forteresses, les temples, la résidence royale et le trésor, ainsi que les tombes des dirigeants d'Arsakides. Le vieux Nisa a une architecture distinctive, qui n’a pas d’analogue en Asie centrale. Les murs de la forteresse à la base ont une épaisseur de 9 m et ont été fortifiés le long du périmètre par de puissantes tours quadrangulaires.

Le village de Kipchak, lieu de naissance de Turkmenbashi, est situé à 15 km à l'est d'Ashgabat. En 2004, une immense mosquée en marbre blanc a été construite dans un petit village, nommé d'après le "chef des Turkmènes". Il a une hauteur de 55 mètres, une hauteur de quatre minarets de 92 mètres, une superficie de temple musulman de plus de 18 000 m² et 10 000 fidèles pouvant accueillir simultanément une salle de prière géante. Le sol du bâtiment a la forme d’une étoile à huit branches, est chauffé et est recouvert d’un immense tapis fait main. En taille, la mosquée de Turkmenbashi Ruhi est considérée comme le plus grand temple musulman à dôme unique au monde. Sa construction a coûté 100 millions de dollars au trésor public.

Près du temple a été construit un mausolée avec cinq sarcophages. Au centre du complexe funéraire se trouve un sarcophage, où repose le corps du premier président du pays, Saparmurad Niyazov, et dans les coins de quatre sarcophages, une mère, un père et deux frères, Turkmenbashi. En face du mausolée se trouve un mémorial érigé à la mémoire des Turkmènes décédés lors du séisme dévastateur de 1948. Le village de Kipchak est souvent visité par des délégations étrangères et des touristes.

Dans les environs d'Achgabat, sur les pentes de la crête de Kopetdag, un chemin de santé inhabituel a été tracé. D'une longueur de 36 km et d'une largeur de 5 m, cette rue piétonne est recouverte de béton et équipée de lampadaires et de points d'eau potable.

Cuisine locale

Un voyage à Achgabat est le rêve d'un gourmet. Dans la capitale turkmène, vous pouvez essayer presque tous les types de viande. L'exception concerne le porc, qui est interdit par les lois de l'islam, ainsi que la viande de cheval - il n'est pas autorisé à l'utiliser dans les lieux de restauration publics en vertu des normes sanitaires. Les restaurants urbains servent des plats à base de viande de bœuf et de mouton. Ici, vous pourrez également déguster de la viande de chameau, de la viande de chèvre de montagne et d'autres artiodactyles sauvages.

Les plats les plus communs à Ashgabat sont le manti et le plov. Il est intéressant de noter que les restaurants de la forge nationale proposent non pas un, mais plusieurs types de pilaf, dont le poisson balov «balykly yanakhly-ash». Le poisson blanc délicieusement cuisiné pêché dans la mer Caspienne est très prisé des touristes. Les Turkmènes préfèrent cuisiner des brochettes parfumées avec du poisson rouge.

Dans tous les restaurants, les soupes consistantes à la viande sont bouillies: shurpu, soupe aux haricots avec nouilles et okkoshka Ashkhabad. Après avoir visité la capitale du Turkménistan, vous devriez essayer des beignets à base de pâte à levure et frits à l'huile - "pishme", et une omelette au turkmène "Heigenek".

Ashgabat compte de nombreux endroits où vous pourrez déguster les principales boissons turkmènes - du thé vert et noir bien brassé. Thé très savoureux avec des morceaux de viande - "chorba", thé au lait de chameau et boisson aux épines de chameau.

En plus de la cuisine nationale, Ashgabat abrite des institutions populaires de cuisine iranienne, du Moyen-Orient, d’Asie centrale et italienne. Et, bien sûr, comme dans toute grande ville moderne, il existe des chaînes de cafés et restaurants - "Bellucci", "Baskin Robbins", "Fitçi House", "SubTime", "AST" et "Pizza House".

Shopping et Souvenirs

Non loin de l'aéroport d'Achgabat les samedis et dimanches, le bazar Altyn Asyr ou Golden Age est ouvert. Il a été construit assez récemment sur le site d'un rapide marché oriental, que les habitants de la ville ont appelé «Tolkuchka». Les rangées de marché s'étendent sur une superficie de 154 hectares et peuvent accueillir plus de 2 100 magasins et boutiques. Cet endroit est intéressant car avec une vue à vol d'oiseau, il ressemble à un énorme tapis. Au centre du bazar se trouve un monument remarquable: une tour de l'horloge visible de loin.

"Altyn Asyr" est un endroit où vous pouvez acheter des souvenirs bon marché, de l'artisanat et des œuvres d'art décoratif. Dans le bazar animé, ils échangent des calotons colorés, des robes lumineuses, des peaux d'agneau et des tapis importés de différentes régions du pays. Il y a de nombreux cafés et restaurants, il y a même un hôtel et un accès Internet haut débit. Altyn Asyr travaille jusqu'à 14 heures, il est donc préférable d'aller au marché tôt le matin. De la ville, il est commode de prendre un taxi.

Le centre commercial Gulistan, que les habitants de la ville appellent le bazar russe, est un autre lieu de shopping prisé. Il est situé dans le centre d'Ashgabat. Ici, ils achètent des fruits et des légumes frais, des chaussures et des vêtements bon marché, ainsi que divers souvenirs. Complexe "Gulistan" est recouvert de marbre blanc, et à l'intérieur il est ouvert beaucoup de restaurants. Outre «Altyn Asyr» et «Gulistan» à Ashgabat, il existe plusieurs autres bazars orientaux - Tekinsky, Lelyazar, Ak-yol, Parakhat, Tashauzsky, Jennet et autres.

Les amateurs de tapis devraient jeter un coup d'œil sur le site le plus animé de la capitale turkmène, le tapis, créé au Musée des tapis turkmènes Ashgabat. La gamme de produits exposés ici est incroyable. Le magasin vend de la literie en feutre simple, des carpettes et des tapis tissés à la main.

Au centre de la ville, à côté de l'université, il y a un magasin au ministère de la Culture turkmène. Il vend de nombreux ouvrages magnifiquement publiés sur Ashgabat, des cartes postales, des livrets et des albums photos offrant une vue sur la capitale. Pour ceux qui s'intéressent à la peinture et au graphisme, il est préférable d’aller à la galerie d’art privée "Muhammad", ouverte au numéro 83 sur l’avenue Gerogly.

Offres spéciales pour les hôtels

Transport

Pour les touristes, le type de transport urbain le plus pratique est le taxi. Conduire un taxi à Achgabat n'est pas cher, et il y a beaucoup de voitures avec des "dames" dans les rues. Il suffit de considérer qu'il est préférable de négocier à l'avance les frais de déplacement avec le conducteur.

Vous pouvez parcourir la capitale turkmène en bus. Le tarif pour eux est nettement inférieur, mais la vitesse à laquelle les transports en commun passent par la ville ne peut pas être qualifiée de haute.

Du sud d'Achgabat exploite un téléphérique. Il relie la ville aux contreforts du Kopetdag.

À Ashgabat, pour les prochains Jeux asiatiques de 2017, un «village olympique» a été construit sur place, d'une superficie de 157 hectares. Depuis 2016, il exploite un monorail d'une longueur supérieure à 5,1 km sur laquelle se trouvent huit stations.

Comment s'y rendre

Vols réguliers de Moscou, Saint-Pétersbourg, Istanbul, Abou Dhabi, Dubaï, Francfort-sur-le-Main, Minsk, Kiev, Bakou, Dacca, Almaty, Ankara, Bangkok, Pékin, Birmingham, Londres, Paris volent à la capitale du Turkménistan , Brno, Delhi, Amritsar, Umurchi, ainsi que des villes turkmènes - Turkmenbashi, Balkanabad, Mary, Dashoguz et Turkmenabad.

L'aéroport international Ashgabat est situé à 10 km au nord-ouest de la ville et a fière allure. Son nouveau terminal ressemble à un grand rôdeur aux ailes de faucon. De l'aéroport au centre d'Ashgabat peut être atteint en taxi. En outre, les bus n ° 1 et n ° 18 sillonnent cette route, ainsi que des minibus privés.

Calendrier des prix bas

Mosquée Ertogrulgazy (Ärtogrulgazy metjidi)

Mosquée Ertogrulgazy - Un bel édifice religieux à Achgabat, construit dans le style turc. Le deuxième nom de la mosquée est Azadi. Il possède 4 minarets, peut accueillir jusqu'à 5 000 fidèles et est le plus grand de la capitale du Turkménistan. La mosquée a été construite en 1993-1998 et a reçu son nom en l'honneur du sultan ottoman Ertogrul, qui a dirigé au XIIIe siècle l'une des formations territoriales turcophones en Asie mineure. La mosquée Ertogrulgazy est une combinaison spectaculaire d'architecture ottomane et byzantine, avec une ressemblance extraordinaire avec la célèbre mosquée bleue d'Istanbul.Les attractions qui émerveillent les voyageurs et dont on se souvient longtemps.

Ville de Balkanabad (Balkanabat)

Balkanabad - une ville du Turkménistan située au milieu de la région aride, entourée de marais salants et de sables, sur le versant sud de la chaîne des Balkans. Le nom des montagnes a donné à la ville son nom actuel.

Informations générales

Balkanabad a été fondée comme une colonie Nefte-Dag sur le chemin du chemin de fer transcaspien en 1933. La colonie a été conçue pour desservir le gisement de pétrole local. Lorsque le village "doros" de la ville (1946), il est devenu connu sous le nom de Nebit-Dag ("montagne de pétrole"). Balkanabad, il n’est devenu qu’en 1999. Aujourd'hui, c'est le centre de production de pétrole et de gaz au Turkménistan.

La ville a d'abord attiré l'attention des directeurs de la photographie en 1968, lorsque les épisodes de Golden Calf ont été filmés ici. En 1986, les sables autour de Balkanabad constituaient le principal entourage du film "Kin-dza-dza".

Balkanabad est une ville bien équipée avec une sphère culturelle et sociale développée. Il y a un théâtre, un musée d'histoire locale. Le monument «Pionniers», commémorant les géologues qui ont découvert les gisements «d'or noir», est devenu le symbole architectural de la ville. En 1990, la ville a ouvert l'église de la Nativité de la Sainte Vierge.

Ville de Dashoguz (Dasoguz)

Dashoguz - une ville au nord du Turkménistan, centre du vélayat Dashoguz. Situé sur les deux rives du canal Shavat (branche d'irrigation de la rivière Amu Darya). Gare, aéroport. La ville a été fondée en 1681 en tant que caravansérail (lieu de repos en bordure de route) avec un puits à la périphérie du khanat de Khiva. En 1992, le nom russe d'origine Tashauz a été changé pour la version turkmène de Dashovuz et en 1999, la ville a reçu un nouveau nom - Dashoguz.

Ancienne ville de Kunya-Urgench (Old Urgench)

Ancienne ville de Kunya-Urgench - l'ancienne capitale du Khorezm médiéval, située au nord du Turkménistan. En turkmène, "Kunya-Urgench" signifie "vieille ville". Dans l’antiquité, il s’est tenu près de l’ancien lit de l’Amou-Daria, sur l’un des itinéraires de la célèbre Route de la Soie. Les premiers archéologues ont commencé à travailler ici en 1929 et, depuis 2005, l'ancienne ville de Kunya-Urgench est inscrite sur la liste des sites du patrimoine mondial de l'UNESCO.

Informations générales

Sur une superficie de 650 hectares, vous trouverez des bâtiments préservés des XI-XVI siècles - une mosquée, plusieurs mausolées, une madrasa, un minaret, les ruines de l'ancienne forteresse "Kyrkmolla" et la porte du caravansérail, indiquant un haut niveau d'architecture et d'artisanat médiévaux. Au nord d'eux se trouve l'ancienne nécropole.

Le monument architectural le plus célèbre de Kunya-Urgench est le mausolée Najm ad-din al-Kubra, où le célèbre fidèle soufi et fondateur du soufisme à Khorezm fut enterré au XIIIe siècle. De nos jours, l'ancien mausolée est devenu un lieu de pèlerinage.

Le bâtiment le plus élevé de la ville est apparu dans la première moitié du XIVe siècle. C'est le minaret de Kutlug-Timur, qui culmine à 60 m, le mausolée d'Il-Arslan, construit dans la seconde moitié du XIIe siècle, et le mausolée de Tyurabek-Khanym, érigé au XIVe siècle, présentant également un grand intérêt.

Histoire de la ville

La ville antique de Kunya-Urgench a été fondée, on ne le sait pas, mais les ruines d'une forteresse construite ici aux IVe et IIe siècles avant notre ère ont survécu à ce jour. À partir du milieu du VIIIe siècle, les Arabes sont devenus propriétaires des terres voisines et ils ont appelé la ville Gurganj. Sous les Samanides, il était devenu si grand que ce n'était que Boukhara.

À partir du début du XIe siècle, l'ancienne ville de Kunya-Urgench devint la capitale de l'empire du Khorezm, qui possédait de vastes territoires en Asie centrale et au Moyen-Orient. La ville a prospéré, sa population a augmenté régulièrement. Des érudits médiévaux tels qu'Avicenne, Ibn-Battuta et Al-Biruni ont travaillé ici.

Le tournant fut en 1221. Kunya-Urgench se leva contre les troupes de Gengis Khan et fut détruit par le conquérant. En 1388, Tamerlane, impitoyable, apporta de nouveaux malheurs aux habitants de la ville.Au XVIe siècle, Amu Darya, en eau profonde, change de cap, les habitants de la ville se retrouvent sans eau et sont obligés de quitter Kunya-Urgench. Les gens ne sont revenus ici qu'en 1831 pour construire un nouveau canal d'irrigation dans la région aride. À Kunya-Urgench, il y a un peu moins de 37 000 personnes.

Comment s'y rendre

Le musée-réserve est situé à la périphérie sud de la ville moderne de Kunya-Urgench, à 500 km d'Ashgabat. Au début de la capitale du Turkménistan besoin de voler à la ville de Dashoguz. Piloter une compagnie aérienne locale prend 50 minutes. Dashoguz et l'ancienne ville de Kunya-Urgench sont à 94 km l'une de l'autre. Cette distance est plus pratique pour voyager avec un véhicule loué.

L'ancienne ville de Nisa

L'ancienne ville de Nisa situé au Turkménistan, à 18 km à l'ouest de la capitale Ashgabat, près du village de Bagir. Depuis 2007, les ruines de Nisa sont classées au patrimoine mondial de l'UNESCO. La ville antique se compose de deux colonies - New Nisa, située dans la vallée, et Old Nisa - la forteresse royale sur une colline. À partir du IIIe siècle av. e. et fin du III siècle après JC. n., Nisa fut l’une des premières capitales de l’empire parthe, l’une des plus grandes formations d’État du monde antique. La ville était concentrée dans les palais et les temples, la trésorerie, un vaste dépôt de vin et des entrepôts de provisions. À partir du 16ème siècle, Nisa a progressivement diminué et dans les années 20 du 19ème siècle, représentaient des ruines.

Gonur-Depe

Gonur-Depe - un grand village antique de l'âge du bronze, situé dans les sables du désert de Karakum au Turkménistan. Il y a près de 4 500 ans, la capitale de l'ancienne civilisation Margush existait à Gonur-Depe. Cette ville était entourée de colonies plus petites et servait de centre religieux et d'une immense nécropole.

Faits saillants

Le site de l'ancienne colonie Gonur-Depebylo a été découvert lors d'une expédition archéologique en 1972. Les experts estiment sa superficie de 20 à 50 hectares. Depuis plusieurs décennies, les archéologues ont découvert des vestiges de bâtiments en brique de galets, de céramiques anciennes, d'ornements en argent et en or, ainsi que de phoques apportés aux Karakums par les anciennes Harappa et Mésopotamie indiennes.

La partie principale de Gonur-Depe occupe un grand complexe religieux situé sur une colline basse. Il a joué le rôle du centre du zoroastrisme et a existé jusqu'à la fin du XVIe siècle av. Au milieu du complexe du temple se trouvent les ruines du palais, entourées d'un mur fortifié.

En dehors des murs de l'ancien Kremlin, les archéologues ont découvert les temples de Feu et du Sacrifice, ainsi que le réfectoire public. Ces bâtiments sont entourés de murs supplémentaires et renforcés par des tours rectangulaires. Il existe également à Gonur-Depe deux bassins d’eau, dont l’un mesure 100 mètres sur 60. Au sud, le Temple de l’eau jaillit de ce réservoir artificiel, qui dit que les habitants de Gonur-Depe avaient un culte de l’eau.

La capitale Margush a été construite dans le delta de la profonde rivière Murghab. Peu à peu, la rivière a changé de cours, l'eau est partie et les gens ont été forcés de la suivre. Sans eau, la ville auparavant prospère a cessé d'exister.

Victor Sarianidi

L’expédition, organisée dans les sables du Karakum en 1972, a découvert l’ancienne colonie Gonur-Depe. Son chef était l'archéologue Viktor Ivanovich Sarianidi (1929-2013). Lorsque les experts ont procédé à une analyse au radiocarbone, ils ont découvert que des découvertes uniques pouvaient être datées de 2300 av. Ainsi, l'ancienne civilisation de Margush ou en grec Margiana, qui jusqu'à cette époque était considéré comme un pays semi-mythique, a été retrouvée.

Depuis les années 1970, Sarianidi a organisé une expédition après celle de Gonur-Depe, financée principalement par son salaire et par des subventions. Grâce à son travail d'ascète, de nombreuses découvertes archéologiques ont été réalisées dans le désert de Karakum. Sarianidi a prouvé que parallèlement à l'Égypte ancienne et à la Mésopotamie, il existait une société culturelle très développée dans les sables sans fin du Turkménistan.

Nécropole antique

Au milieu des années 90, les archéologues ont commencé les fouilles de la nécropole du Grand Gonur-Depe. Le dur travail a duré 10 ans et les scientifiques ont découvert environ 3 000 sépultures anciennes. Dans certains d’entre eux, outre des articles ménagers et des bijoux, des charrettes ont été enterrées. Il est à noter que presque tout ce qui était autrefois placé dans une nécropole était délibérément endommagé: les couteaux étaient courbés, la vaisselle cassée en morceaux et les charrettes jetées dans les fosses pour pouvoir se briser.

Dans les années 2000, 8 tombes royales creusées sous la forme de cryptes souterraines ont été excavées à l'est du bassin principal. À proximité, dans trois grandes fosses au sol, des sépultures de serviteurs et d'animaux du tsar ont été trouvées. Bien que toutes les sépultures royales aient été saccagées dans l'Antiquité, les archéologues ont pu y trouver de précieux trésors d'or et de magnifiques panneaux de mosaïque. Aujourd'hui, les experts les considèrent comme les plus anciennes mosaïques au monde.

Comment s'y rendre

Gonur-Depe est situé dans la partie sud-est du Turkménistan. D'abord, depuis Ashgabat en avion, vous devez vous rendre à l'ancienne ville de Marie. De là, les voyageurs se rendent dans l’ancienne colonie en louant un véhicule. La route de Gonur-Depe prend environ trois heures.

Gyaur-Kala

Gyaur-Kala - Les ruines d'une ancienne et puissante forteresse, situées dans l'oasis de Mervsk, sur le territoire du Turkménistan. Les ruines pittoresques sont entourées de nombreuses légendes et suscitent un véritable intérêt parmi les touristes et les érudits. La colonie fortifiée, dont le nom se traduit par "la forteresse de l'infidèle", a été construite aux IV-III siècles av. Il était habité par des potiers, des meuniers, des marchands de farine et des forgerons.

Informations générales

Gyaur-Kala existait plus longtemps que les autres forteresses, car il se situait au carrefour des routes commerciales. Non loin de là, les routes du nord de la Grande Route de la Soie s'étendent et de riches caravanes traversent le village toute l'année. Depuis que les archéologues ont découvert ici des statues de Bouddha, des tablettes d'argile et des stupas, ils en ont conclu que les habitants de la colonie professaient le bouddhisme.

À l'intérieur des murs de la forteresse se trouvait une ville développée, Antioche de Margiana, construite selon la volonté du souverain de Séleucide Antiochus Soter (280-261 av. J.-C.) dans le respect des traditions de l'architecture ancienne. En outre, sur ordre d'Antioche, un haut mur de 230 km de long a été érigé autour de l'oasis entière. Elle a barré le chemin vers le sable qui avançait et a sauvé les habitants de Merv des nomades guerriers.

Le nom "Gyaur-Kala" est apparu dans la région au VIIIème siècle, après la prise de contrôle des Arabes en Asie centrale. Les conquérants ont appelé les «forteresses des infidèles» toutes les colonies fortifiées dont les habitants ne professaient pas l'islam. La forteresse de Gyaur-Kala a prospéré jusqu'aux VIIIe-IXe siècles, puis le centre de l’ancien Merv a été transféré à 4 km à l’ouest - Sultan-Kala. Puis la céramique a continué à vivre dans la forteresse et une mosquée est apparue ici.

Ancienne forteresse de nos jours

L'ancienne colonie est située sur le territoire du parc historique et culturel "Ancient Merv", inscrit sur la liste du patrimoine mondial de l'UNESCO. Il couvre une superficie de 340 hectares. Gyaur-Kala est entourée de puissantes murailles de forteresses s'étendant chacune sur 2 km. À égale distance, les murs sont fortifiés avec des tours et il y a des portes dans chacun des murs.

À l'intérieur de la colonie, vous pouvez voir les ruines de monastères bouddhistes et chrétiens, les ruines de palais à deux étages de nobles. Les fouilles sur le territoire du monument architectural ne sont pas encore terminées, la couche culturelle de l'oasis de Merv atteignant 12 mètres.

Comment s'y rendre

Gyaur-Kala est situé à 6 km au nord de la gare ferroviaire turkmène de Bayramali. Pour se rendre à la colonie est pratique en taxi. L'aéroport international de la ville de Mary est situé à 20 km de Bayramali.

Canyons de Yangikala

Canyons de Yangikala - de magnifiques paysages naturels situés dans le nord-ouest du Turkménistan. Le nom "Yangikala" se traduit par "forteresses de feu".En effet, les canyons pittoresques sont entourés de murs escarpés de fleurs rouge violacé, ocre, jaune, blanc et rouge vif. Très efficacement, ils regardent tard dans la soirée, lorsque le soleil couchant se pare de tons doux et chauds.

Informations générales

Il y a longtemps, les canyons de Yangikal constituaient le fond de la baie de Kara-Bogaz-Gol. Puis l'eau de mer s'est retirée et des collines et des précipices ressemblaient à des plateaux montagneux. Des vents et des pluies constants recouvraient leurs pentes de plis profonds et de nids-de-poule. À certains endroits, à la suite d'une érosion naturelle, d'étranges châteaux terrestres et des tours se sont formés. Aujourd'hui, un voyage dans les anciens canyons s'apparente à une promenade dans un immense parc de sculptures «construites» avec un sol bien compacté.

Les voyages dans les canyons de Yangikala sont très populaires auprès des photographes amateurs et des amateurs de safaris en jeep. Le fond des canyons est même dans de nombreux endroits, donc même une course de SUV est organisée ici. Dans ces endroits, il est bon de rester dans des tentes. En outre, les touristes peuvent passer la nuit dans le centre des pèlerins, situé sur la tombe de Saint-Gazli-Ata. Les sépultures des IXe et Xe siècles sont également conservées à cet endroit.

La plupart des voyageurs tentent de visiter le magnifique canyon Kemal-Ata. Ici, la source bat très fort et les troupeaux de moutons et de chameaux sont conduits à un point d'eau. Dans le canyon, vous pouvez voir un petit puits de 3 à 4 m de profondeur avec un peu d’eau saumâtre et d’énormes formations de pierre arrondies semblables à des œufs de dinosaures géants. Il est à noter que dans de nombreux endroits, ils sont directement intégrés aux pentes.

Comment s'y rendre

Les canyons de Yangikal sont situés sur le territoire du velayat balkanique (région) du Turkménistan, à 160 km à l’est de la ville de Turkmenbashi et à 165 km au nord de Balkanabad. De ces villes aux "forteresses de feu" les touristes arrivent dans un véhicule loué.

Mer Caspienne (Mer Caspienne)

L’attraction s’applique aux pays suivants: Kazakhstan, Russie, Turkménistan, Iran, Azerbaïdjan

Mer caspienne - le plus grand lac du monde, situé à la jonction de l'Europe et de l'Asie, surnommé la mer en raison de sa taille. La mer Caspienne est un lac sans égout et son eau est salée, de 0,05 près de l'embouchure de la Volga à 11-13 dans le sud-est. Le niveau d'eau est sujet à des fluctuations et se situe actuellement à environ -28 m sous le niveau de la mer. La superficie de la mer Caspienne est actuellement d’environ 371 000 km², la profondeur maximale est de 1025 m.

Informations générales

La mer Caspienne est située à la jonction de deux parties du continent eurasien - l’Europe et l’Asie. La forme de la mer Caspienne est similaire à celle de la lettre latine S. La longueur de la mer Caspienne du nord au sud est d’environ 1200 kilomètres. (36 ° 34 '- 47 ° 13' N), d’ouest en est - de 195 à 435 km, en moyenne 310 à 320 km (46 ° - 56 ° E).

Selon les conditions physiographiques, la mer Caspienne est divisée en trois parties: le nord de la mer Caspienne, le centre de la mer Caspienne et le sud de la mer Caspienne. La frontière conditionnelle entre la Nord et la Moyenne Caspienne passe par la ligne tchétchène (île) - Cap Tyub-Karagansky, entre la moyenne et la sud de la Caspienne - le long de la ligne Résidentiel (île) - Gan-Gulu (cape). Les régions du nord, du centre et du sud de la Caspienne sont respectivement 25, 36 et 39%.

Selon l'une des hypothèses, la mer Caspienne tire son nom des anciennes tribus d'éleveurs de chevaux - les Caspiennes, qui vivaient avant notre ère sur la côte sud-ouest de la mer Caspienne. Au cours de toute son histoire, la mer Caspienne a eu environ 70 noms pour différentes tribus et peuples: la mer de Hyrcan; La mer de Khvalyn ou la mer de Khvalis est un ancien nom russe, dérivé du nom des habitants de Khorezm qui faisaient du commerce sur la mer Caspienne - louanges; Khazar Sea - nom en arabe (Bahr-al-Khazar)Persan (Daria-e Khazar)Turc et azerbaïdjanais (Khazar Denizi) les langues; Mer d'Abeskun; La mer de Saray; La mer de Derbent; Shot et autres noms.En Iran, la mer Caspienne s'appelle aujourd'hui le Khazar ou Mazandaran (sous le nom des habitants de la province côtière iranienne du même nom).

Le littoral de la mer Caspienne est estimé entre 6 500 et 6 700 km, avec des îles pouvant atteindre 7 000 km. Les rives de la mer Caspienne sur la majeure partie de son territoire sont basses et lisses. Dans la partie nord, le littoral est découpé par les courants d’eau et les îles des deltas de la Volga et de l’Oural, les rives sont basses et marécageuses et la surface de l’eau est couverte de fourrés à de nombreux endroits. Sur la côte est, les rivages calcaires dominent, adjacents aux semi-déserts et aux déserts. Les côtes les plus sinueuses se trouvent sur la côte ouest dans la région de la péninsule d'Absheron et sur la côte est dans la région de la baie de Kazakh et de Kara-Bogaz-Gol.

Grandes péninsules de la mer Caspienne: péninsule d'Agrakhansky, péninsule d'Apsheron, Buzachi, Mangyshlak, Miankale, Tub-Karagan.

La mer Caspienne compte environ 50 îles de grande et moyenne taille, d’une superficie totale d’environ 350 kilomètres carrés. Les plus grandes îles: Ashur-Ada, Garasu, Gum, Dash, Zira (île), Zyanbil, Kur Dasha, Hara-Zira, Sengi-Mugan, Tchétchène (île)Chygyl.

Grandes baies de la mer Caspienne: baie Agrakhan, Komsomolets (baie) (l'ancien Dead Kultuk, anciennement la baie de Tsesarevich), Kaidak, Mangyshlak, Kazakh (baie)Turkmenbashi (baie) (ancien Krasnovodsk), Turkmène (baie), Gyzylagach, Astrakhan (baie), Gyzlar, Hyrkan (ancien Astarabad) et Enzeli (ancien Pahlavi).

Au large de la côte est se trouve le lac salé Kara Bogaz Gol, qui jusqu'en 1980 était une lagune-lagune de la mer Caspienne, reliée à celle-ci par un étroit détroit. En 1980, un barrage séparant Kara-Bogaz-Gol de la mer Caspienne a été construit. En 1984, un ponceau a été construit. Après quoi, le niveau de Kara-Bogaz-Gol a baissé de quelques mètres. En 1992, le détroit a été restauré: l'eau quitte la mer Caspienne pour Kara-Bogaz-Gol et s'y évapore. Chaque année, 8 à 10 kilomètres cubes d'eau s'écoulent de la mer Caspienne à Kara-Bogaz-Gol. (selon d'autres sources - 25 mille kilomètres) et environ 150 mille tonnes de sel.

130 rivières se jettent dans la mer Caspienne, dont 9 ont un estuaire en forme de delta. Les grandes rivières qui se jettent dans la mer Caspienne - Volga, Terek (Russie), Ural, Emba (Kazakhstan), Kura (Azerbaïdjan), Samur (frontière de la Russie avec l'Azerbaïdjan)Atrek (Turkménistan) et d'autres. La Volga est le plus grand fleuve qui se jette dans la mer Caspienne. Son drain annuel moyen est de 215 à 224 kilomètres cubes. Volga, Ural, Terek et Emba produisent entre 88 et 90% du débit annuel de la mer Caspienne.

Le bassin de la mer Caspienne couvre environ 3,1 à 3,5 millions de kilomètres carrés, ce qui représente environ 10% du territoire mondial des bassins hydrographiques fermés. La longueur du bassin de la mer Caspienne du nord au sud est d’environ 2 500 kilomètres et d’ouest en est d’environ 1 000 kilomètres. Le bassin de la mer Caspienne couvre neuf États: l’Azerbaïdjan, l’Arménie, la Géorgie, l’Iran, le Kazakhstan, la Russie, l’Ouzbékistan, la Turquie et le Turkménistan.

La mer Caspienne lave les côtes de cinq états côtiers:

  • De la russie (Région du Daghestan, de Kalmoukie et d'Astrakhan) - à l'ouest et au nord-ouest, la longueur du littoral est de 695 kilomètres
  • Kazakhstan - au nord, au nord-est et à l'est, la longueur du littoral est de 2320 kilomètres
  • Turkménistan - au sud-est, la longueur du littoral de 1200 km
  • Iran - au sud, la longueur de la côte - 724 kilomètres
  • Azerbaïdjan - au sud-ouest, la longueur du littoral est de 955 kilomètres

La plus grande ville est un port sur la mer Caspienne - Bakou, la capitale de l'Azerbaïdjan, située dans la partie sud de la péninsule d'Absheron, emploie 2 070 000 personnes. (2003). Sumgayit, située dans la partie nord de la péninsule d'Absheron, et Lenkoran, située près de la frontière sud de l'Azerbaïdjan, sont d'autres villes importantes de la Caspienne azéri.Au sud-est de la péninsule d'Absheron, se trouve la colonie de Oil Oilmen, dont les bâtiments sont situés sur des îles artificielles, des rampes et des plates-formes technologiques.

Les grandes villes russes - la capitale du Daghestan Makhachkala et la ville la plus méridionale de la Russie, Derbent - sont situées sur la côte ouest de la mer Caspienne. La ville portuaire de la mer Caspienne est également considérée comme Astrakhan, qui n’est cependant pas située sur les rives de la mer Caspienne, mais dans le delta de la Volga, à 60 kilomètres de la côte nord de la mer Caspienne.

Sur la rive orientale de la mer Caspienne se trouve une ville kazakhe - le port d’Aktau, au nord dans le delta de l’Oural, à 20 km de la mer, la ville d’Atyrau est située au sud de Kara-Bogaz-Gola sur la côte nord de la baie de Krasnovodsky - la ville turkmène Turkmenbashi, l’ancienne Krasnovododsk. Plusieurs villes de la mer Caspienne sont situées au sud (Iranien) côte, le plus grand d'entre eux - Enzeli.

La superficie et le volume d'eau dans la mer Caspienne varient considérablement en fonction des fluctuations du niveau de l'eau. Avec un niveau d'eau de -26,75 m, la superficie était d'environ 392600 kilomètres carrés, le volume d'eau était de 78648 kilomètres cubes, ce qui représente environ 44% des réserves d'eau de lac du monde. La profondeur maximale de la mer Caspienne se situe dans le bassin sud de la mer Caspienne, à 1025 mètres du niveau de sa surface. La plus grande profondeur de la mer Caspienne est la deuxième derrière Baïkal (1620 m.) et Tanganyika (1435 m.). La profondeur moyenne de la mer Caspienne, calculée par la courbe bathygraphique, est de 208 mètres. Dans le même temps, dans la partie nord de la mer Caspienne - en eaux peu profondes, sa profondeur maximale ne dépasse pas 25 mètres et la profondeur moyenne est de 4 mètres.

Le niveau de l'eau dans la mer Caspienne est soumis à des fluctuations importantes. Selon les données de la science moderne, au cours des 3 000 dernières années, l’amplitude des changements dans le niveau de l’eau de la mer Caspienne a été de 15 mètres. La mesure instrumentale du niveau de la mer Caspienne et l’observation systématique de ses fluctuations ont été effectuées depuis 1837, période pendant laquelle le niveau d’eau le plus élevé a été enregistré en 1882. (-25,2 m.), le plus bas - en 1977 (-29,0 m.)depuis 1978, le niveau de l'eau a augmenté et, en 1995, il a atteint −26,7 m. Depuis 1996, on a observé une tendance à la baisse. Les scientifiques ont été associés aux facteurs climatiques, géologiques et anthropiques pour expliquer le changement du niveau de l'eau dans la mer Caspienne.

La température de l'eau est sujette à d'importants changements latitudinaux, surtout en hiver, lorsque la température varie de 0 à 0,5 ° C à la lisière des glaces au nord de la mer à 10 à 11 ° C au sud, c'est-à-dire que la différence de température de l'eau est d'environ 10 ° C. Pour les zones d'eau peu profonde dont la profondeur est inférieure à 25 m, l'amplitude annuelle peut atteindre 25–26 ° C. En moyenne, la température de l'eau au large de la côte ouest est supérieure de 1 à 2 ° C à celle de l'est et, en haute mer, de 2 à 4 ° C de plus que celle de la côte. Par la nature de la structure horizontale du champ de température dans le cycle annuel de variabilité, nous pouvons distinguer trois intervalles de temps dans la couche supérieure de 2 mètres. D'octobre à mars, la température de l'eau augmente dans le sud et dans l'est, ce qui est particulièrement bien vu dans la moyenne caspienne. On peut distinguer deux zones stables de quasi-latitude où les gradients de température sont élevés. C'est, d'une part, la limite entre le nord et le centre de la caspienne et, d'autre part, entre le centre et le sud. Au bord de la glace, dans la zone frontale nord, la température en février-mars augmente de 0 à 5 ° C, dans la zone frontale sud, au seuil d'Apsheron, de 7 à 10 ° C. Au cours de cette période, l’eau la moins refroidie au centre de la mer Caspienne méridionale constitue un noyau quasi stationnaire. En avril-mai, la région des températures minimales se déplace vers la partie centrale de la mer Caspienne, qui est associée à un réchauffement plus rapide des eaux dans la partie peu profonde du nord de la mer. Certes, au début de la saison dans la partie nord de la mer, une grande quantité de chaleur est dépensée pour la fonte des glaces, mais en mai la température atteint ici 16 - 17 ° C.Dans la partie centrale, la température est actuellement de 13 à 15 ° C, tandis que dans le sud, elle atteint 17 à 18 ° C. Le chauffage printanier des niveaux d’eau des gradients horizontaux et la différence de température entre les zones côtières et la mer ne dépasse pas 0,5 ° C. Le chauffage de la couche de surface, débutant en mars, porte atteinte à l'uniformité de la répartition de la température avec la profondeur. En juin-septembre, on observe une uniformité horizontale dans la distribution de la température dans la couche superficielle. En août, mois du plus fort réchauffement, la température de l'eau dans la mer est de 24 à 26 ° C et dans les régions méridionales, elle atteint 28 ° C. En août, la température de l’eau dans les baies peu profondes, par exemple à Krasnovodsk, peut atteindre 32 ° C. La caractéristique principale du champ de température de l'eau à ce moment est l'upwelling. Il est observé chaque année sur toute la côte orientale de la moyenne caspienne et pénètre en partie même dans la partie sud de la mer Caspienne. La montée des eaux profondes froides se produit avec une intensité variable en raison de l'exposition aux vents du nord-ouest qui règnent pendant la saison estivale. Le vent de cette direction provoque la sortie des eaux de surface chaudes de la côte et la montée des eaux plus froides des couches intermédiaires. La remontée commence en juin, mais atteint sa plus grande intensité en juillet et en août. En conséquence, une diminution de la température est observée à la surface de l'eau. (7 - 15 ° C). Les gradients de température horizontaux atteignent 2,3 ° C en surface et 4,2 ° C à une profondeur de 20 m. Le centre de l'upwelling passe progressivement de 41 à 42 ° N. en juin à 43 - 45 ° n. en septembre. L'upwelling estival revêt une grande importance pour la mer Caspienne, car il modifie radicalement les processus dynamiques dans les eaux profondes. À la fin du mois de mai ou au début du mois de juin, la formation d’un saut de température commence dans les zones découvertes de la mer et est particulièrement prononcée en août. Le plus souvent, il se situe entre les horizons de 20 et 30 m au milieu de la mer et de 30 et 40 m au sud. Les gradients de température verticaux dans la couche de saut sont très importants et peuvent atteindre plusieurs degrés par mètre. Dans la partie médiane de la mer, en raison du sgon au large de la côte est, la couche de surpression monte près de la surface. Comme il n'y a pas de couche barocline stable dans la mer Caspienne avec un important apport d'énergie potentielle similaire à la thermocline principale de l'océan mondial, avec la fin des vents dominants provoquant une remontée d'eau et avec le début de la convection automne-hiver en octobre-novembre, les champs de température se sont rapidement ajustés au mode hiver. En haute mer, la température de l'eau dans la couche de surface diminue dans la partie centrale à 12 - 13 ° C, dans la partie sud jusqu'à 16 - 17 ° C. Dans la structure verticale, la couche de saut est floue à cause du mélange convectif et disparaît à la fin du mois de novembre.

La composition en sel des eaux de la mer Caspienne fermée est différente de celle de l'océan. Il y a des différences significatives dans le rapport des concentrations d'ions formant un sel, en particulier pour les eaux des zones sous l'influence directe du ruissellement continental. Le processus de métamorphisation des eaux marines sous l’effet du ruissellement continental entraîne une diminution de la teneur relative en chlorures dans la quantité totale de sels de l’eau de mer, une augmentation de la quantité relative de carbonates, de sulfates et de calcium, qui sont les principaux composants de la composition chimique des eaux de rivière. Les ions les plus conservateurs sont le potassium, le sodium, le chlore et le magnésium. Les moins conservateurs sont les ions calcium et bicarbonate. En Caspienne, la teneur en cations de calcium et de magnésium est presque deux fois supérieure à celle de la mer d'Azov et l'anion sulfate est trois fois plus élevé. La salinité de l'eau varie particulièrement fortement dans la partie nord de la mer: à partir de 0,1 unité. psu dans la bouche de la Volga et de l’Oural à 10 - 11 unités. psu à la frontière avec la Caspienne moyenne. La salinité dans les baies salées peu profondes-Kultukov peut atteindre 60 à 100 g / kg.Dans le nord de la mer Caspienne, le front de salinité de l’emplacement de quasi-latitude est observé pendant toute la période sans glace d’avril à novembre. Le dessalement le plus important associé à la propagation du ruissellement en mer est observé en juin. La formation du champ de salinité dans le nord de la Caspienne est fortement influencée par le champ de vent. Au centre et au sud de la mer, les fluctuations de la salinité sont faibles. Fondamentalement, il est 11,2 - 12,8 unités. psu, augmentant au sud et à l'est. La salinité augmente légèrement avec la profondeur (0,1 - 0,2 unités en psu). Dans la partie profonde de la mer Caspienne, dans le profil de salinité verticale, des déviations caractéristiques de l’isohaline et des extrêmes locaux sont observés sur le talus continental oriental, ce qui témoigne des processus de salinité des eaux de fond dans les eaux peu profondes orientales du sud de la Caspienne. La valeur de la salinité dépend également fortement du niveau de la mer et (qui est interconnecté) du volume de ruissellement continental.

Le relief de la partie nord de la mer Caspienne est une plaine peu profonde ondulée avec des rives et des îles qui s’accumulent, la profondeur moyenne de la mer Caspienne du Nord est d’environ 4 à 8 mètres, le maximum ne dépassant pas 25 mètres. Le seuil de Mangyshlak sépare la partie nord de la mer Caspienne. La mer Caspienne moyenne est assez profonde et la profondeur de l'eau dans le bassin de Derbent atteint 788 mètres. Le seuil d'Absheron sépare la Caspienne Centrale et la Caspienne méridionale. La mer Caspienne méridionale est considérée comme étant en eau profonde; la profondeur de la dépression de la mer Caspienne méridionale atteint 1025 mètres de la surface de la mer Caspienne. Sur le plateau de la mer Caspienne, les sables coquilliers sont très répandus, les zones d’eaux profondes sont recouvertes de sédiments huileux et, dans certaines zones, il existe un exutoire rocheux.

Le climat de la mer Caspienne est continental dans la partie nord, tempéré dans la partie centrale et subtropical dans la partie sud. En hiver, la température mensuelle moyenne de la mer Caspienne varie de -8 à -10 dans la partie nord à +8 - +10 dans la partie sud et en été de +24 à +25 dans la partie nord à +26 à +27 dans la partie sud. La température maximale est fixée sur la côte est - 44 degrés.

La pluviométrie annuelle moyenne est de 200 millimètres par an, allant de 90 à 100 millimètres dans la partie aride est à 1 700 millimètres au large de la côte subtropicale sud-ouest. L'évaporation de l'eau à la surface de la mer Caspienne est d'environ 1000 millimètres par an, l'évaporation la plus intensive dans la région de la péninsule d'Absheron et dans la partie orientale de la mer Caspienne du Sud peut atteindre 1 400 millimètres par an.

Les vents soufflent souvent sur le territoire de la mer Caspienne, leur vitesse annuelle moyenne est de 3 à 7 mètres par seconde et les vents du nord dominent dans la rose des vents. En automne et en hiver, les vents s'intensifient, la vitesse du vent atteint souvent 35-40 mètres par seconde. Les territoires les plus venteux sont la péninsule d’Absheron et les environs de Makhachkala - Derbent, la plus haute vague y est enregistrée - 11 mètres.

La circulation des eaux dans la mer Caspienne est associée à des gouttières et des vents. Comme l'essentiel du drainage se situe dans la partie nord de la mer Caspienne, les courants nordiques sont dominants. Le courant nord intense entraîne les eaux de la mer Caspienne septentrionale le long de la côte ouest jusqu'à la péninsule d'Absheron, où il est divisé en deux branches, l'une se déplaçant plus loin sur la côte ouest et l'autre dans la mer Caspienne orientale.

La faune de la mer Caspienne est représentée par 1810 espèces, dont 415 vertébrés. 101 espèces de poissons sont répertoriées dans le monde caspien, où sont concentrés la majorité des stocks d'esturgeons dans le monde, ainsi que des poissons d'eau douce, tels que la vobla, une carpe, le sandre, sont concentrés. La mer Caspienne est un habitat pour des poissons tels que la carpe, le mulet, le sprat, le kutum, la daurade, le saumon, la perche et le brochet. Le mammifère marin vit également dans la mer Caspienne - le phoque de la mer Caspienne. Depuis le 31 mars 2008, 363 phoques morts ont été découverts sur la côte de la mer Caspienne au Kazakhstan.

La flore de la mer Caspienne et de ses côtes est représentée par 728 espèces.Parmi les plantes de la mer Caspienne, les algues sont principalement bleu-vert, diatomées, rouges, brunes, carbonisées et autres, et des plantes à fleurs, zostera et roupie. D'origine, la flore appartient principalement à l'âge néogène. Cependant, certaines plantes ont été introduites dans la mer Caspienne par des personnes, soit consciemment, soit à la surface des navires.

Mary City

Marie - une ville du sud du Turkménistan, située sur le territoire de l'oasis de Murgab dans le delta du fleuve; est la capitale de Mary Velayat. Du sud, la ville contourne le canal de Karakum. En 1884, avec l'arrivée des troupes russes en Asie centrale, Mary, qui s'appelait alors le beau nom antique Merv, était, comme à Ashkhabad, un centre militaro-administratif sur le site de la colonie de Tekino. En 1937, ils ont décidé de changer le nom de la ville en Mary, que nous connaissons maintenant.

Informations générales

Mary est l'un des centres industriels du pays. Il existe une usine de fabrication de machines, dont les produits sont des pompes à huile centrifuges pour le pompage de pétrole, exportées vers les pays de la CEI; usine de réparation automobile, usine d'égrenage du coton, tannerie, usine de construction de maisons, usine de matériaux de construction, usine turkmène d'engrais azotés. En outre, il y a des usines de lavage, de filature et de tissage de laine, de couture, de moquette, de confiserie et de meubles, de brasseries et de laiteries dans la ville. En outre, la ville est le centre de l'industrie du gaz de la république.

Caractéristiques

La fierté de Mary est la fabrication de tapis faits à la main. Vous trouverez ici des tapis de style et de lieu de production différents, de plusieurs types: Tekine, Salor, Yomud et Ersarin. Parmi ces tapis Tekine - le plus célèbre, incarnant les secrets des traditions de l'art du tapis de la tribu Teke.

L'élevage de chevaux à Mary est représenté par l'élevage du célèbre cheval de course Akhal-Teke. En passant, les armoiries de la République du Turkménistan représentent le cheval de ce costume.

Centres culturels: musée d'histoire locale, musée d'histoire, théâtre dramatique d'État de Kemin, cinémas, écoles d'art et de musique, école de sport pour les jeunes, station pour jeunes techniciens, bibliothèques, palais de la culture.

Les curiosités

"Flamme éternelle" - monument aux victimes de la Seconde Guerre mondiale et aux hostilités en Afghanistan. Les monuments "Motherland" et "Eternal Glory" sont installés sur la fosse commune des héros de la guerre de Sécession. Monuments aux poètes et éclaireurs Mollanepes, Kemin, Makhtumkuli.

Merv

Mary est la troisième plus grande ville du Turkménistan, qui n'a d'ailleurs pas non plus d'histoire extraordinaire. Mais ce qui le distingue des autres est un point de repère très célèbre et important - le site de l'ancienne colonie Merv, située à seulement 30 km de Mary moderne. Peut-être que Merv, peut-être seulement avec Kunya-Urgench, est la chose la plus remarquable qui puisse arriver au Turkménistan pendant toute la période de son existence. À son apogée, Merv pouvait très bien être considérée comme l'une des perles les plus précieuses de l'Orient. Pendant cinq siècles, elle a brillé et scintillé sur fond de puissants empires des dynasties anciennes. Dès le début de son émergence et jusqu'à sa destruction par les Mongols, année après année, décennie après décennie, il s'est développé, développé et amélioré grâce à des artisans qualifiés et à des habitants bienveillants. À ce jour, Merv est considérée comme le centre religieux des pèlerins, car à sa place sont encore préservés les monuments spirituels construits au cours des longues générations.

Merv - était l'une des plus anciennes villes d'Asie centrale, située sur les rives de la rivière Murghab. Les ruines de Merv ont été étudiées de manière particulièrement intensive depuis les années 80 du 19ème siècle - à partir de 1946 par une expédition archéologique sous la direction de E. Masson.La partie la plus ancienne de la ville est Erk-Kala, qui existait déjà au milieu du premier millénaire avant notre ère. Le monticule est entouré d'un mur humide. Au centre se trouve un bâtiment sur une plate-forme monolithique.

L'apogée de Merv dans l'Antiquité tombe sur le 2ème siècle avant JC. - 3ème siècle après JC À cette époque, c’était une ville composée d’une citadelle (Erk-Kala), la ville elle-même (village moderne Gyaur-Kala) avec un tracé défini par deux rues principales, avec des bâtiments intra-quartiers irréguliers et des murs de défense et un faubourg également entouré d’un mur. Au 3ème siècle, Merv faisait partie de l'état Sassanid, au 7ème siècle, il fut conquis par des arbes. Au cours de cette période, des édifices religieux (deux monastères bouddhistes et chrétiens) et des châteaux des seigneurs féodaux ont émergé à Gyaur-Kala et dans les banlieues.

Merv a atteint sa plus grande prospérité, étant la capitale de l'état de Seljuk aux XIe et XIIe siècles. Aux 12-13 siècles, il devint un centre majeur de l'Etat de Khorezmshah.

En 1222, la ville fut détruite par les Mongols. Après quoi, elle fut restaurée mais ne joua plus aucun rôle important. En 1510-24 et 1601-1747, Merv fut gouverné par les Perses. Au 19ème siècle, il finit par se dégrader et le centre de la région s'installa dans la ville de Mary, située à 30 km à l'est.

Les bâtiments de l'antique Merv

Erk-Kala - la citadelle de 112 hectares appartient à l'ère de la dynastie des Achéménides. A cette époque, c'était le centre de l'antique Merv. Un bâtiment sur une plate-forme monolithique domine la colonie autour de laquelle est érigé un mur de rempart brut dont la hauteur atteint près de 30 mètres. L'entrée de la forteresse se trouvait au sud, sur une colline. À l'intérieur se trouvent les ruines du palais royal. Au nord se trouvait la place de la ville. Margush est le nom de la ville que la forteresse a reçue une fois.

Gyaur-Kala est une ancienne colonie médiévale sur laquelle reposent les ruines de plusieurs monastères bouddhistes et chrétiens ainsi que des châteaux de nobles nobles. La taille de la colonie est supérieure à 300 hectares. Gyaur-Kala est entourée de murailles de près de deux kilomètres, chacune ayant une porte. Une fois, sur le site de Gyaur-Kala, la ville d'Antioche a été construite, construite sur les ordres du roi de Séleucide - Antioche. A cette époque, la ville faisait partie de l'état de Margiana. Le mur entourant Antioche a servi de barrière aux conquérants et n'a pas permis la pénétration des sables du désert.

Gebekly est un établissement du début de la période parthe, situé à 32 km de Gyaur-Kala. Une ville de petite taille est apparue non loin de l'ancienne colonie des Marghians, derrière l'enceinte fortifiée d'Antioche (Gyaur-Kala). Gebekly était entourée d'une forteresse carrée, qui n'a qu'une seule entrée. Le métier a été largement développé dans cette région, comme en témoignent diverses poteries et bijoux trouvés ici au cours des fouilles.

Sultan-Kala - la colonie, construite sous la forme d'un quadrilatère irrégulier, était située légèrement à l'ouest de Gyaur-Kala. Pendant le règne de la dynastie Seljuk était le noyau de la capitale de leur état. Sultan-Kala est traduit par "Forteresse des Sultans"; c'était le territoire sur lequel la citadelle de Shakhriyar-ark a été construite.

Shakhriyar-ark - la citadelle, y compris les ruines de la caserne et des bâtiments du palais, ainsi que le mausolée du sultan Sanjar. Cela fait référence à la période seldjoukide.

Logs - le règlement, situé à 25 km de la forteresse Gyaur-Kala. C'est l'endroit où reposent les ruines des bâtiments des 9-12e siècles. Cependant, le monticule a une histoire plus ancienne. Une fois sur place, il y avait une grande ville parthe, entourée d'une puissante forteresse, qui a été restaurée au Moyen Âge. La forteresse avait une forme rectangulaire claire (environ 180 x 160 m). Dans les coins, ainsi que le long des murs, se trouvaient de puissantes tours. Sa fonction incluait la protection d'un grand nombre de citoyens derrière ses murs: le nombre de meurtrières atteignait cinq cents, à l'exception de la couche supérieure qui était utilisée - les créneaux des murs et la tour, à cause desquels l'ennemi avait été tiré.Le territoire intérieur de la forteresse n'est presque pas construit. Ce n'est que près du centre de la forteresse que sont conservées les ruines d'un grand bâtiment. Mur partiellement préservé de la forteresse. Les pièces trouvées ici, datant des 1er et 2ème siècles, prouvent l'âge des Journaux. AD

Haram-Keshk - le château d'un domaine de Dekhkan, situé non loin de Gyaur-Kala, a abrité de 9 à 13 siècles. Il ne reste plus qu’une partie du mur ondulé du deuxième étage et l’espace délabré du premier étage.

Akuyli-Kushuk est un château de forme rectangulaire (keshk) situé à deux kilomètres du site de la ville de Durnali. Il nous a atteint dans un état de délabrement avancé, l’heure n’a presque pas touché le premier étage de l’immeuble. Au centre du château, pièce carrée à deux étages. Sur les côtés gauche et droit du hall, il y a cinq salles sur deux étages.

Gonur-Depe - une fois, très probablement, était la capitale, mais ce n'était pas la résidence du souverain, mais probablement le lieu de résidence du père spirituel, le grand prêtre. Datant de 2-1 millénaire avant notre ère, c’était le centre religieux sacré des croyants qui effectuaient des pèlerinages dans cette ville de Margush. Au cours des fouilles entreprises dans les années 90 du 20e siècle, on a trouvé ici une variété d'ustensiles ménagers, de miroirs, de vases à cosmétiques, de bijoux en argent, de vases en albâtre et en céramique datant du 3e millénaire avant notre ère.

Talkhatan Baba Mosque - une mosquée construite sur le territoire d'une colonie médiévale dans un cimetière local, remonte au 11ème siècle. La composition est un rectangle régulier sans auvents, dômes ou colonnes, mais la façade principale est encadrée par trois arcs à la fois. L'arche du milieu est la plus large. Cela correspond à la partie centrale du bâtiment. Deux plus petites de chaque côté - le côté. Ainsi, il semble que la mosquée soit divisée en trois compartiments par des arches. L'équilibre et l'harmonie sont renforcés par l'ornementation brillante des murs et l'uniformité de la décoration extérieure et intérieure créée à l'aide de briques cuites.

La mosquée Yusuf Hamadani est un important monument religieux vénéré par les musulmans. Au 13ème siècle, un mausolée fut érigé sur la tombe d'un derviche Abu Yakub Yusuf Ibn Ayub de la ville iranienne de Hamadan, qui, malheureusement, n'a pas été préservé. Au 19ème siècle, le bâtiment a été partiellement reconstruit. La tombe de Yusuf Hamadani symbolise la crypte de marbre noir, décorée avec des ornements floraux et des inscriptions. La partie principale du complexe est une chapelle dans la partie ouest du mausolée.

Le mausolée de Mohammed-ibn-3eyd est situé sur le territoire de banlieue de la capitale de l'État Seldjukids, construit vers 1112. C'est aussi un monument au sultan Kala. Mohammed-ibn-Zeid a été ramené chez lui dans son pays natal en organisant un soulèvement contre les califes arabes, qui a malheureusement été brutalement réprimé et le chef lui-même a été exécuté. Sa tête a été coupée et à l'endroit où elle a été enterrée, un mausolée a été construit, qui au fil du temps est devenu un complexe architectural magnifique.

Le mausolée du sultan Sanjar est la structure la plus majestueuse et la plus étonnante du XIe siècle, créée par ordre du sultan Muiseddin Sanjar. Sa hauteur peut atteindre même une personne moderne - 38 mètres. Après la mort de Sultan, ils l’enterrèrent dans ce même mausolée, mais lors de l’invasion mongole de Merv, où se trouvait le bâtiment lui-même, les restes de Sultan furent transférés dans un autre lieu. Depuis lors, sous les arches du mausolée, il n’ya plus qu’un vide mortel. Pour beaucoup de croyants aujourd'hui, le mausolée est un lieu sacré où affluent des milliers de pèlerins.

Abdullakhan-Kala - la ville méridionale de Merva, qui contient des madrasas, des mosquées, des mausolées et un palais. La forteresse d'Abdullakhan-Kala a été construite par Shahrukh - le fils d'Amir Timur sur le territoire de New Merv. La forteresse revêtait une grande importance stratégique pour la ville et constituait un magnifique complexe défensif.

Bayramalikhan-Kala - la forteresse de New Merv, datant du 18ème siècle. Son mur est relié au mur ouest de la forteresse voisine Abdullakhan-Kala. La longueur du mur ouest de Bayramalikhan-Kala faisait presque 750 mètres, et celle des murs nord et sud était de 500 mètres. À ce jour, toutefois, seuls le mur nord et de petits fragments du mur sud ont été partiellement préservés.

Kyz-Kala - deux petites forteresses, assez mal conservées à ce jour. Big Kyz-Kala se composait de deux étages. Au premier étage, il y avait cinq pièces et les escaliers menant à un escalier traversaient un couloir voûté. La disposition du deuxième étage ne peut être imaginée qu'à partir des fragments survivants. Le deuxième étage avait également environ cinq chambres situées autour de la cour.

Le petit Kyz-Kala a survécu beaucoup plus mal. Il est situé à près de 100 km de son voisin et est construit selon le même plan. La façade ondulée n'est conservée que sur les côtés sud et est du bâtiment.

Complexe Ivana Askhabov. Les askhabs étaient appelés les disciples du prophète Mahomet - Boureyd ibn Al-Husseib Al-Aslami et Al-Hakim ibn Amr Al-Gifari. Après la mort de leurs lieux de sépulture, se trouvaient des sanctuaires locaux autour desquels, au XVe siècle, les représentants de la dynastie des Timourides ont érigé un complexe religieux. Leurs tombes de marbre noir sont décorées de magnifiques reliefs avec des ornements floraux et des inscriptions. Derrière les tombes se trouvent deux aivan restaurés. Les photographies de la fin du 19e siècle montrent que leur hauteur d'origine était de 12 mètres et qu'elles étaient décorées de carreaux bleu et turquoise décorés. Au milieu du mur du fond du mausolée, le mot "Allah" est écrit en kufique.

Les tombes servent aujourd'hui de lieu de culte pour les musulmans. C'est pourquoi, récemment, près d'ayvans, des lieux ont été ouverts pour recevoir les pèlerins, des lieux pour cuisiner à ciel ouvert et une citerne couverte pour alimenter le complexe en eau, construite en même temps que les ayvans.

Plateau d'Ustyurt (Plateau d'Ustyurt)

L’attraction s’applique aux pays: Ouzbékistan, Turkménistan, Kazakhstan

Ustyurt Plateau Il est situé dans la partie occidentale de l'Asie centrale, entre Mangyshlak et la baie de Kara-Bogaz-Gol à l'ouest, la mer d'Aral et le delta de l'Amudarya à l'est. Un territoire de 200 000 km² est divisé entre le Kazakhstan, le Turkménistan et l'Ouzbékistan. Traduit de la langue turque, le nom "Ustyurt" signifie "plateau". Selon les géologues, 20 millions d'années se sont écoulées depuis la création du plateau. Les pentes d'Ustyurt s'élèvent au-dessus des vallées jusqu'à une altitude de 300 m et sont généralement composées de roches sédimentaires et de sédiments du Crétacé et sont donc faciles à traiter. Le vent et l'eau ont perfectionné leurs compétences ici depuis des siècles et aujourd'hui, les éperons d'Ustyurt sont une création unique d'architecture naturelle. Les paysages locaux ressemblent à des panoramas sous-marins ou extraterrestres. L'un des endroits les plus populaires sur le plateau d'Ustyurt est la vallée de Bozhyra avec d'incroyables formes en pierre. Lorsque les bords du plateau sont détruits, ils laissent derrière eux des formations rocheuses bizarres. Ils s'appellent ainsi: les restes. Pour chaque voyageur, ils ressemblent à des objets différents. Pour les touristes, seuls quelques itinéraires sont ouverts aux plus dynamiques et accessibles pour les installations de transport d’Ustyurt. Le reste est une énigme qui attend les découvreurs et les chercheurs.

Kyzylkum Desert (Qizilqum)

L'attraction s'applique aux pays: Ouzbékistan, Kazakhstan, Turkménistan

Kyzylkum Desert Réparties entre les fleuves Amudarya et Syrdarya, sur le territoire de 3 pays - Ouzbékistan, Kazakhstan et Turkménistan. La région désertique sablonneuse s'étend sur 300 000 km². Il y a une minimum de précipitations - 100-200 mm de l'année, dont la plupart en hiver et au printemps. La température moyenne en juillet est de +30 ° C. En janvier, le thermomètre tombe habituellement à + 9 ° C, il y a un refroidissement à 0 ° C. Beaucoup de gens connaissent la ville située au centre du désert de Kyzylkum - Uchkuduk.Il est mentionné dans la chanson "Uchkuduk - trois puits" du groupe "Yalla". La végétation peut être trouvée sur le territoire de Kyzylkum, les tulipes sauvages, le saxaule noir et blanc, les cherke et le kandym ont une valeur particulière. L'armoise et les arbustes survivent sur les collines d'argile. La faune de Kyzylkum est principalement nocturne et l’eau provient de la nourriture. Le désert est habité par des gazelles, des chats des dunes, des renards corsac, des loups et des chauves-souris.

Ville Serhetabat

Serhetabat - une ville située au sud de la province maryenne du Turkménistan, sur la rivière Kushka. Serhetabat a le statut de ville depuis 1967, alors que la colonie elle-même a été fondée en 1890 en tant que forteresse militaire. C'est la colonie la plus méridionale du Turkménistan, d'Asie centrale et de l'ensemble de l'espace post-soviétique. Elle se situe à 4 km de la frontière avec l'Afghanistan. La population de la ville est de 15 mille personnes (2016).

Informations générales

La rive du fleuve a été acquise par l'empire russe à la suite de la bataille de Kushka (1885). Le règlement actuel a été créé en 1890 en tant que forteresse. Elle exploite une usine de traitement de la viande et d’autres entreprises.

En 1900, une ligne de chemin de fer de la gare de Mary a été apportée à Kushka. Il a ensuite été étendu à la ville afghane de Thorgundi.

Sur la plus haute colline se trouve une croix de pierre de 10 mètres indiquant les points extrêmes de l'empire russe. Créée pour le 300e anniversaire de la maison des Romanov. Dans la région de Kushka se trouvait le point le plus méridional de l’Empire russe, mais aussi de l’URSS.

Le proverbe qui existait auparavant parmi les officiers russes et soviétiques est lié à Kushka: "Ils n'enverront plus de Kushka, ils ne donneront pas moins à un peloton".

Le climat

  • La température moyenne annuelle est de +15 ° C.
  • La vitesse annuelle moyenne du vent est de 2,3 m / s.
  • L'humidité annuelle moyenne de l'air est de 52%.

La ville de Turkmenabad (Türkmenabat)

Turkmenabad - La deuxième plus grande ville du Turkménistan. L'histoire de la ville a ses racines dans un passé lointain. La première mention de la colonisation sur le site de Turkmenabad moderne remonte au XVIe siècle de notre ère. Ensuite, la ville d'Amul était l'un des centres importants de la route de la soie, passant de la Chine à la Méditerranée. La traversée du grand Amu Darya a été organisée dans la ville. Le commerce de marchandises diverses provenant du monde entier était constamment bon.

Faits saillants

Jusqu'à la fin du siècle dernier, la ville s'appelait Chardzhou. Ce n'est qu'en 1999 qu'il a reçu le nom moderne qui se traduit par "créé par les Turkmènes".

La population de Turkmenabad est multinationale. Des Turkmènes (plus de 80%), des Russes (7%), des Kazakhs (6%), des Ouzbeks (6%), des Ukrainiens, des Tatars, des Turcs et d'autres nationalités y vivent. La langue officielle est considérée comme turkmène et l'enseignement est dispensé dans des établissements d'enseignement. La majorité des habitants de Turkmenabad sont l’islam (près de 90%), le reste de la population professant d’autres religions: bouddhisme, catholicisme et orthodoxie.

Aujourd'hui, Turkmenabad est un grand centre industriel et de transport de l'État. Voici une grande usine de traitement de gaz. La production de la célèbre production d’Astrakhan est bien établie à Turkmenabad. Surtout, les cultures de melon locales ont apporté une renommée mondiale à la ville. Fait intéressant, le héros du film «Station for Two» vendait exactement des melons du soleil de Turkmenabad.

Turkmenabad est parfait pour des vacances en famille. Il y a plusieurs parcs de la ville et des jardins publics attrayants, dont les greens vous protégeront du soleil brûlant, et vos enfants adoreront s'amuser dans des manèges dans les parcs d'attractions. En outre, des centaines de milliers d'écotouristes se rendent chaque année à Turkmenabad pour découvrir l'incroyable monde naturel du Turkménistan dans la réserve de Repetek.

Climat et météo

Le climat de Turkmenabad se distingue par son caractère nettement continental. Presque tout au long de l'année civile, le temps est incroyablement sec et chaud. L'hiver en ville est généralement chaud.La température moyenne de l'air par jour est d'environ +6 ° C. Cette période de l'année est caractérisée par des précipitations insignifiantes - pas plus de 100 mm.

La température de l'air la plus élevée est enregistrée en juillet - environ +33 ° C. En règle générale, les précipitations ne tombent pratiquement pas pour le moment. Le territoire de la réserve Repetek établit des registres de température dans le pays. C'est ici que la température maximale absolue a été enregistrée (+50 ° C à l'ombre). En hiver, le thermomètre tombe souvent à -15 ° C.

Le meilleur moment pour venir à Turkmenabad est le printemps et l’automne. Pendant ces périodes, la température de l'air prend des valeurs optimales et l'adaptation humaine est facile.

La nature

Turkmenabad est situé sur la rive gauche du plus grand fleuve de l’État d’Amudarya, longtemps considéré comme le facteur déterminant du développement de la ville. Les plus beaux paysages autour de la rivière sont fascinants.

La ville est célèbre pour sa beauté naturelle unique. Au sud-est se trouve l'incroyable Kugitang. C'est une belle région montagneuse, où vous pouvez voir le célèbre paysage lunaire de Boya-Dag. C'est ici que se trouvent les grottes karstiques, ainsi que le plateau des dinosaures, qui a conservé les traces de ces animaux préhistoriques étonnants.

Non loin de Turkmenabad, il existe plusieurs zones protégées. Le plus célèbre d'entre eux est le parc national de Repetek. La réserve est située sur le territoire du célèbre désert de Kara-Koum. Il abrite un grand nombre d'animaux, de reptiles et d'oiseaux, dont beaucoup sont énumérés dans le Livre rouge. Par exemple, le cobra d’Asie centrale, le lézard gris, le lynx du désert.

Les curiosités

Les principales attractions de Turkmenabad sont sa beauté naturelle unique. Des réserves uniques attirent les amateurs d'écotourisme du monde entier. La plus populaire est la réserve de Repetek, qui protège plus de 30 espèces d'animaux, près de 200 espèces d'oiseaux, environ 20 espèces de reptiles et plus de 1 340 espèces et sous-espèces d'invertébrés. Beaucoup d'entre eux sont énumérés dans le livre rouge.

Non loin de Turkmenabad, il y a un endroit étonnant: le plateau des dinosaures, qui a conservé les traces de ces lézards. Le plateau est situé sur le versant est de la montagne Gaurdak.

La plupart des touristes étrangers visitent le site Amul-Charjui, les ruines de la première colonie située sur le site du Turkmenabad moderne. Aujourd'hui, les ruines d'une forteresse construite par le souverain d'Amul au 10ème siècle sont conservées sur le site de la colonie.

Le célèbre mausolée d'Allamberdar est une partie importante de la ville-musée d'Atamurat, située à côté de Turkmenabad. Cette structure se caractérise par une taille énorme et un design étonnant de la façade. Tous les murs du mausolée sont décorés avec une belle maçonnerie décorative d'un ornement spécial, pour la création de laquelle de rares briques sculptées ont été utilisées à cette époque.

Le complexe Astana-Baba présente un intérêt particulier pour les touristes. Sur son territoire se trouvent d'étonnants mausolées Zeid-Ali, Zuveyd-Ali et Astana-baba. Ces bâtiments se distinguent par leur taille majestueuse, l'incroyable beauté de la décoration décorative et, bien sûr, une histoire étonnante.

Pouvoir

Il y a plusieurs grands restaurants de la classe moyenne à Turkmenabad. Le menu de chacun d'entre eux comprend des plats nationaux du Turkménistan, préparés selon des recettes traditionnelles. Le plat principal dans n'importe quel restaurant, et sur la table de chaque famille du Turkmenabat, est le célèbre et unique pilaf turkmène. Il convient de noter que sa particularité réside dans le fait qu'il est cuit à base de viande de faisan et que le pilaf est servi avec une sauce aigre-douce à la grenade et aux prunes.

Le menu des restaurants doit inclure des plats de viande. Les plus populaires d'entre eux sont le «govurma», une merveilleuse soupe «gara chorba», un formidable «kakmach». En outre, les plats de poisson sont largement répandus à Turkmenabad.Les friandises à base de carpe et de saumon, que les pêcheurs locaux pêchent dans les eaux de l’Amu Darya, sont particulièrement prisées. Les visiteurs étrangers dans la ville commandent généralement le célèbre poisson turkmène shish kebab.

Dans chaque établissement de restauration, vous pouvez essayer «Ayran» et «Chal». Cependant, peu de touristes décident d’essayer de telles boissons exotiques à base de lait de chameau. Très populaire dans le thé Turkmenabad. Les habitants préfèrent le cuire selon une recette spéciale: le thé se prépare à base de lait de chameau, que l'on fait ensuite bouillir à feu doux. Cette recette est principalement utilisée uniquement pour boire du thé en famille. Les touristes étrangers n'aiment pas cette boisson.

Il convient de noter que les prix des produits alimentaires à Turkmenabad sont incroyablement bas. Dînez dans des restaurants locaux pour seulement 5 à 7 dollars par personne.

Le logement

Dans la belle ville de Turkmenabad, il y a plusieurs hôtels et hôtels où les portes sont toujours ouvertes pour les clients de la ville. En plus de plusieurs auberges, il existe plusieurs grands hôtels. Les plus populaires d'entre eux sont les hôtels "Turkménistan" et "Jeyhun". Une particularité de ces hôtels est qu'ils sont situés à proximité de l'aéroport, ce qui est certainement pratique pour les visiteurs. Toutes les chambres de ces hôtels sont équipées du matériel et des moyens de communication nécessaires. Chaque chambre dispose de la télévision par satellite avec chaînes locales et internationales, de la climatisation, d'un mini-bar et d'autres commodités. En outre, les services des clients de l’hôtel ont fourni des restaurants, des bars et des discothèques, ainsi qu’un parking gratuit pour les clients.

Le prix de l'hébergement dans ces hôtels varie de 40 $ à 80 $ selon le nombre. Il est à noter que dans les hôtels de Turkmenabad et de Jeyhun, il est possible de payer une chambre par virement bancaire avec des cartes VISA.

Divertissement et loisirs

Hospitalier Turkmenabad propose à ses clients de profiter de l'occasion unique pour se détendre et s'amuser. La plupart des étrangers qui viennent dans cette ville magnifique préfèrent faire d’excellentes excursions dans les principales attractions de Turkmenabad. Fait intéressant, les excursions les plus populaires sont un voyage dans la réserve de Repetek, l’étude d’incroyables traces de dinosaures sur le plateau du même nom. La familiarité avec les étonnantes grottes karstiques près de Turkmenabad ne laissera personne indifférent à ces paysages naturels époustouflants. Une visite de monuments et de structures historiques célèbres laisse une impression d'excursions pour la vie.

Turkmenabad est considérée comme l'une des villes les plus attrayantes du pays et par les pêcheurs. Après tout, de nombreux amoureux assis en silence dans l'attente d'une bouchée merveilleuse viennent dans cette ville magnifique pour profiter d'une pêche riche. Les principaux trophées de tous les pêcheurs sont le saumon et la carpe Amudarya.

Il est à noter qu'il y a une belle plage à Turkmenabad. De nombreux touristes viennent ici simplement pour profiter du soleil et se baigner dans les eaux chaudes du plus grand fleuve d’Asie centrale, l’Amu Darya.

Pour les amoureux de la vie nocturne bruyante, Turkmenabad offre un temps inoubliable dans l’une des discothèques situées à proximité des grands hôtels.

Les achats

À Turkmenabad, il y a plusieurs magasins merveilleux où vous pouvez acheter les souvenirs les plus populaires auprès des touristes. En règle générale, les étrangers achètent de petites statues de chevaux, symbolisant le Turkménistan, des articles de costume national, de célèbres calottes et telpaks, des feutres et des tapis. De plus, les produits de moquette peuvent être achetés à la fois sur les marchés et dans les magasins d’État, où il est recommandé de les acheter. Dans ces établissements commerciaux, le coût des marchandises comprend déjà la taxe nécessaire, qui est obligatoire pour le paiement des marchandises exportées à l'étranger.En outre, les magasins d'État ont déjà effectué l'examen requis pour déterminer la valeur historique du tapis.

Dans les magasins de Turkmenabad, le paiement de l'achat s'effectue uniquement dans la devise nationale - le manat.

Transport

Le système de transport de Turkmenabad est représenté par les transports publics, ferroviaires et aériens. Des bus et des taxis circulent dans les rues de la deuxième plus grande ville du Turkménistan. Il est à noter que la quasi-totalité du matériel roulant est quelque peu obsolète, de sorte que vous ne ressentez manifestement pas le confort que procure le fait de voyager dans les bus locaux. Certes, le prix des billets pour les transports en commun est très bas - seulement 0,1 $ par voyage. Pour les amateurs de confort et de rapidité, des services de taxi privé sont proposés, qui vous emmèneront dans n’importe quelle partie de la ville en peu de temps. Il est à noter que pour un tel voyage, vous devrez payer presque un dollar entier.

Turkmenabad est un important nœud ferroviaire par lequel passe une branche importante de l’économie du pays. Le chemin de fer Turkmenabad est relié à Ashgabat, Dashoguz, Turkmenbashi, Samarcande, Fergana, Boukhara et d’autres villes des pays voisins. Il convient de noter que le transport ferroviaire est considéré comme le plus populaire parmi la population locale pour les déplacements dans le pays, car le coût du transport est abordable pour les résidents. Le prix moyen d'un ticket dans le message interne ne dépasse pas 3 à 4 USD.

Non loin de l'aéroport de Turkmenabad. En avion, la ville est reliée aux autres grandes villes de l'État, à savoir Ashgabat, Turkmenbashi et Mary. Turkmenistan Airlines est considérée comme l'une des plus sûres de toute l'Asie centrale. Le prix des billets pour les vols dans le pays atteint seulement 7-10 $.

Connexion

Le système de communication et de télécommunication à Turkmenabad est peu développé. Le réseau téléphonique fixe n’est situé que dans quelques quartiers de la ville. Les téléphones de rue vous permettent d’appeler uniquement dans le pays. Pour un appel international, veuillez contacter le bureau de poste. Le coût d'une minute de conversation ne dépassera pas 1 $. Dans certains grands hôtels, vous pouvez également utiliser le service pour appeler à l’étranger. Toutefois, le prix d’un tel appel est quelque peu surestimé - près de 1,5 dollar.

Le plus populaire est la communication mobile, fournie par deux opérateurs: MTS-Turkmenistan et TM-CELL. Ces sociétés prennent parfaitement en charge l'itinérance des plus grands opérateurs de téléphonie mobile au monde, y compris russes. Pour parler sur un téléphone mobile, vous pouvez acheter une carte SIM auprès d’un des deux opérateurs. Le coût des appels est à peu près le même - environ 1 $ par minute.

Vous pouvez utiliser les services du réseau mondial uniquement dans certains cafés du centre-ville, dans les grands hôtels et les hôtels, ainsi qu’à l’aéroport. Pour une heure d'utilisation d'Internet, vous devrez payer près de 2 $.

La sécurité

La sécurité des touristes étrangers à Turkmenabad est à un niveau assez élevé. Il convient de noter qu'aucune infraction grave n'a été enregistrée à l'égard de citoyens étrangers dans la ville. La plupart des touristes sont victimes de pickpockets adroits et de fraudeurs rusés. Afin de ne pas craquer pour leurs appâts, il convient d'être particulièrement prudent dans les lieux de rassemblement massif de personnes et de laisser spécialement les objets de valeur et les sommes importantes dans un hôtel situé dans un coffre-fort.

La situation sanitaire dans la ville est loin d'être idéale. Premièrement, le risque d'infection par des maladies infectieuses est élevé, en particulier en été. La question de la dysenterie, de la typhoïde, de la rage, de l'hépatite et du paludisme est très aiguë. Avant d'arriver à Turkmenabad, il est utile de faire toutes les vaccinations nécessaires.

Deuxièmement, il est conseillé de la faire bouillir avant de prendre de l'eau du robinet, même si vous l'utilisez pour vous brosser les dents. Ici, l'eau est généralement chlorée, mais même avec cette méthode de désinfection, elle n'est pas reconnue comme absolument sans danger pour la santé humaine.

Troisièmement, les aliments achetés sur les marchés doivent être soigneusement lavés et également soumis à un traitement thermique, en particulier de la viande et du poisson.

Affaires

Turkmenabad est un grand centre industriel du pays. Voici un géant de l'économie turkmène, en tant que grande usine de traitement de gaz. Pour soutenir une production stable, les autorités nationales attirent les investissements étrangers dans l’usine. Il convient de noter que le pays a adopté plusieurs projets législatifs régissant les relations entre entreprises et investisseurs. Afin d'accroître l'intérêt pour leur production, le président du pays a également assoupli les obligations fiscales pour les coentreprises.

Aujourd'hui, de nombreux experts notent la forte croissance de l'intérêt des touristes pour les sites touristiques de Turkmenabad. Par conséquent, certains hommes d'affaires décident d'investir leur argent dans l'industrie du tourisme de la ville, qui se présente comme la plus stable.

Immobilier

Le marché immobilier de Turkmenabad connaît actuellement un certain déclin, même si de plus en plus de personnes sont intéressées par l’achat d’appartements dans la capitale turkmène et à proximité de la station balnéaire d’Avaza.

Depuis plusieurs années, les prix du logement à Turkmenabad sont au même niveau. Le coût moyen d'un petit appartement atteint environ 25 000 à 28 000 $. Les chalets et le terrain coûtent un peu plus cher - environ 40 000 dollars. Récemment, cependant, les acheteurs de biens préfèrent les options de logement en appartement. Il convient de noter que la plupart des gens qui souhaitent acheter un appartement à Turkmenabat préfèrent le louer après la transaction. Cette décision apporte au propriétaire un revenu mensuel de 200-300 $.

Conseils touristiques

Reste dans le magnifique Turkmenabad restera longtemps dans ta mémoire. Pour que les souvenirs soient extrêmement positifs, vous devez suivre certaines règles de comportement de base.

La chose la plus importante pour tout touriste est le respect des habitants, ainsi que de leurs biens. Photographier, ainsi que filmer, est possible uniquement après avoir obtenu l’autorisation des propriétaires.

En tant que lieu de rassemblement de masse, il est bon de rappeler qu’à Turkmenabad, il est interdit de fumer et de boire de l’alcool dans les lieux publics.

Le climat chaud de Turkmenabad exige des hôtes étrangers de la ville une attitude attentive à l'égard de leur santé. Vous devez donc vous approvisionner en produits cosmétiques et répulsifs de protection solaire de haute qualité, pour éviter les moucherons et les moustiques ennuyeux. Il est conseillé d'utiliser constamment des chapeaux.

Une condition préalable pour venir à Turkmenabad est la disponibilité de tous les vaccins requis, à savoir, contre la typhoïde, la rage, le paludisme, l'hépatite, la dysenterie et d'autres maladies infectieuses caractéristiques de cette région.

Tous les voyageurs qui visitent l'incroyable Turkmenabad devraient se rappeler de la qualité insatisfaisante de l'eau du robinet. Il faut le faire bouillir avant de le boire et il est préférable d’utiliser de l’eau en bouteille. Les légumes et les fruits achetés sur les marchés locaux doivent également être soigneusement lavés et les autres denrées alimentaires doivent également être traitées thermiquement.

Lors de l'achat de souvenirs à Turkmenabad, il convient de rappeler que tous les types de poisson et de caviar noir sont interdits de l'autre côté de la frontière. Lors de l'achat de tapis, vous devez demander au vendeur un certificat attestant de votre achat aux autorités douanières, le paiement de la taxe appropriée et l'âge du tapis, qui ne doit pas dépasser cinquante ans.

La ville de Turkmenbashi

Turkmenbashi - la plus grande ville portuaire du Turkménistan, située sur la côte pittoresque de la mer Caspienne. Jusqu'à récemment, il s'appelait Krasnovodsk et en 1993, il a été renommé en l'honneur du premier président de l'État, Turkmenbashi Saparmurat Niyazov.

Faits saillants

La population de la ville comprend principalement des Turkmènes (près de 90%), des Russes (environ 6%), ainsi que des Ukrainiens, des Kazakhs, des Ouzbeks et des Turcs. La langue officielle est considérée comme turkmène. Pratiquement tous les habitants de la ville professent l'islam, une catégorie distincte de la population appartenant à l'église chrétienne.

L’économie de Turkmenbashi repose sur l’industrie du raffinage du pétrole. Sur le territoire de la ville, il existe tout un ensemble d'entreprises engagées dans la transformation du pétrole et des ressources naturelles associées. Aussi voici la plus grande usine de réparation de navires en Asie centrale. Il est à noter que le port de Turkmenbashi est relié à Bakou, la capitale de l'Azerbaïdjan.

La célèbre zone de villégiature Avaza, qui comprend un grand nombre d'hôtels et d'hôtels, de centres de divertissement, de clubs de jeux et d'autres établissements, est située dans la ville. Cet endroit est idéal pour les loisirs des jeunes, les vacances en famille avec des enfants, qui adoreront patauger dans la mer Caspienne, incroyablement belle et chaleureuse.

Climat et météo

Le climat de Turkmenbashi est considéré comme un désert subtropical. Presque toute l'année, le temps est incroyablement chaud et très sec. Les précipitations ne dépassent pas 125 millimètres par an. Habituellement, leur perte survient à la fin de l'automne, au début de l'hiver. La température quotidienne moyenne de l'air à cette heure est d'environ +5 ° C. En été, il fait étonnamment chaud. Pendant la journée, l'air se réchauffe à +35 ° C et, la nuit, le thermomètre tombe à +18 ° C. En été, les précipitations sont minimes.

Le meilleur moment pour visiter l'étonnant Turkmenbashi est la période allant de la fin du printemps au début de l'automne.

La nature

La belle Turkmenbashi se distingue des autres villes du Turkménistan par sa nature magnifique et étonnante. La mer Caspienne, la plus grande mer salée du monde, n’a aucun lien avec les océans du monde. Sur les rivages pittoresques de la mer Caspienne, vous trouverez des flamants roses, des pélicans étonnants et des phoques caspiens paresseux. Mais la principale richesse de cette mer est bien sûr l’esturgeon, dont la population est destinée à préserver le service de protection de l’environnement du Turkménistan.

De l'est, Turkmenbashi est entourée de montagnes basses. À l'ouest, ses rives sont baignées par les eaux bleues de la mer Caspienne. À propos, les belles plages de sable de Turkmenbashi sont considérées comme les meilleures de toute la mer. Pas étonnant que sur sa côte près de la ville, il y a beaucoup de stations balnéaires.

Les curiosités

L'attraction principale de Turkmenbashi est la mer Caspienne, qui impressionne par sa beauté et la diversité de son monde sous-marin. Pour admirer la beauté pittoresque de ce réservoir, un grand nombre de touristes étrangers s’y rendent. Non loin de Turkmenbashi, une zone de villégiature tout à fait unique a été créée avec de nombreux hôtels, restaurants flottants, bars, centres de divertissement, clubs, etc.

Dans la ville elle-même, il y a peu de sites anciens, mais les environs de Turkmenbashi étonnent par leurs valeurs historiques et culturelles. La mosquée blanche de Parau-Bibi, construite sur l'un des rochers du majestueux Kopetdag, est aujourd'hui l'un des principaux centres de pèlerinage des femmes. Elle est aujourd'hui considérée comme la patronne des femmes enceintes et des enfants.

La plupart des touristes préfèrent visiter le célèbre mausolée Shir-Kabir, dont la date de construction remonte au 10ème siècle. En outre, la mosquée Shir-Kabir, considérée comme la plus ancienne mosquée du Turkménistan, est située sur le territoire de l'ancien site de sépulture de Mashad. Les murs de cette étonnante structure, de la base au dôme lui-même, sont décorés de motifs sculptés et d’inscriptions peintes en rouge, bleu et pistache.Certains pèlerins qui viennent ici affirment que ce lieu sacré est le deuxième plus important (après La Mecque) parmi ceux qui ont été bénis par Allah.

L'attraction la plus visitée près de Turkmenbashi est l'incroyable Dehistan - une plaine qui a conservé les traces de la vie des personnes qui sont venues sur ce territoire au troisième millénaire avant notre ère. Le plus grand monument historique du Dehistan est considéré comme une colonie misrienne. Malheureusement, pas un seul bâtiment et structure de cette époque n'a survécu jusqu'à présent, et les touristes qui viennent ici aujourd'hui ne peuvent qu'observer les ruines de cette colonie.

Mais sur le territoire du Dehistan, on peut visiter deux minarets relativement bien conservés, dont la hauteur atteint 20 mètres.

À Turkmenbashi même, de nombreux étrangers souhaitent visiter le musée des 26 commissaires de Bakou, racontant le sort étonnant de chacun des commissaires exécutés.

Pouvoir

La cuisine turkmène est quelque peu différente de la gastronomie des autres régions du pays. Le plat principal du menu de tous les restaurants de la ville est le poisson. Habituellement, pour traiter les touristes, utilisez des espèces d'esturgeon. Le plat le plus populaire dans les établissements de restauration de Turkmenbashi est considéré comme le «Kavurdaka» - ce sont des morceaux de poisson frits à l'huile de sésame. En outre, de nombreux étrangers préfèrent commander le fameux poisson séché et de superbes brochettes de poisson. Fait intéressant, ce type de kebab est préparé de la même manière que de la viande. Des morceaux de poisson alternativement avec des oignons sont enfilés à la broche, puis cuits au feu. Dans de nombreux restaurants, vous pouvez même suivre le processus de cuisson de ce plat délicieux. Il convient de noter qu’à Turkmenbashi et dans l’ensemble du Turkménistan, les plats de poisson sont servis avec une sauce aigre-douce unique.

Le plat principal de chaque restaurant Turkmenbashi est bien sûr le célèbre pilaf turkmène. Aucune des fêtes n'est complète sans ce merveilleux régal. En outre, le menu des restaurants de la ville comprend plusieurs dizaines de plats à base de viande. Habituellement, l'agneau, le poulet et le bœuf sont cuits ici. Les plats principaux sont "Govurma", "Gara Chorba" et "Kakmach".

Parmi les boissons ici est d'essayer le célèbre "Ayran" turkmène.

Turkmenbashi, une ville accueillante, offre à ses visiteurs un bon moment dans les restaurants situés au-dessus des eaux de la mer Caspienne. L'atmosphère unique qui règne dans ces établissements plonge les touristes dans le monde fascinant de la cuisine turkmène. Il convient de noter que la plupart des cafés et restaurants de Turkmenbashi proposent à leurs clients non seulement des friandises nationales, mais également des plats d'autres pays du monde.

Les prix des aliments à Turkmenbashi sont maintenus au même niveau que dans tout le pays. Ainsi, un dîner dans un restaurant de classe moyenne coûtera environ 7 $ par personne. Et dans les incroyables restaurants «au-dessus de l'eau», pour un repas composé de deux plats, vous devrez payer un montant légèrement supérieur: environ 10 à 12 dollars par personne.

Le logement

La belle ville de Turkmenbashi accueille toujours ses invités. Sur son territoire il y a beaucoup d'hôtels de différentes classes. Dans la zone de villégiature "Avaza", vous pouvez trouver des hôtels dont le niveau de confort correspond à quatre et cinq étoiles.

L'hôtel le plus populaire parmi les étrangers est Turkmenbashi. Cet hôtel a été le premier sur la côte turkmène de la mer Caspienne à recevoir le statut cinq étoiles. Toutes les chambres sont équipées d'un mobilier moderne et confortable, ainsi que de tous les équipements techniques nécessaires, tels que la climatisation, la télévision, les réfrigérateurs et les téléphones, avec possibilité de passer des appels internationaux.

En outre, tous les clients peuvent également utiliser les services des restaurants, des clubs de fitness, des gymnases, des saunas, des piscines, des courts de tennis, du parking, du centre de divertissement et d'autres établissements situés sur place.Le coût de la vie à l'hôtel "Turkmenbashi" dépend du type de chambre et de sa configuration. Le prix moyen de l'hébergement est d'environ 150-200 $ par nuit.

Dans la ville, vous trouverez un grand nombre de petits hôtels très confortables. Le logement dans de tels établissements coûtera beaucoup moins cher que dans les grands hôtels. Pour une nuit, vous ne pouvez pas payer plus de 70 $.

Divertissement et loisirs

Le divertissement principal de la ville de Turkmenbashi est concentré dans la région de villégiature Avaza. Il s’agit d’un superbe espace naturel abritant des installations de traitement, ainsi que de nombreux hôtels et hôtels répondant à toutes les normes internationales. En outre, il existe des centres de divertissement, restaurants, clubs, discothèques, établissements de jeux. Chaque touriste trouvera à Avaza une leçon pour tous. À l’avenir, il est prévu de construire des pistes de ski et un immense parc aquatique. Aujourd'hui, beaucoup de gens considèrent Avaza comme une zone touristique nationale. La pêche, la navigation de plaisance et la voile sont particulièrement populaires ici.

En outre, à Turkmenbashi, les voyageurs effectuent des excursions passionnantes vers les sites touristiques de la ville et ses environs. Les lieux les plus visités sont considérés comme le Dehistan, la mosquée de Parau-Bibi et la réserve de Khazar.

Les achats

À Turkmenbashi, il existe un grand nombre de boutiques de souvenirs et de magasins vendant divers produits mémorables. Les achats les plus populaires parmi les touristes étrangers sont des articles de costume national, des articles en soie et en laine, des calottes, des telpaks, des bijoux, des figurines diverses. En règle générale, la plupart des voyageurs préfèrent acquérir des statues de chevaux, symbole de l'État. Et, bien sûr, peu d’étrangers sont rentrés chez eux sans un magnifique tapis turkmène. Un grand nombre de magasins spécialisés dans la vente de tapis sont situés à Turkmenbashi. Il est à noter qu'il est préférable d'acheter un produit aussi coûteux (au moins 300 $) exclusivement dans les magasins de l'État, car seuls ces vendeurs peuvent vous délivrer un certificat spécial confirmant le fait que vous l'avez acheté. De plus, le coût du tapis comprend déjà une taxe à payer obligatoirement pour exporter le tapis à l'étranger.

Vous pouvez également acheter des tapis et des tapis en feutre sur les marchés urbains locaux. Certes, leur qualité sera légèrement inférieure à celle des points de vente gouvernementaux.

Tous les paiements pour les achats sont effectués uniquement dans la monnaie nationale - manat.

Transport

Turkmenbashi est une plaque tournante des transports. Ici se trouve un chemin de fer avec un roulement élevé de fret et de passagers. Turkmenbashi est le plus grand port du Turkménistan et l'aéroport est situé près de la ville.

Les vols sont opérés par la compagnie aérienne publique Turkmen Airlines. La liaison aérienne Turkmenbashi est reliée à Ashgabat, Turkmenabad et Dashoguz. En général, les voyages aériens à l'intérieur du pays sont utilisés par les touristes étrangers, qui ne semblent pas assez à l'aise pour voyager en train par train. Le prix des vols intérieurs est bas - seulement 7-10 $.

Le chemin de fer est le principal moyen de transport reliant Turkmenbashi aux autres grandes villes de l’État. Plusieurs centaines de milliers de cargaisons sont transportées chaque jour par le port. Les trains de voyageurs vont en direction d'Ashgabat, Dashoguz, Turkmenabad, Mary. Le prix du billet est d'environ 2,5 $ dans une voiture réservée et un peu plus de 4 $ pour voyager dans une CB confortable.

En tant que port maritime majeur, Turkmenbashi est reliée par ferry aux principaux ports d’autres pays, notamment Bakou en Azerbaïdjan et Astrakhan en Russie. Fait intéressant, le traversier est un chemin de fer. Chacun des traversiers existants embarque jusqu'à 28 voitures de chemin de fer et environ 200 passagers. Le prix d’une telle traversée varie de 20 à 40 dollars.De plus, entre les ports de Bakou, Astrakhan et Turkmenbashi, le trafic de fret est excellent.

Les transports en commun de la ville sont représentés par des bus et des taxis. Cependant, la majorité des étrangers préfèrent les services des derniers chauffeurs. Le prix d'un billet pour un trajet en transports en commun à Turkmenbashi est d'environ 0,1-0,15 $. Pour un voyage en taxi, vous devrez payer un peu plus - environ 1 $.

Connexion

La communication téléphonique à Turkmenbashi est un peu moins développée que dans la capitale de l'État. Bien qu'il y ait des téléphones de rue ici, ils ne conviennent que pour les communications en ville. De plus, la qualité de la communication de ces machines laisse beaucoup à désirer. Pour les appels internationaux, vous pouvez utiliser les téléphones installés dans les hôtels, ainsi que dans les bureaux de poste. Un appel à l'étranger coûte environ 1 dollar.

Les communications mobiles à Turkmenbashi ont reçu plus de développement que les lignes fixes. Le réseau cellulaire est exploité par deux opérateurs: TM CELL et MTS-Turkmenistan. À propos, ces sociétés supportent parfaitement les frais d'itinérance de tous les principaux opérateurs de téléphonie mobile mondiaux, y compris les opérateurs russes. En voyageant autour de Turkmenbashi, vous pouvez acheter une carte SIM de n'importe quel opérateur local et parler à votre famille au prix de 0,25 dollar la minute.

La connexion Internet dans la ville est excellente. Dans les rues centrales de Turkmenbashi, ainsi que dans les grands hôtels, vous trouverez des cybercafés confortables. Fait intéressant, en plus de ces lieux, l’accès au réseau est également fourni par divers grands établissements et par l’aéroport. Il est à noter que le coût d'une heure de travail sur Internet ne vous coûtera que 2 $.

La sécurité

Turkmenbashi jouit d'une réputation de ville relativement sûre. Cependant, le statut de grand centre de transport avec un important trafic de passagers le rend attrayant pour les pickpockets et les escrocs. Il convient de noter que les infractions plus graves contre des citoyens étrangers n’ont pas été enregistrées. Rappelez-vous que lorsque vous vous trouvez dans des endroits où se concentrent de nombreuses personnes, vous devez être extrêmement attentif à leurs affaires, leurs portefeuilles. Il est préférable de laisser des objets de valeur à l'hôtel.

Cependant, en matière d’assainissement, tout n’est pas aussi bon que: comme dans toute ville asiatique, Turkmenbashi risque d’être infectée par des maladies aussi graves que la dysenterie, le paludisme, l’hépatite et la fièvre typhoïde. Avant d'arriver ici, vous devez faire toutes les vaccinations requises.

En outre, l’eau du robinet est totalement impropre à la consommation. Pour commencer, il est recommandé de le faire bouillir et ensuite de boire ou de se brosser les dents. Acheter de la nourriture dans les magasins locaux ou les bazars, après que cela vaut la peine de les laver à fond. Surtout des fruits et des légumes. Et les produits tels que la viande ou le poisson doivent être soumis à un traitement thermique avant d'être consommés.

Climat des affaires

La station balnéaire de Turkmenbashi est attrayante pour les investisseurs principalement par le secteur pétrolier - l’ensemble des raffineries est situé dans la ville. Les autorités municipales et nationales ont adopté un certain nombre de lois régissant les relations entre les investisseurs étrangers et les entreprises publiques. Il convient de noter qu'en vertu de ces lois, les coentreprises bénéficient d'un certain nombre d'avantages supplémentaires en termes de taxation et de certification des produits.

De plus, l'intérêt touristique de Turkmenbashi s'est récemment accru, en particulier après l'ouverture de la station balnéaire d'Avaza. La plupart des investissements étrangers sont investis dans le secteur du tourisme. L’ouverture de grands hôtels et de lieux de divertissement est très rapidement payée pour le commerce.

Immobilier

L'immobilier à Turkmenbashi a été très apprécié par les experts du monde entier. Il convient de noter que l'intérêt accru des investisseurs est dû aux politiques menées sur le marché immobilier (la vente de logements à des citoyens étrangers ne fait l'objet d'aucune restriction), ainsi qu'à la mise en œuvre de nombreuses mesures visant à attirer les touristes dans la ville et ses environs. En particulier, la création de la station balnéaire d’Avaza a eu une grande importance dans le développement du marché immobilier Turkmenbashi.

Le coût au mètre carré à Turkmenbashi est légèrement inférieur à celui de la capitale, et légèrement plus élevé que la moyenne par rapport aux autres villes du pays.Pour acheter un petit appartement dans un quartier résidentiel de Turkmenbashi, vous devez préparer un montant de 25 000-30 000 $. La plupart des hommes d'affaires qui achètent une propriété pour l'organisation ultérieure d'un hôtel ou d'une auberge de jeunesse préfèrent les chalets. Le coût d'un tel bien immobilier est nettement supérieur à celui d'un simple appartement. Le prix d'une maison moyenne avec la valeur du terrain est d'environ 45 000 $. Il est à noter que le marché de l'habitation de banlieue connaît aujourd'hui certaines difficultés liées aux fluctuations du prix des terrains.

Conseils touristiques

La belle Turkmenbashi fascine les touristes par sa cordialité et son hospitalité. Pour des vacances inoubliables et sûres dans cette ville magnifique, plusieurs règles importantes doivent être observées.

Tous les touristes arrivant à Turkmenbashi sont obligés de rester uniquement à l'hôtel, ce qui était indiqué dans l'invitation de l'agence de voyage et constituait la base pour l'obtention d'un visa d'entrée. Les voyages de touristes étrangers dans certaines régions, principalement dans des zones protégées, ne sont possibles qu’accompagnés d’un représentant d’une société de tourisme. Il convient de noter que la vidéo et la photographie nécessitent également une autorisation spéciale des autorités locales ou du public.

Rester à Turkmenbashi n'est possible qu'après avoir effectué les vaccinations préventives correspondantes - contre la typhoïde, le paludisme, la dysenterie et l'hépatite. À propos, pendant la période chaude de l'année, le problème de la prévention de la dysenterie est particulièrement aigu en ville.

Le temps chaud de Turkmenbashi est inhabituel pour de nombreux touristes, aussi, pour éviter les ennuis, il est conseillé de toujours disposer de produits de protection solaire, de chapeaux et de répulsifs qui vous protégeront des insectes ennuyeux.

Lorsque vous achetez des souvenirs, n'oubliez pas que tous les produits ne sont pas autorisés à être exportés à l'étranger. Il est strictement interdit d'exporter toute espèce de poisson et de caviar noir. En outre, lors de l’achat de tapis, vous devez fournir aux autorités douanières un certificat spécial confirmant l’achat des marchandises, le paiement de la taxe appropriée ainsi que l’âge du tapis. Pour l'exportation à l'étranger sont autorisés les produits dont l'âge ne dépasse pas 50 ans.

Loading...

Catégories Populaires