Niger

Niger

Résumé par pays Drapeau NigerArmoiries du NigerHymne nigerDate d'indépendance: le 3 août 1960 (de la France) Langue officielle: Gouvernement français: République, Territoire: 1 267 000 km² (21ème dans le monde) Population: 17 470 530 personnes. (63ème au monde) Capitale: Niamey Monnaie: Frank CFA Fuseau horaire: UTC + 1 Les plus grandes villes: Niamey, Zinder, MaradiVP: 5,557 milliards USD Domaine Internet: .ne Code téléphonique: +227

Niger - Le plus grand État d'Afrique de l'Ouest (une superficie de 1 267 000 km²), dans un passé lointain - l'un des plus grands centres de culture africaine, qui faisait partie des anciens États d'Afrique du VIIe au XVIIIe siècle. Depuis le début du 20ème siècle - la possession de la France, depuis 1960 - un état indépendant. La langue officielle est le français. La majeure partie du pays est située dans le plus grand désert du monde, le Sahara. Il s'agit d'un plateau plat situé à 200-500 m d'altitude, le reste du plateau de l'Air s'élevant dans la partie centrale (de 700 à 800 m dans la partie occidentale à 1900 m au centre). À l’est, le plateau se termine brusquement par le vaste désert sableux de Tenere (occupant près du tiers du territoire du pays).

Informations générales

Dans le centre du désert du Ténéré, les dunes mobiles, presque dépourvues de végétation, prédominent, et dans la partie sud, des dunes fixées avec des plantes atteignant 15 à 20 km de long. La partie la plus septentrionale du Niger, à la frontière avec l'Algérie et la Libye, est occupée par de hauts plateaux pierreux dans le désert; au sud, il y a un plateau composé de loams et de grès. Un espace naturel spécial constitue le plus propice à la vie de la vallée du fleuve Niger au sud-ouest du pays.

Le Niger est l'un des pays les plus chauds du monde. Les trois quarts de son territoire sont occupés par une zone désertique tropicale où les précipitations annuelles sont inférieures à 100 mm et les températures moyennes mensuelles supérieures à 30 ° C. Au sud du désert se trouve la zone sahélienne avec des précipitations pouvant atteindre 600 mm, bien que les sécheresses soient également courantes ici. Ce n'est que dans l'extrême sud-ouest du pays qu'il y a un peu plus de précipitations - 750 mm par an (généralement en juillet et août). Le climat se caractérise par de fortes variations de température quotidiennes: il peut atteindre 13 ° C le matin et, au bout de quelques heures, l’air se réchauffe à 30 ° C. La végétation est clairsemée et, de plus, fortement transformée par l'homme: dans la zone sahélienne, des zones de savane herbeuse avec certains groupes d'arbres (acacia sénégalais, gao) sont préservées par endroits. Parmi les grands animaux, il y a peu de girafes, lions, antilopes, deux grands troupeaux d'éléphants. Dans les régions méridionales, les sangliers et les phacochères sont assez courants.

La composition ethnique de la population (environ 20,6 millions d'habitants) est complexe: plus de la moitié d'entre eux sont des Hausa - des agriculteurs vivant le long de la frontière avec le Nigéria, dans le sud du pays. L'Occident est peuplé par les peuples du groupe linguistique Songhaï. Les Touaregs du nord et du nord-ouest du pays appartiennent aux Touareg, de même que les Fulbe occupés par des éleveurs nomades. La grande majorité de la population est musulmane. Niamey n'est pas seulement la capitale, mais également le plus important centre industriel, culturel et de transport. Voici l'université, d'autres établissements d'enseignement. Il convient de noter que la règle du nationalisme est caractéristique des habitants des villes du Niger vis-à-vis des Européens en visite.

La nature

Le territoire du Niger est situé dans l'ancienne plateforme africaine. Les roches du socle - granites, gneiss et schistes cristallins remontent au nord - dans le massif de l'Ayr, au sud-ouest - sur la côte du fleuve Niger et au sud - entre les villes de Zinder et Gora. L'air divise le pays en parties occidentale et orientale. Ses pentes abruptes se détachent nettement des plateaux environnants. Le massif est composé d'anciennes roches cristallines, brisées par des intrusions volcaniques. Les gisements riches de minerais d'uranium sont concentrés à Aire dans les régions d'Arlit et d'Imuraren, ainsi que des gisements de houille à Anu-Araren.

À l'ouest et à l'est du pays, la fondation est recouverte d'une couche de roches sédimentaires. On y trouve de puissantes couches pétrolifères en cours de développement dans la région de Tin-Tumma. Des gisements industriels de minerai de fer près de la ville de Sai et de phosphate minéral près de Tapoa et Tahoua sont découverts sur la rive droite du fleuve Niger. On a également trouvé des dépôts de gypse et d'étain.

Le massif aérien a une pente générale à l'ouest, où les hauteurs n'atteignent que 700 à 800 m. Il existe de nombreuses vallées profondes avec des lits de rivière asséchés (le nom local est «rougeole»), qui se remplissent parfois d'eau pendant les pluies. Dans la partie centrale du massif, les hauteurs moyennes atteignent 1300-1700 m, les plus hautes régions du pays se situent ici - Tamgak (1988) et Idukal-Tages (2022 m).

La partie orientale d’Aira se termine brusquement en direction du vaste désert du Tenere, dominé par des dunes mouvantes, formant des crêtes de dunes et des massifs.

Au nord du Niger se trouvent les plateaux Mangheni et Jado, disséqués par de profonds canyons. La hauteur moyenne du plateau est comprise entre 800 et 900 m (le point culminant est de 1054 m sur le plateau de Mangeni).

Dans les régions méridionales du pays, dominent les plateaux aplatis, composés de grès, de sables et de loams avec des affleurements séparés de roches cristallines. Les hauteurs moyennes sont comprises entre 200 et 500 M. La monotonie du relief est interrompue par le plateau Adar-Duchi, fortement découpé, situé au sud-est de Tahoua et par les pittoresques collines de granit situées à proximité de Zinder.

Le Niger est situé dans l'une des régions les plus chaudes du monde. La température annuelle moyenne y est comprise entre 27 et 29 ° C. L'évaporation atteint 2 000 à 3 000 mm, tandis que les précipitations annuelles ne dépassent presque jamais 600 mm.

Les vastes régions septentrionales situées dans le désert du Sahara se caractérisent par un climat désertique tropical caractérisé par une grande sécheresse de l'air, des températures diurnes élevées et des fluctuations de température journalières importantes (plus de 20 ° C). Les régions du sud du Sahel se caractérisent par un climat tropical humide variable avec une saison des pluies de deux à quatre mois. Ici aussi, les différences de températures diurnes et nocturnes sont importantes et la chaleur de midi peut atteindre 40 ° C.

Si, dans le Sahara, les précipitations annuelles sont inférieures à 100 mm et qu'il n'y a pas de pluie du tout pendant plusieurs années, dans le Sahel, les précipitations annuelles moyennes n'excèdent pas 300 mm et au sud, à la latitude de Tahoua et Niamey, augmente parfois jusqu'à 400-600 mm.

Dans l'extrême sud-ouest du Niger, près de la frontière avec la République du Bénin, le climat est plus humide. Les précipitations annuelles moyennes dépassent 800 mm et la saison des pluies dure 5 à 7 mois.

Le changement de saison et la quantité de précipitations dépendent du régime des vents. En avril - juin, le vent chaud et sec prévaut - harmattan, qui souffle du Sahara. En juillet-août, il est remplacé par la mousson du sud-ouest, apportant plus d'air humide de l'océan Atlantique.

Les sécheresses fréquentes nuisent gravement à l’agriculture du Niger. En 1968-1974, une grave sécheresse a éclaté dans tout le pays, accompagnant la mort des récoltes et du bétail.

Le Niger, le plus grand fleuve du pays, reçoit de la nourriture en raison des fortes pluies qui tombent dans ses sources. Les inondations près de la ville de Niamey ont lieu fin janvier - début février. Au sud, près de la ville de Guy, deux inondations sont exprimées - en février et septembre-octobre. La vallée du Niger est la plus importante région agricole du pays où l’eau du fleuve est largement utilisée pour l’irrigation.

Le Niger possède une partie de la zone d’eau du lac Tchad, qui modifie souvent la forme des rives et le niveau de l’eau. Les profondeurs varient de 1 à 4 m, en fonction de la quantité de précipitations et du débit de la rivière. Le plus haut niveau est en janvier, le plus bas - en juillet. Le lac est riche en poissons, mais ses rives sont fortement envahies par les herbes et les arbustes, marécageux et difficiles à atteindre.

La majeure partie du territoire du Niger est dans la zone désertique et seulement 1/4 dans la zone de savane. Au nord, dans le désert du Ténéré et sur les plateaux d'Air, de Jado et d'autres, ce n'est qu'après les pluies qu'un brillant tapis de plantes herbacées éphémères apparaît, qui dure plusieurs semaines, puis sèche. Dans les oasis poussent des palmiers - date et fin.

Dans les savanes du Sahel, prédominent les herbes et autres herbes, ainsi que les arbustes épineux et les arbres rares. La végétation naturelle souffre ici du pâturage.

Au fur et à mesure qu’il se déplace vers le sud, on trouve de plus en plus d’arbres dans les savanes, en particulier les acacias à couronnes-parapluies. Les baobabs, les palmiers (dum et autres) poussent également, et l’herbe à barbe et l’éléphant prédominent parmi les herbes. Dans l'extrême sud-ouest, la végétation ligneuse commence à dominer, de grands arbres à cimes d'un vert luxuriant apparaissent: Bombax (cotonnier), mangues à fruits orange vif, papayes et palmiers. Les bambous poussent le long des rivières.

Dans les déserts du Niger, il y a de nombreux rongeurs, renard-fenek, antilope d'oryx et addax. Des gazelles gracieuses, de nombreux prédateurs (guépards, hyènes, chacals) habitent les savanes. Le monde des oiseaux est riche: il y a des autruches, des aigles, des vautours chauves, des cerfs-volants.

Dans la savane méridionale, les girafes, les antilopes et les sangliers sont préservés ça et là parmi les grands mammifères et les lions parmi les prédateurs. De grands troupeaux d'éléphants se trouvent sur la rive droite du Niger et près du lac Tchad. Il y a des hippopotames dans les rivières, ainsi que des crocodiles. Les oiseaux sont particulièrement nombreux: canards, oies, bécasseaux, hérons, grues, ibis, cigognes, marabous noirs. Parmi eux se trouvent de nombreuses espèces migratrices. De nombreux insectes, en particulier les termites et les sauterelles.

Dans la région du plateau montagneux de l'Air et du désert de Tenerife sont créées des réserves naturelles.

Histoire

Avant l'établissement du pouvoir des Français à la fin du 19ème siècle. L'histoire du Niger comprend les migrations tribales, les conflits entre étrangers et peuples indigènes, la montée et la chute de formations étatiques et la rivalité qui les oppose. Au 11ème siècle Les Touaregs, éleveurs de bétail nomades d'origine berbère originaires d'Afrique du Nord, se sont installés dans la région du Plateau de l'Air. Ils ont assimilé une partie des fermiers qui vivaient alors dans les régions les plus élevées du plateau, tandis que les autres ont été forcés de se déplacer vers le sud sur le territoire situé entre les villes modernes de Tahoua et de Zinder. À partir du 14ème siècle Les Hausa ont créé leurs cités sur le territoire du sud du Niger. La confédération formée par les Touaregs (le Sultanat de l'Air) était plutôt amorphe, mais l'un de ses dirigeants, Yusuf, fonda la ville d'Agadez, qui devint en 1430 la capitale de l'Air (d'où le nom "Sultanat d'Agades"). Au 16ème siècle L’armée de l’État de Songai (dont le centre est situé à Gao) s’est emparée de vastes régions de l’ouest et du centre du Niger, y compris le sultanat d’Agadez. Agadez a prospéré du fait que les routes caravanières se croisent, reliant la capitale Songai, la ville de Gao sur le fleuve Niger à la Tripolitaine et à l’Égypte.

Après la conquête de Songai par les troupes marocaines en 1591, le gouvernement de Born avec la capitale Ngazargamu (l'actuel Nigeria) a été mis en place pour contrôler une partie de la région d'Ayr et les terres de Hausa au sud-est, notamment Zinder. Les autres maisons qui ont créé les cités-états de Gobir, Katsinu et Daura et ont survécu sous l'assaut des états de Songai et Kebbi ont réussi à préserver leur indépendance, bien que très fragile. Les troubles civils et les affrontements fréquents avec d'autres États hausiens n'ont pas empêché la prospérité de ces cités-États en raison du développement de l'agriculture et de l'artisanat, ainsi que de la participation au commerce transsaharien.

Au début du 17ème siècle De nombreux migrants Jerma de l'État de Songhai se sont installés à l'est du fleuve Niger et sont devenus des agriculteurs sédentaires. Au même moment, une nouvelle vague de Touareg est apparue sur le territoire du Niger, se dirigeant vers le sud en direction du fleuve Niger. Autres groupes touaregs restaurés au 18ème siècle. leur indépendance et se sont déplacés à l'ouest dans le but de faire des raids sur les terres de l'ancien État de Songhaï. Au début du 19ème siècle Les terres hausiennes et la partie occidentale de Bornu sont devenues le théâtre de la guerre sainte du djihad, dirigée par le théologien musulman et réformateur Osman Dan Fodio, d'origine ethnique fulbe. Il a réussi à établir le pouvoir du fulbe dans la majeure partie du nord du Nigeria et dans les régions du sud du Niger. L'Etat de Born, rétabli sous la direction d'un prédicateur et commandant musulman al-Kanemi, repoussa l'assaut de Fulba et contrôla la partie sud-est du Niger jusqu'à son apparition à la fin du XIXe siècle. Conquérant soudanais Rabba.

Quand au 19ème siècle les premiers voyageurs européens sont arrivés au Niger, ils ont trouvé cette terre complètement anarchique et ont vu se désintégrer des formations étatiques et de petites colonies isolées, dont les habitants ne pouvaient se défendre contre des voisins agressifs et belligérants. En 1806, le voyageur écossais Mungo Park descendit le fleuve Niger. En 1822, l'écossais Hugh Clapperton et l'anglais Dixon Denham se dirigèrent de Tripoli par le Sahara et atteignirent le lac Tchad. En 1853-1855, l'explorateur allemand Heinrich Barth, qui était au service des Britanniques, partit avec son expédition du fleuve Niger au lac Tchad. En 1870, un autre explorateur allemand, Gustav Nachtigall, traversa le territoire du Sahara de l'oasis de Bilma à Ngigmi, près du lac Tchad. Bien que parmi ces chercheurs il n'y ait pas de Français, lors de la Conférence internationale de Berlin de 1884-1885 sur la division de l'Afrique, la partie supérieure du fleuve Niger est déclarée zone d'intérêt français. En 1890, des représentants de la Grande-Bretagne et de la France se sont mis d'accord pour établir une ligne de démarcation entre les zones d'intérêt de la Grande-Bretagne et de la France, reliant la ville de Say au Niger à Garoua au bord du lac Tchad. En 1898 et 1904, cette frontière a été clarifiée à la lumière des résultats des nouvelles recherches et de "l'occupation effective". En 1891-1892, le lieutenant-colonel P.L. Montey, au nom du gouvernement français, arpenta le territoire de cette région. Il en résulta qu'après 1897, un certain nombre de postes militaires français furent créés entre le Niger et le lac Tchad. En raison de la résistance farouche des Touaregs à l'expansion coloniale française, Agadez ne fut capturé qu'en 1904. Les Touaregs n'acceptèrent pas la perte de leur indépendance et soulevèrent un soulèvement contre les autorités françaises pendant la Première Guerre mondiale. Les Français ne purent pendant longtemps contrôler efficacement nomades touareg. En outre, les Français affrontent la résistance acharnée des nomades des Tuba dans la partie orientale du Niger, qui n’est rompue qu’en 1922.

En 1900, le "territoire militaire autonome de Zinder" a été créé (en 1910, il a été transformé en "territoire militaire du Niger"), qui a été intégré à la colonie du Haut Sénégal - le Niger, qui faisait partie de l'Afrique occidentale française (FZA). En 1922, le territoire du Niger a été attribué à une colonie distincte dans le cadre de la FZA. En 1926, le centre administratif de la colonie a été transféré de Zinder à Niamey.

Avant l'introduction de la constitution française de 1946 au Niger, il n'existait aucune organisation politique de type moderne. La constitution prévoyait la représentation des Africains dans les gouvernements locaux des colonies, qui sont devenus des "territoires d'outre-mer", et étaient également représentés à l'Assemblée nationale française. En 1946, le premier parti politique du Niger a été créé - le Parti progressiste du Nigéria (NPP), qui est devenu l'une des sections de l'Union démocratique africaine (ADO), qui opérait dans toutes les colonies de la FZA. Très vite, la SPE a commencé à perdre son autorité et, en 1951, la scission de la gauche, dirigée par le dirigeant radical du mouvement syndical Djibo Bakari, a craint de suivre la ligne politique adoptée par une partie de la direction du DAA qui refusait de coopérer avec le parti communiste français. En 1957, D. Bakari créa un nouveau parti opposé à la SPE - l'Union démocratique du Niger (à partir de 1958 - Sawaba). Lors des premières élections tenues en 1957, après l’adoption de la loi accordant une plus grande autonomie aux territoires d’outre-mer, le parti de Bakari obtint la majorité des sièges au parlement nigérien et devint lui-même Premier ministre.Au cours de la campagne à la veille du référendum sur le projet de Constitution française de 1958, dans laquelle la population des colonies françaises d'Afrique devait voter soit pour rejoindre la Communauté française, soit pour rompre tout lien avec la métropole, Savaba représentait l'indépendance complète du Niger. Dans cette situation, le NPP, avec les dirigeants et les autres forces politiques, a formé la coalition Union pour la Communauté franco-africaine. Lors du référendum, dont les résultats sont toutefois controversés, 78% des suffrages ont été exprimés en faveur de l'entrée du Niger dans la Communauté française. Le nouveau gouvernement était dirigé par le chef du NPP Amani Diori. Aux élections législatives de décembre 1958, le NPP remporta la majorité des sièges à l'Assemblée nationale. L'année suivante, le parti de Sawaba est interdit, les députés qui transmettent ses listes sont expulsés du Parlement et les dirigeants du parti sont expulsés du Niger.

Après la proclamation de l'indépendance par le Niger en août 1960, A. Diori est devenu président du pays. En 1965 et 1970, il a été réélu pour un nouveau mandat. Le régime conservateur de Diori a maintenu des liens politiques et économiques étroits avec la France. Au cours des années 1960, des affrontements ont eu lieu entre des partisans du parti Sawab et des forces de maintien de l'ordre. Le Niger est plus fort que d’autres pays de la région du Sahel qui ont souffert de la sécheresse de 1969-1974, qui a provoqué une famine massive. Le pays a fortement réduit le cheptel. Après la diffusion d'informations selon lesquelles l'aide étrangère ne parvient pas à la population qui meurt de faim en raison de l'inefficacité et de la corruption des autorités, l'autorité du régime Diori a été ébranlée. En avril 1974, il est renversé par un coup d'État militaire. Le pouvoir est passé au Conseil militaire suprême (armée de l'air), dirigé par le lieutenant-colonel Seini Kuncha. La fin de la sécheresse et la hausse des prix mondiaux de l'uranium ont aidé le gouvernement militaire à reconstruire son économie avec un succès certain, même si le pays était toujours pauvre. Les autorités militaires nigériennes ont cherché à maintenir des liens étroits avec la France. Lorsque la Libye a envahi le territoire du Tchad voisin en 1980, elle a commencé à renforcer ses relations avec les pays arabes et les États de l'Afrique de l'Ouest.

Depuis 1989, le pouvoir au Niger est passé entre les mains du chef d’état-major des forces armées, Ali Saibu. Il a présenté une nouvelle constitution qui prévoyait un système multipartite et a fondé le parti, le National Development Society Movement (Nassara). En 1989, la constitution a été suspendue et l'Assemblée nationale dissoute. Le gouvernement intérimaire était dirigé par Amadu Chuffe, qui avait entamé les préparatifs en vue des élections législatives et présidentielles. En 1993, pour la première fois, un représentant du peuple haoussa, Mahaman Usman, a été élu président du pays. Il a occupé ce poste jusqu'en janvier 1996, lorsqu'un coup d'État a eu lieu. Le Premier ministre et le président du Parlement ont été démis de leurs fonctions. Le Conseil de réconciliation nationale (SNP) a été créé sous la direction du chef d'état-major des forces armées, I. Barre Maynasara. La nouvelle constitution, introduite le 22 mai 1996, interdisait les activités des partis politiques. En juillet 1996, Mainasara a été élu président du pays et des élections législatives ont eu lieu en novembre 1996.

Au début de 1999, des élections législatives et locales ont eu lieu. Cependant, leurs résultats de février ont été annulés par la Cour suprême, car ils ne convenaient pas aux dirigeants du pays (de nombreux représentants des partis d'opposition ont été victorieux). Dans le pays mûri le mécontentement avec le régime au pouvoir. Et le 9 avril, Mainasara a été tué. Le chef de l'Etat et président du SNP a été nommé à la tête de la garde présidentielle, le major Daoud Malam Vanke (originaire du peuple haoussa).

Les élections présidentielles de 1999 se sont déroulées en deux tours: les 17 octobre et 24 novembre. Sept candidats se sont présentés au premier tour. Au second tour, la lutte pour la présidence s'est déroulée entre le candidat du Mouvement national pour la société pour le développement, Nassar (NDOR - Nassar), Mamadou Tanja, et le chef du parti nigérian pour la démocratie et le socialisme (NPDS). ). M. Tandzha a été élu président du pays avec 59,89% des voix.

Lors des élections législatives du 24 novembre 1999, le parti NDOR-Nassara a également remporté une victoire convaincante (38 sièges sur 86 à l'Assemblée nationale).

En 2000, le gouvernement a lancé un programme de réformes économiques intensives d'une durée de deux ans. Le programme prévoyait avant tout la privatisation et le reprofilage des entreprises d’État, ainsi que la réduction des dépenses budgétaires consacrées aux besoins sociaux. Jusqu'en 2003, le PIB réel était négatif.

Lors de l'élection présidentielle de 2004, qui s'est déroulée en deux tours (les 16 novembre et 4 décembre), Tanje a encore remporté la victoire. Au deuxième tour des élections, M. Issuf était son adversaire politique.

Lors des élections à l’Assemblée nationale du 4 décembre 2004, le parti NDOR - Nassara a remporté une victoire convaincante (47 sur 113 sièges). Le Parti nigérian pour la démocratie et le socialisme (NPDS) a remporté 25 sièges, la Convention démocratique et sociale (DSC) 22 sièges et les 19 sièges restants sont allés au DLS, à l’ODP, à l’Alliance nigériane pour la démocratie et le progrès social et au NSDAP. Le président du Parlement a élu le président de DSK, Mahaman Usman.

L'économie du pays dépend en grande partie de l'aide étrangère. Les principaux donateurs financiers sont la France, le FMI et le Japon (en 1997, le Niger a reçu 300 millions de yens de dons pour le développement du secteur agricole du pays). Le Niger reçoit une assistance financière du FMI dans le cadre du programme PPTE (pays pauvres très endettés) en faveur des pays les plus pauvres et à forte dette extérieure. En avril 2004, le FMI a annulé la dette du Niger pour un montant de 663,1 millions de dollars. En février 2005, le Fonds a décidé d’accorder un prêt de 10 millions de dollars au Niger pour mettre en œuvre le programme de développement économique calculé jusqu’en 2008. Parallèlement, le FMI a demandé au gouvernement nigérien d’utiliser les recettes pour lutter contre la pauvreté et assurer une croissance annuelle du PIB de 4%. % En 2004, le PIB s’établissait à 9,7 milliards de dollars et sa croissance à 3,5%.

À l'été 2005, une situation extrêmement difficile s'est développée dans le pays: à cause d'une longue sécheresse et de l'invasion de la sauterelle qui a détruit les cultures, la famine a commencé. Selon les estimations de l'ONU, 2,5 millions de Nigériens ont besoin d'une aide alimentaire urgente. Situation particulièrement critique dans les régions du nord-ouest du pays. La France a commencé à fournir une aide alimentaire sous l'égide de l'ONU: en juillet, une cargaison de 18 000 tonnes de matériel humanitaire a été envoyée au Niger. Le montant total de l'aide à la France au Niger sera d'environ 5 millions d'euros (avec une aide alimentaire supplémentaire de 1,5 million d'euros). L'Allemagne a également envoyé un gros lot de nourriture en juillet. Le Nigéria a alloué 1 000 tonnes de céréales pour aider le Niger, qui a faim.

En janvier 2005, la présidente Tanja a été élue présidente de la CEDEAO. Les derniers changements au gouvernement ont été apportés le 12 février 2005. En décembre 2005, les Jeux des pays francophones se dérouleront à Niamey. Afin de préparer les événements sportifs, la France a alloué plus de 10 millions d’euros au Niger pour le développement des infrastructures de la capitale.

Économie

Le Niger est un pays agraire. Elle se classe au deuxième rang mondial (après la Sierra Leone) en termes de pauvreté. Selon l'ONU env. 3,5 millions de personnes souffrent de la faim. Le revenu annuel de 75% de la population est de 365 dollars, dont 35% vivent sous le seuil de pauvreté. 40% de la population (principalement dans les zones rurales) souffrent de malnutrition chronique.

La part du secteur agricole dans le PIB est de 39% (2001), il emploie 85% de la population (2005, estimation). 3,54% des terres sont cultivées (2001). La production agricole dépend presque entièrement de la quantité de précipitations. La croissance annuelle de la production dans le secteur agricole est d’environ 2%. Les principales cultures d'exportation sont les cacahuètes et les légumes. On cultive également des oranges, des bananes, des légumineuses, du maïs, du mil, du riz, de la canne à sucre, du sorgho, du coton et du tabac. L'élevage de bétail nomade (élevage de chameaux, chevaux, bovins, ânes, moutons et chèvres) est développé. Les captures de poisson en 2000 se sont élevées à 16,27 000 tonnes.

La part dans le PIB est de 17% (2001). Les industries principales sont l'industrie minière et la fabrication. Le Niger est le troisième au monde (après le Canada et l'Australie) en matière d'extraction d'uranium. Sa part dans les exportations du pays est en diminution constante, atteignant 32% en 2002 (60% en 1990). Le charbon et l'or sont également exploités. Certaines entreprises transforment des produits agricoles, notamment la production de beurre d'arachide, de farine et de bière. Il existe de petites usines de textile et de cuir.

Le volume des importations dépasse de loin le volume des exportations: en 2002, les importations (en dollars des États-Unis) s'élevaient à 400 millions et les exportations à 280 millions. Les produits importés sont les céréales, les produits alimentaires, les machines et le pétrole. Les principaux partenaires importateurs sont la France (17,4%), la Côte d'Ivoire (11,3%), l'Italie (8,4%), le Nigéria (7,3%), l'Allemagne (6,5%), les États-Unis (5%). , 5%) et la Chine (4,8%) - 2004. Les principaux produits exportés sont le minerai d’uranium, le bétail vivant, les produits de l’élevage et les légumes. Les principaux partenaires à l'exportation sont la France (47,1%, principal importateur d'uranium du Niger), le Nigéria (22,7%), le Japon (8,6%) et les États-Unis (5,4%) - 2004.

L'unité monétaire est le franc CFA (XOF), composé de 100 centimes. En décembre 2004, le taux de change de la monnaie nationale était de: 1 USD = 528,3 XOF.

Ville d'Agadez (Agadez)

Agadez - La plus grande ville du nord du Niger. Il est situé dans le désert du Sahara et est le centre administratif de la province éponyme du pays. Agadez est l'une des villes les plus chaudes du monde.

Informations générales

Les murs de la ville d'Agadez, construits en briques crues, se dressent au pied du magnifique plateau de l'Aire et des dunes de sable du désert du Ténéré. L'ancienne ville marchande s'est développée au carrefour des routes caravanières à travers le Sahara, reliant l'Égypte et la Libye à la région du lac Tchad et au Nigéria. Cette ville exotique située dans le désert d’Agadez est le lieu de naissance des tribus Fulani et Haus, ainsi que des nomades Touareg.

Fondée au XIe siècle, Agadez était l'une des plus grandes villes des Touareg et au XIVe siècle. est devenu le sultanat. À l'apogée du royaume au XVIème siècle. La population de la ville était de 30 mille habitants. Après l'invasion marocaine au XVIIe siècle. la ville tomba en ruine, mais continua d'exister en tant que centre d'enseignements islamiques. Vers 1900, il a été capturé par les Français.

Aujourd'hui, Agadez est toujours le sultanat. Il est situé sur "l'autoroute de l'uranium" reliant Air et Niamey. Les Français possèdent une mine à 250 km au nord.

L'attraction principale est la Grande Mosquée, construite en 1515. Selon les rumeurs, elle possède le plus haut ad minaret d'Afrique - 27 m. La mosquée a été reconstruite en 1844 conformément à la conception originale et équipée de poutres en bois traditionnelles. A proximité se trouve un palais de sultan de trois étages.

La vieille ville est un labyrinthe d'allées étroites et de maisons à un étage, certaines avec des façades merveilleusement décorées. Au cœur de la ville se trouve le marché du Grand Marché, où les Touaregs négocient avec les commerçants du nord des tribus Haus. Les objets artisanaux y sont vendus, y compris le cuir touareg et les bijoux en argent. Les croix agadaises avec un motif géométrique unique sont considérées comme des amulettes protectrices.

Quand venir

De décembre à février.

Ne manquez pas

  • Marché aux chameaux.
  • Chameau dans les montagnes de l'air.
  • Jeep promenades dans le désert du Tenere.
  • Les villes oasis de Timia et Iferuan.

Devrait savoir

Touareg - ces mêmes Cananéens, ou Canaan, de la Bible. Malgré un accord avec le gouvernement de 1995, les rebelles exigeant une plus grande autonomie ont attaqué l'aéroport d'Agadez en juin 2007, mais heureusement personne n'a été blessé.

Niamey City

Niamey - La capitale de la République du Niger, l'Etat d'Afrique de l'Ouest. Niamey est située dans la partie sud-ouest du pays, sur la rive gauche du fleuve Niger. Dans la nouvelle partie nord-est de la ville, des quartiers modernes sont répartis sur le plateau. Ils sont construits avec des bâtiments résidentiels de deux ou trois étages d'architecture moderne et des bâtiments publics décorés avec des ornements nationaux. Voici le Palais des Congrès, la Banque Nationale, les bâtiments administratifs, l’hôtel Grand Hotel du Niger. Sur les rives du fleuve Niger, où la végétation est plus riche que dans le centre, il y a des cottages d'une partie aisée de la population, de bons magasins, des hôtels, un parc national-musée, un jardin zoologique. Il abritait également le palais présidentiel et certaines agences gouvernementales.

La vieille ville de Niamey est constituée de maisons en terre formées de banco (mélange d’argile et de paille) et de toits en herbe.

Histoire

À la fin du XIXe siècle, il existait un petit village de plusieurs centaines d’habitants sur le site de la capitale moderne du Niger. Les colonialistes français ont fondé leur fief dans ce village en 1892. En 1900, Niamey est devenue une partie du «territoire autonome militaire de Zinder» (en 1910, elle a été transformée en «territoire militaire du Niger»). En 1925, le centre administratif de la colonie française du Niger a été transféré à Niamey. L'indépendance du pays a été proclamée en 1960. Depuis lors, Niamey est la capitale d'un Niger indépendant. La résidence présidentielle, le parlement et les bureaux du gouvernement sont situés à Niamey.

Les curiosités

Une des attractions de la ville - la Grande Mosquée, construite dans les années 70. XX siècle. La conception des mosquées du Niger est très originale. Le minaret est construit sous la forme d’une haute pyramide tronquée avec des bouts de piliers en bois. Les attractions de la capitale comprennent le centre culturel, le bâtiment de l’Association des femmes du Niger et un nouveau grand marché. Sur la place du marché - un obélisque en l'honneur des morts de la première et de la deuxième guerre mondiale.

Le Musée national du Niger a été fondé en 1959. C'est l'un des meilleurs musées d'Afrique de l'Ouest, une sorte de centre d'artisanat d'art. La maroquinerie en relief aux couleurs vives, sacs, selles, sandales, vases, colliers sont fabriqués dans la région de Niamey. La forge, les bijoux, le tissage sont très populaires. On connaît des couteaux avec des incrustations en bronze et en argent, des bracelets et des pendentifs en argent, un harnais pour chevaux. Parmi les produits de poterie, on distingue les vases à ornement extrudé, les calebasses aux motifs sculptés et gravés.

Science

Niamey - le centre d'éducation du Niger. En 1971, l’Université d’Etat a été ouverte avec les départements de sciences naturelles, de littérature, d’agronomie, d’économie et de droit et de pédagogie. Il y a le Collège administratif national, l'École africaine de météorologie et de l'aviation civile. La plus grande bibliothèque du pays est une bibliothèque universitaire. Il existe un aéroport international dans les environs de Niamey, qui relie la capitale par voie aérienne à des pays d'Afrique, d'Europe, d'Asie et d'Amérique.

Lac Tchad (Lac Tchad)

L'attraction s'applique aux pays: Tchad, Niger, Nigéria, Cameroun

Lake Chad - la plus grande étendue d'eau d'Afrique centrale, située à la jonction des frontières de la République du Tchad, du Niger, du Cameroun et du Nigéria. Les habitants l'appellent "la mer du Sahara", et dans la traduction de la langue de l'état du même nom, le mot "chad" signifie "grande eau". Ceux qui envisagent de se rendre au centre du continent africain doivent absolument se rendre à cet endroit, surtout lorsque le niveau de l'eau monte.

Outre l'État, il existe des frontières et plusieurs zones climatiques: le Sahara est situé au nord, et au sud, des savanes herbeuses soudanaises bordent le réservoir.

Variations saisonnières

La taille du lac change constamment et les fluctuations sont très importantes. Cela est dû à l'alternance des saisons de pluie et de sécheresse, ainsi qu'au fait que les populations locales utilisent activement les eaux du seul affluent permanent et aisé du Tchad, le Shari.

Ainsi, pendant la période sèche, qui tombe les mois d’hiver et de printemps, la superficie du lac est réduite à 11 000 kilomètres carrés. L'été pluvieux permet à la surface de l'eau de s'étendre sur environ 50 000 kilomètres carrés. En période de précipitations relativement stables, la taille du lac est d'environ 27 000 km 2. Dans le même temps, le Tchad est peu profond, sa profondeur varie de 4 à 11 mètres, selon la saison. De plus, des fluctuations importantes des niveaux d'eau se produisent tous les 20 à 30 ans.

Histoire

Jusqu'au XIXe siècle, les Européens ne voyaient pas ce réservoir, bien que son existence fût connue à l'époque de Ptolémée. Plus tard, il a été décrit par les voyageurs arabes Ibn Battut, ainsi que par le lion d'Afrique. Cependant, en 1823, l'écossais Hugh Klapperton est arrivé ici, ou plutôt est allé le long des sables (plus de 2000 mille kilomètres). Il a non seulement confirmé les descriptions incroyables des Arabes, mais également déterminé les coordonnées du lac. Gustav Nachtigall et Heinrich Barth ont exploré plus en détail cette zone.

Touristes à noter

Il est préférable de visiter ces lieux à l’automne, en hiver ou au printemps. En automne, le réservoir est encore assez riche après les pluies d'été, mais les conditions météorologiques sont plus stables. De plus, c’est au cours des mois d’automne que le voyageur a l’occasion d’apprécier pleinement la richesse de la faune locale. En hiver et au printemps, le niveau de l'eau baisse considérablement et progressivement, le lac se transforme en un marais assez vaste, densément recouvert d'herbe.

Il est à noter que l'eau ici est presque complètement fraîche. Les animaux et les gens boivent sans nuire à la santé. Ceci est complètement atypique pour les lacs de type fermé. Les rivières courantes transportent des sels dissous et des minéraux qui s'accumulent dans un étang lorsque l'eau s'évapore. Cependant, il n’ya pas si longtemps, on a découvert que le Tchad n’était pas totalement dépourvu de déchets. Il existe un canal souterrain qui dirige l’eau salée vers les dépressions du nord-est. Ainsi, il y a un fluide frais à la surface et plus proche du fond, il devient plus salé. Ces deux couches ne se mélangent pas.

Hippopotames, crocodiles et lamantins habitent le lac même. Comment ces derniers sont-ils entrés dans les eaux locales? Ici, il y a une grande variété d'oiseaux de lac et de marais, des poissons. Près de la côte vivent des buffles, des lions, des autruches, des girafes, des zèbres, des éléphants, des antilopes, des phacochères, des rhinocéros. Flamants roses, pélicans, oiseaux migrateurs européens volent de saison en saison vers le lac.

Il est facile de se rendre au lac Tchad depuis les États voisins: le Nigéria, le Niger, le Cameroun et la République du Tchad. Les deux dernières options sont préférables en raison d'une plus grande sécurité pour le touriste. Il est facile de se rendre directement au lac en voiture de location ou en négociant une somme modique avec un habitant de la ville. Dans ce dernier cas, il est particulièrement important d'être prudent et vigilant afin de ne pas devenir victime de vol qualifié.

Les routes goudronnées sont souvent payées ici, mais le coût est purement symbolique - un dollar par voiture par 100 kilomètres. Les piétons et les propriétaires de petits véhicules ne paient pas de tels frais.

Plaque Air (Aïr Azbine)

Plateau Air - Plateau dans la partie sud du désert du Sahara au Niger. Les roches pointues qui surplombent le plateau sont d’origine volcanique et sont composées d’anciens granites et de laves quaternaires. La hauteur moyenne est de 800 à 900 m, le point culminant est le mont Idukal-n-Tage (2022 m). De l'est, le plateau est délimité par les dunes sablonneuses du désert de Tenere.

Histoire

Les Européens sont apparus sur ces terres au milieu du XIXème siècle. Heinrich Barth, le premier des Européens qui a traversé le plateau d'Air et d'août 1850, l'a appelé les Alpes du désert.

En 1988, la réserve aérienne a été créée et une réserve dotée d'un régime de protection strict a été créée pour protéger l'antilope addax, qui occupe un sixième de la réserve. En 1991, la réserve a été inscrite sur la Liste du patrimoine mondial de l'UNESCO du patrimoine naturel et culturel de l'UNESCO. En 1992, en raison de guerres civiles et de conflits entre le peuple touareg local et le gouvernement du Niger, elle a été inscrite sur la liste des sites du patrimoine mondial.

Réserve Plateau Air

Contrairement aux idées de la nature du désert, les paysages de la réserve ne sont pas du tout monotones, il y a des zones rocheuses, argileuses, caillouteuses et sablonneuses, des dépressions couvertes de croûte de sel et des chaînes de montagnes - des "îles de vie".

La base géologique de l'ensemble du territoire est constituée d'un ancien plateau composé de granites, de gneiss et de schistes cristallins, vieux de plus d'un milliard d'années. Sa base légèrement fibreuse est située à une altitude de 400 à 800 mètres, surmontée de neuf massifs de granit et de roche volcanique.

Il y a beaucoup de monuments géologiques intéressants sur le plateau de l'Air. Il s’agit d’un massif congloméré de Takalukozet, de marbre, les Blue Mountains et les collines de marbre blanc de Kogo. Dans la partie centrale de la réserve se trouve la caldera (dépression du chaudron) Arakao, l'une des plus grandes structures en anneaux du monde. Son diamètre atteint plusieurs kilomètres. Soi-disant, il est né il y a des dizaines de millions d'années à la suite d'une frappe de météorite. En général, le plateau d’air est un désert rocheux - hamad.

Les chaînes de montagnes et les plateaux sont divisés par de profondes vallées. Cependant, seuls des cours d'eau temporaires y coulent - wadi et vallées sèches avec des lits sablonneux sont également appelés hak. L'eau ne les traverse que quelques heures après les fortes pluies. Trois grands oueds (Zagado, Taffedet et Ajirrugdu) s'étendent à l'est des massifs rocheux et se perdent dans les sables du désert de Tenere. Les autres oueds orientaux se terminent dans des zones temporairement inondées ou des marais salés où la végétation est abondante et qui jouent un rôle important dans l'écologie des régions désertiques marginales. Trois autres grands oueds - Tamgak, Zilalet et Tamanet - coulent vers l'ouest et le sud et se terminent sur un plateau déjà en dehors de la réserve.

Des images anciennes se trouvent sur les rochers, il existe plusieurs sites archéologiques importants.

Dans les montagnes, il y a des sources chaudes. L'uranium et d'autres minéraux sont extraits.

Faune Plateau Air

L'éloignement relatif du plateau aérien et le fait que les gens ont cessé de s'y installer il y a environ 2 000 ans ont permis à la faune complètement détruite dans d'autres parties du Sahara de survivre.

Plateau Air est devenu un refuge pour de nombreuses espèces menacées des ongulés du Sahara. Selon les estimations des zoologistes, environ 12 000 gazelles Dorka, 170 gazelles Dam et 3 500 milliers de moutons truies y vivent, ce qui représente les deux tiers de la population de cette espèce au Niger.

La faune du reptile comprend le lézard du désert, le varan, la vipère de sable et diverses espèces de boas de sable et de geckos.

Les zoologistes ont trouvé dans la réserve au moins 40 espèces de mammifères, dont beaucoup sont en voie de disparition, 160 espèces d'oiseaux, environ 18 espèces de reptiles et une espèce d'amphibiens. De nombreuses espèces animales sahéliennes sont des vestiges d'époques plus humides et sont isolées de leur principale population du sud du pays depuis plusieurs millénaires.

Pour la nature de la réserve, il existe certains dangers: ce sont les conflits armés entre le gouvernement et les tribus Touareg; la chasse traditionnelle des Touareg sur des gazelles, des antilopes et même des autruches à l'aide de pièges et d'une meute de chiens, l'utilisation d'armes à feu et de voitures utilisées sans restriction pour des besoins tant militaires que civils. Ils font leur part et les touristes pourchassent les antilopes et les gazelles à la recherche de la photographie, de sorte que les animaux meurent de déshydratation.

La plus grande population d'autruche d'Afrique en Afrique de l'Ouest vit dans la réserve - environ 2 000 individus.

Flore plateau air

Loin des montagnes dans les sables du Tenere, il n'y a pratiquement pas de végétation. Seuls les éphémères apparaissent ici après de mauvaises pluies et passent leur cycle de vie dans un temps court (environ 30 jours).

La flore de la réserve comprend plus de 350 espèces de plantes (à titre de comparaison: presque autant dans tout le Sahara). La flore et la faune combinent étonnamment les espèces trouvées dans différentes régions du continent en Méditerranée, au Soudan et au Sahel - les savanes du désert au sud. Les vues de la dernière zone sont les plus nombreuses. La végétation sahélienne est concentrée dans les zones humides du plateau de l'Air. Les principaux types d'arbres sont la plante fourragère à feuilles persistantes Balanites égyptienne, zizifus mauresque, qui a reçu pour ses piquants tranchants et puissants le nom de «clou du Christ», divers types d'acacias. Parmi les derniers acacias blanchâtres intéressants se trouve l’une des rares plantes à feuilles caduques. Lorsque les nuages ​​recouvrent le ciel au début de la saison des pluies, cette plante aimant la lumière laisse tomber les feuilles, et à la saison sèche, lorsque le soleil brille, de nouvelles feuilles apparaissent. Les acacias ont un retard de croissance et leurs troncs sont souvent tordus. Parmi les herbes, on distingue différents types de mil, aristide, cram-krama, vers de mer. Pour survivre dans les conditions arides du Sahel, les herbes ont acquis un système racinaire développé et poussent très rapidement, atteignant 1 à 1,5 mois de maturité.

Des représentants de la flore soudanaise et méditerranéenne reliques ont été découverts à plus de 1 000 altitudes dans les zones les plus humides du plateau aérien. Parmi les "soudanais" - certaines espèces de ficus. De la "Méditerranée" - soumis à une stricte protection des olives sauvages, trouvées à plus de 1 500 mètres d'altitude sur les pentes rocheuses des massifs de Grebun et de Tamgak; espèces sauvages apparentées à des cultures importantes de mil et de sorgho.

Climat Plateau Air

Le climat de la réserve est courant dans le Sahara central: très chaud et sec. Les températures annuelles moyennes d’environ 28 ° C. Le maximum - environ 50 ° C - tombe en mai et juin (c’est alors que le Soleil, se déplaçant au zénith au-dessus des tropiques du nord, traverse ces régions). Malgré cette chaleur de jour, la température est beaucoup plus basse la nuit. En hiver (janvier et février), elles tombent en dessous de zéro, ce qui entraîne des contrastes de température spectaculaires entre les heures de clarté et d'obscurité.

La plupart des précipitations tombent là où l'air humide rencontre un obstacle sous forme de montagnes - dans la partie ouest du plateau aérien. Habituellement, la quantité de pluie dans la réserve diminue du sud au nord et d’ouest en est. À Iferouan - le principal centre touristique - elles atteignent environ 50 mm par an. Les régions les plus sèches du désert du Tenere ne peuvent recevoir que quelques millimètres de pluie en 20 ans.

Il n'y a pratiquement pas de nuages ​​au-dessus du Sahara. C'est à cause de l'absence de cette couche atmosphérique pendant la journée, quand le soleil est haut au-dessus de l'horizon, l'air se réchauffe de sorte que les contours des objets commencent à s'estomper, provoquant des hallucinations visuelles chez une personne - les mirages du désert sont célèbres. Lorsque le soleil se couche sur l'horizon, rien ne vous empêche de dégager la chaleur accumulée pendant la journée et de se refroidir rapidement.

Population du plateau de l'air

En regardant la nature sauvage de ces endroits, il est difficile de croire que le plateau de l’Air était habité il ya environ 30 000 ans. Les archéologues ont découvert ici de nombreux sites paléolithiques et néolithiques, principalement le long de rivières de fossiles et de lacs recouverts d'il y a 4 000 ans. Parmi les artefacts trouvés figurent des pointes de flèche et des lances, des stupas et des meules. De nombreuses peintures rupestres représentent la faune de la période humide la plus éloignée (éléphants et girafes), ainsi que celle proche de la période moderne - l'Oryx, les gazelles et les autruches.

Lorsque le climat d'Aira s'est complètement asséché pour l'élevage, la population a quitté la région et les tribus semi-nomades, venues du sud, ont finalement été évincées par les Berbères (les ancêtres des Touaregs actuels).

Autrefois, le plateau aérien faisait partie d’un triangle commercial: la production de bétail et de fruits était transportée par des caravanes de chameaux dans le désert du Tenere jusqu’aux oasis de Bilma, où elles vendaient du sel et des dattes, ces dernières transportant ensuite le grain au mil. culture et alimentation touareg. Maintenant que le rôle du commerce de caravanes est en train de diminuer, une voiture est venue remplacer les chameaux. Mais Air reste une halte hospitalière dans le désert aride de Tenere.

Désert du Sahara

L'attraction s'applique aux pays: Algérie, Égypte, Libye, Mauritanie, Mali, Maroc, Niger, Soudan, Tunisie

Sahara - Le plus grand désert situé en Afrique du Nord. C'est le plus grand désert de la Terre! La région du Sahara s'étend sur 8,6 millions de km², soit environ 30% de l'Afrique. Si le désert était un État, il pourrait être comparé au Brésil avec une superficie de 8,5 millions de km². Le Sahara s'étend sur 4 800 km d'ouest en est, entre 800 et 1 200 km du nord au sud. Il n’ya pas un seul fleuve ici, à l’exception des petites étendues du Nil et du Niger, et des oasis isolées. Les précipitations ne dépassent pas 50 mm par an.

La première mention du nom du désert remonte au 1 er siècle de notre ère. heu Le Sahara est l'arabe pour le désert. Les premiers chercheurs, scientifiques et archéologues ont mentionné une zone désertique hostile à l'homme. Donc, au 5ème siècle avant JC. heu Hérodot a décrit dans ses œuvres les dunes de sable, les dômes de sel et les ténèbres du monde désertique. Le scientifique Strabon a ensuite expliqué comment les habitants du désert chérissaient l’eau. Et après 100 ans, Pliny a confirmé les descriptions d’autres chercheurs et déclaré qu’il n’ya absolument pas d’eau dans le désert et qu’un phénomène très rare, la pluie.

Limites

Bien entendu, un désert de cette taille ne pourrait pas occuper le territoire d’un ou deux pays africains. Il englobe l'Algérie, l'Egypte, la Libye, la Mauritanie, le Mali, le Maroc, le Niger, le Soudan, la Tunisie et le Tchad.

De l'ouest, le Sahara est baigné par l'océan Atlantique, du nord, il est délimité par les montagnes de l'Atlas et la mer Méditerranée, et de l'est par la mer Rouge. La limite sud du désert est déterminée par la zone d'anciennes dunes de sable inactives à 16 ° N, au sud de laquelle se trouve le Sahel - la région de transition vers la savane soudanaise.

Dunes du Sahara Sables du Sahara Hauts plateaux de l'Ahaggar au Sahara, au sud de l'Algérie

Les régions

Frontières du désert du Sahara

Le Sahara est difficile à attribuer à un type particulier de désert, bien que le type sablo-pierreux y prévaut. Il comprend les régions suivantes: Ténéré, Grand Erg oriental, Grand Western occidental, Tanesruft, Hamada el Hamra, Erg-Igidi, Erg Chesh, Arabian, Déserts algériens libyen et nubien, désert de Talak.

Le climat

Le climat du Sahara est unique en raison de son emplacement dans la zone des anticyclones de haute altitude, des flux d’air descendant et des alizés secs de l’hémisphère nord. Il pleut très rarement dans le désert et l'air est sec et chaud. Le ciel du Sahara est sans nuages, mais il ne surprendra pas les voyageurs avec une transparence bleue, car la poussière la plus fine est constamment dans l'air. Une exposition solaire intense et une évaporation pendant la journée cèdent la place à un rayonnement intense la nuit. Tout d'abord, le sable chauffe jusqu'à 70 ° C, il rayonne de la chaleur des roches et le soir, la surface du Sahara se refroidit beaucoup plus rapidement que l'air. La température moyenne en juillet est de 35 °.

Où le désert rencontre l'océan (Sahara sur la côte marocaine) Coucher de soleil dans le désert

La température élevée, avec ses fluctuations brusques, et son air très sec rendent très difficile le fait de rester dans le désert. Ce n'est que de décembre à février que commence «l'hiver saharien», une période relativement fraîche. En hiver, dans le nord du Sahara, la température peut tomber en dessous de 0 ° C la nuit, mais elle peut atteindre 25 ° C le jour. Parfois, il neige même ici.

Nature du désert

Bédouin est sur les dunes

Malgré le fait que le désert est généralement représenté par une couche continue de sable chaud, formant des dunes de sable, le Sahara présente un relief quelque peu différent. Au centre du désert se dressent des chaînes de montagnes de plus de 3 km, mais à la périphérie se forment des déserts caillouteux, rocheux, argileux et sablonneux dans lesquels pratiquement aucune végétation n’est trouvée. C'est là que vivent les nomades, conduisant des troupeaux de chameaux vers de rares pâturages.

Oasis

La végétation du Sahara se compose d'arbustes, d'herbes et d'arbres dans les hautes terres et les oasis situées le long des lits de la rivière. Certaines plantes se sont parfaitement adaptées au climat rigoureux et poussent dans les 3 jours qui suivent la pluie, puis sèment les graines pendant 2 semaines. Dans le même temps, seule une petite partie du désert est fertile - ces zones absorbent l'humidité des rivières souterraines.

Les chameaux à une bosse connus de tous, dont certains sont domestiqués par des nomades, vivent encore en petits troupeaux, se nourrissant de piquants de cactus et de parties d'autres plantes du désert. Mais ce ne sont pas les seuls ongulés vivant dans le désert. Pronghi, Addakses, mouton Maned, gazelles Dorcas et antilopes Oryx, dont les cornes courbes ont une longueur presque égale à celle du corps, sont également parfaitement adaptées à la survie dans des conditions aussi difficiles. La couleur claire de la laine leur permet non seulement d'échapper à la chaleur pendant la journée, mais également de ne pas geler la nuit.

Caravane

Il existe plusieurs espèces de rongeurs, parmi lesquelles la gerbille, le lièvre d'Abyssinie, émergeant à la surface seulement au crépuscule et se cachant de jour en jour dans les terriers, la gerboise, qui possède des pattes étonnamment longues, lui permettant de se déplacer à pas de géant comme un kangourou.

Les prédateurs vivent dans le désert du Sahara, dont le plus grand est un fenek - une petite chanterelle aux oreilles larges. Il existe également des chats barchans, des vipères à cornes et des serpents à sonnettes, qui laissent des traces sinueuses à la surface du sable, ainsi que de nombreuses autres espèces animales.

Sahara au cinéma

Planet Tatooine (Tiré de Star Wars)

Les paysages fascinants du Sahara ne cessent d'attirer les cinéastes. Un grand nombre de films ont été tournés sur le territoire tunisien et les créateurs de deux peintures célèbres ont laissé un souvenir parmi les sables. La planète Tatooine n'est pas vraiment perdue dans la distance cosmique, mais située dans le Sahara. Voici tout un village "extraterrestre" de la dernière série de "Star Wars". À la fin du tournage, les extraterrestres ont quitté leur domicile. Aujourd'hui, les habitations pittoresques et le poste de ravitaillement interplanétaire sont à la disposition des rares touristes. À côté de Tatooine, une maison arabe blanche du patient anglais est encore visible. Vous pouvez vous y rendre uniquement en jeep et avec un guide expérimenté, car vous devez sortir des sentiers battus, sans aucune signalisation ni point de repère. Les fans du "Patient anglais" doivent se dépêcher un peu plus et la dune de sable impitoyable va enfin enterrer ce monument insolite sous le sable.

Regarde la vidéo: Mahamadou Issoufou, président du Niger : le terrorisme au Sahel, une "menace pour le monde entier" (Mars 2020).

Loading...

Catégories Populaires