Cambodge

Royaume du cambodge

Aperçu du paysflag cambodgeArmoiries du CambodgeHymne du CambodgeDate de l'indépendance: le 9 novembre 1953 (de la France) Langue officielle: gouvernement khmer Forme: monarchie constitutionnelle Territoire: 181 040 km² (88e au monde) Population: 15 205 539 personnes. (68ème au monde) Capitale: Phnom Penh Monnaie: Riel, Dollar américain (USD) Fuseau horaire: UTC + 7 La plus grande ville: Phnom Penh VVP: 28 461 M $ (93ème dans le monde) Domaine Internet: .kh Indicatif téléphonique: +855

Cambodge - Un État de l'Asie du Sud-Est, situé au sud de la péninsule d'Indochine. Il borde le Vietnam à l'est, le Laos au nord-est et la Thaïlande au nord-ouest.

La superficie du Cambodge est de 181 000 km². Il y a mille ans, le grand empire Khmer a occupé le territoire du Cambodge moderne et tous ses voisins. Dans la ville d'Angkor, alors capitale de l'empire, il y avait plus d'un million de personnes. Aujourd'hui, la capitale du Cambodge est Phnom Penh, qui est également la plus grande ville de l'État. Il abrite 2 234 566 personnes. Les autres grandes villes sont Battambang (250 000 habitants), Siemrip (171 800 habitants), Sihanoukville (132 000 personnes) et Poipet (89 549 personnes).

Structure politique

La forme de gouvernement au Cambodge est une monarchie constitutionnelle, le chef de l'Etat est le roi. Depuis le 29 décembre 2004, Sa Majesté Norodom Siamoni a dirigé le pays. Le corps législatif du royaume est un parlement bicaméral. Le chef du gouvernement est le Premier ministre nommé par le roi sur proposition de l'Assemblée nationale parmi les représentants du parti vainqueur. l'assemblée approuve ensuite le candidat nommé par le roi. À partir du 15 janvier 1984, le premier ministre est Hun Sen. Selon les résultats des élections du 27 juillet 2013, Hong Sung est devenu le Premier ministre pour un autre mandat de cinq ans.

Population

Plus de 15 millions de personnes vivent au Cambodge. La population urbaine représente 21,44% de la population totale, environ 3,1 millions de personnes vivent dans les villes et le reste vit dans les zones rurales. Environ 90% des habitants du royaume appartiennent à la nationalité khmère.

La religion

Les traditions et la vie quotidienne de l'écrasante majorité de la population sont étroitement liées au bouddhisme. C'est la religion la plus répandue dans le royaume, professée par plus de 95% de la population. Le bouddhisme Theravada est la religion d'État du Cambodge. Il y a environ 4 390 temples de cette religion dans tout le pays. 1,6% de la population de l'État sont adhérents à l'islam, 0,2% - le christianisme, 3,2% professent d'autres religions.

Economie et revenus

Le Cambodge est un pays essentiellement agraire. L'agriculture est la base de l'économie du royaume. Elle emploie jusqu'à 80% de la population. L'économie nationale n'est toujours en train de se redresser qu'après les bouleversements du XXe siècle. Le Cambodge a formé l'image d'un pays pauvre. Les étrangers l’imaginent souvent comme un point sombre sur la carte de l’Asie du Sud-Est, où des gens désespérés se rendent pour voyager et des célébrités pour adopter des enfants affamés. En fait, la pauvreté et les bas prix du Cambodge sont grandement exagérés. Les fois où ils l'appelaient «le pays d'un dollar», disent-ils, vous pouvez acheter tout ce que vous voulez pour ce montant, et c'est fini. Le nombre de nouvelles "Lexus" dans les rues de la ville moderne de Phnom Penh est un indicateur fiable de la croissance du bien-être de la population locale.

Localisation géographique et terrain

Le Cambodge est situé dans le sud-est de l'Asie, au sud de la péninsule d'Indochine. Le royaume couvre une superficie de 181 000 km². Sur une distance de 1 228 km à l'est, elle est frontalière du Vietnam, du Laos et du nord. (La longueur de la frontière est de 541 km), avec la Thaïlande - de l'ouest et du nord-ouest (803 km). Au sud-ouest, le territoire du royaume est baigné par le golfe de Thaïlande.

Le Royaume du Cambodge est un pays essentiellement plat. Plus de 80% de son territoire est situé dans la vallée du lac Tonle Sap et du Mékong. Le territoire du bassin du Mékong est entouré de tous côtés par des montagnes, il ressemble donc à un bol. Au centre de cette cuvette se trouve une plaine, qui occupe environ un tiers de la superficie du Cambodge. Du nord-est, de basses plaines entourent la plaine. (jusqu'à 300 m) plateau, qui s'appellent ensemble les Hautes Terres du Nord. Dans l'ouest du pays, les montagnes Kardamonov (chaîne de montagnes Kravań)qui séparent le grand territoire du royaume de la côte du golfe de Siam. Les montagnes de Cardamome, dont la hauteur maximale est d’environ 1 800 m, ne constituent pas une seule chaîne et sont divisées en un certain nombre de petits réseaux. Au sud du Cambodge, une partie du massif du Kravan, appelée Dumray, ou les montagnes des éléphants, se distingue. Ils tombent brusquement du rebord du Bokor, dont la hauteur atteint 1 075 m .Le paysage cambodgien se caractérise par ses collines isolées couvertes de forêts et dominant la plaine à une altitude de 600 à 700 m. (1813 m).

Le climat

Le Cambodge est situé juste au nord de l'équateur et le temps qu'il fait est déterminé par l'arrivée des moussons plutôt que par le changement de saison. Classiquement, l'année peut être divisée en quatre périodes. On pense que de la mi-octobre à février est la meilleure période pour visiter le pays. La température moyenne par jour est de +22 à +25 ° C, il ne pleut presque pas, le ciel est dégagé, une brise agréable souffle. Mars à mai est une saison sèche. En ce moment au Cambodge il fait très chaud en raison de l'absence de vent et de précipitations. Le niveau de l’eau dans les rivières est extrêmement bas, les sorties en bateau durent beaucoup plus longtemps ou deviennent impossibles. De juin à août, l'approche de la mousson se fait déjà sentir. Il pleut presque tous les jours - généralement le soir ou la nuit pendant 15 à 20 minutes, mais comme le soleil est toujours fort, la terre s'assèche assez rapidement. C’est le meilleur moment pour visiter la ville d’Angkor car, en raison des pluies, les douves de la forteresse se remplissent et la nature environnante s’épanouit. De septembre à la mi-octobre, la saison des pluies entre en vigueur. Au Cambodge, les précipitations sont extrêmement longues et constantes, tandis que les routes non asphaltées, qui sont très nombreuses dans le pays, deviennent presque impraticables.

Ressources en eau

Le Mékong est l’artère principale du royaume. Sur le territoire cambodgien se trouvent le cours moyen du fleuve et la partie supérieure de son delta, dont la longueur est d’environ 500 km. Après les déversements, le Mékong laisse une couche de limon fertile sur ses rives. En outre, il y a beaucoup de poissons différents dans la rivière, et c'est l'une des bases pour nourrir les Cambodgiens. Le Mékong a une valeur de transport très importante. Elle est navigable partout: les navires venant de la mer de Chine méridionale peuvent monter jusqu'à Phnom Penh. Dans la région de la capitale, son grand affluent droit, la rivière Tonlé Sap, se jette dans le Mékong. (Sap)qui traverse le lac du même nom, également appelé le Grand. En aval, le Mékong est d'abord divisé en deux, puis en branches plus petites, formant ainsi un vaste delta. La partie principale de ce delta est déjà en dehors du pays. Néanmoins, beaucoup de rivières coulent dans le royaume et ce sont principalement des affluents du Mékong.

Le régime d'écoulement de tous les fleuves du Cambodge est sujet à des fluctuations assez fortes et régulières. Par exemple, le niveau de l’eau du Mékong à Phnom Penh pendant la saison des pluies atteint 7 à 9 m, surmontant de nombreux lacs et plaines et se jetant de l'autre côté du fleuve Sap dans le Grand Lac. Au moment où se produisent les inondations de rivières et de lacs, toute la partie basse et centrale du royaume du Cambodge prend la forme d'un immense lac. À la fin des pluies de mousson et de la fonte des neiges estivale dans les montagnes du Tibet, le niveau de l’eau dans le Mékong est plus bas que celui du Grand Lac.Puis l'eau de Sapa a de nouveau été envoyée dans le Mékong. Pendant la saison sèche, le niveau d'eau baisse considérablement, même dans les grandes rivières. Au Cambodge, de nombreuses rivières s’écoulent dans le golfe de Siam, mais elles sont généralement courtes et comportent de nombreux rapides, leur rôle dans la vie du Cambodge est limité.

Flore et faune

Jusqu'au milieu du XXe siècle, plus de trois quarts du territoire cambodgien étaient occupés par des forêts tropicales, mais au début du XXIe siècle, seule la moitié de toutes les forêts subsistaient grâce à l'utilisation irrationnelle des ressources naturelles par l'homme. À la suite des activités humaines des dernières décennies, la couverture végétale du Cambodge a considérablement changé. Les plaines couvertes dans le passé de denses forêts à feuilles persistantes et à feuilles caduques sont actuellement du même type que la savane avec de petites plantations individuelles de bananes ou de papayes (melon tree)moins souvent - plantations d’hévéa ou de tic. Aujourd'hui, les forêts occupent une partie du territoire du Cambodge, elles jouent un rôle important dans l'agriculture du royaume. Les zones de montagne sont couvertes de forêts tropicales très denses et à feuilles persistantes, qui comptent jusqu'à 10 000 espèces de plantes. Les représentants des forêts denses de ce type sont les représentants des familles des Diptérocarpes, des Ficus, des Myrtes, des mûriers et d’autres. On y trouve également des essences d’arbres de valeur comme le sal, le bois de rose, le rouge et le santal. Les plateaux élevés, où règne un climat plus froid, sont recouverts de forêts de conifères de petite superficie. Sur la côte du golfe de Siam, nombreuses mangroves.

L'agriculture sur brûlis est pratiquée dans les régions montagneuses de l'est du Cambodge. Sous son influence, la végétation dite de buissons d’arbres apparaît sur les zones de sol brûlées et souvent abandonnées. Cette végétation secondaire occupe des zones importantes à la fois dans les plaines du pied et dans les zones d'agriculture sédentaire. Au Cambodge, vit un très grand nombre d'animaux. Sur son territoire, il y a plus de deux cents espèces de mammifères, environ six cents espèces d'oiseaux et deux cent cinquante espèces de reptiles. Près de neuf cent espèces de poissons d'eau douce vivent dans le lac Tonle Sap et plus de quatre cents espèces marines dans les eaux océaniques côtières. Sur le territoire du royaume, il y a des éléphants, des cerfs munzhtaks, des loups rouges ou des chiens sauvages, des taureaux sauvages Gaur, des panthères, des tigres et des ours. Les crocodiles siamois sont d'un intérêt particulier. Ce sont des crocodiles relativement petits, atteignant jusqu'à trois mètres de long, qui vivent dans des plans d'eau douce et se caractérisent par une nature non agressive. Jusqu'à présent, pas un seul cas d'attaques de ces reptiles sur des humains. Le monde des oiseaux dans le royaume est également riche. Au Cambodge, vivez une variété de perroquets, grues, cormorans et ibis, paons royaux et faisans. Les serpents sont assez nombreux, parmi eux un pourcentage considérable de venimeux. Malheureusement, un grand nombre d'espèces animales au Cambodge sont menacées de destruction. La raison en est l'activité humaine, y compris le braconnage. La déforestation réduit les habitats de nombreuses espèces, labourant des terres pour l'agriculture. Le pays connaît un commerce florissant d'animaux sauvages. Les jeunes sont particulièrement populaires et, pour les avoir, les adultes sont souvent détruits. Ainsi, les taureaux sauvages ont été presque détruits. Ces animaux pèsent jusqu'à neuf kilogrammes et atteignent deux mètres au garrot. Ils ont un corps étroit et un dos bossu, une peau grise ou noire, des cornes de lyre. Le nombre de tigres, de léopards, de cerfs et de buffles sauvages a également atteint des niveaux critiques, ce qui indique la possibilité d'extinction de l'espèce. Les autorités cambodgiennes s'efforcent de préserver des animaux rares, mais le pays ne suffit manifestement pas pour ce moyen et cette expérience. L’aide et le soutien des organisations internationales sont nécessaires, ce qui est devenu de plus en plus actif ces dernières années.

Ressources naturelles

La richesse minérale du Royaume du Cambodge est encore peu étudiée, mais on sait qu’ils sont riches en gisements de minerai de fer, d’or, de plomb, de cuivre, de grandes réserves de phosphorite et divers matériaux de construction.Le Cambodge est particulièrement fier de ses pierres précieuses et semi-précieuses: saphir, rubis, zirconium, améthyste, grenat et ambre noir.

Histoire du Cambodge

Des premières colonies à la civilisation

II mille ans av. heu Sur les plaines fertiles des fleuves Mékong et Bassak, vivent de grandes colonies de peuplement, probablement les ancêtres des Khmers modernes. On ne sait pas d'où sont venus les premiers colons: certains scientifiques ont appelé leur patrie la Malaisie et l'Indonésie, d'autres pensent que la colonisation du Cambodge est le résultat de l'expansion des États situés sur le territoire de la Chine moderne.

Je siècle n heu La première civilisation a émergé sur le territoire du Cambodge - le Royaume de Funan avec sa capitale à Okeo. La ville a été inondée au V siècle, jusqu'à ce que l'existence de la civilisation a duré. Les ruines d'Okeo n'ont été découvertes qu'en 1940 sur le territoire vietnamien. Les fouilles montrent que la ville était un port commercial important, avec un commerce animé avec la Chine, l'Inde et même des régions éloignées telles que la Grèce et Rome. Funan, de toute évidence, était l’un des principaux liens du réseau commercial couvrant l’ensemble de l’Asie.

VI siècle., Le début. Entre les fleuves Mékong et Sap, le premier État proto-khmer a commencé à émerger, ce qui peut être considéré comme le géniteur du Cambodge moderne. Dans les chroniques chinoises, les habitants de cet État s'appellent Chen La, il est indiqué qu'ils parlaient la langue khmère et adhéraient à la religion hindoue. Les historiens pensent que les habitants de l’État Protokhmer étaient divisés en deux classes: la noblesse et les marchands qui parlent le sanscrit et le khmer, et les paysans et artisans qui ne parlent que le khmer.

VIII siècle., Le début. Le territoire de Chen La est devenu un royaume à part entière avec sa capitale à Isanapur. (Le Sambir Prey Cook d'aujourd'hui près de Kampong Thom). Selon l'un des chercheurs, Isanapura était «le plus grand complexe de bâtiments en pierre de toute l'Asie du Sud-Est, ayant dépassé les villes similaires de Java depuis plus d'un siècle». Au 8ème siècle, l'état s'est développé et a prospéré en raison de la croissance démographique, de l'amélioration des techniques agricoles et, éventuellement, des victoires remportées dans les guerres locales sans papiers. La capitale du royaume s'est déplacée vers l'intérieur des terres, plus loin de la mer, et est devenue moins dépendante du commerce. Chen La est devenu le fondement de la formation d'un puissant empire khmer qui a émergé dans la région d'Angkor.

Période angkor

802. Le début de la période angkorienne de l'histoire cambodgienne, qui dura jusqu'en 1431. Ces six siècles constituent l'apogée du développement et de la puissance de l'empire khmer, l'apogée de son influence en Asie du Sud-Est, l'apogée de l'art et de la culture khmers.

750-850 Le règne du roi Jayavarman II, considéré comme le fondateur d'Angkor et de tout l'empire khmer. Jayavarman II s'est déclaré devaraj, ou "roi-dieu", et est devenu le premier de plus de 30 "rois-dieux" qui ont gouverné l'empire. Au Cambodge, il est honoré en tant que fondateur du premier État uni. La capitale de l'empire sous Jayavarman II était située à Hariharalaya, près d'Angkor. Le roi fonda une autre capitale, Amarendrapur, maintenant presque complètement inondée par l'un des réservoirs d'Angkor. Jayavarman II a créé un nouveau type de règle, qui a été maintenu pendant toute la période d’Angkor.

877-889. Le pays est dirigé par le roi Indravarman Ier, qui est devenu célèbre pour la construction de Bakong - un immense temple de montagne en forme de pyramide, destiné à lui servir de sépulture et de monument pour ses descendants, qui lui rappellerait sa gloire. Ce temple était le premier grand temple du Cambodge, entièrement en pierre. Il peut être visité aujourd'hui à Roulos. Après Indravarman I, tous les rois de l'empire khmer ont construit de tels temples. Sous Indravarman I, de nombreux projets d’irrigation ont également été mis en œuvre, ce qui a permis d’améliorer l’économie de l’État.

899. Après la guerre civile des deux fils d'Indravarman I, le roi Yasovarman est arrivé au pouvoir. Il est devenu célèbre pour avoir déménagé la capitale à Yashodharapuru, l'actuel Angkor. Il y construisit jusqu'à trois temples, chacun symbolisant le mont Meru, le mythique axe bouddhiste du monde.Il était au pouvoir jusqu'en 908. La période de prospérité d'Angkor a commencé.

1177. Les guerriers du royaume Cham, situés dans le centre du Vietnam, se sont rebellés, ont capturé et pillé Angkor, qui ne s’attendait pas à attaquer, mais le prince Jayavarman a défait les soldats de Cham et libéré Angkor.

1180-1210. Trois ans plus tard, après avoir vaincu les Cham, le prince Jayavarman prend le trône royal et se fait appeler Jayavarman VII. Bouddhiste convaincu, le roi tenta de combiner l’idée traditionnelle des «rois divins» avec les enseignements du Bouddha. Jayavarman VII a dirigé le pays pendant 30 ans. Il organisa la construction de routes, de projets communautaires, construisit des maisons de vacances pour les voyageurs et un réservoir dans tout le pays. Jayavarman VII élargit considérablement les frontières de l'empire en soumettant le sud du Vietnam, le sud du Laos et la Thaïlande centrale. En outre, il a construit le magnifique temple de Ta-Prom, puis celui de Preah-Khan et enfin celui du célèbre Bayon, orné de centaines de visages taillés dans la pierre.

Du grand empire à la colonie française

XIVème siècle. Le début de l'extinction d'Angkor. La théorie prévaut que cela était dû aux attaques constantes des Siamois. (Thaïs). Le centre politique et économique de l'empire a commencé à se déplacer vers la région où se trouve aujourd'hui Phnom Penh. En 1432, la capitale fut finalement transférée d’Angkor à Lovek, puis à Udon, légèrement au nord de Phnom Penh, et enfin à Phnom Penh elle-même. De nouveaux centres ont prospéré en raison de la proximité des routes commerciales fluviales et de la présence d'un grand nombre de communautés commerciales de différents pays, allant des Chinois aux Arabes.

XVIII siècle. À la suite de guerres fréquentes avec le Siam (Thaïlande) Le Cambodge a perdu une partie de ses terres. Les migrants vietnamiens se sont activement déplacés vers la région fertile du delta du Mékong. En conséquence, le nombre de Vietnamiens a été 10 fois supérieur à celui de la population autochtone khmère. Siamois et vietnamiens ont commencé à intervenir activement dans les affaires intérieures du Cambodge. L'empire Khmer, autrefois puissant, s'est transformé en un pays faible.

Si la relation avec Siam n'était pas trop mauvaise (les deux nations avaient des racines communes, une vision hindoue commune de la structure du monde)Au Vietnam, tout était différent. Les dirigeants vietnamiens ont déployé de nombreux efforts pour "vietnamiens" les Khmers, leur ont appris à porter des vêtements vietnamiens et ont essayé d'isoler Phnom Penh des contacts directs avec le reste du monde. Les Vietnamiens considéraient que les Cambodgiens étaient des frères cadets stupides. Depuis lors, de fortes opinions anti-vietnamiennes sont apparues au Cambodge, qui sont très fortes à notre époque.

1863. Le roi Norodom Ier a accepté de reconnaître le Cambodge comme protectorat de la France. Le Cambodge est devenu une colonie française, mais a conservé son identité. Avant la Seconde Guerre mondiale, la vie au Cambodge était calme.

1940. La France était occupée par l'Allemagne. Le gouvernement du Cambodge a soutenu le régime pro-nazi du gouvernement de Vichy et, avec le soutien de la France, est devenu le roi de Norod Sihanouk.

1945, le 9 mars. L'armée japonaise a expulsé les colonialistes et le roi Sihanouk a proclamé l'indépendance du pays en le renommant Kampuchéa. Au cours des années suivantes, la France n’a pas abandonné ses tentatives de retour en Indochine. Les communistes vietnamiens ont résisté farouchement au retour des "impérialistes" et ont repoussé les attaques de la France, puis des États-Unis.

Bombardement américain et terreur khmère rouge

1969. Les États-Unis ont lancé un bombardement aérien massif du Nord-Vietnam. Le Cambodge a été involontairement entraîné dans la guerre, de nombreuses bases communistes vietnamiennes se trouvant dans la jungle sur son territoire. L'Est du Cambodge a été bombardé. Des foules de réfugiés khmers ont inondé Phnom Penh, l'économie du pays a été détruite. Beaucoup de Khmers ont rejoint le parti communiste. Plus tard, ils ont été appelés "Khmer Rouge". Si, avant les bombardements américains, le parti ne comptait que quelques centaines de personnes et ne représentait aucune menace, alors, après les bombardements, il devenait une force puissante.

1970. À la suite d'un coup militaire, le roi Sihanouk a été renversé. Le général Lon Nol, ardent anticommuniste et partisan des États-Unis, est arrivé au pouvoir.Cependant, après que les Etats-Unis, ayant retiré leurs troupes du Vietnam, aient cessé leur soutien, les rebelles communistes ont facilement défait les troupes de Lon Nol.

17 avril 1975. Les Khmers rouges occupaient Phnom Penh, le pays a reçu le nom de Kampuchéa démocratique. Les habitants de Phnom Penh ont salué l'arrivée des Khmers rouges comme un signe de la fin de la guerre. Cependant, leur jubilation n'a pas duré longtemps: dès le premier décret du nouveau gouvernement, tous les habitants de la capitale ont été chassés de force de la ville. La politique du nouveau gouvernement impliquait une désurbanisation complète du pays: toutes les villes et les grandes agglomérations devaient être abandonnées, toute la population devait se rendre au travail dans les champs. Après l’arrivée au pouvoir des Khmers rouges, tous les membres de l’armée Lon Nol, ainsi que tous ceux qui ont reçu une éducation et parlent une langue étrangère, ont été détruits. Les frontières de l'État étaient fermées, la religion interdite: des temples transformés en entrepôts de riz et des mosquées en porcheries. Nourrir le moine était considéré comme un crime passible de la peine de mort. Les environs de Pol Pot voyaient des traîtres partout, les prisons étaient surpeuplées, les "champs de la mort" non loin de Phnom Penh, où les "criminels" étaient exécutés, travaillaient en permanence. De nombreux associés de Pol Pot ont été arrêtés, torturés et tués.

1978. Pol Pot a déclaré qu'il allait ramener le Cambodge dans le delta du Mékong, situé sur le territoire du Vietnam, et que les Cambodgiens ont lancé des attaques sur le Vietnam.

1978 25 décembre. Les troupes vietnamiennes ont traversé la frontière. La résistance était faible et deux semaines plus tard, les Vietnamiens occupaient Phnom Penh et expulsaient les Khmers rouges. Pol Pot est resté au pouvoir pendant un peu plus de trois ans, au cours desquels plus de deux millions de Cambodgiens ont été tués, dont presque tous les intellectuels cambodgiens. Les affrontements de guérilla dans le pays se sont poursuivis pendant longtemps. Étonnamment, les États-Unis et la Grande-Bretagne ont soutenu le mouvement partisan des Khmers rouges visant à affaiblir l'Union soviétique, ce qui a aidé les Vietnamiens. En outre, la Chine a fourni des armes aux partisans et le Royaume-Uni a formé ses soldats.

Retour à la monarchie

1989. Les Vietnamiens ont quitté le Cambodge, l'URSS ne pouvant plus continuer à aider le Vietnam. Le contrôle du pays a été transféré au gouvernement intérimaire des Nations unies.

1993Mai Le Cambodge est redevenu officiellement une monarchie constitutionnelle dirigée par le roi Sihanouk.

1998. Le roi Sihanouk a abdiqué le trône, son fils a été pris par Norodom Syamoni. Le roi n'a pas de véritable pouvoir, la plupart du temps il vit en Chine, mais bénéficie de l'emplacement des habitants du Cambodge. Ses portraits sont souvent visibles dans de nombreuses maisons. Aujourd'hui au Cambodge, les droits de l'homme ne sont pas ouvertement violés, la presse jouit d'une grande liberté et le bien-être du pays croît plus rapidement qu'au cours des 50 années précédentes.

Cuisine cambodgienne

La cuisine nationale du Cambodge a absorbé les meilleurs éléments de la cuisine du Vietnam voisin, de la Thaïlande, du Laos et de la Chine. Cela ressemble plus au goût thaïlandais, mais les plats cambodgiens ne sont pas aussi nets et sucrés. L'utilisation d'assaisonnements au curry dans les plats rapproche la cuisine khmère de l'indienne et les diverses nouilles au riz rassemblent les chinois. L'influence des colons français se remarque dans la préparation d'excellents pains, brioches et baguettes croustillantes cuites partout. La coriandre et la mélisse sont utilisées dans la préparation de presque tous les plats au Cambodge. Le Chili n'a pas reçu autant de popularité qu'en Thaïlande, au Laos ou au Myanmar, et est ajouté à volonté. Le chanvre est utilisé comme assaisonnement. Auparavant, il était vendu librement sur les marchés, jusqu'à ce que les autorités l'interdisent. Malgré cela, les Khmers utilisent activement le cannabis dans la gastronomie. Certains l'ajoutent délibérément à des plats pour étrangers, pensant que le touriste voudra bientôt manger à nouveau et retourner dans ce restaurant. Beaucoup d'étrangers recherchent vraiment des endroits où goûter des plats à base de chanvre, mais les visiteurs ne sont pas toujours informés que, par exemple, le riz cuit peut provoquer un sentiment d'euphorie après un certain temps, puis de nouveau la faim.

Les Khmers ne mangent pas de lait et de produits laitiers, ainsi que du poisson salé sans traitement thermique. Ils mangent souvent dehors. Par exemple, dans les rues de Phnom Penh, on peut observer des cuisines de rue particulières où elles lavent, nettoient, coupent, font bouillir, font frire, puis versent et rangent le futur repas dans des sacs en cellophane. Les habitants apportent souvent avec eux des sacs enveloppés de caoutchouc contenant du bouillon, du riz, des légumes, des sauces et d’autres choses.

Nourriture décontractée

Les Cambodgiens mangent de tout. Le déjeuner khmer comprend généralement trois ou quatre plats distincts, chacun comprenant la palette complète de saveurs: sucré, acide, salé, amer et épicé.

Dans la vie quotidienne des Cambodgiens sont très populaires variété de soupes. Ils sont préparés à base de viande, de poisson et de bouillon de poulet et assaisonnés avec diverses épices, racines séchées et légumes. On ajoute souvent du poisson aux bouillons de viande et vice-versa. Les soupes sont relativement peu coûteuses et constituent donc le principal aliment des couches les plus pauvres de la société. Des salades de légumes et divers additifs de crevettes séchées, de poisson et de viande, tels que des chips de fruits de mer séchés, sont généralement associés aux soupes. Cet additif peut être trouvé dans la composition des côtelettes de farine de soja, qui peuvent également ajouter divers légumes et épices en tranches. Les côtelettes, comme les soupes, sont un plat bon marché, l’un des plats favoris des Khmers au menu. Sans aucun doute, la base du régime alimentaire des Cambodgiens comprend le poisson et les fruits de mer. Grande variété de plats de poisson: soupe de poisson aigre dthai-chin-nyung, poisson cuit au four avec riz nom-bac, poisson frit, poisson cuit à la vapeur, crevette à la vapeur, poisson au curry avec sauce au lait de coco, sauces au poisson et les fameuses pâtes pâtissières. La pâte Prochok est fabriquée à partir de poisson spécialement traité. Ceci est un produit spécifique, pas destiné aux étrangers, donc dans les restaurants ce plat n'est généralement pas préparé. Pour la cuisson des pâtes, les petits poissons, ainsi que les abats, sont moulus, laissez-les gâcher à la chaleur, endormez-vous d'épices et insistez. La pâte est préparée très simplement et dégage par conséquent une odeur très désagréable. Les Khmers utilisent ces pâtes dans la plupart de leurs plats. Le plat le plus important du Khmer - le riz baai. Au Cambodge, plus de deux cents variétés sont cultivées. Il peut y avoir beaucoup de plats délicieux sur la table, mais s’il n’ya pas de riz, les Khmers restent affamés. Même le riz simple bouilli sans épices a un goût et un arôme prononcés. Lors de la cuisson du riz, une grande quantité d’huile végétale est utilisée: palme, cacahuète, noix de coco, noix et légumes verts frais.

Le riz est généralement utilisé comme plat d’accompagnement, mais il peut aussi être un plat indépendant, par exemple: riz frit au soja et au porc un-som-chro, riz au riz à la banane un-som-banane, riz aux herbes, viande, poisson, fruits de mer aussi chou farci à base de riz cuit dans des feuilles de bambou. Une variété de desserts est également préparée à partir de riz, par exemple: gâteaux de riz et de farine de soja avec adjonction de jus sucré à base de fruits et de tartes. Au Cambodge, vous pouvez essayer des vins de riz à base de riz à haute teneur en sucre. Les nouilles occupent la deuxième place en popularité parmi les Khmers. Il peut s'agir de riz, d'orge, d'amidon, de verre blanc, doré, brun et complètement transparent. Au Cambodge, vous trouverez toutes sortes de produits à base de nouilles typiques des pays de l'Asie du Sud-Est: soupe de nouilles aux légumes verts, viande ou poisson, fruits de mer, kiteou ou baleine, nouilles au riz frites, nouilles au riz avec sauce au poisson tukcha, ainsi que de nombreux types de nouilles avec des épices. La soupe aux nouilles est un plat de tous les jours pour les Cambodgiens et peut être utilisée même au petit-déjeuner.

Les légumes de la cuisine cambodgienne sont largement utilisés en combinaison avec de la viande, de la volaille ou du poisson en salade. Les salades cambodgiennes se mangent froides et chaudes, mais toujours avec de la sauce. La plupart des salades locales sont préparées à partir de viande ou de poisson avec divers légumes verts - laitue, laitue, mélisse ou safran - et sont assaisonnées d'huile végétale.Souvent, des fruits et des légumes frais ou marinés sont ajoutés à la salade et ils sont collectés pour être transformés à différents stades de maturité, ce qui confère au produit final un goût inhabituel. Presque tous les légumes sont cuits, mais les cuisiniers essaient de les amener au degré de préparation souhaité, alors que les produits originaux conservent encore le goût, l’arôme et toutes les qualités utiles. Au dessert au Cambodge, des fruits frais, toutes sortes de puddings aux fruits, des gâteaux Ansam-Chruk, des tartes Norn-by et Nom-com, des biscuits Felay, des tartes et des glaces sont servis.

Plats populaires et exotiques

Amok - l'un des plats les plus populaires parmi les touristes. Il s’agit de volailles, de poissons ou de crevettes à la sauce au curry et au lait de coco, dans lesquels une petite quantité de légumes est ajoutée. Parfois, l'amok est servi dans la noix de coco et avec du riz comme plat d'accompagnement. Les voyageurs mangent souvent une soupe de nouilles kuytheav avec du porc, du bœuf ou des fruits de mer au Cambodge. Il est généralement servi au petit-déjeuner, des arômes sont ajoutés à volonté et peuvent inclure du jus de citron vert, de la poudre de chili, du sucre et de la sauce de poisson. Le samlar machu est un autre plat très populaire, une soupe aigre-douce à base d'ananas, de tomates et de poisson. Bi cha cha (riz avec du porc) est cuit sur un feu ouvert et servi avec des légumes marinés. Les touristes essaient souvent de la viande, de la volaille ou du poisson marinés dans une sauce du fameux poivron vert khmer. La ville de Kampot, dans le sud du Cambodge, est réputée pour son plat très savoureux, le kdam - le crabe au poivre. Au Cambodge, il n’ya pas moins de plats spécifiques préparés dans des endroits où il n’ya pas beaucoup de touristes. La délicatesse incontestable des Khmers sont les insectes, les grenouilles, les rats et autres reptiles. Tout cela n’est pas populaire parmi les étrangers, si ce n’est que les insectes suscitent un véritable intérêt en y regardant de plus près. Les insectes sont généralement préparés dans une poêle avec de grandes quantités d’huile végétale chaude et assaisonnés avec diverses épices. En conséquence, ils sont bien rôtis, dorés et ont au moins l'air appétissants. Pour goûter, ils ressemblent à des graines. L'utilisation d'insectes dans les régimes alimentaires cambodgiens s'explique par le fait que les insectes contiennent des oligo-éléments essentiels que l'on ne retrouve pas dans d'autres produits. Il n’est pas toujours possible de trouver de telles exotiques sur les étagères, mais les grenouilles et les rats peuvent être essayés dans de nombreux cafés et restaurants.

La cuisine khmère propose une grande variété de plats khmers plus exotiques: araignées a-ping, frites avec du sel et de l'ail, sauterelles, coléoptères, cuisses de grenouilles, larves d'insectes et seiches séchées. Les Cambodgiens préparent des plats à partir de germes d'oiseaux et mangent des petits oiseaux frits - jusqu'aux moineaux. Une telle nourriture n'est pas pour les faibles de cœur.

Boissons

Au Cambodge, ainsi qu’au Vietnam voisin, le jus de canne fraîchement pressé est répandu. Cette boisson rafraîchissante est souvent préparée dans la rue à l'aide d'un appareil mobile spécial, qui presse les pousses de canne à sucre à travers une presse. Le goût du jus est agréable et sucré, sans saveur. Il est servi avec de la glace, qui dans la plupart des cas est composée d’eau non traitée. Par conséquent, pour vous protéger contre les infections intestinales, la glace doit être abandonnée. Les boissons non alcoolisées préférées des Khmers incluent également le samrong (infusion de graines du même arbre), sève de palmier de teknot, lait de coco tekdong, soda au jus de citron, jus de pousses de bambou, sorte de rouleau de boisson à base de fruits et de jaune d’œuf, ainsi que des jus de fruits frais ou des glaçons et du sirop. Le thé vert est utilisé partout, à la fois chaud et glacé, mais le café ici n’est généralement pas de très bonne qualité.

Le pays a une industrie de production de bière bien établie, car elle désaltère bien et aide à supporter la chaleur. La bière locale est relativement peu coûteuse. (1,5-2 $ par bouteille) et assez haute qualité. La meilleure note est considérée comme "Angkor" (Angkor). Des whiskies locaux sont également produits, mais ils ont un goût assez particulier et ne sont pas populaires auprès des touristes.Dans les grandes villes, des boissons alcoolisées importées sont vendues. Parmi les boissons alcoolisées, les Cambodgiens préfèrent le vin de palme. Il est généralement vendu aux sacs de cellophane. Les étrangers ne sont pas recommandés pour l'utiliser, car il ne convient pas aux estomacs non préparés. Au Cambodge, vous pouvez acheter des teintures avec des serpents, des scorpions, ainsi que des teintures sur différentes racines et fruits. Si vous buvez le contenu, vous pouvez remplir le cognac ou le whisky dans la bouteille, qui infuse à nouveau. De telles bouteilles sont souvent achetées comme souvenirs.

Des fruits

Au Cambodge, vous pouvez déguster une énorme quantité de fruits: ananas, mangue, durian, goyave, pomelo, papaye, ramboutan, mangoustan, kamerin, le chi, longane, jacquier (ovaire de l'arbre à pain). Les prix des fruits sont bas, mais peuvent varier en fonction de la saison de maturation. Les fruits dans la cuisson des plats khmers sont utilisés avec les légumes. Les Cambodgiens n’ont pas de séparation claire entre les fruits et les légumes. Par exemple, la mangue verte est ajoutée à une salade avec du sel, du poivre et du concombre, auquel cas elle est considérée comme un légume. Dans le même temps, les tranches de mangue juteuses et dorées servies en dessert sont considérées comme des fruits. L'ananas dans une soupe de poisson ou à l'étouffée avec du porc est considéré comme un légume. Les fleurs de bananier, la papaye verte et le jacquier sont également considérés comme des légumes.

Côte sud du cambodge

La côte cambodgienne s'étend sur plus de 440 km. Lavé par les eaux chaudes du golfe de Siam, il a attiré de plus en plus de voyageurs ces dernières années. Ils viennent ici pour profiter de la beauté de nombreux kilomètres de plages de sable, se promener dans les stations balnéaires à l'architecture française, faire des randonnées dans les parcs nationaux et visiter les îles désertes avec des mangroves.

Plus récemment, la zone côtière du Cambodge était une zone pratiquement intacte avec du sable immaculé, de grands palmiers et des plages désertes. Avant la révolution des Khmers rouges, il y avait des villas d'hommes d'affaires fortunés et d'aristocratie. La révolution a tout changé radicalement. Les signes de la vie riche et ancienne ont été complètement détruits, les villas ont été rasées et les gens ordinaires, pêcheurs et paysans, ont été déplacés de force dans les profondeurs du pays afin d’empêcher les tirs en mer du Kampuchéa démocratique.

Après l'expulsion des révolutionnaires et la chute du régime de Pol Pot, la côte cambodgienne est restée pendant un temps une idylle à moitié abandonnée, où passaient occasionnellement les amateurs de paradis calmes. Cependant, cela n'a pas duré longtemps: l'industrie du tourisme est venue ici rapidement et pleinement armée. Les investisseurs étrangers et les entrepreneurs locaux construisent activement des hôtels en bord de mer, s’installant dans des complexes hôteliers, ouvrant des restaurants. Au cours des dernières années, le flux de touristes étrangers a été multiplié par plusieurs. De plus en plus de Cambodgiens viennent ici eux-mêmes: les habitants de la capitale, comme les Européens, se sont mis à la mode pour passer leurs journées au bord de la mer. Heureusement, alors que l’invasion de touristes dans ces lieux n’a pas encore atteint une telle ampleur, comme en Thaïlande voisine. Aujourd'hui, au Cambodge, vous pouvez toujours trouver des plages isolées et calmes, où vous pourrez profiter du calme et de la tranquillité absolue. Il existe de nombreux endroits de ce type, en particulier à distance des villes de villégiature.

Sur la côte sud du Cambodge, on trouve plusieurs des plus grandes villes: Kampot, Sihanoukville, Ko Kong et Kep. Entre eux, il n'y a fondamentalement que la jungle. Près de la côte, il y a plusieurs petites îles, où il vaut la peine d'aller pour le plaisir des plages désertes. Toutefois, il convient de garder à l’esprit qu’il n’ya pratiquement aucune infrastructure là-bas: sur de nombreuses îles, la nuit n’est possible que sous une tente, mais chaque année, il existe de plus en plus de petits complexes pour plusieurs bungalows.

Province Ko Kong

Plus récemment, la province de Ko Cong, située à l'extrême pointe sud-est du pays, a été isolée de la partie principale du Cambodge en raison du très mauvais état des routes. Après la construction de l'autoroute Na48, la situation a changé. Aujourd'hui, il existe des services de bus réguliers de Phnom Penh à Koh Konghod, remplis de vacanciers et de touristes étrangers. La principale ville de la province - Koh Kong (Koh Kong) situé sur les rives de la rivière Ko Poi (Koh Poi), À 8 km de la frontière thaïlandaise. C’est une petite ville à moitié endormie où il est pratique de s’arrêter pour faire du tourisme: depuis Ko Kong, il est facile d’accéder par bateau aux cascades, îles isolées et pittoresques villages de pêcheurs sur pilotis. En face de Koh Kong se trouve la plage déserte de Koh Yor (Ko Yor WeasN). Plusieurs autres plages sont situées le long de la route menant à la frontière thaïlandaise. En plus de la province et de la ville, le nom de Koh Kong est également une île à proximité. Situé à côté de la capitale provinciale, le corridor de conservation de KohKong comprend les montagnes de Kardam (Cardamome), réserve Peam Krasaop (Reat Krasaop), cascades (Koh Rog) et tatai (Tatai), L'île de Koh Kong, les forêts de cardamomes du sud et du centre et une partie du parc national Votum Sakor (Botum Sakor). Ensemble, ces lieux offrent des possibilités pratiquement illimitées pour le tourisme, la contemplation de la nature, la randonnée et l'observation d'animaux rares.

L’un des itinéraires les plus populaires et les plus intéressants au départ de la ville de Koh Kong est un voyage vers l’île de Koh Kong, la plus grande île du Cambodge. L'île regorge d'excellentes plages de cocotiers et d'une mer cristalline. Toutes les plages sont à l'ouest de l'île. De l'une des plages (le sixième du nord de l'île) par un canal étroit, vous pouvez accéder à un lagon magnifique, semblable à celui que l'on peut voir dans les films. Sur la côte orientale de l'île, de hautes collines descendent jusqu'aux mangroves. Au sud-est de l'île, visitez le pittoresque village sur pilotis d'Alatang avec ses bateaux de pêche multicolores.

Quand y aller

Les mois les plus frais et les plus agréables pour visiter la côte cambodgienne sont les mois de décembre, janvier et février. La température commence à monter en mars et atteint son maximum en avril. La saison de la mousson commence en mai. (plus tôt que dans le reste du Cambodge) et dure jusqu'à la mi-novembre. Cela signifie généralement une courte pluie forte plusieurs fois par jour et un soleil éclatant le reste du temps.

Comment s'y rendre

Deux routes principales permettent de rejoindre Phnom Penh à la mer: l’autoroute nationale n ° 3 à Kampot et l’autoroute nationale n ° 4 à Sihanoukville. La première option prend 2,5-3 heures en voiture, la seconde est légèrement supérieure à -3-3,5 heures.

Voyage à Koh Kong

Il est plus facile d’arriver sur l’île avec un groupe organisé. Il n'y a pas d'hôtels à Ko Kong, les visites comprennent une nuitée dans une tente sur la plage ou dans les maisons des résidents locaux. Une excursion d'une journée avec déjeuner et plongée en apnée coûte 25 USD, une visite d'une nuit coûte 55 USD. Habituellement, le bateau pénètre dans les forêts de mangroves de la réserve de Peam Krasaong, dans lesquelles, si vous avez de la chance, vous pourrez voir des dauphins. Vous pouvez accéder à l'île par vos propres moyens en louant un bateau privé à l'embarcadère. Prix ​​approximatifs: Autour de l'île de Koh Kong 100 $ Réserve Peam Krasaong 40 $ Ouest des plages de l'île de Koh Kong 60 $

Cambodge central et nord-est

Les recherches de la nature intacte et de la vie cambodgienne non découverte sont invariablement apportées dans les provinces du centre et du nord-est du Cambodge. Voici les plus grands parcs nationaux du pays et le plus faiblement peuplé de son territoire. Le long du majestueux fleuve Mékong sont dispersés de nombreuses villes et villages, parmi lesquels il est commode de voyager en bateau. Dans les provinces de Krache, Stung Treng, Ratanakiri et Mondulkiri, il existe une opportunité de faire des excursions uniques - du voyage sur les éléphants aux cascades, en passant par la recherche des rares dauphins de rivière irravaddi et des randonnées de plusieurs jours dans la jungle et des lacs volcaniques.

Les villes et les colonies du centre et du nord-est du Cambodge sont principalement situées le long du Mékong. L'importance du fleuve dans la vie des villes est difficile à surestimer. Originaire des montagnes du Tibet, le Mékong parcourt plus de 4 000 km à travers six pays et se jette dans la mer. Le Mékong est aussi important pour le Cambodge que le Nil pour l’Égypte. Il est préférable de commencer à voyager autour des villes fluviales de Kampong Cham. Auparavant, de Phnom Penh à Kampong Cham, il y avait des bateaux, mais aujourd'hui, le seul moyen - sur la route.La route allant de Phnom Penh à Kampong Cham est décrite dans la section Autour de Phnom Penh.

Visa pour le Cambodge

Les citoyens russes ont besoin d'un visa de touriste pour visiter le Cambodge. Vous pouvez l'obtenir de trois manières:

1. Rendez-vous à l’ambassade du Cambodge à Moscou où vous devrez remplir 2 formulaires, joindre 2 photos et payer 20 USD. Un visa pour 30 jours sera prêt en un jour ouvrable.

2. Utilisez Internet et obtenez un visa électronique (E-visa). Pour l'obtenir vous avez besoin sur le site du ministère des Affaires étrangères du Cambodge (www.mfaic.gov.kh) remplissez un questionnaire, téléchargez des copies numérisées de passeports et de photographies sur des documents et payez 25 $ avec une carte. Au bout de 3 jours, un courrier électronique recevra un fichier, qui devra être présenté à la frontière avec un passeport. E-Visa est délivré pour 30 jours et est valable 3 mois. (c’est-à-dire dans les trois mois, vous devez entrer dans le pays). L'e-Visa est accepté aux postes de contrôle des frontières des aéroports internationaux de Phnom Penh et de Siemrip, ainsi qu'aux points de passage frontaliers à pied dans la région de Poipet, Koh Kong. (frontière avec la Thaïlande) et villages Bavet (frontière avec le Vietnam).

3. Vous pouvez également obtenir un visa directement à la frontière. Si vous arrivez en avion, vous devrez remplir un formulaire et y joindre des photos. (pour une photo supplémentaire de 3,00 $ prise sur place) et payez la somme standard de 20 $. Aux points de contrôle au sol, les gardes-frontières peuvent demander plus d’argent: vous devrez payer ou passer votre temps à régler les litiges. Vous pouvez prolonger vous-même votre visa cambodgien au bureau de l'immigration. À Phnom Penh, il est situé en face de l'aéroport. Prolonger un visa de 30 jours coûtera 30 $ et l’année - 120 $. Lorsque vous contactez le bureau de l’immigration, vous devez garder à l’esprit que cette procédure peut prendre jusqu’à 25 jours, au cours desquels le passeport sera conservé. Pour vous protéger de ces risques, vous pouvez utiliser les services de l’un des nombreux offices de tourisme de Phnom Penh, qui prolongent le visa de 30 jours et d’un an à hauteur de 45 et 280 dollars respectivement. Cela prendra 1 jour pour eux.

Adresses des ambassades

Ambassade du Cambodge en Russie:

Moscou, Starokonyushenny par., 6
+7 495 637 4736 [email protected]

Ambassade de Russie au Cambodge:

Blvd. Sothearos, 213 Phnom Penh, Cambodge
855 23 72 20 81, 72 09 31 Wembrusscambodia.mid.ru

Avia

De la Russie

Il n'y a pas de vols directs entre la Russie et le Cambodge. Les compagnies aériennes Thai Airways, Vietnam Airlines, Korean Air et Singapore Airlines sont desservies par un vol aller-retour depuis Moscou. C'est l'option de vol la plus rapide et donc la plus chère.

Moins cher, mais plus long, vous pouvez vous rendre au Cambodge via la capitale de la Thaïlande - Bangkok, desservant Qatar, Emirates ou Etihad, puis à Phnom Penh avec des compagnies aériennes locales - par exemple, Bangkok Airways ou Air Asia. En planifiant votre itinéraire de cette manière, vous pouvez couvrir le coût de 30 000 roubles. Turkmen Airlines propose également des vols de Moscou à Bangkok. Le prix d'un billet d'avion est d'environ 15 000 roubles. Le vol Bangkok-Phnom Penh, la compagnie aérienne Air Asia, coûtera 3 000 roubles. Ainsi, vous pouvez voler à Phnom Penh pour 18 000 roubles - pour le moment, c'est l'option la plus économique. Dans le même temps, il est possible de trouver un vol encore moins cher - lors des soldes habituelles, six mois avant le départ, vous trouverez des billets Air Asia entre la Thaïlande et le Cambodge pour seulement 1 500 roubles. Une autre option consiste à acheter le tour le moins cher en charter à Bangkok et à n'utiliser que des billets. Les vols charters partent de nombreuses villes russes. Plusieurs compagnies aériennes effectuent des vols réguliers vers Bangkok depuis les régions de la Russie: Transaero dessert Ekaterinburg. Avec Uzbekistan Airways, vous pourrez vous rendre à la capitale de la Thaïlande depuis Ekaterinburg, Kazan, Krasnodar, Krasnoïarsk, Mineralnye Vody, Novosibirsk, Omsk, Rostov-on-Don, Samara, Ufa et Tcheliabinsk. De plus, le vol S7 relie Irkoutsk, Krasnoïarsk et Novossibirsk à Bangkok et ne peut se rendre au Cambodge que par avion, de Vladivostok à Korean Air en passant par Séoul. Un tel vol coûtera en moyenne 50 000 roubles.

Tous les prix sont approximatifs, ils peuvent changer sous l’influence de nombreux facteurs.

Des pays asiatiques

De Bangkok (Thaïlande) Thai Airways, Bangkok Airways et Air Asia desservent Phnom Penh, à l'exception de Bangkok Airways vers Siemrip.Depuis la capitale vietnamienne, Ho Chi Minh Airlines, Vietnam Airlines dessert Phnom Penh et Siem Reap. De Kuala Lumpur (Malaisie) Air Asia et Malaysia Airlines desservent la capitale du Cambodge, ainsi que Siemrip. Lao Airlines propose des vols quotidiens vers Siemrip, au départ de Vientiane, la capitale lao, ainsi que depuis les villes de Pakse et Luang Prabang. Vous pouvez voyager du Laos à Phnom Penh uniquement de Vientiane et vous rendre au Cambodge depuis de très nombreuses villes chinoises - de là, China Southern Airlines, Dragon Air, EVAAirv ChinaAirlines. De Singapour à Phnom Penh, les vols directs sont assurés par Jet Star Asia, Singapore Airlines et Silk Air. Seul Silk Air assure la liaison entre Singapour et Siemrip. De Séoul (Corée du Sud) Korean Air et Asiana Airlines desservent Phnom Penh et Siemrip.

Les passages frontaliers

Vietnam

Tous les jours de Ho Chi Minh à Phnom Penh, il y a plusieurs bus - des vols directs et des transferts à la frontière. Il est préférable d'acheter des billets auprès de l'hôtel, le prix d'un vol direct est de 15-18 $, avec un transfert - 10-12 $. La frontière est traversée par des bus desservant le passage le plus fréquenté, à savoir le village de Bavet. La route prendra 6-8 heures. En taxi, ce trajet peut être effectué en 4 à 5 heures et entre 45 et 50 USD. Le trajet à travers Bavet est le plus pratique et le plus rapide. En plus, il y a plusieurs passages frontaliers entre le Vietnam et le Cambodge: sur le Mékong dans la région cambodgienne de Kaam Samnor (Kaat Samnor) et l'aile vietnamienne Suong (VingXuong)près du village cambodgien de Phnom Den (Phnom den) et vietnamien tingh ben (Tinh Bien), la transition la plus occidentale - dans la région de la ville cambodgienne de Kep (Kep) - sera ajouté à ceux qui vont visiter l'île vietnamienne de Phu Quoc, le point de passage de la frontière de Trapeng Plong (Trapeang Phiong), Cambodge, à Sa Mat (Ha Mat)Vietnam

Laos

Du Laos au Cambodge, la frontière peut être traversée par deux passages frontaliers proches l'un de l'autre. L'un d'entre eux se trouve sur la rivière, le second sur la prochaine route. Vous traverserez les deux, vous pénétrez dans les profondeurs du Cambodge, d'où vous devez vous rendre à la civilisation. De la ville laotienne de Pakse (Pakse) dans le village cambodgien de Don Kong (Don Khong) deux bus partent tous les jours à 08h00 et à 09h00, le temps de trajet est de 3 heures et coûte 2,00 $. De plus, le Cambodge est accessible en bateau. Cela prendra au moins 8 heures au même prix. Le taxi coûtera 10-15 $. À Don Kong, il est préférable d’acheter pour 10 dollars un billet direct pour la ville de Stung Treng, à partir duquel un bus dessert Phnom Penh. Départ à 07h15, le temps de trajet est de 8 à 9 heures, un billet coûte 10 USD. Un taxi pour Phnom Penh coûtera environ 50 à 60 USD.

Thaïlande

Via Poipet:
Pour aller de Bangkok au Cambodge en passant par la frontière près de la ville de Poipet, vous devez vous rendre à la ville thaïlandaise d’Aranyaprathet. Un trajet en taxi depuis Bangkok coûtera environ 2500 bahts thaïlandais. (2550 roubles) et prendra 3 heures, en bus - 200-220 bahts et 3,5-4,5 heures, en train-48 bahts et 5,5 heures. En traversant la frontière à Aranyaprathet, vous vous retrouverez dans le Poipet cambodgien. Immédiatement à droite, après le stand des gardes-frontières cambodgiens, il y a une mini-station d'où un bus passe toutes les demi-heures à la gare routière. Ici, vous pouvez acheter un billet de bus ou payer un taxi pour des villes telles que Phnom Penh, Siem Reap, Sisofon et Battambang. Les bus partent au moins 4 fois par jour - à 6h30 pour Si-Sofon ($ 5)à 07h00 à Battambang ($ 10), à 08h00 à Phnom Penh ($ 15) et à 15h00 à Siemrip ($ 9). À la caisse, vous pouvez payer un taxi - en totalité ou à l'un des quatre endroits. Le prix d'une place dans la voiture pour Phnom Penh est de 25 $, pour Siemrip - 12 $. Si vous prenez un taxi, le prix sera plus élevé: pour Phnom Penh - 50-60 $, pour Siempere - 48 $ (Soyez prêt qu'à votre arrivée à Siempeur, le chauffeur essaiera de vous déposer à la périphérie du parking des chauffeurs de tuk-tuk - il recevra une commission.).

Pour ceux qui veulent économiser de l'argent à la gare routière de Poipet, des camions circulent le long de l'itinéraire Poipet-Syso-von-Siemrip, ils sont accessibles à 3-5 $ et à 5-6 heures. Ce sont principalement les locaux qui empruntent cette voie.

Via Ko Kong
Il faut au moins 10 heures entre Bangkok et le cambodgien Phnom Penh ou Sihanoukville si vous passez la frontière près de la ville de Ko Kong. De Bangkok, vous devez vous rendre à la ville de Trat, située près du poste-frontière.Tous les jours, au départ de la gare routière orientale de la capitale thaïlandaise Ekkamai, 12 bus de première classe y partent: le premier à 06h00, le dernier à 23h30. Le trajet en bus coûte 189 bahts et dure entre 5 et 6 heures. Le taxi coûtera entre 3 500 et 4 000 bahts et durera 4 à 4,5 heures. Les minibus relient Trat à la frontière de 06h00 à 18h00. (100 bahts, le trajet dure un peu plus d'une heure).

Ce poste frontière est moins populaire qu’à Poipet, il n’ya donc presque pas de files d’attente, mais il ya plus de gardes-frontières corrompus qui peuvent demander un visa jusqu’à 1 500 bahts.

La ville de Koh Kong se trouve de l'autre côté de la frontière, d'où vous pourrez vous rendre à Phnom Penh ou à Sihanoukville.En haute saison, à 8 heures par jour, le ferry part de Koh Kong pour Sihanoukville. (temps de trajet 3,5 à 4 heures, coût 20 $). D'août à octobre, les horaires des ferries sont modifiés. Le taxi pour Sihanoukville coûtera 40-45 $ et prendra 3, 5-4 heures. Le bus pour Sihanoukville coûte 10-12 $ et prend 4-4,5 heures. Vous pouvez vous rendre à Phnom Penh en taxi pour 50-55 $ et 6-6,5 heures.

La monnaie

La monnaie officielle du Cambodge est le Cambodge Riel (Riel cambodgien). Pas de pièces, seulement des billets de banque. Les notations: 50, 100, 500, 1000, 5000, 10 000, 50 000 et 100 000 riel. Presque partout où ils prennent des dollars, la monnaie officielle n’est en fait nécessaire que sous la forme d’une monnaie d'échange, lorsque vous devez payer moins d'un dollar; il n'est donc pas logique de changer beaucoup d'argent.

Si vous voyagez au Cambodge depuis la Thaïlande, vous serez heureux de prendre le baht (Monnaie thaïlandaise), mais plus on s’éloigne de la frontière thaïlandaise, plus le cours est mauvais. Les bureaux de change se trouvent presque partout. La plupart des entreprises cambodgiennes utilisent le taux de 1 $ = 4 000 R, quelle que soit la devise que vous calculez. Toutefois, lorsque vous payez la facture avec un montant compris entre 100 et 200 dollars, le montant sera presque certainement calculé au taux en vigueur, ce qui peut être 4 050 et 4 100. 1 $.

Cartes de crédit

De nombreux hôtels, certains restaurants et magasins de souvenirs acceptent les cartes de crédit, mais vous devez être préparé au fait que, lorsque vous payez par carte, vous pouvez gagner 2 à 3% de plus. En dehors des grandes villes, les cartes ne sont pratiquement pas acceptées. Les guichets automatiques se trouvent dans toutes les grandes villes.

Électricité

Au Cambodge, on utilise une tension standard de 220 V. Les prises sont doubles: elles conviennent aux fiches russe et américaine. Lors de la planification de nuitées dans de petites maisons d’hôtes, il convient de garder à l’esprit que des ampoules très faibles sont souvent vissées dans les chambres et qu’il n’ya pas toujours de douille. Les voyageurs expérimentés doivent donc emporter une ampoule et une cartouche avec douille intégrée.

Le temps

Le fuseau horaire du Cambodge est GMT / UTC +7, la différence avec Moscou est de 3 heures.

Téléphonie

Le code téléphonique du Cambodge est le 855. Dans les grandes villes, il arrive que des cabines téléphoniques se rencontrent, mais il est coûteux et peu pratique d’appeler à partir de là. Trouver une carte de paiement n’est pas si facile. Les communications cellulaires sont assez bien développées. Au Cambodge, il existe 8 opérateurs de téléphonie mobile. Le plus grand opérateur est Mobitel. Le coût d'une minute - 5 centimes de conversation au sein du réseau et 10-15 centimes pour les appels vers des téléphones externes. Envoi de SMS vers d'autres réseaux - 10 cents, MMS-15.

Dans un grand centre commercial, vous pouvez obtenir une carte SIM locale sans problèmes en 5 minutes.

Auparavant, l'achat d'une carte SIM par vous-même était problématique, ce qui nécessitait un visa d'affaires. Cette règle a récemment été annulée, mais certains vendeurs tentent toujours de convaincre les étrangers de confirmer les objectifs commerciaux du voyage et de prendre 50 dollars de plus pour le service.

L'internet

À Phnom Penh et Siempe, vous trouverez un grand nombre de cybercafés dans lesquels vous pourrez vous connecter en ligne pour 0,5 USD par heure. Dans d'autres villes, les cybercafés seront plus difficiles à trouver. En outre, compter sur la vitesse élevée d’Internet n’en vaut pas la peine.

Si vous avez un ordinateur portable lors d'un voyage au Cambodge, vous pouvez acheter une carte SIM locale et vous connecter à Internet via un téléphone portable. Le coût d’un mégaoctet d’Internet sur le réseau Mobitel est de 40 centimes. Trouver une connexion Wi-Fi gratuite au Cambodge est facile, il se trouve dans un endroit plus ou moins décent.

Comment se déplacer au Cambodge

Avion

La seule direction nationale existante entre Phnom Penh et Siemrip est desservie par Vietnam Airlines. Le billet aller simple coûte environ 100 $, le temps de trajet est de 50 minutes. Compte tenu de la route de l'aéroport et de l'aéroport ainsi que de l'enregistrement, l'avion n'est pas le moyen le plus pratique et le plus rentable de voyager dans le pays. Sur le même itinéraire, le bus peut être atteint en 3,5 à 4 heures, en payant 7 $.

Le train

La communication ferroviaire au Cambodge n'est pas développée. Sur l'unique itinéraire Phnom Penh - Battambanghodyat s'entraîne avec des wagons de marchandises ou assis - avec des sièges en bois. Dans les deux cas, voyager en train n'est pas amusant.

Bus

En bus au Cambodge, vous pouvez aller presque n'importe où pour un prix très raisonnable. La solution la plus simple consiste à acheter des billets auprès de votre hôtel: le supplément sera minime et le bus viendra vous chercher juste à la porte de l'hôtel. Il existe plusieurs compagnies de bus dans le pays. Sur le site Web www.canbypublications.com, vous pouvez trouver les horaires et les prix de différentes sociétés, mais il est préférable de vérifier cette information.

Le plus grand nombre d’itinéraires provient de la compagnie de bus Phnom Penh Sorya Transport. Son adresse à Phnom Penh: coin de rue 217 et 67 (Théâtre Sorya), +855 (23) 21 08 59, adresse à Siem Reap: st. Ter Vong, 588, + 855 (63) 761912. Les bus les plus confortables - de la compagnie Mekong Express. Adresse à Phnom Penh: coin nab. Sisowath et st. 102; +855 (23) 42 7518, adresse à Siempere: BlvdSivatha, 14 A; +555 (63) 96 36 62, tél. arrêt de bus à Sihanoukville: +855 (34) 93 41 89.

Par l'eau

Cambodge - un paradis pour les amateurs de transport sur l'eau. Il y a beaucoup de rivières ici, vous pouvez donc nager dans presque tous les endroits intéressants du pays. Parmi les destinations touristiques à noter, l’itinéraire Phnom Penh - Siemrip, qui utilise des bateaux à grande vitesse (départ à 07h00, arrivée à 13h30, coût - 25 $). De Sihanoukville à Koh Kong, à la frontière thaïlandaise, vous pouvez nager tous les jours à 09h30 pour 20 USD, le temps de trajet est de 3-4 heures. (dans la direction opposée départ à 08h00). Une autre excursion en bateau panoramique peut être effectuée le long de la route Battambang-Siemrip. Le bateau part à 07h00, le trajet dure de 4 à 7 heures, selon la saison, le coût est de 12-15 $.

Presque tous les bateaux au Cambodge ne sont pas une nouveauté différente. L'horaire ci-dessus peut changer, spécifiez l'heure avant le voyage.

Taxi

Au Cambodge, le prix d'un taxi est fixé uniquement depuis les aéroports de Phnom Penh ($ 7) et Siempe ($ 5). Le coût de tous les autres voyages doit être négocié à l'avance.

Un voyage typique en ville coûte entre 2 et 4 dollars par voiture et entre 0,5 et 2 dollars par tuk-tuk ou mototaxi. Il est souvent pratique de prendre un taxi toute la journée: la voiture coûtera entre 5 et 30 dollars, un toc-toc coûtera entre 10 et 15 dollars, une moto coûtera entre 6 et 9 dollars. Le moyen le plus simple de commander un taxi est de passer par l’hôtel. Toujours se mettre d’accord sur le prix avant le voyage, payer après. Lorsque vous voyagez entre les villes en taxi, le moyen de transport le plus pratique et le plus intéressant. Si quelque chose a attiré votre attention sur le trajet, vous pouvez toujours demander au conducteur de s’arrêter. N'oubliez pas que, lorsqu'ils commandent un taxi longue distance, en particulier dans les destinations touristiques populaires, les voyageurs tentent souvent de tricher en augmentant le prix d'un trajet de 3, 5 ou même 7 fois.

Le coût du voyage entre les villes, qui devrait être guidé: Phnom Penh-Siemrip- $ 40-50, Phnom Penh - Battambang - $ 35-40, Phnom Penh-Sihanoukville- $ 25-35, Phnom Penh - Kampot - $ 20-25, Siemrip - Poipet - $ 25-30 (dans le sens opposé 40 $), Sihanoukville-Ko Kong - 50 $.

Location de voiture

Rouler seul au Cambodge n’est pas un exercice simple et sûr. Dans les villes, la pénurie de feux de signalisation et de panneaux de signalisation est généralisée et les automobilistes locaux ignorent presque complètement le code de la route. La qualité des routes laisse également beaucoup à désirer: si elle reste tolérable dans les villes, elle est généralement inférieure à la moyenne. La location d'une voiture coûtera environ 15 $ par jour pour une vieille Toyota Camry en bon état et 30 $ pour une Mitsubishi Pajero. Les droits russes au Cambodge sont valables.

Motos et scooters

La moto peut être louée à Phnom Penh. Un scooter coûte 8-10 $ par jour, un vélo de piste décent peut être pris pour 25-50 $. Inspectez très bien la moto et faites-lui remarquer toutes les éraflures et autres dommages, sinon elle devra les payer à la livraison. Vous ne pouvez pas louer de moto à Siempere, mais vous pouvez faire une location dans une autre ville.

Bicyclette

Les vélos peuvent être loués presque partout. Le coût du loyer est de 1 à 3 jours.

Communication avec la police de la circulation

Si vous êtes arrêté, la première chose à faire est de retirer les clés et de les cacher dans votre poche. Résister et refuser de payer, même si vous n’avez rien cassé, n’est pas la meilleure option. L’amende maximale au Cambodge est de 10 000 riel ($ 2,5)Lors du paiement, vous devez écrire un reçu.

Quelques règles d'étiquette

Les Cambodgiens sont des gens très polis et calmes. Ils sont facilement offensés mais, en règle générale, ils ne vont pas à la confrontation. Faire du bruit et montrer violemment des émotions négatives pour les Cambodgiens signifie «perdre la face», il est donc préférable de rester imperturbable. Le salut traditionnel des Cambodgiens est un léger arc avec les mains jointes devant la poitrine. Répondez à la salutation avec le même.

À l'entrée des temples doivent être retirés des chaussures. Si vous souhaitez photographier les moines, il est préférable de leur demander d'abord l'autorisation.Si vous êtes assis, ne dirigez pas les pieds vers les sanctuaires ou l'interlocuteur - cette partie du corps est considérée comme indécente. Ne touchez jamais la tête de quelqu'un, ne touchez pas les enfants à la tête. Chez les Cambodgiens, le haut de la tête est considéré comme un lieu saint, le siège de l'âme. Si un repas ou une boisson vous est offert, il est jugé prudent d’en essayer un peu, sinon vous risqueriez d’offenser la gâterie.

Angkor

L'ancienne ville d'Angkor - patrimoine historique unique du Cambodge. Autrefois un million de villes et le plus grand centre d'Indochine, Angkor est aujourd'hui un immense musée de temples d'une superficie de 200 km² à ciel ouvert. Lorsqu'on se promène dans Angkor, on peut créer involontairement le sentiment que de nombreux temples en pierre aux murs fleuris semblaient être sortis de la jungle infranchissable. Les scientifiques se débattent toujours avec les énigmes de leur construction, mais la capitale de l’Empire khmer a gardé des secrets depuis des siècles. Comme à son apogée, Angkor demeure un pôle d'attraction pour attirer des gens du monde entier. Et si les premiers marchands sont venus ici, ce sont aujourd'hui des voyageurs: il n’ya probablement pas un seul touriste qui a visité le Cambodge et n’a pas visité Angkor.

Histoire

Carte d'angkor

Angkor fut la capitale de l'empire khmer pendant plus de 600 ans, de 802 à 1432. Pendant ce temps, l’empire a connu des hauts et des bas, des guerres incessantes avec ses voisins: le Vietnam, le Siam (Thaïlande) et la Birmanie (Myanmar). Entre les guerres, les dirigeants dirigèrent leurs efforts vers la construction de nouvelles et nouvelles églises. Les temples que l'on peut voir aujourd'hui ne sont qu'une petite partie d'un immense et puissant empire. C'est difficile à croire, mais à l'époque où les capitales européennes étaient de petites localités et, par exemple, pas plus de 40 000 personnes vivaient à Paris, la population d'Angkor comptait presque un million d'habitants! La raison pour laquelle il ne reste que des temples de la mégalopole forte d'un million de personnes est simple: seuls les "rois-dieux" et les prêtres ont été autorisés à vivre dans des bâtiments en pierre, et les simples mortels ont construit des habitations en bois qui ne vivaient pas encore.

Un moine à Angkor Vat Tree poussa dans le temple de Ta-Prom

Jusqu'en 802, le Cambodge était une principauté dispersée. Le roi Jayavarman II a réussi à unifier le pays en un seul empire. Il s'est déclaré "le roi des dieux" et a construit un immense temple au sommet de la colline Phnom Kulen, symbolisant la demeure de Shiva, sur le légendaire mont Meru, au centre de l'univers. Ainsi a commencé la "course à la gloire" architecturale, qui nous a donné une beauté que nous pouvons admirer aujourd'hui.

Roi Indravarman I (877-889) construit un lac artificiel et un temple Pre-Ko. Le lac était le début du système d'irrigation, ce qui a permis à Angkor de ne pas dépendre des aléas de la nature pour l'irrigation des terres. Fils du roi, Yasovarman I (889-910), poursuit le travail de son père en créant son propre temple de montagne, Phnom-Backeng, à partir duquel les touristes admirent le coucher de soleil sur Angkor Vat. Après la mort de Yasovarman I, la capitale s'est brièvement déplacée à Ko-Ker, une ville située à 80 km d'Angkor. Déjà en 944, Angkor redevint le centre du pouvoir des rois de Rajendravarman IV (944-968)qui a construit Pre-Rup, et Jayavarman V (968-1001)qui a créé les temples de Ta-Keo et Banteay Srey.

Beau coucher de soleil à Angkor

Les plus grands joyaux d’Angkor, les temples d’Angkor Vat et d’Angkor Thom, ont été construits à l’époque classique de la ville. Le premier roi de cette période, Suryavarman II (1112-1152), a réussi à renforcer considérablement l’empire et à diffuser l’influence des Khmers dans les pays voisins. Contrairement aux autres rois, il n'adorait pas Shiva, mais la divinité suprême Vishnu, à qui il avait dédié le plus majestueux des temples d'Angkor - Angkor Wat. À cette époque, de graves problèmes avaient déjà commencé à Angkor même: la ville était surpeuplée, il n'y avait pas assez d'eau et les terres environnantes étaient épuisées. La construction du temple a sapé l'économie de la capitale. En 1177, des habitants du royaume cham - des vassaux de l'empire khmer - se sont rebellés, ont capturé et détruit Angkor. Quatre ans plus tard, le roi Jayavarman VII (1181-1218) cham expulsé La ville fortifiée d'Angkor Thom a été construite sur le site du vieil Angkor. Jayavarman VII a construit de nombreux temples, y compris Bayon, un temple de montagne aux visages tournés dans toutes les directions. Jayavarman VII fut le premier roi du Cambodge, vénérant non pas les dieux hindous, mais le Bouddha.

Porte sud

Après la mort de Jayavarman VII, l'empire est tombé en ruine, le bouddhisme a été oublié et de nombreuses sculptures bouddhistes ont été détruites. L'empire khmer n'a jamais été en mesure de retrouver son ancien pouvoir.

En 1351 et 1431, les Thaïlandais ont défait Angkor, emportant avec eux de l'or et des objets d'art. Le centre énergétique de l'Asie du Sud-Est s'est déplacé en Thaïlande. La capitale du Cambodge a été déplacée à Phnom Penh et Angkor a été abandonnée.

Dans les années 1860, le voyageur et botaniste français Henri Muo tomba sur un monastère situé sur le territoire d'Angkor, alors sous le contrôle de la Thaïlande. Les descriptions des temples majestueux dans les jungles du Cambodge ont paru avant cela, mais ce n'est qu'après la publication de la découverte de Henri Muo que les Européens se sont tournés vers Angkor.

Angkor Thom fille à Angkor Vat

En 1907, Angkor fut renvoyé au Cambodge. Les voyageurs, les aventuriers, les archéologues et les historiens sont arrivés ici, et Angkor est devenu progressivement l'une des principales attractions de l'Asie du Sud-Est. La restauration des temples était un grand défi. La plupart d'entre eux, à l'exception d'Angkor Vat, étaient très envahis par la jungle, parfois à un point tel qu'il était impossible de nettoyer le temple sans l'endommager. Il y avait un différend quant à la question de savoir dans quelle mesure les temples devraient être restaurés, si des ajouts tardifs devaient être supprimés, tels que des images bouddhistes dans des temples hindous, etc. En 1920, il fut décidé de restaurer les temples à l'anastilose. L'idée de la méthode était que la restauration a été réalisée en utilisant uniquement les matériaux utilisés dans la construction d'origine, tout en préservant la structure d'origine des temples. Les matériaux modernes ne pouvaient être utilisés que si les originaux étaient perdus.

Des années 1930 aux années 1960, la plupart des églises ont été restaurées. Les Khmers rouges n’ont presque pas endommagé Angkor, mais les travaux de restauration ont été suspendus et la jungle a attaqué les temples avec une nouvelle force. Après la chute du régime de Pol Pot, les travaux se sont poursuivis. En 2003, l'UNESCO a estimé qu'il était possible de retirer Angkor de la liste du patrimoine culturel en péril.

Statues gravées dans les murs du temple d'Angkor Thom Temple Ta-Prom Route du temple d'Angkor Vat

Un petit dictionnaire pour une meilleure compréhension de la description des temples

Pierre avec l'image sculptée du dieu Vishnu

Les dieux

  • Brahma - le principal des trois dieux principaux de la trinité hindoue, le "créateur".
  • Shiva est l'un des trois principaux dieux de la trinité hindoue, le "destructeur".
  • Vishnu est l'un des trois dieux principaux de la trinité hindoue, le "protecteur".
  • Krishna est la huitième réincarnation de Vishnu, généralement représentée en bleu, le plus souvent à la flûte.
  • Lakshmi est l'épouse de Vishnu, la déesse de la beauté et de la richesse.
  • Parvati est l'épouse de Shiva, elle est Shakti ou Durga, la déesse du pouvoir.

Créatures mythiques

Tête d'Asura
  • Asur est un démon.
  • Raksas est un démon.
  • Yakshasy - habitants de la pègre.
  • Apsara - la nymphe céleste, danseuse.
  • Devata est la demi-déesse.
  • Nag - Serpent Naga.
  • Garuda - moitié homme, moitié cloué.Vishnu, animal d'équitation.

Termes architecturaux et géographiques

  • Banteay - Forteresse ou Citadelle.
  • Baray - réservoir artificiel.
  • Boeng - un lac.
  • Gopura est une tour de porte dans une enceinte de temple hindou. Sert d’entrée au complexe du temple.
  • Linga (Lingam) - un symbole phallique qui ressemble à un cercle inachevé, du centre duquel pointe verticalement une tige de pierre - un symbole du dieu Shiva.
  • Phnom - colline ou montagne.
  • Prasat - tour.
  • Preah est sacré.
  • Wat - temple ou pagode.

Temples d'Angkor

Les temples d'Angkor sont peut-être l'endroit le plus impressionnant de toute l'Asie du Sud-Est. Les anciens rois khmers n'épargnaient aucun moyen de surpasser leurs prédécesseurs et chaque temple ultérieur était plus grand, meilleur et plus élégant que le précédent.

Angkor Wat

Angkor Wat

Le joyau d'une visite à Angkor - le magnifique temple d'Angkor Vat (Angkor Wat). Le profil de ses flèches est devenu pratiquement un symbole du Cambodge. Angkor Wat se compose de cinq tours centrales consacrées à des sanctuaires, de trois galeries rectangulaires de hauteur croissante au centre, entourées d'un fossé de 190 mètres de large, dont le profil général imite le bouton de lotus. Depuis la porte d'entrée, du côté ouest, une allée avec une clôture décorée de serpents à sept têtes mène au Temple.

Angkor Wat, vue de dessus

La première galerie, c'est le mur extérieur au-dessus du fossé, a des colonnes carrées avec les murs extérieurs et fermés du côté intérieur. Le plafond entre les piliers de la façade extérieure est décoré de rosaces en forme de lotus et l'intérieur de figures de danseuses. Les bas-reliefs sur les murs des trois galeries représentent des scènes de divers récits mythologiques et d'événements historiques. Vous pouvez voir ici des scènes des batailles de Ramayana et du Mahabharata, une image de l'armée de Suryavarman II, le démantèlement de l'océan par des démons et des dieux, la victoire de Vishnu sur des démons et des scènes de batailles mythiques diverses.

De la première galerie une longue allée mène à la seconde. Il est possible de monter sur la plate-forme le long des escaliers, décorés des deux côtés, avec des figures de lions. Les murs intérieurs de la deuxième galerie sont recouverts d'images d'asparas, jeunes filles célestes.

Angkor Wat dans la brume matinale

La troisième galerie couvre les cinq tours qui couronnent la terrasse la plus haute. Les escaliers très raides représentent la difficulté de monter au royaume des dieux. Sur les murs de cette galerie sont gravés des motifs de serpents, dont les corps se terminent dans la gueule de lions.

Vue d'Angkor Wat d'en haut

Les pierres du Temple, lisses comme du marbre poli, ont été posées sans aucune solution de liaison. Le matériau de construction est du grès, qui a été livré du mont Kulen, une carrière située à environ 40 km au nord-est. Presque toutes les surfaces, les colonnes et même les linteaux du toit sont taillés dans la pierre.

La Société indienne d'archéologie, entre 1986 et 1992, a effectué des travaux de restauration à Angkor. Le temple fait partie de la liste du patrimoine mondial de l'UNESCO.

Article principal: temple d'Angkor Wat

Angkor Thom

Angkor Thom est une grande ville entourée d'un haut mur de huit mètres. Chaque côté du mur mesure 3 km de long et est protégé à l'extérieur par un large fossé de 100 mètres rempli d'eau. On pense qu'à l'apogée de l'empire vivaient environ un million de personnes. Angkor Thom a été construit par le roi Jayavarman VII (1181-1218) après avoir vaincu Angkor des guerriers de Cham qui l'avaient capturé. À Angkor Thom, vous pouvez passer par l’une des cinq grandes portes. Chaque porte mène à un pont construit à travers le fossé. Il est préférable de passer par la plus belle porte sud. Sur le pont se dressent, gardant la ville, 108 statues en pierre, à droite 54 devat (divinités)laissé 54 asuras (démon). Devat et asura ont soutenu Naga à plusieurs têtes (serpent) - Symbole khmer de l'arc-en-ciel, le pont entre la terre et le ciel. En face d'une série de sculptures se trouvent des naga, dont sept têtes sont prêtes à répandre un poison mortel. Au-dessus de la porte se trouvent quatre faces en pierre, regardant dans des directions différentes.

Passerelle vers Angkor Thom et pont avec statues de démons. Touristes sur un éléphant à Angkor Thom. Vue depuis le temple Bapuon à Angkor Thom.

Bayon

Bayon est un complexe de temples situé au centre d'Angkor Thom, construit en l'honneur de Jayavarman VII. Le temple a trois niveaux et est entouré de trois murs.La partie principale du décor du temple - l'image de la vie quotidienne et de la vie quotidienne des Khmers. Il y a aussi un mur blanc d'une hauteur de 4,5 mètres, qui représente des scènes de la victoire de Jayavarman VII sur les Chams lors de la bataille sur le lac Tonle Sap.

En 1925, le temple fut reconnu comme un sanctuaire bouddhiste et, en 1928, grâce aux efforts de F. Stern et de J. Sedes, il fut correctement daté.

En 1933, dans le puits de la fondation, ils trouvèrent une statue de Bouddha, qui présentait des similitudes extérieures avec Jayavarman VII et qui, lors de la restauration de Brahman (immédiatement après la mort de Jayavarman VII) a été profané. Il a été restauré et installé sur la terrasse à l'est du sud de Khleang.

Temple de Bayon Visages sur les tours du temple de Bayon Temple de Bayon

Article principal: Temple du Bayon

Bapuon

Après avoir profité de la merveilleuse atmosphère de Bayona, vous pourrez vous rendre au temple voisin de Bapuon (Baphuon). Pendant longtemps, seul un chantier de construction pouvait être vu ici. Il y a seulement deux ans, cet ancien temple hindou dédié à Shiva a été ouvert au public. Plusieurs décennies de travaux de restauration dans le temple ont été appelées "rassembler l'une des énigmes les plus difficiles" au monde.

Vue depuis le sommet de Bapuon

Dans l’antiquité, le temple de Bapuon était l’une des plus belles structures d’Angkor. Cependant, au début des années 50, il était au bord de la destruction totale. Une équipe de restaurateurs dirigée par des archéologues français a décidé que le seul moyen de préserver le temple était de le démonter pour renforcer la fondation, puis de reconstruire le bâtiment. Au début des années 60, le projet a été lancé et Bapuon a été démantelé. Lors de la déconstruction des blocs du temple ont été transférés dans la jungle environnante, chaque bloc a été numéroté. Au milieu des années 1970, les Khmers rouges sont arrivés au pouvoir et les travaux ont été interrompus. Plus tard, les Khmers rouges ont détruit la documentation relative au démantèlement du temple et il ne restait aucune information sur l’ordre dans lequel 300 000 blocs de pierre seraient posés. La tâche était la plus difficile - il n'y avait pas deux blocs identiques, chaque pierre ne pouvait se trouver qu'à sa place. Les architectes n’ont pu compter que sur les nombreuses photos et souvenirs des travailleurs cambodgiens. Les travaux ont été compliqués par le fait que plus tard, aux 10ème et 16ème siècles, une statue de Bouddha inachevée de 60 mètres fut sculptée dans le mur du deuxième niveau, violant ainsi le style uniforme du temple. Quoi qu’il en soit, aujourd’hui, un puzzle géant a été assemblé et les principaux travaux sur le temple sont terminés. Certes, il reste encore des travaux de finition, une partie du temple est encore un échafaudage fermé, cela l’empêche de photographier.

Au sommet du temple, il y a un escalier raide avec des marches très hautes. Si vous décidez de monter, faites-le avec précaution.

Temple Bapuon Dans Temple Bapuon Haut du Temple Bapuon

Terrasse des éléphants

Au nord de Bapuon se trouve la célèbre terrasse des éléphants (Terrasse des éléphants), un mur épais de 320 mètres de long, le long duquel sont sculptées des images d'éléphants, de lions et de garud - les mythiques mi-hommes-mi-oiseaux. Vous pouvez escalader le mur et marcher le long du sommet ou regarder les images ci-dessous. Il est préférable, si le temps le permet, de faire les deux: les images à l'intérieur du mur, visibles uniquement d'en haut, ne sont pas moins intéressantes. À une certaine époque, la terrasse servait de plate-forme à partir de laquelle le roi et le public invité pouvaient assister aux cérémonies officielles et procéder à un examen des troupes. Sur la terrasse se trouvaient également des traces de pavillons dans lesquels le roi pouvait recevoir des délégations. Cinq entrées massives en arc de la place royale mènent à la terrasse: trois dans la partie centrale et une à chaque extrémité. Les terrasses orientales et occidentales sont décorées de bas-reliefs et de statues de garuds et de lions, elles soutiennent la terrasse à la manière des Atlantes. À Angkor Vat, sur le bas-relief du ciel et de l'enfer, les mêmes personnages soutiennent les palais célestes. Les côtés nord et sud sont décorés de bas-reliefs d'éléphants à drovers, réalisés en taille réelle. Un petit Bouddha gravé sur le mur de la section centrale confirme que la terrasse est l'œuvre du roi bouddhiste Jayavarman VII.L'escalier central est décoré de la même manière que les portes d'Angkor Thom: trois têtes d'éléphants dont le tronc forme les piliers sont surmontées de lotus. La terrasse des éléphants a un relief inhabituel: quelque part, il y a très peu de personnages qui s'avancent en avant, et quelque part, ils se détachent très nettement. À certains endroits, les troncs forment des piliers, ce qui reste des escaliers. C'est un spectacle impressionnant, un seul problème - beaucoup de touristes qui cliquent sur les caméras.

Elephant Terrace Elephant Terrace Elephant Terrace

La terrasse du roi lépreux

Un peu plus au nord se trouve une autre terrasse - La terrasse du roi lépreux (Terrasse du roi lépreux) - une plate-forme de sept mètres de hauteur sur 25 mètres de long. La terrasse fait partie de la place royale. Sur les trois côtés extérieurs de la terrasse, sur plusieurs rangées, sont gravées des images de dieux, de démons, de Nagas mythiques et d'habitants de la mer profonde. Meilleures images - de l'est (devant) côtés de la terrasse. Au sommet se trouve une figure en pierre représentant un homme entouré de guerriers sur quatre côtés, qui a donné son nom à la terrasse. Il existe plusieurs versions de qui est représenté sur la statue et pourquoi c'est un lépreux. Un par un, ce nom a été donné à la terrasse à cause des taches de lichen recouvrant la statue. Selon un autre, de nombreux jetons ont été placés sur l'idée de lèpre sur le visage de la statue. (ils ne figurent pas sur la copie debout aujourd'hui; l'original est conservé au musée de Phnom Penh). Selon une théorie, la statue représente en réalité l'un des deux rois cambodgiens atteints de la lèpre. Cependant, les Khmers n'ont jamais dépeint de rois sans vêtements. La version la plus courante est que la statue représente le dieu de la mort, Pit, la terrasse utilisée pour les incinérations de membres de la famille royale, ou que la statue représente les habitants du royaume souterrain des yakshas.

La terrasse du lépreux roi des figures à l'intérieur de la terrasse Images de démons

La légende du roi lépreux

Figure de pierre sur le dessus (selon l'une des versions, la statue représente l'un des deux rois cambodgiens atteints de la lèpre)

Le jeune roi régna dans la capitale nouvellement construite. Il est devenu célèbre dans les campagnes militaires et au pouvoir dans le pays, mais son cœur était cruel. Il était détesté par toutes les concubines sauf quatre, dont les caprices lui faisaient droit. Quand les femmes s'ennuyaient de la vie de cour, elles souhaitaient partir avec lui et le roi, sans prévenir personne, quitta le palais. Dès le lendemain, la discorde a éclaté dans le royaume - deux nobles ont commencé à se battre pour le trône et ont lancé une guerre civile. Pendant les errances, le roi et ses concubines ont décidé de rendre visite à un ermite qui prédit l'avenir. Quand le roi déguisé apparut devant lui, il devina le haut rang de l'invité et dit: "Tu étais un grand souverain, mais à partir de maintenant, tu ne seras plus appelé le roi. Deux grandes armées se battent pour te priver du trône, et seulement Au zénith de votre gloire et de votre triomphe, vous ferez l'expérience de l'amertume de la vie et vous souffrirez d'un destin terrible. " Ces mots ont secoué le roi. Au bout d'un moment, il entra dans le camp d'un des nobles rebelles, fit alliance avec lui et dirigea son armée. Ayant fui l’autre, il tue plus tard le noble avec lequel il forme une alliance. À la tête des deux armées, le roi rentra dans la capitale pour rétablir la paix. C'est alors que la prédiction de l'ermite s'est réalisée. Lorsque le roi a fait le tour de la ville à cheval, la vieille femme en ruines a enfoncé de façon inattendue un poignard dans la poitrine du cheval. Elle s'est effondrée. La vieille femme s'est précipitée vers le roi et a pressé son corps flasque contre lui. Le roi a été libéré de ces câlins et la femme est tombée blessée par mille coups. La vieille femme s'est vengée, mais il y a plusieurs années, sa fille a été kidnappée et emprisonnée dans un harem royal. Elle était une lépreuse et a infecté le roi. La lèpre s'est développée rapidement, tout le monde l'a abandonnée, à l'exception de quatre concubines. Il a perdu le droit au trône et a dû vivre à l'extérieur du palais, condamné au désespoir et à la famine.Dans l'histoire légendaire du Cambodge, ce roi est identifié au prince Preah Tong, venu d'Inde pour épouser la fille du roi Naga. Il aurait également fondé la première capitale du Cambodge - la ville d'Angkor Thom.

Tepranam

Tepranam

Il y a également plusieurs petits temples et chapelles à l'intérieur d'Angkor Thom. Tep-Pranam est intéressant (Tep Pranam) - une grande terrasse ouverte en forme de croix avec la statue d'un immense Bouddha assis sur un lotus dans la pose "appel de la terre aux témoins", faite de blocs de pierre. La statue atteint une hauteur de 6 mètres et est située sur un socle doublé d’une hauteur de 1 mètre. Construite à partir de pierres déjà utilisées, la statue a une apparence grossière. La tête du Bouddha, «couronnée de flammes», fait clairement référence à une période plus tardive. La statue elle-même remonte au XVIe siècle et a été restaurée en 1950. A proximité se trouve une autre statue restaurée d'un Bouddha debout dans la position sans peur rarement trouvée. A proximité se trouve un petit monastère où vivent des religieuses bouddhistes.

Prea Pallilay

Prea Pallilay

Ce petit sanctuaire bouddhiste situé dans la forêt au nord de la terrasse du roi lépreux à Angkor Thom est suffisamment attrayant pour lui donner un peu d'attention lors de la visite d'autres monuments situés du côté ouest de la place royale. Fait intéressant, sur une porte, vous pouvez trouver le dieu hindou Indra sur son éléphant à trois têtes, Ayravate, et au-dessus des autres - la «tentation de Mara avec son armée de démons» attaquant le Bouddha, qui n'a pas survécu. Ce quartier est très inhabituel pour les Khmers - on suppose que les images bouddhistes de Prea Pallilai (Preah Pallilay) ils ont réussi à éviter la destruction par les Hindous féroces, les successeurs de Jayavarman VII, en raison de leur proximité avec Tep-Pranam et le monastère de Saugatashram, dont le statut officiel et la proximité du palais royal auraient pu sauver de précieuses images et les rendre inviolables.

Phnom-Bakeng

Vue d'Angkor Wat depuis le temple de Phnom Bakeng

Quittez Angkor Thom par la porte sud. Quelques centaines de mètres plus loin, se dresse la colline de 67 mètres de Phnom-Bakeng. (Phnom Bakheng), avec la construction du temple au sommet duquel ont commencé tous les bâtiments d’Angkor. Plus tôt au coucher du soleil, de nombreux touristes sont venus ici pour prendre des photos d’Angkor Wat au soleil couchant. Les vues sont restées les mêmes, mais au coucher du soleil, il n’est pas autorisé plus de 300 personnes à monter, alors si vous voulez profiter du coucher de soleil d’en haut, arrivez tôt. L'escalier menant au sommet est fermé pour réparations, vous pouvez monter par le sentier sinueux du côté sud de la colline. Pour 15 $, vous pouvez grimper au sommet de l'éléphant, mais vous devez généralement réserver une place à l'avance.

Touristes attendant le coucher du soleil Sommet du temple de Phnom-Bakeng Phnom-Bakeng

Ta Kaew

Construction de Ta Kaew (Ta Keo) a été lancé en 975 par Jayavarman V (968-1001). C'est le premier temple d'Angkor, construit en grès. Le temple est dédié à Shiva. Pour des raisons inconnues, probablement à cause de la mort du roi, il resta inachevé et non peint. Il semblerait qu'il se soit échappé de la grotte souterraine en poussant la jungle environnante. On sait que le temple s'appelait à l'origine Hemasringagiri - "montagne des pics d'or", probablement prasatas (tours) Le temple devait être recouvert d'or. Ta-Kéo est un nom moderne qui signifie "tour de cristal".

Ruines au pied du temple de Ta-Keo

Selon la tradition, les principaux temples ont été construits au centre de la ville royale. Jayavarman V a rompu la tradition en construisant Ta-Keo non pas au centre de sa capitale, mais au nord, à East Baray. Avec bar (étang) le temple relie l'allée pour les processions avec deux rangées de colonnes. Le temple lui-même est une pyramide rectangulaire de 22 mètres. Conçu comme l'incarnation des cinq sommets du mont Meru, Ta-Keo comprend cinq prasats situés au centre de son étage principal et est entouré d'un fossé à présent asséché qui symbolise l'océan.

Au premier niveau, sur une base haute, il y a une clôture de 120x105 mètres et un mur blanc avec des gopuras axiaux (tours de porte), dont la principale est orientée vers l'est.Deux bâtiments rectangulaires sont précédés de portiques parallèles au mur oriental.

Marches du temple

Le deuxième niveau atteint une hauteur de 5,6 mètres. Il y a une solide galerie de 79 x 73 mètres avec une fausse voûte en briques, des colonnes remplies de fenêtres vierges à l'extérieur et de fenêtres ouvertes avec des colonnes à l'extérieur. Les gopours sont construits dans les murs avec des tours d'angle. On ne peut pas entrer dans la galerie formée par d’anciens bâtiments rectangulaires plus anciens, ce qui indique son but purement symbolique. À l'intérieur de la clôture, deux bâtiments rectangulaires sont situés le long du mur est, deux "bibliothèques" de part et d'autre de la route d'accès. Afin d'avoir assez d'espace pour ces bâtiments, le côté est de la terrasse a été élargi par rapport à tous les autres. Les bibliothèques ont une structure intéressante: elles n’ont qu’une pièce à l’intérieur, mais à l’extérieur, grâce à deux arches semi-cylindriques abaissées, qui reposent sur les murs du périmètre, un semblant de nef et deux formes de chapelles. Par rapport aux autres temples richement décorés d’Angkor, Ta-Kéo a l’air spartiate, mais cela n’enlève rien à son atmosphère unique. Des escaliers mènent au sommet de la pyramide du temple. Chaque marche a une hauteur d'environ 40 cm et une largeur d'environ 10 cm, de sorte que le pied ne peut être placé que latéralement, en tenant les marches supérieures. Et si 22 mètres - la montée n'est pas pour les faibles de cœur, mais nous vous conseillons fortement de monter. On ne sait pas si les Cambodgiens ont choisi des centres énergétiques pour construire leurs temples, mais le sentiment d'une atmosphère époustouflante et de la proximité du ciel est indescriptible ici. À un moment donné, il devient difficile de savoir si vous devez revenir sur terre à partir de maintenant ...

Moto-taxi au temple de Ta-Kéo Ta-Kéo Ta-Kéo

Ta-Prom

Bâtiment au centre du temple

Kipling a décrit un temple abandonné en Inde, mais cette description est parfaite pour Ta-Prom (Ta Prohm) - un immense temple-monastère, absorbé par la jungle. De tous les temples d’Angkor, Ta-Prom est le plus poétique, avec l’atmosphère la plus étonnante créée par de grands arbres, des murs sinueux, poussant à travers des pierres et accrochés au-dessus des tours. Au fil des siècles, les racines et les murs ont poussé à un point tel qu'il est impossible de supprimer des arbres pour éviter l'effondrement des bâtiments. Ta-Prom a été construit au XIIe siècle par le roi Jayavarman VII en tant que temple bouddhiste. Le territoire de Ta-Prom est très vaste, à l'image du territoire d'Angkor Vat, mais l'architecture du temple est complètement différente de celle des autres temples d'Angkor. Il consiste en une chaîne de bâtiments d'un seul étage interconnectés par des passages et des galeries. En fait, ce temple-monastère est une série de galeries concentriques avec des tours et de nombreux bâtiments supplémentaires, entourés de puissants murs. On sait de diverses sources qu'il y avait dans le temple 39 prasats, 566 structures en pierre et 288 structures en briques, dans lesquelles se trouvaient 260 statues de dieux.

Temple Ta-Prom

De nombreux passages sont jonchés de pierres et inaccessibles. Le caractère unique de Ta-Prom réside dans le fait qu’il existe de nombreuses inscriptions anciennes gravées sur des pierres - plus que dans tout autre temple d’Angkor. La stèle de pierre, qui se trouve maintenant au Musée national d'Angkor, indique que, dans le meilleur des cas, le temple appartenait à 3 140 villages où travaillaient 79 365 personnes, dont 18 grands prêtres, 2 800 greffiers et 615 danseurs. À l'intérieur du temple vivaient plus de 12 000 personnes. Aujourd'hui, sur le site de la forêt entourant le temple, se trouvait une grande ville animée et de nombreux trésors étaient conservés dans les trésors du temple. Il est maintenant difficile de croire à tout cela, car la plupart des bâtiments sont devenus des ruines. Les pierres et les arbres sont si étroitement liés, formant un ensemble commun, que vous commencez parfois à douter que ce complexe constitue la base - une pierre ou un arbre. Les arbres sont deux variétés: grand - banian (Ceibapentandra) il se distingue par des racines épaisses, brun pâle, à structure nodulaire, tandis que les plus petites sont des figuiers (Ficus gibbosa) avec beaucoup de fines racines lisses et grises.Habituellement, la graine d'un arbre tombe dans une crevasse d'une construction en maçonnerie et les racines poussent jusqu'au sol. Les racines font leur chemin entre la maçonnerie et, devenant plus épaisses, deviennent le cadre du bâtiment. Lorsqu'un arbre meurt ou tombe lors d'un orage, le bâtiment s'effondre.

Ecole Française d'Extrême-Orient (Ecole Française d'Extrême-Orient)qui est engagé dans la restauration d’Angkor, a décidé de laisser ce temple dans son "état naturel" comme exemple de ce à quoi ressemblaient la plupart des temples d’Angkor lors de leur inauguration au XIXe siècle. Et pourtant, il était nécessaire d'éliminer complètement Ta-Prom de la jungle afin d'éviter toute destruction supplémentaire et de rendre possible la visite du temple. Pour voir le temple conquis par la jungle, visitez le temple Beng-Mealea (Beng Mealea).

Image de stégosaure

L'un des mystères intéressants de Ta-Prom est l'image d'un stegosaurus, gravé sur un mur, vers lequel les guides aiment se diriger. Peu de gens savent qu’il existe une autre image d’un dinosaure, il est presque impossible de la trouver sans guide et seuls des guides expérimentés peuvent la montrer. Personne ne peut expliquer où les anciens Khmers ont pu voir un dinosaure et comment il s'est avéré être accroché au mur. L’endroit le plus visité par les touristes à Ta-Prom est la cour avec les racines des figuiers, où le film "Lara Croft: Tomb Raider" a été tourné. À ce stade, le personnage principal déchire une fleur de jasmin et tombe dans le sol. Il serait idéal de marcher le long de Ta-Prom quand il n'y a pas une masse dense de touristes autour. Malheureusement, c'est presque impossible. La seule chance est de venir ici immédiatement à l'aube et d'être le premier ou d'être ici juste avant la fermeture, alors que la plupart des touristes sont occupés à regarder le coucher du soleil.

Kipling sur le temple de Ta-Prom

Le peuple des singes dans les bûches froides ne pensait pas du tout aux amis de Mowgli. Ils ont traîné le garçon dans une ville abandonnée et étaient maintenant très satisfaits d'eux-mêmes. Mowgli n'avait jamais vu de ville indienne et, même si ces ruines de la ville étaient en ruines, elles semblaient au garçon magnifiques et pleines de merveilles. Un prince souverain l'a construite il y a longtemps sur une colline basse. Restaient visibles les restes de routes pavées menant à la porte détruite, où les derniers fragments de bois pourri pendaient encore sur des boucles corrodées. Les arbres étaient enracinés dans les murs et élevés au-dessus d’eux; les dents sur les murs se sont effondrées et se sont réduites en poussière; Des plantes rampantes émergeaient des meurtrières et se répandaient sur les murs des tours avec des cils velus pendantes. Un grand palais sans toit se dressait au sommet d'une colline. Le marbre de ses fontaines et de ses cours était recouvert de fissures et de taches brunes de lichen. Derrière le palais, on pouvait voir une rangée derrière une rangée de maisons sans toit et la ville entière, comme des cellules vides, remplies seulement de ténèbres; le pont de pierre informe, qui était autrefois une idole, gisait maintenant sur la place, où quatre routes se croisaient; il ne restait que les fosses et les nids-de-poule aux coins des rues où se trouvaient autrefois les puits et les dômes délabrés des temples sur les côtés desquels des figuiers sauvages poussaient.

R. Kipling. Livre de la jungle

Preah Kahn

Un des plus grands projets de Jayavarman VII, Preah-Kan (Preah Khan)C’était bien plus qu’un temple: c’était une université bouddhiste avec plus d’un millier d’enseignants, entourée d’une grande ville. Comme à Ta-Prom, une stèle contenant des informations sur le temple a été trouvée ici: les inscriptions révèlent l'histoire de sa fondation et de son but. Le palais royal de Yasovarman II se trouvait habituellement à cet endroit, et l'inscription sur la stèle à propos du "lac de sang" rappelle que le temple a été construit sur le site d'une importante bataille avec les Cham qui a empêché la prise d'Angkor - le roi des Cham a été tué lors de cette bataille. La ville a été nommée Nagar Jayasri en l'honneur du roi Jayasri, qui est devenu célèbre dans cette bataille. (Sanscrit nagara signifie "ville")et le nom moderne Preah-Kan - "Épée sacrée" - est une traduction du nom Jayasri du sanscrit.

Entrée de la statue de Preah Kan Snake sur le pont

Si Ta-Prom était dédié à la mère de Jayavarman VII, alors Preah-Kan cinq ans plus tard, en 1191, était dédié au père du roi, Dharanin-dravarman. Une statue de Lokeshwar Bodhisattva a été créée à partir de cela. Dans les autres chapelles de la ville, il y avait 430 divinités mineures. Le pont naga, tout comme celui qui traverse le fossé d'Angkor Thom, suit l'allée d'entrée avec des piliers - les corps de deux serpents-nagas géants situés de part et d'autre du barrage contiennent plusieurs (demi-dieux) gauche et asuras (démons) à droite Malheureusement, l'emplacement relativement éloigné du temple a permis aux chasseurs de valeur de voler la tête. En général, ce type de figures géantes ressemble à la célèbre scène sur le bas-relief d’Angkor Vat "Fouetter l’océan laiteux". Comme à Angkor Thom, les naga nous font traverser les douves - il est probable qu’ils symbolisent également le pont entre le monde des hommes et les dieux.

Maison d'incendie

La tour est de la clôture extérieure a trois entrées, l’entrée centrale est la plus grande, une charrette pourrait la traverser. Sur les murs, de magnifiques sculptures en pierre de garuds géantes, tenues dans leurs mains par la queue d'un serpent naga, leur ennemi traditionnel. Ces figurines de 5 mètres sont situées à 50 mètres de distance sur tout le périmètre du quatrième encerclement - 72 au total, les plus grosses garudas se situant aux angles. Le gopura de la troisième clôture est le plus grand d’Angkor. Devant elle - une grande terrasse cruciforme avec des balustrades de Nagas et de lions. À droite, la soi-disant caserne de pompiers est l'une des 121 chapelles construites par Jayavarman VII le long des routes principales de l'empire. Toutes les chapelles sont construites de la même manière, orientées d’ouest en est, avec des tours sur les sorties ouest et des fenêtres uniquement vers le sud. D'après leurs noms sur les gravures, on peut comprendre qu'elles se rapportaient à des arches avec une flamme sacrée et, peut-être, servaient de points de rechargement dans un voyage rituel. Le gopura de la troisième clôture est décoré plus riche que tout. Ses trois tours largement espacées et ses petits pavillons aux deux extrémités sont reliés par des galeries avec des colonnes sur les côtés extérieurs. La longueur du gopura est de 100 mètres, il y a cinq entrées, ainsi qu'une galerie sur le côté gauche. L'entrée était gardée par deux gardes démons. Aujourd'hui, il ne reste plus que l'un d'entre eux. Seul le piédestal restant rappelle le second. Entre la tour centrale et la tour sud poussent deux beaux arbres géants, leurs troncs sont inclinés l'un à l'autre. Les arbres sont très vieux, ils risquent de tomber et d’endommager sérieusement la maçonnerie.

Porte Est des danseurs de Preah-Kan Le but de cet immeuble de deux étages à Preah-Kan est inconnu

Immédiatement après le gopura, tout comme à Ta-Prom, il y a un grand bâtiment - la salle des danseurs (maintenant c'est sans toit). Le bâtiment se compose de quatre petites cours, chacune entourée de 24 colonnes, et forment ensemble une galerie. Le bâtiment tire son nom des bas-reliefs des apsaras, gravés dans la danse. Faites attention aux niches vides au-dessus des bas-reliefs des danseurs. Des statues sculptées de Bouddhas se trouvaient autrefois ici, elles ont été détruites sous le règne de Jayavarman VIII, un restaurateur de l'hindouisme, avec des milliers d'autres à travers Angkor. À l’intérieur des galeries de la deuxième clôture, laissez vos yeux s’habituer à l’obscurité et admirez les élégantes garudas sculptées. Dans le vestibule à l'ouest du sanctuaire se trouve le lingam, symbole de Shiva, installé ici probablement dans la seconde moitié du XIIIe siècle.

Juste derrière le gopura de la deuxième barrière se trouve un petit temple de Vishnu avec un long socle à l'entrée est. Sur le socle se trouvent des ouvertures pour trois statues et un bec pour effectuer un rituel de consécration de l'eau, comme sur la lingue. L'inscription sur le chambranle indique que les statues manquantes représentaient Rama, Lakshman et Sita, et que la surface latérale du même portail est ornée de sculptures. Sur le pignon ouest se trouve une scène dans laquelle Krishna soulève le mont Govardhana. Ensuite, trois petits temples rectangulaires entourent le temple du Bouddha: le nord est dédié à Shiva, le sud aux rois et reines morts et le occidental à Vishnu.

Ruines couvertes de mousse Fille locale du temple de Preah Kan

Comme d'habitude, le sanctuaire central est déplacé vers l'ouest. Les murs intérieurs sont parsemés de petits trous qui ont été utilisés pour attacher des tôles de parement en bronze. Les inscriptions gravées du temple affirment que plus de 1 500 tonnes ont été utilisées. Au centre se trouve un petit stupa, ajouté autour du XVIème siècle. Le matin, sous un certain angle, on peut avoir l’illusion que le sommet d’un stupa est aveuglant. Initialement, il y avait une statue faite par le père de Jayavarman VII, Jayavarmesvara, qui a probablement été détruite par Jayavarman VIII lors de la restauration de l'hindouisme à Angkor. Comme à Ta-Prom, des arbres énormes poussent ici même sur les murs et il est impossible de les enlever sans endommager la maçonnerie. Néanmoins, Preah-Kan est beaucoup plus débarrassé de la jungle que Ta-Prom.

Neac Pean

2,5 km à l'est, un chemin étroit mène au temple Neak-Pean (Neak Pean), traduit par "serpents enroulés". Il a été construit par le même Jayavarman VII au XIIe siècle. Ce monument d'architecture inhabituel, de petite taille selon les normes d'Angkor, avec la disposition cruciforme des réservoirs et la tour du sanctuaire sur l'île ronde au centre, est très symbolique. Présentée sous la forme de pétales de lotus, la base de cet édifice ressemble à une énorme fleur qui a fait surface: elle ne peut toutefois être vue que pendant une courte période - pendant la saison des pluies, lorsque les piscines sont remplies d'eau. A cette époque, le temple se reflète dans l'eau et ne ressemble à aucun autre. Neak-Pean est sans aucun doute l'un des joyaux de l'art khmer.

Route vers le temple Neac-Pean Neac-Pean pendant une sécheresse

La stèle de pierre du temple de Preah-Kan mentionne ce temple et l'appelle "le bonheur du royaume". Elle indique que le roi Jayavarman VII a construit le "lac du Nord" "comme un miroir orné de pierres, d'or et de guirlandes". L'étang scintillait, éclairé par la lumière du temple d'or et orné de fleurs de lotus rouges. À l'intérieur, une île imposante, particulièrement belle grâce aux eaux qui l'entourent. L'inscription sur l'un des murs trouvés lors du nettoyage de Preah-Kan mentionne Neak-Pean "comme une île célèbre attirant par ses bassins - ils lavent la boue des péchés de ceux qui y viennent". Le temple était un lieu de pèlerinage: ils sont venus ici pour se baigner et "les malades sont revenus guéris". Au XIIIe siècle, le Chinois Zhou Daguan décrivit le temple de la manière suivante: "Le lac du Nord se trouve à un quart de mile au nord de la ville fortifiée. Au centre se trouve une tour carrée en or avec quelques dizaines de salles de pierre. Si vous recherchez des lions d'or, des éléphants de bronze, des bœufs de bronze, chevaux de bronze, ici vous les trouverez. " Deux nagas entourent la base de l'île ronde d'où le nom Neak-Pean. Leurs têtes divergent à l'est pour donner un passage et sont faites à la manière de la tête du roi des serpents Mukalinda, qui a défendu le Bouddha en méditation lorsque la tempête approchait. La plate-forme supérieure apparaît comme un énorme halo d'un lotus en fleurs. Il n'y a pas de statue dans le sanctuaire bouddhiste, mais tout l'environnement est préservé - deux niveaux avec des lotus et des pignons décorés de bas-reliefs de la vie de Bouddha: "la circoncision des cheveux" à l'est, "Grand départ" au nord et "Bouddha méditant sous le sous-corps des Bodhi" à l'ouest. Sur les murs extérieurs du temple - bas-reliefs sous la forme de trois beaux groupes avec de grandes images de Lokeshvara - un bodhisattva compatissant.


Neac Pean dans les rayons du soleil couchant

À l'intérieur des marches de l'étang central, il y a quatre chapelles identiques. Ils ont servi à purifier les pèlerins qui, comme on peut en juger d'après les bas-reliefs des pignons, sont venus ici dans l'espoir d'être guéris des maladies ou de se débarrasser du malheur. Les bas-reliefs sur les murs des chapelles représentent des scènes où se trouve une divinité au centre - le sauveur d’Avalokiteshvara: d’un côté, le malade se traîne difficilement sur le sol et de l’autre, la même personne se redresse et retrouve la capacité de marcher. Dans le sud, vous pouvez trouver un certain nombre de (Personnages de Shiva)sans doute de faire partie du "mille ling" décrit dans les inscriptions en preah-kan.

Sculpture de cheval

À l'est, le groupe de sculpteurs, malheureusement très endommagé, est un cheval portant des hommes de petite taille. Cette image est associée à une légende tirée du texte sanscrit: le marchand Simkhal, accompagné de ses camarades, partait à la recherche de pierres précieuses. Une terrible tempête a coulé son navire au large de Tamradvipa. (île de Ceylan)et les marchands devinrent la proie de terribles cannibales qui menacèrent de les manger. Et puis le bodhisatva Avalokiteshvara s'est transformé en cheval, s'est retrouvé sur une île, puis a pris l'air et a amené les marchands au Bouddha, le sauvant de la mort.

Temple du Mebon oriental

Mebon Est

Grand Bari Est (réservoir)qui entoure East Mebon (Mebon oriental)maintenant desséché Le réservoir a été construit par le roi Yasovarman I près de cinquante ans plus tôt que le temple pour assurer l’approvisionnement en eau régulier de la nouvelle ville de Yasodharapura; il mesurait 7,5 km de long et 1 830 mètres de large. Dans tous les coins, si les stèles étaient gravées de versets gravés en sanscrit, elles proclamaient le patronage du Gange, la déesse du saint Gange en Inde. Baray était rempli d'eau de la rivière Roluos, située à proximité. Une méthode de construction inhabituelle plutôt inhabituelle est intéressante - le réservoir n’a pas été creusé dans le sol, mais des murs ont été coulés - c’est ainsi qu'est apparu un immense "bassin".

Statues de lion

Le temple sur l'île a décidé de construire le roi Rajendravarman. East Mebon n'est pas vraiment un "temple-montagne", malgré ses similitudes. La visibilité de la hauteur provient du fait que l'eau a quitté le réservoir qui l'entourait auparavant, révélant une base puissante de cinq mètres. Le temple se termine par une plate-forme plutôt modeste à cinq tours. Deux à deux, autour de l’environnement, il y a huit petites tours de briques avec des linteaux intéressants ornés de feuilles et des colonnes de pierre octogonales. Construit par l’architecte du roi Kavindrarimatkhan (seuls les Khmers nous ont laissé les noms de leurs architectes), la divinité principale du temple - Rajendreshvara a été consacrée le vendredi 28 janvier 953 vers 11 heures, comme en témoigne l’inscription correspondante. Depuis que le temple se trouvait sur l'île, il n'y avait aucun besoin de clôtures, de fossés et de passerelles le long des barrages. Au lieu de cela, quatre piliers ont été construits sur le sous-sol aux points cardinaux. L'environnement extérieur, 108 x 104 mètres, est entouré d'un mur avec une découpe au milieu de chaque côté pour laisser un espace suffisant entre les piliers et les quatre gopuras. La clôture entoure une série de longues galeries. Le niveau suivant de la clôture interne est une terrasse en latérite de 2,4 mètres. Ses murs bas ont aussi des encoches, laissant de la place au gopur nord, est et sud. Dans l'espace libre situé entre le mur intérieur de l'environnement et la plate-forme centrale, deux à deux, aux points cardinaux, huit petites tours en brique et cinq bâtiments en latérite, trois orientés à l'ouest et deux à l'est. La plate-forme centrale, haute de 3 mètres, est bordée de grès et porte les tours de brique orientées à l'est. Comme d'habitude, la tour centrale est plus grande que les autres et repose sur une plate-forme de deux mètres.

Vue du temple East Mebon Tour du temple Ruines au pied du temple

Pour le gopoura oriental de latérite et de pierre de part et d’autre sont les vestiges d’un certain nombre de longues galeries, la galerie est mieux conservée du côté sud. Toutes les galeries ont été construites en latérite avec des balustrades et des toits de tuiles. Sur la prochaine terrasse dans les angles, il y a deux éléphants qui regardent vers l'extérieur - ils sont faits d'une pierre solide. Huit éléphants presque identiques se tiennent juste derrière les murs, aux coins des deux barrières. Pour y accéder, vous devez monter les escaliers menant au gopura de l'environnement intérieur, tourner à gauche le long de la corniche jusqu'à la porte et longer l'éléphant dans l'angle sud-est.

Statue d'éléphant

Les bâtiments du côté est ont tous les signes de "bibliothèques" - ceci est indiqué par leur position dans les angles, leur orientation vers l'ouest et leurs dimensions. On dirait qu'ils avaient à l'origine des arches en briques.Les montants ouest du bâtiment situés dans le coin nord-est sont décorés de deux éléphants qui arrosent Lakshmi de l’eau des troncs. Narasimha est représenté sur le linteau de la porte orientale du gopura occidental, l'avatar de Vishnou sous la forme d'un lion déchirant le roi des asuras. Les linteaux et les fausses portes au nord, à l’ouest et au sud sont particulièrement intéressants dans les tours. Sur la tour centrale, le linteau oriental représente Indra sur Ayravate, l'éléphant à trois têtes, et l'ouest, Varuna, le gardien de l'Ouest, ainsi que les personnages tenant des lotus. Le linteau sud représente le dieu de la mort Pit sur un buffle. Dans la tour sud-est, dans laquelle se trouve une statue de Brahma, à l’entrée nord du monstre dévorant un éléphant. Ganesh se trouve à l’est de la tour nord-ouest. Non loin de East Mebon, il existe un temple similaire à Pre-Rup. La structure elle-même n'est pas très intéressante, mais il y a une vue magnifique depuis son sommet, c'est un endroit idéal pour regarder le coucher du soleil.

Groupe du temple de Rulos

Le complexe de Rulos est situé au sud-est du complexe principal d'Angkor. Quelques siècles avant Angkor, le roi Jayavarman II (802-850) a fondé la première capitale de l'empire khmer, Hariharalaya, sur ce site.

Construction Indratataki ("Indra's Pond") à Hariharalaya, autour du temple de Loli, où les eaux de la rivière Rulos coulaient, il était possible de fournir en permanence des rizières et divers complexes de temples adjacents aux zones de peuplement, où vivaient au moins 15 000 personnes. Les eaux d’Indratatak s’allaient jusqu’aux canaux autour des temples de Preah Ko, Bakong, Preah Monty et près du dernier temple, probablement le palais du successeur de Jayavarman II, Indravarman I. Les monuments de Rulos comptent parmi les plus anciens et les plus grands Le début de l'ère de l'art khmer classique. Avant la construction de Rulos, même des structures légères étaient utilisées pour construire des édifices religieux. (et de courte durée) matériaux de construction.

Temple Temple Bakong Temple Preah Ko Loli

Bakong

Tour du temple de Bakong

Construire le temple hindou d'Istai Bakong (Bakong) Le roi Jayavarman III a commencé, mais il n’a pas eu le temps de le terminer de son vivant. Le temple fut achevé et consacré par son successeur Indravarman I en 881. Les cinq niveaux de la pyramide du temple et d'autres éléments symbolisent la montagne sacrée Meru, et le temple lui-même a été dédié à Lord Shiva. Une stèle érigée à la base du temple décrit la consécration en 881 de son linga, Sri Indresrava. En dépit du fait que le temple Ak-Em sur la rive sud du West Baray a été construit plus tôt, Bakong est considéré comme le premier véritable "temple-montagne" - en partie parce qu'il s'agit de la première structure de ce type en grès, mais également de sa taille respect. Bakong est le temple le plus grand et le plus intéressant du groupe Rulos. Ses dimensions sont très significatives: 900x700 mètres, à l'intérieur il y a deux fossés et trois clôtures concentriques. Le fossé extérieur, d'une profondeur moyenne de 3 mètres, constitue la frontière de la troisième clôture extérieure sans gopura, mais avec les restes de deux trottoirs menant l'un à l'est, l'autre au nord. Il y a 22 tours de briques régulièrement espacées entre les douves extérieure et intérieure. Toutes ne sont pas terminées. La deuxième clôture, dont seules les ruines en latérite ont survécu, a délimité le site sur environ 25 mètres de large - les domestiques y résidaient. Actuellement, dans le coin nord-est de ce site se trouve un monastère bouddhiste. L'ensemble du complexe est entouré d'un fossé de 59 mètres de large, formant un rectangle de 315x345 mètres. D'est en ouest, deux barrages traversent le fossé, prolongement de deux des quatre routes axiales de Hariharalaya. Des routes circulent entre les rangées de naga en pierre géante, précurseurs des magnifiques balustrades de l'époque classique.

Tours au pied du temple

Dans les angles de la clôture intérieure, il restait huit petits bâtiments en briques carrées, l’un aux angles nord-ouest et sud-ouest avec des entrées à l’est et deux autres aux angles nord-est et sud-est, l’entrée étant orientée vers l’ouest.Les évents qu’ils contiennent ont amené certains chercheurs à croire que des incinérations avaient lieu dans ces prasats. Les deux autres sont plus tard de longues «bibliothèques» de pierre, orientées d'est en ouest. Immédiatement, juste derrière l'entrée est, se trouvent les restes de deux autres longues «bibliothèques» en latérite, orientées du nord au sud, et les traces d'une autre, orientée d'est en ouest dans le coin sud-est.

Bakong

La pyramide elle-même, presque carrée en plan, a un profil clair. Chacun des cinq niveaux représente le royaume des créatures mythiques, de bas en haut: Nagas, Garud, Rakshasas (démons)yakshi (divinités ligneuses) et enfin devat (demi-dieux). La pyramide mesure 67x65 mètres en dessous et 20x18 mètres en descendant, diminuant à chaque pas. Quatre gopours mènent à quatre escaliers. Sur chaque plate-forme, la marche suivante est précédée d'un élégant seuil semi-circulaire, sur les deux côtés de sculptures de lions. Pour corriger la perception visuelle, la hauteur et la largeur des escaliers diminuent de manière imperceptible à mesure qu’elles montent - les maîtres appliquèrent la loi de la réduction proportionnelle, qui n’était jusqu’alors utilisée que pour la construction de toits en prasats. Chaque terrasse de la pyramide est légèrement en retrait à l'ouest, encore une fois pour corriger la perspective.

Statues d'éléphants à Bakong

Les statues d'éléphants aux coins des trois premières marches de la pyramide rappellent les animaux légendaires qui soutiennent la terre. Ils sont conçus pour transmettre leur puissance et leur stabilité au bâtiment. En outre, l'éléphant était l'animal de mont du dieu Indra, ainsi que les dirigeants terrestres. Sur la quatrième terrasse, il y a 12 tours de grès, chacune contenant probablement un linga. Sur le mur de la cinquième et dernière, les terrasses sont encore visibles vestiges des bas-reliefs.

Moine, regarder, temple

Une période beaucoup plus tardive couronne la pyramide. (XIIème siècle.), semblable au style des tours d’Angkor Vat, avec trois fausses portes et l’une d’elles. Les déesses, sculptées dans des niches situées des deux côtés des portes, ont été gravement endommagées. Cette tour n’a été presque complètement détruite et reconstruite qu’en 1941, mais elle était encore bien préservée à certains endroits. L'entrée du sanctuaire est gardée par des lions traditionnels khmers. Le dôme est couronné d'un dôme de lotus.

Bacong correspond exactement au symbolisme cosmique hindou: le temple représente le mont Meru, le premier fossé est la mer cosmique à l'origine de cette montagne, et les terres arides sont des terres habitées par des gens qui entourent à leur tour les chaînes de montagnes. (remparts) et une mer de plus (deuxième fossé).

Prea Ko

Cet élégant petit temple en brique à six tours, décoré de mortier de chaux, a été le premier sanctuaire construit par Indravarman I dans la capitale d’Angkor, Hariharalaya, au IXe siècle. Le fossé qui l’entoure est si grand par rapport au temple qu’il existe une version selon laquelle il faisait partie du palais royal, dont on n’a pas encore retrouvé les traces.

Prea Ko (Preah Ko) - Le nom moderne du temple, qui signifie "taureau sacré", en l'honneur de Nandin, la montagne volante de Shiva. Le temple a reçu ce nom en raison des trois statues d'un grand taureau, installées sur son territoire et indiquant que le temple est dédié à Shiva.

Temple Preah Ko Preah Ko

Sur la stèle extrêmement bien conservée au pied du temple, après la louange traditionnelle de Shiva, une brève généalogie d’Indravarman I est donnée, puis l’éloge de la main droite du prince en sanscrit, qui dit «long, puissant et terrible au combat, tombe son épée scintillante ses ennemis, qui ont vaincu les rois dans toutes les directions. Invincible, il ne s'est calmé que lorsque ses deux ennemis ont montré leur dos et, se vantant de leur vie, se sont laissés à sa défense. " L'inscription est accompagnée d'une référence au culte de Devaraji, ou le "dieu roi" sur le mont Mahendra (Phnom Kulen) et se termine par la mention de l'installation en 879 de trois statues de Shiva et de Devi. Le verso, écrit en khmer, date de 893 ans et décrit des offrandes aux divinités de Parameshvara et de Prithivindhvara.Le temple commence à l'ouest par un trottoir en latérite qui sépare le fossé environnant. Il était une fois deux galeries parallèles des deux côtés, mais à ce jour, seule la fondation est restée. Une petite terrasse mène au gopura du second environnement.

Statues de lion

Le sous-sol bordé de grès forme une plateforme commune pour six tours. Sur le côté est, il est coupé par trois marches d'escalier dont les murs latéraux sont richement décorés de gardes. (deux mains) et danseurs (apsaras) et gardé par des lions assis. Nandin se trouve devant chaque escalier. Du côté ouest, il y a un escalier central. Les tours de briques des sanctuaires sont disposées en deux rangées et varient en taille. À l'est, au premier rang, la tour centrale est plus haute que le reste et légèrement décalée. Comme d'habitude, les six tours du sanctuaire sont ouvertes à l'est. Chaque tour a quatre niveaux. Les tours sont recouvertes de plâtre à la chaux et de bas-reliefs sculptés. Étonnamment, après 11 siècles d'existence, elles ont survécu jusqu'à nos jours. Faites attention aux fausses portes de grès avec d’excellentes colonnes octogonales du côté est. C’est sans aucun doute l’un des meilleurs exemples de l’art khmer.

Les statues des gardes

Trois prasatas (tours) à l'arrière-plan, elles ressemblent à des tours de la première rangée, mais un peu plus basses et destinées aux divinités féminines. Ils sont entièrement en briques, à l'exception des encadrements de porte en grès. Dans les niches dans les creux des murs du prasat des ancêtres mâles sont placées des statues de jeunes dvrapalov armés (gardes) et statues de devat (demi-dieux)gardant les prasatas des ancêtres féminins.

Les touristes au temple

Le sanctuaire était destiné aux divinités masculines. Les piliers d'angle sont richement décorés, dans les arcades sourdes il y a des gardes (dvarapaly). Ici, contrairement à ceux de Bakong, leur style est unique: ils sont en grès et insérés dans la maçonnerie. Dans le nord du prasate se trouve le linga Rudreshvara, emblème de Rudravarman, grand-père d'Indravarman Ier sur la lignée maternelle, et au sud, le lingue Prithivindreshvara, emblème du père Indravarman Ier. (devi signifie "déesse"). Comme à Bakong, seules quelques sculptures sont conservées à Preah-Ko. Parmi ceux-ci, seuls Shiva dans la tour d'angle sud-est et la déesse sans tête dans la tour centrale arrière ont été laissés dans le temple. Ces deux statues datent de la création du temple.

Loli

Un autre petit temple du groupe Rulos, Loli (Lolei)a été construit par le successeur d'Indravarman I, Yasovarman I (889-910) sur une petite île dans le réservoir Indratataki - aujourd'hui dans cet endroit des rizières. Tout ce qui reste du temple - quatre tours, reprenant la conception des tours Preah Ko. Sur les portes de l'inscription en sanscrit, on peut lire que le roi a dédié le temple à ses parents et aux ancêtres royaux de la lignée maternelle.

Temple Loli Entre les tours Statues dans les tours

Banteay srey

Banteay srey (Banteay Srei) - Le nom moderne du temple, il signifie "la citadelle des femmes", ou peut-être la "citadelle de la beauté", cette dernière reflète la taille et la beauté de sa décoration. Le nom d'origine du temple, inscrit sur sa lingue centrale, est Tribhuvanamaheshvara, qui signifie "Grand Dieu du Triple Monde". Le monument est construit en grès rouge et présente la particularité de ne présenter aucune monumentalité typique des autres temples. Ses bâtiments sont miniatures par rapport aux normes locales et très joliment décorés de motifs et de sculptures complexes. Pour la première fois dans l'histoire de l'architecture khmère, les pignons du sanctuaire décrivent non pas des éléments individuels, mais des scènes mythologiques entières. Banteay Srey est à juste titre appelée "la perle de l'art khmer".

Vue du temple Banteay Srey Statues de singes

Les bâtiments du temple sont répartis le long de l'axe central, orientés d'est en ouest. Les bâtiments situés au sud de l'axe étaient dédiés à Shiva et au nord de Vishnu. Plus tard, au 12ème siècle, Banteay Srey fut "re-consacré" à Shiva, comme le rapporte une tablette trouvée par l'un des prêtres.

Contrairement aux principaux temples d'Angkor, Banteay Srey n'était pas royal. Il a été construit par l'un des conseillers du roi Rajendravarman II - Yajnavaraha sur les terres que lui avait données le roi sur les rives de la rivière Siem Reap. Comme cela a toujours été le cas, une colonie de citoyens ordinaires a encerclé ce temple. C'est ainsi qu'est née une petite ville appelée Isvarapura. Découvert par les Français seulement en 1914, Banteay-Srey devint célèbre quand en 1923 l'écrivain André Malraux, qui devint plus tard ministre de la Culture sous le gouvernement de De Gaulle, lui vola quatre apsaras. Il a été immédiatement attrapé et les pièces volées ont été retournées au temple. Ce temple a été restauré pour la première fois en 1931-1936 selon la méthode de l'anastiloza. La méthode développée par les restaurateurs néerlandais à Java implique la restauration d'objets endommagés en utilisant uniquement des matériaux d'origine. En raison du succès de cette méthode à Banteay Srey, le service archéologique français, engagé dans la restauration d’Angkor, a commencé à l’appliquer tout au long de la restauration d’autres trésors de la ville antique. D’une part, la tâche à Banteay Srei a été facilitée par la petite taille des bâtiments, de petits blocs de pierre taillés dans du grès durable, qui ont conservé leurs sculptures distinctes avec une abondance de décorations. D'autre part, le processus de restauration était compliqué par l'éloignement du temple, les moyens minimaux et l'inexpérience des ouvriers ayant étudié le processus.

Bâtiments à l'intérieur du temple

Pour éliminer le risque de dommages causés au temple par les inondations, un système de drainage a été construit sur le projet commun cambodgien-suisse en 2000-2003. Des mesures ont également été prises pour empêcher les arbres d’endommager les murs du temple. Malheureusement, le temple a été constamment victime de vol et de vandalisme. Vers la fin du 20ème siècle, les autorités ont remplacé les statues originales par des répliques, mais cela n'a pas empêché les voleurs - ils ont commencé à en voler des copies. La statue de Shiva, placée au Musée national à Phnom Penh pour être conservée, a été enlevée directement dans le musée même.

Après l'ouverture de la base du temple dans le gopur oriental en 1936, il est devenu évident que Banteay Srey a été conçue dans son ensemble, ce qui est également confirmé par l'uniformité du style. Gravée en 968, première année du règne de Jayavarman V, l'inscription indique la date du début de la construction du temple: d'avril à mai 967, ainsi que la position du soleil, de la lune et des planètes. Ce fut la dernière année de Rajendravarman II. Après la prière traditionnelle à Shiva, le texte de la stèle contient un éloge funèbre du dirigeant Jayavarman V et de son gourou Yajnavarah, fondateur de Banteay Srey avec son frère cadet, en installant le ling Shiva dans le sanctuaire central. D'autres inscriptions gravées sur les montants des portes mentionnent l'emplacement d'un autre linga dans le sanctuaire méridional et des statues de Vishnou au nord. De l'est, le temple est accueilli par un gopura cruciforme en latérite avec des colonnes de grès et de beaux ornements.

Banteay srey

Le pignon de ce gopur représente Indra sur un éléphant à trois têtes et, en plus de la belle nuance de pierre rose, donne au temple un riche décor. Banteay Srey est entourée de trois murs mesurant respectivement 95 x 110 mètres, 38 x 42 mètres et 24 x 24 mètres. Des portes à la troisième clôture, il y a un large trottoir orné de piliers des deux côtés. Auparavant, ils étaient détruits chaque année par des éléphants sauvages. Sur le côté gauche du trottoir à l'avant de la «bibliothèque» se trouve un complot appelé «Umamaheshvara», dans lequel Shiva détient un trident et avec son épouse Uma, chevauche le taureau Nandin. Sur le côté droit se trouve une "bibliothèque" avec un superbe pignon, où Vishnu, apparu sous la forme d'un lion Narasimha, déchire le roi des Asuras Hiranyahashipu au moment où il s'apprête à tuer son fils, grand dévot de la Suprême Personnalité de la Divinité.

Inscriptions sanscrites

Sur le fronton de la tour orientale de la deuxième clôture, sous un garuda tenant une branche avec des feuilles, deux éléphants versent de l'eau dans des pots à Lakshmi, déesse de la beauté et de la fertilité, épouse du dieu Vishnu.À l'intérieur de la troisième, la toute dernière clôture centrale sur la «bibliothèque» à droite de l'entrée - le célèbre bas-relief du fronton représente une histoire non moins célèbre de Ramayana, telle que décrite par Raksha Raksha aux bras multiples et aux têtes multiples essayant de secouer le mont Kailash, où vit Shiva. La montagne elle-même est représentée sous la forme d'une pyramide empilée sur un fond de forêt stylisée. Shiva est assis au sommet avec sa femme Uma, accroupi à côté de lui dans une pose charmante. Shiva appuie sur la montagne avec son pied droit pour cesser de trembler. La deuxième ligne représente des prêtres et des pèlerins alarmés qui pointent du doigt Ravana. Figure féminine en train de prier à droite. Dans la troisième rangée, il y a des fidèles avec des têtes d'éléphants, de lions, d'oiseaux et de chevaux. Sur les deux côtés du singe dans une coiffe exquise. Le niveau inférieur est occupé par des animaux qui fuient Ravana avec horreur.

Sur le pignon de la "bibliothèque" à gauche se trouve un autre bas-relief célèbre, cette fois-ci un complot d'une autre épopée, le Mahabharata. À Krishna et Arjuna, se reposant sur la rive de la rivière Yamuna près de la forêt de Khandava, un brahmane s’approcha, tourné par le dieu Agni (dieu du feu). D’autres options sont différentes: Agni a déclaré vouloir brûler la forêt de Khandava, manger sa végétation et ses animaux, s’il voulait détruire le serpent Taksaka ou Krishna et Arjuna voulaient que cette forêt soit brûlée pour fonder la ville d’Indraprastha. D'une manière ou d'une autre, Indra, sur l'éléphant à trois têtes Ayravate, empêche le feu en libérant des torrents de pluie pour protéger son ami, le serpent Taksha, qui vit dans la forêt. Krishna et Arjuna s'opposent à leur tour à Indra, bloquant la pluie par une pluie de flèches magiques et bloquant la sortie de la forêt pour ses habitants des deux côtés.

Bas-reliefs sur les murs du temple

Sur le côté ouest de la même "bibliothèque" - Krishna tue le roi Kamsa. Cette scène est extraite du livre sacré de Srimad Bhag-Vatam et se déroule dans le palais. Son image nous donne une idée de ce que de beaux palais en bois étaient à Angkor. Deux grandes figures sont présentées en perspective, ce que l’on trouve rarement dans les bas-reliefs d’Angkor. Krishna tient Kamsa par les cheveux et est sur le point de le tuer. Dans les coins du char tiré par des chevaux, il semble que Krishna et Arjuna, armés d'arc et de flèches, soient arrivés au palais. Le reste des pièces représente des femmes inquiètes qui regardent ce qui se passe.

Porte avec motifs

Sur le pignon occidental dépeint une scène du Ramayana: la bataille de Valin et Sugriva. Valin, fils d'Indra, enlevé à Sugriva, fils de Surya (dieu soleil)royaume des singes. Rama a promis d'aider Sugrive à rendre le royaume en échange d'aider l'armée de singes dirigée par Hanuman contre l'armée de Ravana afin de libérer son épouse Sita. Au cours de la bagarre, Sugriva avait gagné, mais Valin avait recours à la ruse - il prétendait être mort et était prêt à porter un coup fatal à Sugriva, puis à Rama. (à droite avec un arc) le transperça avec sa flèche. Derrière Rama se trouve son frère Lakshman. Angkor Vat représente un bas-relief magnifiquement expressif de Sugriva mourant dans les bras de son épouse Rati. À l'intérieur, plus près du mur sud, à la porte avec trois oies, se trouve la plus belle apsara, pourrait-on dire, un symbole de la beauté de Banteay Srei et en partie d'Angkor.

Temple Beng Melea

Beng melea

Beng melea (Beng Melea) c'est intéressant d'abord parce qu'il n'est pas dégagé, comme presque tous les temples d'Angkor, mais laissé dans l'état dans lequel il a été trouvé. La jungle a complètement capturé le temple. Ici, vous pouvez grimper sur les toits, chevaucher les vignes et vous sentir comme un habitant de la jungle. (lequel, choisissez vous-même). Beng Melea construit sous le règne du roi Suryavarman II (1113-1150). Créé dans le même style, mais un peu plus tôt qu’Angkor Vat, Beng-Melea aurait pu lui servir de prototype. Malgré le fait qu'il y ait beaucoup d'arches et de portes sculptées, le complexe n'a pas de bas-reliefs, et la sculpture elle-même est assez rare. Lorsque le temple était actif, les murs avaient peut-être été recouverts de fresques. À cette époque, Beng-Melea se situait au carrefour de plusieurs routes importantes menant à Angkor, Ko-Ker et le Nord-Vietnam.Le temple couvre une superficie d'un kilomètre carré, il est recouvert de jungle et nous visitons très peu - il crée le sentiment d'un "monde perdu". Les arbres poussent directement dans les tours et les galeries détruites. Ce sont probablement les types les plus impressionnants d’arbres dans le temple. Un grand fossé creusé autour du temple de Beng Melea, couvert de lotus comme des bardeaux ...

Bien qu'il soit tout à fait possible d'errer dans le temple, le guide ici est très utile. Il vous mènera dans des endroits et des débris aussi isolés que vous ne devinerez pas vous-même grimper. Pour visiter Beng-Melea, vous devez acheter un billet séparé pour 5 $.

Fenêtre du temple Beng-Melea Murs du temple recouverts de mousse

Ko-Ker

Tour des arbres envahis par le temple de Koh Koer

Temple complexe de Ko-Ker (Koh Ker) - Le plus éloigné du temple d'Angkor de cette région. De Siem Reap, il se trouve à environ 100 km sur la même route que Beng-Melea. Le temple est un vestige de l'une des capitales de l'empire anglican khmer. En 928, le roi Jayavarman IV, usurpateur du trône, fonda une nouvelle capitale, Ko-Ker, à 100 km d'Angkor. Le roi était riche et puissant, il a érigé l'impressionnante ville royale de Ko-Ker, des monuments brahmaniques, des temples et des tours, construit une immense grange (piscine-réservoir) Rahal. Jayavarman IV a régné à Ko-Ker jusqu'à sa mort en 941. Son fils Harshavarman II est resté ici encore trois ans avant de rendre la capitale à Angkor. Le complexe Co-Ker n'a pas été restauré. Il n’ya pas de foule de touristes ici, vous pouvez donc essayer d’imaginer à quoi ressemblaient des structures similaires avant de nettoyer les jungles qui les absorbent.

Grande pyramide à sept niveaux Prasat-Tom

Les principales ruines du complexe sont Prasat Tom, un impressionnant complexe pyramidal et temple sur 7 étages, des tours et des petits temples à proximité de la route et de nombreux lingas. La partie intéressante de Ko-Ker est le sanctuaire de Shiva. Ici se trouve le géant, à croissance humaine, le lingam - le plus grand du Cambodge À propos, le lingam peut être utilisé comme une boussole: le canal ouvert du lingam pointe toujours vers le nord.

Temple Ko-Ker

La structure principale du complexe est la grande pyramide à sept niveaux de Prasat-Tom. Autour d'elle, il y a beaucoup de légendes. Les Khmers pensent que la mine située au centre de la pyramide constitue le lien entre la terre et le royaume souterrain. Sur ordre du roi, des sujets coupables y ont été jetés. On dit qu'un paysan khmer qui est tombé dans une mine en 1996 en est sorti avec un lingot d'or de dix kilos. Après cet incident, le paysan a été endommagé par la raison et n'a pas pu expliquer d'où il tirait l'or, ni comment il en était sorti. Plus tard, en 2004, deux archéologues ont à nouveau tenté de pénétrer dans cette mine et, selon la légende, l’un d’eux aurait été retiré quelques heures plus tard, mort, les cheveux complètement gris, et l’autre aurait disparu. De plus, selon le témoignage des habitants, des noix de coco marquées ont été jetées dans ce puits le lendemain dans le bassin de la rivière Andomprey, à 3 km. Et personne ne peut entendre le son de la chute d'un tel écrou - peu importe combien vous écoutez. L'entrée de la pyramide est interdite, l'escalier délabré qui y mène est fermé. Cependant, si vous voulez vraiment tenter votre chance, donnez la garde 5 $, et il regardera dans l'autre sens. Cependant, sans équipement spécial pour descendre dans la mine ne fonctionne toujours pas.

Lorsque vous vous promenez dans le sanctuaire de Ko-Ker, explorez les ruines et les sentiers sauvages, soyez extrêmement prudent. Un chemin éprouvé passe devant tous les objets principaux, il est préférable de ne pas aller au fond des sous-bois - bien que personne ne soit tombé sur une mine depuis très longtemps, on pense que le complexe n’a pas été complètement détruit après la terreur Polpotovsky. Le billet d'entrée à Ko-Ker coûte 10 $.

Angkor Wat - la perle d'Angkor

Les environs d'Angkor

Phnom Kulen

Chute d'eau de Siem Reap

Phnom Kulen (Pnom Kulen) - une petite chaîne de montagnes à 50 km au nord de Siem Reap et à 25 km de Banteay Srei. Son point culminant est de 487 m.Si vous prévoyez un voyage à Phnom Kulen, sachez que la route de montagne est si étroite que deux voitures ne peuvent pas partir. Tous les transports se font à 11 heures, et le retour après 11 heures. Le trajet aller-retour à Phnom Kulan coûte 30 USD. -40

Au cours de la construction d’Angkor, des pierres ont été extraites dans des carrières pour la construction de temples et ont été transportées par radeau sur la rivière. Phnom Kulen est considérée comme la montagne sacrée du Cambodge, son sommet est un lieu sacré pour les hindous et les bouddhistes qui viennent ici en tant que pèlerins. C’est également important pour les Cambodgiens, en tant que berceau de l’ancien empire khmer, c’est sur Phnom Kuhlen que le roi Jayavarman II a proclamé l’indépendance en 804. Il y a des désaccords sur l'identité exacte de l'indépendance. La plupart des gens croient que le Cambodge était un vassal de Java, selon d'autres spécialistes - le Cambodge était sous la domination du Laos à l'époque. Jayavarman II ne s'est pas limité à la proclamation de la liberté, introduisant en même temps un nouveau culte du «dieu roi», également appelé culte de la lingue, qui a existé de nombreux siècles après sa mort.

Le ruisseau de milliers de Lingas - dans les temps anciens, sous l'influence de la culture hindoue, des symboles sacrés étaient gravés au fond du ruisseau - des Lingams qui incarnent l'élément masculin, l'eau qui coule à travers les lingas est devenue sacrée. Même à notre époque, cet endroit est sacré.

La vue intéressante de Phnom Kulen est le flux de milliers de Lingas: plus de mille petites images religieuses sont gravées dans la pierre. La particularité réside dans le fait que les images sont sous l'eau, à 5 cm de la surface. Ce n’est pas un hasard, mais l’idée originale de l’artiste: sur les ordres du roi, le lit de la rivière a été mis de côté afin que les artisans puissent découper les figures, puis regagner leur emplacement d’origine. Parmi les personnages particulièrement intéressants - Vishnu, couché sur son serpent Anante et sa femme Lakshmi à ses pieds, une fleur de lotus avec la divinité suprême Brahma provient du nombril de Vishnu.

Phnom Kulen est un parc naturel national avec de belles cascades, où vous pourrez vous détendre et profiter de la plus grande chaleur cambodgienne. Joué son rôle et Phnom Kulen dans l'histoire moderne. C'est ici que les derniers combats entre Khmer Rouge et Vietnamiens en 1979 ont eu lieu. Preah Ang Thom, un monastère bouddhiste du XVIe siècle, abrite la plus grande statue du Bouddha couché au Cambodge.

Siem Reap

Siem Reap

Siem Reap est l'une des plus grandes villes du Cambodge. C’est une ville calme et agréable, située sur les rives ombragées de la rivière du même nom. La plupart des touristes viennent à Siem Reap pour visiter Angkor, située à seulement 5 km. Mais si, auparavant, Siem Reap était une zone de repos paisible pour les voyageurs, la ville s’est développée et offre aux touristes un choix de nombreux hôtels et restaurants proposant une cuisine du monde entier. Le nom Siem Reap signifie "Siam vaincu". La ville tire son nom de la défaite khmère siamoise (Thaï) la capitale d'Ayutthaya au XVIIe siècle.

Les rues

Les curiosités à Siem Reap sont peu nombreuses. Un voyage à Angkor sera intéressant pour coïncider avec une visite au musée national d’Angkor. (Musée national d'Angkor)qui contient une magnifique collection d'objets de l'ancienne ville, comprenant environ mille images de Bouddha en bois, en pierre et en pierres précieuses.

Le quartier français est un lieu de promenade agréable, situé au bord de la rivière dans la partie sud de la ville. Au sud de celui-ci se trouve le vieux marché. (Psar Chaa). En plus de regarder les plateaux des commerçants, vous pouvez acheter des souvenirs intéressants, tels que des «empreintes» de temples au crayon sur du papier de riz, ils sont peu coûteux et très jolis au mur. Derrière le marché, au bord de la rivière, de nombreux vendeurs vendent des foulards en soie et des sarongs, des sculptures en bois, en argent et bien d’autres.

Dans de nombreux magasins dans les rues autour du marché, vous pouvez acheter des souvenirs de meilleure qualité, mais les prix y seront plusieurs fois supérieurs à ceux du marché.Habituellement, les prix dans les magasins sont fixes, mais essayer de négocier en vaut toujours la peine.

Market Street Pubs Musée national d'Angkor

Vous pourrez passer la soirée à Siem Reap dans la rue bruyante des pubs (Rue Pub) avec beaucoup de restaurants, cafés et bars. Les amoureux de paix et de romance peuvent se promener le long de la rive sud de la rivière, à la périphérie sud de la ville. Les chauffeurs de taxi obsessionnels offrent souvent aux touristes un voyage dans une école d'art et une fabrique de soie. Le but principal d’une telle excursion est de persuader les voyageurs d’acheter un tableau ou un article en soie, à un prix bien supérieur à celui pour lequel vous pouvez acheter un article similaire sur le marché.

Sanctuaire hindou pré-rup

Itinéraires

Presque tous les touristes, planifiant un itinéraire, posent la question principale: quels temples visiter? À Angkor et dans les environs, il existe un grand nombre de temples et il est impossible de tous les voir - et ce n'est pas nécessaire. Vous ne devez pas essayer d’accueillir autant de temples que possible dans le voyage. À la fin de la journée, les sensations deviendront ternes, les temples commenceront à se fondre en un seul endroit et les impressions deviendront floues. Il vaut mieux se concentrer sur le programme minimum: Bayon (Angkor Thom), Angkor Vat, Ta Prom, Ta Kaew à l'intérieur d'Angkor, Banteay Srei et Phnom Bakeng, ainsi que Beng Melea et Ko Khaer au-delà.

Itinéraires classiques

Monter un éléphant

Itinéraires traditionnels le long de l'Angkor - est un "petit cercle" et "grand cercle". Comme le montre la pratique, elles sont pratiques d’un point de vue géographique, mais pas tout à fait optimales pour obtenir les meilleures impressions. Il est préférable de ne pas s'en tenir aux itinéraires classiques, mais de préparer votre propre plan de voyage pour les temples les plus intéressants.

Pour visiter les temples lointains de Koh Ker et Beng Melea, vous pouvez gagner du temps. Si vous arrivez à Ko-Ker tôt le matin, vous marcherez presque tout seul. Ensuite, vous pouvez aller en direction d’Angkor et sur le chemin d’appel à Beng-Melea. Considérez que les chauffeurs de taxi khmers n'aiment pas travailler la nuit. Même si vous trouvez un chauffeur qui y consent, le coût d'un voyage de nuit sera d'au moins 50% plus cher. Il est également possible de passer la nuit dans la maison d'hôtes. (hôtel touristique) près de Ko-Ker.

Moines à Angkor

Petit cercle

Cette route de 17 km part du mur occidental d’Angkor Vat et passe au nord par les temples de Ta Prom-Kel. (Ta Prohm Kel), Phnom-Bakeng (Phnom Bakheng) (d'où une belle vue s'ouvre au coucher du soleil) et Baksei-Chamkrong (Baksei Chamkrong) à l'entrée sud d'angkor thom (Angkor Thom). Sur la place centrale d'Angkor Thom, derrière le temple du Bayon (Bayon) le chemin tourne à l'est jusqu'à la porte de la victoire (Porte de la victoire) et entre les temples jumeaux étonnamment similaires de Chow Sei-Tevoda (Chau Say Tevoda) et thomman (Thommanon) suit au temple de Ta-Kéo (Ta Keo). Dans ce temple, le chemin tourne vers le sud-est et contourne le réservoir asséché de East Baray (Baray Est) mène au temple de Ta-Prom (Ta Prohm). Ensuite, vous devez aller entre l'immense temple bouddhiste Bantey Kdei (Banteay Kdei)entouré de quatre murs concentriques et du bassin sec de Sras-Srang (Sras Srang), tournez vers le sud-ouest et passez devant le temple hindou Prasat Kravan (Prasat Kravan, il est facile de le reconnaître aux cinq tours de briques) Retournez à l'entrée sud d'Angkor Vat.

Temple de Ta-Prom-Kel Temple de Baksei-Chamkrong Réservoir Vostochny Bari desséché

Grand cercle

Temple Bddy Banteay Kdey

La longueur de l'itinéraire est de 26 km. Il commence à Angkor Vat et le temple Bayon coïncide avec le "petit cercle", mais depuis Angkor Thom, il ne mène plus par la porte orientale, mais par la porte nord. (Porte nord) et se tourne immédiatement vers le nord-est vers l'un des plus grands complexes de temples d'Angkor - Preah-Kan temple (Preah Khari). Ensuite, le chemin mène à l’est aux temples bouddhistes de Neac-Pean. (Neak Pean), qui se dresse sur une île au milieu d'un bassin sec, et Ta-Som (Ta Sorri). Son gigantesque gopura oriental est l'un des endroits les plus populaires pour la photographie en souvenir. Après cela, la route change brusquement de direction et se dirige vers le sud. À la suite du fond de l’East Baray asséché, au milieu duquel se trouve le sanctuaire hindou East Mebon. (Mebon Est)orné d’éléphants sculptés dans la pierre, vous pouvez vous rendre dans un autre sanctuaire hindou Pre-Rup (Pre Rup). Près de lui, le chemin tourne à l'ouest, où il se confond avec le "petit cercle" et retourne à Angkor Vat.

Les touristes

Les voyageurs auront généralement besoin de trois jours pour visiter Angkor, bien que les connaisseurs d’histoire ancienne et d’architecture puissent facilement trouver quelque chose à faire ici pendant une semaine, voire un mois. Les visiteurs d’Angkor s’arrêtent généralement dans l’un des nombreux hôtels de Siem Reap, à 5 km de l’entrée du complexe du temple. L'entrée du complexe du temple est ouverte tous les jours, de l'aube au crépuscule.

Porte de la victoire

Billets

Cela ressemble à un billet pour Angkor

À l'entrée d'Angkor, il y a une billetterie où vous devez acheter un billet d'entrée. Le prix du billet est de 20 $ par jour, 40 $ pour trois jours ou 60 $ par semaine. Les enfants de moins de 12 ans sont gratuits. Les 3èmes tickets 7 jours sont personnalisés et nécessitent une photo format passeport. Vous pouvez prendre une photo ici, au box-office. Depuis 2013, l'utilisation de billets à 3 jours n'est pas autorisée les jours suivants. Toutefois, vous devez en être averti lors de l'achat. La billetterie est ouverte de 05h00 à 17h30.

Caissier à l'entrée

Petite astuce: mieux vaut venir à Angkor au coucher du soleil la veille de l'inspection des temples. À 17h00, la billetterie commence à vendre des billets le lendemain, alors que le billet du soir est déjà inclus dans le billet du lendemain. Vous faites donc d'une pierre deux coups: vous avez la possibilité de regarder le coucher de soleil à Angkor gratuitement et le matin, vous n'aurez pas à passer du temps debout dans une longue file.

Bien qu'il ne soit pas trop difficile de contourner le caissier et d'entrer sur le territoire, nous ne vous conseillons pas de succomber à la tentation - les gardes d'Angkor connaissent bien les "voyageurs particulièrement économiques" et vérifient très souvent les tickets à l'intérieur du complexe.

Un billet pour Angkor comprend une visite au temple Banteay Srey, situé à l'extérieur du complexe. Pour l’entrée aux temples lointains de Ko-Ker et Beng-Melea, vous devez payer séparément: Ko-Ker 10 $, Beng-Melea 5 $.

Comment se déplacer

Les temples sont trop éloignés pour pouvoir marcher. Il existe plusieurs options de mouvement entre les temples:

Bicyclette

Vélo Vous pouvez louer des vélos dans l’un des nombreux points de location à Siem Reap. Coût 2 $ par jour. De nombreux hôtels touristiques (Maison d'hôtes) donner des vélos gratuitement ou pour 1-3 $. Si vous décidez de profiter de cette option, sachez qu'il fait très chaud à Angkor pendant la journée.

Moto (avec chauffeur). Pratique pour les voyageurs individuels. Comptez entre 6 et 8 dollars par jour pour des excursions à l'intérieur d'Angkor, et davantage pour visiter des temples lointains. Beaucoup de conducteurs parlent un peu anglais. Vous pouvez trouver une moto dans n'importe quel hôtel.

Location de moto à Siem Reap (sans chauffeur) Les étrangers sont interdits, mais ici, vous pouvez conduire une moto louée ailleurs.

Toc toc

Toc toc Le tuk-tuk ouvert est une forme de déplacement très pratique pour les courtes distances. Dans la chaleur du visage, le vent souffle agréablement et les murs ouverts vous permettent de prendre des photos sans vous arrêter. Louer un tuk-tuk coûtera 12-15 dollars par jour pour des excursions à l'intérieur d'Angkor. Habituellement, une visite à l'aube coûte 3 $ de plus.

Taxi avec air conditionné. La manière la plus confortable, surtout pendant les mois les plus chauds. Voyager dans des temples lointains est presque la seule option. Le taxi coûte 25-30 dollars par jour, le prix augmente lorsque vous visitez des temples lointains.

La route en taxi de Koh Ker prend environ deux heures et coûte à partir de 70 dollars aller-retour avec un arrêt sur la route qui mène à Beng-Melea. Une option moins chère de visiter Ko-Ker / Beng-Melea est d’acheter une excursion dans l’une des nombreuses agences et de monter dans un minibus confortable à moitié vide à 25 $ par personne.

Dans tous les cas, négocier et négocier à nouveau. Assurez-vous de bien vous mettre d'accord sur le prix avant de commencer le voyage.

Angkor Wat

Quand y aller

Fortes pluies à Angkor

La meilleure période de l'année pour visiter Angkor est la période de novembre à février, lorsque le temps est le plus froid. Cependant, à l'heure actuelle, des foules de touristes se rendent à Angkor et la tranquillité majestueuse des temples disparaît avec leur atmosphère unique. Venir à Angkor est recommandé en juillet et août. Bien que formellement, c’est la saison des pluies, il faut tenir compte du fait que les pluies ici sont courtes et peu fréquentes.À cette heure-là, il ne fait pas si chaud, tout est recouvert de verdure et les fossés et les étangs sont remplis d'eau. Les mois les plus chauds au Cambodge vont de la mi-février à la fin mai. À ce moment-là, la température, surtout en milieu de journée, peut dépasser les limites et il sera difficile de profiter des temples.

Où habiter

Chambre au Borei Angkor Resort & Spa

Pour visiter Angkor, il est préférable de rester à Siem Reap. Dans la ville, vous pouvez trouver des hôtels pour tous les goûts et toutes les bourses - des guesthouses (petit hôtel touristique peu coûteux) pour 5 à 10 dollars par jour à des chaînes d’hôtels onéreuses, dont les chambres coûteront plusieurs centaines de dollars. Toutefois, afin de vous immerger pleinement dans l'atmosphère du Cambodge et de ressentir l'esprit d'Angkor, il est préférable de s'arrêter dans les auberges et de manger où les habitants locaux mangent - c'est très savoureux et assez sûr.

Comment planifier une journée

Route vers Angkor Vatu

Il est préférable de se lever tôt et d'essayer de venir à Angkor à l'aube - il fait encore frais et la foule ne s'est pas inondée. Vers midi, vous pouvez rentrer à l'hôtel, vous détendre dans un endroit frais, manger un morceau et, à trois heures, regagner les temples et rester jusqu'au coucher du soleil. Cependant, si vous êtes un de ces chanceux qui supporte bien la chaleur, faites l'inverse et lorsque la plupart des touristes partent pour Siem Reap pendant la journée, restez autour des temples et vous pourrez facilement vous promener et manger dans l'un des restaurants locaux. On ne trouve pas de délices culinaires ici, mais la nourriture est généralement assez savoureuse. Demandez au chauffeur de taxi ou au tuk-tuk où il recommande de manger, ils connaissent généralement les meilleurs endroits. Nous vous conseillons fortement d'essayer le "barbecue cambodgien": placez sur une plaque une casserole peu profonde avec une poêle à frire en forme de dôme au milieu. Les légumes sont bouillis autour de "l'île" dans le bouillon. Vous mettez vous-même les morceaux de viande ou de crevettes sur le dôme: la viande est frite et son jus s'écoule dans le bouillon. C'est un plat extrêmement savoureux et original: dans les restaurants plus décents conçus pour les touristes, vous ne devriez passer que si vous n'acceptez absolument pas la cuisine khmère.

Guide Bas-reliefs représentant des Apsars

Comment s'habiller

Les restrictions sur les vêtements n'existent que dans deux endroits d’Angkor: le temple Bapuon et la partie supérieure d’Angkor Vat. Ici, il est nécessaire que les genoux et les épaules soient fermés, et cette interdiction est observée très strictement. Lier le paréo ou la cape n'est pas autorisé. Ils n’offrent pas de vêtements à l’entrée, la seule option est de sortir du temple, de se rendre au mini-marché et de s’y acheter des vêtements, mais cela prendra beaucoup de temps. Dans d'autres endroits, il n'y a pas de restrictions.

Des guides

Bien qu'il soit tout à fait possible de contourner les temples avec le guide en main, les services de guide peuvent être très utiles. Le guide attirera votre attention sur les éléments intéressants des bâtiments, conduits par des ruelles dans lesquelles vous ne devinerez pas de regarder, racontera l’histoire représentée sur le bas-relief, vous aidera à planifier le voyage de manière à ce que les piliers se croisent le moins possible. (30 bus de tourisme chinois peuvent gâcher l'impression de n'importe quel temple). L'accompagnement du guide russophone coûte à partir de 60 dollars par jour, alors que la qualité de la langue russe n'est pas garantie. Un bon guide parlant anglais vous demandera 25-30 $.

Les toilettes

Les toilettes

L'un des indicateurs de l'attention des visiteurs à Angkor a été la construction de magnifiques toilettes modernes. Elles se trouvent à proximité de chaque temple majeur.

Serpent

Mines soigneusement!

Si vous êtes allé inspecter des temples éloignés et que vous aviez un besoin urgent d'aller aux toilettes en chemin, ne quittez pas la route - malgré tous les efforts, il reste encore un nombre considérable de mines indéterminées dans les forêts cambodgiennes. Cette règle s'applique à toutes les régions éloignées du Cambodge. En 2008, dans un complexe de temples de Ko-Ker près d'Angkor, les sapeurs ont nettoyé plus d'un millier de mines et environ un million et demi de grenades et de cartouches au cours d'un «nettoyage». Rien ne garantit que toutes les mines ont été trouvées.Restez sur la route goudronnée et vous serez en sécurité. Malgré le fait qu’aucune touriste n’a été détruite par une mine, prenez cette mise en garde très au sérieux.

Serpents

Il n'y a pratiquement pas de serpents à Angkor même, il y a trop de touristes ici. Dans les temples lointains, en particulier ceux envahis par la jungle, tels que Beng-Melea, il est tout à fait possible de voir un serpent. La chance d'être mordu est très faible, soyez prudent.

Temple d'Angkor Thom

Angkor Thom - une ville antique, classée deuxième dans la renommée de l'ensemble du complexe du temple d'Angkor, après Angkor Vata (Angkor Wat), à bien des égards, grâce au Bayon - temple malheureux aux visages sculptés. En khmer, Angkor Thom signifie "grande ville".

Histoire

Angkor Thom a été construit à la fin du XIIe siècle - au début du XIIIe siècle. pendant le règne de Jayavarman VII (Jayavarman VII) de 1181 à 1220 et est devenue la capitale de l'État khmer jusqu'au XVe siècle. Plus tôt dans cette région se trouvait l'ancienne capitale - Yashodharapura, cependant, après l'attaque de Cham (tyam) en 1177, la ville fut très détruite. À cet égard, il a été décidé de construire une nouvelle capitale, non loin de celle détruite. Par conséquent, sur le territoire d'Angkor Thom, tous les temples n'ont pas été construits par Jayavarman VII: Pimeanakas et Bapuon sont restés des anciens dirigeants. Jayavarman VII lui-même était un dirigeant très vénéré, il apporta à la vie de ses sujets une nouvelle religion - le bouddhisme mahayana, dont Bouddha devint un symbole de culte.

La population de la capitale était d'environ un million d'habitants. Le territoire de la ville était divisé par des routes axiales en quatre parties égales, chacune ayant son propre objectif. Par exemple, le palais royal était situé dans la partie nord-ouest, la famille royale vivait dans la partie nord-est, son entourage, les prêtres, la partie sud-ouest était réservée à un magnifique parc et, dans la zone sud-est, des marchés et divers bâtiments administratifs. En dehors du mur de la ville vivaient des roturiers Tous les bâtiments résidentiels et certains bâtiments ont été construits en bois, ils n'ont donc pas survécu à notre époque, le même sort a été réservé au Palais royal et seules les fondations en pierre derrière la terrasse des éléphants en sont restées.

Le symbolisme d’Angkor Thom est basé sur la légende du barattage. (trébucher) L'océan de lait affiché sur l'un des panneaux d'Angkor Vata (dans l'aile sud de la galerie est). Cette légende parle du processus de création du monde, auquel participent les dieux et les démons. (leurs sculptures sont situées aux portes d'Angkor Thom). Ils tiennent un serpent s'enroulant autour de la montagne sacrée Meru (Bayon a été identifié avec elle dans le centre de la ville)personnifiant le centre du monde et se tirant tour à tour, mettant la montagne en mouvement, brouillant ainsi l'océan, d'où se détache ensuite le nectar de l'immortalité (amrita).

De l'architecture

Angkor Thom couvre une superficie de 900 hectares et a une forme carrée, divisée en quatre parties égales par des routes axiales. Le centre du carrefour est le Bayon. Le territoire de la ville était entouré d'un mur de murs d'une longueur totale de 12 km et d'une hauteur de 8 mètres. Une route sentinelle longeait le sommet du mur. Un fossé de 100 m de large et de 6 m de profondeur rempli d'eau a été creusé devant le mur.

L'entrée à Angkor Thom se fait par la porte, il y en a 5: une par une - du nord (Porte nord)au sud (Porte sud) et ouest (Porte ouest)et deux - de l'est - l'est (Porte Est) et la porte de la victoire (Porte de la victoire). Victory Gate se concentre sur le palais royal. La hauteur de la porte est de 22-23 m, la largeur de la chaussée au-dessous d’eux est de 3,5 m, elles sont construites dans le style Bayon et possèdent quatre tours. (dieu de supervision et compatissant)avec qui identifié Jayavarman VII. De plus, les portes des deux côtés sont décorées d'une sculpture d'éléphant à trois têtes avec des troncs en forme de colonnes. Dieux alignés devant la porte (devaty) gauche et démons (asuras) tenant à droite un serpent à plusieurs têtes (naga)personnifiant le pont entre ciel et terre.Les dieux et les démons sont divisés en parts égales de chaque côté (54), les dieux tiennent le serpent par la tête et les démons par la queue. En se tirant sur eux-mêmes, ils ont ainsi mis en mouvement la montagne sacrée (Bayon).

La présence de la porte de la victoire a une signification précise, consistant en le fait que l'armée du roi est allée se battre à travers cette porte, annonçant ainsi le succès du duel. En cas de victoire, les guerriers reviennent par eux, en cas de défaite, par d'autres (peut-être d'autres orientaux). Un cortège funèbre a traversé la porte orientale.

Que voir

Parmi les ruines et les bâtiments les plus importants et les mieux conservés, on peut citer:

  • Bayon (Bayon)
  • Bapuon (Baphuon)
  • Pimeanakas (Phimeanakas)
  • Palais royal (Palais royal)
  • Terrasse des éléphants (Terrasse des éléphants)
  • Terrasse du roi lépreux (Terrasse du roi lépreux)
  • Prasaty Suor Prat (Prasats Suor Prat)
  • Cleangs Nord et Sud (Kleang Nord et Kleang Sud)

Tout d’abord, cela vaut la peine de les regarder, le reste dépend de vous et dépend du temps disponible.

Très souvent, les visites de groupe commencent à voir Angkor Thom à travers la porte sud. (Porte sud), mieux conservé que le reste et restauré. Puis, dans le sens du trajet, vers Biona, Bapuon, Terrasse des éléphants, Palais royal, Pimeanakas, Terrasse du roi lépreux, Tep Pranamu, Preah Palily, Preah Pete, Prasatam Suor Prat, North Klyang, South Klyang, puis - passage est du portail de la Victoire. (Porte de la victoire). Ou dans le sens opposé, si vous entrez par la porte de la victoire et sortez par la porte du sud. Dans le même temps, il convient de noter que les plus visitées sont les portes: sud, nord et Victory Gates, des sculptures de dieux et de démons sont préservées ici, ouest et est - sont moins bien préservées et, par conséquent, moins demandées.

Devrait savoir

  • Certains guides suggèrent de visiter Angkor Thom lors de quelques réceptions. Mais, à notre avis, la meilleure option serait de l'inspecter à la fois, cela vaut la peine de prévoir une demi-journée d'inspection.
  • À l'entrée du Bayon et du Bapuon, le contrôle d'entrée est effectué, il est absent dans les autres temples.
  • Étant donné que les distances entre Angkor Thom et les bâtiments du temple avoisinant sont assez convenables, il vaut la peine de s'y promener et de faire du vélo ou de la moto.
  • Le meilleur moment pour photographier est considéré être tôt le matin ou le coucher du soleil, à ce moment-là, les temples sont mieux éclairés et la lumière est plus douce.

La légende du barattage de l'océan de lait

Le roi des asuras du maharaja Bali a rencontré Indra et lui a remis une couronne de fleurs dans un élan de bienveillance. Indra, dans son arrogance, a suspendu cette couronne sur le tronc de son éléphant, qui n'a pas pu apprécier ce cadeau et l'a jeté à ses pieds. Maharaja Bali considérait cela comme une insulte, maudit Indra et allait partir en guerre pour devat. Les dévas, effrayés par la malédiction et se sentant incapables de résister aux asuras, se tournèrent vers Vishnu pour obtenir de l'aide. Afin de les réconcilier, Vishnu proposa de donner l'élixir d'immortalité à Amrita d'une manière inhabituelle - en fouettant l'océan de lait. Ils ont utilisé la très lourde montagne dorée de Mandara comme une cargaison, et le serpent Vasuki a été persuadé d'agir en tant que corde, lui promettant une part d'amrita. Bientôt, la montagne commença à couler, mais Vishnu vint à la rescousse en incarnant la tortue géante Kurma, qui maintenait la montagne sur son dos. Puis un serpent est sorti de la mer, qui a craché un poison mortel qui recouvrait les vagues, menaçant de détruire toute vie. Shiva a sauvé tout le monde - il a bu du poison à la surface du lait, lui donnant la couleur de la gorge. Des herbes ont ensuite été jetées dans l’océan de lait et de là 14 trésors, dont l’éléphant blanc Ayravata, le chauffeur d’Indra, le cheval Uchaishravas, que Bali Maharaja a pris, d’innombrables apsaras. (nymphes célestes) - ils sont représentés ici comme un ornement parcourant tout le bas-relief d'en haut, Lakshmi, la déesse de la beauté et de la fertilité, devenue l'épouse de Vishnu et, enfin, le dieu de la santé Dhanvantari avec le nectar céleste de l'immortalité Amrita.

Temple d'Angkor Wat

Angkor Wat - le centre de la ville antique d’Angkor et le temple le plus majestueux du Cambodge, qui attire une foule de touristes ici.

Informations générales

Aucun des dizaines de temples d’Angkor ne peut être comparé à Angkor Vat en beauté. Lors de sa construction, on a utilisé davantage de pierres que lors de la construction de la grande pyramide de Khéops en Égypte, la surface totale des murs est beaucoup plus grande et la presque totalité de la surface du temple est recouverte de bas-reliefs élaborés. Les pierres nécessaires à la construction du temple ont été extraites dans la montagne sacrée de Pnom Kul, à 50 km, et ont été transportées sur des radeaux. Compte tenu de la quantité énorme de pierres nécessaires, il est difficile d’imaginer comment les Cambodgiens s’est acquitté de cette tâche en ne disposant que d’outils primitifs par rapport à nos critères. Plus de 300 000 travailleurs ont été employés dans la construction. Comme les pharaons égyptiens, les rois d’Angkor n’épargnèrent aucun effort pour surpasser leurs prédécesseurs et construire un temple sans égal. Avec Angkor Wat, cela a fonctionné. Seules quelques créations artificielles sur terre peuvent rivaliser avec ce chef-d'œuvre.

La construction d'Angkor Wat a été lancée par le roi Suryavarman II (1112-1152) et complété après sa mort. Le temple a été construit à l'origine comme un hindou. Il est intéressant de noter que son orientation est différente de celle de tous les autres sanctuaires d’Angkor - l’entrée principale se trouve du côté ouest, pas de l’est. Dans la religion hindoue, l’ouest est généralement associé à la mort, et il existe une version selon laquelle le but principal du temple était de servir de mausolée à Suryavarman II. Ceci est corroboré par le fait que les bas-reliefs sont disposés de telle sorte qu'ils doivent être surveillés, en contournant le temple dans le sens contraire des aiguilles d'une montre, comme dans les rituels funéraires. D'autre part, le dieu Vishnu est souvent associé à l'ouest. Nous nous sommes mis d'accord sur le fait qu'Angkor Vat a servi en même temps que le temple et le mausolée du roi.

Le territoire du temple est immense. Angkor Wat, complexe rectangulaire, occupe 210 hectares et est entouré d'un large fossé de 190 mètres. Il suffit de traverser le fossé et de marcher jusqu'au centre du temple, cela prendra au moins 20-30 minutes. Les cinq tours principales de l'église à trois niveaux atteignent une hauteur de 65 mètres: quatre tours aux angles du temple et une au centre. Il est curieux que peu importe la façon dont un voyageur s’approche, il ne voit toujours que trois des cinq tours. Un effet similaire est obtenu du fait que la base du temple n’est pas visible: elle est élevée sur une base élevée en latérite et en grès. (850x1000 m)entouré d'une colonnade. La conception du temple n'est pas accidentelle. La tour centrale d'Angkor Vata symbolise le mont sacré Meru, la demeure de Shiva, les tours sur les bords - les pics environnants au milieu du continent (patios)entouré par l'océan (fossé). Le serpent mythique à sept têtes de Naga symbolise un pont arc-en-ciel reliant la terre à la demeure des dieux. L’entrée principale, occidentale, du temple d’Angkor Wat est une large porte richement décorée de bas-reliefs et de sculptures. Sur le côté droit se trouve une statue de Vishnu de trois mètres sur huit bras. Traditionnellement, les pèlerins et les jeunes hommes avant le mariage apportent une mèche de leurs cheveux à la statue. De la porte au temple principal mène une large rue avec des sculptures nues sur des balustrades. Les deux côtés de la rue sont deux étangs, les photographes se rassemblent généralement le matin pour photographier le temple à l'aube du soleil. À l'intérieur du temple se compose de trois niveaux de galeries avec beaucoup de beaux bas-reliefs. Dans les temps anciens, seuls le roi et le grand prêtre pouvaient monter dans la partie supérieure d’Angkor Vata. Récemment, après de nombreuses années de vacances, les autorités ont ouvert l'accès au troisième étage du temple à de simples mortels. Vous pouvez maintenant grimper au sommet, trouver un coin tranquille et méditer sur la beauté de cette grande œuvre d'art. Le troisième niveau du temple - l'un des deux endroits à Angkor, où il est nécessaire de porter des vêtements - il est nécessaire que les épaules et les genoux soient fermés. Le meilleur moment pour se rendre au sommet d’Angkor Vat est le coucher du soleil. A cette heure, vous pouvez admirer comment les rayons dorés du soleil couchant pénètrent à travers les trous dans les murs, illuminant les magnifiques danseurs célestes. (apsar).

Après avoir atteint le temple, tournez à droite pour le contourner, en regardant les bas-reliefs dans la bonne direction. Remarquez avec quelle prudence, avec quelle habileté ils sont sculptés. La plupart des bas-reliefs ont été créés au XIIe siècle et seuls quelques murs non remplis ont été achevés au XVIe siècle. Il est immédiatement évident à quel point le talent des sculpteurs ultérieurs est inférieur à celui des anciens maîtres. Inspecter tous les bas-reliefs en quelques heures est impossible, il vaut mieux se concentrer sur les plus saillants.

Western Gallery

La bataille de Kuruksetra - la partie sud de la galerie ouest représente une scène de l'épopée indienne Mahabharata, une bataille entre les habitants du Nord Kauravas et les Pandawas du Sud. Ci-dessous sont représentés des fantassins, commandés par des commandants d’éléphants, au-dessus d’eux - des commandants d’armées. Faites attention au commandant tué, allongé sur un tas de flèches, à un guerrier à un éléphant, déposant les armes et reconnaissant sa défaite, à un officier blessé à mort, tombant d'un char et repris par des soldats.

Galerie Sud

L'armée du roi Suryavarman II est une image de la procession triomphale de l'armée royale. Le roi lui-même est représenté assis sur un éléphant de bataille, une arme à la main, semblable à la lame d'un long bâton; il est couvert du soleil avec quinze parapluies et est attisé par les ventilateurs du serviteur. Les guerriers khmers suivent le roi en rangées. Contrairement à d'autres bas-reliefs, la procession militaire de 94 mètres de Suryavarman II, qui a construit Angkor Vat, reflète la vie réelle de cette époque. En partant du coin ouest, le bas-relief représente des ministres, des princes et des princesses sur des éléphants, dont le rang est déterminé par le nombre de parapluies qui les entourent. Un peu plus loin, le défilé perd son caractère militaire pour céder à la somptueuse procession religieuse des brahmanes aux cheveux bouclés qui sonne en petites cloches. Ici, vous pouvez également voir Rajakhotar, ou le prêtre sacrificial royal, qui est transporté dans un palanquin derrière l’arche avec une flamme sacrée - devant lui se trouvent des musiciens, des porteurs et des bouffons. Le défilé se termine sur le bord droit, représentant des Siamois, tandis que les Khmers s’allient, vêtus de robes en forme de cloche avec des plumes dans les cheveux, leur donnant l’apparence des guerriers d’Océanie et longtemps pris pour des barbares. Notez les ouvertures rectangulaires dans l'armée royale. On pense que ces endroits sont des indices de la localisation des trésors royaux cachés et que les Thaïlandais, capturant Angkor, les ont découpés.

Pit Court

The Pit Court - un panneau de 60 mètres dédié au procès des morts par le dieu de la mort (semblable au Jugement Dernier) et l'image du ciel et de l'enfer. Les plaques signalent l'existence de 37 cieux et 32 ​​enfers. Les artisans ont déplacé les palais au paradis, dans lesquels les célestes entourés de serviteurs mènent une vie oisive - et leurs joies sont tout à fait terrestres. Mais la partie décrivant la torture est plus variée - de grands bourreaux avec des animaux féroces y règnent. Presque partout, vous pouvez voir deux pistes: celle qui est en haut représente le ciel et celle en bas est l’enfer. Sur la gauche, les riches et les célébrités se dirigent vers le paradis - vers le buffle, sur lequel se trouve le 18ème Ruka Yama avec ses assistants, tandis que les citoyens moins riches et plus pauvres commencent le long et douloureux chemin qui mène à l'enfer. On peut voir comment le couple royal est accueilli par deux personnages agenouillés. À droite, un groupe de femmes offre des cadeaux à la princesse - à l’heure actuelle, les hommes portant son palanquin attendent. À droite d'en haut se trouvent les palais célestes, des personnages importants dans les palanquins avec des ventilateurs, un peu plus bas - des garudas et des lions, comme les Atlantes, tiennent le paradis, sous eux se déroulent des tortures sauvages. Pour le vol de fleurs dans le jardin de Shiva, des clous sont enfoncés dans le corps crucifié du cadre et, au 23e tour de l'enfer, les pécheurs du piège de Kalashu sont rôtis au feu.

East Gallery

Fouetter le lait de l'océan - ce bas-relief est peut-être le plus habilement réalisé dans l'ensemble d'Angkor. Le bas-relief est représenté par 88 asuras. (démons) de la gauche et 92 devat (demi-dieux) À droite, soulève l'océan de lait à l'aide d'un énorme serpent et tire-le comme une corde.La scène est tirée du livre sacré de Bhagavat-Purana et est très souvent décrite dans l'art khmer.

Fait intéressant, le roi des singes Hanuman dirige le bas-relief des anges - il s’agit d’un fantasme inattendu des sculpteurs khmers. Dans l'histoire elle-même, aucun singe n'a participé au brassage de l'océan et Hanuman lui-même est le héros d'un autre épopée indien, le Ramayana.

Dans la même galerie se trouve l'unique entrée d'Angkor Vat sans escalier, spécialement conçue pour que le roi puisse s'asseoir sur un éléphant directement depuis la galerie.

Suivant dans la galerie est un bas-relief représentant Vishnu détruisant les ennemis. Cet ajout tardif, qui remonte au XVIe siècle, est bien pire que les plus anciens.

North Gallery

La bataille de Dieu Krishna avec le roi des démons Ban - Petit-fils de Krishna (n'essayez même pas de comprendre le degré de parenté des dieux, emmêlé) il fut enlevé par le démon Ban et emprisonné dans une ville entourée d'un mur de feu. Sur le panneau, Krishna se bat avec les armées de Bana pour libérer son petit-fils. La figure imposante d'un Bana à plusieurs têtes et plusieurs bras assis sur un garuda (mi-homme-mi-oiseau), apparaît sur le bas-relief au moins six fois. À la fin du débat, Krishna, en battant Banu, rend hommage à Shiva, qui est assis sur le mont Kailash, et accepte sa demande de préserver la vie de Banu. Loin de Shiva - son fils rarement représenté au Cambodge, Ganesh, avec une tête d’éléphant.

Retournez dans la galerie ouest du côté nord. La bataille de Lanka est l'un des plus beaux bas-reliefs d'Angkor Vat. Il dépeint la scène d'une des dernières sections de l'épopée Ramayana - la bataille finale entre les armées de Rama et le chef des Raksasas. (démons) Ravana Ravanaukral belle Sita, la femme de Rama. Rama et son frère Lakshmana sont allés dans son royaume pour rendre sa femme. En route, ils ont aidé le roi des singes Hanuman à regagner son trône, et lui et son armée ont rejoint la marche. Sur le bas-relief, l'armée des singes se bat avec des rakshasas. Rama se bat avec Ravana lui-même. À chaque fois, Rama coupe chacune des dix têtes de Ra-vana, mais elles repoussent. Seulement en le frappant au cœur avec une flèche, Rama a pu tuer Ravana.

En contournant le premier étage du temple, montez les escaliers raides jusqu'au deuxième étage. La partie extérieure du deuxième étage a peu d’intérêt, mais à l’intérieur, 1 500 apsaras, danseurs célestes, sont représentés. Il y a plus de 3 000 Apsaras sur les murs d'Angkor Vat, et aucune d'entre elles ne se répète. Même leurs cheveux sont représentés dans 37 styles différents. Dans les années 1980, les restaurateurs indiens ont essayé de nettoyer le temple avec des produits contenant de l'acide et ont gravement endommagé de nombreux danseurs. Aujourd'hui, la plupart d'entre eux ont été restaurés par des spécialistes allemands.

Bayon Temple

Bayon - Le temple aux énormes têtes de pierre se rencontrant à chaque pas est la perle d'Angkor Thom. Au total, il y a 216 têtes sur les 54 tours du temple. Si vous regardez de plus près, il n'y a pas de visages identiques, ils sont tous très différents, bien qu'ils se ressemblent au premier abord. En fonction de l'éclairage et de l'heure, les visages peuvent être amusants et gentils ou tristes, voire terrifiants. Quel que soit le point du temple où vous vous trouvez, au moins cinq ou six faces de pierre vous "regarderont".

Informations générales

Qui est représenté sur les visages dans le temple de Bayon n'est pas connu avec certitude. Certaines sources pensent qu’il s’agit d’Avalokiteshvara - bodhisattva, personnification de la compassion sans bornes dans le bouddhisme. Pour les autres, le roi Jayavarman VII est lui-même sur les sculptures. En faveur de cette dernière théorie, il existe une nette similitude entre le roi Jayavarman VII, dont le portrait est conservé au musée Guimet de Paris, avec des visages en pierre sur les tours du Bayon. Il existe également une théorie unificatrice des deux selon laquelle il s’agit toujours d’Avaloki-Teshvar et le roi a servi de modèle pour les sculptures. De loin, le temple n’est pas particulièrement impressionnant, il semble comprimé dans un espace restreint, le chaos de pierre. Cette impression est créée par les galeries situées sur les côtés du temple et la terrasse supérieure, entre lesquelles il n’ya presque pas d’espace libre.Cependant, grimpez dans la partie supérieure, asseyez-vous entre les pierres et vous vous sentirez assis quelque part dans le ciel, parmi les anciens dieux. Aucun autre temple à Angkor n'a une atmosphère aussi incroyable qu'au sommet du Bayon. Passez au moins une demi-heure ou une heure du matin à essayer de ressentir ce sentiment merveilleux.

Le matin, au sommet du temple, il n’ya pas de chaleur, mais on peut souvent voir des étudiants en manuels scolaires ou des Européens qui sont venus au Cambodge pendant plusieurs mois ou années avec un livre à la main. Il est difficile d’imaginer un meilleur endroit pour quelques heures d’étude ou de détente que bien au-dessus de la jungle. Bayon se compose de trois niveaux finis, le carré inférieur deux, le sommet est une tour ronde. Le roi Jayavarman VII voulait terminer le temple de son vivant, mais il n'était pas sûr de pouvoir attendre la fin de la construction. Par conséquent, sur ses ordres, les artisans complétaient complètement chaque étage et commençaient seulement à construire le suivant.

Les murs de Bayona sont recouverts de bas-reliefs astucieusement sculptés: sur 1200 mètres de surface, 11 000 personnages sculptés dans la pierre représentent différentes scènes de la vie cambodgienne. Vous pouvez voir ici des scènes de batailles avec les troupes de Cham, la chute d'Angkor, des scènes de la vie quotidienne, de la chasse royale, du culte des dieux ... Les bas-reliefs du premier étage sont les mieux conservés. Il est plus pratique de les inspecter de l'entrée est au Bayon, dans le sens des aiguilles d'une montre. Les bas-reliefs de la galerie orientale sont des images d'une campagne militaire: guerriers, éléphants, charrettes tirées par des bœufs, cavaliers et musiciens. Dans la galerie sud, vous pouvez voir des scènes d'une grande bataille sur le lac Tonle Sap en 1177. Des acrobates, des jongleurs et des animaux locaux sont habilement gravés sur les murs de la galerie nord.

Les bas-reliefs du premier étage (dans le sens des aiguilles d'une montre à partir de la porte est):

  • Chams en marche. Ce panorama à trois niveaux est situé au sud des portes orientales du Bayon. Chamy - personnes vivant toujours au Vietnam, au Cambodge et en Thaïlande. Au premier rang, les guerriers khmers viennent du champ de bataille. Faites attention aux éléphants et aux charrettes tirées par les taureaux - presque exactement les mêmes utilisés maintenant. Dans la deuxième rangée se trouvent des cercueils - ils sont transportés du champ de bataille. Au centre de la troisième rangée, Jayavarman VII à l’ombre des parapluies. Il monte un cheval accompagné de nombreuses concubines (à gauche). Linge de prière. Le premier panneau au nord du coin sud-est représente le linge de prière hindou. Il est possible qu’à l’origine ce soit une image de Bouddha, remplacée plus tard par un roi hindou.
  • Bataille maritime. Le panneau suivant présente certains des meilleurs bas-reliefs sculptés. Il existe une combinaison d'images de batailles khmères et cham (avec des têtes couvertes) et d'images de la vie quotidienne sur les rives du lac Tonlé Sap, où la bataille a eu lieu. Regardez les images de personnes qui cherchent des poux les unes des autres dans leurs cheveux, des scènes de chasse et à l'extrémité ouest du panneau - à la femme en train d'accoucher.
  • Cham vaincu. Sur le panneau suivant, les scènes de la vie quotidienne continuent et la bataille navale se déplace vers le rivage - les Chams sont complètement vaincus par les Khmers rouges. Ici, vous pouvez observer deux personnes jouant aux échecs (ou à un jeu similaire sur le tableau), des combats de coq et des femmes vendant du poisson sur le marché. Ensuite, il y a des scènes de cuisine et de service célébrant la victoire des Khmers sur les Cham.
  • Procession militaire. La dernière section de la galerie sud, illustrant une procession militaire, n'est pas terminée, tout comme le panneau suivant, où les éléphants sont conduits des montagnes. Les brahmanes ont grimpé deux arbres, fuyant les tigres.
  • Guerre civile Ce panneau décrit des scènes qui, selon certains spécialistes, représentent une guerre civile. Des groupes de personnes, dont certains sont armés, se battent les uns contre les autres, la lutte s'intensifie à mesure que des éléphants de guerre et des guerriers sont inclus dans le combat au corps à corps.
  • Le roi qui voit tout. La bataille se poursuit à plus petite échelle dans le panneau suivant. Une antilope au rez-de-chaussée avale un énorme poisson. Parmi les petits poissons se trouvent des crevettes, l’inscription sous laquelle il est dit que le roi les trouvera, même si elles se cachent.
  • Défilé de la victoire.Ce panneau représente une procession avec le roi portant l'arc et ses guerriers. Apparemment, c'est une célébration de la victoire.
  • Le cirque est arrivé dans la ville. Le cirque khmer est représenté sur le mur ouest du mur nord. Vous pouvez voir un homme fort tenant trois nains et un homme sur son dos faisant tourner une roue au-dessus d'un groupe de passionnés de corde. À droite du cirque, la suite royale regarde de la terrasse au défilé d'animaux. Certains bas-reliefs de cette section sont restés inachevés.
  • Pays d'abondance. Deux rivières, l'une derrière le montant de la porte et l'autre de trois mètres à droite, regorgent de poissons. Retraite Cham. À l'ouest de la porte nord, tout au bas de la scène inachevée à trois niveaux, sont représentées les armées de Cham - vaincues et expulsées de l'empire Khmer. Un panneau représente l’armée en progression des Cham et le panneau suivant, fortement endommagé, montre les Cham (à gauche) poursuivant les Khmers. Chams voler Angkor. Ce panneau montre la guerre de 1177, quand les Khmers ont été vaincus par les Cham et Angkor a été pillé. Le roi khmer blessé descend du dos d'un éléphant et le commandant est transporté dans un hamac, suspendu à des bâtons. Juste au-dessus d'eux se trouvent les Khmers qui sont tombés dans le désespoir. Les Chams (à droite) poursuivent violemment leurs ennemis vaincus.
  • Cham entrez Angkor. Ce panneau représente une autre réunion des deux armées. Faites attention aux porte-drapeaux parmi les troupes Cham (à droite). Les Chams ont été vaincus dans cette guerre qui s'est terminée en 1181.

L’un des mystères du Bayon est qu’aujourd’hui, l’humanité n’était pas physiquement capable de le restaurer sans utiliser de ciment comme matériau de liaison. Les scientifiques et les constructeurs modernes ne pouvaient pas tailler les pierres de cette taille avec une précision donnée pour pouvoir les incruster dans le temple sans ciment. Bayon a essayé de restaurer les mêmes méthodes que celles qui ont été construites, mais rien n’en est résulté et il a fallu recourir à la technologie moderne.

Ville de Battambang

Battambang - La deuxième plus grande ville du Cambodge est une élégante ville fluviale, qui constitue l'un des bâtiments coloniaux les mieux préservés du pays. Jusqu'à récemment, Battambang ne figurait pas sur la carte routière touristique, mais avec le temps le message s'est amélioré et la ville est devenue un point de départ idéal pour visiter des temples et des villages à proximité. Il s’agit d’un point de transit supplémentaire sur le chemin reliant le Vietnam à la Thaïlande et, si l’autoroute nationale 6 est finalement reconstruite de Poipet à Siem Reap, la ville risque de perdre de son importance.

Informations générales

L'architecture de la ville a peu changé depuis l'époque coloniale, conservant ses racines françaises. C'est précisément avec son atmosphère authentique et naturelle du Cambodge provincial que la ville attire les touristes. On dit à juste titre que c’est à Battambang que l’on peut voir la vie réelle, non embellie pour les touristes, la vie provinciale des Cambodgiens ordinaires. Bien sûr, pas moins intéressant et des attractions de la ville et ses environs.

Un certain nombre de magasins français situés sur les rives du fleuve méritent beaucoup d'attention, il y a aussi plusieurs magasins Wet dispersés dans la ville. Le petit musée abrite une collection d’œuvres d’art datant de l’époque d’Angkor. Dans les environs de la ville se trouvent de nombreux temples au sommet d’une colline, quelques autres plus et un grand lac.

Il n'y a pas trop d'hôtels à Battambang et l'infrastructure touristique est peu développée. Bien sûr, vous pouvez trouver ici une agence de voyage, des transports touristiques et même un restaurant ou un café à vocation touristique, mais tout cela en quantités très modestes. La seule occupation du soir est d'être dans la chambre de votre hôtel et de regarder la télévision. Bien sûr, il n'y a pas de vacances à la plage ici. Y aller pendant toute la durée de votre voyage n’en vaut pas la peine, il suffit de rester en ville pendant un jour ou deux pour se familiariser avec les sites et l’atmosphère de la ville. Rester plus longtemps à Battambang peut être ennuyeux.

Nom

Le nom de la ville et de la province, dont le centre administratif est littéralement khmer, signifie "perte du club".

Selon la légende de Dambang Kranjong, un pauvre bûcheron nommé Dambang aurait reçu un pouvoir magique dans la forêt et aurait abattu l’arbre sacré Kranyong (type acajou) de la forêt. il réussit à renverser le roi, mais après quelque temps, le jeune prince que la reine exilée porta rencontre un cheval blanc et revint chez son père. Dambang se précipita à sa rencontre et lança un club de magie dans leur direction. parce que le cheval s’élevait très haut dans le ciel et que la massue s’envolait dans des contrées lointaines et où elle tombait, du riz de différentes variétés commençait à pousser tout seul. Bientôt, les habitants construisirent une grande ville à cet endroit, qui s'appelait Battambang - masse manquante. "

Comment s'y rendre

Vous pouvez vous rendre à Battambang en prenant un taxi (293 km). De plus, des vols sont proposés tous les jours sauf le mardi.

Kravan (montagnes de cardamome)

Kravan ' - Montagnes situées à l'ouest du Cambodge et au sud-est de la Thaïlande, s'étendant du nord-ouest au sud-est sur environ 350 kilomètres le long de la côte du golfe de Siam. Les montagnes de Cardamome sont presque inhabitées, il n'y a pas de routes les traversant. Densément envahies par la forêt tropicale humide presque infranchissable, ces montagnes occupent 4,5 millions d’hectares, la majeure partie du sud-ouest du Cambodge, puis se déplacent vers le territoire de la Thaïlande, où elles s’appellent les montagnes Soi Dao, sur le plus haut sommet occidental.

Phnom Penh City

La capitale du Cambodge Phnom Penh situé sur les rives du majestueux fleuve Mékong. Les hôtels modernes et les centres commerciaux cohabitent ici avec d'anciens temples. Dans une foule hétéroclite, des vendeurs ambulants s'interposent entrecoupés de puissants moines et d'hommes d'affaires en costume, ainsi que de pousse-pousse et de mercedes dans les embouteillages sans fin. La vie en ville fait rage. À première vue, Phnom Penh peut être choqué par sa pauvreté, son chaos et son bruit. Mais cela vaut la peine de plonger brièvement dans la saveur locale, de faire le tour de la ville et de regarder les gens du pays - et après quelques heures, l’impression change.

Histoire

Comme dans beaucoup d’autres villes, il n’existe aucune information fiable sur la fondation de la ville. Il n’ya qu’une légende: une religieuse appelée Stump a longé les rives du Mékong et a vu un arbre flottant - elle a trouvé quatre statues de Bouddha dans ses branches. Stump était une femme riche et avait reçu l'ordre de construire un temple sur une colline proche, où des statues étaient installées. La colline est devenue connue sous le nom de Phnom Penh, ce qui signifie "colline de Penh". Les gens venaient adorer les statues et peu à peu une ville se développa sur une colline. La capitale de Phnom Penh était en 1432, lorsque le roi du Cambodge, qui régnait à cette époque, ordonna de quitter Angkor, qui n'était pas bien protégée des attaques du royaume d'Ayutthaya. (Thaïlande moderne)et a ordonné de construire une nouvelle capitale sur le site d’un Phnom Penh bien situé.

Au milieu du XVIe siècle, Phnom Penh devint le plus grand centre commercial où les navires marchands du Laos et de la Chine voisins naviguaient le long du fleuve. Cependant, la longue floraison de la ville ne pouvait pas continuer - de l'Est et de l'Ouest, la Thaïlande et le Vietnam, voisins à l'esprit militant, se fortifiaient. En 1772, des soldats thaïlandais ont brûlé Phnom Penh. La ville fut reconstruite et, en 1863, lorsque la France déclara le Cambodge sa colonie, Phnom Penh entra dans son apogée, qui perdura même après l'indépendance, sous le roi Sihanouk, jusqu'en 1975. La population de Phnom Penh était alors de 500 000 personnes. Cependant, en 1975, les Khmers rouges sont arrivés au pouvoir, des dizaines de milliers de citoyens instruits ont été tués ou transférés de force dans des villages, et il ne restait que 50 000 habitants dans la ville. Pendant quatre ans, les autorités des Khmers rouges, dirigées par Pol Pot, ont réussi à rentrer dans la ville il y a 200 ans. En 1979, les Vietnamiens occupaient Phnom Penh, mais ce n’est pas avant les années 90 que l’économie de la capitale a commencé à se développer rapidement.Phnom Penh a changé au cours de la dernière décennie: la ville compte de nombreux parcs et routes. Des bâtiments anciens sont en cours de rénovation, des gratte-ciels sont construits, des restaurants ouvrent. Les investisseurs étrangers et l'élite locale investissent activement dans l'économie de la ville. L'ancienne grandeur de Phnom Penh revient.

Vues de Phnom Penh

Palais royal

Boulevard Samdech Sothearos
tous les jours De 07h30 à 11h00 et de 14h00 à 17h00
$3,00

Une visite à Phnom Penh est préférable de commencer par le Palais royal - c’est là que se trouve la plus belle pagode de la ville, la pagode de l’argent ou le temple du Bouddha d’émeraude.

Pour l'ancien Cambodge, le palais est relativement récent, il a été construit en 1866 sur les ruines de l'ancienne forteresse Banteay Kev. Le meilleur moment pour visiter est le matin: le soleil n’est pas encore au four et il n’est pas trop chaud. Très probablement, les chauffeurs de tuk-tuk vous approcheront à l'entrée du palais et vous diront de manière convaincante que le palais est maintenant fermé pour une cérémonie. Pour ne pas attendre, ils peuvent vous emmener dans d'autres lieux d'intérêt. Ne tombez pas dans cette astuce, mais allez directement à l'entrée. Vous ne pouvez entrer sur le territoire que par un pantalon, une jupe longue et les épaules fermées. Vous pouvez louer un sarong ou une cape pour une somme modique. Palais - la résidence actuelle du roi du Cambodge Norodom Siamoni. Certaines pièces de la famille royale sont fermées aux touristes, mais le palais peut être parcouru assez librement. Juste derrière l'entrée se trouve le bâtiment le plus remarquable du palais - le pavillon ouvert au clair de lune (Preah Thineang Chan Chhaya)où se tiennent depuis plus de cent ans des spectacles de danse khmère classique et des banquets. Le pavillon est construit le long du mur du palais et il est clairement visible de l'extérieur. Sur le côté du pavillon se trouve un balcon d'où le roi a reçu un défilé de troupes marchant le long du boulevard Sotearos. C'est pourquoi le roi fait ses discours. En 2004, le couronnement de Norodom Siamoni a eu lieu dans ce pavillon. Allons plus loin. Au centre de la partie nord du complexe du palais se trouve la salle du trône royal. (Preah Thineang Dheva Vinnichay Mohai Moha Prasat, littéralement - "lieu sacré du jugement"). Auparavant, les conseillers du roi et d’autres fonctionnaires y travaillaient. Aujourd'hui, la salle du trône est utilisée pour les cérémonies religieuses, les couronnements et les mariages royaux. Au-dessus du bâtiment se trouvent trois flèches dorées. La flèche centrale de 59 mètres est surmontée d'une tête blanche à quatre visages du dieu Brahma. À l'intérieur se trouvent trois trônes royaux, deux de style traditionnel et un européen, ainsi que les statues en or des rois cambodgiens. Le trône classique des rois khmers - élevé, à neuf niveaux. Les rois se sont assis sur lui lors de la cérémonie de couronnement. Le trône est richement décoré de sculptures exquises et de petites statues de Garud - créatures mythiques, mi-humaines, mi-angles. Les trois niveaux inférieurs du trône symbolisent le monde souterrain, la terre et le ciel. Au-dessus du trône se trouve un dais blanc-neige sur neuf niveaux, symbole du pouvoir absolu du monarque. À côté du trône, sur la table se trouve un service à thé doré, faisant partie des costumes royaux. Le deuxième trône derrière est pour la reine. Faites attention aux belles peintures murales sur les murs - des scènes de Reamker, la version khmère de l'épopée indienne Ramayana. À droite de la salle du trône se trouve le complexe résidentiel royal, où les touristes ne sont pas autorisés. À gauche se trouvent les pavillons du trésor royal, la salle des banquets royaux et le pavillon de Napoléon III. L'empereur français a donné un pavillon à son épouse, l'impératrice Eugénie. En 1870, l'impératrice ordonna de la démonter et de l'envoyer à Phnom Penh, en cadeau au roi Norodom. À l'opposé du palais se trouve la célèbre pagode d'argent, ou temple du Bouddha d'Émeraude. (Wat Preah Kaew). La pagode en argent est appelée parce que son sol est tapissé de plus de 5 000 dalles en argent pesant chacune 1 kg. Malheureusement, il est impossible d’apprécier le sol d’argent. À l’exception d’une petite pièce, toutes les tuiles sont recouvertes de moquette. La pagode a été construite en 1892 en bois et reconstruite en 1962 par le roi Sihanouk.Pendant la révolution des Khmers rouges, la pagode a eu de la chance. Les dirigeants du pays ont décidé de montrer au monde entier qu'elle préservait le patrimoine culturel du pays et que le temple était sous la protection de l'État. Lorsque les Vietnamiens ont envahi le Cambodge, la moitié des trésors de la pagode ont été pillés ou détruits. Cependant, ce qui restait était assez impressionnant. C'est l'un des rares endroits au Cambodge où vous pouvez voir et apprécier la richesse et le pouvoir de l'ancienne civilisation khmère.

Pour se rendre à la pagode, il faut monter les marches de marbre italien. À l’intérieur de la pagode - principal symbole sacré du Cambodge, la statue du Bouddha "émeraude" du XVIIe siècle, en cristal massif. Derrière cette statue, il y en a une autre: une statue de Bouddha en or, grandeur nature, faite de 90 kg d'or pur et ornée de 9584 diamants, dont la plus grande pèse 25 carats. N'oubliez pas que la photographie dans le temple est interdite et que la violation de l'interdiction est surveillée de manière très stricte. Les murs du complexe de la pagode sont peints de scènes de Reamker, la version locale du Ramayana. Bien que les peintures murales n'aient pas été restaurées depuis longtemps et se soient beaucoup estompées, en commençant par la première photo près de l'entrée est, vous pouvez suivre l'évolution de l'intrigue de l'épopée antique. Autres bâtiments du complexe de la pagode d'argent: une bibliothèque où sont conservés les textes écrits sur des feuilles de palmier, la tombe du roi Norodom, un pavillon avec l'empreinte du Bouddha, plusieurs tombes de la famille royale et le clocher d'où il a été commandé d'ouvrir ou de fermer la porte .

Musée national du Cambodge

Angle de 13th Street (Preah Ang Eng) et 178th
08h00-17h00, vente des billets jusqu'à 16h30
5,00 $, pour 3,00 $ les excursions de groupe sont organisées en khmer, anglais, français et japonais
cambodiamuseum.info

En sortant du palais, suivez le boulevard Sotearos vers le nord et vous arriverez bientôt au jardin où se trouve le Musée national du Cambodge, réparti dans quatre pavillons en terre cuite. Voici une collection assez intéressante d'art khmer datant de mille ans et demi, comprenant une statue du dieu Vishnou du VIe siècle, une statue de Shiva du IXe siècle et la célèbre tête du roi Jayavarman VII, dont des copies sont vendues dans de nombreux magasins de souvenirs. Le joyau du musée est un grand fragment de la statue reposante de Vishnou, qui fait partie d'une immense statue de bronze trouvée non loin du temple d'Angkor Vat. Vous trouverez des statues du musée dans un petit guide Art khmer en pierre (en anglais)qui est vendu dans le musée pour 2 $. Ils facturent 1 $ pour prendre des photos à l'entrée, il est autorisé à prendre des photos uniquement dans la cour.

Temple Wat Unal

Boulevard Samdech Sothearos
+855 12 77 3361
06.00-18.00
entrée libre

Du musée nous irons au temple de Wat Unal (Wat Ounalom) - Le siège du bouddhisme cambodgien. Ici, un chef spirituel de bouddhistes locaux vit dans une grande communauté monastique. Fondé en 1443, le temple a beaucoup souffert des Khmers Rouges, mais a rapidement récupéré. Sur le côté ouest du temple se trouve un stupa où, selon les moines, les cheveux naturels sont protégés du sourcil du Bouddha. À l'intérieur, l'attention est attirée sur plusieurs figures du Bouddha, brisées en morceaux par les Khmers Rouges et ensuite rassemblées avec soin par les moines dans leur ensemble. Au deuxième étage du temple se trouve une statue du leader bouddhiste cambodgien, Huot Tata, âgé de 84 ans, tué par les soldats de Pol Pot. Les Khmers rouges ont laissé tomber une statue dans le Mékong, démontrant ainsi que le nouvel ordre n'a pas besoin de religion. En 1979, après la défaite de Pol Pot, ils l'ont sortie de l'eau et l'ont mise au même endroit. En quittant le musée, tournez à droite sur Sisowath Quai, une rue longeant la rivière Sap. C'est une zone européenne très agréable avec de nombreux petits cafés et restaurants côtiers. Ici, vous pouvez boire une tasse de bon espresso italien, manger un croissant français ou manger quelque chose de plus consistant. A proximité se trouve le club des correspondants étrangers cambodgiens. (FCCC)où les touristes passent souvent leurs soirées. Le restaurant situé au deuxième étage du club offre l'une des meilleures vues sur les rivières Sap et Mékong.

Wat Phnom Temple

situé sur une colline au centre d'un petit parc près de la digue de Sisovat, sur la 94ème rue
07.00-18.30
entrée 1 $, musée 2 $

Environ un kilomètre au nord est peut-être le temple le plus important de la ville, Wat Phnom (Wat Phnom). Marchez vers lui le long du quai le long de la rivière ou, si vos jambes commencent déjà à se fatiguer, utilisez un tuk-tuk.

Selon la légende, c’est là qu’une religieuse, nommée Stump, y construisit un temple dans lequel elle trouva des statues de Bouddha, qu’elle trouva dans les branches d’un arbre, amenée sur la rive par une rivière. C'est la plus haute colline dans les environs, autour du temple et la ville a grandi, appelée Phnom Penh.

L'entrée du temple se trouve du côté est - un large escalier avec une balustrade est décoré d'images de lions et du serpent mythique Nagi. L'entrée est encombrée: de nombreux marchands vendent toutes sortes de choses, des mendiants demandent l'aumône, des enfants jouent, des "diseuses de bonne aventure" s'efforcent de prédire le destin, des femmes, moyennant une somme modique, proposent de libérer les oiseaux de la cage (ces oiseaux reviennent ensuite) Tout cela crée une atmosphère qui ressemble légèrement à un spectacle de cirque. Pour renforcer cette impression, vous pouvez chevaucher un éléphant autour du temple. Entre 1983 et 2013, ceux qui voulaient y aller étaient Bo Sam lui-même - cet éléphant de 46 ans maintenant à la retraite qui a pris sa place est toujours inconnu. Une promenade sur un éléphant peut être reportée jusqu'à la visite d'Angkor. Le temple lui-même est un mélange étonnant de religions. Officiellement, il est dédié au mouvement bouddhiste Theravada. Devant le temple, il y a des images de Confucius et de sages chinois. À gauche de l'autel se trouve une statue à huit faces du dieu indien Vishnu. Une chapelle séparée est dédiée à Preah Chao, divinité / esprit particulièrement apprécié des Vietnamiens. Au milieu du temple se trouve l'autel central avec un grand Bouddha en bronze, d'autres statues, des fleurs, des fruits et d'autres offrandes. Les murs du temple sont recouverts de peintures. Peinture murale particulièrement intéressante "Jataka" (biographies du Bouddha)dépeignant les premières réincarnations du Bouddha avant qu'il atteigne l'illumination. Les images les plus précieuses et les plus anciennes de la partie supérieure du temple sont malheureusement assez couvertes de suie et difficiles à discerner. On ne peut qu'espérer que dans un proche avenir, ils seront restaurés. Au temple, vous pouvez généralement voir les croyants qui sont venus prier pour des examens ou une transaction réussie. Si la demande est satisfaite, prier pour remercier les dieux apporte une guirlande de jasmin, de fleurs de lotus ou de bananes. Dans le petit pavillon au sud du temple se trouve un monument à la fondatrice du temple, Mme Pen. Les visiteurs viennent souvent pour adorer et faire des offrandes au fondateur du temple. On croit que les femmes ici peuvent obtenir une aide spéciale dans leurs demandes. Il y a beaucoup de singes dans les arbres autour de Wat Phnom. Il est nécessaire de surveiller attentivement vos sacs à dos et vos appareils photo. Courir pour les éloigner des singes n’est pas la chose la plus agréable. La nuit, la colline est magnifiquement éclairée.

Après être allé un peu plus au nord, vous pourrez rejoindre l'immeuble de l'ambassade de France. Le 17 avril 1975, lorsque les Khmers rouges ont capturé la ville, environ 800 étrangers et 600 Cambodgiens se sont réfugiés dans ce bâtiment. Le gouvernement Pol Pot a déclaré au consul de France que si les Cambodgiens n'étaient pas extradés, l'ambassade serait prise d'assaut et tous les étrangers seraient tués. Les Cambodgiens mariés à des étrangers ont été autorisés à rester, contrairement aux hommes mariés à des étrangères. Les Français n’ont aucun moyen de sortir et des centaines de Cambodgiens sont sortis des portes de l’ambassade. La plupart d'entre eux n'ont jamais été vus. Un mois après son arrivée au pouvoir, les Khmers rouges ont chassé les étrangers du pays.

Autres curiosités de la ville

Au sud, à quelques minutes à pied du palais, sur le boulevard Sothearos, se trouve un grand parc, au centre duquel se dresse un monument dans le style du réalisme socialiste, représentant deux soldats, cambodgien et vietnamien, protégeant ensemble la femme et l'enfant cambodgiens. C'est un monument cambodgien-vietnamien, conçu pour symboliser l'amitié indestructible entre les deux peuples.En réalité, les relations entre ces pays ne sont pas si brillantes et l’amitié n’existe que sous la forme d’un monument.

À l'est du monument - un petit très vieux (construit en 1442) et très important pour les habitants du Cambodge, le Blooming Lotus Temple (Wat Botum Vathey). Il a reçu son nom en 1860 du lieu d'origine du sanctuaire - une petite île au milieu du lac de lotus, d'où il a été déplacé lors de la reconstruction. Le temple a une architecture originale. Il est très photogénique, on peut le voir sur de nombreuses photos de la ville. Les cendres de membres de la famille royale, d'hommes politiques et de personnages célèbres de la ville sont ensevelis dans des stupas.

Sur le côté sud du parc - un monument de l'indépendance sous la forme d'un lotus, construit en l'honneur de la libération du Cambodge de la France en 1953. En vous promenant dans le parc le soir, vous pourrez admirer le magnifique point fort du monument. Au sud - le temple de Wat Lang Ka (Wat Lang Ka), le deuxième temple après Wat Unal, restauré après le régime des Khmers Rouges. Sur les murs du temple - peintures récemment restaurées de la vie du Bouddha. Autour du temple, il y avait souvent des moines en robe orange.

Depuis le pont de Monivong, on peut observer la confluence de toutes les rivières de Phnom Penh - Sap, Mékong et Bass-Sak - en un seul large Mékong. Le confluent, appelé en khmer Chatomuk - "quatre visages", présente un phénomène étonnant: de mai à octobre, le cours de la rivière Sap change de direction et le niveau de l'eau dans le Mékong chute brutalement. En octobre, Sap fait demi-tour pour remplir le Mékong. Au Cambodge, l’une des plus grandes vacances Bon Om Tuk a lieu. La tristement célèbre prison de Tuol Sleng se trouve à un kilomètre à l'ouest du parc. (Tuol Sleng)dans lequel se trouve le musée du génocide. Dehors, une école normale avec une cour recouverte d’herbe où les enfants couraient après le ballon. Ici, dans les locaux de l'ancienne école, les Polopoites ont torturé et interrogé plus de 17 000 personnes. Les agents pénitentiaires tenaient des registres minutieux de tous les prisonniers: une affaire était classée pour chacun d'entre eux, chaque personne arrêtée était photographiée - ces photos prenaient des prisonniers avant et après la torture. Des photos en noir et blanc des victimes sont visibles depuis les murs du musée. Presque tous ces hommes, femmes et enfants ont été tués. Sur les stands sont des outils de torture. Et surtout, c'est le buste de Pol Pot. Les anciennes classes étaient divisées en petites chambres où les personnes arrêtées attendaient leur sort. Partout sont les chaînes. Au début, ceux que les Khmers rouges considéraient comme des «ennemis de classe» étaient emprisonnés, mais la révolution commença rapidement à se dévorer et, en 1977, la plupart des prisonniers étaient d'anciens activistes des Khmers rouges qui furent désavoués. Pendant le nettoyage du parti en prison, 100 personnes ont été tuées par jour. Pour 2 $, vous pouvez prendre un guide qui passera en prison et raconter les histoires de personnes représentées sur les photographies. L’histoire est très intéressante et vaut la peine d’utiliser les services d’un guide. La prison était commandée par Qaing Huek Eaw, 32 ans, surnommé Duch. En 1994, il s'est volontairement rendu aux autorités. Il a été détenu pendant cinq ans. Il a ensuite passé onze ans en attente de son procès. En 2010, il a été condamné à 35 ans. Duch a adopté le christianisme, s'est repenti de son acte et a fourni à la cour une mine d'informations sur les atrocités commises par les Khmers rouges. Le processus sur Duch est également intéressant car c’est presque le seul qui a été achevé. Les États étrangers ont alloué 170 millions de dollars pour enquêter sur les crimes des Khmers Rouges, mais le financement a été suspendu: des affaires de corruption ont été révélées au sein du système judiciaire. Aujourd'hui, certains pensent qu'il vaut mieux dépenser de l'argent dans les programmes sociaux que pour «poursuivre les fantômes», tandis que d'autres continuent d'exiger à tout prix la punition des criminels. La politique actuelle du gouvernement limite les poursuites pénales à l'encontre des anciens Khmers rouges. Ce n'est pas surprenant, car de nombreux Khmers rouges occupent aujourd'hui de hautes fonctions, notamment le Premier ministre Hun Sen, et le gouvernement craint que de nombreux processus ne déstabilisent le pays.

Des hommes, des femmes et des enfants condamnés à mort à la prison de Tuol Sleng ont été emmenés au camp d'extermination de Choeng Ek (Choeung Ek), À 15 km de la ville. Habituellement, ils sont tués d'un coup de pierre afin de ne pas gaspiller de précieuses munitions. En 1980, des fosses communes ont été découvertes et les restes de près de 9 000 personnes ont été mis au jour, beaucoup ayant les mains liées et les yeux bandés. On estime que plus de 17 000 personnes ont été tuées ici au total. Au centre du champ se trouve un stupa mémorial dans lequel une pyramide de 8 000 crânes, classés par sexe et par âge, est affichée sous verre. La visite audio comprend des récits de personnes ayant survécu au régime des Khmers rouges et le récit de la garde et du bourreau Choeng Ek à propos des méthodes utilisées pour tuer efficacement les prisonniers. Il existe également un musée dont l'exposition retrace l'histoire des dirigeants khmer rouges et les enquêtes en cours sur leurs crimes. Le moyen le plus simple de venir ici depuis la ville est en tuk-tuk, en taxi moto ou en taxi régulier. Le voyage coûtera 12-15 $.

Marchés de Phnom Penh

Presque tous les marchés de Phnom Penh s’ouvrent au lever du soleil et cessent de fonctionner au coucher du soleil. De 11h30 à 14h00, un grand nombre de plateaux du marché sont fermés pour le déjeuner. Les marchands appellent presque toujours des prix très supérieurs aux prix réels, vous devez donc négocier.

Vieux marché (Psar Chas) situé au bord de la rivière, à l'intersection des 13ème et 108ème rues. Le marché est célèbre non seulement pour le fait que vous pouvez presque tout acheter, mais également pour son architecture inhabituelle. C’est certainement l’un des attraits importants de Phnom Penh, et vous devriez le visiter, même si vous ne prévoyez rien acheter. D'autre part, c'est un endroit idéal pour acheter des bijoux, des souvenirs, des appareils électroniques ou des vêtements à bas prix. Le marché est énorme, a une configuration complexe, dans ses nombreux rangs, il est très facile de se perdre. C'est le seul marché ouvert jusque tard dans la nuit.

Non loin du vieux marché est le nouveau (Central) le marché (Psar Thmay). Le bâtiment du marché a été construit en 1937 dans un style Art déco. Tout est vendu dans les quatre principales galeries du marché, de l'électronique aux épices séchées.

Marché russe (Psar Toul Tom Poung) tire son nom des années 80 du 20ème siècle en raison du grand nombre d'acheteurs russes: alors de nombreux Russes vivaient et travaillaient à Phnom Penh et se sont précipités vers ce marché pour des produits rares à la maison. Le marché est situé dans la partie sud de la ville, à l'intersection des 163ème et 440ème rues. Ici, vous pouvez acheter ce que vous voulez, et si vous décidez d'aller faire du shopping à Phnom Penh, vous devez commencer ici. À l’extérieur, le marché n’a pas l’air très impressionnant, mais dans les yeux de la marchandise, vous pouvez trouver à la fois des antiquités authentiques et des contrefaçons à bon marché, des copies piratées de films, vêtements, bijoux en or et en argent, des souvenirs pour tous les goûts, des produits khmers ... Attendez-vous à y passer quelques heures. Et n'oubliez pas de négocier.

Parmi les souvenirs cambodgiens intéressants, il y a les billets de banque des Khmers rouges. Ces billets ont été fabriqués en Chine sur ordre du gouvernement Pol Pot. Toutefois, lors de leur fabrication, le gouvernement a changé d'avis et a complètement annulé l'argent. Ces billets sont faciles à identifier, ils sont toujours nouveaux, car ils n’ont jamais été en circulation, et ils représentent des dessins sur un thème militaire: partisans avec lance-grenades, filles soldats, mitraillettes ...

Phnom Penh: toutes les activités

Voyage en bateau

Lors de promenades sur les eaux du Mékong et de Sapa, préférez aller au coucher du soleil pour regarder les rayons dorés du soleil passer derrière les flèches scintillantes du palais royal. Des bateaux de tourisme attendent les passagers le long du Mékong. Prix ​​régulier 10-20 $ l'heure (bonne affaire!).

Champ de tir

La plupart des anciennes bases militaires de Phnom Penh ont été converties en champs de tir où vous pouvez tirer à peu près toutes les armes, des pistolets AK-47 et M-60 aux lance-grenades. Le prix varie entre 1 $ par balle automatique et entre 300 et 350 $ par coup de lance-grenades B-40. S'il s'agit d'un divertissement pour vous, demandez à l'hôtel où se trouve le champ de tir le plus proche.Le stand de tir le plus populaire est situé à 8 km de l’aéroport, en direction de Sihanoukville, derrière la piste des coureurs de karting.

Cyclisme

Vous pouvez louer un vélo et explorer la ville vous-même ou rejoindre des groupes organisés. Les sociétés du cycle vicieux (grasshopperadventures.com, 23 St 144, 012 462165) et hors route au Cambodge (cyclingoffroad.com, 18 St 360, 012 555123) organiser des excursions à vélo quotidiennes à Udong ou aux îles du Mékong. Les visites commencent à 08h00. Dans ces entreprises, vous pouvez louer un vélo pour des marches indépendantes à 7-10 $.

Massages

À Phnom Penh, il existe une myriade de salons de massage, mais nombre d'entre eux ne sont que les façades de bordels. Si vous souhaitez un vrai massage professionnel dans une atmosphère agréable, rendez-vous à l’une des adresses suivantes: Voir le massage des mains (un compartiment pour 12 St 13, un autre pour 34 St 108, +85516 856188, +85512 680 934, 08.00-21.00). Les masseurs aveugles travaillent dans le salon, font d'excellents massages à partir de 7 $ l'heure. C'est le meilleur rapport qualité-prix de la ville.

O spa (4B St 75, 0 +85512 852 308). À propos de Spa sont spécialisés dans le massage aux pierres chaudes, également faire des massages balinais et thaïlandais. Les prix commencent à 20 $ l'heure.

Bodia spa (coin St 178 et Sotearos Bivd, bodia-spa.com, +855 23 226199, 10h00 - 00h00). Super massage dans une atmosphère de détente complète. Prix ​​à partir de 26 $ l'heure.

Méditations

Certains temples ont des séances de méditation pour ceux qui le souhaitent. Temple Wat Lanka (Wat Langka au coin de St 51 et Sihanouk Bivd, +855 12,482,215) organise des séances gratuites à 18h tous les lundi, jeudi et samedi et à 8h le dimanche.

Excursions

Presque tous les hôtels et bureaux de tourisme organisent des visites de votre choix. Le coût de la plupart des visites est de 6 $, frais d'entrée non compris. En plus des visites standard de la ville, vous pouvez commander une visite de la "brasserie royale" (le prix comprend toute la bière que vous pouvez boire)faire du quad dans les environs ruraux de Phnom Penh (25 $ par quad), visites de bars de ville, visites de la culture khmère et bien d’autres.

Informations utiles

Phnom Penh est divisé en trois parties: au nord se trouvent des zones résidentielles, la partie sud est occupée par des centres d’affaires, des banques, des ministères et des ambassades, où l’esprit colonial français est encore ressenti, et la partie centrale, la plus attrayante pour les touristes, est la vieille ville avec le palais royal. temples et musées.

Comment se déplacer

Il n'y a pas de transport public à Phnom Penh. Vous pouvez vous déplacer dans la ville sur un tuk-tuk (1-2 $ pour un court voyage ou 12-15 $ pour toute la journée)moto taxi (1 $ pour un voyage ou 18 $ pour toute la journée), en taxi régulier avec un compteur ou sur une voiture de location avec chauffeur. Si vous avez des droits internationaux, vous pouvez louer une moto. Lorsque vous quittez la ville, n'oubliez pas la carte et la carte de visite de l'hôtel indiquant l'adresse en langue khmère. Les chauffeurs cambodgiens de l’anglais ne comprennent pas, mais quelle que soit la langue dans laquelle vous appelez votre destination, ils acquiesceront probablement. Cela ne signifie pas qu'ils vous ont compris, ils s'attendent à ce que vous leur montriez le chemin. Donc, si vous ne savez pas où aller, vous pourrez très bientôt être au bout opposé de la ville ...

De l'argent

À Phnom Penh, comme dans tout le pays, ils acceptent volontiers les dollars. L'euro ne prend presque jamais. Il est préférable d’avoir avec vous des petits billets d’un dollar: les billets de plus de 20 dollars sont difficiles à échanger.

Où habiter

Bien que le tourisme au Cambodge ait commencé à se développer assez récemment, le choix de logements à Phnom Penh est plutôt convenable: vous pouvez trouver des hôtels de tourisme très bon marché à partir de 3 $ pour une chambre double et une chambre avec toilettes et climatisation coûte environ 10 $. Un hôtel ordinaire avec piscine et Le petit-déjeuner coûtera de 25 à 35 dollars. Bien entendu, si vous le souhaitez, vous pouvez séjourner dans un hôtel coûteux, où les chambres sont offertes à partir de 100 dollars. Les hôtels situés au bord de la rivière, bien qu'ils aient l'air bien de l'extérieur, sont souvent très bruyants et la plupart fenêtres en général ou à propos de ne pas aller à la rivière. Il vaut mieux choisir un hôtel dans le centre mais à quelques rues de la rivière. Les voyageurs à petit budget séjournent souvent dans l'un des hôtels bon marché près de 172nd Street. (nouvel analogue de la célèbre route Bangkok Khao San).

Quartier Phnom Penh

Bien que les temples cambodgiens les plus remarquables soient concentrés à Angkor ou dans des endroits où il est très difficile pour les touristes de visiter, dans les environs de Phnom Penh, il existe de nombreux endroits intéressants à visiter pour une journée.

Vers Takeo (sud)

Province de Takeo (Takeo)au sud, c’est Phnom Penh, riche en beaux exemples d’architecture khmère. La plupart des temples sont faciles à visiter en une journée. La route vers la ville de Takeo prend environ une heure et demie. Takeo est un petit endroit confortable pour faire une pause dans l'un des nombreux restaurants. À l'époque de Pol Pot, cette ville à moitié endormie inspirait l'horreur chez les Cambodgiens - Ta Mok, le "grand-père Mok", un général fanatique khmère rouge à une jambe, actuellement en prison, hébergé ici. À 32 km de la capitale se trouve le lac Tonle Bati (Tonle bati). C'est une destination de vacances très populaire parmi les résidents du quartier, le week-end, il y a généralement une foule de gens. Nature pittoresque, un lac magnifique et des sites touristiques à avoir. De nombreux touristes se détendent dans les kiosques sur l'eau, mangent, boivent, pêchent et font du bateau.

Pour vous rendre au lac Tonlé Bati, il est plus pratique de louer un taxi climatisé à Phnom Penh et de voyager confortablement, en vous arrêtant le long de la route pour explorer les temples et en particulier les lieux pittoresques. Le taxi coûte environ 35 $, le limon à mototaksi et le tuk-tuk 10-20 $ aux deux extrémités. Vous pouvez également prendre un bus - plusieurs fois par jour, prenez la navette Takeo depuis la gare routière de Phnom Penh Sorya. Besoin de descendre au 35ème km de la route (graduations) et prenez le taxi moto jusqu'à votre destination. Retourner à Phnom Penh en bus peut devenir un problème - le bus doit attendre sur la route et voter, mais ne s'arrête pas s'il n'y a pas de place. Dans ce cas, vous devrez vous rendre en ville en moto-taxi.

L'attraction principale - le temple de Ta Prohm (Ta Prom, à ne pas confondre avec le temple du même nom à Angkor)fait de pierre rouge et situé sur la rive du lac. Le temple a été construit par le roi Jayavarman VII à la fin du XIIe siècle sur les ruines d'un ancien sanctuaire khmer. Le temple n'est pas très grand et est en très bon état, malgré des siècles de pillage et d'abandon. Ta-Prom était à l'origine dédié à Lord Shiva, ce qui peut être compris par les lingams dans chaque salle du temple (cylindres à sommet arrondi, personnifiant le principe masculin). Plus tard, des statues modernes de Bouddha ont été installées ici. Près du temple, il y a beaucoup de diseurs de bonne aventure, qui prédisent le sort pour un prix très modeste. On pense que les observateurs de Ta-Prom sont les plus perspicaces, de nombreux Cambodgiens viennent d’autres villes pour découvrir ce qui les attend et décider quoi faire. Bien sûr, la plupart des diseuses de bonne aventure ne parlent pas de langues étrangères. À l'intérieur du temple, il y a presque toujours un petit orchestre qui attire les visiteurs. Notez le bas-relief inhabituel sur le mur est du temple. Il dépeint un homme qui s'est humilié devant une femme. À côté de l'homme, il y a une autre femme avec une boîte sur la tête. On pense que cela reflète bien la réalité: la sage-femme a aidé la femme à avoir un bébé, mais elle ne l'a pas remerciée. La sage-femme offensée maudit la femme et lui ordonna de porter une boîte avec un placenta sur la tête toute sa vie. Le mari a amené la femme à la sage-femme et la supplie de pardonner à sa femme repentante. Sur le mur nord se trouve un autre bas-relief intéressant: au sommet du mur, le roi est assis sur son trône avec sa femme. Cependant, la femme avait tort et, dans la partie inférieure du mur, nous voyons une servante piétiner son cheval avec les sabots.

En face de Ta-Prom, à quelques minutes à pied, près de la pagode moderne, se trouve un autre petit temple Yeye-Peau. (Yeay peau). Ce qui est intéressant, ce n'est pas tant le temple lui-même que la légende qui y est associée. Au début du XIIe siècle, le roi fit le tour du lac Tongle Bati et vit par hasard une fille nommée Po. Le roi tomba amoureux de Po et resta avec elle, mais après un certain temps, il dut retourner dans la capitale. Au moment où Poe lui donna déjà un fils, qui s'appelait Prom.En partant, le roi laissa à son fils son anneau et son poignard pour reconnaître son fils quand il serait grand et arriverait au palais royal. Prom a grandi, est venu chez son père et a vécu avec lui pendant plusieurs années. À son retour, il n'a pas reconnu sa mère. Voyant une belle femme, il lui a demandé de devenir sa femme. Elle a assuré à son fils qu'elle était sa mère, mais il a refusé de la croire. Alors Prom a décidé de tenir un concours. Il a ajouté que si, avec l'aide des hommes de la région, elle était capable de construire un temple plus rapidement que Po, avec l'aide de femmes de la région, elle devrait l'épouser. En recourant à des astuces. Elle a fait des bougies comme une étoile du matin dans le ciel (ne demandez pas comment). Les ouvriers ont décidé que c'était l'aube et ils ont doublé les femmes et se sont endormis. Pendant ce temps, les femmes ont continué à travailler et ont remporté le concours en construisant le temple Yeyei-Peau. Prom a dû l'admettre par sa mère. À côté du lac se trouve une station balnéaire khmère avec un parc de pêche. C'est agréable, confortable, vert et peu coûteux. Vous pouvez venir passer une journée dans le belvédère au bord de l’eau avec une canne à pêche sous la canopée de manguiers. Vous pouvez passer la nuit dans un petit hôtel touristique du parc. Les chambres sont basiques mais neuves et propres. En semaine, le prix est de 5 $ par jour et le week-end de 9 $. L'hôtel propose un karaoké en anglais. Ils cuisinent très savoureux ici, les portions sont énormes et bon marché. Le personnel est sympathique, mais parle à peine l'anglais. Le complexe a une aire de jeux, 3 lacs avec beaucoup de poissons, beaucoup de manguiers - vous pouvez choisir les mangues et les emmener avec vous. Cannes à pêche simples (bâton avec une ligne de pêche) donner gratuitement. Si vous décidez de passer la nuit, sachez qu'après le coucher du soleil, vous ne trouverez pas de magasins ouverts ni d'autres traces de civilisation. Seulement la paix et la tranquillité.

Un zoo est situé à une demi-heure au sud de Tonle Bati. (Zoo de Phnom Tamao). Il y a beaucoup d'animaux sauvages sauvés des braconniers et des passeurs. Le zoo est grand, le territoire occupe plus de 80 hectares. Dans des enclos séparés, vivent des tigres, des ours malais gracieux, des léopards, des gibbons, des crocodiles siamois uniques et de nombreux autres représentants de la faune asiatique. Il est très difficile de voir des animaux sauvages à l'état sauvage au Cambodge. Pour cela, vous devez pénétrer dans les étendues sauvages les plus sourdes. Le zoo est donc un endroit idéal pour observer des animaux inhabituels.

En revenant sur la route principale et un peu plus au sud, allez au temple de Phnom-Chisor (Phnom Chisor). Il se dresse au sommet d'une grande colline. (100 mètres)d'où une vue magnifique s'ouvre. 461 marches vous mèneront aux portes du temple. La montée n’est pas facile, mais la vue de dessus en vaut la chandelle. Il est beaucoup plus agréable de ne pas monter dans la chaleur, il est donc préférable de se rendre au temple le matin et de là, d'aller à Tonla Bati ou de laisser l'ascension à la fin du voyage, vers le soir. Le temple lui-même se trouve du côté est de la colline. Les murs sont en pierre rouge et en brique de latérite locale. Le complexe a été construit au XIe siècle et était auparavant connu sous le nom de Suriagiri. Certaines sources l'appellent toujours comme ça. Le temple, dans sa tranquillité majestueuse et son silence, s'ouvre soudainement aux yeux des voyageurs qui montent les escaliers. L'atmosphère qui règne ici est souvent comparée au célèbre Machu Picchu péruvien. Au bas de la colline se trouvent deux temples plus petits: Saint-Tmol (Sen tmot) et Saint-Ravang (Sen Ravang)ainsi que l'ancien bassin sacré de Tonle Om (Tonle om). Il y a 900 ans, des rituels religieux étaient pratiqués ici. Passez Pnom Chisor jusqu'à la petite ville d'Angkor Borey (AngkorBorei). On pense qu'il y a 1 500 ans, Vyadhapura, l'ancienne capitale semi-légendaire de la puissante civilisation khmère, se trouvait sur le site d'Angkor Borea. 5 km de la ville est l'un des bâtiments les plus anciens du Cambodge - le temple de Phnom Da (Phnom Da)construit au VIIème siècle. Malgré son âge vénérable, le temple est relativement bien conservé.

Gardez à l'esprit que pendant la saison des pluies, les routes dans la région sont fortement érodées et il sera possible de se rendre au temple uniquement par bateau. Visiter la ville d'Udon (Oudong), ancienne capitale du Cambodge, il est possible de faire une excursion d’une journée au départ de Phnom Penh. Cependant, si le temps le permet, il est judicieux de poursuivre votre route vers la ville portuaire de Kampong Cham et d'y passer la nuit. Cela vous permettra de voir beaucoup plus: des tombes royales, des plantations de caoutchouc et un ancien temple indien. Udon est situé à 35 km de Phnom Penh. Sur la droite, vous pouvez voir la péninsule de Chruoy Changuar avec plusieurs minarets et mosquées. Ici vit une petite population de musulmans cambodgiens. Les Khmers rouges étaient particulièrement impitoyables envers les musulmans et la communauté musulmane commençait tout juste à faire revivre. Les résidents de la capitale viennent souvent à Chruoy Changuar pour d'excellents restaurants situés au bord de rivières. Pour activer la péninsule, vous devez traverser le pont japonais, nommé ainsi parce que les Japonais ont contribué à sa construction en 1993. Les mosquées peuvent être visitées librement. N'oubliez pas d'enlever vos chaussures avant d'entrer. Les femmes doivent se couvrir la tête. Les musulmans locaux sont très sympathiques, ne se soucient pas de se faire photographier et font de leur mieux pour aider les touristes avec leurs conseils. Udon en khmer signifie "victorieux", la ville fut à plusieurs reprises la capitale du Cambodge entre 1618 et 1866. Aujourd'hui, il ne reste presque plus rien de la gloire passée, mais jusqu'à présent, cet endroit fait forte impression. Deux collines s'élèvent au-dessus de la plaine. Higher s'appelle Phnom Rich Trop (Phnom Reach Throap) - "La colline du trésor royal", ainsi nommée parce que, selon la légende, le roi khmer aurait caché le trésor royal quelque part au XVIe siècle. Le trésor, cependant, n'est pas ici, mais il reste des vestiges d'un immense Bouddha foudroyé par les Khmers rouges. Au début des marches se trouve un mémorial dédié aux victimes du régime de Pol Pot, où sont conservés des os extraits de plus d'une centaine de fosses communes. A proximité se trouve un pavillon avec des fresques illustrant les atrocités commises par les Khmers rouges. Quatre stupas se trouvent du côté nord-ouest de la colline. Le premier contient les cheveux du sourcil de Bouddha, transférés ici de Phnom Penh en 2002. Trois autres stupas sont les tombes des rois khmers: Monivong est enterré ici (1927-1941), Ang Duog (1845-1859), bien que ce fait soit parfois contesté et Soriopor (jusqu'en 1618). Sur la deuxième colline, il y a plusieurs autres stupas et bâtiments, y compris la belle mosquée Ta-San. Au sud se trouve la colline de Phnom Vihear Leu (Phnom Vihear Leu) avec un petit temple, une pagode et une ancienne prison Khmer Rouge.

Après Udon, vous devez parcourir 4 km jusqu'à la petite ville de Prek Kdam. (Prek Kdam) sur les rives de la rivière Sap. Zareka est une autre ancienne capitale Lovek (Lovek). Vous ne pouvez vous y rendre que par bateau. Des bateaux de Prek Kdama traversent la rivière. Lovek était la capitale entre Angkor et Udon au 16ème siècle. À la fin du XVIe siècle, la ville fut capturée et ravagée par le siamois (thai) guerriers. La légende raconte que les Siamois ne pourraient pas prendre la ville. Avant la retraite, ils ont ouvert le feu sur les barricades en bambou qui protégeaient la ville avec des grenailles d'argent. Les Siamois se sont retirés, les habitants de la ville ont démantelé les barricades pour obtenir l'argent et, un an plus tard, lorsque les assaillants sont revenus, la ville était déjà sans défense.

Comme la légende est vraie est inconnue. Après avoir traversé la rivière en ferry, prenez la route panoramique numéro 5 qui longe 42 km de rizières vertes et de palmiers jusqu'à la ville de Skoun. (Skon). Si vous avez des nerfs solides et que la curiosité est bonne, essayez une spécialité locale: la tarentule frite. Ce plat étrange est unique à Schoon, dans d'autres régions du Cambodge, vous ne le trouverez pas. La tarentule est pêchée dans des terriers des collines environnantes et frite dans l'huile. Certes, c'est assez bon. De Skun, prenez la route numéro 7 et traversez de magnifiques plantations de caoutchouc jusqu'à la grande ville portuaire de Kampong Cham. (Kampong Cham). Certaines plantations sur la route sont ouvertes au public. Ici, vous pouvez voir comment les ouvriers coupent les arbres avec des outils spéciaux, le jus «en caoutchouc» coule dans la coque de noix de coco et, pour 1 $, vous pouvez visiter l'usine où le caoutchouc est fabriqué à partir de jus.Un peu avant d'arriver dans la ville, faites attention au temple moderne qui se dresse parmi les ruines antiques du XIème siècle - Wat Nokor-Bayon (Wat Nokor Bayon). C'est un excellent endroit pour prendre des photos du coucher de soleil. Il n’ya pas de curiosité à Kampong Cham même, mais vous pouvez savourer un bon repas, flâner le long du quai et rejoindre les habitants qui dansent chaque jour au coucher du soleil au bord du fleuve. Dans la matinée, retour à Phnom Penh ou continuez le voyage plus à l'est.

Vers le Mékong (est)

Une autre excursion d'une journée à partir de Phnom Penh est à l'est, vers le Mékong. B18 km de la capitale (sur l'autoroute n ° 1) Kien Sway est situé (Kien Svay), un lieu sur les rives de l'affluent du Mékong, une aire de pique-nique populaire parmi les habitants. Il n'y a pas de temples et de monuments de l'Antiquité: ici, si le temps le permet, il vaut la peine de venir passer une journée calme et détendue au bord de la rivière, manger dans l'un des restaurants sur pilotis. Pour 2 $ l'heure, vous pouvez louer une place dans l'une des «cabanes» recouvertes de nattes de roseau. Par beau temps, il peut y avoir du monde, mais en semaine, l'endroit est presque désert. Le moyen le plus pratique pour s'y rendre est de prendre un taxi ou une moto-taxi. (environ 5 $).

Un peu en aval se trouve la ville de Neak Luong. (Neak Leung), connu pour le fait qu’en 1973, un bombardier américain avait largué par erreur toute sa cargaison de bombes, détruisant presque complètement la ville et tuant et blessant plus de 400 civils. L’erreur commise par le navigateur du bombardier a été condamnée à une amende de 700 dollars. Les États-Unis ont tenté de dissimuler l’incident, mais le journaliste américain Sydney Shan-berg a réussi à se rendre dans la ville près de la rivière et à décrire sincèrement l’échelle de la tragédie. En conséquence, le bombardement du Cambodge par les Américains a cessé. Plus tard, pour cet épisode et pour d'autres reportages cambodgiens sous le règne de Pol Pot Shanberg, il a reçu le prix Pulitzer, la plus haute distinction décernée à un journaliste.

Kirir National Park

Si votre itinéraire depuis Phnom Penh se situe à Sihanoukville, entrez dans le parc national de Kirirom (Parc national de Kirirom). Dans le parc, au milieu d'une marée de végétation, des chemins sinueux mènent à des cascades et des falaises d'où une belle vue s'ouvre. Si le temps le permet, prenez le guide pour 5 $ et dirigez-vous vers Phnom Dat Chivit (Phnom Dat Chivit) - aux "montagnes de la fin de vie" (2 heures aller simple). Vous serez récompensé par une vue magnifique sur les montagnes des éléphants et des cardamomes. Le parc est situé à peu près à mi-chemin entre les deux villes.

Mékong

L'attraction s'applique aux pays: Chine, Myanmar, Laos, Thaïlande, Cambodge, Vietnam.

Mékong - l'un des plus grands et des plus longs fleuves du monde. Selon le répertoire géographique des États-Unis, sa longueur est de 2 703 milles, ou 4 350 km (1 mille = 1 609,3 mètres). Selon certaines sources, il s’agit de la onzième place dans le monde selon d’autres - 12. Il s’agit ici du fait que certaines rivières ont des sources controversées, d’où des désaccords entre les géographes. Nous devons également savoir que la rivière Lena (4 400 km) a 50 km de plus que le Mékong et que le fleuve Mackenzie (4 241 km), le plus grand au Canada, fait moins de 109 km.

Informations générales

Le Mékong est situé dans le sud-est de l'Asie et traverse le territoire de quatre États: la Chine, le Laos, le Cambodge et le Vietnam. Sur la rive droite du fleuve passent également les frontières nationales du Myanmar (Birmanie) et de la Thaïlande. Ainsi, avec la rivière est inextricablement liée 6 états.

Mekong River Run

Le fleuve Mékong prend sa source dans le plateau tibétain. C'est la crête de Tangla. Il représente une série sans fin de montagnes enneigées et s'étend sur 600 km. La hauteur maximale de la crête est supérieure à 6 km. À une altitude de 5,5 km, les ruisseaux de montagne commencent leur chemin et se transforment progressivement en rivières de montagne turbulentes. Deux de ces rivières, traversant de profonds canyons, forment le Mékong. Ils portent les noms Dze-Chu et Dza-Chu. Ainsi, la source du Mékong est située dans la partie sud du plateau tibétain, à une altitude d'environ 5 km au dessus du niveau de la mer.

Dans ses tronçons supérieur et moyen, le courant d'eau du Mékong traverse les gorges et regorge de rapides. Ils sont particulièrement évidents lorsque le niveau de l’eau est bas.C'est un excellent moyen de se rendre au Cambodge, où le fleuve se dirige vers la plaine cambodgienne. Ici, près de la petite ville lao de Khon, il y a une cascade du même nom. En réalité, il ne s’agit pas d’une chute d’eau, mais d’une cascade de rapides. À une distance de plusieurs kilomètres, leur hauteur est réduite de 21 mètres. La consommation d'eau est énorme et atteint en moyenne 9 000 mètres cubes. mètres par jour. En période de crue, il peut atteindre 38 000 mètres cubes. mètres par jour. C'est la valeur maximale et officiellement enregistrée. Khon Waterfall est très belle. Il souligne encore une fois le puissant pouvoir de la nature. Mais il a un inconvénient majeur. Les eaux bouillantes et moussantes gênent le transport. Quel est un gros inconvénient en termes d'économie.

Les rapides ne se terminent pas par une cascade. Ils s'étendent jusqu'à la ville cambodgienne de Krathäh. Sa population est de 20 000 habitants et il y a un port fluvial. C'est-à-dire une connexion d'eau avec la capitale du Cambodge. C'est la ville de Phnom Penh avec une population de plus de 1,5 million d'habitants.

Au-dessous du centre administratif, le fleuve Mékong s’étend sur toute sa largeur et forme un immense delta d’environ 70 000 mètres carrés. km Dans ce cas, le canal est divisé en manches gauche et droite. Entre eux se trouvent des manches plus petites et un nombre incalculable de conduits. Cette zone est marécageuse, recouverte de buissons, et il serait plus correct de l'appeler une immense mangrove. 17 millions de Vietnamiens vivent dans la région du delta, son territoire étant principalement dominé par le Vietnam. Le puissant courant d'eau se termine dans la mer de Chine méridionale. Delta est loin dans la mer et sa longueur d'un bord à l'autre est de 600 km.

Nutrition au bord de la rivière dans la partie supérieure des glaciers et de la neige. Au milieu et au bas de la pluie. Les lacs et les affluents, qui fournissent une grande quantité d’eau supplémentaire, revêtent également une grande importance. Le plus grand lac est situé au Cambodge et s'appelle Tonle Sap. Sa superficie est de 2,7 mille mètres carrés. km La profondeur ne dépasse pas 1 mètre. Le lac est relié au grand fleuve Indochine par le canal, portant le même nom que le réservoir.

Pendant la saison des pluies, l'eau provient du Mékong et la profondeur du lac atteint 9 mètres. Et pendant la période sèche, au contraire, Tonle Sap devient la source d'énergie. L'eau pénètre dans la rivière et la maintient au bon niveau. C'est-à-dire que ces deux sources d'eau vivent conformément à la loi des navires communicants. La rivière Moon, qui traverse la Thaïlande, est également considérée comme un grand affluent. Sa longueur est de 673 km et le débit annuel atteint 21 000 mètres cubes. mètres

Le fleuve Mékong est inextricablement lié à la navigation. Les paquebots montent la rivière à Phnom Penh. Il est à 350 km de la bouche. La longueur totale, adaptée à la navigation, est de 700 km. En crue, lorsque le niveau de la rivière augmente de 10 à 15 mètres, cette valeur passe à 1600 km.

Sur les rives du grand fleuve Indochine se trouvent des villes telles que Luang Prabang, qui compte 50 000 habitants, ainsi que Vientiane, qui compte 750 000 habitants. C'est la ville du Laos. Et la seconde est sa capitale. Des villes cambodgiennes peuvent être appelées Stung Treng avec une population de 112 000 habitants, Kratie et, bien sûr, Phnom Penh. Au Vietnam, précisez la ville de Can Tho. Sa population atteint 1 million 187 mille personnes. Bien inférieur à lui la ville Myto. Il ne vivra que 215 000 habitants. Et bien sûr, une ville comme Benche pouvant accueillir 144 000 personnes.

Le fleuve Mékong a un potentiel énergétique énorme. Cela peut donner des dizaines de millions de kW. Mais ici, tout se heurte au déséquilibre des intérêts des différents pays. Les Chinois sont prêts à construire 5 et 10 centrales hydroélectriques, mais les habitants du Laos et du Cambodge s’y opposent. Après tout, les barrages vont bloquer la rivière et, par conséquent, le niveau de l’eau va baisser, ce qui permettra au sol, lors des déversements, de se nourrir et de fournir du riz et d’autres cultures.

Les experts chinois affirment que le niveau du fleuve ne baissera pas car il reçoit la nourriture principale en raison des pluies et des affluents.Cependant, les Lao et les Cambodgiens ne sont pas aussi optimistes. Ils indiquent que pendant la sécheresse, le Mékong est alimenté précisément par les eaux glaciales et enneigées qui traversent les terres de la Chine. Il n'y a donc pas d'accord ni d'entente entre les pays situés dans le bassin du grand fleuve Indochine.

Voir aussi: Delta du Mékong

Histoire

Les premières colonies sur le Mékong remontent à 2100 av. heu Le royaume de Bapnom devint le premier état de cette région. Ses successeurs étaient Chenla et Cambujadesha (empire khmer).

Le premier Européen dans ces régions fut le Portugais Antonio de Faria (port. Antonio de Faria) en 1540. À cette époque, l’intérêt européen dans cette région était sporadique: seules quelques missions commerciales et religieuses étaient fondées.

Au milieu du XIXe siècle, la région tomba dans la zone des intérêts français: en 1861, Saigon fut capturée et en 1863, un protectorat fut établi sur le Cambodge.

La première expédition sérieuse d'exploration du Mékong eut lieu en 1866-1868 sous la direction d'Ernest Dudar de Lagra et de Francis Garnier. Ils sont passés de la bouche au Yunnan et ont constaté que la navigation dans le Mékong était impossible à cause des rapides et des cascades dans les régions de la province de Krathai au Cambodge et de Lao Tiamputsak (cascades de Khon). Les origines du Mékong ont été étudiées en 1900 par P. K. Kozlov.

Depuis les années 1890, la France étend son contrôle au Laos, formant ainsi l'Indochine française. Après la guerre d'Indochine, le Mékong est devenu la propriété d'États indépendants, dans lesquels l'Indochine française s'est effondrée.

Ville de Sihanoukville

Sihanoukville ou Kompong Som - une ville portuaire au Cambodge, située sur les rives du golfe de Siam et figurant dans des guides touristiques sous la phrase code "la principale station balnéaire du pays avec d’excellents kilomètres de plages". Ces derniers ne sont vraiment pas mauvais ici, ils sont donc tout à fait capables de rivaliser avec les plages de Thaïlande, tellement occupées par les touristes russes ces dernières années, qu’elles ressemblent davantage à la bonne vieille côte de la mer Noire.

Faits saillants

En raison de la situation politique tendue dans le pays, Sihanoukville est longtemps restée un lieu de villégiature pour les routards: sans être la plus prospère, mais incroyablement bon marché. Aujourd'hui, alors que la situation est relativement stabilisée et que l'afflux de chercheurs d'aventure augmente, la ville a considérablement relevé la barre des prix, ce qui ne l'empêche pas de rester l'un des meilleurs endroits pour les vacances à la mer et le rétrogradage. Ils vont à Sihanoukville principalement pour l'exotisme asiatique notoire, l'été éternel et les paysages tropicaux. Eh bien, pour quelqu'un, ce coin pittoresque du Cambodge devient une deuxième maison, où il est si agréable d'attendre l'hiver dépressif eurasien.

Histoire de Sihanoukville

Paradoxalement, il n'existait pas de Sihanoukville jusque dans les années 50 du XXe siècle. Tout a commencé avec le petit village de Kampong Saom dans le golfe de Thaïlande, dont l'emplacement semblait aux autorités cambodgiennes le plus approprié pour la construction d'un port en eau profonde. En conséquence, grâce aux investissements financiers français, le village a rapidement pris la taille d’une ville, appelée Sihanoukville (en l’honneur du roi cambodgien Norodom Sihanouk). En très peu de temps, le port acquiert des installations industrielles, telles qu'un parc de stockage et sa propre brasserie, et parvient même à construire un hôtel pompeux à Indededendes.

Pendant la période du conflit américano-vietnamien, la ville devint un point de transit pour le transfert d'armes et, en 1975, participa même à la saisie du navire de la marine américaine. Mais après l’arrivée au pouvoir des Khmers rouges, la vie de la station balnéaire de ces lieux s’est rapidement ralentie et Sihanoukville, renommé Kompongsom à cette époque, est retournée dans le taudis provincial. Certes, déjà dans les années 90, la ville ouvrait un "second souffle", alors que le gouvernement cambodgien commençait à développer activement le secteur du tourisme, tentant vainement de dépasser et de dépasser la Thaïlande voisine.

Sihanoukville est aujourd’hui un lieu de villégiature en développement typique, où tout n’est pas lisse et où tout n’est pas propre. Cependant, les médias américains placent de grands espoirs dans l'ancien Kompong Som, prédisant que le statut prestigieux de la «plage à la mode de l'Asie» lui passera bientôt.

Géographie et climat

Sihanoukville s'est installée sur les collines de la côte de la mer de Chine méridionale, à environ 200 km au sud de la capitale du Cambodge, Phnom Penh. La ville est située sur une petite péninsule et est donc entourée d'eau sur trois côtés. La principale et jusqu'ici la seule station balnéaire du pays se caractérise par un climat tropical, la chaleur est donc presque toujours à Sihanoukville. De la fin du mois de mai à la ville vient la saison des pluies, qui dure jusqu'en octobre. En décembre, les averses disparaissent progressivement. C’est donc à cette période de l’année que les soi-disant "hivernants" commencent à flotter dans les rues de Sihanoukville - des touristes venus quelques mois au centre de villégiature pour attendre la boue européenne et les gelées russes.

Population

Aujourd'hui, environ 90 000 personnes vivent à Sihanoukville. La très grande majorité des habitants de la région sont employés dans le secteur touristique, de sorte que presque tout est parlé ici en anglais et relativement bien. Il existe une obsession asiatique traditionnelle quand il s'agit de dissoudre le visiteur en un ou deux dollars. Cela est particulièrement évident dans les zones de plage. Vendeuses de fruits, massothérapeutes vagabondes et filles offrant une épilation de type national à l'aide d'un fil - toute cette société bariolée occupe des talus dans le secret espoir d'imposer ses propres services au premier touriste. Dans certains endroits, offrent des variétés de médicaments bon marché. Le deuxième mode de rémunération le plus populaire à Sihanoukville est la mendicité ouverte, qui est plus souvent utilisée par les enfants.

La banlieue de la ville ressemble plus à des bidonvilles de Mumbai qu'aux environs de la meilleure station balnéaire du pays, et ils vivent toujours très mal ici. Les principales activités des paysans locaux sont la pêche et l'agriculture. Sihanoukville a déjà été découverte par des touristes sexuels venus de Thaïlande pour assurer des revenus stables aux jeunes demoiselles de familles pauvres. Cependant, avec le resserrement du contrôle des visas, ce filet financier a progressivement commencé à se tarir, ce qui n'est pas le cas des mariages mixtes. En ville, il est de plus en plus possible de rencontrer des hommes blancs, dont les femmes naissent à Sihanoukville. Pour les Cambodgiens, de telles relations sont à la hauteur du prestige et signifient quelque chose comme une transition vers un nouveau niveau supérieur.

En général, malgré le passé difficile et pas toujours le présent arc-en-ciel, les gens ici sont positifs et accueillants. Les habitants de Sihanoukville regardent avec philosophie non seulement les choses, mais aussi leur absence, car ils ont l'essentiel: les plus belles plages du pays, un temps magnifique et une mer chaude toute l'année. En général, tout ce qui vous permet de pêcher des unités conventionnelles dans les portefeuilles de riches compatriotes et d’Européens assoiffés d’exotisme oriental.

Curiosités de Sihanoukville

Sihanoukville est une station balnéaire classique et jeune dotée d'infrastructures peu développées et d'un nombre très limité d'attractions. Et à quoi servent de nombreux musées et monuments architecturaux, si presque tous les touristes qui viennent ici se dépêchent encore d'aller à la mer. Le premier symbole non officiel de la ville qui accueille les invités sur la place centrale est le lion d'or, contre lequel 99% des selfies sont réalisés. À propos, ces mêmes lions vous accompagneront tout au long du reste: statuettes, aimants, t-shirts avec des images du couple de chats sont inondés de tous les stands de souvenirs locaux. Un autre endroit intéressant que tous les automobilistes devraient visiter est un salon de location de voitures d'élite appartenant à notre compatriote Nikolai Doroshenko, qui a émigré au Cambodge dans les années 90 et a très bien progressé dans les affaires asiatiques. Sur le toit de l'institution se trouve une plate-forme d'observation avec un véritable avion (An-24).

Des vues spectaculaires sur la ville de Sihanoukville et ses environs s'ouvrent depuis la terrasse d'observation du temple Wat Leu. C’est certainement loin d’Angkor Vat avec ses bas-reliefs étranges et ses escaliers sans fin, mais il ne s’agit que d’un modeste sanctuaire bouddhiste le long duquel ne circulent pas les foules de touristes.

Vous pouvez regarder le Bouddha en sommeil dans le temple de Wat Krom. L'accès y est gratuit et il suffit au voyageur d'enlever ses chaussures avant d'entrer dans la chambre. Sur le toit, il y a une zone d'observation d'où vous pourrez admirer la vue sur les environs. En outre, une légende romantique est associée au sanctuaire, ce que tout guide ou Sihanoukville vous dira. Eh bien, selon la tradition établie, des groupes d’enfants sont constamment présents, offrant de petits services en échange d’une somme modique.

À environ 7 km de Sihanoukville, il y a la cascade Kbal Chai. Il est préférable d'arriver ici en taxi, car la route de campagne menant aux sites touristiques est poussiéreuse et traverse la jungle. Jusqu'en 1963, cette célèbre source alimentait littéralement la station jusqu'à ce qu'elle se transforme en camp de Khmers rouges. Aujourd'hui, Kbal Chai est l'un des lieux de vacances préférés des Cambodgiens. Les habitants locaux entreprenants ont déjà réussi à organiser ici une sorte d’infrastructure sous forme de hamacs payants, de bancs avec des bibelots et de corbeilles à fruits. Si vous ne brûlez pas avec le désir de fusionner avec la foule touristique qui attaque le printemps tous les jours, choisissez les heures du matin. À cette heure de la journée, Kbal Chhaya est moins encombré.

Vous pourrez vous familiariser avec la mystérieuse flore des tropiques lors d'une excursion dans le parc national de Ream (Preahsianouk). Une excursion dans la jungle comprend une promenade en bateau sur une rivière, une randonnée dans les marais, ainsi que des sentiers de randonnée spéciaux aménagés dans les mangroves et un court repos sur la plage. Si vous le souhaitez, les résidents locaux vous organiseront quelque chose comme un pique-nique sur la véranda de l'une des cabanes.

Des plages

Les plages de Sihanoukville méritent d’être mises en place avec un système de transport en commun spécifique, des pickpockets insaisissables et même le manque d’attractions vraiment significatives dans la région. Eh bien, si vous vous rappelez que tout le reste de la côte cambodgienne est impropre à la baignade, l’attractivité de l’ancien Kompong Saoma augmente considérablement.

Dans la liste des plages les plus préservées de Sihanoukville, Otres se situe sur plusieurs kilomètres au sud du port. Malgré son éloignement du centre-ville, le lieu dispose d'une infrastructure relativement bien développée, mais ne donne pas l'impression d'un coup de foudre. À proximité se trouvent plusieurs hôtels économiques où vous pouvez séjourner, si vous ne voulez pas "parcourir" chaque jour des kilomètres le long de la route cahoteuse qui mène à ce petit paradis. À propos, Otres est considérée comme la plage la plus propre et la meilleure option pour les familles avec enfants: la pente dans la mer est douce et le sable est doux et non jonché.

Un morceau agréable et soigné de la plage appelé Sokha Beach appartient à l'hôtel du même nom, alors que tout le monde peut s'y rendre - il suffit de payer pour leur séjour. Le personnel de l’hôtel surveille de près la propreté de Sokha Beach. Ainsi, les chances de sortir des sacs et des bouteilles en plastique dans le sable de la plage sont réduites à zéro.

Si vous envisagez de combiner repos et fête amusante, bienvenue à Serendipity Beach, où le soir il n’ya pas de place pour la pomme. Les magasins sont accessibles à pied et d'innombrables rangées de tentes et de cafés bon marché sont alignés le long de la côte. Parmi les inconvénients - les mendiants et les ordures cambodgiens omniprésents, que de temps en temps peuvent apporter.

La plage de Sherependiti est la plage d’Ochutel ou, comme on l’appelle parfois par les touristes russes, l’Ochetel. La ville a été choisie par les Khmers, ils s'y reposent donc souvent par des entreprises sous des auvents spécialement aménagés. Ochutel est une assez longue plage - la côte s'étend sur près de 3 km. La partie la plus civilisée est considérée comme la moitié nord, où il y a des bars et des chaises longues plus confortables.Mais plus au sud, plus l'image est disgracieuse: certaines parties de la côte sont complètement fermées aux visites et les autres semblent franchement négligées.

Independens Beach conviendra mieux à la solitude, à la méditation et aux séances de photo romantiques. Le pathétique hôtel Independence a «conquis» le meilleur morceau de la place, mais certains simples mortels l'ont compris, par exemple, du sable fin et blanc, une mer propre, un silence incroyable (il y a au moins un repos en semaine) et des bars de plage confortables. La seule chose qui assombrit ce fond de paradis est l'interdiction d'entrer dans la zone hôtelière. Toutefois, si vous offrez un certain montant à vos employés, le passage de l’indépendance à la possession peut s’ouvrir miraculeusement à la personne moyenne.

Victory Beach se trouve près du port, dans la partie inférieure du quartier de Victory Hill. L'endroit est encombré, car il y a beaucoup de logements à loyer modique dans le secteur, et donc pas très propres. Il y a aussi une jetée autour de laquelle se concentrent les bateaux et les bateaux des résidents locaux, offrant aux voyageurs une promenade dans les îles les plus proches. La nuit, cette région de Sihanoukville se transforme en une discothèque à couper le souffle avec toutes les conséquences, de sorte que les aventuriers et les demandeurs de hauts lieux - certainement ici.

Si vous vous déplacez au sud de Victoria Beach, vous pourrez vous rendre sur une autre plage de Sihanoukville - Hawaii. Ce territoire ne correspond absolument pas à son nom prometteur, c'est pourquoi les habitants de Sihanoukville s'y retrouvent eux-mêmes pour la plupart. L'endroit est franchement sale, donc si la perspective de vous détendre au milieu des ordures ménagères ne vous tente pas, vous pouvez vous déplacer dans le quartier huppé de la plage, attribué à l'hôtel Emario Beach Resort. Ici et la mer plus propre, et le rivage systématiquement nettoyé.

Les îles

Sihanoukville est, bien sûr, une bonne ville, mais s'y asseoir pendant toutes les vacances revient à rater le plaisir, surtout que les meilleures plages se trouvent juste à l'extérieur de la station. Sur l'île de Koh Rong Samloi, on devrait trouver des paysages idéaux et pratiquement intacts dans le style de "primes". Un petit morceau de terre avec un sous-bois tropical infranchissable, une eau étonnamment transparente et un village discret est le même paradis où vous voulez échapper aux effets destructeurs du progrès technique. C'est également un lieu propice à la plongée en apnée et à la plongée sous-marine, le seul inconvénient étant le manque d'électricité.

Plongée avec un tuba et plongée peut être au large des îles de Koh Tang et Koh Prins. Officiellement, ils sont considérés comme inhabitables, ce qui a clairement profité à leur nature. L'eau de cette partie de la baie est aussi claire que sur les brochures promotionnelles retouchées et le sable blanc est si doux qu'il ressemble à de la farine. En outre, à Ko-Tanga, vous trouverez des bunkers bien préservés de la guerre du Vietnam. Il faudra plusieurs heures pour naviguer vers les îles, aussi les excursions suggèrent-elles un séjour d'une nuit. En moyenne, le plaisir coûtera 85 $, plongée comprise. À titre de comparaison: deux plongées dans les environs de Sihanoukville coûtent environ 70 $.

Des vues naturelles fantastiques, des couchers de soleil romantiques et un divertissement sans faille combinent parfaitement l'île de Koh Tang. Les jeunes y sont principalement pendants. Les week-ends sont donc célébrés à grande échelle et les cocktails alcoolisés ainsi que les fameux "gâteaux heureux" sont utilisés sans interruption.

Nourriture à Sihanoukville

Le principal avantage des points de restauration de Sihanoukville est qu’ils ne sont pas obsédés par la cuisine nationale qui, malgré toute son originalité, n’est pas toujours bien perçue par le tube digestif. Il y a beaucoup de snacks et de cafés où les clients sont servis avec des spécialités thaïlandaises, mexicaines et européennes autour du complexe. Menu asiatique typique, portions correctes et pas les prix les plus effrayants de Green Lantern. Olive & Olive et Mediterraneo, qui se sont taillé une réputation de pizzas délicieuses, sont des restaurants italiens dignes d’allées.Si vous avez l'intention de vous familiariser avec les traditions culinaires cambodgiennes, rendez-vous à Nyam, où les cuisses de grenouilles sont encore rôties et où le poisson amok est cuit selon la recette traditionnelle khmère. Mais la Snake House, autrefois très populaire, qui appartenait à Nikolai Doroshenko et qui associe un serpentarium à un restaurant, n’est pas la même. À cause du changement de propriétaire, la taverne a été complètement fanée et les animaux eux-mêmes sont gardés dans des conditions dégoûtantes. À la recherche de fruits de mer, il est préférable d’examiner les marchés de produits alimentaires, où les pêcheurs locaux livrent leurs prises quotidiennes.

Les achats

Sihanoukville va peut-être acquérir de grands centres commerciaux dans un avenir prévisible, mais pour l'instant, ses clients doivent se contenter de supermarchés médiocres, de petites boutiques de souvenirs et de deux marchés: Phsar Pinichicom et Phsar Leu. Le premier concerne davantage les habitants de Sihanoukville eux-mêmes, mais selon Phsar Leu, les étrangers ne craignent pas de se faire bousculer. Selon la tradition, les visiteurs y fixent des prix "spéciaux", c’est-à-dire un tiers plus élevés que le coût auquel les produits deviennent locaux.

Et vous savez que à Sihanoukville ...

  • les pannes de courant sont effectuées périodiquement;
  • La police locale adore arrêter les touristes à bicyclette et trouver une faille avec un permis de conduire. La raison est simple: les gardes attendent que le chauffeur, fatigué des chèques, leur offre un pot-de-vin;
  • les guichets automatiques de la ville offrent un choix de dollars ou de riel;
  • sur la plage de Serendipity, il y a une Happy Hour permanente, durant laquelle les visiteurs ont droit à une réduction importante sur les cocktails et la bière pression Angkor;
  • d'identifier les étrangers inventé son propre terme. Pendant un certain temps, chaque "non-khmer" à la peau claire s'appelle Barang.

Transport urbain

Les principaux moyens de transport de la station sont les tuk-tuks et les mototaxis, qui, pour 1 à 3 $, permettront au touriste de se rendre dans la partie droite de Sihanoukville. Voyager vers des plages isolées peut coûter aussi peu que 5 à 7 dollars E.-U. Lorsque vous choisissez un chauffeur de taxi, assurez-vous de négocier, car au Cambodge, les gens sont très attachés à l'augmentation des prix de manière artificielle. Si vous ne voulez pas plus de liberté de mouvement, vous pouvez louer un vélo ou un scooter. Il suffit de prendre en compte le fait que les conducteurs locaux ont l’air typiquement asiatiques dans le respect du code de la route, c’est-à-dire qu’ils ne se conforment pratiquement pas.

Il n’ya jamais eu d’autobus dans l’ancien Kompongsome, ils sont donc remplacés par des véhicules personnels, des vélos ou leurs propres pieds, en fonction du bien-être des habitants. L'aéroport est situé à environ 18 km du complexe. Les départs ne sont effectués que trois fois par semaine. En 2016, après une longue pause, la liaison ferroviaire entre Sihanoukville et Phnom Penh a été reprise. Voyager en train coûtera environ 4 à 7 dollars, pour lesquels le passager se verra attribuer un siège dans la voiture climatisée. Le port de la ville reste en activité à ce jour et est principalement engagé dans le transport de marchandises. Il n'y a pas si longtemps, une marina avec le nom romantique "Oceania" est apparue dans son port.

Connexion

Wi-Fi à Sihanoukville sera trouvé même dans le plus petit café. En outre, la ville fournit des services de communication à plusieurs opérateurs mobiles locaux.

La sécurité

Malgré le fait que rien ne menace la vie d’un touriste dans cette partie du Cambodge, ils aiment toujours fouiller dans la poche de quelqu'un d’autre. C’est pourquoi il est préférable de ne pas montrer de bien-être financier dans l’ancien Campogsaum et de ne pas trop vous casser le dos. Il est plus sage de refuser les sports extrêmes tels que les promenades nocturnes dans les rues et les plages: après 9 heures du soir, il est très facile de trouver des aventures inutiles. Eh bien, si vous faites encore beaucoup de choses, rappelez-vous que les soins médicaux qualifiés dans ce pays sont presque inexistants.

Où séjourner

La majeure partie des hôtels cinq étoiles est située dans le quartier de Sokha Beach (Moha Mohori, Sokha Beach, Lakeside By Sokha Beach Resort). Le coût d'une chambre plus ou moins modeste pour deux personnes dans de tels hôtels commence à 109 $.La légendaire "Indépendance" se réfère aux bons "quatre pattes". Ici, vous pouvez également louer une pièce séparée et une villa à part entière avec piscine. Ce dernier coûtera environ 756 $ par jour. Si vous le souhaitez, vous pouvez vous installer dans les appartements dans lesquels Jackie Kennedy a elle-même séjourné.

La vue la plus authentique sur les logements de Sihanoukville est constituée par les bungalows en bois romantiques et leurs similitudes, littéralement jonchés de plages de la ville et d’îles voisines. Maisons sur pilotis où les fourmis et les serpents ne montent pas, créations futuristes d'architectes modernes, cabanes sous des palmiers et parfois un fouillis incompréhensible de planches, à l'intérieur desquelles un hamac en toile bascule, peuvent parfois être très exotiques. En passant, les propriétaires de ces biens immobiliers sont souvent les Européens et nos compatriotes, qui ont remplacé le climat hostile de la Russie pendant l'été éternel asiatique. Compromis intermédiaire entre l'hôtel et la cabane de plage - auberges (Backpacker Heaven, Boho). Pour la nuit, ils devront payer de 5 (par lit dans la salle commune) à 25 dollars (pour une chambre double).

Comment s'y rendre

Étant donné que l'aéroport de Sihanoukville n'effectue que des vols directs à destination de Siamreal, il est préférable de voler d'abord avec Phnom Penh et de prendre le reste du trajet par voie terrestre. Depuis la capitale cambodgienne en direction de Sihanoukville, il existe des bus des sociétés Mekong Express et GST Express. Traditionnellement, le voyage ne prend pas plus de 3-4 heures.

Siem Reap (Siem Reap)

Siem Reap - une ville de province peuplée de 140 000 habitants, située dans le nord-ouest du Cambodge et particulièrement appréciée des touristes ces dernières années. L’intérêt est lié à la proximité du complexe de temples d’Angkor - la célèbre attraction khmère. Littéralement, le nom de la ville se traduit par "Siam vaincu". Auparavant, le Siam s'appelait la Thaïlande, avec laquelle le Cambodge a une longueur de frontière de 803 km.

Sur les traces de la ville sainte d'Angkor

L'histoire de Siem Reap est étroitement liée à l'empire khmer. Sur le territoire de la ville dans l'Antiquité se trouvaient plusieurs de ses capitales. Aux X-XIIe siècles, Angkor était considérée comme une grande agglomération, mais au XVe siècle, elle fut capturée et détruite. La ville a commencé à pousser sur les arbres et la jungle l'a cachée des gens. Mais au milieu du XIXème siècle, des chercheurs européens ont découvert des vestiges d'immeubles.

Angkor - la principale raison pour laquelle ils vont à Siem Reap. De la ville au complexe - 8 km. Aujourd'hui, Angkor couvre une superficie de 200 mètres carrés. km et combine des temples, des palais, des réservoirs et des canaux de drainage. Sur les routes du complexe, ils proposent de monter sur un éléphant - de la porte sud d’Angkor Thom au temple Bayon. Une autre façon de voir la structure consiste à effectuer un vol en ballon. Des tours en hélicoptère ont lieu. Le vol dure 20 minutes et pendant ce temps, les touristes ont le temps de voir tous les sites touristiques locaux d’altitude. À Siem Reap, deux hélicoptères seulement, basés à l'aéroport local. Tout le monde est au courant et tout chauffeur de taxi vous amènera à votre destination.

Rue des pubs à Siem Reap

Présentation de la culture khmère

Curieusement, jusqu'au 20ème siècle, Siem Reap n'était qu'un petit village. Quand, en 1908, les maîtres français ont commencé à restaurer les temples d'Angkor, les premiers voyageurs sont venus ici. Depuis les années 90, un nouveau développement a eu lieu lorsque la ville d’Angkor Wat, qui a été rénovée, a invité des touristes de différents pays.

Moines bouddhistes au Cambodge

Les musées présenteront la culture locale - il y en a trois dans la ville. Le principal est le musée national d'Angkor, qui contient des objets archéologiques. Ticket d'entrée - 12 $, pour les photos et vidéos, payez en plus Un autre - le musée militaire, où ils stockent diverses armes. Il a été utilisé à la fin du 20ème siècle au Cambodge, pendant la période des guerres. Parmi les pièces à conviction figurent un char T-34 et un fusil d'assaut Kalachnikov. Le coût d'entrée est moins cher - 5 $.

Le musée des mines antipersonnel est également associé à la guerre. Il a été fondé par un ancien soldat khmer rouge qui est ensuite devenu sapeur L'exposition est définitivement sombre, mais instructive.On montre aux visiteurs une collection de mines et de bombes, des photographies des victimes. Ce musée est gratuit, il existe sur des dons volontaires.

Une visite au cirque khmer sera également divertissante. Il existe sans clowns et sans chiens dressés. Le travail des artistes de cirque s'articule autour de l'objectif principal: montrer aux invités des mythes et légendes khmers, des scènes de la vie des gens ordinaires. Les représentations ont lieu tous les jours à 19h30. Des acrobates, des jongleurs et d'autres maîtres des arts du cirque se produisent devant le public. Cela vaut également le coup d'œil au théâtre de marionnettes. Tous les soirs, les acteurs montrent leurs compétences dans les restaurants de la ville - La Noria et Bayon. Après la présentation, les téléspectateurs sont invités à acheter des poupées ayant participé au spectacle.

Pièce maîtresse colorée

Le centre touristique de Siem Reap est le quartier du vieux marché (Psa Chaa) et le bazar de nuit, Pub Street. Cette partie est petite, mais vous trouverez ici des bars, des restaurants, des boutiques de souvenirs et des salons de massage. Les cybercafés, les centres commerciaux et les spas sont ouverts. Il y a aussi un coin de l'oasis dans le centre - Royal Park. C'est un endroit confortable près de la rivière. Dans la zone verte, il y a des arbres énormes et étranges, des renards vivants. Dans le parc royal exploite un temple bouddhiste. Ils vendent des fleurs à proximité, ainsi que des oiseaux, qui sont pris immédiatement pour être relâchés.

Promenades

Dans les environs de Siem Reap, vous trouverez également de nombreux sites intéressants: le centre de la céramique, une ferme de la soie, un village flottant et une cascade de 30 mètres. La ville est située sur deux rives de la rivière du même nom, à quelques kilomètres à peine du lac d’eau douce Toplesap, l’un des plus grands du monde. Voici le village flottant de Kompong Plyuk. Tous les objets sont sur l'eau - et les marchés, les cafés et les magasins. Le seul bâtiment en pierre est un temple bouddhiste. Une autre attraction à proximité est la cascade de 30 mètres, Phnom Kulen.

Une soierie est située près de Siem Reap (à 15 km de la ville). Les visites à l'usine sont gratuites. Les clients assistent au processus complet de fabrication du tissu le plus fin - de la culture des vers à soie au travail de maîtres. Dans le village travaille le centre de la céramique, qui révélera les secrets de la création de chefs-d'œuvre en argile. Pour les visiteurs tenir des classes de maître, mais moyennant des frais - pour 15 $.

Shopping: des sauterelles à la main

Le marché nocturne de la ville est un repère en soi. Il est situé dans le centre, non loin de Pub Street. Jusqu'à six heures du soir, le marché est «endormi», et à 7h-8h le commerce est déjà très animé. Partout sur le marché, des lumières colorées sont allumées. On offre aux touristes des vêtements, de la nourriture, des souvenirs, des peintures, des décorations et des bibelots. Sur le territoire il y a des salons de massage et de la musique live.

Des spécialités locales sont également proposées sur les marchés. Escargots, coléoptères, cafards et même sauterelles frits et cuits - seul un gourmet osera essayer! Ce produit est vendu dans des verres, car nous avons des graines. Également dans la gamme - fruits exotiques ou artisanat.

Le côté délicieux de Siem Reap

Après avoir marché tu veux manger? Pas de problème, car à Siem Reap, il y a des restaurants, des pizzerias et des cafés dans les rues. Les plats ne sont pas très épicés, mais sucrés à cause de l'utilisation de différentes sauces. Dans de nombreuses institutions, il existe un programme culturel, généralement des danses nationales. Vous pouvez essayer vous-même en tant que cuisinier - presque chaque café solide propose des cours de maître dans la création de plats de la cuisine khmère. C'est le signe sur la porte.

Pour essayer des fruits exotiques, vous n'avez même pas besoin de chercher dans les restaurants. Les commerçants avec des chariots appellent les touristes le long des routes. Les fruits offrent des produits différents - des bananes habituelles aux durians étranges. Ces derniers ont une odeur spécifique, il leur est interdit de faire venir des hôtels.

Information touristique

Temple d'Angkor

Il est bon de visiter Siem Reap à tout moment de l'année. Mais le plus confortable est de voyager pendant la saison sèche - du début de l'hiver au mois de mars.Il n'y a pas de vols directs au départ de Moscou. Vous devez donc vous rendre en Thaïlande, à Singapour ou à Séoul, puis prendre un avion pour Siem Reap. La ville est également facilement accessible en bus - du Vietnam ou de la Thaïlande. De la capitale du Cambodge dans le village va le bateau de vitesse.

Les rues de Siem Reap se déplacent en taxi, en tuk-tuk ou en vélo loué. La location de motos est interdite par la loi locale. Mais vous pouvez arrêter le taxi-moto - ils sont populaires en Asie. Des vélos à louer (à partir de 2 $) sont proposés dans les hôtels et, dans certains cas, ils sont offerts gratuitement.

Dans les cafés et les hôtels, vous pouvez prendre un guide des environs. C'est gratuit et les informations sont mises à jour deux fois par an. Avec cela, vous pouvez facilement faire un itinéraire ou choisir un logement. Cependant, il n'y aura pas de difficulté d'hébergement - il y a des pensions économiques et des hôtels de première classe. La partie principale de l'hôtel est située à proximité de la ville. Même du plus éloigné, il est facile de rejoindre le centre en 20 minutes. Lors de la réservation préliminaire, vérifiez si le règlement prévoit un transfert depuis l'aéroport. La plupart des hôtels ont ce service gratuitement.

L'unité monétaire locale est le riel, mais presque tous les calculs sont en dollars. En riel donner la plupart du temps changer de petits achats. Les visiteurs remarquent que la ville ressemble à un grand village. Siem Reap est calme, sans clinquant. Mais la plupart des gens parlent couramment le français, ce qui est particulièrement frappant pour les touristes.

Calendrier des prix bas

Offres spéciales pour les hôtels

Regarde la vidéo: Cambodge, le royaume enchanteur - Échappées belles (Janvier 2020).

Loading...

Catégories Populaires