Népal

Népal (Népal)

Profil de pays: Drapeau du NépalArmoiries du NépalHymne National du NépalFondée: 1768 Langue officielle: Gouvernement népalais Forme: République parlementaire Territoire: 140 800 km² (94e dans le monde) Population: 30 430 267 personnes (41ème dans le monde) Capitale: KatmandouMonnaie: roupie népalaise Zone horaire: UTC +5: 45 Plus grande ville: KatmandouVVP: 31,634 milliards $ (83ème dans le monde) Domaine Internet: .npCode téléphonique: +977

Népal - Un état dans les profondeurs de l'Asie du Sud, dans la partie centrale des montagnes himalayennes. Au nord, elle borde la Chine, au sud, à l'ouest et à l'est - avec l'Inde. Une bande de vingt kilomètres de territoire indien sépare le Népal du Bangladesh. Les touristes, les amateurs de VTT et de randonnées pédestres, ainsi que les alpinistes du monde entier sont attirés par le Népal, non seulement l'Everest, mais également par 150 autres sommets. En regardant autour des temples et des monastères bouddhistes locaux, vous pourrez vous plonger dans la beauté du Moyen Âge et toucher le mystérieux monde asiatique.

Faits saillants

Le Népal est considéré comme l'un des pays les plus pauvres du monde. Malgré cela, les amateurs de loisirs culturels attirent ici encore et encore l'histoire ancienne de l'État, de sa culture et de sa religion. Ici, chacun trouvera son bonheur: les amateurs de sports extrêmes peuvent conquérir un autre sommet, les créateurs se voient offrir une source d’inspiration (les paysages locaux inspirent tout le monde), connaissant leur monde intérieur, peuvent découvrir un nouveau visage en eux-mêmes (les Népalais attachent une grande importance à la spiritualité).

Souvent, ils viennent ici dans le but d'un pèlerinage, recevant des bénédictions pour leurs pratiques spirituelles. Et ce n’est pas surprenant: après tout, le Népal est un pays profondément religieux. 90% de la population totale du pays adhère à la religion hindoue, environ 5% - des bouddhistes, jusqu'à 3% de la population - des musulmans. Bien que la religion principale soit toujours représentée par l'hindouisme, il s'agit en fait d'un mélange de bouddhisme et d'hindouisme.

Dans le pays, la langue officielle est le népalais, mais les habitants utilisent souvent d'autres langues dans leurs discours, par exemple le bhojpuri, le gorkhali, le parbatiy, le maityl, le khas kura, etc. Au total, il existe plus de trente langues et adverbes au Népal. En ce qui concerne le commerce et les entreprises, l’utilisation de l’anglais est assez courante.

Népal villes

Pokhara: Pokhara est une station balnéaire pittoresque du centre du Népal, située à 198 km de ... Katmandou: Katmandou est la capitale et la plus grande ville de l'État du Népal. Son centre culturel et historique ... Lumbini: Lumbini est une localité du Népal située dans la plaine du Terai. près de la frontière avec l'Inde. Ici en 623 ... Toutes les villes du Népal

Nature et climat

Le Népal est l'un des pays de montagne les plus élevés du monde. 6/7 du territoire est occupé par un labyrinthe de chaînes himalayennes, comparable à un immense escalier à des hauteurs transcendantales, sur les marches desquelles se croisent les chemins des peuples, les langues mêlées, les religions et les cultures. La longueur du pays du sud au nord n’est que de 250 km, mais la différence de hauteur varie de 8600 m, ce qui entraîne un changement rapide des paysages naturels.

Le climat est unique en raison de la diversité de son aire de répartition dans un espace restreint: du tropical au froid (comme dans l'Arctique, les précipitations sont comprises entre 250 et 3 500 mm). Ici, les bananiers et les bouleaux du Nord sont presque voisins et le léopard des neiges vit près des endroits où se trouvent des tigres et des rhinocéros. Népal C'est une zone de frontière ethnique entre les peuples d'origine nord-indienne et tibéto-himalayenne: zones de culture bouddhiste (lamaïste) (crête principale de l'Himalaya), culture hindoue (sud du pays) et aine R, combinant des caractéristiques de la culture bouddhiste et hindoue (Népal central).

Dans la zone située entre la crête de Maharabhat et le Grand Himalaya se trouve le centre vital du Népal - la vallée de Katmandou. Ici, à proximité se trouvent les trois plus anciennes villes du pays: la capitale Kathmandu (fondée au 8ème siècle), Lalitpur ou Patan, Bhaktanpur. Le pèlerinage aux sites sacrés est caractéristique du Népal. Non loin de Katmandou se trouvent le complexe de temples Pashapatin, les temples Muktinakh et Mahendranath, une sculpture ancienne du dieu Vishnou (7ème siècle).

En 1976, le parc national de Sagarmatha a été ouvert dans le coin le plus reculé et inaccessible du pays - la région montagneuse du nord du Népal. Les petits avions de Katmandou amènent les touristes et les alpinistes ici. Des hôtels ont été construits ici et le service à la clientèle est devenu le revenu principal de la population locale. Dans les montagnes du Népal, des pistes de rafting et de trekking sont aménagées.

La culture

La société népalaise est principalement rurale. La vie sociale dans les villages tourne autour de la famille dirigée par le père. Avec l’augmentation de la famille, les fils sont en général séparés de leurs parents à la recherche de terres supplémentaires. Les biens d’une famille, une fois divisés, sont divisés en parts égales entre les fils. Par conséquent, la propriété foncière de chaque famille est extrêmement fragmentée. Les villageois mettent souvent leurs ressources et leur force en commun pour créer des canaux d'irrigation. Les principaux produits alimentaires dans la plupart des régions du pays sont le riz, l’orge, le mil et les pommes de terre.

Les femmes népalaises sont universellement dépendantes des hommes et ont un accès limité à l'éducation, aux ressources économiques et au pouvoir politique. Leur situation varie toutefois d'un groupe ethnique à l'autre. Parmi les peuples de la famille sino-tibétaine, le statut de la femme est relativement plus élevé que dans les communautés indo-népalaises. En général, le travail des femmes est plus difficile et plus long que celui des hommes. Ils sont obligés de s'occuper du ménage, de transporter de l'eau, de nourrir les animaux et de travailler dans les champs. Les femmes des familles de la classe supérieure ont des femmes de ménage.

La renaissance de la vie artistique et intellectuelle au Népal s'est produite après le renversement du régime de Rana. La poésie et la littérature népalaises mettent l'accent sur le patriotisme et la fierté nationale. Les artistes népalais s'inspirent des valeurs religieuses hindoues et bouddhistes. La vie des dieux, des saints et des héros, la relation de l'individu à la société et à l'univers se reflètent dans la sculpture, l'architecture et le théâtre. Dans la vallée de Katmandou se trouvent de nombreux temples et sanctuaires. La musique folklorique et la danse sont très répandues. Les cérémonies religieuses ont lieu sous les tambours et les instruments de musique. Dans les zones rurales, les chants religieux jouent un rôle important dans la vie culturelle. Les programmes de Radio Nepal diffusent de la musique folklorique pour aider à préserver la culture traditionnelle du pays.

Les curiosités

De nombreuses attractions sont préservées dans la capitale du Népal, à Katmandou. Le centre original de l'architecture ancienne est ici Darbar. C'est la place où se trouve le temple de Taleju, l'ancien palais royal, qui a donné le nom de la ville au temple Kastamandal, le palais de la déesse vivante.

À 12 kilomètres de la capitale se trouve la ville de Lalitpur, qui a presque fusionné avec Katmandou. La ville a été fondée en 229, de sorte qu'au centre se trouve une concentration d'un grand nombre de temples hindous et d'anciennes pagodes bouddhistes. En 1723, le temple Krishna Mandir a été érigé en l'honneur des huit femmes du roi Malla. Après la mort de son mari, ces femmes ont pris sati (le rite de l'auto-immolation).

Selon une légende, à la frontière du Népal et de l’Inde, dans la ville de Lumbini, la princesse indienne Maya a donné naissance au prince Siddharth Gautame. À ce jour, des croyants du monde entier protègent cet endroit. Pendant de nombreuses années, les archéologues ont effectué des fouilles et des recherches sur ce site. Chaque pays bouddhiste a contribué à la création du parc commémoratif local, ainsi qu'à la construction de nombreux temples bouddhistes de la ville.

Au nord-est, près de Katmandou, se trouve un autre lieu de culte: le monastère et le temple de Namo Buddha.Selon la légende, c’est là que le Bouddha a nourri la tigresse affamée avec sa chair afin que l’animal puisse nourrir ses petits. Lorsque le temple exploite un hôtel où vous pouvez rester pendant plusieurs jours.

Stupa Bodnath est l'un des plus grands sanctuaires du Népal. Il se trouve juste au nord de Katmandou, à 10 km.

L'un des plus importants dieux hindous - Vishnu (ou Narayaea) - est particulièrement vénéré à Bhaktapur (traduit du sanskrit "ville des croyants"). Il y a plus de dix temples dédiés à ce dieu, ainsi que de nombreux autres édifices religieux, qui n'ont tout simplement pas le prix. Sur la place principale de cette ville se trouve le palais où vécut la dynastie royale de Malla. Dans la construction de 55 fenêtres, le motif du fil qui ne se répète jamais. Le Golden Gate, situé à côté du palais, vous mènera à un temple hindou. En face de la porte se trouve un monument à Bhupatindru Malla, le souverain du dix-septième siècle. La ville est également décorée avec la pagode Nyatapola à cinq étages.

Le voyage le plus mystique et le plus excitant sera un voyage à Lo et Mustang (le royaume dans le royaume). Il est situé dans le nord-ouest du pays, à la frontière tibétaine. Aujourd'hui, environ 8 000 personnes vivent dans l'oasis de Lo. Tous gardent les secrets des manuscrits anciens. La capitale du royaume est située à 4 000 mètres d'altitude sur un haut plateau, caché par des rivières de montagne, sept cols et des gorges de montagne.

Près de la frontière indienne, dans la vallée du Terai, vous pourrez explorer la jungle népalaise. La vallée de Chitwan, située entre les rivières Rapti et Narayani, est réputée pour la chasse aux rhinocéros et aux tigres depuis le règne de la dynastie Rana. Cette zone a été placée sous la protection de l’État après qu’elle ait été déclarée parc national en 1973. La superficie du parc est de 1040 kilomètres carrés. Les rhinocéros, les éléphants sauvages et les buffles, les ours et les tigres du Bengale vivent sur son territoire dans son environnement naturel.

Assurez-vous de visiter les stations balnéaires de Nagarkt et Pokhara, qui attirent la majorité des touristes en raison de la clarté de l'air et de la beauté des paysages. La deuxième station balnéaire est située au bord du lac Feva-Tal. Au centre du lac se trouve une île sur laquelle se trouve un temple hindou. De nombreux monastères, grottes sacrées, cascades et lacs se trouvent à proximité de la ville. C'est à partir d'ici que la plupart des sentiers touristiques et des routes menant à la montagne. Et à Pokhara est le plus grand bazar du pays. Il s'étend sur 7 kilomètres et vous pouvez y acheter absolument tout.

Mont Everest: Everest, également connu sous le nom de Chomolungma, est le point culminant de notre planète. Son ... Himalaya: L'Himalaya est le plus haut système de montagnes de la Terre. Il se situe entre les hauts plateaux tibétains au nord et ... Kanchenjunga: Kanchenjunga est une chaîne de montagnes située dans l'Himalaya, dont le sommet principal est à 8586 mètres d'altitude, ... parties de Katmandou. Swayambhunath comprend ... Temple de la déesse Kumari: Le temple de la déesse Kumari est un palais-temple de trois étages Kumari Ghar, habité par une véritable déesse vivante ... Place Durbar à Katmandou: La place Durbar représente tout un ensemble de bâtiments historiques, temples bouddhistes et hindous, ... Place Durbar à Bhakture : La place Durbar à Bhaktapur est plus semblable dans la capitale, cependant, elle est moins encombrée de temples ... Parc national de Chitwan: Le parc national de Chitwan est considéré comme la troisième attraction touristique en importance ... Mont Makalu: M Kalou - la cinquième plus haute montagne du monde, il est situé à 22 km à l'est du mont Everest. Isolé ... Toutes les attractions du Népal

Cuisine

La cuisine locale est simple mais dans le respect des traditions. Les invités fréquents sur la table sont les lentilles, le riz, les haricots, parfois de la viande ou des légumes qui sont ajoutés aux plats. Si vous voulez essayer des plats nationaux intéressants, commandez "momo" (un genre de ravioli) ou "dl-baht" (riz avec soupe aux lentilles et diverses sauces).

L'utilisation d'une grande quantité d'épices est particulièrement répandue chez les Népalais - aucun plat ne peut se passer d'elles.Préparez-vous au fait que la cuisine népalaise sera trop épicée pour vous.

Le prix d'une portion dans les restaurants et les cafés est bon marché. Cependant, étant donné que de plus en plus de touristes se rendent au Népal chaque année, un grand nombre de nouveaux restaurants ouvrent, conçus pour les visiteurs fortunés.

La boisson alcoolisée traditionnelle est la Roxi - vodka au riz népalais. Parfois, sa force peut dépasser 40 degrés. Vous pouvez essayer du riz moonshine Rakshi dans les zones rurales (mais notez qu'il est très fort).

Le logement

L’hôtellerie n’est pas très développée dans le pays, aussi n’est-ce que dans les grandes villes du Népal et dans la capitale.

En ce qui concerne les petites agglomérations et les villes, les chambres d'hôtes sont populaires ici. Le nombre de lits dans une chambre peut atteindre six et les commodités sont généralement situées dans la cour (rarement à l'étage). Il y a souvent une douche, mais en raison des basses températures, il n'est pas toujours possible de l'utiliser. Le linge de lit ne peut pas être fourni dans de tels abris.

Pour ceux qui préfèrent les lieux touristiques confortables et habités, nous vous recommandons d’aller à Thamel - la zone touristique de Katmandou, centrée sur l’hôte européen. Il existe des hôtels avec un excellent service et des hôtels modestes. Le prix d’une chambre dans un hôtel cinq étoiles peut atteindre 250 dollars.

Si vous souhaitez plonger entièrement dans l'atmosphère locale, nous vous recommandons de séjourner dans le quartier de Frick Street à Katmandou. Dans les années 60, ce lieu a été choisi par les hippies, après quoi il a reçu son nom. Bien sûr, le niveau de confort et de services y est bien inférieur, mais n’attire pas moins de touristes qui préfèrent des vacances authentiques. Le prix d'une chambre dans cette région commence à 10 $.

Lorsque vous recherchez une chambre, considérez: il est conseillé de vous mettre à l’abri avec des fenêtres donnant sur la cour, sinon il vous sera très difficile de vous reposer et de dormir. Préparez-vous au fait que les étoiles déclarées dans les hôtels ne correspondent pas toujours à la réalité.

Divertissement et loisirs

Les gens vont au Népal non seulement pour des vues magnifiques, mais aussi pour ceux qui préfèrent se détendre activement.

Les randonnées à vélo ou à vélo sont très populaires parmi les touristes. Les experts locaux peuvent organiser une randonnée à vélo avec un camping. Vous pouvez apporter votre vélo ou le louer à Katmandou ou dans d’autres villes.

L'un des meilleurs au monde est le rafting local. Dans l’Himalaya, de nombreuses rivières de montagne ont leur origine et permettent aux amateurs de telles activités de s’essayer. Les amateurs d’extrême débutants et expérimentés peuvent obtenir leur dose d’adrénaline ici.

L’alpinisme est assez courant au Népal, mais il n’est pas recommandé de vaincre les sommets sans avoir l’expérience nécessaire: les pentes des montagnes sont trop abruptes. De plus, la probabilité d'avalanches est élevée.

Si vous préférez vous reposer, vous pouvez engager un guide et vous promener avec lui dans la jungle locale. Ici, vous pouvez voir des familles entières de rhinocéros et d'éléphants, mais la rencontre avec le tigre du Bengale est très rare. Il est possible que la bête évite de rencontrer une personne également grâce à la mémoire génétique de ces moments où elle a été exterminée à grande échelle simplement pour faire plaisir à la noblesse.

Vous pouvez vous promener dans la jungle d'une autre manière: descendre la rivière en canot.

Plus de 100 espèces de reptiles vivent dans la jungle, dont le cobra et le python. Mais vous ne pouvez pas vous inquiéter pour votre sécurité - ceci sera fait par un guide local pour vous. Tout ce qui vous est demandé est de suivre toutes ses instructions et recommandations.

On peut entendre des oiseaux polyphoniques qui chantent dans la jungle avant le lever du soleil, tôt le matin.

Les achats

Les touristes seront agréablement surpris par le nombre de boutiques et de magasins, marchés et autres lieux où vous pourrez acheter divers produits exotiques traditionnels de l’artisanat national. Il peut s'agir d'artisanat au style ethnique, de bijoux, de vêtements nationaux et d'autres délices qui dévastent les portefeuilles des touristes.

Étonnamment, la qualité des choses népalaises est assez élevée. La plupart des produits sont fabriqués à la main, mais vous pouvez aussi "tomber sur" un faux factice pas cher - soyez prudent.

Dans une grande variété de vêtements sont représentés au Népal. De là, vous pourrez emporter un beau souvenir sous forme de toile tissée à la maison avec des broderies traditionnelles, une chemise en coton avec des inscriptions et des dessins amusants ou d'autres vêtements nationaux. La plupart des magasins sont situés à Tamel et dans les zones entourant cette partie de la ville.

Si vous aimez les bijoux, le choix des bagues et des bracelets, des colliers en bois, des os de yak, des pierres et des fils de perles vous plaira sûrement.

Très souvent, les clients apportent des souvenirs en bronze ou en autres métaux. Il peut s'agir de cloches, de statues de la divinité, de chants de tasses tibétaines. Tout cela est très beau, mais cher.

Mais le cadeau le plus précieux du Népal à tous égards est peut-être un tapis. Il y a aussi des tapis tibétains, dont l'histoire a commencé il y a 2 000 ans. Ils sont amenés ici par des marchands du Tibet, alors les prix peuvent être assez élevés. Il est beaucoup plus rentable d’acheter un tapis du Népal: il n’est pas inférieur au tibétain en qualité.

Le Népal est rarement laissé sans masques en bois traditionnels ou autres produits en bois. Vous pouvez choisir un masque de n'importe quelle religion - hindou, bouddhiste, ainsi que de n'importe quelle humeur (effrayant, drôle ou drôle).

Rappelez-vous que le coût des produits (tapis, thé) sera plus bas dans les endroits retirés des centres touristiques.

La négociation dans ces lieux est la bienvenue. Certes, il y a quelques moments - vous ne pouvez pas négocier dans les magasins où le prix est fixe, mais vous ne devriez pas négocier avec les Tibétains.

Transport

Le Népal compte environ 44 aéroports. Certains d'entre eux sont conçus pour fonctionner pendant la saison des pluies.

Il y a beaucoup de passagers aux heures de pointe, alors même si vous avez un billet d'avion, assurez-vous d'appeler l'aéroport quelques jours avant le départ et confirmez votre intention. Cela est nécessaire pour que votre nom ne "saute" pas accidentellement de la liste, il ne disparaisse pas, ce qui se produit malheureusement aussi.

Le principal moyen de voyager dans le pays est le bus. Il est le moins cher et le plus populaire, alors ne soyez pas surpris si vous rencontrez un box surpeuplé. Dans le même mode de transport, les habitants transportent souvent du petit bétail et des oiseaux, ce qui rend le voyage amusant.

Une option plus pratique pour les touristes serait un taxi en minibus. Mais au lieu de cela, vous pouvez utiliser quelques bus touristiques, qui sont plus confortables mais plus chers.

Il n'y a presque pas de chemins de fer au Népal.

Dans la capitale, des trolleybus et des autobus (bien qu’ils n’aient pas d’horaire régulier ni d’itinéraire clair), des taxis et des minibus, des motos et des pousse-pousse.

Les touristes utilisent souvent un taxi dont le paiement est effectué par arrangement préalable.

Les pousse-pousse sont un moyen abordable et peu coûteux de se déplacer. Assurez-vous d'utiliser leurs services si vous êtes nouveau dans un pays de l'Est.

En outre, vous pouvez louer une voiture, cependant, vous aurez besoin d’une licence reconnue au niveau international. Il est particulièrement populaire de louer des vélos et des motos au Népal.

Connexion

La communication mobile du Népal est représentée par le format PDC, qui n’est pas compatible avec les téléphones au format GSM. Par conséquent, lors de l’achat de cartes SIM sur place, louez ou achetez un autre téléphone. L'opérateur principal est Nepal Telecom, mais il ne couvre que le territoire de la capitale, Pokhara et ses environs. Récemment, la société tente d'augmenter activement la zone de couverture. Les communications cellulaires ne fonctionneront pas dans les régions montagneuses du pays.

L'itinérance entre la Russie et le Népal ne sera possible que via les communications par satellite Thuraya, pour lesquelles vous devez acheter ou louer un téléphone portable spécial.

En général, la communication téléphonique dans ce pays est peu développée. Vous pouvez trouver des téléphones publics uniquement dans la capitale et les très grandes villes.Il est très pratique de passer des appels internationaux via le bureau d’appel ou via l’opérateur de l’hôtel.

La sécurité

Depuis septembre 2012, le Ministère des affaires intérieures du Népal a imposé une obligation aux alpinistes et aux touristes: lors de la visite du pays, au moins un guide de montagne ou un sherpa népalais doit être accompagné. Tout cela est fait pour la sécurité des clients du pays, dans lesquels il y a de nombreux cas de perte de touristes étrangers. En un jour, un Sherpa devra payer 10 $.

Bien que le taux de criminalité au Népal soit très bas, évitez les marches simples le soir, conservez des sommes importantes et des objets précieux dans des coffres-forts.

Lorsque vous conduisez une voiture, rappelez-vous qu'au Népal, le mouvement est à gauche et que les règles de conduite des autres participants ne sont observées que de manière conditionnelle. Il n'y a pas de passages piétons et de feux de circulation.

Immobilier

Au Népal, le marché immobilier se développe à un rythme effréné. Ici, on construit activement des maisons et des appartements. Sur les plateaux sont construits de nouveaux villages et villes. Cependant, vous ne trouverez pas un grand nombre d'offres immobilières, mais le tout est dans le système économique et politique spécifique du pays.

Le Népal est l'un des pays les plus pauvres du monde. C'est pourquoi la demande immobilière a chuté de près de 100%. On ne parle presque pas de l'immobilier résidentiel, car il est de très mauvaise qualité, car dans la plupart des maisons, il n'y a aucun moyen de communication.

Les experts recommandent d’acheter au Népal de l’immobilier coûteux et de luxe, par exemple des villas ou des chalets dans la capitale, Katmandou. Le prix estimé d'une telle maison sera égal à 120 000 € (14 chambres). De plus, ces logements seront radicalement différents en termes d'équipements par rapport aux complexes résidentiels habituels.

Conseils touristiques

En payant aux habitants, rappelez-vous que le Népal est un pays pauvre et que les gros billets ne sont pas utilisés ici. Les vendeurs et les chauffeurs de taxi n'ont tout simplement pas de monnaie, et dans certains bureaux de change, ils peuvent refuser d'accepter un billet de cent dollars comme monnaie d'échange. N'utilisez que des billets entiers, intacts et propres, sinon l'argent ne sera tout simplement pas accepté.

En ce qui concerne le régime douanier, tout est soumis à une inspection minutieuse obligatoire. Obligatoire pour déclarer les caméras vidéo, les montres, les vélos, les appareils électroménagers, car ils sont soumis à une exportation obligatoire du pays.

Il est impossible d'exporter des pierres et des métaux précieux, des cornes et des peaux d'animaux sauvages, d'animaux eux-mêmes en dehors du pays.

Pour retirer des antiquités, vous devez émettre un certificat spécial sur le lieu d'achat. Et pour exporter des peintures, des icônes et des statues en métal représentant les dieux, vous devez obtenir une autorisation du Département d'archéologie du Népal.

Il est également interdit d'importer et d'exporter la monnaie nationale népalaise. Si vous avez de l'argent local, vous pouvez l'échanger contre une autre monnaie à l'aéroport avant le départ.

Comme les "changeurs d'argent" se trouvent ici à chaque étape, sachez qu'il est officiellement interdit d'utiliser leurs services.

Il n'est pas d'usage de laisser un pourboire, mais cela est permis. Si vous aimez vraiment le service, il vous suffit de secouer la tête dans la direction de la livraison, afin que le personnel comprenne qu'il peut garder l'argent pour lui-même.

Il existe tout un ensemble de règles de comportement dans les stupas et les monastères népalais, qui occupent une place particulière dans la vie des Népalais, qui y passent la plupart de leur temps.

  • Les édifices religieux bouddhistes doivent éviter la gauche dans le sens des aiguilles d'une montre.
  • Sur le territoire des temples ne peuvent pas transporter des articles en cuir (à propos, des chaussures, cela s'applique également).
  • Les croyants, ainsi que leurs offrandes aux dieux, ne devraient jamais être touchés.
  • Les femmes ne devraient pas toucher les moines.
  • Il est interdit de laver l'eau qui se déverse dans le moulin à prière.
  • Lors des excursions, il est préférable de porter des vêtements fermés, sinon vous risquez d'être sévèrement condamné par les résidents locaux.

Rappelez-vous que les Népalais sont très ponctuels. Le fait est qu'ils font référence à la notion de temps différemment. Après avoir organisé une réunion, les Népalais peuvent s’attendre un jour.

La population locale a son propre système de calcul de l'âge d'une personne. Le nouveau-né ici a déjà une année en réserve. Et si une personne a consacré l'année de sa vie dans un monastère, cette année n'est pas prise en compte dans le calcul de son âge.

Au Népal, vous ne devez rien donner ou prendre avec votre main gauche. Il n'y a pas de papier toilette dans le pays et les Népalais utilisent leur main gauche à des fins hygiéniques. Par conséquent, il est considéré comme "impur".

En ce qui concerne la nourriture, il y a aussi leurs propres règles. Vous ne pouvez manger et manger que de la main droite. Il est inacceptable d'essayer des aliments dans l'assiette de quelqu'un d'autre ou de simplement toucher le plat de quelqu'un d'autre. Buvez le peuple du Népal pour ne pas toucher le bol ou le pichet avec ses lèvres.

Si vous êtes sur le marché, vous ne pouvez pas toucher les produits qui sont disposés sur le plateau. Cela ne peut être fait qu'après que le vendeur lui-même les a mis dans votre sac pour vous.

Les Népalais n'utilisent généralement pas de coutellerie, mais on en trouve dans presque tous les foyers. Il est pris deux fois par jour. Sur la table est très pauvre choix de plats. Si les Népalais attendent des invités, ceux-ci apportent des friandises.

Dans ce pays, il est légalement interdit de tuer des animaux et de supprimer des espaces verts.

Information de visa

En ce qui concerne les questions de visas, les informations complètes à Moscou peuvent être obtenues à l’ambassade du Népal, à l'adresse suivante: 2nd Neopalimovsky lane., 14/7. Vous pouvez joindre l'ambassade en appelant le (+7 495) 244-0215 ​​ou par courrier électronique: [email protected]

Un visa pour le Népal sera payé à l'arrivée dans le pays. Pour son enregistrement, vous aurez besoin d'une photo d'identité. Le coût du visa dépendra du nombre de jours dans le pays.

Si vous venez au Népal pour faire du trekking, vous devrez en plus obtenir un permis du Département de l'immigration du Népal et payer un acompte de 10 à 700 dollars en sept jours. Mais il existe certaines zones pour lesquelles une autorisation n'est pas nécessaire (par exemple, Langtang, Everest, Rahr, Annapurna).

Santé, éducation, médias

Le Népal fait partie des pays les moins développés sur le plan économique et, en termes de niveau de vie, il occupe l'une des dernières places mondiales. Le revenu annuel par habitant est de 220 dollars. Près de la moitié de la population est en dessous du seuil de pauvreté. Le système de sécurité sociale est sous-développé.

La structure des soins de santé est sous-développée. Parmi les maladies, en particulier dans les zones rurales, prévalent les goitres endémiques, dus à une carence en iode, à une otite, à la polio, à la typhoïde, à la tuberculose et à la dysenterie. Il existe des cas de lèpre dans certaines zones, en particulier dans les hautes terres. Grâce à des programmes spéciaux, l’incidence de la variole et du paludisme a été considérablement réduite, en particulier dans la région du Teray. La malnutrition reste un problème grave, en particulier dans les zones montagneuses et les collines, où les populations souffrent souvent de pénuries alimentaires. La mortalité infantile est de 71 pour 1 000 naissances vivantes (2003).

En 1990, le Népal comptait 123 hôpitaux de 3 600 lits (1 lit pour 4 283 personnes). Une aide hospitalière supplémentaire a été fournie par 18 centres médicaux et 816 postes médicaux.

Sous la famille Rana, seule la classe supérieure avait accès à l'éducation. Le système d'éducation primaire gratuite et obligatoire pour tous les enfants existe depuis 1975.

Tous les enfants de 6 à 10 ans doivent fréquenter l'école primaire. En 1994-1995 études. année, leur nombre a atteint 3,2 millions (soit environ 80% du groupe d’âge correspondant). Après avoir obtenu leur diplôme, ils peuvent s'inscrire au lycée, qui comprend deux niveaux (3 et 2 années d'études). En 1994-1995 études. Au milieu de l'année, 944 000 élèves étaient inscrits dans les écoles secondaires, ce qui représente seulement 37% des enfants âgés de 11 à 15 ans (respectivement 48,7% de tous les garçons et 25% de filles). Les facteurs économiques et culturels restent des obstacles à la formation continue, en particulier des préjugés contre l’éducation des filles et le recours actif au travail des enfants.

Le plus grand centre scientifique et éducatif - Université. Tribhuvana à Katmandou (fondée en 1958 sur la base du Trichandra College). Il comprend 69 collèges.Les principales institutions d'enseignement supérieur du pays sont l'Université Sankrit. Mahendra (Kathmandu, fondée en 1986), Université de Katmandou (fondée en 1991), Université de Pokhara (créée en 1966) et Université Purchanchala (Biratnagar, créée en 1995). À l'Université de Tribhuvan, en 1990, il y avait 71 000 étudiants.

En 1990, le Népal a lancé un programme d'alphabétisation d'une durée de 12 ans visant à former 8 millions de personnes. âgés de 6 à 45 ans. En conséquence, le taux d'alphabétisation de la population de plus de 15 ans est passé de 25% en 1991 à 45,2% en 2003. Il existe toutefois un écart important entre le taux d'alphabétisation des hommes (62,7%) et des femmes (27,6%). Le taux d'alphabétisation des citoyens est beaucoup plus élevé que celui des habitants des zones rurales.

À Katmandou se trouvent les plus grandes bibliothèques - la Bibliothèque nationale (35 000 tonnes et 7 500 manuscrits anciens), la bibliothèque de l'Université. Tribhuvana (40 mille tonnes), bibliothèque centrale, musée national N. (fondé en 1938).

Selon les données officielles, à la fin de 2000, 1 536 journaux quotidiens, hebdomadaires et bimensuels étaient enregistrés dans tout le pays, représentant différentes tendances politiques, thèmes, culture, groupes ethniques et intérêts. La plupart des journaux sont publiés à Katmandou, les plus importants étant Gorkhapatra (Gazeta Gurkha, depuis 1901, 75 000 exemplaires), le Népalais (Nepalet, depuis 1958, 43 000 exemplaires). Il existe trois principaux quotidiens de langue anglaise: Kathmandu Post, Space Time Tuday et Rising Nepal. Le tirage total de tous les journaux dépasse 250 000 exemplaires. À Katmandou, il existe une "agence nationale d'information" (Rashtriya Samachar Samiti - RCC), un organisme progouvernemental.

Le gouvernement est propriétaire de Radio Nepal (fondée en 1951) et de la télévision nationale du Népal. Radio Népal couvre tout le territoire du pays avec ses émissions d’ondes courtes et moyennes; les transmissions sont en népalais et en anglais. Il y a 43 stations de radio FM privées enregistrées (HBC 94 FM, Radio Sagarmatha, Kantipur FM, etc.), diffusant leurs propres émissions de nouvelles. La télévision publique du Népal, qui appartient à l'État, est en service depuis 1986. Cinq chaînes de télévision privées diffusent principalement des programmes de divertissement. Près de 200 opérateurs de télévision par câble opèrent dans les villes et les antennes paraboliques sont courantes. Environ 840 000 récepteurs de radio et 170 000 récepteurs de télévision ont été enregistrés (1997). Sur mille. Il compte en moyenne 39 radios et 7 télévisions.

Dans les villes, l’utilisation du matériel informatique et d’Internet augmente rapidement. Six fournisseurs de services Internet (FAI) ont accès à Internet. En général, pour 1 000. 11,6 téléphones, 2,7 ordinateurs et 0,05 accès à Internet. Le nombre d'utilisateurs d'Internet est supérieur à 60 000 (en 2002).

Avec la proclamation de l'état d'urgence (2001), la liberté de la presse est quelque peu limitée. La loi interdit strictement aux médias de critiquer ou de ridiculiser le roi ou tout membre de la famille royale. Selon Reporters sans frontières, après avoir déclaré l'état d'urgence, plus de 100 journalistes ont été arrêtés par les forces de sécurité, dont certains ont été torturés.

Économie

Selon la classification des Nations Unies, le Népal fait partie des pays les moins développés économiquement du monde; près de la moitié de sa population vit sous le seuil de pauvreté. Le faible niveau de développement est dû à l'isolement du pays, à l'économie mixte, aux vestiges féodaux, au manque de ressources financières et aux conditions naturelles.

En 2003, le PIB népalais s’élevait à 5,85 milliards de dollars, soit 242 dollars par habitant. Les taux de croissance annuels du PIB sont faibles: ils étaient inférieurs à 5% en 1990-1999, à 6,5% en 1999/2000. Sous l’effet d’un ralentissement de l’économie mondiale, le taux de croissance économique en 2000 est tombé à 3,7%. La croissance du PIB réel en 2001/2002 n’était que de 0,8%, atteignant son niveau le plus bas depuis 20 ans. Bien que la situation se soit stabilisée l'année prochaine, la croissance du PIB réel ne dépasse pas 2,4%.

Le Népal est un pays essentiellement agraire. L'agriculture, le commerce extérieur et le tourisme jouent un rôle important dans l'économie. La part de l'agriculture dans le PIB est de 40%, l'industrie 22%, les services (tourisme, commerce, transports, etc.) 37% (2002).

Le développement économique du pays depuis 1955 est réalisé sur la base de plans étatiques. Au cours de cette période, 9 plans d’État ont été adoptés. Le dixième plan (2002-2007) est en cours de mise en œuvre.Les quatre premiers plans étaient principalement axés sur le développement des infrastructures, en particulier des transports et de l’énergie. Cependant, de nombreuses tâches définies à l'époque n'étaient pas implémentées. Par la suite, les plans de l’État se sont concentrés sur le développement de l’agriculture et de l’industrie, ainsi que sur la lutte contre la pauvreté. Jusqu'au milieu des années 1970, une attention prioritaire était accordée au développement du secteur public de l'économie. À la fin des années 70 et au début des années 80, la production industrielle de l’État a commencé à chuter et les entreprises privées et les investissements étrangers ont été encouragés. Depuis mai 1991, le gouvernement s'est lancé dans la libéralisation de l'économie en encourageant les investissements étrangers. Le gouvernement a réduit les dépenses du gouvernement en réduisant les subventions, le nombre de ses employés, en privatisant les entreprises industrielles et en bloquant les projets de développement peu prometteurs. Les secteurs les plus prometteurs: fabrication, tourisme, énergie, services, foresterie et agriculture.

La population économiquement active représente plus de 10 millions de personnes (1996). L'agriculture emploie 81% de la population active, les services 16%, l'industrie 3%. Le taux de chômage est de 47% (2001).

Histoire

La vallée de Katmandou se trouvait autrefois au fond d'un immense lac de montagne. Après le tremblement de terre, l'eau du lac est descendue (selon la légende, la boddhisatva Manjushri coupait l'eau avec une épée magique. Selon une autre légende, Krishna aurait formé la gorge de Chobar avec un bâton; la vallée était habitée par de nombreuses personnes des régions environnantes qui formaient le peuple Newari. . La vallée se caractérisait par une forte fécondité et la population - par de grands talents en art et artisanat, et devint célèbre dans toute l'Asie orientale.

Le Népal a connu une période de gloire et de chute. Même avant notre ère, le bouddhisme était venu au Népal, et le Népal était un fief du bouddhisme dans toute la région himalayenne, ainsi qu'un important point de transit sur les routes commerciales entre l'Inde, le Tibet et la Chine.

Les beaux jours du Népal se sont déroulés sous la dynastie des Nevarsky Mullah, qui a laissé la marque la plus marquante de son histoire avec une abondance de magnifiques monuments architecturaux qui ont survécu jusqu'à ce jour, qui ont largement façonné l'image du pays aux yeux du reste du monde. Pas étonnant que l’ère du règne de Malla s’appelle l’ère d’or.

En 1768, le roi du royaume Gorkha, Prithvi Narayan Shah, conquit la vallée de Katmandou et transféra sa capitale dans la ville de Katmandou. Ainsi, le début du règne de la dynastie du Shah au Népal s'est poursuivi jusqu'à ce jour, jusqu'à ce que la forme de gouvernement monarchique devienne républicaine.

Le 15 septembre 1846, des conspirateurs dirigés par Jang Bahadur, un jeune aristocrate ambitieux et cruel de la caste des Chhetri dans l'ouest du Népal, ont procédé à un coup d'État sanglant appelé "Le massacre du chat". Pendant plus d'un siècle, la dynastie des premiers ministres Rana a dirigé le pays. Bien que cette époque ait été caractérisée par l'isolement du pays et la stagnation dans presque tous les domaines de la vie, le Népal a réussi à maintenir son indépendance tandis que les puissances coloniales européennes ont subjugué la quasi-totalité du monde.

À la fin des années 1950, le roi Tribhuvan a quitté son palais pour se réfugier à l'ambassade de l'Inde, d'où il s'est enfui en Inde. À cette époque, les partisans du BP Koiraly s'emparèrent du pouvoir dans la plupart des Terays et formèrent le gouvernement provisoire dans la ville frontalière d'Inde Birganzh. Au Népal, des affrontements ont éclaté entre les partisans du CNO et de la dynastie Rana, au cours desquels aucune force n'a atteint un avantage décisif. L'Inde est ensuite intervenue et le plan de règlement proposé a été accepté par les deux parties. Conformément à ce plan, le roi Tribhuvan est revenu dans la capitale en 1951 et a formé un nouveau gouvernement comprenant à la fois des partisans de Rahn et des représentants du CNO. Le Népal a établi des relations avec de nombreux pays du monde avec son isolement séculaire.

En 1955, le roi Tribhuvan est décédé (l’aéroport de la capitale a été nommé en son honneur) et son fils Mahendra a accédé au trône. Il a proclamé une nouvelle constitution, conformément à laquelle un système parlementaire a été mis en place au Népal en 1959. En 1972, le roi Mahendra est mort et son fils Birendra, qui a reçu une brillante éducation à Eton et à Harvard, a pris le trône.

Dans le même temps, la population, espérant généralement une amélioration immédiate de la vie après l’instauration de la démocratie, a rapidement perdu ses illusions sur le parti au pouvoir. Des émeutes ont éclaté de nouveau dans le pays. Le gouvernement a été contraint de convoquer des élections anticipées en 1994. -Lenin) sous la direction de Man Mohan Adhikari. Une situation politique unique a été créée: le gouvernement communiste sous la monarchie théocratique (le Népal est l'un des rares pays dans lequel l'hindouisme est proclamé religion d'État). Cependant, la situation ne dura pas longtemps: en septembre 1995, le gouvernement communiste reçut un vote de censure et fut contraint de démissionner. Une coalition tripartite du CNO, le parti de droite Rastry Prajatantra et le parti pro-indien Nepal Sabdhavana arrivèrent au pouvoir.

Depuis 1996, l'opposition maoïste du Népal a commencé des opérations actives et la guerre civile s'est poursuivie au Népal depuis lors. Le gouvernement ne peut pas faire face aux problèmes croissants, à la grande corruption de fonctionnaires et, de temps à autre, le pays connaît de graves crises associées à la dévastation et à la famine dans des territoires éloignés. Le fort afflux de touristes étrangers, intervenu au milieu des années 90, a commencé à diminuer et, en 2005, il avait été divisé par 10, ce qui a encore plus touché l’économie népalaise.

Le 1 er juin 2001, lors d’un dîner traditionnel consacré à la réunion de toute la famille royale, le prince héritier Dipendra a abattu toutes les personnes présentes, puis s’est tué lui-même. Le roi Birendra et presque tous les membres de la famille royale ont péri. Son oncle Gyanendra est entré sur le trône.

Pour tenter de stabiliser la situation, Gyanendra a eu recours à un certain nombre de mesures impopulaires, notamment l'interdiction des partis politiques et la dissolution du gouvernement, alternant actions militaires actives contre les maoïstes et négociations. Pendant ce temps, les maoïstes ont pris le contrôle d'une grande partie du territoire népalais, tandis que les forces gouvernementales contrôlaient fermement la vallée de Katmandou, le quartier de Pokhara, la partie la plus peuplée du Terai et les principales routes touristiques autour de l'Everest et de l'Annapurna.

En 2005, le roi a effectivement dissous le parlement.

Contre les mesures autoritaires du roi, les principaux partis politiques ont conclu une alliance avec les maoïstes. Le 11 juillet 2006, le Parlement du Népal a privé le roi Gyanendra du droit de veto sur les lois et projets de loi. Un mois auparavant, les députés avaient unanimement pris le poste de commandant en chef de l'armée, l'avaient privé de son immunité (il pouvait désormais faire l'objet d'un procès) et était également obligé de payer des impôts. En outre, les députés ont désormais décidé de considérer le Népal - le seul royaume entièrement hindou du monde - à être un "État laïc", supprimant ainsi le titre d'incarnation de Vishnu de Gyanendra. Un gouvernement de coalition a été formé.

Le 21 novembre 2006, un gouvernement à sept partis a conclu la paix avec les maoïstes en annonçant la fin de la guerre civile. Aux termes de cet accord, les maoïstes ont accepté de déposer les armes. Pour cela, le Premier ministre Girija Prasad Koyral, qui est devenu en mai 2006 la principale figure du pays, a promis de donner aux maoïstes 73 des 330 sièges de député au nouveau parlement.

Le 14 janvier 2007, le Parlement a adopté une constitution provisoire selon laquelle le roi est déchu du statut de chef de l'État et les attributions du pouvoir sont transférées au Premier ministre. Dans le même temps, les maoïstes ont augmenté leur représentation au parlement à 83 sièges, est devenu le plus grand parti d'opposition et ont obtenu des sièges dans le cabinet des ministres. Le Congrès national népalais, présidé par le Premier ministre, a remporté 85 sièges.

Le 20 juin 2007, des élections à l'Assemblée constitutionnelle étaient programmées dans le pays. Les libéraux - les partisans du Premier ministre Koiraly - estiment que le Népal devrait être une monarchie constitutionnelle et que le roi devrait être placé en résidence surveillée pour une durée indéterminée pour avoir réprimé les manifestations populaires. Au même moment, dans le nord du Népal, les groupes armés maoïstes ont commencé à remettre les armes à des installations de stockage spéciales, qui seraient surveillées par des observateurs internationaux. L'acceptation des armes est effectuée par une commission spéciale composée d'employés des Nations Unies et d'anciens combattants des troupes coloniales britanniques parmi les montagnards népalais du Gurkha.

Les élections ont été reportées au 22 novembre 2007. Lors de la première réunion, les députés à l'Assemblée constitutionnelle seraient appelés à décider du sort de la monarchie au Népal. Bien qu'un amendement à la constitution intérimaire d'avril 2007 ait été adopté, il pourrait être présenté directement au parlement avant les élections à l'Assemblée constitutionnelle, au cas où le roi interfèrerait avec les élections à l'Assemblée constitutionnelle. Après cela, les députés de l'Assemblée constitutionnelle devront élaborer le texte d'une nouvelle loi fondamentale du pays. Les maoïstes insistent sur la transformation finale du Népal en une république parlementaire et l'exécution du roi Gyanendra. En septembre, les maoïstes ont exigé la proclamation de la république et le remplacement d'un système de vote mixte par un système proportionnel lors d'une session extraordinaire du parlement intérimaire ouverte le 11 octobre 2007. Le 5 octobre, les élections à l'Assemblée constitutionnelle ont été reportées à une date indéterminée. Le vote sur la question de la proclamation de la république et du remplacement du système électoral en raison de l'intervention des forces promonarchistes (le Congrès népalais, le Parti communiste marxiste-léniniste unifié du Népal) a été reporté à trois reprises, le 14 octobre, puis le 16 octobre et pour la dernière fois le 29 octobre 2007. La session extraordinaire a pris fin . Une majorité de voix a adopté une résolution enjoignant au gouvernement d'élaborer un projet d'amendement à la constitution visant à déclarer le Népal république et à modifier le système électoral de scrutin mixte (50% + 50%) à proportionnel, pour examen lors de la prochaine session du Parlement ouverte le 19 novembre 2007. 11 minutes après l'ouverture, la prochaine réunion a été reportée au 29 novembre.

Malgré la décision prise par le Congrès népalais lors du congrès des 22 et 23 septembre 2007 de voter à l'Assemblée constitutionnelle pour l'instauration de la République, c'est ce parti dirigé par le Premier ministre Giridey Koirala qui a été le principal obstacle à l'établissement d'un système républicain dans le pays. Certains membres du parti ont ouvertement proclamé qu'ils ne tiendraient pas compte des décisions de la session extraordinaire du parlement du 4 novembre 2007 sur l'élaboration d'une législation permettant la proclamation de la république à la présente session du parlement. Les maoïstes ont mis au premier plan la question de la République et du système électoral proportionnel - tant que le Congrès népalais empêchera la proclamation de la république et le changement du système électoral, les maoïstes empêcheront la question de convoquer des élections à l'Assemblée constitutionnelle.

Le 28 décembre 2007, le Parlement par intérim a déclaré le Népal République démocratique fédérale. La décision a été soumise à l'approbation de l'Assemblée constitutionnelle, dont les élections sont prévues pour la mi-avril de l'année prochaine. Jusque-là, le roi du Népal, Gyanendra Bir Bikram Shah Dev, privé du pouvoir réel, continuait de vivre dans le palais royal.

Le 28 mai 2008 à 23 h 26, heure locale, l'Assemblée constituante du Népal a proclamé le Népal à la République démocratique fédérale par 560 voix contre 4 (membres du parti monarchiste Rashtriya Prajantra). Le Népal sera une république parlementaire. Le pouvoir exécutif sera dirigé par le Premier ministre. Dans le palais royal libéré sera placé un musée.

La politique

Jusqu'en 1951, le Népal était un État autocratique, où le roi était fortement influencé par la noblesse féodale.Entre 1850 et 1951 environ, le pouvoir réel appartenait complètement au clan Rana, dont le monopole héréditaire devint le poste de Premier ministre. À la suite du coup d'État de 1950, le monarque népalais a réussi à recouvrer ses droits et à mettre en place un gouvernement soutenu par la population du pays.

En 1959, le roi Mahendra a promulgué une constitution selon laquelle le Népal était proclamé monarchie constitutionnelle. Les toutes premières élections parlementaires ont eu lieu. Ils ont remporté le parti du Congrès népalais, dont le chef, B. P. Coirala, est devenu Premier ministre. Cependant, en 1960, le roi Mahendra a rétabli la domination directe du pays. Il a créé un nouveau cabinet, prenant en charge les fonctions de son responsable. Le système parlementaire a été remplacé par la pyramide en quatre étapes des Panchayats (conseils) et ce n'est qu'à un niveau inférieur du village que leurs membres ont été élus directement par la population. Les partis politiques ont été interdits et le Premier ministre et les ministres choisis parmi les membres du Panchayat national n'étaient responsables que devant le roi. Le système a été officialisé dans la constitution de 1962.

Le roi Birendra est monté sur le trône en 1972, après la mort de son père. En 1990, les principaux partis - le Congrès népalais et le Parti communiste - ont organisé des manifestations de rue, forçant le roi à lever l'interdiction des organisations politiques imposée pendant 29 ans. Le roi approuva le nouveau gouvernement, qui comprenait des représentants du Congrès népalais et des communistes. Le 9 novembre 1990, une nouvelle constitution fut promulguée, qui restreignait considérablement les droits royaux. Selon la constitution actuelle, le Népal est une monarchie constitutionnelle. La forme de gouvernement est la démocratie parlementaire. Le pouvoir exécutif a été transféré au Premier ministre et à son cabinet, qui relèvent de la chambre basse du parlement, élus au suffrage direct.

La constitution peut être modifiée ou abrogée à la majorité des deux tiers de chaque chambre du parlement. Le préambule de la constitution, qui reconnaît le peuple népalais comme source du pouvoir suprême, n'est sujet à aucune correction. Après son adoption par les deux chambres du Parlement, le projet de loi modifié devrait recevoir le consentement royal.

Ville Bhaktapur (Bhaktapur)

Bhaktapur - une ville au Népal. Situé dans la vallée de Katmandou à une altitude de 1 410 m, à 11 km à l'est de Katmandou. La population est d'environ 77 000 habitants, principalement Newar. Bhaktapur est la troisième ville la plus importante de la vallée de Katmandou, après Katmandou et Patan. C'est le centre d'une région agricole où l'orge, le riz, le blé, le mil, les légumes et les fruits sont cultivés et vendus. À Bhaktapur, la production artisanale a été développée, notamment la poterie, le tissage et la sculpture sur bois.

Informations générales

Bhaktapur est une ville de fidèles de Vishnu (Narayana). Bhaktapur a été fondée en 865. Aux 14-16 siècles. c'était la capitale de toute la vallée, ce qui se reflétait dans la grandeur de ses monuments architecturaux. La contribution la plus importante au développement de cette ville a été apportée par la dynastie royale de Malla.

Construit à la fin du 17ème siècle. les maisons et les temples sont parfaitement conservés et fonctionnent toujours. Il y a plus de dix temples de Narayan dans la ville et de nombreux autres lieux de culte. Sur la place principale de Bhaktapur - Place du Palais (Darbar) - il existe de nombreux monuments d'architecture et d'art. Voici l'ancienne résidence des rois de la dynastie Malla - "Le palais aux 55 fenêtres" (la construction a commencé en 1427, reconstruite en 1697 sous le roi Bhupatindra Malla). Un balcon en bois sculpté avec 55 fenêtres entourées de briques est un chef-d’œuvre de la sculpture sur bois, et le motif de sculpture ne se répète sur aucune fenêtre. L'entrée principale du palais est la porte d'or (1756), construite par le roi Ranjit Malla. Les portes sont soutenues par des figures sculptées de la déesse Kali et du dieu Garuda (satellite ailé de Vishnou), entourées de nymphes célestes. La porte est décorée avec des figures de monstres complexes.En face du palais se trouve une colonne de pierre (XVIIIe siècle) dont le sommet est orné d'une statue en bronze du roi Bhupatindra Malla, considéré comme la plus majestueuse de toutes les nombreuses statues népalaises.

Place Durbar (Place Durbar)

Place Durbar à Bhaktapur plus semblable dans la capitale, mais moins encombré de temples et pas du tout chargé de résidents et de touristes des trois villes royales de la vallée de Katmandou. Mais elle n'était pas du tout planifiée de cette façon. Auparavant, il était rempli de temples et de bâtiments historiques, mais le tremblement de terre dévastateur de 1934 en a détruit un grand nombre. Aujourd'hui, seules des bases nues indiquent l'emplacement des monuments célèbres. La plupart des bâtiments de la place Durbar ont été construits entre le XV e et le XVII e siècle, date à laquelle elle est devenue la résidence de la dynastie royale. La place Durbar a largement retrouvé son ancienne gloire grâce à un projet de restauration à grande échelle financé par une fondation de bienfaisance allemande dans les années 1970.

Informations générales

En 1979, la zone a été inscrite sur la liste du patrimoine mondial de l'UNESCO. Entouré d'une architecture magnifique, il témoigne de manière remarquable du talent de plusieurs artistes et artisans newari.

Le complexe préservé de pagodes bouddhistes et de temples hindous est concentré autour des fenêtres du palais 55. Des sculptures en bois se trouvent partout dans cette place - étagères, timbales, portes, ouvertures de portes et fenêtres, tout est beau et organique. Les plus importantes sont les structures suivantes:

Palais royal

Le palais royal, fondé sous le règne du roi Yaksha Malla (1428-1482), fut par la suite reconstruit par les rois suivants, notamment Bhupatindra Malloy. Comme dans les anciens palais de Katmandou et Patan, l'entrée n'est autorisée que dans certaines parties du palais royal. Auparavant, le palais était célèbre pour quatre-vingt-dix-neuf cours magnifiques, dont il ne restait qu'une demi-douzaine. Le reste a été détruit par le tremblement de terre de 1934.

La partie occidentale du palais, anciennement connue sous le nom de Malati Chowk, a été transformée en une galerie d'art. L'entrée de la galerie est gardée par des figures de Hanuman - le dieu des singes et de Narasinghi (Narasimha, Nrisimha, nep. Narasingha - l'incarnation du dieu Vishnu sous la forme d'un homme-lion vénéré par les adeptes du Vaishnavisme). La galerie contient une belle collection de peintures d'art hindoues et bouddhistes, des manuscrits (manuscrits) sur des feuilles de palmier, du thangok, du métal, de la pierre et du bois.

Shiva Parvati Temple

À 70 mètres de l'entrée ouest de la place Durbar, se trouve un très petit temple Shiva Parvati, célèbre pour ses sculptures représentant des scènes érotiques.

Statues Ugrachandi et Bhairava

À côté de Sundari Chowk, sur le mur du bâtiment, vous pouvez voir les statues du redoutable Bhairava (à droite) et d’Ugrachandi (incarnation terrible de Durga). Dieu et la déesse sont décorés de guirlandes de têtes humaines.

Char Dham

Dans la partie ouest de Durbar Square, il y a quatre temples. C'est le temple incliné de Rameshwar dédié à Shiva et le temple de Bhadri où Narayana (Vishnu) est vénéré. Devant eux se trouve un grand temple Krishna (Jagharnath). Loin d'eux, le temple de Shiva, construit dans le style de Shikhara en 1674 par le roi Jitamitra Malloy. Ensemble, les quatre temples s'appellent Char Dham, à l'instar des quatre sanctuaires himalayens. Colonne du roi Bhupatindra Malla. Parmi les rois de la dynastie Malla régnant à Bhaktapur, le roi Bhupatindra Malla était le plus important. Il a eu une grande influence sur le développement de l'art et de l'architecture de la ville. En face de Taleju Chok se dresse une colonne surmontée d’un roi agenouillé et se tourne vers la magnifique porte de son palais. Fondée en 1699, elle est à juste titre considérée comme la plus belle colonne parmi celles qui lui ressemblent (installée à Patan et à Katmandou).

Temple Vatsala Durga et Bell Taleju

Près de la statue du roi Bhupatindra Malla, juste en face du palais royal, se trouve un temple en pierre de Vatsala (Devi) Durga, richement décoré de fines sculptures sur bois, érigé en 1672 par le roi Jagat Prakash Malloy. Ce temple, construit dans le style de Shikhara, présente certaines similitudes avec le Krishna Mandir de Patan. Devant le temple se trouve une grande cloche de Taleju dédiée à la déesse Taleju, installée par le roi Jaya Ranjit Malloy en 1737.

Chyasilin Mandap

À côté du temple de Vatsala Durga, il y a un réservoir d'eau attrayant, puis Chyasilin Mandap se lève. Ce temple octogonal était l'un des plus beaux bâtiments de la place avant le tremblement de terre de 1934. Le temple a été reconstruit en 1990 sous la même forme, en utilisant ses composants d'origine (fragments, détails). Golden Gate et le palais des cinquante-cinq fenêtres.

Porte d'or

Le Golden Gate, appelé Sun Dhoka, est l’une des plus belles manifestations de l’architecture de toute la vallée. La déesse à dix bras Taleju est représentée au centre du toran doré (arcade). La porte mène au palais des cinquante-cinq fenêtres, construit au XVIIe siècle. Le roi Bhupatindra Malloy. Le balcon de l'étage supérieur avec 55 fenêtres est un chef-d'œuvre de la sculpture sur bois.

Naga Pokhari

Naga Pokhari, le réservoir d'eau royal construit au XVIIe siècle, est situé dans la partie nord-est du palais royal. et utilisé pour le bain rituel quotidien de la déesse déesse Taleju. Des pierres naga (serpents) l’entourent le long du périmètre et une colonne avec une tête naga s’élève au milieu du réservoir. L’eau pénètre dans le réservoir par un tuyau de vidange en forme de makara (un monstre marin mythique), à ​​partir de la bouche duquel jaillit la tête d’une chèvre.

Temple pashupatinath

Le temple Pashupatinath, ou temple Jaksheshwar Mahadev, est dédié à Shiva et est une réplique exacte du temple Pashupatinath de Katmandou. Selon la légende, le roi Yaksha Malle, dont le nom portait le nom du temple, apparut dans le rêve de Shiva et ordonna de construire une copie du temple de Pashupatinath à côté du palais. Construit par le roi Yaksha Malloy en 1475 (selon d'autres sources en 1482), le temple est de loin le plus ancien de la place. Le séisme de 1934 a partiellement détruit la structure. Plus tard, le bâtiment a été restauré après avoir reçu une deuxième naissance.

Temple Siddhi Lakshmi

Au sud-est du palais royal se trouve, à partir du XVIIe siècle, le temple de Siddhi Lakshmi, également connu sous le nom de Lohan Degas, ou temple de pierre. Des deux côtés de l'escalier du temple, des statues représentant un homme et une femme tirant les mains à contrecœur pendant que les enfants marchent et se tiennent aux chiens. Ils sont suivis par des chevaux, des rhinocéros, des kimpurushs (créatures de la nature semi-divines à tête humaine et un corps de lion) et des chameaux.

Temple de Fasidega

Au centre de la deuxième partie de la place Durbar se trouve un grand temple blanc, Fasidega, dédié à Shiva. Le temple se dresse sur une plate-forme sur six niveaux, offrant une vue magnifique sur toute la vallée.

Tadhoochen Bahal

Tadhuchen Bakhal ou Chatur Varna Makhavihara est un monastère rénové datant de 1491. C’est là que le culte de la déesse Kumari a été créé. Dans la cour, du côté est des supports de toit, vous pouvez voir un fil inhabituel représentant la farine des pécheurs.

Himalaya (Himalaya)

L'attraction s'applique aux pays: Népal, Chine, Inde, Pakistan, Bhoutan

Himalaya - le plus haut système montagneux de la Terre, situé entre le plateau tibétain au nord et la plaine indo-gangétique au sud. Ce sont les montagnes les plus hautes et inaccessibles de la planète. L'Himalaya s'est étendu sur le territoire de l'Inde, du Népal, de la Chine, du Pakistan et du Bhoutan.

Informations générales

La chaîne de montagnes himalayenne située à la jonction de l’Asie centrale et de l’Asie du Sud mesure plus de 2 900 km de long et environ 350 km de large. La superficie est d'environ 650 000 km ². La hauteur moyenne des crêtes est d'environ 6 km, le mont Dzhomolungma (Everest) au maximum à 8848 m. Il y a 10 mille huit mille - des sommets supérieurs à 8 000 m d'altitude. Un autre système de haute montagne, Karakorum, se trouve au nord-ouest de la chaîne himalayenne occidentale.

La population est principalement engagée dans l'agriculture, bien que le climat ne permette de cultiver que quelques types de céréales, pommes de terre et autres légumes. Les champs sont situés sur des terrasses en pente.

Nom

Le nom des montagnes vient de l'ancien sanscrit indien. "Himalaya" signifie "demeure enneigée" ou "le royaume de la neige".

La géographie

Toute la chaîne de montagnes himalayenne comprend trois étapes particulières:

  • Le premier est Predhimalaya (le nom local est la crête de Shivalik), le plus bas de tous, dont les sommets ne culminent pas à plus de 2 000 mètres.
  • La deuxième étape - les crêtes de Dhaoladhar, Pir Panjal et plusieurs autres, plus petites, est appelée le petit Himalaya. Le nom est plutôt arbitraire, puisque les sommets atteignent déjà de fortes hauteurs - jusqu'à 4 kilomètres.
  • Derrière eux, il y a plusieurs vallées fertiles (Cachemire, Katmandou et autres), qui servent de transition vers les points les plus élevés de la planète - le Grand Himalaya. Deux grands fleuves d’Asie du Sud - le Brahmapoutre de l’est et l’Indus de l’ouest, comme s’étendant sur cette majestueuse chaîne de montagnes, prenant naissance sur ses pentes. De plus, l'Himalaya donne la vie et la rivière indienne sacrée - le Gange.

Records Himalaya

Himalaya - un lieu de pèlerinage pour les alpinistes les plus forts du monde, pour qui la conquête de leurs sommets est un objectif de vie chéri. Chomolungma n'a pas immédiatement soumis - depuis le début du siècle dernier, de nombreuses tentatives ont été faites pour grimper sur le "toit du monde". Le premier qui a réussi à atteindre cet objectif était en 1953, l'alpiniste néo-zélandais Edmund Hillary, accompagné d'un guide local - Sherpa Norgay Tenzing. La première expédition soviétique réussie eut lieu en 1982. Total Everest s'est rendu environ 3 700 fois.

Malheureusement, l'Himalaya a construit et triste record - 572 alpinistes sont morts en essayant de conquérir leurs hauteurs de huit kilomètres. Mais le nombre d'athlètes courageux ne diminue pas, car la "prise" des 14 "huit mille" et l'obtention de la "Couronne de la Terre" est le rêve chéri de chacun d'entre eux. Le nombre total de gagnants "couronnés" est aujourd'hui de 30 personnes, dont 3 femmes.

Minéraux

L'Himalaya est riche en minéraux. Dans la zone cristalline axiale se trouvent des gisements de minerai de cuivre, d’or, de placers, d’arsenic et de chrome. Le pétrole, les gaz combustibles, le lignite, la potasse et le sel gemme se trouvent dans les contreforts et les bassins intermédiaires.

Conditions climatiques

Himalaya - le plus grand climat en Asie. Au nord d 'eux dominés par l' air continental des latitudes tempérées, au sud - des masses d 'air tropicales. Jusqu'au sud de la pente himalayenne, la mousson équatoriale d'été pénètre. Les vents y atteignent une force telle qu'ils rendent difficile l'ascension des plus hauts sommets. Vous ne pouvez donc escalader Chomolungma qu'au printemps, dans une courte période de calme avant le début de la mousson d'été. Sur le versant nord, les vents des points nord ou ouest de l'année soufflent du surfusion en hiver ou du continent chauffé en été, mais toujours sec. Du nord-ouest au sud-est, l'Himalaya s'étend entre 35 et 28 ° N et la mousson d'été pénètre à peine dans le secteur nord-ouest du système montagneux. Tout cela crée de grandes différences climatiques au sein de l'Himalaya.

La plupart des précipitations tombent dans la partie orientale du versant sud (de 2 000 à 3 000 mm). À l'ouest, leurs montants annuels ne dépassent pas 1000 mm. Moins de 1000 mm se trouvent dans la bande des dépressions tectoniques internes et dans les vallées internes des rivières. Sur le versant nord, en particulier dans les vallées, les précipitations diminuent fortement. À certains endroits, les montants annuels sont inférieurs à 100 mm. Les précipitations hivernales supérieures à 1 800 m sont sous forme de neige et au-dessus de 4 500 m, il y a de la neige toute l'année.

Sur les pentes sud, à une altitude de 2 000 m, la température moyenne en janvier est de 6 ... 7 ° C, le 18 juillet ... 19 ° C; à une altitude de 3 000 m, la température moyenne des mois d’hiver ne tombe pas en dessous de 0 ° C, et seulement au-dessus de 4 500 m, la température moyenne de juillet devient négative. La frontière de neige dans la partie orientale de l'Himalaya passe à une altitude de 4500 m, à l'ouest, moins humide, - 5100-5300 m.Sur les pentes nord, la hauteur de la ceinture nivale est de 700 à 1000 m plus élevée que sur celle du sud.

Eaux naturelles

La haute altitude et les fortes précipitations contribuent à la formation de puissants glaciers et à la densité du réseau fluvial. Les glaciers et la neige couvrent tous les hauts sommets de l'Himalaya, mais les extrémités des langues glaciaires ont une hauteur absolue significative. La plupart des glaciers de l'Himalaya appartiennent au type de vallée et ne dépassent pas 5 km de long. Mais plus on s'éloigne vers l'est et plus il y a de précipitations, plus les glaciers sont longs et bas. La glaciation la plus puissante de Chomolungma et de Kanchendzhang est le plus grand glacier de l'Himalaya. Ce sont des glaciers de type dendritique avec plusieurs zones d'alimentation et un tronc principal. Le glacier Zemu sur Kanchendzhang a une longueur de 25 km et se termine à une altitude de 4 000 m environ, le glacier de Rongbuk, de 19 km de long et 5 000 m d’altitude, à 26 km du glacier Gangotri, dans le Kumaon Himalaya. une des sources du Gange en provient.

Particulièrement beaucoup de rivières coulent du versant sud des montagnes. Ils commencent dans les glaciers du Grand Himalaya et, en traversant le Petit Himalaya et la zone des collines, rejoignent la plaine. Quelques grandes rivières prennent leur origine sur le versant nord et, se dirigeant vers la plaine indo-gangétique, coupent l'Himalaya à travers de profondes vallées. C'est l'Indus, son affluent Sutlej et Brahmaputra (Tsangpo).

La nourriture des rivières himalayennes est la pluie, les glaciers et la neige, donc le débit maximum est en été. Dans la partie orientale du régime, le rôle des pluies de mousson est grand, à l'ouest, la neige et la glace de la haute montagne. Les gorges étroites ou les vallées en forme de canyon de l'Himalaya regorgent de cascades et de rapides. À partir du mois de mai, au début de la fonte des neiges, et jusqu'en octobre, à la fin de la mousson estivale, les rivières tombent en ruisseaux torrentiels, entraînant les masses de matériaux détritiques qu'elles déposent en quittant les contreforts de l'Himalaya. Les pluies de mousson sont souvent la cause d'inondations graves dans les rivières de montagne, au cours desquelles des ponts sont vidés, des routes effondrées et des effondrements.

Il y a beaucoup de lacs dans l'Himalaya, mais parmi eux, il n'y a pas de taille et de beauté comparables à celles des Alpes. Certains lacs, par exemple dans le bassin du Cachemire, n'occupent qu'une fraction des dépressions tectoniques précédemment entièrement remplies. La crête de Pir-Panjal est connue pour ses nombreux lacs glaciaires formés dans d'anciens cratères ou dans des vallées fluviales à la suite de podruzhivaniya leur moraine.

La végétation

Sur le versant sud de l'Himalaya, abondamment humide, les zones d'altitude allant des forêts tropicales aux toundras de haute montagne sont extrêmement prononcées. Dans le même temps, le versant sud se caractérise par des différences significatives dans la couverture végétale des régions humides et chaudes de l'est et des régions plus sèches et plus froides de l'ouest. Au pied des montagnes, de leur extrémité orientale jusqu'au courant de la rivière Dzhamny, s'étire une bande marécageuse aux sols noirs et limoneux, appelée terai. Les terais sont caractérisés par des jungles - des arbustes ligneux denses, dans des endroits presque impassables à cause des lianes et consistant en un arbre à savon, du mimosa, des bananes, des palmiers trop petits et des bambous. Parmi les terai, il y a des parcelles défrichées et drainées, qui sont utilisées pour la culture de diverses cultures tropicales.

Au-dessus de terai, sur des forêts tropicales toujours vertes composées de hauts palmiers, de lauriers, de fougères arboricoles et de gigantesques bambous peuplés de nombreuses vignes (y compris le palmier à rotin) et d'épiphytes poussent à une hauteur de 1 000 à 1 200 m le long de pentes humides et de vallées fluviales. Dans les endroits plus secs, les forêts de bois de sel moins denses dominent, perdant leurs feuilles pendant une période sèche, avec un sous-bois et une couverture herbeuse riches.

À plus de 1000 m d'altitude, des espèces subtropicales d'arbres à feuilles persistantes et de feuillus commencent à se mélanger aux formes thermophiles de la forêt tropicale: pins, chênes verts, magnolias, érables, châtaignes.À une altitude de 2 000 m, les forêts subtropicales sont remplacées par des forêts tempérées de feuillus et de conifères, parmi lesquelles ne rencontrent que rarement des représentants de la flore subtropicale, par exemple des magnolias à la floraison magnifique. Les conifères, y compris le sapin blanc, le mélèze et le genévrier, dominent à la limite supérieure de la forêt. Le sous-bois est formé de fourrés denses de rhododendrons. Beaucoup de mousses et de lichens recouvrant le sol et les troncs d'arbres. La ceinture subalpine qui remplace les forêts est une prairie à hautes herbes et des arbustes, dont la végétation devient progressivement plus basse et plus fine lors du passage à la ceinture alpine.

La végétation des prairies alpines de l'Himalaya est exceptionnellement riche en espèces, notamment les primevères, les anémones, les coquelicots et d'autres herbes vivaces à floraison vive. La limite supérieure de la ceinture alpine à l'est atteint une hauteur d'environ 5 000 m, mais les plantes individuelles sont beaucoup plus hautes. En escaladant Chomolungma, les plantes ont été trouvées à une altitude de 6218 m.

Dans la partie ouest de la pente sud de l'Himalaya, en raison de moins d'humidité, il n'y a pas une telle richesse et diversité de la végétation, la flore est beaucoup plus pauvre que dans l'est. Il n'y a absolument aucune bande de terays, les parties les plus basses des pentes de la montagne sont couvertes de forêts xérophytes éparses et de fourrés d'arbustes, certaines espèces méditerranéennes subtropicales comme le chêne vert et les feuilles dorées se trouvent au-dessus, les forêts de conifères de pins et de Cedar deodara dominent encore plus haut. Le sous-bois arbustif de ces forêts est plus pauvre qu’à l’est, mais la végétation alpine des prés est plus diversifiée.

Les paysages du nord de l'Himalaya, orientés vers le Tibet, se rapprochent des paysages montagneux du désert d'Asie centrale. Le changement de végétation en hauteur est moins prononcé que sur les versants sud. De rares fourrés d'herbes sèches et d'arbustes xérophytes se propagent du fond des grandes vallées fluviales jusqu'aux sommets enneigés. La végétation ligneuse ne se rencontre que dans certaines vallées fluviales sous la forme de fourrés de peupliers à croissance réduite.

Monde animal

Les différences de paysage himalayen se reflètent dans la composition de la faune sauvage. La faune diverse et riche des pentes méridionales a un caractère tropical prononcé. Dans les forêts des parties inférieures des pentes et dans le Terai, de nombreux grands mammifères, reptiles et insectes sont communs. Il y a encore des éléphants, des rhinocéros, des buffles, des sangliers, des antilopes. La jungle regorge littéralement de divers singes. Les macaques et les bébés à grain fin sont particulièrement caractéristiques. Parmi les prédateurs, les tigres et les léopards sont les plus dangereux pour la population - tachetés et noirs (panthères noires). Parmi les oiseaux, les paons, les faisans, les perroquets et les poulets sauvages se distinguent par la beauté et la luminosité de leur plumage.

Dans la partie supérieure des montagnes et sur les pentes nord, la faune s'apparente à la composition tibétaine. Il abrite l'ours noir de l'Himalaya, des chèvres et des moutons sauvages, ainsi que des yacks. Surtout beaucoup de rongeurs.

Population et environnement

La majeure partie de la population est concentrée dans la bande médiane du versant sud et dans les dépressions tectoniques intra-montagne. Il y a beaucoup de terres cultivées. Le riz est semé sur des fonds plats irrigués de bassins, de théiers, d'agrumes et de vignes cultivées sur des pentes en terrasses. Les pâturages alpins servent au pâturage des moutons, des yaks et d’autres bovins.

En raison de la haute altitude des cols dans l'Himalaya, la communication entre les pays des pentes nord et sud est considérablement compliquée. Des chemins de terre ou des pistes de caravanes traversent des cols, il y a très peu d'autoroutes dans l'Himalaya. Les passes sont disponibles uniquement en été. En hiver, ils sont recouverts de neige et complètement impraticables.

L'inaccessibilité du territoire a joué un rôle favorable dans la préservation des paysages montagneux uniques de l'Himalaya. Malgré le développement agricole important des bas-fonds et des dépressions, le pâturage intensif sur les pentes des montagnes et l'afflux croissant d'alpinistes du monde entier, l'Himalaya reste un refuge d'espèces végétales et animales de grande valeur.Les véritables "trésors" sont les parcs nationaux de l'Inde et du Népal - Nan-dadevi, Sagarmatha et Chitwan, qui figurent sur la Liste du patrimoine mondial culturel et naturel.

Les curiosités

  • Katmandou: complexes de temples Budanilkantha, Bodnath et Swayambhunath, Musée national du Népal;
  • Lhassa: palais du Potala, place Barkor, temple Jokhang, monastère de Drepung;
  • Thimphu: Musée du textile bhoutanais, Thimphu Chorten, Tashicho Dzong;
  • Complexes de temples de l'Himalaya (y compris Sri Kedarnath Mandir, Yamunotri);
  • Stupas bouddhistes (structures mémorielles ou reliquaires);
  • Parc national Sagarmatha (Everest);
  • Parcs nationaux de Nanda-Devi et la vallée des fleurs.

Tourisme spirituel et de santé

Les débuts spirituels et le culte du corps sain sont si intimement liés dans divers domaines des écoles philosophiques indiennes qu'il est impossible de tracer une section visible entre eux. Chaque année, des milliers de touristes viennent dans l'Himalaya indien simplement pour se familiariser avec les sciences védiques, les principes anciens des enseignements du Yoga, afin d'améliorer leur corps selon les canons ayurvédiques de Panchakarma.

Le programme des pèlerins comprend obligatoirement une visite des grottes pour une profonde méditation, des cascades, des temples antiques, une baignade dans le Gange - le fleuve sacré des Hindous. Ceux qui souffrent peuvent s'entretenir avec des guides spirituels, recevoir des conseils et des recommandations sur leur purification spirituelle et corporelle. Cependant, ce sujet est si vaste et diversifié qu'il nécessite une présentation détaillée séparée.

La grandeur naturelle et l'atmosphère hautement spirituelle de l'Himalaya captivent l'imagination humaine. Quiconque a déjà été en contact avec la magnificence de ces lieux sera toujours obsédé par le rêve de revenir ici au moins une fois.

Faits intéressants

  • Il y a environ cinq ou six siècles, un peuple appelé Sherpas s'est installé dans l'Himalaya. Ils savent se munir de tout le nécessaire pour vivre dans les hauts plateaux, mais ils sont en outre pratiquement monopolistes dans la profession de guide. Parce que vraiment le meilleur; le plus compétent et le plus durable.
  • Parmi les vainqueurs de l'Everest, il y a des "originaux". Le 25 mai 2008, le plus ancien alpiniste de l'histoire des ascensions, né au Népal, Min Bahadur Shirchan, âgé de 76 ans, a croisé le chemin qui mène au sommet. Dans certains cas, de très jeunes voyageurs ont pris part à ces expéditions, dont le dernier record a été battu par Jordan Romero, originaire de Californie, qui a grimpé en mai 2010 à l'âge de treize ans (avant lui, le Sherpa Themba Tsheri, âgé de 15 ans).
  • Le développement du tourisme ne profite pas à la nature de l'Himalaya: même ici, il est impossible d'échapper aux déchets laissés par les gens. De plus, à l'avenir, une grave pollution des rivières commençant ici est possible. Le principal problème est que ces rivières fournissent de l'eau potable à des millions de personnes.
  • Shambhala est un pays mythique au Tibet sur lequel de nombreux textes anciens relatent. Dans son existence, les adeptes du Bouddha croient sans condition. Il séduit non seulement les amateurs de toutes sortes de connaissances secrètes, mais aussi les scientifiques et les philosophes sérieux. En réalité, Shambhala ne doutait pas, en particulier, de l'ethnologue russe le plus en vue, L.N. Gumilyov. Cependant, il n’existe toujours aucune preuve irréfutable de son existence. Ou ils sont irrémédiablement perdus. Pour des raisons d'objectivité, il faut dire: beaucoup croient que Shambhala n'est pas du tout dans l'Himalaya. Mais dans l’intérêt même des gens vis-à-vis des légendes à ce sujet, il est évident que nous avons tous vraiment besoin de croire qu’il existe quelque part une clé de l’évolution de l’humanité, qui appartient à des forces brillantes et sages. Même si cette clé n'est pas un guide, comment devenir heureux, mais juste une idée. Pas encore ouvert ...

Himalaya dans l'art, la littérature et le cinéma

  • Kim est un roman écrit par Joseph Kipling. Il parle d'un garçon qui regarde l'enthousiasme de l'impérialisme britannique et a survécu pendant le Grand Jeu.
  • Shangri-La - un pays fictif situé dans l'Himalaya, décrit dans le roman "Lost Horizon" de James Hilton.
  • Tintin au Tibet est l'un des albums de l'écrivain et illustrateur belge Erzhe. Le journaliste Tintin enquête sur un accident d'avion dans l'Himalaya.
  • Le film "Vertical Limit" décrit les événements qui se déroulent sur le mont Chogori.
  • Plusieurs niveaux dans Tomb Raider II et un niveau dans Tomb Raider: Legend se trouve dans l'Himalaya.
  • Le film "Black Narcissus" raconte l'ordre des religieuses qui ont fondé le monastère dans l'Himalaya.
  • Le royaume des dragons d'or est un roman d'Isabel Alenda. La plupart des événements ont lieu dans le royaume interdit - un état de fiction dans l'Himalaya.
  • Drachenreiter est un livre de l'écrivaine allemande Cornelia Funke qui parle de brownies et de dragons se rendant au "Edge of Paradise" - un lieu de l'Himalaya habité par des dragons.
  • Expedition Everest est une montagne russe thématique du centre de loisirs Walt Disney World.
  • Sept ans au Tibet est un film basé sur le livre autobiographique de Heinrich Harrer du même nom, qui décrit le récit d’aventure d’un alpiniste autrichien au Tibet pendant la Seconde Guerre mondiale.
  • G.I. Joe: The Movie est un film d'animation qui raconte l'histoire de la civilisation Cobra-La qui a survécu à l'Himalaya après l'âge de glace.
  • Far Cry 4 - Une histoire de tir à la première personne qui raconte l'histoire fictive de la région himalayenne, dominée par le roi autoproclamé.

Annapurna Mountain (Annapurna)

Annapurna - La chaîne de montagnes de l'Himalaya, où les plus hauts sommets - Annapurna et Dhaulagiri, sont séparés par la plus profonde vallée de Kaligandaki de la planète. Le point culminant est l’Annapurna Home (8091 m), auquel s’ajoutent deux autres sommets de la crête sud-ouest, l’Annapurna Srednyaya (8010 m) et l’Annapurna Vostochnaya (8 000 m), qui forment un des 14 800 mètres. Annapurna est le dixième plus haut sommet du monde et le premier homme conquis.

L'Annapurna est considéré comme le 8000ème le plus dangereux - le taux de mortalité des alpinistes pour toutes les années d'escalade atteint 32% (à partir de mars 2012). Cependant, pour l'alpinisme moderne, la montagne est devenue moins dangereuse, cédant à Kanchendzhange (8586 m) - selon les statistiques de la période 1990-2008, le taux de mortalité à Annapurna est de 19,7% contre 22% à Kanchendzhangi.

Le nom Annapurna est traduit du sanscrit comme "Déesse de la fertilité".

Le tourisme

Le massif de l'Annapurna et ses territoires environnants font partie du parc national des Annapurna, d'une superficie totale de 7 629 km². Dans le parc national mis en place plusieurs sentiers de randonnée, avec une renommée mondiale.

Plus de 60% du nombre total d'amateurs de tourisme de montagne qui viennent au Népal se rendent dans le district de l'Annapurna, attirant les voyageurs aux paysages naturels variés, ainsi que la possibilité de rejoindre la culture et la vie de la population locale.

Trekking

Il existe trois itinéraires principaux pour la randonnée autour du mont Annapurna: Jomsom Trek, Sanctuary Trek, Circuit Trek. Faire une promenade à pied dans l’Annapurna est une occasion rare de pénétrer au cœur de l’Himalaya et de se familiariser avec la culture originale de la population locale - gurungov, tamang, thakali et pokhari. Sur le chemin, vous pourrez rencontrer de nombreux monastères bouddhistes, sanctuaires hindous, ponts suspendus et gorges. Le moment le plus brillant est l'ascension du col de Torung La (5416 m), d'où une vue imprenable sur la chaîne principale de l'Himalaya s'ouvre. La route commence généralement dans l'ancienne Katmandou, traverse des sentiers de montagne et se termine dans la ville de Pokhara.

Le plus haut des sommets dans lequel se trouve l'Annapurna I (8091 m) est la dixième hauteur du huit millième monde (sur quatorze) et le premier conquis par l'homme (1950).

Camp de base de l'Annapurna

La piste du camp de base de l'Annapurna (camp de base de l'Annapurna) dure environ 12 jours, débutant à Pokhara et se terminant à Naya Pul. Le meilleur moment pour le passer: mars-juin ou octobre-décembre. Sur le chemin, vous pourrez rencontrer les sites suivants: le camp de base de l’Annapurna, situé au cœur de la chaîne de montagnes de l’Annapurna. De là, il y a une vue magnifique sur les sommets de l'Annapurna, du Gangapurna et du Machhapuchhre.Voici l'une des meilleures plateformes d'observation au Népal - Poon Hill avec un panorama de la chaîne de montagnes Annapurna au coucher du soleil.

Parcours autour de l'Annapurna

Le "circuit autour de l'Annapurna" ou "l'anneau de l'Annapurna" (circuit de l'Annapurna) est l'un des sentiers de randonnée les plus populaires sur les pentes du massif de l'Annapurna à travers le parc national de l'Annapurna. Il est remarquable pour ses sites naturels pittoresques et colorés. Sa longueur est de 211 km, il prend environ 20 jours.

Vous pouvez vous arrêter et prendre des forces au col de Torong La, où se trouvent deux camps de touristes - Torong Pedy et Upper Camp. Il fait ses débuts dans le village de Besisahar, une partie du sentier suit la vallée de la rivière Marsyandi, en passant par laquelle il est impossible de ne pas admirer le massif de l'Annapurna, les réseaux de Manaslu, Peri Gimal et Damodar Gimal.

Ici, vous pouvez reconstituer les stocks dans les grandes colonies de Dharapani, Chame, Pisang et Manang. Près du village de Ranipauva il y a un complexe de temples Muktinath. Dans la vallée de Kali-Gandaki, la piste traverse les villages de Jomsom, Martha, Dana, Tatopan. À la fin du chemin, vous monterez au mont Poon Hill, qui surplombe les huit mille personnes de l'Annapurna et du Dhaulagiri. Et dans le dernier Nayapul, une petite colonie, d'où vous pourrez vous rendre à Pokhara en bus. En outre, la «piste autour de l'Annapurna» peut être complétée par une sortie vers le lac Tilicho, situé à 16 km à l'ouest du village de Manang.

Piste jomsom

Jomsom Trek - randonnée le long de la rivière Kali Gandaki de Nayapula à Muktinath. Piste pas très populaire, donc pas encombré.

Autres pistes

En plus des pistes classiques menant au camp de base de l'Annapurna (Annapurna Sanktuary), de la piste autour de l'Annapurna (circuit de l'Annapurna) passant par le col de Torang La (col de Thorang La, à 5416 m), il existe une version raccourcie de 40 km le long de l'itinéraire Birethanti - Ghandrung - Ghorepani - Ulleri - Birethanti. " Il traverse des rizières, des villages et des forêts tropicales humides. Le meilleur moment pour passer la route est la mi-novembre.

Chronologie de l'ascension au sommet de l'Annapurna

  • 1950 - Le 3 juin, l’Annapurna est devenu le premier des huit mille hommes conquis. Les alpinistes français Maurice Herzog et Louis Lashenal ont escaladé l'Annapurna I
  • 1970 - 1er mai, première ascension féminine de l'Annapurna III (7555m) japonaise Junko Tabei
  • 1970 - 27 mai, première ascension du mur sud des Britanniques Douglas Huston et Don Vilans
  • 1978 - 15 octobre, première ascension féminine d’Annaprun I le long du mur nord sur la route néerlandaise. Vera Komarkova, Irene Miller et 2 Sherpas ont grimpé au sommet. En montant, Vera Watson et Alison Chadwick-Onyszkiewicz sont mortes
  • 1987 - 3 février, première ascension hivernale des Polonais, Jerzy Kukuchka et Arthur Haiser
  • 1991 - N. Cherny et S. Arsentiev deviennent les premiers Russes à gravir l'Annapurna
  • 1994 - Annapurna Sud, 7219 m. Première ascension hivernale des alpinistes de la Fédération de Russie dans l'Himalaya. Le 17 décembre, V. Bashkirov, le chef, V. Shataev, N. Cherny, de Moscou, A. Minibayev, V. Lobankov, de la République de Bachkirie, ont grimpé au sommet du mur sud.
  • 2010 - Le 27 avril, 17 personnes ont visité le sommet de l'Annapurna I, dont l'alpiniste russe Sergueï Bogomolov, pour lequel l'Annapurna est devenu le treizième sommet atteint
  • 2013 - Le 9 octobre, l'alpiniste suisse Shtek, Uli, n'a effectué qu'une seule ascension le long du mur sud de l'Annapurna. Cependant, certains alpinistes et guides de haute montagne ont mis en cause son ascension, Uli n'ayant pu fournir la preuve de son séjour au sommet de l'Annapurna. Deux semaines plus tard, deux alpinistes français ont emprunté cette voie.

Faits intéressants

  • Les alpinistes français, qui ont fait la première ascension de l'Annapurna en 1950, avaient initialement prévu de gravir le Dhaulagiri. Cependant, après avoir effectué des reconnaissances, ils ont considéré cette montagne imprenable et se sont rendus à l'Annapurna. Dhaulagiri a été conquis 10 ans plus tard - l'équipe suisse-autrichienne a atteint le sommet le 13 mai 1960
  • Bien que l'Annapurna ait été le premier sommet conquis des huit mille hommes, ce n'est plus une personne qui a escaladé un record: lors d'une tentative d'escalade de l'Everest en 1924, Edward Norton atteignit 8570 m 8600 m (évalué par Noel Odell).Certains chercheurs pensent que Mallory et Irwin sont déjà morts en descendant du sommet. Le débat sur la question de savoir s'ils ont atteint le mont Everest ou non se poursuit aujourd'hui.
  • Le massif de l'Annapurna après le séisme au Népal du 25 avril 2015 était environ 20 centimètres plus haut

Films sur Annapurna

  • The Hard Way - Face sud de l'Annapurna (1970)
  • "Unconquered Summit" (sur Anatolia Bukreev, décédé sur une montagne sous une avalanche), auteurs Severnyuk A. et Tyulkin V., 2002, 40 min.
  • "Real Life" ("Pura vida - The Ridge") (reconstruction détaillée de l'opération de sauvetage menée par l'alpiniste espagnol Iñaki Ochoa en mai 2008), de Pablo Iraburu, Migueltxo Molina, 2012, 85 min.
  • Mont Everest (Chomolungma)

    L'attraction s'applique aux pays: Népal, Chine

    Everest, également connu sous le nom de Chomolungma, est le point culminant de notre planète. Il est appelé, à juste titre, "toit du monde", "divin" et même "montagne de la mort". Un bon nombre d'âmes courageuses ont consacré leur vie à l'idée désespérée de prendre cette hauteur. Ils n'ont pas été arrêtés par le rayonnement solaire dangereux pour l'homme, ni par le vent de rafale perçant, dont la vitesse atteint 55 mètres par seconde, ou par des effondrements soudains. Plus de 260 personnes ont trouvé leur dernier refuge dans les neiges et les profondeurs de l’Everest avant de réaliser leur rêve.

    Cependant, il existe d'autres statistiques - optimistes. Chaque année, plus de 500 000 touristes se rendent au plus haut sommet du monde pour admirer la beauté majestueuse de ces lieux. Un tel indicateur, qui a tendance à augmenter, permet à Chomolungma de figurer parmi les attractions les plus visitées de la planète. Pour beaucoup de gens, être ici signifie réaliser votre rêve le plus cher. Et quand on demande aux voyageurs pourquoi ils aspirent à l'Everest, parce que le sommet n'est pas soumis à tout le monde, ils répondent: "Parce que c'est le cas!"

    Localisation et caractéristiques

    Plus hauts sommets de la région de Chomolungma

    Chomolungma est situé dans le système montagneux de l'Himalaya, notamment dans la crête de Mahalangur-Himal, située à la frontière de la République du Népal et de la région autonome du Tibet de la République populaire de Chine.

    La hauteur de son sommet nord, situé sur le territoire chinois et considéré comme le principal, est de 8 848 mètres. C'est un record absolu parmi les plus hautes montagnes de la Terre, qui sont au nombre de 117 (toutes concentrées dans la région de l'Asie centrale et du sud). Le sommet sud est légèrement plus bas, à 8 760 mètres, et on peut l’appeler "international": il est situé à la frontière de deux pays.

    La montagne ressemble à une pyramide à trois côtés. La pente et les côtes du sud sont tellement escarpées que la neige et les glaciers ne sont pas conservés. Il n'y a pas de neige et de paroi rocheuse. Les côtes restantes, commençant à environ 5 km d'altitude, sont recouvertes de glaciers.

    Animation 3D de Chomolungma et du paysage environnant

    Une partie de l'Everest, située du côté du Népal, fait partie du parc national de Sagarmatha. C’est ainsi que Sagarmatha est appelée le plus haut sommet du monde en langue népalaise (traduction: «Sommet céleste»). De ce côté, il est masqué par les montagnes de Nuptse (7879 m) et de Lhotse (8516 m). De belles vues sur les montagnes environnantes de Kala Pathar et Gokyo Ri s'ouvrent à vous.

    Chomolungma - ce nom est traduit du tibétain par "La maîtresse des vents" - l'un des dix sommets montagneux, les huit mille kilomètres, situés dans l'Himalaya (il n'y en a que 14 dans le monde). Sans aucun doute, il reste l’objectif le plus attrayant pour les alpinistes du monde entier.

    Panorama de l'Everest

    Comment a été calculée la hauteur de l'Everest

    Everest (Chomolungma) vu de loin

    Il est à noter que jusqu'en 1852, la chaîne de montagnes à plusieurs sommets du Dhaulagiri, également située dans l'Himalaya, était considérée comme le point culminant de la planète. Les premières études topographiques menées de 1823 à 1843 ne contredisent pas cette affirmation.

    Après un certain temps, des doutes ont commencé à surgir et le mathématicien indien Radhanat Sikdar est devenu leur premier transporteur. En 1852, à une distance de 240 km de la montagne, il a utilisé, à l’aide de calculs trigonométriques, l’hypothèse que Chomolungma ou, comme on l’appelait alors, Peak XV est le plus haut sommet du monde. Seulement quatre ans plus tard, des calculs pratiques plus précis l'ont confirmé.

    Les données sur la hauteur de Chomolungma ont souvent changé: selon les hypothèses largement répandues à cette époque, il était d'environ 8872 mètres.Cependant, l'aristocrate et géomètre anglais George Everest, qui dirigea le service géodésique de l'Inde britannique de 1830 à 1843, fut le premier à déterminer non seulement l'emplacement exact de la montagne himalayenne, mais également son altitude. En 1856, Chomolungme reçut un nouveau nom, en l'honneur de Sir Everest. Mais la Chine et le Népal ne sont pas d'accord avec ce changement de nom, même si les mérites d'un géodésiste exceptionnel sont indiscutables.

    Aujourd'hui, selon des données officiellement confirmées, l'Everest est situé à 8 km à 848 m d'altitude, dont les quatre derniers mètres sont des glaciers continus.

    Le chemin qui mène au sommet du Kala Pattar (5 545 m). Le mont Everest est visible à gauche. Vue du sommet de l'Ama Dablam

    Qui sont-ils, les premiers courageux?

    Everest escalade

    L'organisation de l'ascension du "toit du monde" et de la réalisation de recherches scientifiques y était entravée non seulement à cause du coût élevé de tels événements. Le Népal et le Tibet encore indépendant sont restés longtemps fermés aux étrangers. Ce n’est qu’en 1921 que les autorités tibétaines ont donné leur feu vert et la première expédition a commencé à explorer des itinéraires possibles pour gravir l’Everest le long du versant nord. En 1922, les moussons et les chutes de neige ont empêché les chercheurs d'atteindre le sommet, les alpinistes ont utilisé pour la première fois des bonbonnes d'oxygène et ont atteint le niveau de 8320 mètres.

    Sur le chemin du sommet, sanctuaires et monuments commémoratifs bouddhistes se rencontrent de temps en temps.

    L'Anglais George Herbert Lee Mallory, professeur associé de Cambridge âgé de 38 ans et célèbre alpiniste ayant beaucoup d'expérience, était obsédé par la conquête de l'Everest. En 1921, un groupe sous sa direction atteignit 8 170 mètres et installa son camp. Il entra lui-même dans l’histoire en tant qu’homme qui avait d’abord eu l’intention de conquérir cette hauteur fière et inapprochable. Par la suite, il fit deux autres tentatives d'escalade, en 1922 et 1924. Le tiers d'entre eux était le dernier et ... fatal. Le 8 juin, avec un partenaire du groupe, un élève de 22 ans, Andrew Irwin, a disparu. Du sol, ils ont été vus pour la dernière fois avec des jumelles à une altitude d'environ 8500 mètres. Et puis - tout: les chercheurs intrépides ont soudainement disparu de la vue ...

    Le destin de Mallory ne s'éclaircit qu'après 75 ans. Le 1 er mai 1999, l'expédition de recherche américaine a retrouvé les restes d'un courageux alpiniste à 830 mètres d'altitude. Il n’y avait aucun doute sur le fait qu’il était celui-là: il avait été identifié par un patch sur les vêtements de J. Mallory, ainsi que par une lettre de sa femme trouvée dans une poche de poitrine. Le cadavre lui-même était couché sur le visage, les bras étendus, comme s'il essayait d'embrasser la montagne. Quand il s'est retourné, ses yeux étaient fermés, ce qui ne signifiait qu'une chose: la mort n'était pas venue subitement. Un examen plus approfondi des restes de la première victime de Chomolungma a montré que le chercheur légendaire avait subi des fractures du tibia et du tibia.

    Glacier près du camp de base du sentier du Népal jusqu'au sommet, à une altitude d'environ 5 000 mètres

    Ainsi, deux versions ont été réfutées à la fois: à propos de la mort d'une chute de grande taille et de la mort d'une descente. Quant à Irwin, son corps n'a pas encore été retrouvé, bien qu'il soit évident pour tout le monde qu'il était lui aussi mort. Et, très probablement, alors il a été emporté par un vent fort dans l'abîme le plus proche, dont la profondeur n'est pas inférieure à 2 km.

    Un autre conquérant bien connu de Chomolungma fut un officier et alpiniste britannique, Edward Felix Norton, qui atteignit la marque des 8565 mètres en 1924, ce qui était un record absolu, qui sera conservé pendant trente ans.

    Entre 1921 et 1952, environ 11 tentatives ont été infructueuses. En 1952, une expédition suisse tenta à deux reprises de conquérir le sommet. Mais les grands hommes sont revenus sans rien.

    Edmund Hillary en 1953

    En 1953, les alpinistes néo-zélandais rejoignent l'expédition anglaise. Le 29 mai 1953, le Néo-Zélandais de 34 ans, Edmund Hillary, et le représentant du Sherpa népalais, le Népalais Sherpa Tenzing Norgay, ont été les premiers à gravir le "toit du monde" sur Terre.Ils n'y ont passé que 15 minutes: faute d’oxygène, ils ne pouvaient tout simplement pas. Norgay a symboliquement enterré des biscuits et des bonbons dans la neige en guise d'offrande aux dieux. Il est amusant de ne pas pouvoir photographier la Néo-Zélandaise. En haut, il s’est avéré ne capturer que les Népalais.

    Mont Everest (Chomolungma)

    Tenzing Norgay a tenté à sept reprises, avec d’autres expéditions, de grimper au sommet de Chomolungma. Il l'a fait chaque fois avec la philosophie particulière d'un représentant des montagnards. Comme Sherpa l'a rappelé plus tard dans son livre "Le Tigre des Neiges", il n'y avait aucune amertume. Il se sentait comme un enfant grimpant sur les genoux de sa mère.

    Qu'ont-ils ressenti, citoyen d'un pays insulaire lointain de l'océan Pacifique et originaire du royaume montagneux de l'Himalaya, qui est devenu le premier conquérant du sommet du monde? Ils s'embrassèrent, se frappant dans le dos avec émotion. Probablement, toute la gamme de ces émotions est impossible à exprimer avec des mots.

    Everest au coucher du soleil

    Le monde n'a appris la conquête de l'Everest qu'après trois jours. Il est difficile de surestimer l’importance de cet événement. Hillary, sans repos, et l'expédition ont traversé l'Antarctique quelques années plus tard. La reine britannique Elizabeth II, qui est aussi le monarque de la Nouvelle-Zélande, en a fait un chevalier. En outre, l'alpiniste néo-zélandais est devenu citoyen d'honneur du Népal. En 1990, Peter, le fils de Hillary, a gravi les échelons.

    Après 1953, des expéditions en provenance des États-Unis, d'Inde, d'Italie et du Japon se sont retrouvées sur le «toit du monde». Jim Whittaker a été le premier Américain à atteindre le sommet de Jomolungma. C'est arrivé le 1er mai 1963. Après environ trois semaines, le monde attendait une sensation semblable à celle de sa première conquête: des alpinistes américains ont franchi la frontière occidentale, où ils ne s’étaient pas encore rendus auparavant.

    À partir de 1975, lors de l'assaut sur le plus haut sommet de la planète, les représentants du sexe faible se sont déplacés. Alpiniste du pays du soleil levant Dzunko Tabay est devenue la première femme à conquérir l'Everest, et Wanda Rutkevich, citoyenne polonaise, est devenue la première femme européenne à ce titre. En 1990, la première femme russe a atteint le sommet, c'était Ekaterina Ivanova.

    Des conquérants désespérés des sommets

    Plus de 4 000 personnes ont déjà visité le sommet de Chomolungma. Beaucoup plus d'une fois. Par exemple, l'alpiniste népalais Apa Sherpa l'a conquise 21 fois. Les scientifiques disent que les montagnards trouvent plus facile de rester à une telle hauteur. Néanmoins, le record établi par un habitant de Chhurim, qui a grimpé au sommet deux fois par semaine, est surprenant.

    La recherche Everest est avant tout un test de la limite des capacités humaines. L'Italien R. Messner et l'Allemand P. Habeler ont gravi la montagne sans masque à oxygène en mai 1978. Par la suite, Messner s’est élevé plusieurs fois seul et a établi une série de records. Il a d'abord vaincu le sommet pendant la mousson, passé sans l'aide de porteurs, maîtrisant le nouvel itinéraire en un temps record. Lorsque vous étudiez les biographies de ces âmes courageuses et désespérées, vous comprenez que le désir de vaincre des pics est comme une passion ou une maladie.

    Escalade de Chomolungma

    En 1982, l'expédition soviétique montait pour la première fois dans Chomolungma par un itinéraire difficile empruntant le mur sud-ouest. La sélection des athlètes était similaire à celle des astronautes. 11 personnes ont fait l'ascension, un alpiniste n'avait pas de masque à oxygène, un autre a vaincu le sommet la nuit. Les photographies montrent que la beauté d'une plate-forme d'observation aussi naturelle ouvre des perspectives extraordinaires. N'exprimez pas avec des mots quel beau spectacle la nuit, à la lumière des étoiles.

    La manière dont l'aveugle américain Erich Weichenmeyer (2001) et Mark Inglis aux jambes amputées (2006) ont pu atteindre le sommet ne leur était connue. Le but des âmes courageuses était de montrer aux gens du monde entier que la réalisation de cet objectif était une réalité. Et ils l'ont fait!

    Cas extrêmes

    Vue de l'Everest depuis un avion

    Dans l'histoire de la conquête de l'Everest, le courage humain frise souvent la folie. Une personne s'efforce sans relâche d'établir de nouveaux records et de nouvelles réalisations, en particulier de ce type, dans la perspective de tomber dans l'histoire.

    La première tentative d'en descendre sur les skis a été faite par la Japonaise Miura, qui n'a miraculeusement pas sombré dans l'abîme. Marco Siffredi, un snowboardeur français moins chanceux. Pour la première fois, la descente du sommet sur le couloir de Norton s'est terminée sans encombre. En 2001, le courageux athlète souhaitait emprunter une autre voie, dans le couloir de Hornbane - et avait disparu.

    La vitesse des skieurs peut être jugée par la descente du français Pierre Tardevel. D'une hauteur de 8571 mètres, il a parcouru 3 km en 3 heures. En 1998, le premier Français Cyril Desremo est descendu du sommet sur un snowboard. En 1933, le marquis Clydesdale et David McIntyre ont survolé le sommet de la montagne dans un biplan (un avion à deux ailes disposées l'une au-dessus de l'autre).

    Le pilote Didier Delzahl a posé pour la première fois un hélicoptère au sommet d’une montagne en 2005. Des planeurs et des parapentes suspendus survolaient l'Everest, sautant d'un avion avec des parachutes.

    Les ascensions d'aujourd'hui

    Environ 500 personnes par an sont décidées à la conquête de l'Everest (Chomolungma). C'est une gâterie très chère. La montée est possible tant du côté du Népal que de la Chine. Quitter le premier coûtera plus cher, tandis que quitter le territoire chinois est meilleur marché, mais plus difficile techniquement. Les entreprises commerciales spécialisées dans l'escorte jusqu'au sommet de la plus haute montagne de la planète demandent entre 40 000 et 80 000 dollars. Le montant comprend le coût des équipements modernes, payer les porteurs. Seule la permission du gouvernement népalais peut coûter entre 10 000 et 25 000 dollars. La hausse elle-même dure jusqu'à deux mois.

    Namche Bazar - un village sur le chemin de l'Everest, doté d'une infrastructure touristique étendue, où les voyageurs peuvent se renforcer et se préparer à l'ascension
    Exemple d'itinéraire de 16 jours avec escalade Kala-Pathar

    Il est naïf de penser que sans une bonne santé et une bonne condition physique, vous pouvez vous essuyer lors d'un événement aussi difficile et grave. Les grimpeurs s'attendent à la montée la plus difficile, à des charges inhumaines, à la réduction des marches dans la glace, à la construction de ponts à travers les fissures dans les conditions environnementales les plus difficiles. Environ 10 000 kilocalories par jour sont consacrées à l’escalade de l’Everest (au lieu des 3 000 habituelles). Pendant la montée, les alpinistes perdent jusqu'à 15 kg de poids. Et loin de tout dépend d'eux, de leur niveau de préparation. Un ouragan ou un effondrement soudain peut s’abattre et s’enfoncer dans l’abîme, et l’avalanche de neige s’appauvrira comme un petit insecte. Néanmoins, toutes les nouvelles et nouvelles âmes courageuses sont décidées à grimper.

    Kathmandu prend l'avion jusqu'à la capitale du Népal. La route menant au camp de base dure environ deux semaines. Il est situé à une altitude de 5364 mètres. Le chemin ici n’est pas très difficile, les difficultés commencent plus loin. Au cours de l'adaptation aux conditions extrêmes de l'Everest, les montées alternent avec les descentes vers le camp. Le corps s'habitue à l'air rejeté, froid. En préparant l'ascension de chaque détail soigneusement vérifié. Quand une personne est au-dessus d'un précipice, sa vie dépend souvent de la force du câble et de la carabine en acier enfoncée dans la roche.

    Au-dessus de 7 500 mètres, la soi-disant "zone de mort" commence. L'oxygène dans l'air est 30% moins que dans des conditions normales. Soleil aveuglant, renversant le vent (jusqu'à 200 km à l'heure). Tout le monde ne supportera pas de telles réalités que certains chercheurs ont comparées à celles de Martian.

    Derniers mètres Vue du sommet de l'Everest

    Un rhume peut entraîner un gonflement des poumons ou du cerveau. À la limite, le système cardiovasculaire fonctionne. Les engelures, les fractures et les luxations au cours des ascensions ne sont pas rares. Mais vous devez également redescendre, ce qui n’est pas moins difficile.

    «Le plus long kilomètre terrestre» est le nom donné aux alpinistes des 300 derniers mètres, la section la plus difficile. C'est une pente raide très lisse, recouverte de neige. Et le voici - le "toit du monde" ...

    Conquérants de l'Everest

    Conditions climatiques, flore et faune

    Majestueux Everest

    En été, la température sur l'Everest durant la journée ne dépasse pas les -19 degrés et la nuit, elle tombe à moins 50.Le mois le plus froid est janvier. Souvent, la température tombe à 60 degrés en dessous de zéro.

    Bien entendu, dans des conditions aussi extrêmes, le monde animal et végétal ne peut être ni riche ni diversifié. Au contraire, il est très maigre. C’est toutefois là que vit le représentant le plus vivant de la faune terrestre: l’araignée sauteuse de l’Himalaya. Ses spécimens ont été trouvés à une altitude de 6700 mètres, apparemment tout simplement impensables pour la vie.

    Un peu plus bas, à 5 500 mètres, forme une plante herbacée vivace - la gentiane jaune. Encore plus haut, à une altitude de 8 100 mètres, les chercheurs ont observé une montagne ou un silence, un membre de la famille des corvidés, un parent proche du chouc alpin.

    Situation écologique

    Une autre vue de l'Everest

    Récemment, des scientifiques ont sonné l'alarme et ont demandé instamment de fermer l'accès au plus haut sommet du monde. La raison en est le niveau catastrophique de pollution de l’Everest et de ses environs.

    Tout le monde qui se passe ici laisse environ 3 kg de déchets. Selon des estimations préliminaires, plus de 50 tonnes de déchets se seraient accumulées sur la montagne. Équipes organisées de bénévoles, nettoyant les pentes des traces de l'activité humaine.

    Cependant, les équipements modernes et les routes pavées ne font qu'augmenter le nombre de visiteurs, il y a même des embouteillages sur les pistes. Et le flux de touristes au pied de Chomolungma augmente chaque année ...

    Makalu Mountain

    L'attraction s'applique aux pays: Népal, Chine

    Makalu - la cinquième plus haute montagne du monde, elle est située à 22 km à l'est du mont Everest. Le sommet solitaire s'élève à 8463 m d'altitude et ressemble à une pyramide à quatre côtés. Chomo Lonzo, autre sommet culminant à 7 818 m, est la deuxième montagne au nord du sommet principal. Il est séparé de celui-ci par une étroite selle.

    Informations générales

    Des pics ornent ce coin sauvage du nord-ouest du district de Sankhuvasabha. De l'ouest, la région est bordée par l'Everest, du nord par la Chine, de l'est par le fleuve Arun et du sud par le fleuve Sabha.

    Cet endroit est pratiquement proche de l'Everest, mais il est très différent de la région du plus haut sommet du monde. La plupart de la population vit dans les bas contreforts, principalement dans le sud de la région, plus près de la rivière Arun, y compris les groupes ethniques paradisiaques, limbu et sherpa.

    Le Makalu est l’un des sommets les plus difficiles à gravir en raison des crêtes étroites et des pentes abruptes.

    Les alpinistes américains ont tenté pour la première fois de monter au sommet au printemps 1954. Toutefois, après avoir atteint le flanc sud-est à une altitude de 7100 m, ils ont été forcés de revenir en raison de violents orages. La première tentative réussie d'escalade du versant nord et de la crête nord-est a été faite le 15 mai de l'année suivante par Lionel Terrey et Jean Kuzi, de l'expédition de Jean Franco. Finalement, la pente sud-est fut conquise lorsque deux alpinistes de l'expédition japonaise complétèrent la difficile route du 23 mai 1970.

    L'escalade du Makalu est l'une des plus difficiles de l'Himalaya. En regardant depuis cette vallée inaccessible de la rivière Arun, il est tout à fait possible d’imaginer à quel point il est difficile de se rendre au sommet enneigé.

    Kangchenjunga

    L'attraction s'applique aux pays: Népal, Inde

    Kanchenjunga - La chaîne de montagnes de l'Himalaya, dont le principal sommet culmine à 8586 mètres d'altitude, est la troisième plus haute altitude du monde. La montagne est située à la frontière entre l'Inde et le Népal, est le point culminant de l'Inde. Pendant longtemps, le massif de Kanchendzhang a été considéré comme le plus haut du monde, mais ce n’est qu’en 1856 que des mesures précises ont permis de le considérer comme le troisième plus haut.

    Faits saillants

    Le nom du pic Kanchendzhanga traduit littéralement de la langue tibétaine (Kang-chen-dze-nga) signifie "le trésor des cinq grandes neiges" ou "cinq stockages de grandes neiges".

    Par "grandes neiges", les habitants désignent cinq grands glaciers qui s'étendent sur les pentes des cinq sommets distincts de Kanchendzhangi.

    Les quatre sommets de la chaîne de montagnes - Kanchendzhanga Main, Kanchendzhanga South, Kanchendzhanga Middle (à la frontière du nord du Sikkim et du Népal) et Kanchendzhanga West (Yalung-Kang) dans la zone népalaise de Mechi - dépassent les 8000 m.

    Le massif de Kanchendzhangi est composé de roches dures: gneiss, granites, schistes cristallins d'un demi-million à un milliard d'années.

    Un grand fleuve de l'est du Népal - Tamur, connu de tous les amateurs de tourisme nautique extrême, prend sa source dans les neiges et les glaciers de Kanchendzhangi. Elle coule sur les pentes de Kanchenjunga au sud et au sud-ouest.

    En raison de la grande étendue de ses pentes, il existe trois zones naturelles: les savanes et les prairies du Terai-Douar, les forêts de feuillus et de conifères de l'Himalaya oriental (jusqu'à une hauteur de 3650 m), et les prairies alpines de l'Himalaya oriental, des arbustes et des déserts de haute montagne (à ). L'épicéa, le sapin, le genévrier et l'érable poussent dans les forêts; au pied il y a un petit panda, le cerf musqué (cerf musqué), au-dessus - l'irbis léopard des neiges, le goudron de chèvre de l'Himalaya et le chat léopard (Bengale).

    Afin de protéger la nature fragile de Kanchenjunga, plusieurs réserves naturelles et parcs nationaux ont été créés, dont le plus célèbre est la réserve de biosphère de Kanchenjunga, dans l'État indien du Sikkim.

    La population des zones adjacentes à Kanchenjungg a vénéré cette chaîne de montagnes comme sacrée. Lepcha - le peuple autochtone de l'état indien du Sikkim - a gardé des traditions sur Kanchenjang pendant des milliers d'années. Dans leur mythologie, Kanchendzhang est représentée comme une montagne, non pas terrestre, mais plutôt céleste, où les âmes des personnes décédées se déplacent. Pour le lepcha, les sommets de Kanchenjunga sont le lieu de naissance des premiers Himalayens et les glaciers de Kanchenjungi, selon la légende locale, ont donné au dieu Tashetting le matériau pour la création du premier homme Furongthing et de la première femme Nazongni.

    Les anciennes légendes mettent en garde: avec Kanchenjanga, les blagues sont mauvaises. La preuve en est une légende sur la façon dont les ancêtres des lépreux ont décidé de construire une tour au pied de Kanchenjunga, qui aurait transpercé le ciel de son sommet. Le matériau de construction utilisé était celui que lepcha avait toujours en abondance: des pots en argile. Mais lorsque la tour a dépassé Kanchenjangugu en hauteur, les gens se sont disputés, ont cassé les pots à la base de la tour et celle-ci s'est effondrée, en écrasant beaucoup. Les survivants ont fui les vallées himalayennes.

    Le massif de Kanchenjunga est situé dans l'est de l'Himalaya, dans l'éperon sud de la chaîne principale de l'Himalaya, à la frontière du Népal et de l'État indien du Sikkim.

    Montagne de danger accru

    La liste des explorateurs de Kanchenjunga est petite: les pentes de la montagne sont extrêmement difficiles à gravir. Tous les alpinistes qui osaient partir en voyage ne pourraient pas revenir en arrière ...

    L'histoire de l'étude Kanchendzhangi a commencé au XIXème siècle. Les premiers croquis des pentes de Kanchenjunga et des vallées environnantes ont été réalisés par l'explorateur tibétain Rinzin Namgyal au milieu des années 1880.

    La première tentative sérieuse de grimper au sommet de Kanchenjunga a été faite en 1905 par une expédition sous la direction de l'anglais Ali-Ster Crowley (1875-1947). Les alpinistes ont atteint une hauteur de 6 500 mètres, même si Crowley lui-même, connu pour son excentricité, affirmait que son équipe était passée à 7 600 mètres, mais les membres de l’expédition n’étaient pas en mesure d’atteindre le sommet de Kanchendzhangi en raison du grave danger d’une avalanche.

    Au cours des cinq prochaines décennies, au moins six groupes expéditionnaires ont parcouru les pentes de Kanchenjunga. Cependant, la véritable avancée a été réalisée le 25 mai 1955 par les membres de l'expédition britannique George Bin-dom et Joe Brown. Ils ont été les premiers à escalader Kanchendzhangu et ont choisi la route qu’un demi-siècle auparavant, Aleister Crowley. L'expédition a failli mourir sous une puissante chute de glace. Cependant, ils n'ont pas marché sur le plus haut sommet de la montagne, s'arrêtant quelques dizaines de mètres plus bas pour ne pas perturber la paix du sommet.C'est la condition que Tashi Namgyal (1893-1963) posa pour eux: le Chogyal (roi) du Sikkim de la dynastie Namgyal, qui autorisa l'ascension d'une montagne sacrée pour les bouddhistes et les hindous. Depuis lors, tous les conquérants de Kanchenjungi suivent cette règle.

    En 1989, pour la première fois de l’histoire, les participants à la deuxième expédition soviétique dans l’Himalaya ont réussi à franchir quatre sommets de 8 000 m de Kanchendzhangi. Pour la route, ils ont été divisés en deux groupes, chacun passant par deux sommets.

    Les Népalais sont connus pour la vieille légende selon laquelle Kanchendzhang a le caractère d'une femme et, afin de se débarrasser de ses rivaux, prend la vie de tous les alpinistes qui tentent de se hisser à son sommet. La première alpiniste, qui a réussi à escalader Kanchendzhangu et à survivre, est devenue anglaise, Jeanette Harrison, en 1998. Grâce à elle, Kanchendzhang a perdu la gloire triste du seul huit mille hommes qui n'a pas été conquis par les alpines. Le destin de Jinnett est tragique: au bout d’un an et demi, elle mourut en gravissant le sommet himalayen du Dhaulagiri. Néanmoins, d'autres grimpeurs ont suivi son exemple: depuis 1998, trois autres femmes ont réussi à conquérir Kanchendzhangu.

    Étant donné que l'ascension de Kanchenjungu est associée à un risque grave, cette chaîne de montagnes n'a pas encore été complètement explorée, en raison de la probabilité de situations imprévues pendant un voyage. Les cinq dernières victimes de cette montagne mystérieuse sont les cinq membres de l'expédition internationale disparus en 2013 lors de l'ascension.

    Faits intéressants

    • L'Anglais Aleister Crowley, qui a fait sa première tentative désespérée d'escalade de Kanchendzhangu, était un aventurier célèbre et mystique, un poète talentueux. Il a consacré sa vie à l'étude de l'occulte et de la Kabbale.
    • Kanchenjunga est représenté sur de nombreuses toiles de l'humaniste, penseur, philosophe et peintre russe Nicholas Roerich (1874-1947).
    • En 2012, la caméra automatique a enregistré l'apparition d'un chat léopard à Kanchenjunga à 4500 m d'altitude, un record pour les mammifères de l'Himalaya.
    • Le temple népalais Pathibhara Devi se trouve à une altitude de 3 794 m, d'où vous pouvez voir les pentes nord de Kanchendzhangi. Selon la légende, il a été construit par des bergers, qui ont perdu ici un grand troupeau de moutons. La nuit, ils avaient un rêve: la déesse Pathibhara exigeait de construire un temple en son honneur sur la montagne. Après l'achèvement du temple, les moutons sont revenus et le temple conserve encore la coutume de sacrifier les animaux par les pèlerins, bouddhistes et hindous.
    • La permission de monter est le plus souvent donnée par la partie népalaise, tandis que le Sikkim, où la montagne est considérée comme sacrée, délivre de tels permis extrêmement rarement.
    • En raison de la différence de prononciation dans les différents dialectes de la langue tibétaine, le nom de la montagne ressemble à Kangchen Jong, Khanchendzhong, Kanchenyang, Kachendzhong, Kanchendzhung, Kangchanfang. Le nom de la montagne dans la langue de Limbu et la langue des gens est le paradis "Kanchandyanga" et signifie "la montagne que nous adorons".

    Les curiosités

    • Naturel: parc national de Kanchendzhang (1977), zone de réserve de Kanchenjunga (1997).
    • Religieux: temple Pathib-hara-Devi.
    • G. Gangtok (Sikkim): statue de Guru Padmasamb-hava (2004), monastères d'Enchei (1849), Tharpa-Choling (1937), Tongsa et Rumtek, palais royal de Tsuklakang, Institut Namgyal de tibétologie, Stupa Do-Drul- Chorten, temple hindou de Thakurbari (1935), centre d'exposition de fleurs, zoo de l'Himalaya.

    Numéros

    • Hauteur: Main de Kanchendzhanga (8585 m), Sud de Kanchendzhanga (8491 m), Moyenne de Kanchendzhanga (8478 m), Kanchendzhanga Ouest (8505 m) et Kangbachen (7902 m).
    • La longueur de la chaîne de montagnes: 125 km à l'est.
    • Parc national de Kanchendzhang: altitude - de 1829 à 8585 m, superficie - 849,5 km².
    • Glissades: Col du Nord (6 500 m) et Col de Talung (6 685 m).

    Katmandou

    Katmandou - La capitale et la plus grande ville de l'État du Népal, son centre culturel et historique.Katmandou se situe dans la vallée montagneuse de l'Himalaya, à plus de 1 300 m d'altitude, et abrite plus d'un million de personnes.

    De nombreux touristes et pèlerins Katmandou attire les centres de temples, les monastères, les rues étroites qui ne changent pas le regard des siècles et les bâtiments pittoresques qui combinent les traditions de deux religions - le bouddhisme et l'hindouisme. Les sites de Kathmandu, ainsi que les monuments de Patan et de Bhaktapur, sont uniques et inscrits sur la Liste du patrimoine mondial par l'UNESCO comme l'un des objets de protection - le patrimoine mondial de la vallée de Kathmandu.

    Faits saillants

    Durbar Square à Katmandou

    La vie dans la capitale népalaise est toujours animée. Des foules de gens marchent dans les rues, et motos et voitures s'accumulent dans des embouteillages spontanés. On entend constamment des sirènes de voitures, des pousse-pousse, des sifflets et un tintement mélodieux de cloches rituelles. Les touristes qui ont visité Katmandou, notent la bonne volonté et le sourire de ses habitants.

    Au printemps 2015, le Népal a connu une série de tremblements de terre, provoquant la mort de nombreuses personnes, la destruction d'immeubles résidentiels et de monuments architecturaux. La capitale du pays ne fait pas exception. À Katmandou, de nombreux édifices et palais religieux inscrits sur la liste du patrimoine mondial de l'UNESCO ont été détruits ou endommagés. La communauté mondiale n'est pas restée à l'écart du problème - le Népal a reçu un grand soutien de la part de la communauté internationale et se relève rapidement. Aujourd'hui, le pays a presque totalement subi les conséquences du séisme, toutes les routes et les rues ont été nettoyées à Katmandou, et les principaux monuments et sites touristiques sont à nouveau ouverts aux touristes.

    Le meilleur moment pour voyager dans la capitale népalaise est la période de mars à avril et d’octobre à novembre. A cette période de l'année, les voyageurs se rendant à Katmandou ont la garantie d'un ciel sans nuages ​​et d'une température de l'air confortable. Au début du printemps et en automne, les festivals népalais les plus colorés y sont également organisés - Holi, Diwali, La nuit de Shiva et le Nouvel An népalais.

    Les toits de Katmandou

    La plupart des touristes préfèrent rester dans le quartier de Thamel, à 20 minutes au nord de la célèbre place Durbar. Il existe de nombreux hôtels, cybercafés, restaurants, magasins bon marché et agences de voyages. Le district n'a pratiquement pas été touché par le tremblement de terre, car ses bâtiments ont été construits en béton armé à l'aide de technologies modernes.

    Rues à Katmandou

    L'histoire de Katmandou

    L'ancienne période de l'histoire de la capitale népalaise est décrite dans les légendes et les légendes. La plus ancienne des statues trouvées dans la ville date de 185 AD. Au IVe siècle, des représentants de la dynastie des Likchavi se sont rendus dans la vallée de Katmandou. Ils conquirent les dirigeants locaux et fondèrent leur propre royaume, qui régnait sur les terres environnantes jusqu'au XIIe siècle. Katmandou a été fondée sous le règne de Likchavi, en 723. C'est devenu une ville qui a joué un rôle important dans le commerce entre la Chine et le Tibet.

    Katmandou en 1793

    Au XIIe siècle, dans la vallée de Katmandou, la nouvelle dynastie commença à régner - Malla, qui émigra du sud aux contreforts de l'Himalaya à cause de la pression des musulmans. Dans les premières années du règne de Mulla, un puissant tremblement de terre se produisit dans la vallée et un tiers de la ville fut détruit. Cependant, malgré les difficultés, Katmandou s'est rapidement rétablie et a continué de servir de point de transit important pour les caravanes commerciales transportant des marchandises de la Chine au Tibet et inversement.

    En 1768, la dynastie des Malla a cessé d'exister, la vallée est devenue la propriété du royaume de Gorkha et la ville a reçu le statut de sa capitale. Au milieu du XIXe siècle, après un terrible massacre qui a causé la mort de presque tous les membres de la dynastie au pouvoir, l'État et sa capitale étaient dirigés par Jung Bahadur Rana - le fondateur de la dynastie Rana. Au cours de cette dynastie, les Népalais ont subi de nombreuses persécutions religieuses. Ils vivaient dans des conditions de tyrannie et d'exploitation économique constante. Le régime d'isolement du pays par rapport au reste du monde n'a été assoupli qu'après la fin de la seconde guerre mondiale.

    Kathmandu dans les années 1940 Kathmandu dans les années 1960 Kathmandu en 1993

    Tremblement de terre 2015

    Le territoire de l’Etat de Highland est sujet aux tremblements de terre, et ils se produisent ici régulièrement. Au 20ème siècle, le séisme de 1934 a provoqué de grands dégâts.

    Au printemps 2015, l'élément a frappé deux fois le Népal. De fortes secousses d'une magnitude de 7,8 et 7,3 points sont survenues les 25 avril et 12 mai. L'épicentre du séisme se trouvait à 80 km de Katmandou. Les conséquences des répliques sismiques ont été catastrophiques: 8 000 personnes sont mortes et environ 14 000 ont été blessées sous les décombres de bâtiments effondrés.

    Implications du séisme de Kathmandu en 2015

    Le séisme du 25 avril n'a duré que 20 secondes, mais cela a suffi à détruire complètement environ 2 000 maisons et à en endommager 4 000 autres. Dans la région de Sindhupalchok, située au nord-est de la capitale népalaise, plus de 90% des bâtiments ont été détruits. Le pays a estimé à 7 milliards de dollars le montant total des dégâts causés par le séisme.

    Implications du séisme de Kathmandu en 2015

    De nombreux monuments historiques, architecturaux et religieux ont été complètement détruits ou endommagés à Katmandou. Au centre de la ville se dressait la tour du Dharahara, érigée en 1832 et inscrite sur la liste du patrimoine mondial de l'UNESCO. La tour a déjà subi des dégâts lors du précédent tremblement de terre de 1934, mais après des réparations en 2005, elle a été ouverte aux touristes. Les voyageurs adoraient escalader le temple de Shiva, situé au dixième étage de la tour. En dessous se trouvait un poste d'observation d'où l'on pouvait admirer les vieux quartiers de Katmandou. Lors du dernier tremblement de terre, la haute tour s’est effondrée et environ 200 personnes sont mortes sous ses décombres, la plupart étant des touristes étrangers. En outre, des tremblements de terre à Katmandou ont détruit la place historique Hanuman Dhoka, les temples de Narayan et de Maju, ainsi que certains bâtiments de la place Durbar.

    Le Népal a reçu un appui substantiel de nombreux pays, organisations internationales et donateurs privés. Une équipe de sauveteurs venus de différentes régions du monde s'est rendue à Katmandou pour nettoyer les débris et fournir une assistance médicale aux victimes.

    Panorama Kathmandu

    Caractéristiques climatiques

    La capitale népalaise est située dans une région montagneuse et l'Himalaya a une grande influence sur le climat de la vallée de Katmandou. La différence de température quotidienne peut atteindre 15 °. S'il fait froid le matin, il fait chaud pendant la journée et vous devez enlever vos vêtements d'extérieur.

    Katmandou la nuit

    En hiver, les températures diurnes varient de + 8 ° C à + 18 ° C et les températures nocturnes de 0 ° C à + 11 ° C. De décembre à février, des brouillards abondants sont fréquents à Katmandou. La période la plus chaude de l'année va de mai à septembre. Les températures diurnes varient de + 19 ° C à + 27 ° C et, la nuit, le thermomètre indique + 17 ... + 22 ° C.

    La plupart des précipitations à Katmandou tombent un peu sur l'année, il ne se produit que 2-4 jours de pluie par mois. De mai à août, les précipitations augmentent considérablement et l'humidité varie entre 80 et 85%. La pluie et les orages accompagnés de pluie arrivent tous les jours ou tous les deux jours. Septembre est considéré comme un mois de transition vers la saison sèche.

    Bhaktapur et Patan

    En plus de la capitale moderne située dans la vaste vallée de Katmandou, il existe deux autres villes qui avaient jadis le statut de villes principales de l'État des hautes terres. À Bhaktapur ou la "ville des croyants", située à 16 km de Katmandou, vivent des hindous. Ici vous pouvez voir de nombreux monuments religieux hindous. Il y a dans cette ville plus de dix temples dédiés à Vishnu, le magnifique palais des souverains de Malla, les temples de Shiva-Parvati et de Batsala-Devi, ainsi que le Lion et le Golden Gate. Pour explorer le territoire de la vieille ville, les voyageurs doivent payer environ 1 200 roupies népalaises.

    Bhaktapur

    La ville la plus ancienne de la vallée est la ville de Patan, l'ancien nom de laquelle Lalitpur signifie «ville de beauté». Autrefois, Patan était une ville indépendante, mais aujourd'hui, elle a fusionné avec la capitale népalaise. Beaucoup d'artisans vivent ici et parlent couramment le traitement des métaux.Mille Bouddhas visitent Patan, site du couronnement des rois de l'État des hautes terres - la demeure bouddhiste de Rudravarna-Mahabihar, les temples qui ornent Krishna et Ganesha et le seul zoo du Népal.

    Patan

    Curiosités de Katmandou

    La partie ancienne de la ville attire le plus de touristes. C'est ici que vous pouvez voir l'historique Place du Palais - Place Durbar. Il abritait le palais royal et trois chuok (cours), où se trouvaient plusieurs temples construits dans la tradition de l'architecture de Nevarskoï. Plusieurs rues de la ville se rencontrent à Durbar, ce qui en fait l’un des lieux les plus fréquentés de Katmandou. Les bâtiments en terre cuite rougeâtre qui se dressent ici sont particulièrement beaux à l’aube. Pour voir les sites historiques de la place Durbar, vous devez payer 200 roupies népalaises.

    Place Durbar à Kathmandu Swayambhunath

    À l'ouest de Katmandou se trouve le stupa Swayambhunath ou le temple des singes. En traduction, le nom de ce sanctuaire bouddhiste vénéré signifie "s'est créé lui-même". Il occupe une position surélevée et est clairement visible depuis les plates-formes d'observation de Durbar Square. Un long escalier en pierre composé de 365 marches mène au pied du stupa, en fonction du nombre de jours dans l'année. Depuis le temple, la ville est clairement visible. Contrairement aux attentes, il y a peu de singes à proximité du stupa et ils sont constamment nourris par les touristes et les ministres.

    A Katmandou se trouve le temple de Pashupatinath vénéré par les hindous, dédié au Seigneur Shiva. Il est devenu un vaste complexe de temples et accueille chaque jour des milliers de pèlerins de différents pays, notamment d'Inde. Ici, vous pouvez toujours voir les yogis errants vêtus de couleurs vives - les sadhus. Autour du temple, il y a beaucoup de singes qui vaquent à leurs occupations en prêtant peu d'attention aux touristes. Les Népalais peuvent se rendre gratuitement au temple et les citoyens d’autres pays paient 500 roupies népalaises pour y entrer.

    Temple pashupatinath

    Sur la rive ouest de la rivière Bagmati, il y a plusieurs temples hindous, où seuls les adeptes de cette religion sont autorisés. De l’autre côté de la rive est de la rivière, on peut observer les rituels funéraires qui s'y déroulent. Des piédestaux en pierre sur lesquels a lieu la crémation des morts (Burn Gaths) se trouvent tout au long de la rive du fleuve. Du nord du pont, il y a des piédestaux pour les morts des castes supérieures, et du sud - les lieux où sont brûlés les corps des représentants des castes inférieures. Des feux ardents, une odeur de fumée et des guirlandes flottantes sur la rivière créent une atmosphère particulière. Sur la rive opposée, il y a un abri fondé par Mère Teresa, où les pauvres et les affamés peuvent trouver de la nourriture.

    Vache sacrée!

    Une maison spéciale a été construite près des temples, où les personnes âgées attendent de mourir. Ils y passent les derniers jours de leur vie. Bagmati est considéré comme un fleuve sacré et y est baigné pour la purification rituelle, comme dans le Gange. Ici, les morts sont lavés avant d'être brûlés et, une fois la crémation terminée, la poussière restante est évacuée dans la rivière.

    À la périphérie de Katmandou est le plus grand du pays et l'un des plus grands stupas bouddhistes du monde - Bodnath. Sur un monument religieux, de grands yeux expressifs sont dessinés et les statues autour du stupa sont décorées de fleurs fraîches. Dans de nombreux endroits, des cordes sont tendues avec des drapeaux népalais colorés, où sont écrits les textes des mantras. Des tambours rituels sont installés à proximité du stupa et, selon la tradition, tous les bouddhistes qui viennent ici les font tourner.

    Stupa Bodnath

    À Katmandou, près de la zone touristique de Thamel, se trouve un magnifique parc Kaiser Mahal ou Garden of Dreams. Des écureuils presque manuels y vivent, des parterres de fleurs soignés sont enfouis dans les fleurs et des bâtiments légers construits dans un style néoclassique regardent à travers les arbres verts.

    Kaiser Mahal Park à Katmandou

    Cuisine locale

    Magasin de fruits

    Le plat le plus populaire à Katmandou, qui peut être commandé presque partout, est le momo (boulettes) farci à la viande de bison ou au poulet. Ils sont venus à la cuisine locale du Tibet.Le Momo est généralement cuit à la vapeur ou frit. Dans tous les restaurants, ils servent une soupe de fèves épaisse et riche, le quati, ainsi que le daal bhaat tarkaari, un plat végétarien qui comprend lentilles, riz, légumes, épices et fines herbes.

    Dans les restaurants, à Katmandou, vous pouvez essayer de nombreux plats délicieux, traditionnels pour le Népal et le Tibet. Ils sont faciles à préparer et ont un goût inhabituel. De nombreux plats sont cuisinés à l'huile de moutarde et au beurre de lait de yak. La saveur subtile de la nourriture donne une abondance d'épices - cardamome, noix de muscade, gingembre, poivre noir et sichuan, coriandre, curcuma, oignons verts et coriandre. Les chefs locaux aiment également ajouter du jimbu à leurs plats - une plante de l'Himalaya au goût d'oignon et d'ail.

    Momo de viande de buffle Soupe de haricots Dzhalebi Daal bhaat tarkaari au curry de Kathmandu Buff-barbecue Épices Hot-dog au poulet et aux légumes Déjeuner

    Dans les restaurants de la capitale népalaise, ils préparent de délicieux steaks de bison et des pancakes à la banane. La plupart des hindous vivant ici adhèrent à la nourriture végétarienne. C'est pourquoi, à Katmandou, il existe de nombreux plats à base de riz, de légumineuses et de légumes assaisonnés de sauces épicées. Les plats au lait aigre sont généralement servis sur du riz et des gâteaux plats: yogourt - dhau et fromage blanc à pâte pressée - paneer.

    Masala Chai (chiya népalais)

    La boisson traditionnelle des Népalais est le thé, qui se boit souvent avec du lait. La variété la plus populaire est le thé masala (Nepali chiya) à base de feuilles de thé, bouilli dans du lait avec des épices. Suja a un goût inhabituel - thé salé avec du lait et du beurre. Les tisanes et le lassi sont très courants - une boisson à base de lait aigre salé ou sucré. Parmi les boissons alcoolisées à Katmandou, le rhum-kukri, le vin de riz-rakshi (rakshi) et la bière maison-chang (jaand ou chyaang) à base de riz, de millet et d'orge sont populaires.

    Comme de nombreux touristes étrangers viennent à Katmandou, des restaurants internationaux y sont ouverts, ainsi que des lieux où vous pourrez déguster des cuisines japonaise, italienne, mexicaine et française.

    Les prix des aliments et des plats préparés sont bas. Dans le café du budget, vous pouvez dîner pour 250 roupies népalaises et pas dans le restaurant le plus cher - pour 300 à 350 roupies. La plupart des restaurants servant des touristes ajoutent 10% à la note - des frais de service et une taxe de 13%. Dans un café, les pourboires représentent généralement 5% de la facture totale. Les informations à ce sujet sont généralement répertoriées dans le menu.

    Offres spéciales pour les hôtels

    Souvenirs

    Les boutiques de souvenirs et les marchés de Katmandou offrent tellement de produits exotiques que leurs yeux divergent. L'un des souvenirs les plus populaires ici est le célèbre thé népalais, cultivé à une altitude d'environ 3 000 m. Pour préparer du thé selon les traditions népalaises, vous devez acheter une belle théière faite à la main. Des bouilloires en céramique, en métal et en verre superbement décorées sont vendues partout.

    Les textiles - foulards, étoles et tapis en laine de yak, ainsi que le pashmina (cachemire) - des tissus en fine, chaude et douce duvet de chèvres de l'Himalaya sont des souvenirs parfaits. De nombreux voyageurs préfèrent emporter des bijoux en or et en argent, des instruments de musique et de beaux objets d'intérieur de Katmandou - figurines, bols, vases et peintures d'artistes locaux.

    Tissus Népalais

    La sécurité

    Le Népal et sa capitale sont considérés comme absolument sans danger pour les voyageurs. La situation ici est calme. Les habitants aiment les invités et les traitent avec un grand respect. Il n'y a pas de racisme ni d'intolérance religieuse à Katmandou. Il est impossible d'avoir des problèmes à cause de vêtements, couleurs ou nationalités inhabituelles dans les rues de cette ville. Cependant, les touristes étrangers sont priés de s'abstenir de se promener seuls à Katmandou tard le soir ou la nuit.

    Singes dans les rues de Katmandou

    Pour exclure les infections intestinales, à Kathmandu, il est recommandé d'utiliser uniquement de l'eau bouillie ou en bouteille, de manger des fruits bien lavés et de se laver les mains à fond avant de manger.

    Des problèmes distincts à Katmandou créent des singes pour les touristes qui y vivent en grand nombre. Dans le pays, ils sont considérés comme des animaux sacrés, à qui tout est permis. Les Népalais sont des singes très vénérés et le dieu Hanuman. Selon la législation locale, il est possible d'obtenir jusqu'à trois ans de prison pour avoir tué un singe. Les touristes doivent faire preuve de prudence et de prudence, car certains singes de Katmandou sont agressifs et prennent de la nourriture, des bouteilles de boisson, des appareils photo, des téléphones, des chapeaux et des lunettes de soleil aux voyageurs sur la route.

    Transport

    Absolument dans tous les taxis transportant des passagers dans la ville, des comptoirs sont installés, mais certains conducteurs refusent de les utiliser. Dans ce cas, il vaut la peine de chercher un autre taxi. La meilleure façon de prendre des voitures près des centres touristiques, des grands hôtels et dans les grandes rues. Pendant la journée, les voyages à Kathmandu coûtent à partir de 14 NPR, mais à la tombée de la nuit, les prix montent et le tarif commence à partir de 21 NPR.

    Voitures de taxi près du temple Arrêt de bus

    Les bus bleus et verts suivent un itinéraire circulaire et sont desservis par des chefs de train. Le dépôt de bus de Kathmandu est vieux, mais les habitants sont très sympathiques et toujours prêts à aider un étranger en leur demandant de s'arrêter.

    Dans la partie centrale de la ville et dans les endroits où il y a des touristes étrangers, vous pouvez trouver un type de transport exotique - les pousse-pousse.

    Vallée de Katmandou

    Comment s'y rendre

    L’aéroport international de Tribhuvan est situé à 5,56 km à l’est de Katmandou. La durée du vol au départ de Moscou est de 6 heures. Cependant, il n'y a pas de vols directs, vous pouvez donc vous rendre à Katmandou avec des transferts à Delhi, Dubaï ou Sharjah.

    Le trajet en taxi de l'aéroport au centre-ville dure 15 minutes et coûte 700 roupies népalaises. Une station de taxis est située près du bâtiment de l'aéroport. Avant d'atterrir, vous devez échanger vos devises contre des roupies népalaises à l'avance. Se rendre à Katmandou en bus n’est pas souhaitable, car ils sont très encombrés.

    Calendrier des bas prix pour Kathmandu

    Temple de la déesse Kumari (Kumari Ghar)

    Kumari, déesse du temple - le palais-temple de trois étages Kumari Ghar, dans lequel vit la vraie déesse vivante. Certes, elle est encore très petite, mais cela ne l’empêche pas d’être une déesse.

    Faits saillants

    Vous pouvez entrer dans la cour de la déesse, mais vous ne pouvez pas la prendre en photo. Vous pouvez prendre des photos seulement une fois par an, lorsque les vacances d'Indra Jatra arrivent. Ce jour-là, la déesse est transportée dans les rues sur un char décoré.

    Dans la déesse Kumari, élisez des fillettes âgées de trois à cinq ans qui doivent nécessairement appartenir à la caste des Nevari Shakai, ne pas être blessées, être en bonne santé, avoir les yeux et les cheveux noirs, ainsi que les dents blanches. En outre, les candidats subissent un autre test: ils doivent s'asseoir dans une pièce sombre avec des monstres qui semblent complètement vivants et réels et ne pas avoir peur. Dès que la fille devient adulte, à la place de la déesse, cherche une autre fille.

    La résidence de la déesse vivante est décorée de volets et de balcons sculptés en bois. Le bâtiment du temple a été construit par Jaya Prakash Malla - le dernier roi de la dynastie Malla à Katmandou.

    En savoir plus sur la déesse Kumari.

    Durbar Square à Katmandou

    Durbar Square à Katmandou - C’est un centre social, culturel, historique et religieux de la ville, déclaré en 1979 par l’UNESCO au titre de monument du patrimoine mondial. Les structures architecturales les plus impressionnantes se trouvent dans cette partie de Katmandou.

    Faits saillants

    La place Durbar est un complexe de bâtiments historiques, de temples bouddhistes et hindous, de palais et de cours qui ont été construits du 12ème au 18ème siècle. Voici les couronnements des rois népalais, diverses processions religieuses et festivals.Malheureusement, en 1934, de nombreux monuments architecturaux ont été détruits puis restaurés, mais tous n’ont pas réussi à conserver l’aspect d’origine.

    Le territoire de Durbar Square est composé de trois zones adjacentes. Sa partie sud est la place Basanthapur avec ses nombreux marchands de souvenirs. Ouest et nord-est, reliant l'entrée du palais Hanuman Dhoka et plusieurs temples - c'est la place Durbar - et le nord - Makhan Tol, en passant doucement dans la rue éponyme, qui était autrefois la rue principale de la ville.

    Vues de la place Durbar

    Temple d'Ashok Binayak (Maru Ganesh)

    Ce petit temple doré est l’un des temples les plus importants dédiés à Ganesha, situé au nord de Kastamandap. On ignore avec certitude l'âge de ce temple, dont la dernière restauration a eu lieu au XIXe siècle.

    Maju Deval

    Le temple de Shiva Maju Deval, construit en 1690, est réputé pour ses sculptures sur bois représentant des scènes érotiques. Il a été construit par la mère de Bhupatindra Malla, roi de Bhaktapur. Le temple est fixé à la célèbre Shivalingam. Sur les marches du temple, du côté est, se trouve le petit temple de Kam Deva (Kama) - le dieu de l'amour et du désir.

    Trylokya Mohan Narayan

    Trailokya Mohan Narayan - le temple majestueux de la pagode dédié à Vishnou, domine la place devant le palais de la déesse Kumari (Kumari Bahal). Garuda, le roi des oiseaux, orage de Nagas (d'après Puranas, le satellite de Vishnu), installé sur son côté occidental, a été installé par l'épouse du roi Prithvibendra Malla peu après sa mort.

    Shiva Parvati Temple

    L'entrée du temple Shiva Parvati, situé à quelques mètres de Maju Deval, est gardée par des lions de pierre. Sculpté dans le bois, le plus grand des dieux et son épouse regardent par la fenêtre du temple leurs fidèles. Le temple a été construit à la fin du XVIIIème siècle. Bahadur Shah, fils de Prithvi Narayan Shah.

    Kumari Bahal (Palais de la déesse Kumari)

    Sur la place Durbar, en face du temple de Trailokya Mohan Narayan, se trouve un bâtiment en briques rouges de trois étages avec des sculptures incroyablement complexes et élaborées aux fenêtres. C'est Kumari Bahal (la maison de la déesse vivante Kumari). Le bâtiment fut construit dans le style du vihar bouddhiste (refuge pour les pèlerins bouddhistes ou demeure monastique, généralement un bâtiment de deux étages avec une cour ouverte au centre) en 1757 par le roi Jaya Prakash Malloy. Les côtés intérieurs du bâtiment forment une cour, appelée Kumari Chowk. Entourée de magnifiques balcons et fenêtres sculptés, la cour est peut-être l’une des plus belles non seulement à Katmandou, mais aussi au Népal. L'entrée n'est ouverte qu'aux hindous. Derrière les grandes portes, à la droite de Kumari Bahala, se trouve un énorme char sur lequel la déesse Kumari est emmenée autour de la ville chaque année pendant le festival d'Indra Jatra.

    Gaddhi Baytak

    Gaddhi Baytak - un bâtiment construit en 1908 dans le style du néoclassicisme, sous le règne de la dynastie Rana, a été utilisé comme une salle pour les réceptions de l’État.

    Temple Bhagwati

    Le temple de Bhagwati, situé non loin de Gaddhi Baitaka, a été construit par le roi Jagat Jaya Malloy en tant que sanctuaire du dieu Narayana. Mais en 1766, la murti (divinité) fut volée. En 1768, après avoir conquis la vallée de Kathmandu Prithvi Narayan Shah, la déesse Bhagavati fut installée dans le temple - une incarnation de Durga, dont le culte était venu au Népal depuis le sud de l'Inde.

    Temple de Krishna

    Ce temple octogonal a été construit par le roi Pratap Malloy en 1648, en réponse au magnifique temple de Krishna à Patan, construit par Siddhinarsingh Malla, roi de Patan. Dans le temple, il y a une divinité de Krishna et deux déesses qui, selon l'inscription en sanscrit, sont créées à l'image du roi et de ses deux femmes.

    Seto Bhairav

    Le grand masque de Bhairava blanc remonte à 1794 - à l'époque du règne de Rana Bahadur Shah, troisième roi de la dynastie Shah. Les portes derrière lesquelles le masque est caché s'ouvrent en septembre pendant plusieurs jours pendant le festival annuel Indra Jatra.

    Temple Jagannath

    Le temple Jagannath est le plus ancien temple situé dans la partie nord de la place Durbar. Célèbre pour ses sculptures érotiques sur les supports de son toit.

    Degutalegu Temple

    Le temple Degutaleju - une pagode de trois étages qui fait partie de Hanuman Dhoki, a été construit par le roi Shiva Sing Malloy. Degutaleju est une autre manifestation de la déesse Taleju - la patronne de la dynastie royale Malla.

    Kala Bhairav

    Derrière le temple de Jagannath se trouve une statue (statue) de Kala Bhairava, divinité à six bras dans un collier de crânes humains, piétinant un démon avec ses pieds. La divinité représente l'incarnation destructrice de Shiva. Selon la croyance existante, celui qui se trouve devant cette statue saignera immédiatement. Daté au VI - VII siècle. AD

    Temple d'Indrapur

    À l'est de Kala Bhairava, se trouve le mystérieux temple d'Indrapur, dont l'histoire est inconnue. Récemment rénové, il s'agit probablement de l'un des plus anciens édifices religieux, non seulement dans la vallée de Katmandou, mais également au Népal. Shivalingam est à l'intérieur du temple. Sur le côté sud est la divinité de Garuda, mais le nom du temple indique qu'il est dédié au dieu Indra.

    Temple de Kakeshwar

    Le temple de Kakeshwar a été construit en 1681, mais, comme de nombreux autres bâtiments, a été rénové à plusieurs reprises. En 1934, il fut sérieusement endommagé après un tremblement de terre dévastateur. Le temple associe diverses combinaisons de styles, du style Newari dans la partie inférieure à l’Indien Shikhara dans la partie supérieure, et le sommet de la flèche ressemble à la forme de Kalash - un récipient pour l’eau.

    Temple Kotilingeshwar Mahadev

    Kotilingeshwar Mahadev est un temple du dieu Shiva dominant sur une fondation en trois étapes, construite au 15ème siècle. sous le règne du roi Mahendra Malla.

    Temple Mahendreshvar

    Mahendreshvar - Le temple de Shiva, situé dans la partie nord de la place Durbar, a été construit en 1561 par le roi Mahendra Malloy. Le temple se trouve sur un large sous-sol à deux niveaux. Au-dessus de sa flèche trône un parapluie en or. Devant le temple, il y a une petite déité taureau Nandi et au nord-est la déité Kam Deva (Kama).

    Temple Taleju

    Le temple de Taledju est la structure la plus magnifique située au nord-est de la place, réservée aux hindous, durant la brève période du festival annuel Dasain. Le temple a été construit en 1504 par le roi Mahendra Malloy. Le culte d'adoration de la déesse Taleju Bhavani (patron de la dynastie royale de Malla) est venu au Népal en provenance du sud de l'Inde. Également en son honneur, des temples ont été construits à Patan et à Bhaktapur. Le temple se dresse sur une fondation en douze marches et s’élève à plus de 35 mètres, dominant toute la place Durbar.

    Grande cloche

    Au nord du temple de Shiva Parvati, la cloche est érigée en 1797. Rana Bahadur Shah (fils de Prithvi Narayan Shah). La cloche ne peut être entendue que pendant la puja (cérémonie du temple) qui se tient dans le temple Degutaluju.

    Colonne du roi Pratap Malla

    Sur la place Durbar remplie de pigeons, près du temple de Jagannath, se trouve une colonne de pierre appelée Pratap Dhvadzha. Il est dominé par une statue du célèbre roi Pratap Malla (1641-1674), assis avec des palmiers croisés entourés de deux femmes et de cinq fils. Son regard se porte sur ses chambres privées situées au dernier étage du temple Degutaleduju. La colonne a été installée en 1670 par Pratap Malloy et était le prédécesseur de telles colonnes à Patan et à Bhaktapur.

    Tour Basantapur (Tour Kathmandu)

    Pendant le règne de la dynastie Malla, la cour de Nasal Chowk fut le lieu du couronnement. La cérémonie s'est déroulée en son centre sur une plate-forme rituelle spéciale. Cette coutume a été observée jusqu'à l'arrivée au pouvoir des maoïstes. Le dernier roi du Népal, Gyanendra, a été couronné ici en 2001. Dans la partie sud de la cour se trouve la pagode à tour à neuf étages Basantapur (ou la tour de Katmandou). Les supports en bois le long de la façade de la tour, soutenant son toit principal, en particulier ceux donnant sur la place Basantapur, sont décorés de sculptures sur bois représentant des scènes érotiques. La tour offre une vue superbe sur le palais Hanuman Dhoka et la ville.

    Les festivals

    En plus des magnifiques temples et sanctuaires, une autre attraction intéressante de Durbar consiste à organiser divers festivals, au cours desquels les habitants de la ville se rassemblent sur cette place et célèbrent leurs traditions séculaires.

    Swayambhunath (temple des singes)

    Swayambhunath - le complexe de temples sur une colline dans la partie orientale de Katmandou. Swayambhunath comprend un stupa et une gompa bouddhistes au sommet d'une colline, un temple hindou, ainsi qu'un autre temple hindou et un monastère bouddhiste.

    Histoire

    Les documents historiques indiquent que dès le 5ème siècle après JC Le stupa était un monument religieux célèbre, l’époque approximative de la construction remonte au règne du roi Manadeva (464-505 après JC).

    La légende principale sur l'origine du stupa Swayambhunath raconte qu'il y a des milliers d'années, la colline sur laquelle se trouve Sayambhu était une île au milieu du lac et qu'un des sept bouddhas du passé avait jeté la graine du lotus blanc. Les années passèrent et lorsque la fleur commença à fleurir, Boddhisattva Manjushri, qui se trouvait à proximité, vit une lueur bleue sur l'île et était tellement fasciné par sa force qu'il coupa ses rochers avec une épée afin qu'il soit plus facile pour les personnes d'atteindre le lieu sacré. Comme les archéologues ont prouvé qu’il existait jadis un grand lac sur le site de la vallée de Kathmandu (et que le sol est donc l’un des plus fertiles du Népal), la légende mystique devient une réalité.

    Que voir

    Swayambhunath est un lieu de pèlerinage pour les Tibétains et les Hindous. C'est un mortier en pierre avec une flèche dorée et une pointe conique. La plupart de l'iconographie du stupa est réalisée par des maîtres tantriques de Nevari (des peintures similaires peuvent être vues à Bhaktapur), mais malgré le petit nombre de représentants du tantra (également appelé Vajrayana) par rapport aux courants hindous de Mahayana et Theravada, Svayambu est révéré par toutes les écoles tibétaines et indiennes.

    Les yeux sur le clocher, affichés sur chacun des quatre côtés du stupa, symbolisent le Dieu unique, la sagesse et la compassion. Le nez est identifié avec le chiffre "un" et dit que l'illumination ne peut être réalisée que dans un sens. L'image n'a pas d'oreilles, car Dieu est immunisé contre les aspirations mondaines et les demandes des pèlerins.

    Au sommet de l'escalier, au pied de la Stupa, se trouve un immense dorje (vajra), symbolisant le Dharmadhatu sous la forme du mandala de Manjoushri. Il a été créé et placé ici sous le règne du roi Pratap Malla, qui a également construit un grand escalier et deux shikharas (temples hindous).

    Immédiatement derrière le stupa principal, en face de l'escalier principal, se trouve le temple de Khariti. Apportez ici des enfants, souvent des nouveau-nés, car cette déesse est la protectrice des enfants. Il y a souvent de longues files d'attente, surtout le matin. La légende raconte que lorsque le Bouddha a rencontré Khariti, elle a dévoré les enfants. Khariti était un démon cannibale (yaksha, comme disent les Tibétains). Elle avait plusieurs centaines d'enfants, elle les aimait beaucoup et pour les nourrir, elle dévorait les autres. Les mères ont supplié le Bouddha de les sauver. Ensuite, le Bouddha a volé l’un des fils de Khariti et l’a caché, mais elle a essayé de le trouver et elle n’a pas pu. Lorsqu'elle a demandé de l'aide au Bouddha, celui-ci a fait remarquer qu'elle souffrait de la perte d'un de ses enfants, mais qu'en est-il de la mère à qui elle avait enlevé les enfants. Elle s'en rend compte et s'engage à protéger tous les enfants. Il est également dit que sa question: "Qu'est-ce que je vais manger?" Bouddha a répondu que ses disciples lui laisseraient désormais la première partie de leur repas.

    Il y a beaucoup d'histoires associées à ce temple. Khamtrul Rinpoché (XVIIIe siècle) écrit ce qui suit: "J'ai remarqué que les Tibétains ne montraient pas beaucoup de respect pour Hariti, puisqu'elle n'était qu'une yakshini. Pendant qu'ils fréquentaient le temple, ils négligeaient la déesse, ne lui faisaient pas d'offrande. C'est stupide d'eux et témoigne que ces personnes n'ont pas reçu beaucoup d'enseignements. "

    Il explique plus loin: "En effet, ce n'est pas un objet refuge égal aux Bouddhas et aux Bodhisattvas. Cependant, il ne correspond pas au niveau des êtres inférieurs, tels que les esprits du terrain.Parmi les êtres puissants qui ont à cœur de faire le bien après avoir rencontré Bouddha, certains ont acquis une importance accrue en tant que gardiens, même s'ils ne font pas officiellement partie de la classe du Dharmapal. "Par conséquent, le Bouddha a déclaré:" Ceux qui me suivent en tant qu'enseignant devraient offrir la première partie du repas Yakshi Khariti ".

    Il a ajouté: "En rencontrant le Bouddha face à face, elle est devenue la gardienne de ses enseignements et est donc devenue honorable en tant que Dharma lui-même. Alors, souvenant de cela, nous devrions lui faire des offrandes avec un grand respect et un esprit pur."

    Elle est donc devenue la tutrice et les stupas de Swayambhu et, comme certaines sources en témoignent, lors de la construction de deux temples, le "croc" de sa statue a miraculeusement fait apparaître une certaine ingérence, exprimant son mécontentement.

    Immédiatement derrière le stupa se trouve une statue de Bouddha en pierre noire. Lorsque Khamtrul Rinpoché IV s'est rendu à Swayambhu au 17ème siècle, il a déclaré qu'il s'agissait de l'un des lieux les plus sacrés de la vallée de Katmandou.

    Près de la grande stupa, il y a beaucoup de petits stupas et d'images de divinités bouddhistes et hindoues. La plupart d'entre eux ont été parrainés par des rois, des brahmanes, de riches propriétaires ou d'autres adeptes de Katmandou, des temps anciens à nos jours:

    Vasubandhu Stupa

    Le grand maître Vasubandhu a passé quelque temps à Swayambhu. Selon la légende, il se serait assis à l'endroit même où Stupa se tenait et regardait les collines en contrebas. Il vit un moine qui cultivait le champ, enleva ses vêtements et les enveloppa dans sa tête pour se protéger du soleil. Voyant cela, il s'écria: "Eh bien, si tel est l'état du Dharma, il n'y a aucun sens pour moi de me laisser tomber" et il a commencé à lire le Dharani (long mantra) Ushnishivijiyi dans la direction opposée, son crâne s'est fendu et il est décédé. Plus tard, ses restes ont été placés dans un stupa.

    Mandala Chakrasamvara

    Sur la droite et légèrement en bas de la stupa principale se trouve le bâtiment qui abrite l’énorme mandala de Chakrasamvara. Cinq niveaux de mandala correspondent à cinq kayas. Derrière la porte se trouve une petite cour où les gens déposent des offrandes, etc. À l'intérieur des peintures murales, qui ont déjà plusieurs siècles, mais elles sont bien conservées. À l'intérieur, plusieurs portes mènent au mandala de Chakrasamvara. On croit que cet endroit est le pouvoir de Chakrasamvara. Un roi du Népal voulait être le grand maharaja de toute l'Asie et un jour, il est venu ici pour demander du pouvoir. Il entra à l'intérieur mais ne sortit pas pendant plusieurs jours. Quand il est sorti, il s'est avéré qu'il était fou. Seuls les maîtres Newar vajra ont le droit d'entrer dans les chambres intérieures.

    Colline de Manjoushri

    Cette colline s'appelle également colline de Nagarjuna. C'est l'endroit où les nevarskie vajraacaryas ont reçu leurs premières initiations et enseignements. La raison pour laquelle il tire son nom de Manjushri n’est pas très claire, mais on pense que le premier enseignement donné ici a été donné par Manjushri Nam Sangiti, qui s’est répandu dans la vallée de Kathmandu.

    Les touristes

    L'entrée à Swayambhunath est payante, un billet peut être acheté pour 100 roupies à la billetterie en face du complexe.

    Autour du stupa et dans les ruelles à proximité, vous trouverez plusieurs magasins vendant des souvenirs et des boissons non alcoolisées. Vous trouverez également plusieurs restaurants où vous pourrez commander une cuisine népalaise complète. Les toilettes sont également disponibles ici, regardez les panneaux.

    Comment s'y rendre

    Vous pouvez vous rendre à Swayambhunath depuis Tamel et l’est de Katmandou en 15-20 minutes en taxi pour 150-200 roupies.

    De Tamel à Svoyambunath est accessible à pied. Le trajet dure environ 30 à 40 minutes.

    Depuis les mini-bassins de Swayambhunath, dirigez-vous vers le bas-Katmandou principal.

    Ville Lumbini (Lumbini)

    Lumbini - Installation au Népal, située dans la plaine de Terai, près de la frontière avec l'Inde. Ici en 623 av. heu Siddhartha Gautama est né - le grand Bouddha. C'est un lieu sacré, marqué par un pilier de pierre, que l'empereur Ashoka a ordonné de construire ici en 249 av. heu Lumbini est un site du patrimoine mondial de l'UNESCO.

    Informations générales

    Lumbini est située à 25 km à l'est de Kapilavastu, où le Bouddha a vécu jusqu'à 29 ans. C'est l'un des quatre sites sacrés du bouddhisme.Selon les enseignements, le Bouddha a personnellement identifié quatre lieux pour le futur pèlerinage des croyants: ce sont les lieux de sa naissance, de son illumination, de son premier sermon et de sa mort - de sorte que des milliers de pèlerins visitent Lumbini chaque année.

    À l'époque de Bouddha, Lumbini était un jardin authentique avec de nombreux arbres verts ombragés. Ces jardins appartenaient aux familles de Kolia et de Shakya et appartenaient à la seconde au souverain de Suddhodana, le père du Bouddha. Maya Devi, la mère du Bouddha, se rendait à la maison de son père à Devadhah, reposée à Lumbini sous un arbre. Elle était émerveillée par la beauté de la région. Ici, Maya a ressenti des douleurs de naissance, s'est accrochée à la branche basse de l'arbre et a donné naissance à un fils.

    Que voir

    L'attraction principale de Lumbini est le jardin sacré. Il occupe une superficie de 8 mètres carrés. km, il y a tous les sanctuaires de ce lieu historique. Il existe de nombreux monastères, temples et stupas appartenant à différentes confessions.

    La colonne d'Ashoka avec l'inscription indiquant le lieu de naissance du Bouddha se dresse près du jardin sacré. Près de la colonne se trouve le temple de Maya Devi avec un bas-relief représentant la naissance du Bouddha. Des fouilles récentes ont permis de découvrir une pierre avec une "empreinte digitale" indiquant le lieu de naissance exact du Bouddha.

    L’étang de Puskarni, où la mère du Bouddha s’est lavé avant la naissance de son fils, est situé au sud de la colonne.

    Le musée de Lumbini abrite des collections de pièces de monnaie, de timbres, de manuscrits religieux, de fragments de terre cuite, ainsi que de poteries et de sculptures en métal.

    Parc national de Chitwan

    Parc national de Chitwan Il est considéré comme la troisième attraction touristique en importance du Népal après l'Himalaya et la vallée de Katmandou. Connu pour la beauté des montagnes aux sommets enneigés, le pays possède l'un des meilleurs parcs nationaux d'Asie, situé dans une plaine. C'est l'un des rares endroits au monde où vous pouvez encore voir le tigre du Bengale et le rhinocéros indien à l'état sauvage. Pour voir le monde des animaux et des oiseaux, la richesse de la flore et de la faune, il n'y a pas de meilleur endroit que le parc national de Chitwan au Népal.

    Faits saillants

    La superficie du parc national de Chitwan est de 932 km². Chitwan a un grand nombre de rivières pittoresques et de petits lacs. Le climat est plat, plus doux et plus chaud que dans les autres régions du Népal.

    La vallée de Chitwan, recouverte de jungle, a toujours été réputée pour son abondance d'animaux sauvages. Pendant des centaines d'années, les marais de paludisme ont protégé le monde animal et minimisé l'empiètement de l'homme sur ce territoire. Entre 1846 et 1951, la dynastie Rana au Népal a transformé la région en terrain de chasse. Les membres de la famille royale et les hauts dignitaires ont vécu dans des maisons confortables pendant plusieurs semaines. Au cours de cette période, des centaines de tigres, rhinocéros, léopards et ours ont été tués. Mais la chasse aux animaux était pratiquée à l'occasion et les amendes pour braconnage étaient assez lourdes (mort pour rhinocéros).

    Jusqu'à la fin des années 50, les seuls habitants de la vallée de Chitwan étaient les tharu (un petit groupe ethnique du Népal) en raison de leur immunité naturelle contre le paludisme. Dans les années 50, le Népal a mis en œuvre avec succès un programme d’éradication du paludisme (les vecteurs, les moustiques du paludisme ont été détruits au DDT). Lorsque la maladie mortelle a cessé de menacer la vie humaine, des paysans sans terre des régions montagneuses du pays se sont précipités dans la vallée de Chitwan. Après un certain temps, d’énormes étendues de forêt ont été abattues pour l’agriculture. Avec la disparition de l'habitat d'habitat, les habitants eux-mêmes ont également disparu. Au milieu des années 1960, il y avait moins de 100 rhinocéros et 20 tigres dans la région.

    Afin d'empêcher l'extinction complète des animaux, le roi Mahendra a déclaré en 1973 Chitwan réserve royale, puis l'a transformée en premier parc national népalais. 22 000 paysans ont été réinstallés du parc et les soldats de l'armée népalaise ont été attirés par le braconnage, après quoi la population animale a commencé à se reconstituer.

    En 1984, le parc a été inscrit au patrimoine mondial de l'UNESCO.

    Attractions Parc national de Chitwan

    L'attraction la plus célèbre du parc national est le rhinocéros indien, conservé à ce jour uniquement au Népal et en Inde. Chitwan est un habitat idéal pour ces animaux en voie de disparition. Il reste moins de 3 000 rhinocéros indiens à l'état sauvage, dont la plupart vivent dans l'État indien d'Assam. C'est le plus gros animal d'Asie après un éléphant, le poids de certains individus atteint 2,5 tonnes et leur peau épaisse est difficile à percer, même avec une balle. Malgré la protection de ces animaux par les soldats de l'armée népalaise et les sanctions sévères qui leur ont été infligées, le problème du braconnage est toujours grave en raison du coût élevé des divers organes de cet animal sur le marché noir. Après avoir tué le rhinocéros et évité la persécution, le pauvre paysan népalais devient immédiatement une personne aisée. Un kilo de corne est estimé à environ 10 000 dollars et aurait un pouvoir miraculeux. On pense que les cornes de cet animal contribuent à augmenter les sentiments sexuels, la litière sert de laxatif, l'urine guérit la tuberculose et l'asthme, le sang aide à éliminer les problèmes liés au cycle menstruel, la peau des animaux fait fuir les mauvais esprits, etc. Il y a quelques décennies, leur nombre était tombé à moins de 100, mais depuis l'organisation du parc national, la population de ces animaux rares a été portée à 400 unités. Le parc est l'un des nombreux endroits au monde où ils se promènent en toute sécurité.

    La plupart des visiteurs espèrent voir des tigres, mais la chance sourit à quelques-uns. Comme la plupart des grands prédateurs, les tigres dorment presque 18 heures par jour. Leurs promenades nocturnes sont cachées à l'homme, donc voir ces animaux est considéré comme un grand succès. Aujourd'hui, environ 100 tigres du Bengale parcourent le territoire du parc national.

    Le roi britannique George V et son fils Edward VIII se sont rendus à Chitwan en 1911 et ont tué 39 tigres et 18 rhinocéros à la chasse. En 1939, le gouverneur général de l'Inde, Viktor Hope, rendit visite au premier ministre du Népal de l'époque, Bahadur Rana. Des dignitaires notables sont allés à la chasse dans la réserve royale de Chitwan et, au cours des 20 jours de chasse, 120 tigres, 38 rhinocéros, 25 léopards et 15 ours ont été tués. Dès le début du XXe siècle, environ 100 000 tigres vivaient à l'état sauvage dans la plupart des pays asiatiques. La chasse excessive, motivée par la demande de peaux, a eu des conséquences désastreuses. À ce jour, quelques milliers de tigres vivent sur 7% du territoire de leur aire de répartition d'origine. La chasse aux tigres est interdite dans le monde entier, mais leur extinction ne les menace pas, car environ 20 000 de ces animaux vivent dans des zoos du monde entier.

    Les visites les plus populaires à Chitwan

    Tour d'éléphant

    Parmi les 14 parcs nationaux et réserves du Népal, Chitwan est la destination la plus populaire pour les voyages avec la faune. Environ 15 $, et les éléphants responsables du parc se rendront dans la jungle pendant une heure et demie. Les visites des éléphants ont lieu deux fois par jour - le matin et à quatre heures de l'après-midi. Il y a de longues files au plus fort de la saison touristique. Les propriétaires de chalets coûteux dans le parc ont leurs propres éléphants et proposent des visites guidées à leurs clients. Les propriétaires privés d'éléphants proposent de faire des voyages bon marché en dehors du parc national, mais les chances de voir des animaux sauvages sont minimes.

    Safari en jeep

    Les safaris en jeep sont très populaires. Ils durent environ quatre heures et explorent les régions isolées du parc national.

    Canoë sur la rivière Rapti

    Les touristes sont invités à faire une excursion en canoë sur la rivière Rapti, avec la possibilité de voir des crocodiles des marais et le gavial - une espèce rare de crocodiles. Chitwan compte plus de 400 espèces d'oiseaux et le voyage en canoë est particulièrement attrayant pour les oiseaux. Pendant une heure, les touristes descendent la rivière en canot, puis reviennent avec le guide.

    Parc national

    • Le parc national de Chitwan est classé au patrimoine mondial de l'UNESCO en raison de l'importance de sa biodiversité.
    • Les rhinocéros indiens et les tigres du Bengale sont les animaux les plus célèbres du parc. Voir le tigre du Bengale lors d'un safari est considéré comme un grand succès.
    • Le parc abrite environ 50 espèces de mammifères (sangliers, ours, cerfs, singes, antilopes) et plus de 400 espèces d'oiseaux - l'un des meilleurs endroits au monde pour l'observation des oiseaux.
    • Les cottages les plus chers de Chitwan se trouvent sur le territoire du parc national. Ils ont une piscine, des bars à cocktails, leurs propres éléphants, organisent des excursions dans la nature et tout le reste, sans électricité ni eau chaude. Les hôtels bon marché sont situés près du parc national dans le village de Sauraha.
    • Il est recommandé de visiter le village pour la culture des éléphants, une ferme à crocodiles dans le parc.

    Quand y aller

    Meilleur moment pour visiter le parc d'octobre à mars. D'avril à début juin, la chaleur commence et pendant la saison de la mousson (de juin à la mi-septembre), il pleut deux à trois heures par jour. La plupart des chalets sont fermés pendant la saison des pluies. Sous la condition de temps sans nuages, s'ouvre un magnifique panorama sur la vallée environnante de l'Himalaya (voir photo).

    Également à la fin de chaque année, un festival d'éléphants a lieu. Les événements les plus intéressants du festival sont les courses d'éléphants et un match des équipes de football d'éléphants.

    Comment s'y rendre

    Le parc national de Chitwan peut être atteint de trois manières:

    • Vols réguliers quotidiens de Kathmandu à Bharatpur (la ville de Bharatpur est située à environ 25 km du parc). Le vol prend environ une demi-heure.
    • Les bus de Kathmandu ou de Pokhara. Le trajet dure environ sept heures de Katmandou, six heures de Pokhar.
    • Dans les agences de voyages de la rue Tamel à Katmandou, vous pouvez organiser une excursion dans le parc en radeau. La croisière sur la rivière Trisuli commence généralement par la ville de Mugling, située à 110 km de Katmandou, et dure deux à trois jours.

    Patan City

    Patan - une ville au Népal, dans la vallée de Katmandou, sur la rivière Baghmati. Patan est souvent appelé le nom original en sanscrit - Lalitpur. C'est l'une des plus grandes villes du Népal. Elle est considérée le plus souvent comme la plus ancienne et la plus belle des trois villes royales de la vallée de Katmandou. La ville est située sur les hauteurs de la rive sud de la rivière Bagmati. Il a été construit sur une couche sédimentaire d'argile au centre d'un ancien lac asséché appelé Naghdah au 3ème siècle avant JC. heu roi d'Ashoka de la dynastie de Maurya.

    Informations générales

    À l'origine, la ville avait été conçue sous la forme du bouddhiste Dharmachakra («roue de la loi»). Selon la légende, le roi Ashoka aurait érigé lui-même quatre stupas le long du périmètre de la ville et un au centre. C’est leur taille et leur forme qui confèrent à la ville un véritable sens de l’antiquité, et plus de 1 200 monuments bouddhistes de divers types disséminés dans la ville l’inspirent également.

    La place Durbar, classée au patrimoine mondial de l'UNESCO, est située dans le centre-ville. Voici le palais royal, qui se compose de trois cours principales: Central Mul Chowk, ainsi que Keshab Narayan Chowk et Sundari Chowk. Au centre se trouve un chef-d’œuvre de l’architecture en pierre - le pavillon de bain royal, appelé Tushahiti.

    La fontaine Mani Dhari a été construite au Xème siècle. Son premier étage est à 2 m en dessous du niveau de la rue, et si vous descendez encore plus bas, vous pourrez voir la déesse Lakshmi, les barums et les trois makaras (poissons mi-animaux mi-poissons). Il y a de nombreux jours fériés à Patan, en particulier en juillet et en août, notamment Janai Purnima en l'honneur de Shiva lorsque des ablutions rituelles sont exécutées, ainsi que le Memorial Day for the Dead ou Guy Jatra, lors de défilés de personnages portant des chapeaux ornés de vaches ( que la vache sacrée aide les âmes des morts à entrer dans le pays des morts).

    Quand venir

    La période de mousson commence à la mi-juin et dure jusqu'à la mi-septembre. C'est un bon moment pour visiter les vacances, si bien réchauffé.

    Ne manquez pas

    • Krishna Mandir - temple de pierre du XVIIe siècle. sur la place Durbar.
    • Plat local - daal bhaat tarkaari - Soupe épaisse de lentilles au riz et légumes au curry: base de la nourriture quotidienne, qui varie d’une région à l’autre.
    • Le zoo de Javapakhel est le seul au Népal.
    • Kumbeshvor, temple à cinq niveaux.
    • Temple bouddhiste Hiranya Varna Maha Vihar, le nom local - le Temple d'or. Mahabudha - temple du XIVème siècle. avec des milliers d'images de Bouddha gravées.

    Devrait savoir

    Holi Holiday (mars) est une période où tout le monde est couvert de poudres colorées et aspergé d’eau, alors faites attention!

    Ville de Pokhara (Pokhara)

    Pokhara - une station balnéaire pittoresque du centre du Népal, située à 198 km à l'ouest de Katmandou. La ville est située sur le lac Feva, la ville offre une vue pittoresque sur l’Himalaya (grande chaîne himalayenne) avec ses huit mille sommets (Daulagiri, Annapurna, Manaslu). Pour cette raison, la ville est très populaire parmi les touristes. De Pokhara commence une série de routes de trekking.

    Faits saillants

    Presque tous les endroits intéressants de Pokhara sont concentrés autour du lac Phewa, où vous pouvez louer de jolis bateaux en bois et des voiliers. La pêche est très répandue sur les lacs Begnas et Rupa.

    Le long du littoral du lac s'étend la région d'innombrables hôtels, restaurants et magasins - Lakeside. Le quartier de Damsayd, à l'instar de Likeside (ou de Pardi et Baidam, en népalais, respectivement), attire l'attention des touristes grâce aux rues animées d'hôtels et de restaurants. Une pâtisserie miniature vous permettra de vous attarder longtemps devant les spécialités locales peu communes.

    Le climat

    Pokhara est une station balnéaire toute l'année. La saison chaude est mars-avril-mai et septembre-octobre-novembre - la période de prédilection pour le tourisme. Cependant, hiver et été sont propices aux loisirs. En hiver (décembre-janvier-février), l'après-midi est presque toujours ensoleillé et chaud, vous pouvez prendre un bain de soleil. À la tombée de la nuit, vous devrez porter une veste légère. En été (juin-juillet-août), malgré le fait que ce soit une mousson et qu'il puisse pleuvoir tous les jours (ou tous les soirs), il est agréable de se reposer et de se promener par ce temps, car il fait chaud dehors, il fait chaud la nature est très belle.

    Histoire

    Pendant de nombreux siècles, Pokhara a été l’un des principaux points de transit sur la route commerciale entre l’Inde et le Tibet. Jusqu'au début des années 1950. on ne pouvait arriver ici que par des chemins de montagne. En 1951, la construction de l'aéroport a commencé et en 1971, Pokhara a été ouverte à l'autoroute de Katmandou. C'est le long de cette route au début des années 1970. Des hippies européens sont arrivés dans la vallée et y ont fondé des colonies de peuplement. Pokhara a longtemps qualifié cette ville de «capitale mondiale des hippies». Un peu plus tard, avec la modification de la politique de visas du pays, les «enfants de fleurs» ont dû quitter le Népal. Désormais, les principaux invités de la ville sont des traqueurs qui partent pour des randonnées en montagne ou prennent vie après la piste.

    Les curiosités

    L'attraction principale de Pokhara est sans aucun doute une vue saisissante sur l'Himalaya, ou plutôt le panorama de la crête de l'Annapurna avec les cinq sommets de l'Annapurna et le sommet sud.

    Temple Barahi. Nous sommes donc arrivés à la plus brillante perle religieuse de Pokhara. Le temple a confortablement embrassé l’île au beau milieu du lac Phewa. Chaque jour, des centaines de croyants viennent ici pour recevoir une bénédiction. Pour rejoindre les pèlerins, vous devez louer un bateau ou utiliser un bateau public. Le tarif est de quarante cents.

    Musée de la montagne

    Il existe également le seul musée du monde consacré à la montagne, ouvert il y a trois ans, à partir duquel vous pouvez voir immédiatement 3 "huit mille mètres". L'exposition du musée est tellement remplie qu'elle passera inaperçue toute la journée dans ses salles. Ce n'est pas étonnant: articles ménagers népalais, vêtements, outils des habitants de différentes ethnies du Népal, exposition de photos sur la vie du Népal moderne, échantillons de pierres et de fossiles des profondeurs des montagnes de l'Himalaya, photos de plantes, cryptes des grenouilles et des serpents, du matériel d'escalade, les résultats d'une expédition environnementale qui s'est déroulée dans le camp de base de l'Everest et bien plus encore. L'entrée au musée coûte 300 roupies (environ 5 dollars).

    Pagode de la paix mondiale

    World Peace Pagoda est un puissant stupa bouddhiste situé au sommet d'une colline sur la rive sud du lac Phewa. Le chemin se trouve d’abord en bateau sur le lac, puis à travers la montagne. Le moyen le plus simple d'y arriver est un bus. Mais le reste du chemin devra être surmonté par la foule d’enfants locaux hurlants et ennuyeux qui exigent une pièce de monnaie ou de la douceur. La deuxième option consiste à traverser le lac en bateau pour se rendre de l’autre côté du lac et à gravir le sentier qui traverse la forêt. Un moyen assez risqué, car dans la forêt, il y a souvent des voleurs. La troisième option est de la zone du côté du barrage (qui est située près du bord du lac) à travers la jungle. Cependant, pour le trouver, vous aurez besoin de l'aide des résidents locaux.

    Temple Dakshinkali

    Le chic temple Dakshinkali est situé près de Pokhara, à l'extrémité sud de la vallée de Katmandou. Bien que le sanctuaire ait été caché dans un endroit sombre et quelque peu fantomatique, il vaut la peine de surmonter ses peurs et de voir personnellement la déesse à six bras Kali, l'épouse de Shiva dans sa plus sanglante incarnation, à qui le temple est dédié. Deux fois par semaine, les Népalais se rendent ici pour satisfaire sa soif de sang, apportant buffles, poulets, canards, chèvres et moutons à la déesse samedi et pendant le festival Dasain en octobre.

    Autres curiosités

    La rivière Seti Gandaki, bruyante et bruyante, traverse toute la ville. De grands coups peuvent provenir de Mahendra Puli, un petit pont situé près de l'ancien hôpital. La chute de Devi (également appelée Devin ou David), connue sous le nom de Patale Chhango (La chute de l'enfer), peut être à deux kilomètres au sud-ouest de l'aéroport de Pokhara, directement sur l'autoroute de Tansen. Et si vous conduisez à deux kilomètres de l'aéroport le long de la route Siddhartha, vous entrerez inévitablement dans la grotte sacrée Gupteswar Gupha, lieu de stockage du symbole phallique de Shiva. L'entrée de la grotte coûte cinq roupies et, en passant, il est strictement interdit de tirer à l'intérieur de la grotte.

    Un voyage curieux peut venir d'un voyage à Mahendra Gupha, le nom local est Chamero Odhaar ("Maison de la chauve-souris"), dans une grande grotte calcaire, dont l'intérieur est creusé par des stalactites et des stalagmites complexes. La route prendra environ deux heures au nord de Pokhara. Avec un besoin de prendre une lampe de poche.

    Loisirs actifs

    Visiter les rives de ce lac coloré Fewa et ne pas naviguer est une omission impardonnable. Le bateau peut être loué pour une heure pour 3 $ ou pour une journée entière pour 8 $. Jetez un autre dollar et aidez-vous à choisir un rameur. L'équitation est une autre façon de diversifier vos loisirs. Coût - environ 1000 roupies pendant 3 heures. Pour les amateurs de vélos, leur location est effectuée à proximité de nombreux hôtels au bord du lac.

    Fatigué de marcher, vous pouvez louer un vélo pour regarder le village de Tashiling, où vous pouvez acheter un vrai tapis tibétain.

    Comment s'y rendre

    Avion

    De petits avions desservent Katmandou tous les jours (environ 70 USD, 20-25 min), des billets peuvent être achetés dans toutes les agences de voyage. En partant de Katmandou, les endroits de droite sont meilleurs: l’Himalaya peut être regardé de fond en comble (au contraire, au contraire).

    Bus

    Plusieurs fois par jour, les bus de la gare de Kalanki à 350 Rs prennent 8 heures, la dernière à 20 heures, de Katman do à Pokhara. Un peu plus cher (450 Rs), mais plus confortable, vous pouvez quitter Tamel (15 minutes à pied), de Kantip-ta (Kantipath) avec des bus touristiques privés (7 heures de trajet). Le lieu de départ n’est pas indiqué, mais vous pouvez naviguer grâce à la petite taille d’Aeroflot. Les bus touristiques de la capitale à Pokhara partent tous les matins à 7 heures, vous devez acheter un billet à l'avance pour la visite. agences. À Pokhara, le bus arrive à Pokhara Bus Park (gare routière principale).

    En plus de Katmandou, Pokhara propose un service de bus quotidien avec des passages frontaliers en Inde - Birganj, Sunooly et Kakarbitt, ainsi qu'avec le parc national Cittavan, des bus touristiques quotidiens vers Lumbini.

    Une autre petite gare routière de Balgang (parc de bus de Baglung) est située au nord de la ville.

    Loading...

    Catégories Populaires