Kirghizistan

Kirghizistan

Profil de pays Drapeaux du KirghizistanEmblème du KirghizistanHymne du KirghizistanDate de l'indépendance: le 31 août 1991 (de l'URSS) Langue officielle: kirghize, russe Forme de gouvernement: république parlementaire et présidentielle Territoire: 198 500 km² (86e dans le monde) Population: 5 776 570 habitants. (110ème dans le monde) Capitale: BishkekVoluments: Kyrgyz Som (KGS) Fuseau horaire: UTC + 6 Les plus grandes villes: Bichkek, Osh, Jalal-AbadVVP: 13,231 milliards de dollars (135ème dans le monde) Domaine Internet: .kg Code téléphonique: +996

Kirghizistan (Kirghizistan ou Kirghizistan) - Un État du nord-est de l’Asie centrale, limitrophe du Kazakhstan, du Tadjikistan, de l’Ouzbékistan et de la Chine. Superficie - 199 951 km ². La population est de 6 256 700 personnes (2018), dont 52% de Kirghizes, 22% de Russes, 13% d'Ouzbeks, il y a également des Ukrainiens, des Allemands, des Tatars, environ 70 nationalités au total. La langue officielle est le kirghize, la majorité des croyants sont des musulmans sunnites et des chrétiens. Unité monétaire - som. Inclus dans le CIS. La capitale est Bichkek (966 000 habitants). Les autres grandes villes sont Osh, Jalal-Abad, Tokmak.

Géographie et climat

Le Kirghizistan est situé dans les montagnes du Tien Shan (le point culminant est le pic Pobeda à 7439 m) et du Pamir-Alai. Plus de 90% du territoire se situe à plus de 1500 m d'altitude. Les sommets des montagnes sont souvent recouverts de glaciers, les plus importants étant ceux du Sud et du Nord Inylchek, Kaindy. Les chaînes de montagnes sont divisées en vallées et bassins (Issyk-Kul, Chui, Fergana).

Les principales rivières sont la Naryn, la Chu et la Talas. Les rivières kirghizes sont utilisées comme pistes de rafting. Il existe de nombreux grands et petits lacs (environ 3 000), parmi lesquels se distingue la «perle de Tien Shan» - le lac Issyk-Kul. Le climat est continental: les températures moyennes en janvier varient de -1 à -8 ° C dans les vallées et à -27 ° C dans les hautes terres, en juillet, entre 15 et 27 ° C et 5 ° C, respectivement. Les précipitations annuelles varient de 180 mm à l'est à 1 000 mm au sud-ouest. Les températures de l'air sur la côte d'Issyk-Koul sont moins contrastées et modérées toute l'année.

Flore et faune

La végétation de Kirghizia est diversifiée (4 000 espèces de plantes) et se caractérise par une zonalité de l'altitude prononcée: les contreforts sont couverts de semi-déserts et de steppes sèches avec des fragments de forêts légères aux pistaches, à plus de 1 200 m d'altitude, commence la ceinture forestière. Les forêts sont constituées d’épinettes, de sapins et de genévriers de Tien Shan. Les hautes montagnes (plus de 3000-3500 m) sont recouvertes de prairies alpines.

La faune, protégée dans les réserves d'Issyk-Koul et de Sary-Chelek, le parc national Ala-Archa, est représentée dans les forêts de montagne par des ours, des lynx, des loups, des sangliers, des martres, des léopards des neiges, des moutons, de nombreux petits mammifères et oiseaux contreforts sans arbres - principalement des rongeurs, des oiseaux et des reptiles. Les Kirghizes, bien qu'ils possèdent des traditions culturelles anciennes et riches, à l'instar de la plupart des peuples qui se sont développés en pasteurs nomades, ne possèdent aucun monument architectural significatif.

Histoire

Les plus anciennes traces d'habitat humain au Kirghizistan, découvertes dans le Tien Shan central (près du lac Issyk-Kul) et dans la vallée de Fergana, remontent au Paléolithique. Des armes paléolithiques ont également été trouvées dans le sud, dans la région de Kapchigay. Des colonies néolithiques ont été découvertes dans les environs de Bichkek et de Naryn. Dans les grottes de la vallée de la rivière Sary-Jazz a trouvé des sculptures rupestres d'animaux.Les tribus qui vivaient ici dans le V-III millénaire avant JC fabriquaient des outils en pierre, de la poterie, utilisaient des arcs et des flèches. A cette époque, le début de l'élevage et de l'élevage. Plus tard, à l'âge du bronze, on utilisa plus souvent des outils en bronze, puis en cuivre. Des groupes d'agriculteurs et de pasteurs distincts vivaient dans différentes régions du Kirghizistan.

La structure économique et la structure sociale de la population ont subi des changements importants au cours des 7ème et 6ème siècles. BC L'utilisation d'outils et d'armes en fer est très répandue, les nomades s'unissent et forment des unions tribales, et les communautés agricoles utilisent le travail forcé. La première association tribale connue, les Saki, a été formée dans le nord du territoire considéré et a existé du 7ème au 3ème siècle. BC Plus tard, au 2ème siècle BC, une partie des tribus Saka et Massaget ont conclu une alliance tribale dirigée par la tribu Usun, qui existait jusqu'au Ve siècle. AD En 2 v. BC les régions méridionales sont devenues une partie du parc national, et sont passées de 1 à 4 en. AD ils ont été gouvernés par le royaume de Kushan.

Au début du VIIIe siècle AD Le pouvoir politique était entre les mains de la confédération turges des tribus turques et, au milieu du siècle, l’alliance tribale Karluk s’est emparée de ces terres. Au cours de cette période, le nombre de villes et d’autres villages dans les vallées des rivières Chu et Talas a augmenté. Les agriculteurs ont commencé à faire du commerce actif non seulement avec les tribus nomades, mais également avec les grandes caravanes qui suivaient la vallée de Chu le long de la route de la soie, de l'Europe de l'Est à l'Asie du Sud-Est. C'est à cette époque que le Kirghiz est apparu pour la première fois ici.

La première mention écrite des Kirghizes fait référence à 569. Il a été rapporté que cette année, l'ambassadeur de Byzantine avait reçu en cadeau un esclave - un Kirghiz. Les tribus kirghizes sont également citées comme alliés des Turcs dans leurs campagnes infructueuses contre les Ouïghours aux VIIIe et IXe siècles. Au début du 13ème siècle Les Kirghizes ont été conquis par les Mongols et ce n’est qu’en 1399 que l’indépendance a été reconquise.

Au 16ème siècle Certaines tribus kirghizes sont devenues dépendantes des Mongols, d'autres ont obéi aux Kazakhs. Pendant plusieurs siècles, les Kirghizes ont été au pouvoir de l'un ou l'autre pays voisin. Au milieu du 18ème siècle Kirghiz a formé certaines relations tribales qui ont persisté au 20ème siècle. A la tête de chaque famille se trouvait un aîné - aksakal (barbe blanche). Les anciens de diverses tribus de la tribu étaient membres du conseil tribal. Petites tribus dirigées par des chefs - manap.

Au début du 19ème siècle Les Kirghizes sont devenus dépendants du Khanat de Kokand. Les Kirghizes ont cherché à se libérer du joug des Khans; des soulèvements spontanés ont éclaté dans différentes régions du pays: en 1842-1843 dans le district d'Issyk-Koul, en 1845 dans les environs d'Osh et les soulèvements des Talas et de Chuy Kirghiz en 1857-1858, le plus grand éruption de 1873-1876.

L'accession des terres kirghizes à la Russie a commencé au milieu des années 1850. L’armée russe, suivie des personnes déplacées de la partie européenne de la Russie, ont saisi les terres les meilleures et les plus fertiles. En 1867, le Nord-Kirghizistan a été intégré à la région de Semirechensk, en Russie, et en 1876, le sud du pays est devenu partie intégrante des régions de Syrdarya et de Ferghana.

Au cours de la période allant de 1903 à 1913, la population du Kirghizistan a diminué d’environ 7 à 10% et la population du troupeau de 27%. Les soulèvements contre la Russie ont eu lieu à Andijan en 1898 et 1916. Suite à la suppression de ces soulèvements, la population kirghize a diminué d'environ 30 à 40% (certains sont morts, d'autres ont été forcés d'émigrer vers le Turkestan chinois ou en Afghanistan) et le cheptel a diminué de 60 à 70%.

Après la révolution russe de 1917, deux organisations politiques du Kirghizistan - le groupe Shura-i-Islam (le Conseil de l'islam) et le parti nationaliste Alashorda - s'unissent dans la lutte pour l'indépendance nationale. Cependant, en avril 1918, le gouvernement central des bolcheviks, dont les émissaires menaient une agitation intense parmi la population kirghize de villages et de villes minières, annonça l'entrée du Kirghizistan dans la République socialiste soviétique autonome du Turkestan.Les détachements de Basmachi ont opposé une résistance armée au gouvernement soviétique, mais n'ont pas réussi à obtenir de sérieux succès. La dernière vague de répression a eu lieu à la fin de 1920.

Le gouvernement soviétique a apporté des changements significatifs dans la vie des Kirghizes. En 1917, l'égalité des hommes et des femmes est proclamée. En 1921, la polygamie et le kalym (prix de la mariée) sont interdits par la loi. En 1924, le Kirghizistan a été séparé en une région autonome distincte de Kara-Kirghiz. En mai 1925, la région a été renommée kirghize et en février 1926, elle a obtenu le statut de République socialiste soviétique autonome du Kirghizistan.

Dans les années 1920-1930, un développement industriel rapide s'est produit au Kirghizistan. En 1940, les mines de charbon du Kirghizistan fournissaient 88% de tout le charbon utilisé en Asie centrale. La métallurgie des métaux non ferreux, la production d’antimoine et de mercure, les produits alimentaires (production de sucre) et certaines branches de l’industrie légère se sont également développés. À partir de 1929, la collectivisation de l'agriculture a été réalisée, qui était auparavant entre les mains de tribus et de clans semi-nomades. Les opposants à la collectivisation - riches bergers et propriétaires terriens (bais) - ont été poursuivis, tués, emprisonnés; certains ont été privés de propriété et condamnés à mort par la famine. En 1941 au Kirghizistan existait environ. 300 000 fermes collectives d'élevage.

À la suite de la répression stalinienne, qui a culminé de 1936 à 1938, l'intelligentsia scientifique et créative et les religieux clercs musulmans ont été presque complètement détruits. Pendant la répression, des livres et des manuscrits en arabe ont été détruits.

L'industrialisation du Kirghizistan s'est poursuivie parallèlement au développement de l'agriculture après la seconde guerre mondiale. Au début des années 1980, un mouvement est apparu pour établir des contacts avec des Kirghizes vivant dans d'autres régions de l'URSS, de la Chine et de l'Afghanistan.

Le mouvement démocratique a vu le jour au Kirghizistan en 1990. En octobre 1990, la coalition démocratique a réussi à organiser des élections au cours desquelles le premier président du Kirghizistan a été élu. Le 31 août 1991, moins de deux semaines après le putsch à Moscou, le gouvernement déclara l'indépendance de la République kirghize.

Le Kirghizistan est confronté à des difficultés économiques liées à la transition vers une économie de marché et les conflits ethniques s'intensifient. Les relations avec la minorité ouzbèke se sont détériorées: des affrontements interethniques se sont produits dans la région d'Och. Des manifestations similaires ont eu lieu au Tadjikistan voisin contre la minorité kirghize.

Économie

En 2004, le PIB total n’atteignait que 2,4 milliards de dollars, soit 430 dollars par habitant. Le Kirghizistan est le deuxième pays après le Tadjikistan dans la pauvreté dans la région. Plus de la moitié de la population est engagée dans l'agriculture et l'élevage.

La dette publique extérieure du Kirghizistan s’élevait à 1,92 milliard de dollars au début du mois de février 2005. L’économie du Kirghizistan a presque été divisée par deux pour la période 1990-1996, principalement en raison de la fermeture d’entreprises industrielles dans le nord du pays après le départ massif de travailleurs qualifiés russes. L’industrie ne fournit que le quart du PIB kirghize. Selon des observateurs, l'industrie du Kirghizistan agraire a été créée artificiellement à l'époque soviétique et peut difficilement être restaurée. Environ 40% de la production industrielle provient de l'extraction de l'or - la seule industrie en développement de la république (en 2003, le Kirghizistan a extrait 22,5 tonnes d'or, se classant au troisième rang des pays de la CEI après la Russie et l'Ouzbékistan).

Au Kirghizistan, selon diverses estimations, plus de 70% des entreprises publiques ont été privatisées. La plupart des grandes entreprises étaient contrôlées par des proches du premier président, Akayev (pour plus d'informations).

Les participations majoritaires dans le secteur de l’énergie du Kirghizistan - les centrales électriques OJSC et Kyrgyz Oil and Gas OJSC - appartiennent à l’État.

Population

La population du Kirghizistan est de 5,05 millions d'habitants (statistiques actuelles pour 2006). C'est beaucoup plus que ce que vivait le pays en 1959 (2,065 millions), 1970 (2,935 millions), 1979 (3,523 millions), 1989 (4,258) et 1999 (4,823).Jusque dans les années 1960, la population de la république augmentait rapidement en raison de la migration et de la croissance naturelle, qui était particulièrement importante parmi les populations rurales kirghizes, ouzbeks et autres populations d’Asie centrale. La principale source de croissance de la population du pays après les années 1970 était l'accroissement naturel qui diminuait progressivement, avec un flux migratoire croissant des populations russes et russophones.

Le noyau de la population de la république - 69,5% - est kirghize. Les Kirghizes vivent dans tout le pays et dominent dans la plupart des zones rurales. Les Russes représentent 9% de la population, la plupart d'entre eux vivant dans les villes. Les Ouzbeks, qui représentent 14,5% de la population, sont principalement concentrés dans la région d'Och. Parmi les autres groupes ethniques comptant un nombre important, il convient de mentionner les Dungans, les Ukrainiens, les Allemands, les Tatars, les Juifs, les Kazakhs, les Ouïgours et les Tadjiks.

Parmi ceux qui ont quitté le pays après 1991, la majorité étaient des Russes, des représentants d'autres peuples slaves, ainsi que des Allemands et des Juifs. Les Kirghizes, qui avaient initialement migré vers le pays voisin du Tadjikistan et de la RPC voisins au cours des premières années de son indépendance, ont quitté le pays après 2000, principalement pour des raisons économiques en Fédération de Russie et au Kazakhstan (voir travailleurs invités).

La majorité de la population du sud du Kirghizistan moderne est composée de Kirghizes (majoritairement) et d'Ouzbeks. En plus d’eux, une partie importante de la population est composée de Tadjiks, Ouïghours, Dungans, etc. Parmi eux, un peu plus de 1% sont des Russes et des représentants de diasporas russophones.

La majeure partie de la population est concentrée dans les vallées - Chuiskaya à la frontière avec le Kazakhstan et Ferghana à la frontière avec l'Ouzbékistan, les vallées des rivières Naryn et Talas, ainsi que dans le creux d'Issyk-Koul.

Arslanbob (Arstanbap)

Arslanbob - Un village du district de Bazar-Korgon, dans la région de Jalal-Abad au Kirghizistan, à 690 km de Bichkek. Il abrite 21 000 habitants, principalement des Ouzbeks. Le mode de vie traditionnel a été préservé ici, de sorte que les voyageurs ont la possibilité de se familiariser avec la culture locale et de voir la vraie saveur orientale. Sur le territoire du village se trouve une zone de villégiature avec de nombreux centres de loisirs. La vallée d'Arslanbob est célèbre pour la plus grande forêt de noyers du monde et constitue une attraction touristique. Forêt d'Arslanbob - naturelle, elle est née il y a plus de 50 millions d'années. La superficie de la réserve est de 700 000 hectares. Sur ce vaste territoire, il existe plus de 130 types d’arbustes et d’arbres, notamment des noyers, des pistaches, des amandiers, des mirabelles, des poiriers, etc. La partie la plus remarquable de la forêt d'Arslanbob est constituée de noyers. Certains d'entre eux ont plus de 1000 ans et apportent chaque année entre 150 et 400 kg de noix.

Selon la légende, le nom de Arslanbob était celui du juste, que le Très-Haut a laissé pour protéger et cultiver les forêts de noyers, récompensant la vie éternelle pour l'exécution de ses œuvres. À propos, dans le village, se trouve le mazar du légendaire jardinier, considéré comme un musulman du nom de saints, et à proximité de la mosquée, qui rassemblait autrefois des foules de pèlerins venus de toute l'Asie centrale.

Balykchy

Ville BalykchiRybachye, qui a récemment habité plus de 41 000 habitants, s’étend sur 6 km le long de la côte d’Issyk-Koul. Étant dans un endroit très pratique, Balykchy a toujours été le centre de soutien de la vie de tout Priisykkul. On y cultivait des races de viande précieuses, des terres fertiles produisant une riche récolte de céréales, de magnifiques jardins aménagés et une industrie du poisson florissante.

Informations générales

Il n'y a pas de grandes zones de loisirs ni de magnifiques plages à Balykchy. Et si Cholpon-Ata est un site de villégiature majeur, Balykchy ressemble davantage à un centre de distribution. Mais pour les vrais voyageurs, pour qui il est important non seulement de visiter un nouveau lieu, mais également de faire une excursion dans son histoire, Balykchy est un lieu idéal. Le fait est que dans la ville elle-même, il n’ya pratiquement aucun monument de l’antiquité, à l’exception de l’ancien cimetière kirghize avec des mazars en argile à motifs.Mais juste à l'extérieur de la ville, à la place du deuxième village - Toruiigir, se trouvent les vestiges d'un ancien village. De nombreuses sources écrites indiquent que c’est dans ces endroits du Moyen Âge qu’il existait un centre commercial florissant - la ville de Sicul. C'est là que les moines arméniens de Nestorian se sont enfuis, fuyant la persécution religieuse. Ils ont construit un monastère qui aurait conservé les reliques de l'apôtre et de l'évangéliste de saint Matthieu. En termes de zone occupée, la colonie de Toruigyr n’était nullement inférieure au centre actuel de la zone de villégiature - la ville de Cholpon-Ata. Il y a beaucoup de légendes sur la ville de Sikul. La ville fantôme, partiellement submergée par les eaux du lac, suscite aujourd'hui l'intérêt de nombreux chercheurs de l'Antiquité.

À 9 km de Toruaigyra, il y a une gorge avec des peintures rupestres. Cette «galerie d'art» prissykkul, sculptée sur la surface lisse des rochers il y a environ 4500 ans, représente principalement des scènes de chasse et des rituels rituels.

Et au siècle dernier, autour de Toruiigyr, les archéologues ont fouillé une usine des XIVe-XVe siècles. pour la production de briques et de conduites d’eau en argile.

Batken City

Batken - une ville du Kirghizistan, centre administratif de la région et du district de Batken.

La géographie

Il est situé au sud-ouest du Kirghizistan, à environ 240 km à l'ouest d'Osh.

La superficie totale de la ville est de 5.180 hectares. Le territoire de la ville (à l’exclusion des parcelles familiales) est de 1 143 ha. Les terres agricoles de la ville couvrent 4 037 hectares, dont 1 106 hectares de terres agricoles, dont 918 hectares irrigués; FPS terre - 393 hectares, incl. irrigué - 316 ha; terres auxiliaires - 27 ha (irrigués); parcelles familiales - 111 ha (irrigués) et 2 400 hectares de pâturages.

Histoire

Le village de Batken a été créé en avril 1934 en tant que centre du district du même nom dans la région de Batken. En 1999, pour renforcer la gestion de ces terres après une série d'attaques de la part de militants, l'oblast de Batken et son centre administratif, Batken, ont été formés à partir de 3 districts situés à l'ouest de l'oblast d'Och. À cet égard, Batken a reçu le statut de ville en 2000 et est devenue le centre administratif de la région.

Unité administrative et territoriale

Par arrangement administratif et territorial, la ville est divisée en 6 blocs - l’aéroport, Bazar-Bashy, Bulak-Bashy, Kelechek, Kyzyl-Don et Kyzyl-Zhol.

Bichkek

Bichkek - La capitale du Kirghizistan et la plus grande ville du pays. Il constitue une unité administrative spéciale. La ville est située au nord de la République kirghize, dans la vallée de Chui, près des contreforts du Tien Shan, à 40 km au nord de la crête du Kirghiz, à 25 km de la frontière avec le Kazakhstan. Bichkek, en tant que centre du tourisme international au Kirghizistan, sert souvent de point de transit et de repos sur le chemin menant au lac Issyk-Kul ou aux montagnes du Tien Shan et offre en même temps aux touristes un grand nombre d'attractions.

Histoire

Statue de la liberté à Bichkek sur la place Ala-Too

Bichkek est connu depuis le VIIème siècle. comme le site de Jule (Forteresse de forgeron). En 1825, la forteresse Pokhpek de Kokand a été fondée, déployant la plus grande garnison de la vallée de Chui. Deux fois (4 septembre 1860 et 24 octobre 1862) a été prise par les troupes russes. En novembre 1862, la forteresse fut détruite et à sa place, deux ans plus tard, un piquet de Cosaques fut installé, puis un bazar commença à se rassembler ici. En 1868, le village de Pishpek a été fondé. 29 avril 1878 dans le cadre du transfert à Pishpek, le centre du comté a reçu le statut de ville.

À partir d'octobre 1924, il devient le centre administratif de la région autonome de Kara-Kirghiz. À partir de mai 1925 - le centre administratif de la région autonome du Kirghizistan. En 1926, il a été rebaptisé Frunze en l'honneur du chef militaire soviétique Mikhail Frunze, originaire de la ville. Depuis 1936, Frunze - la capitale de la RSS du Kirghizistan. En 1991, après la proclamation de l'indépendance de la République kirghize, la ville a été renommée Bichkek. Selon une version, le nouveau nom vient du héros mythique Bichkek-Batyr, qui a ouvert un grand bazar sur le site de la ville.Selon un autre, de la consonance des mots Pishpek (prénom) et Bichkek (ustensiles de cuisine, baton koumiss).

Monument sur Victory Square Hotel Ak-Keme

Curiosités de Bichkek

Monument à Lénine à Bichkek

Le centre de Bichkek est le lieu principal et favori pour les loisirs et les promenades des visiteurs et des touristes de la capitale. La plupart des musées, galeries, magasins, parcs, places, places, restaurants et cafés sont concentrés ici. À propos, Bichkek est la seule ville d'Asie centrale où un monument à Lénine est encore debout. Certes, à présent, il se situe non pas sur la place principale, mais derrière celle-ci, mais même cela est déjà une différence frappante par rapport aux autres villes de la région d’Asie centrale.

La ville compte 20 parcs nationaux, 4 réservoirs artificiels, 6 piscines, 10 théâtres, 5 musées de mémoire à ciel ouvert, 8 musées spécialisés, ainsi que d’autres espaces de culture et de loisirs.

Oak Park

L'un de ces objets est le parc à chênes, où il fait toujours frais sous les denses arbres, et des écureuils duveteux et rapides se promènent autour des troncs, scrutant les visages des autres dans l'attente d'une friandise. Oak Park est une sorte de musée de sculptures en plein air. Des sculptures en pierre, en métal et en bois sont placées ici seules et en groupes le long des allées du parc, des sentiers et certaines ne sont que parmi les arbres sur les pelouses vertes.

Le soi-disant «Jour d'ouverture de Bichkek» jouxte le parc de chênes - la galerie Erkindik, où vous pourrez admirer le travail d'artisans et d'artistes locaux.

Arène sportive nationale

Derrière la galerie s'ouvre la place principale du pays - Ala-Too. La place Ala-Too recèle un grand potentiel touristique - voici la Maison du gouvernement en marbre blanc. La place est ornée de fontaines, une scène où se tiennent des concerts de masse et des discos est immédiatement érigée. Il est ici dans la masse des gens pendant les vacances et les festivals. Des défilés militaires et des démonstrations ont également lieu ici.

Parmi les curiosités de la capitale, on peut citer le musée d'art, qui expose de l'art populaire kirghize et de l'art russe et soviétique contemporain. Certaines peintures et expositions tentent de combiner les images kirghizes et la technique européenne. Il existe également des spécimens d'élégants tapis muraux traditionnels kirghizes (carcasses, bastix) de différentes tailles.

La Philharmonie de Bichkek accueille des concerts de musique classique et occidentale moderne, ainsi que des concerts de musique traditionnelle kirghize et populaire. La société philharmonique est composée de deux salles, la plus grande étant habituellement utilisée pour des concerts de musique kirghize et divers spectacles.

Sur la place Ala-Too

Les magasins de la capitale proposent aux touristes une grande variété de souvenirs et d’articles d’artisanat fabriqués par des organisations aussi importantes que Kyal, les associations de défense du peuple Zengi-Baba, Altyn-Beshik et Shaarbek, qui organisent en permanence des expositions et des foires de souvenirs et d’articles de décoration. art appliqué sur les places de la ville.

Les touristes ici, à Bichkek, pourront non seulement se détendre dans des yourtes, se familiariser avec les arts appliqués du peuple nomade kirghize, se faire une idée des coutumes nationales, de la cuisine, des jeux, goûter à la cuisine kirghize, acheter des souvenirs de l'artisanat populaire, mais aussi se renseigner sur les itinéraires touristiques dans tout le pays. À Bichkek, comme dans toute autre ville d’Asie centrale, le bazar oriental est l’une des attractions les plus brillantes. À tout moment de l’année, de généreux dons de terres et de biens du monde entier sont abondants. Vous pourrez également admirer la beauté des mosquées et des cathédrales orthodoxes.

Quartier des attractions

Baytyk Valley - s'étend derrière les guichets, qui repose à la périphérie sud de la ville. La vallée est ainsi nommée en l'honneur de son ancien propriétaire - le manap de la tribu kirghize Orlto - Baityk Kanaev, qui a déjà contribué à l'entrée volontaire du Kirghizistan en Russie.Une partie des pentes de la vallée est plantée de pistache, l’autre est à l’état naturel. Il existe de nombreuses espèces d'oiseaux. Au sud-ouest de la VDNKh du Kirghizistan se trouve la montagne Boz-Peldek (1395 m), accessible par les bus de la ville. De son sommet, comme un plan sur papier, vous pouvez voir toute la ville.

Nature dans les environs de Bichkek

"Les tombes de Khan" - Cimetière Kirghize, situé au pied sud de la montagne Boz-Peldek. L'ancien seigneur de la vallée de Baityk et son fils ouzbek sont enterrés ici, sur la tombe de laquelle une magnifique tour à treillis forgée avec un dôme a été érigée.

Monts Tien Shan

La réserve botanique d’Etat, Chon-Aryk, est située au sud-est de la ville, dans la région de Besh-Kungei. Ici, des plantes comme le safran d’Alatavsky, l’iris Kolpakovsky, Juno Kumakevich, plusieurs types de tulipes et d’autres sont strictement protégées. La région est riche en sources minérales.

Le champ de boue tourbée est situé près du village Kamyshanovka. Ici, la boue thérapeutique est utilisée pour traiter les organes de soutien, le système nerveux périphérique, les organes respiratoires, le tractus gastro-intestinal et les maladies gynécologiques.

Cuisine

Samsa - Tourte à la viande

À Bichkek, il y a beaucoup de cuisines amicales kirghizes, asiatiques, russes, perses et autres. Des collations peu coûteuses peuvent être dans les fast-foods, ils servent la contrepartie kirghize d'un hamburger: un sandwich avec une galette plate et toutes sortes de légumes et de sauce au prix de 20 KGS. Autres options pour "restauration rapide" - samsa, brochettes et une variété de brochettes. Bien sûr, il existe une brasserie dans la capitale kirghize et des pizzerias (et où ils ne le sont pas?) - vous pouvez déguster des pizzas internationales, des pâtes et autres pâtes, des crêpes à la française, etc. Pour goûter à fond aux plats de la "haute cuisine" nationale, allez dans le café "Labyrinth" (ici ils servent de délicieux "beshbarmak"), café "Mazai" (divers plats de lièvres), café "Astana" (poulet kebab et musique live le soir), salon de thé "Jalalabad" et café "Faiza" ". Vous pouvez «vous asseoir avec goût» dans le somptueux Four Seasons - des plats exquis de cuisines européenne et asiatique, de la musique live et la possibilité de dîner sur la terrasse en plein air pendant la saison chaude.

Vous pouvez vous rafraîchir lors de promenades dans la ville en utilisant une boisson gazeuse «shoro» à base de farine de blé - elle est vendue en postakanno dans des plateaux de rue.

Transport

Le transport ferroviaire est représenté par un petit segment - la gare de Lugovaya - la ville de Balykchy. Il a été annoncé la construction d'un chemin de fer en Chine. Autrefois, il existait une liaison ferroviaire avec le sud du Kirghizistan, la ville de Jalal-Abad, à travers le territoire de l’Ouzbékistan. Cependant, avec l'effondrement de l'URSS et la déclaration d'un régime de visas par l'Ouzbékistan, ce message a cessé d'exister.

Taxi à Bichkek

Comme transports urbains, il y a des trolleybus, autobus, minibus, taxis. Les trolleybus sont utilisés dans les villes de Bichkek et de Naryn. La flotte de bus de Bichkek est épuisée à l’époque et n’est représentée que par quelques voitures. Les principaux moyens de transport dans de nombreuses villes sont les taxis minibus. Il y a un service de bus entre les villes. Les taxis sont un autre moyen de transport courant. Ils assurent la liaison entre la capitale Bichkek et certains centres régionaux - Talas, Naryn, Osh, Jalal-Abad. De la ville d’Osh, il y a un taxi pour Jalal-Abad et Batken. Chaque passager paie les frais de voyage à raison d’une place.

Trafic routier

Vous pouvez «attraper» la voiture dans la rue ou à tout moment de la journée en appelant 150, 152, 154, 156, 166, 182 ou 188. Un trajet dans la ville coûtera 70-100 KGS le jour et 120-150 KGS la nuit. Dans tous les cas, clarifiez le coût mieux à l’avance. Vous pouvez également louer une voiture avec chauffeur toute la journée. Cela coûtera moins cher qu'un service similaire dans des bureaux mobiles. Comptez sur 800-1200 KGS par jour.

Dans la direction Issyk-Kul de Bichkek, surtout en été, il y a un flux important d'autobus, de taxis de route et de taxis de passage. Vous pouvez aller de Bichkek en minibus à Balykchy - l'ancien Rybachye - au début d'Issyk-Koul, Cholpon-Atu - sur la rive nord du lac Issyk-Koul, où se trouvent de nombreuses pensions, ainsi que la ville de Karakol - la partie la plus éloignée du bassin, considérée comme le centre administratif d'Issyk. -Kul région et situé à 10-12 km de la rive du lac. La route vers Batken et Talas implique de traverser la frontière; il y a des pistes internes, mais l'état de certaines d'entre elles n'est pas toujours satisfaisant.

La population de Bichkek avoisine le million et il est prévu de créer un métro léger et un train électrique urbain.

Les achats

Bazar d'Osh

Acheter des souvenirs kirghizes vaut la peine, chez TsUM, le grand magasin central de la capitale kirghize sur l'avenue Chui 155, qui nous est familière depuis le passé soviétique commun et propose un grand choix d'artisanat local à des prix raisonnables. Un autre site de shopping populaire à Bichkek est le bazar Osh, bruyant et pittoresque, sur lequel, semble-t-il, vous pouvez acheter même les produits les plus farfelus. Une variété d'articles ménagers, de vêtements et de chaussures sont vendus sur le marché de Dordoi. Au bazar Ak-Emir, vous pourrez acheter des produits frais provenant d'agriculteurs locaux: fruits et légumes, koumiss et fromages à pâte molle, saucisses de cheval et bien plus encore. Des objets artisanaux de grande qualité - kalpaks, tapis en feutre, costumes nationaux - sont vendus dans le magasin de style kirghize de la rue Bokonbaeva, 133 et dans la boutique confortable Asahi de l'avenue Chui, 136. Les amateurs d'antiquités raviront la véritable grotte Aladdin de l'avenue Manas, 47 - On y trouve de nombreuses antiquités kirghizes et asiatiques, ainsi que des traces de signes de l'ère soviétique. Derrière la «peinture», vous devriez regarder Asia Gallery, vous trouverez des produits en argile originaux et mignons dans la galerie d'art «Saimaluu-Tash», et la magnifique (et coûteuse) broderie est présentée dans le salon d'art «Tumar».

Population

Bichkek (anciennement Frunze) C'est la plus grande ville du Kirghizistan et en même temps sa capitale. La ville se distingue par des processus démographiques complexes et ambigus. Historiquement, un grand peuplement urbain n'a vu le jour sur le site de Bichkek que dans le dernier quart du 19e siècle, après l'entrée du Kirghizistan et de la vallée de Chui dans l'empire russe et l'apparition des premiers colons russes et ukrainiens ici. Cependant, jusqu'au début de la Grande Guerre patriotique, la ville était en fait une colonie agraire ressemblant à un grand village cosaque avec une population russo-ukrainienne. Pendant les années du pouvoir soviétique, surtout après l’évacuation d’un certain nombre de résidents et d’industries de front en profondeur, la ville a connu un essor rapide, comparable à celui des années d’indépendance du Kirghizistan.

Vue sur le centre ville

Situation démographique

Jusqu'au milieu du XXe siècle, Frounze demeura essentiellement une ville russophone, mais sa situation démographique commença déjà à changer à la fin des années soixante. Bien que ni la ville elle-même, ni l'oblast de Chui qui l'entoure ne fussent inclus dans la zone historique du peuple kirghize, qui préféraient les villages de montagne pour leur occupation traditionnelle, l'élevage transhumant, ils appartenaient néanmoins à la RSS du Kirghizistan.

Au bazar

La politique d'enracinement et l'explosion démographique dans l'environnement kirghize ont provoqué le début de la migration massive de Kirghizes en provenance de régions montagneuses d'ici dans la seconde moitié du vingtième siècle. Après l'effondrement de l'URSS, ces processus ont pris un caractère spontané et incontrôlé et les Russes ont cessé d'être le groupe ethnique le plus nombreux de la région. Leur part a chuté de plus de 20 points de pourcentage dans la ville et la région en raison de l'émigration massive. Les Kirghizes représentent désormais plus de la moitié de la population de la ville, principalement dans les zones de développement spontané du sud et de l’est. Mais dans la capitale, la proportion de diverses minorités ethnolinguistiques est encore assez élevée. Selon le recensement de 1999, 762 000 personnes vivaient dans la ville.résidents, ce qui représente 151 000 ou 24,7% de plus qu’en 1989 - 15,8% de la population du pays et 45% de sa population urbaine.

Les principaux indicateurs démographiques de la ville sont de nature double, car le comportement démographique des peuples européens et asiatiques varie considérablement. Pour la région, comparé à d'autres zones caractérisées par une fécondité modérée (bien qu’elle ait légèrement augmenté avec l’augmentation de la part du Kirghiz et d’autres pays asiatiques), taux de mortalité modéré, croissance naturelle faible et niveau d'émigration important en dehors du Kirghizistan au cours de la dernière décennie (surtout chez les Européens, et dernièrement aussi chez les Kirghizes, qui vont travailler au Kazakhstan et en Russie voisins)ainsi que la forte migration des Kirghizes des régions du sud et des villages de montagne en quête de travail dans la capitale, où la majorité d'entre eux trouvent du travail dans des bazars et des marchés de l'habillement. La situation économique dans la capitale s'est également considérablement détériorée par rapport au passé.

Composition nationale

La composition nationale de la ville est toujours variée, mais on constate une tendance à la prédominance absolue de la part du Kirghizistan et à une diminution rapide de la part des russophones qui prévalaient auparavant, ce qui affecte le climat général dans lequel le nouvel équilibre est établi. Ainsi, selon le recensement de 1970, la ville comptait 431 000 habitants, dont:

Namaz
  • Russe 66,1% 285 000
  • Kirghiz 12,3% 53 e.
  • Ukrainiens 6,2% 27 mille
  • Tatars 3,2% 14 mille
  • Uigurs 1,6% 7 mille
  • Ouzbeks 1,5% 6 mille
  • Autres 9,1% 40 000

Selon le recensement de 1989:

  • 55,8% de 341 mille dollars russes. (+19,6 %)
  • Kirghiz 22,3% 138 mille (2.6 fois)
  • Ukrainiens 5,5% 34 000 (+25,9 %)
  • Autres 16,4% 100 000
Boulevard Erkindik à Bichkek

Selon le recensement de 1999:

  • Kirghize 397 000. 52,1% (2,9 fois)
  • 253 000 russes, 33,2% (-26 %)
  • Ukrainiens 16 000 2,1% (-53 %)
  • Tatars 16 mille 2,1%
  • Coréens 13 mille 1,7%
  • Ouzbeks 13 mille 1,7%
  • Ouïghours 13 mille 1,7%
  • Kazakhs 12 mille 1,6%
  • Allemands 5 000. 0,7%
  • Dungan 4 000. 0,5%
  • Turcs 3 000 0,4%
  • Azerbaïdjanais 3 000 0,4%
  • 14 000 autres (1,8 %)

Il est à noter que les représentants de 7 peuples turciques habitent simultanément la ville en grand nombre: kirghizes, kazakhs, tatars, ouzbeks, ouïghours, turcs et azéris. La langue russe constitue un moyen de communication interethnique, en tant que langue maternelle, en dehors de la langue kirghize et de nombreuses autres.

Conditions naturelles

Neige à Bichkek

Bichkek est situé au centre de la vallée de Chui, au pied des crêtes du Kirghizistan Ala-Too, à 760 mètres d'altitude. Par conditions climatiques, Bichkek occupe la position extrême sud dans la région climatique continentale des latitudes tempérées. La durée mensuelle d’ensoleillement est la plus importante en juillet - 322 heures, la plus courte en décembre - 126 heures. Le climat à Bichkek est nettement continental avec une température annuelle moyenne de l'air de + 10,2 ° C. Le mois le plus froid est janvier (-4,7 ° C), le plus chaud - juillet (+24,5 ° C). L'humidité relative mensuelle moyenne augmente de 44% en juin et juillet à 74% en mars, la moyenne annuelle étant de 60%. Le nombre moyen de jours ensoleillés par an est de 322 jours. Ala-Archa, Alamedin, le canal Bolchoï Chui traverse la ville (BCHK).

La politique

Autorité locale

Centre de Bichkek pour la nouvelle année

Au Kirghizistan, le gouvernement local existe dans les colonies et est mis en œuvre par le biais de l'élection des keneshes locaux par les communautés. (conseils) - organes représentatifs (analogue du parlement de l'État seulement par endroits)ainsi que des organes exécutifs et administratifs, des organes permanents agissant en qualité de responsables et mettant en œuvre les décisions du keneshe (conseils). Les keneshes locaux existent au niveau des zones de peuplement, alors qu’il existait jadis des keneshes régionaux et de districts, formant une trilogie, à propos desquels les niveaux régional et de district ont suggéré de supprimer. Chefs des organes exécutifs et administratifs (selon le niveau - chapitre, maire) élu par les députés du kenesh local (conseils). Les exceptions sont la capitale - la ville de Bichkek, ainsi que les villes d’importance républicaine, y compris la ville d’Osh au sud, dont les maires sont nommés à la suggestion du président de l’État. L'autonomie locale existe avec les organes de l'administration locale: les gouverneurs sont responsables des régions et les akims des districts.

Maire

À partir du 15 janvier 2014, Kubanychbek Keneshovich Kulmatov était le maire de la capitale.

Pouvoir de représentation

Garde d'honneur

Le pouvoir représentatif est réalisé à la fois au niveau de l’État et au niveau local. L'organe de représentation national est le Parlement - le Jogorku Kenesh (analogue de la Douma d'Etat dans la Fédération de Russie). Au moment de l’adoption de la déclaration d’indépendance, le Parlement était monocaméral, puis bicaméral, puis à nouveau monocaméral. Actuellement, le Parlement (parlement) composé de 90 députés élus pour cinq ans sur les listes des partis (système proportionnel). Aux élections de décembre 2007, les observateurs de nombreuses organisations publiques et étrangères ont critiqué les fraudes non démocratiques et massives - la Mission de l'OSCE, le réseau européen des organisations d'observateurs d'élections ENEMO, le parti présidentiel Ak Zhol a remporté le plus grand nombre de sièges (traduit en russe - Sentier lumineux). Avant la dissolution du parlement et un référendum sur l'adoption d'une nouvelle constitution, initiée par le président Bakiev à l'automne 2007, le Zhogorku Kenesh était composé de 70 députés élus au système majoritaire.

Maison du gouvernement

Le pouvoir de représentation au niveau des administrations locales est représenté par les kenheses locaux. (conseils)élus par les communautés locales. À l’exception des villes d’importance républicaine, les présidents des keneshis locaux sont élus parmi les députés; à Bichkek, les candidats à la mairie sont proposés par le président de l’État, ce qui nuit au gouvernement local. Comme exemple de l'échec de l'autonomie locale, le Conseil des députés de la ville de Bichkek, à la veille des élections législatives du début de 2007, a adopté un règlement pour la tenue de rassemblements, de cortèges, de manifestations contraire aux lois applicables et à la Constitution. Par la suite, la Cour constitutionnelle a déclaré que ces règles étaient incompatibles avec la Constitution, ce qui a une nouvelle fois confirmé que le gouvernement local restait un appendice du pouvoir de l'État. La date de l'élection des députés du Kenya locale est le 5 octobre 2008. Dans le cadre des amendements au code électoral, adoptés par référendum en 2007 avec la Constitution, les partis politiques se sont vu attribuer des pouvoirs importants au niveau local.

Science et éducation

Bichkek est le plus grand centre scientifique et éducatif du Kirghizistan. À Bichkek, il y a l'Académie nationale des sciences de la République kirghize, l'Université nationale du Kirghizistan, baptisée Jusup Balasagyn, l'Université slave kirghize-russe, l'Université américaine d'Asie centrale, l'Université internationale du Kirghizistan, etc.

Offres spéciales pour les hôtels

Calendrier des bas prix pour des vols vers Bichkek

Jalal-Abad

Jalal Abad - une ville située au sud du Kirghizistan, centre administratif de la région de Jalal-Abad et troisième ville du pays. Selon les données de 2017, la population de Jalal-Abad serait de 114 000 personnes. De Jalal-Abad à la capitale du Kirghizistan - 650 km, et 60 km se trouve la ville d’Osh.

Histoire

La ville est située sur les contreforts de la chaîne de montagnes Tien-Shan, au pied des petites montagnes Ayip-Too, à 763 m d'altitude dans la vallée de Kogart. La vallée est située dans la ceinture subtropicale. Ainsi, l'éloignement d'espaces d'eau importants provoque la continentalité et l'aridité du climat. La température moyenne annuelle dans la région est de + 13 ° C, en juillet + 25 ... +27 ° C, en janvier -5 ... -3 ° C.

Histoire

Au tout début, une colonie est apparue sur le site de la ville moderne de Jalal-Abad près des sources thermales. Alors que la population augmentait, des artisans sont apparus ici: potiers, artisans, ateliers d’artisanat se sont développés, ce qui a ensuite donné naissance à de petites entreprises de transformation.

Au début du 19ème siècle, une forteresse de Kokand a été construite sur le site du village.

En 1876, la forteresse devint une partie de l'empire russe, qui acquit en 1877 le statut de ville. La première mention de la colonisation de Jalal-Abad dans les documents historiques officiels remonte à cette époque.À cette époque, la colonie était un caravansérail pour les marchands de passage, située sur l’une des routes de la Grande Route de la Soie. Ici les routes du bétail traversaient, le commerce de la steppe était effectué.

Les curiosités

Pour les touristes, Jalal-Abad est un lieu où abondent les sources minérales et la boue curative. Selon la légende, voici la source de Chashma-Ayub ("la source de Job"), à qui le prophète Ayub (le travail biblique) s'est rendu. La plupart des sources sont connues depuis le IIe siècle av. et sont considérés comme sacrés.

Le complexe hôtelier "Jalal-Abad" se trouve à 5 km de la ville. Il est situé à une altitude de 971 m au-dessus du niveau de la mer, sur le versant ouest de la colline d'Ayub-Tau, sur l'un des bords de la rivière Kugart - le tributaire de droite du Kara-Darya. Le climat est de montagne-steppe. La température moyenne annuelle est de +10? С. L'été est chaud, la température monte parfois jusqu'à +43? С. L’hiver est relativement chaud, avec une température moyenne d’environ 0 ° C. L'humidité relative de juin à octobre est faible, soit environ 30%, voire moins pendant les chauds mois d'été. Les précipitations annuelles sont d'environ 460 mm. Les principaux agents thérapeutiques sont l’eau de soude et de calcium-bicarbonate de soude thermo-minéralisée et fortement minéralisée utilisée pour le traitement de la baignade et de l’alcool. La boue de tourbe et de limon est également utilisée à des fins médicinales au complexe. En plus de la balnéothérapie, de l'électrophotothérapie, de la physiothérapie, des massages, de la climatothérapie, de la piscine thérapeutique, des aliments diététiques, du phytobar et de l'acupuncture. Il existe également un sanatorium pour 450 places en été et 150 places en hiver. Le logement est fait dans trois bâtiments et quatre petites maisons pour 2-4 places. La plupart du reste de ce sanatorium sont des personnes atteintes de maladies du système digestif, du système musculo-squelettique, du système nerveux, de maladies gynécologiques, urologiques et cutanées.

La zone de loisirs la plus célèbre de Jalal-Abad est appelée "Arstanbap (Arstlanbob)" et elle est située à 70 km de la ville, au pied du pic Weber, dans la crête de Babash-Ata. Ici, les vacanciers ont la possibilité de voir les petites et grandes cascades, dont les hauteurs sont respectivement de 35 et 80 mètres. Et de l'autre côté du massif de Babash-Ata, dans la vallée de la rivière Chon-Kerey, un lac petit mais très pittoresque, Kutman-Kel, est situé dans le cadre de la forêt de genévriers. Un autre lac Kara-Suu est situé à une altitude de 1900 mètres du côté nord-est de la crête Isfanjailyau, à côté de la crête Babash-Ata. La pêche est très populaire sur le lac.

La célèbre région de Jalal-Abad est la réserve de biosphère Sary-Chelek située sur les contreforts de la crête Chatkal du Tian-Shan. Il a été organisé en 1959 pour protéger les forêts de noyers et de fruits. La limite inférieure de la réserve se situe à une altitude de 1200 m, le point culminant étant 4247 m (Mont Mustor). Le lac le plus célèbre et le plus grand est Sary-Chelek (507 hectares). Certaines zones des forêts de noyers et de fruits de la réserve sont une sorte de musées géobotaniques, elles associent des espèces d'arbres typiques de la Sibérie et de divers lieux de Tien Shan. Au printemps et en automne, il y a beaucoup d'oiseaux aquatiques sur les lacs locaux.

Vous pouvez trouver dans la région de Jalal-Abad et le monument historique de l'Antiquité - le mausolée de Shah-Fazil. Il est situé près du village de Safid-Buland. Ce mausolée n’a pas d’analogue dans l’architecture de l’époque Karakhanid parmi les monuments du XIe siècle, dont très peu ont survécu.

Le mont Archa-Mazar, qui domine à proximité, est un sanctuaire musulman pour toute la vallée de Fergana et la valeur spirituelle du peuple.

Il existe également une bibliothèque régionale à Jalal-Abad, dont la collection compte 126 000 exemplaires; et le musée de la ville. Le musée a été organisé en 1972. Sa superficie est de 199 m² et se compose de 9 salles. Étant l'un des plus anciens de la région, le musée de la ville contribue grandement à la diffusion des connaissances historiques et à l'éducation patriotique de la jeune génération.Les élèves des écoles secondaires, les étudiants, les citadins et les citadins visitent le musée avec des excursions. Jusqu'à 10 000 personnes visitent le musée chaque année.

En outre, il existe 3 parcs de loisirs à Jalal-Abad, y compris des parcs. Zone Toktogul de 7,5 hectares, zone du parc Navoi de 14,5 hectares et zone du parc Nooruz de 10 hectares.

Jety-Oguz (Jeti-Ögüz)

Jets-Oguz - une gorge de montagne avec de pittoresques rochers rouges, située à 30 km au sud-ouest de la ville kirghize de Karakol. La rivière du même nom traverse la gorge qui prend sa source sur le versant nord de la haute crête Terskei Ala-Too. En kirghize, le nom de la gorge est traduit par "sept taureaux".

Faits saillants

Jety-Oguz fascine par sa beauté. La gorge de montagne s'étend sur 37 km et est recouverte d'une végétation luxuriante. Les falaises de briques rouges sont depuis longtemps l'une des marques touristiques de la région d'Issyk-Koul et leurs photos sont souvent publiées dans des guides locaux et des brochures publicitaires.

En passant de l'autoroute A363 à la vallée de la rivière Jety-Oguz, il y a un grand village du même nom. Il possède une mosquée, un ancien cimetière et plusieurs monticules datant des VIIe-Ve siècles av. Dans la vallée de Jety-Oguz, à environ 2 200 mètres d'altitude, se trouve un sanatorium populaire. Du nord de celle-ci s'élèvent des falaises majestueuses, composées de magnifiques grès et gravelites rougeâtres. Jety-Oguz est une station balnéaire réputée pour son climat exceptionnel, ses boues curatives et ses sources géothermiques.

5 km au sud de la station s'étendait Polyana Flowers. Depuis le mois de mai, les coquelicots commencent à fleurir, et pendant toute la saison estivale, certaines fleurs en remplacent d'autres. Pour permettre aux voyageurs d'admirer cette splendeur, par temps chaud, des camps de yourtes sont organisés sur une clairière. Ici, vous pouvez monter à cheval et essayer des plats de la cuisine nationale kirghize.

Les touristes qui se rendent dans les gorges de Jety-Oguz se rendent de manière indépendante vers le lac de montagne Ak-Jailoo et la cascade Kok-Jayloo, haute de 20 mètres, offrant une vue pittoresque sur la rivière Jety-Oguz et les hautes montagnes autour de la gorge. Broken Heart Rock est également considéré comme un point de repère local. Ses contours ressemblent beaucoup au cœur humain et récemment, cette partie de Jets-Oguz est devenue très populaire parmi les couples amoureux.

La légende

Les habitants ont une légende sur l'origine du nom Jety-Oguz. Il y a longtemps, deux dirigeants vivaient dans les montagnes. C'étaient des khans remarquables et puissants. L'un d'entre eux avait une belle femme. Un autre Khan souffrait d'envie et l'a volée une fois. Le mari était très inquiet et voulait passionnément ramener le prisonnier, mais le ravisseur ne voulait même pas l'écouter.

Puis le méchant Khan donna un festin commémoratif ou un festin de sept jours. Au cours d'un festin, il tue un taureau tous les jours et le dernier jour de la paroisse, il commet un terrible crime et tue une femme kidnappée. Le sang de ses blessures éclaboussa le sol et inonda la vallée. Dans le ruisseau écarlate qui fait rage, tous les parents et amis de Khan meurent. Et plus tard, dans les endroits où le sang d'un captif innocent est tombé, sept roches rouges se sont développées.

Météo à Jety-Oguz

L'hiver à Jety-Oguz est moyennement doux et peu de neige. La température moyenne en janvier est de -9 ° C. Il ne fait jamais chaud en montagne en été. En juillet, la température monte à +15 ° C. Durant l’année, environ 500 mm de précipitations tombent dans la gorge, la plupart d’entre elles en avril et en mai.

Flore et faune

La gorge de Jety-Oguz a le statut de réserve zoologique. Les épinettes de Tian-Shan poussent le long de la vallée sur 25 km et au-dessus de la zone forestière, à 3 000 m d'altitude, se dressent de pittoresques alpages ou jailoo. De mai à l'automne, vous pouvez voir beaucoup de plantes à fleurs - coquelicots, edelweiss des montagnes, elecampane et marguerites alpines.

Les rares montagnards, les léopards des neiges, sont préservés dans la réserve naturelle. On y trouve également des sangliers, des ours, des argalis des montagnes et des chevreuils.Les vautours, les aigles, les faisans, les tétras lyriques et les perdrix, les kekliks, vivent dans les oiseaux Jets-Oguz.

Station de santé

Dans la gorge Dzhety-Oguz se trouve un sanatorium du même nom, construit en 1932. L'air pur des montagnes, le climat doux, les herbes alpines et les sources curatives aident tous ceux qui se soucient de leur santé. Les eaux thermales de Dzhety-Oguz ont été décrites au milieu du XIXe siècle par le voyageur russe Peter Petrovich Semenov-Tan-Shansky. Ils contiennent une quantité importante de radon - 127 nKi / l. En outre, l'eau géothermique contient du calcium, du fluor, du chlore, de l'iode, du manganèse, du brome, du zinc, du cuivre, du nickel et de l'aluminium. La minéralisation totale des sources s'élève à 13 l / g.

La station a créé 250 places pour accueillir des invités. Le sanatorium est équipé de chambres confortables pouvant accueillir une à trois personnes. Ils vont à Jety-Oguz pour se reposer, pour soigner des maladies du système musculo-squelettique, des troubles du système nerveux périphérique, de la peau et des maladies gynécologiques.

La baignade dans des bains minéraux chauds, dont la température est comprise entre +25 ° C et +42 ° C, est utilisée comme traitement. Il convient de garder à l'esprit que les personnes ayant des réactions allergiques aiguës, ainsi que celles souffrant de maladies du cœur et des vaisseaux sanguins, doivent se baigner avec précaution dans les sources de radon.

En plus des bains de la station de montagne, utilisez de la boue curative, extraite du champ de Jergalani, situé à 43 km de Dzhety-Oguz. En outre, une thérapie par la boue galvanique, divers types de massage, une thérapie à la paraffine, une luminothérapie et un délicieux koumiss sont proposés aux patients du sanatorium.

Comment s'y rendre

La capitale du Kirghizistan - la ville de Bichkek et Dzhety-Oguz est d'environ 400 km. Le voyage dans les gorges commence à partir de la ville kirghize de Karakol, qui s'appelait Przhevalsky à l'époque soviétique. De Karakol à Jety-Oguz, le moyen le plus simple de s'y rendre est en taxi. La distance à la gorge est d'environ 30 km. En outre, il existe des minibus de Karakol à travers le village de Dzhety-Oguz jusqu'au sanatorium. Ils partent du bazar de la ville, Ak-Tilek.

Dans la gorge de montagne peut être consulté dans le cadre de visites organisées. Des excursions d'une journée à Jety-Oguz sont organisées par des agences de voyage de Karakol et de Cholpon-Ata. Les automobilistes doivent garder à l’esprit que la route se termine dans une clairière, à 1,5 km en dessous du droit affluent du Dzhety-Oguz, de la rivière Telety, et que seuls des sentiers de randonnée parcourent la vallée.

Montagnes Tian Shan (Tian Shan)

L’attraction s’applique aux pays suivants: Kazakhstan, Kirghizistan, Chine, Ouzbékistan

Monts Tien Shan - l'un des plus hauts systèmes de montagne du monde, qui vient en second lieu derrière le Pamir. Chaque année, des centaines d'âmes courageuses escaladent les sommets du Tien Shan. On y découvre d'incroyables paysages: des pentes escarpées, des cascades tumultueuses et des prairies majestueuses, ainsi que le désert et les steppes au pied de crêtes remplies de fleurs sauvages. Cette beauté a provoqué l'apparition du nom "Tien Shan", qui se traduit par "montagnes célestes".

Le réseau de montagnes (2 500 km) s’étend sur le territoire du Kirghizistan, du Kazakhstan, de l’Ouzbékistan et du Tadjikistan. Tien Shan a plus de 30 sommets de plus de 6000 m, alors que l’Europe et l’Afrique ne sont pas prêts à se vanter. Le point culminant est le pic Pobeda (7439 m), le pic Khan-Tengri (6995 m) est légèrement en retard.

Temper Tien Shan

Monts Tien Shan

Le territoire du système de montagne est dominé par un climat fortement continental. Des précipitations rares, de l'air sec, des vents faibles et des différences de température importantes sont les caractéristiques de la région. La période hivernale est exceptionnellement violente aux latitudes locales. En été, il fait chaud dans les collines et les vallées et dans les montagnes - fraîcheur et fraîcheur.

Tien-Shan se prélasse paresseusement au soleil - il y a assez de lumière ici. En moyenne, le système de montagne de l’année compte entre 2500 et 2700 heures d’éclairage solaire. À titre de comparaison, seules 1600 heures vont à Moscou. En mars et avril, l'image pittoresque est complétée par la nébulosité. En août et septembre, le ciel est au contraire dégagé - pas un seul nuage.De mai à octobre, les montagnes du Tien-Shan sont les plus accueillantes: arômes entêtants de plantes, tapis de fleurs et généreuse dispersion de baies.

Sur le chemin du col de Torugart. Monts Tien Shan

Explorer le mystérieux système de montagne

La mention de la chaîne de Tien-Shan peut être trouvée dans les écrits et les notes antiques. Les descriptions des expéditions dans ces lieux ont été conservées, mais elles ressemblent davantage à de la fiction qu'à des faits fiables. L’explorateur russe Pyotr Semenov a ouvert un «pays» montagneux et en a parlé en détail.

Vue des montagnes du Tien Shan depuis l'espace

Jusqu'à présent, les informations européennes sur le Tien Shan restaient rares. Ainsi, Alexander Humboldt, érudit encyclopédiste et géographe allemand, estimait que la majeure partie du système de montagne était constituée de volcans cracheurs de feu. Les sources chinoises n'ont pas comblé les lacunes dans les connaissances. Dans l'un d'entre eux, qui remonte au 7ème siècle, il a été mentionné: dans le célèbre lac local Issyk-Kul, "les dragons et les poissons vivent ensemble".

Des pensées sur le Tien Shan ont commencé à se rendre à Semenov lorsqu'il a entrepris un travail sérieux - la traduction en russe du livre de l'essai du scientifique allemand Karl Ritter "Géographie de l'Asie". La mission au jeune chercheur a été commandée par la Société géographique russe. Semenov a abordé la tâche de manière créative: non seulement a traduit le texte, mais a également fourni du matériel supplémentaire provenant de sources scientifiques. Il y avait peu d'informations sur les vastes étendues asiatiques, mais je voulais vraiment voir les montagnes de mes propres yeux.

Nord Tien Shan. Kirghizistan

Le chercheur préparait l'expédition pendant trois ans. Humbolt lui-même a béni le scientifique pour cette entreprise risquée, lui demandant d'introduire sous forme de présentation les fragments de roches Tien Shan. Au printemps de 1855, le chercheur a pris la route. Avec lui, l'artiste Kosharov, dont les images complètent les souvenirs du géographe russe. L'expédition est allée d'Alma-Ata au lac Issyk-Kul. Les impressions du voyage sont remplies du livre "Journey to the Tien Shan".

À son retour chez lui en 1857, Semenov proposa à la communauté géographique de mener une autre expédition, mais ne disposait d'aucun financement. Par la suite, ses idées ont poussé d'autres chercheurs à explorer l'Asie centrale. Un demi-siècle plus tard, Semenov reçut officiellement un autre nom de famille, Tian-Shansky.

"Géant sombre"

Dans les rêves de nombreux alpinistes - conquérir le sommet de la victoire, situé à la frontière entre le Kirghizistan et la Chine. Cette beauté culmine - il existe de sérieuses exigences pour l'entraînement moral et physique des âmes courageuses. Malgré l'énorme croissance de 7439 mètres, le pic est resté longtemps inaperçu.

Victory Peak - le point culminant du Tien Shan

En 1936, un groupe d'alpinistes se lance avec enthousiasme à la conquête de Khan-Tengri. On croyait que c'était le plus haut sommet du Tien Shan. Au cours de l'expédition, le groupe a remarqué une montagne non loin de là, qui rivalisait en hauteur avec Khan-Tengri. Quelques années plus tard, des alpinistes dirigés par Leonid Gutman l'ont rejoint. Le groupe a été rejoint par le célèbre explorateur de Tien-Shan, August Letavet. Pendant 11 jours avec une absence presque absolue de visibilité, il était possible d'atteindre le sommet. La hauteur exacte n'a été déterminée qu'en 1943.

Du sommet de la victoire ressemble à un énorme géant sombre qui a décidé de se reposer. Mais le type de neige est trompeur: les alpinistes sont exposés aux intempéries. Ce n'est que de temps en temps que la septième place du Nord remplace la colère par la miséricorde. Fortes gelées et tempêtes de neige, avalanches et vent glacial - la montagne subit toute la retenue des courageux qui osent l'escalader. Le meilleur type d'abri temporaire est une grotte de neige. Ce n’est pas pour rien que le Sommet de la Victoire est appelé le plus imprenable et le plus redoutable des sept mille mètres.

Mais il est difficile de déterminer avec précision le pic de pic - il est lissé et étiré, de sorte que le circuit de pic était situé à différents endroits. Au début des années 90, les Minskers ne comptaient même pas l'ascension du groupe: il faisait très froid et ils ne trouvaient pas la marque de l'équipe précédente.

Points de transbordement

"Seigneur des cieux"

Le voisin de Victory Peak est le redoutable Khan-Tengri (6995 mètres). On l'appelle l'un des plus beaux sommets du monde.La forme pyramidale correcte et le nom mystérieux "Seigneur des cieux" fascinent les alpinistes. Les Kazakhs et les Kirghizes ont leur propre nom pour le sommet - Kan-Too. Au coucher du soleil, les montagnes environnantes sont plongées dans les ténèbres et seul ce sommet acquiert une teinte rougeâtre. Les ombres des nuages ​​environnants créent l’effet de ruisseaux écarlates. Cet effet crée un marbre rose, qui fait partie de la montagne. Les anciens peuples turcophones croyaient qu'une divinité suprême vivait sur une colline.

Pic Khan-Tengri au coucher du soleil

Pour la première fois, Khan-Tengri fut conquis en 1936. Le parcours classique de l'alpinisme au sommet d'une montagne longe le bord occidental. Ce n’est pas si simple: si les résultats ne contiennent que quelques itinéraires simples, vous ne devriez même pas essayer de vaincre le «Seigneur des cieux». La partie nord de la montagne est plus raide que la partie sud. Mais il y a moins de risque de chute de glace et d'avalanches. Prépare Khan-Tengri et d’autres "surprises": mauvais temps, basses températures, vents ouragans.

Khan-Tengri et Victory Peak appartiennent au centre du Tien Shan. Trois chaînes de montagnes sont situées du centre vers l'ouest, séparées par des creux entre les montagnes. Ils sont unis par la crête de Fergana. Deux chaînes de montagnes parallèles s'étendent à l'est.

Épaississement des glaciers du Tien Shan

La partie montagneuse du système montagneux est recouverte de glaciers. Certains sont en fuite, ce qui constitue un danger pour les alpinistes. Les glaciers sont bénéfiques pour les populations locales: ils remplissent les rivières de quatre pays et constituent une source d'eau douce pour la population. Mais les réserves de glace commencent à se tarir. Au cours des cinquante dernières années, elles ont diminué de près du quart. La superficie des glaciers a diminué de 3 000 mètres carrés. km - un peu plus que Moscou. Depuis les années 70, la partie glace a commencé à disparaître plus activement. Selon des scientifiques, au milieu du XXIe siècle, les "montagnes célestes" vont perdre 50% de leurs réserves. Les changements peuvent laisser quatre pays sans ressource en eau.

La fonte des glaciers sur le Tien Shan

Fleurs au pied des montagnes

Pied des montagnes

Au printemps, les pentes des montagnes sont pleines de vie. Les glaciers fondent et l'eau va au pied des montagnes. Des demi-déserts ornent les herbes éphémères, la steppe - les oignons sauvages, les arbustes et les tulipes. Il y a des forêts de conifères et des prairies sur le territoire de Tien Shan. Genévrier commun. Il y a beaucoup de racine d'or et de mûre. Il y a des "habitants" dangereux - la levrette de Sosnowski. Si vous le touchez, vous pouvez vous brûler. Grandir ici et la tulipe de Greig, dans laquelle les pétales atteignent 75 mm.

Dans les environs des montagnes, de nombreuses espèces de plantes et d'animaux ne vivent que chez nous. This and Saker, et le loup rouge, et la marmotte Menzbir. Une autre différence de Tien Shan réside dans le voisinage d'animaux et de plantes de différentes latitudes. Le porc-épic de l'Inde du Sud et le chevreuil du nord, le noyer et le sapin vivent ensemble. Il y a des représentants des steppes, des déserts, des forêts, des montagnes ... Grâce à cela, plusieurs réserves ont été créées dans le système de montagne.

Lac non gelé et ses "voisins"

Sentez-vous à l'aise sur le territoire de la montagne et du lac. Le plus grand est Issyk-Kul. Il est situé dans une dépression profonde entre deux crêtes sur le territoire du Kirghizistan. L'eau est légèrement saumâtre. Le nom est traduit de la langue locale en "chaud". Le lac porte bien son nom: sa surface ne gèle jamais.

L'étang occupe plus de 6 000 mètres carrés. km Le long de celle-ci se trouve la zone touristique: hôtels, pensions, chambres d'hôtes. La côte sud est moins construite, mais plus pittoresque - silence, air montagnard, sommets enneigés, sources chaudes à proximité ... Le lac est si transparent que le fond est visible. La côte ressemble à une station balnéaire - il y en aura pour tous les goûts. Vous pouvez vous prélasser sur la plage, aller à la pêche ou faire une excursion dans les montagnes.

Le lac Tianchi est situé dans les montagnes du Tien-Shan, à une centaine de kilomètres d'Urumqi (Chine). Les habitants l'ont surnommé la "Perle de la Montagne Céleste". Le lac est alimenté par les eaux de fonte, car il est limpide. La montagne la plus spectaculaire à proximité est le pic Bogoghafeng, dont l’altitude dépasse 6 000 mètres. Le temps de visite favorable est de mai à septembre.

Lac Issyk-Kul Lac Tianchi

Itinéraires de randonnée et tours à vélo

Les randonnées dans les montagnes du Tien Shan incluent souvent une visite d'Issyk-Koul. Quelques jours de cols entourés de pics de cinq mille mètres, de réservoirs de montagne émeraude, de connaissances des sites les plus célèbres de la région - tout ceci comprend un itinéraire de randonnée. Les voyageurs admirent les épinettes bleues et les genévriers, une abondance de fleurs et de cascades, se baignent dans des sources chaudes et se détendent sur la côte du lac guérisseur. Parfois, les itinéraires affectent la familiarité avec la vie simple des bergers nomades.

Tour à vélo Tien Shan

Les touristes sont particulièrement intéressés par le nord du Tien Shan et la chaîne du Kirghizistan. Les deux zones ont un accès pratique. Ils ne sont pas encombrés, épargnés par la civilisation. Vous pouvez faire des voyages simples ou prendre des itinéraires difficiles. Temps de trajet confortable - juillet-août. Les touristes expérimentés sont invités à faire plus attention à la confiance des informations de 20 ans et plus. En raison de la fonte des glaciers, certaines routes étaient plus faciles, d'autres devenaient plus difficiles et plus dangereuses.

Les résidents de Russie n'ont pas besoin de passeports étrangers pour se rendre au Kazakhstan ou au Kirghizistan. Après votre arrivée, vous devez vous inscrire. L'attitude envers les touristes est hospitalière et les problèmes de langue ne se posent pas. L'accessibilité des transports en montagne est différente. Le moyen le plus simple de se rendre dans les environs d’Almaty: la Dzungaria occidentale et le Zailiysky Alatau. Il y a un excellent accès aux montagnes situées non loin de Tachkent et Bichkek. Vous pouvez accéder aux endroits pittoresques situés près du lac Issyk-Kul. Les zones restantes du kirghiz et du chinois Tien Shan sont inaccessibles.

Des randonnées à vélo sont également organisées dans les montagnes du Tien Shan. Il existe des possibilités pour le cyclisme, le ski de fond et le pédalage sur route. La force du voyageur permettra de tester la chaleur de l’été asiatique, du sable et du tout-terrain. Les paysages varient: semi-déserts, déserts, chaînes de montagnes. Après le tour à vélo, vous pourrez vous arrêter au lac Issyk-Kul et visiter les villes de la célèbre Route de la Soie sur le chemin.

Les habitants de la montagne

Chasseur kirghize

Tien Shan attire non seulement les aventuriers. Pour certaines personnes, les pentes des montagnes sont à la maison. À la fin du printemps, les éleveurs nomades locaux ont installé les premières yourtes. Dans de telles mini-maisons, tout est pensé: cuisine, chambre à coucher, salle à manger, salon. Les yourtes sont en feutre. À l'intérieur, confortable même pendant les gelées. Au lieu de lits - matelas épais, étendus sur le sol. Même Semenov a observé à proximité de l'économie du Tien Shan et de la vie des Kazakhs et des Kirghizes. Dans ses rapports personnels, le scientifique a décrit des visites dans des villages kirghizes, des réunions séparées avec les habitants lors de l'expédition.

Avant la révolution, la yourte était considérée par les Kirghizes comme le type d'habitation principal. Aujourd'hui, le design n'a pas perdu de sa valeur, car beaucoup d'attention est encore accordée à l'élevage. Il est placé près des maisons ordinaires. Dans la chaleur d'une famille, repose, accueille les invités.

Karakol City

Karakol - une ville du Kirghizistan, centre administratif de la région d'Issyk-Koul et du district d'Ak-Suu.

La géographie

Situé dans la partie orientale de la région, au pied de la crête Teskey-Alatoo, dans le cours inférieur de la rivière Karakol, à 12 km de la côte du lac Issyk-Kul, à une altitude de 1690 à 1850 mètres d'altitude. La ville de Bichkek se trouve à 400 km. La gare la plus proche, Balykchi, est à 220 km par route et par voie navigable - 184 km. Le climat de la ville est continental tempéré, avec des éléments de montagne et de mer. Les précipitations annuelles moyennes sont de 350 à 450 mm.

Histoire

La ville a été fondée en 1869 en tant que centre militaro-administratif sur une route caravanière reliant la vallée de Chui à Kashgaria par le capitaine du siège, le baron Kaulbars, à qui il a été confié la tâche de choisir un emplacement idéal pour la nouvelle ville. Et le premier juillet 1869, les rues, les places et la cour gostiny ont été posées. Cette date était considérée comme l'anniversaire de la ville de Karakol, nommée d'après le même nom de la rivière sur laquelle elle se trouve.

La ville a une configuration rectangulaire stricte, immergée dans la verdure des jardins, comme chaque développeur devait auparavant planter un jardin et une allée devant la maison. Il a été décidé de construire une cité-jardin. Les bâtiments eux-mêmes étaient un peu différents de ceux d'autres villes d'Asie centrale. Jusqu'en 1887, la plupart des maisons en argile ont été construites. Mais après un fort tremblement de terre en 1887, la ville était principalement constituée de maisons en bois avec des porches, décorées de riches sculptures complexes.

En 1872, 132 cours ont été construites à Karakol. En 1897, la population était de 8108 habitants. Actuellement, 65 443 personnes vivent dans la ville.

La ville a changé de nom à plusieurs reprises: jusqu'en 1889, elle s'appelait Karakol. Elle a ensuite été rebaptisée par décret du tsar pour devenir la ville de Przhevalsk, en l'honneur du célèbre voyageur russe N.M. Przhevalsky, décédé dans la ville de Karakol alors qu’il se rendait à son cinquième voyage. À sa demande, il a été enterré sur les rives d'Issyk-Koul.

En 1922, l'ancien nom a été rendu à la ville. Et en 1939, à l’occasion du centenaire de la naissance de N.M. La ville de Przhevalsky a de nouveau appelé Przhevalsk. Le nom a été conservé jusqu'en 1992, date à laquelle le nom historique Karakol a été rendu à la ville. Parmi les villes du Kirghizistan prérévolutionnaire, Karakol était une ville de culture relativement élevée. Les membres de nombreuses expéditions en Asie centrale sont partis d'ici, c'étaient des scientifiques et des voyageurs célèbres.

La première station météorologique du Kirghizistan a été fondée en 1887 par Ya.I. Korolkov. La première bibliothèque publique a été ouverte: N.M. Barsov. En 1907, le haras a été organisé à l'initiative du capitaine d'état-major V.A. Pyanovsky.

D'un point de vue économique, la ville s'est développée en tant que centre commercial et administratif de l'ensemble de la région d'Issykkul. En 1894, les revenus du commerce représentaient 34% du budget total de la ville.

Dans le même temps, des entreprises industrielles ont commencé à émerger. En 1914, il y avait 60 entreprises industrielles dans et autour de la ville, mais elles étaient pour la plupart petites.

À l'heure actuelle, il n'y a presque pas d'industrie dans la ville, à l'exception d'ETZ, d'une usine de machines, d'une usine de confection, d'une usine de lait et d'une usine de viande. Parmi les établissements d’enseignement de la ville, il existe une université, une école de médecine, une école pédagogique, une école de travail et autres, ainsi que 11 écoles secondaires, un lycée et un gymnase.

Karakol, le centre régional de la région d'Issyk-Kul. La ville est située dans la partie est de la dépression Issyk-Kul, à 400 km de la capitale, Bichkek.

Karakol est situé à une altitude de 1690-1770 mètres d'altitude. La ville a été fondée en tant que centre administratif et commercial militaire sur une route caravanière allant de la vallée de Chui à Kashgaria. Le lieu choisi pour la future ville (à, quelques kilomètres du confluent de la rivière Karakol et du lac Issyk-Koul) a été choisi par l'expédition A.V. Kaulbars selon les conseils du peuple autochtone et après avoir pris connaissance des conditions géographiques. Le 2 juin 1869, les rues principales de la ville, les places, la cour gostiny et les casernes sont aménagés. À la fin de 1869 et au début de 1870, il y avait 12 maisons privées et 50 magasins dans le village. Après 20 ans, le 7 mars 1889, la ville reçut le nom du grand voyageur russe, le chercheur de l'Asie centrale N.M. Przhevalsky, qui y mourut et fut enterré près de la ville, sur la rive haute d'Issyk-Koul.

En 1991, la ville de Przhevalsk a été renommée Karakol.

Les curiosités

Cathédrale de la Sainte-Trinité orthodoxe, mosquée Dungan, tombe de N. M. Przewalski. Basé sur le site de la forteresse de Kokand, Karakol, après sa capture par les troupes russes et l'annexion du Kirghizistan à l'empire russe. Rebaptisé en l'honneur de N. M. Przhevalsky où il est enterré sur les rives du lac Issyk-Kul.

Glacier Inylchek

Glacier Inylchek - le plus grand glacier du Tien Shan, situé sur le territoire du Kirghizistan, dans la partie supérieure de la rivière Inylchek. Il est situé dans la partie la plus inaccessible du Tien Shan central - le massif Khan-Tengri, situé à l'est de l'immense lac Issyk-Kul.Le glacier s'étend sur 60,5 km et la superficie totale de glaciation dépasse 657 km². L’épaisseur de la couche de glace dans les parties inférieures d’Inylchek atteint 150 à 200 m, ce qui fait que le géant des glaces conserve d’énormes réserves d’eau douce. Il convient de noter que le glacier Inylchek est également considéré comme le plus rapide du Kirghizistan. Il «descend» des montagnes avec une pente moyenne de 2 °.

Faits saillants

Le glacier Inylchek a deux grandes manches appelées Inylchek Nord et Sud. Ils commencent dans la zone des champs de noisetiers, à une altitude de 7 000 m, dans le sud de l’Inylchek, d’une longueur de 43,2 km et se terminant à une altitude de 2 800 m, dont les 14 derniers km sont recouverts de dépôts de moraine. La branche nord du glacier Inylchek a une longueur de 38,2 km et se termine à 3 400 m d'altitude.Auparavant, les deux glaciers étaient reliés, mais il existe maintenant une section de glace morte entre eux, au-dessus de laquelle se trouvent le lac supérieur ou le lac Merzbacher.

Pendant longtemps, en raison de l'inaccessibilité des montagnes du Tien Shan central autour du glacier d'Inylchek, les études ont été peu éclairées. Les habitants de la région ont appelé la chaîne de montagnes située dans la partie supérieure du glacier "Tengri-tag", ce qui signifie en langue ouïgoure "des montagnes d'esprits". Et son point culminant a reçu le nom de Khan-Tengri, c'est-à-dire "le maître des esprits".

De nos jours, des sentiers de randonnée en montagne traversent le glacier et des ascensions alpines ont lieu. Dans le haut du glacier, à 4000 m d'altitude, se trouve le camp de base "Southern Inylchek". Les voyageurs qui souhaitent visiter ces lieux et voir de leurs propres yeux le vaste glacier doivent comprendre que la randonnée dans les hauts plateaux nécessite un entraînement physique et technique spécial.

Lac merzbacher

Le lac moderne, à l'endroit où se rencontraient les deux branches principales du glacier Inylchek, s'est formé au milieu du XIXe siècle. Il porte le nom de l'explorateur et voyageur allemand Gottfried Merzbacher (1843-1926), qui découvrit ce réservoir de montagne en 1902.

Le lac se situe à une altitude d'environ 3300 m et couvre une superficie de 4,5 km². Composé de deux piscines et atteignant une profondeur maximale de 75 m, il est curieux que les deux parties du lac de montagne se trouvent à des niveaux différents - elles sont séparées d'environ 400 mètres. Le lac inférieur, plus grand, repose sur un grand barrage "glaciaire". Le lac Merzbacher présente une caractéristique intéressante: il disparaît soudainement tous les ans au milieu de l’été et, au bout de 2-3 jours, après la fonte des glaciers, il réapparaît.

Comment s'y rendre

Le glacier Inylchek est situé à 200 km du lac Issyk-Kul. Allez au glacier faire des transitions de randonnée des camps de base "Karkara" et "Inylchek du Sud". En outre, vous pouvez voir le glacier depuis l'hélicoptère. Ces vols sont organisés pendant la saison de l'alpinisme - en juillet et août.

Ville d'Osh

Osh - la deuxième plus grande ville du Kirghizistan, a officiellement reçu le statut de "capitale du sud" de la république. Aujourd'hui, cette ville antique est le centre administratif de la région d'Och. C'est un centre économique et culturel majeur avec une population de 251 000 habitants (2017), qui a conservé son charme unique et le mystère de l'ancien Orient.

Osh est située à la périphérie sud-est du bassin de Fergana, au pied nord de la chaîne de Kichialai (périphérie sud-ouest du Tien Shan et à la périphérie nord-est du Pamir-Alay), à une altitude comprise entre 700 et 1 000 mètres d'altitude. Sur trois côtés, Osh est entourée d'éperons de cette arête et, au centre de la ville, Suleiman-Too s'élève à plus de 100 m de hauteur.

Origine du nom et de l'histoire

De nombreuses légendes associent la fondation de la ville aux noms d'Alexandre le Grand et du prophète Suleiman (Salomon).

Les scientifiques se disputent encore sur l'étymologie du nom de la ville et ne peuvent pas trouver une solution unique qui leur convienne à tous. Et cela est dû au fait que ses racines vont très profondément dans les siècles. Les ministres de la religion associent naturellement l’origine d’Osh à des légendes et, bien sûr, au Sulayman biblique (roi Salomon). Ainsi, l'une des légendes raconte qu'une fois que le roi mena son armée et conduisit devant lui une paire de bœufs avec une charrue.Quand les bœufs atteignirent la montagne éminente, Salomon dit: "Hosh!" (c'est-à-dire "joli"). Par conséquent, certains pensent que c'est exactement ce qui est arrivé au nom de la ville. Cependant, curieusement, aucune de ces légendes n'explique ni le fait de l'émergence de la ville, ni l'étymologie de son nom, mais témoigne encore de l'ancienneté des occupations agricoles des habitants de ces lieux.

Ainsi, il n'y a aucune raison de douter qu'Osh soit la plus ancienne ville du Kirghizistan et l'un des plus anciens centres urbains d'Asie centrale. L'histoire écrite de la ville remonte à plus de mille ans, tandis que des découvertes archéologiques enlèvent la fondation de la ville il y a 3000 ans.

L’émergence d’Osh est liée à la colonisation des anciens paysans de l’âge du bronze, découverts sur le versant sud du mont Suleiman, considéré comme sacré depuis des temps immémoriaux et conservant des traces des anciens cultes islamiques.

Le développement ultérieur de la ville est associé à la position géographique de la ville, située dans la vallée fertile au pied du Pamir, Pamir-Alai.

En raison de son emplacement, Osh était le point de rencontre des routes caravanières de l’Antiquité et du Moyen Âge, de l’Inde et de la Chine à l’Europe. C'était l'une des branches de la Grande Route de la Soie, l'artère commerciale la plus importante de l'Antiquité, reliant l'Est à l'Ouest.

La ville commerçante d’Osh était très réputée pour ses bazars et ses caravansérails. Et le bazar principal, situé sur la rive gauche de la rivière Ak-Bura, était un exemple classique du marché couvert oriental - tim. Depuis plus de deux mille ans, le principal bazar d’Osh vit une vie bruyante et dynamique, a changé ses bâtiments et a élargi ses frontières, tout en restant au même endroit que celui choisi dans l’antiquité.

Dans l'Antiquité, Osh était l'un des centres religieux musulmans de l'Asie centrale. Cela est dû en grande partie à la montagne Suleiman-Too située dans la ville, légendes et traditions folkloriques conférant une force extraordinaire et la capacité de soigner les maux des pèlerins.

En 1876, Osh fut annexé à la Russie après sa conquête préliminaire par le Kokand Khanate. Depuis 1876, Osh était un chef-lieu et, depuis 1939, le centre de son oblast au Kirghizistan.

Osh moderne est un centre industriel du Kirghizistan. Ici se trouve l’une des plus grandes filatures de coton d’Asie centrale, une fabrique de soie, des entreprises du secteur de la construction, de la métallurgie, de la construction mécanique, des entreprises du secteur de la lumière, de la restauration, du travail du bois, un aéroport.

Les curiosités

Les édifices religieux les plus importants de la ville sont: la madrasa Alymbek Paravanchi Datka, la médersa Mukhamedboy Turk Turk et la Madrasa Muratbayev sont d’excellents exemples de l’architecture et de la construction de Fergana.

De nombreux parcs et monuments historiques et culturels sont concentrés dans la ville: mosquée Sadykbay, mosquée Shahid-Tepa, bains médiévaux; complexe commémoratif "feu du soir"; monuments: V.I. Lénine, Toktogul Satylganov, Abdykadyrov, le sultan Ibraimov, Orozbekov, Kurmanzhan-Datka, Alisher Navoi; Règlement d'Osh: grotte "Echo of love", grotte "Nid d'Hirondelle"; les plus beaux endroits: Kyl-Kuprik, Beshik-Tash, Chakki-Tamar, Kol-Tash, Sylyk-Tash; ainsi qu'un ancien cimetière, des pétroglyphes. Avec les monuments du culte musulman, sur la place centrale de la ville se trouve le seul monument de la ville à l'architecture orthodoxe russe du début du XXe siècle, l'église Archange Michael. Malheureusement, ce monument a dû endurer toutes les épreuves associées à la "révolution culturelle" du gouvernement soviétique, mais en 1991, il a été rendu à la communauté religieuse orthodoxe.

Malheureusement, pas un mur de forteresse à trois portes, une citadelle entourée d'un shahristan ou une mosquée-cathédrale près du bazar - un autre symbole important de la ville, vieille de plus de deux mille ans, n'a pas survécu jusqu'à nos jours.C’est un véritable bazar oriental chaotique avec des rues étroites, de nombreux barbecues, des montagnes d’épices colorées, des fruits et des pousse-pousse locaux. Dans les rues étroites des marchés, le commerce des amulettes, des talismans, des drogues et des épices est toujours très animé. Pour certains, cela ressemble à un exotisme inintelligent de l’Est, une personne est déconcertée par le manque de confort. Les autorités de la ville ont tenté à plusieurs reprises de donner au bazar d’Osh un aspect «européanisé», mais les marchands, de même que les habitants de la ville, se tiennent obstinément debout. Il s’avère donc que les petites boutiques sont parfois ponctuées de centres commerciaux dispersés. Crème glacée (très savoureuse et pas chère), boissons, montres - d’un commerçant à l’autre. Mais, étant arrivé ici, vous pouvez être sûr que dans cet endroit, vous trouverez pratiquement tout ce que vous cherchiez. Une autre caractéristique très agréable et caractéristique des bazars orientaux est la négociation lors de l’achat de biens.

Il convient de noter que la ville antique d’Osh est un endroit merveilleux pour commencer à faire de la randonnée et de l’escalade; elle est surtout connue des étrangers comme un relais sur le chemin menant au camp alpin du Pamir.

Une autre caractéristique de la ville est sa bonne position géographique. De là, vous pourrez vous rendre dans l’une des plus anciennes villes ouïgoures - le mystérieux Kashgar, escalader les montagnes du Pamir ou du Tien Shan. De là, vous pourrez vous rendre dans une autre partie de la vallée de Fergana, qui relève de la juridiction de l'Ouzbékistan et du Tadjikistan.

La région d'Osh est réputée pour ses plus grandes grottes au Kirghizistan: Chil-Ustun, Chil-Mayram, Keklik-Too.

L'entrée de la grotte de stalactites de Chil-Ustun se situe presque sur une falaise à 250 mètres d'altitude. Le nom de la grotte est traduit en russe par "Quarante colonnes". Cette grotte est l’un des endroits dans les montagnes du Kirghizistan où viennent les pèlerins. La légende de la grotte dit que si une personne a commis de nombreux péchés graves, elle s’enfonce dans l’abîme et la non-existence. Et si le voyageur passe le long des rochers plus raides et sans dommages, retourne au pied de la montagne, tous les péchés lui seront pardonnés. Une pierre en poudre apportée de Chil-Ustun peut guérir toutes les maladies. Le canal Abshir-say est célèbre pour son intéressante chute d’eau de source karstique.

Le district de Chon-Alai, dans la région d’Osh, est l’endroit où se trouve l’un des deux 7 000 mètres du pays, le pic Lénine. (7134 mètres). L'ascension du pic de Lénine est une ascension difficile, qui ne peut être réalisée que par des personnes ayant l'expérience de l'escalade en altitude (au moins Elbrus). En plus de l'expérience, de la volonté et de l'endurance, vous devez disposer de matériel, de vêtements et de chaussures d'escalade assez coûteux pour pouvoir grimper au sommet de Lénine.

Alors, la ville d’Osh n’est pas aussi bien équipée que la capitale du pays, il n’ya pas de nombreux bâtiments gouvernementaux et administratifs, sa simplicité et sa tradition fascineront certainement les nouveaux arrivants. Et quand vous avez un voyage passionnant et aventureux devant vous, Osh devient la dernière île de la civilisation.

Suleiman-Too

Sur trois côtés, Osh est entourée de collines et de bas éperons rocheux de la chaîne Alai. Pratiquement sous le "toit du monde", vous pouvez sentir le souffle des montagnes majestueuses et majestueuses du Pamir-Alai. Mais la principale preuve de leur présence est, bien sûr, le mont Suleiman à cinq têtes (Suleiman-Too), qui domine au cœur de la ville. C'est l'un des éperons de la chaîne d'Alai, un rocher de plus de 100 mètres de haut.

La montagne Suleiman-Too, en juin 2009, est devenue le premier site du patrimoine mondial du pays.

Suleiman-Too ("mont Suleiman") ou Tahti-Suleiman ("trône de Suleiman", c'est-à-dire le roi biblique Salomon), situé en plein centre de la ville. Dès le 10ème siècle, des pèlerins de toute l'Asie s'étendent à première vue sur cette colline rocheuse imperceptible, car depuis des temps immémoriaux, on pense que c'est ici que le prophète Suleiman s'est adressé à Dieu et que les pierres de son front et de ses genoux sont restées sur ses pierres.Sur ce lieu saint pour chaque musulman, Muhammad Zahiriddin Babur (1483 - 1530), arrière petit-fils de Timur et fondateur de la grande dynastie moghole, construisit une petite cellule (hudjra) avec un mihrab, sur le site de laquelle une mosquée en pierre blanche est érigée et recréée selon des sources archivistiques ". Selon les légendes, c’est sur cette montagne qu’une femme peut demander à Dieu de lui envoyer un enfant, et le légendaire «sentier des tests» mène au sommet, selon lequel, selon les légendes, aucune femme infidèle ne peut jamais marcher.

La montagne Tahti-Suleiman, même au début du Moyen Âge, avait une signification culte pour tous les croyants, en particulier pour les adorateurs du feu. Il y a même une hypothèse selon laquelle le prophète du zoroastrisme et le créateur du livre sacré "Avesta" Zarathushtra (Zoroastre) a vécu et créé ses enseignements dans une grotte située précisément sur le mont Suleiman-Too. Il existait ici l'un des plus anciens temples du culte zoroastrien du feu de l'eau (temple de la rivière Ohsho, Yakhsh-Osh et le feu). Peut-être que le nom de la ville vient de ces mots. Des centaines de pétroglyphes sont gravés sur les affleurements rocheux de la montagne, des dalles de pierre, sur les murs de grottes et de grottes. Les plus curieux peuvent gravir la montagne même, d'où s'ouvre un excellent panorama sur la ville d'Osh. Ici, il est clairement visible, vous pouvez rester debout et admirer pendant longtemps un paysage magnifique: au-dessous - la vie urbaine en ébullition, au loin - les grandes montagnes respirant avec calme et confiance.

Une autre attraction de la montagne est un monument d’architecture, une mosquée unipolaire Takhti-Suleyman, unique par son emplacement, depuis il a été construit sur le sommet est de la montagne Suleiman-Too, à une altitude de près de 150 mètres. Au cours des dernières décennies, ce bâtiment était associé au nom de Muhammad Zahiriddin Babur, descendant d'Amir Timur, appelé la maison de Babur.

Au pied de la montagne se trouvent les mosquées les plus éminentes de la ville (le mausolée d'Asaf-ibn-Burkhiya (XIe-XVIIe siècles), la mosquée Rawat-Abdullakhan (XVIIe-XVIIIe siècles), la mosquée Mohammed Yusuf Baikhoji-Ogly (1909)).

Le mausolée d'Asaph Ibn Bukhriya est un monument architectural des 18ème et 19ème siècles, situé au pied du versant oriental de Suleiman-Too. Selon la tradition, le mausolée a été nommé d'après l'associé mythique du roi Suleiman (Salomon) Asaf ibn Bukhriy, qui lui a légué de l'enterrer après sa mort au pied de cette montagne, qui, selon la légende, aurait été exécutée. Et sur sa tombe a été érigé une structure architecturale qui, au cours de sa longue histoire, a été détruite à plusieurs reprises et reconstruite par les nouvelles générations.

Tous ces monuments architecturaux font partie du musée-réserve historique et culturel unifié d'Osh.

Lac Issyk Kul (Issyk Kul)

Issyk Kul - un étonnant lac alpin, l’un des plus propres de la planète. Le microclimat de guérison unique, la beauté enchanteresse du lac situé dans le cadre de montagnes enneigées et de forêts de conifères, l’eau n’est pas inférieure en composition à la mer - tout cela attire de plus en plus de personnes qui souhaitent se détendre et améliorer leur santé, loin des mégapoles bruyantes au milieu d’une nature vierge.

Faits saillants

Issyk-Kul est l'un des lacs les plus profonds du monde, situé dans le nord-est du Kirghizistan, dans les montagnes du Tien Shan, à une altitude de 1600 mètres. La longueur du lac atteint 180 km et sa largeur varie de 30 à 60 km. La profondeur moyenne du lac est de 300 mètres, mais elle atteint parfois 700 mètres à certains endroits. En termes de pureté et de transparence de l'eau, le lac n'est devancé que par Baïkal. En raison de l'énorme colonne d'eau, le lac n'a pas le temps de se refroidir et ne gèle jamais. Près de 80 rivières et affluents des glaciers Tien Shan s’écoulent dans Issyk-Kul. Et il n'y a pas de ruissellement du lac, qui accumule toutes les précieuses substances minérales apportées par les rivières et les pluies.

Lac Issyk-Kul Yourtes au bord du lac Beaux paysages du lac

Le climat dans les environs d'Issyk-Koul est modérément marin. Le soleil plaît plus par son apparence que sur la côte de la mer Noire. Mais il n’ya pas de chaleur accablante du sud et il n’ya pas de gelée en hiver. La température moyenne en été est de +24 ° C, l'eau se réchauffe à + 22 ... +24 degrés.En hiver, le thermomètre descend rarement en dessous de 6 degrés Celsius.

Des centaines de milliers d'oiseaux passent l'hiver sur le lac libre de glace ou se reposent pendant le vol. Ils observeront que les amoureux de la nature passeront quelques heures fascinantes.

Pourquoi y aller

Issyk-Kul offre d'incroyables possibilités de repos et de récupération: l'air le plus pur entre la mer et la mer, des sources thermales disponibles toute l'année, de la boue curative et de l'eau minérale apaisante. Pour le repos, une infrastructure touristique a été créée toute l’année: hébergement confortable, confortables plages de sable, cafés, cinémas, discothèques, location de bateaux et de catamarans. Les clients d'Issyk-Koul se voient proposer des excursions fascinantes dans des endroits non touchés par la civilisation. Les amateurs d'activités en plein air prendront volontiers part à l'escalade, la randonnée à pied et à cheval, le rafting. Pour ceux qui veulent voir le monde sous-marin sont organisées des plongées dans le lac à une profondeur de plus de 20 mètres. Un vol en deltaplane au-dessus du magnifique Issyk-Kul sera l'une des aventures les plus excitantes de votre vie!

Vacances à la plage à Issyk-Kul Pêche sur le lac Issyk-Kul

Les pêcheurs apprécieront la pêche sur le lac - daurades, carpes, truites, tanches, carpes se trouvent ici.

Il n'y a que quelques endroits sur la Terre dotés d'un microclimat aussi unique: l'air contient une quantité énorme d'ions iodés, de sels marins, d'ozone et l'eau Issyk-Kul est un trésor vraiment magique. sur le corps humain un puissant effet de guérison.

Station balnéaire Tamchy

Stations et attractions

La côte nord d'Issyk-Koul est plus confortable: il y a beaucoup d'hôtels pour tous les goûts et une bonne infrastructure de divertissement pour les clients. Voici la station balnéaire de Cholpon-Ata, dont les eaux minérales ont une composition similaire à celle des sources de Yessentuki. Les boues locales et les boues à sulfure d'hydrogène sont réputées pour leurs propriétés anesthésiques et antibactériennes. Les attractions locales, un parc aquatique et une grande roue de 70 mètres méritent l'attention. Dans les environs de Cholpon-Ata, jetez un coup d'œil au Stone Garden où vous pourrez voir les ruines uniques d'une ville datant de la Grande Route de la Soie.

Station balnéaire de Cholpon-Ata sur le lac Issyk-Kul Bulan-Sogot

Non loin de Cholpon-Ata se trouve le village de Bosteri, connu pour ses abricots, ses cerises et son miel équitables et locaux.

Pour des vacances en famille reposantes, le village de Bulan-Sogotu est parfait.

Dans le village de Korumda, vous pouvez voir la zone ethnographique avec ses anciens pétroglyphes.

La plage peu profonde près du village de Sarah-oh saura satisfaire les clients avec des enfants.

Près du village d'Ak-Suu, vous pouvez vous plonger dans des sources uniques. Bien qu'elles soient adjacentes, leur eau diffère par sa composition (sulfure d'hydrogène et radon) et par sa température (de +32 à +50).

Les inconditionnels de l'ésotérisme considèrent qu'il est de leur devoir d'atteindre le sanctuaire local de Tanga Tash, trois pierres gigantesques situées à un kilomètre l'une de l'autre.

Lac mort avec boue curative Pierres de la gorge de Tanga Tash Jety-Oguz Incroyablement belle nature des environs du lac Issyk-Kul

À 5 heures de route d'Issyk-Koul, le lac Morte est recouvert de boue cicatrisante et d'eau si salée qu'il est impossible de se noyer dans ce réservoir. La composition chimique de l'eau du lac est équivalente à celle de la mer Morte en Israël. La boue locale est très efficace dans le traitement du rhume et des maladies de la peau. Si vous vous réunissez ici, préparez-vous au fait que le lac n'est équipé d'aucune manière, il n'y a que des yourtes sur ses rives, où l'on vous proposera des plats de la cuisine kirghize nationale. En aucun cas, n'essayez pas de prendre de l'eau, car elle est punie d'une amende importante.

À l'est d'Issyk-Koul, se trouve le légendaire col de Sentash. C'est ici que Tamerlan a ordonné le remplissage de ses fameux tas de pierres.

Assurez-vous de faire au moins un tour dans l’un des plus beaux gorges de la région - Jety-Oguz, doté d’une réserve zoologique et de sources d’hydrogène sulfuré; Barskhan, le long de la grande route de la soie; Boom avec une réserve botanique; Barskaun avec de magnifiques cascades et un monument à Youri Gagarine, qui aimait visiter ces lieux.

Lac Issyk-Kul

Le logement

Il offre aux touristes plus de deux cents stations avec une excellente base médicale, des pensions de famille, des maisons de repos et des mini-hôtels. Ceux qui veulent se rapprocher le plus possible de la nature et profiter de l'exotisme local se voient offrir des yourtes kirghizes traditionnelles.

Vue des montagnes kirghizes Tyan-Shan sur un âne

Informations utiles

  • N'achetez pas d'alcool dans les marchés et les petits magasins, vous risquez d'acheter des produits contrefaits.
  • Pendant les promenades en forêt, ne mangez pas de baies et de plantes inconnues, ne cueillez pas de champignons inconnus.
  • Il est plus rentable d'acheter des souvenirs et des choses non pas à Issyk-Kul, mais au marché de Dordoi à Bichkek.

Comment s'y rendre

Nous prenons l'avion pour Bishkek ou Almaty, puis en bus ou en train, nous nous dirigeons vers Issyk-Kul. De Bichkek, la route prendra 4 heures, d’Almaty 8 heures. Pour passer les frontières du Kirghizistan ou du Kazakhstan, un passeport de la Fédération de Russie suffit.

Lac Sary-Chelek (Sary-Chelek)

Lac Sary-Chelek - un pittoresque réservoir alpin, considéré comme l'un des plus beaux lacs de l'ouest du Kirghizistan. En kirghize, le nom "Sary-Chelek" signifie "bol jaune". Le lac d'eau douce se situe à 1848 mètres d'altitude. Selon les scientifiques, il est apparu il y a 10 000 ans à la suite d'un effondrement majeur d'une montagne, qui a provoqué un puissant tremblement de terre. Le réservoir s'étend sur 7,5 km et a une profondeur moyenne de 98 m et un maximum de 234 m, ce qui en fait le deuxième lac le plus profond du Kirghizistan. Une rivière rapide Kodjo-Ata coule de Sary-Chelek.

Faits saillants

En été, la température d'un lac de montagne ne dépasse pas +19,8 ° C et en hiver, elle se maintient à une altitude comprise entre 0 et +4 ° C. La glace recouvre la surface du réservoir en décembre et disparaît généralement en avril. Le littoral est accidenté et escarpé. Des pentes côtières nord à l’eau même recouverte de forêts épaisses d’épinettes et de sapins. Les rives sud du lac Sary-Chelek abritent des forêts naturelles de fruits et de noix, dans lesquelles poussent des noix, des pommes sauvages et des poires.

La meilleure période pour parcourir ces endroits est celle de juin à septembre. Les touristes viennent au lac Sary-Chelek pour admirer les magnifiques paysages, l’eau la plus pure du lac, escalader les montagnes, pêcher, mais aussi cueillir des baies sauvages de framboises, que l’on trouve sur les pentes environnantes. C'est particulièrement beau ici à l'automne, lorsque les forêts entourant le lac sont peintes dans différentes nuances de jaune et d'orange. À cette époque de l'année, Sary-Chelek commence à porter son nom et devient comme un grand bol de miel.

Outre les touristes, le lac protégé attire depuis longtemps les pèlerins, que les Kirghizes considèrent comme sacré. Sur la côte sud de Sary-Chelek, il y a un mazar vénéré par les musulmans - le lieu de sépulture de Saint Torscoola-Ata. Selon la légende, c'est à cause de son coup puissant avec son bâton qu'un beau lac de montagne s'est formé. Voici deux mosquées et une source, qui coule des peupleraies. Une fois dans cet endroit vivait une communauté d'ermites bouddhistes, les Arhats. Aujourd’hui, l’eau des sources de la source est curative.

Réserve Sary-Chelek

Le lac Sary-Chelek est situé sur les contreforts de la crête de Chatkal, dans la réserve d'État, qui fait partie depuis 1979 du réseau international des réserves de biosphère de l'UNESCO. Le territoire de la réserve de Sary-Chelek s'étend sur 23 800 hectares. Outre Sary-Chelek, il y a sept autres lacs de montagne. Il y a de belles gorges, des pics, des cascades, des glaciers, des marais et un arboretum. Des capricornes, des ours Tien Shan, des chevreuils, des argalis, des cerfs rouges, des sangliers, des porcs-épics, des renards, des marmottes, des rats musqués et des fouines se trouvent sur des terres protégées.La zone protégée comprend également 157 espèces d'oiseaux.

Il convient de noter que la pêche n’est autorisée que dans le lac Sary-Chelek et qu’elle est interdite dans les rivières et les ruisseaux qui l’alimentent. Et la chasse dans la réserve est interdite partout.

Comment s'y rendre

Le lac Sary-Chelek est situé dans la région de Jalal-Abad au Kirghizistan, à 500 km de Bichkek et à 300 km d'Osh. Vous pouvez arriver ici uniquement avec des véhicules loués ou privés. Une route goudronnée mène au village de Kara-Zhygach, dans le district d'Aksy, puis une couche d'apprêt est lancée, mais des voitures ordinaires le traversent.

La base de la réserve est située dans le village d'Arkit, à 20 km au sud du lac Sary-Chelek. Sur la côte nord, les voyageurs empruntent un bateau à moteur ou une piste équestre qui longe la rive ouest du lac.

Lac Son-Kul (Sonkel)

Son-Kul Lake coincé dans le creux entre les éperons internes du Tien Shan au Kirghizistan. L'étang, d'une superficie de 278 km², est situé entre les crêtes de Sonkoltau et de Moldotau, à 3 016 m d'altitude, dans la partie nord-ouest de la région de Naryn. La couleur de la surface de l'eau du lac Son-Kul change en fonction de l'heure de la journée et se transforme en bleu saturé, puis en bleu pourpre ou en vert luxuriant. Divers types de poissons vivent dans le réservoir, notamment le corégone, le chir, le peled, le osman et l'omble. Il y a des pâturages pittoresques autour du lac.

Caravansérail Tash Rabat (Tash Rabat)

Tash-Rabat - Caravansérail sur le territoire du district d'At-Bashinsky, dans la région de Naryn au Kirghizistan. L'installation est située sur les rives de la rivière sinueuse Tash-Rabat, à une altitude de plus de 3 500 mètres d'altitude. Tash-Rabat a été construit au 15ème siècle sur le site d'un ancien monastère du 9ème au 10ème siècle. Il existe deux versions de sa fondation. Selon le premier, le temple aurait été fondé par des moines chrétiens de Syrie ou une secte chrétienne. Les partisans de la deuxième théorie pensent qu'elle a été fondée par des moines bouddhistes. Tash-Rabat était un point clé lors de la traversée du Tien Shan le long de la Grande Route de la Soie, car elle fournissait non seulement un abri aux marchands, mais aussi une fortification lors des raids des voleurs. Par le caravansérail, les marchands se sont rendus dans les villes de la vallée de Fergana.

Regarde la vidéo: J'irai dormir chez vous HD - Kirghizistan (Mars 2020).

Loading...

Catégories Populaires