Bangladesh

Bangladesh (Bangladesh)

Aperçu du paysFlag BangladeshArmoiries du BangladeshHymne bangladeshDate de l'indépendance: le 26 mars 1971 (du Pakistan) Langue officielle: gouvernement du Bengale Forme: République parlementaire Territoire: 144 000 km² (92e au monde) Population: 150 039 000 personnes (8ème dans le monde) Capitale: DhakaMonnaie: Taka (BTD) Fuseau horaire: UTC + 6 Les plus grandes villes du monde: Dhaka, ChittagongVVP: 258,600 milliards de dollars (48ème dans le monde) Domaine Internet: .bd Code téléphonique: +880

Bangladesh - un petit État relativement jeune en Asie du Sud. Au sud, au nord et à l'ouest, le pays est entouré d'Inde et au sud-est, il est bordé par le Myanmar et baigné par les eaux de la baie du Bengale. C'est le très mystérieux Bengal, connu pour les tigres et les lumières éponymes.

Si vous êtes intéressé par les stations balnéaires avec des plages de neige blanche et un service de haute qualité, où le personnel de l'hôtel anticipe toutes vos envies et sent les fleurs de la rue - n'achetez pas de billet pour le Bangladesh, ici tout n'est pas là. Ou vice-versa, achetez, et vous comprendrez alors combien un mélange de cultures, de coins vierges de nature, de temples antiques et une capitale qui ressemble plus à Babylone qu’à une métropole moderne peuvent être particulièrement intéressants.

Faits saillants

La population du Bangladesh, avec une superficie de 144 000 km², est encore plus importante qu'en Russie: 162 951 560 personnes (selon les estimations de 2016; 8ème rang mondial). Le pays est divisé en 7 régions (divisions), dont chacune porte le nom de la plus grande ville: Dhaka, Chittagong, Khulna, Rajshahi, Sylhet, Barisal, Rangpur.

La plupart des Bangladais sont musulmans et les langues officielles du pays sont le bengali (bengali) et l'anglais. Les principales industries sont le coton, le tissage, la couture, le thé et le sucre. En outre, des poissons sont pêchés dans la baie du Bengale, dont certains sont ensuite exportés.

Matin à Dhaka Pier dans la ville des montagnes de Nesarabad au sud du Bangladesh Temple Shiva à Puthia

Villes du Bangladesh

Dhaka: Dhaka est la capitale et la plus grande ville du Bangladesh avec une histoire riche. C'était autrefois une ville prospère ... Bagerhat: Bagerhat est une ville et une municipalité du sud-ouest du Bangladesh, centre administratif du même nom ... Chittagong: Chittagong est la deuxième ville du Bangladesh, son principal port de mer. Elle est ... Toutes les villes du Bangladesh

Histoire du pays

Bas-reliefs à Somapuri Vihara

Le chemin qui mène à la formation de la République populaire moderne du Bangladesh est une histoire longue de plusieurs siècles et riche en événements. Au 7ème siècle BC heu il existait sur ce territoire un empire développé, qui se divisa plus tard en principautés distinctes. À partir du 8ème siècle AD ils ont tous progressivement fusionné dans l'État du Bengale. La fin de son existence au 13ème siècle mettre le sultanat de Delhi, qui a également contribué à la propagation de l'islam. La situation politique à cette époque était extrêmement instable: le pouvoir passait d'une dynastie à une autre.

15-18 siècles. - l'époque de la règle moghole. L’armée de l’État ne put résister aux colonialistes occidentaux et devint peu à peu une colonie britannique. En 1947, le Bengale a été divisé en deux parties: les régions de l’est ont été cédées au Pakistan (province du Pakistan oriental) et la partie de l’ouest en Inde. Un puissant mouvement national a contribué à l'indépendance du Bangladesh en 1971, mais jusqu'à la fin des années 80, la situation politique était tendue (tentatives répétées de coup de pouvoir, d'imposition de la loi martiale).En 1988, le Bangladesh est devenu une république islamique indépendante.

Panorama du village de Puthia avec ses temples antiques

Caractéristiques climatiques

Plantation de thé au Bangladesh

Le climat de la région est tropical avec toutes les conséquences qui en résultent: moussons de juillet à octobre, humidité élevée, cyclones fréquents. En décembre, la température de l'air tombe à +8, et en mai à +40. Le Bangladesh souffre souvent d'inondations - lors de fortes pluies, une partie du territoire est complètement inondée. Compte tenu de cela, le moment optimal pour se rendre dans une région exotique est décembre-mars. Une température stable et une petite quantité de précipitations vous permettront de passer d'agréables vacances et de visiter librement tous les coins du pays.

Alini Beach Football au Bangladesh

Que voir au Bangladesh

Cargo Shallows au Bangladesh

Dans l’un des plus petits pays d’Asie du Sud, tant de monuments historiques et religieux et que de lieux intéressants sont concentrés, il ne reste plus qu’à être surpris que de nombreux voyageurs l’aient découvert pour la première fois. L’activité touristique ne se développe qu’ici, pour les vacanciers, cela signifie qu’ils seront le centre de toutes les attentions et que les prix de tous les biens sont d’un ordre de grandeur inférieur à ceux de l’Inde voisine.

Dhaka, la capitale et la région du même nom, valent la peine d’être découvertes du Bangladesh. C'est l'une des plus grandes villes du pays, mais aussi du monde. La première chose que remarque un touriste quand il vient ici, c'est un grand nombre de pousse-pousse et de tuk-tuks: c'est le moyen de transport urbain le plus répandu. Explorer tous les attraits de la capitale et de la banlieue, c’est allouer quelques jours, puis vous pouvez faire un tour supplémentaire du pays, le bénéfice de sa petite taille vous permet d’accéder rapidement à votre destination.

Église arménienne à Dhaka

Église arménienne à Dhaka

Il était une fois une communauté arménienne assez importante à Dhaka. Et bien qu’aujourd’hui la plupart des représentants de cette nation soient partis, l’Église de la Sainte-Résurrection est restée à la mémoire de cette époque. C'est l'un des bâtiments les plus anciens de la ville - il a trois siècles. Le temple se trouve dans la rue Armanitola Rd., À l'endroit où se trouvaient autrefois le cimetière et la chapelle.

Star Mosque

Star Mosque à Dhaka

L'un des plus beaux temples musulmans de Dhaka - la mosquée Star (mosquée Tara), située sur Abul Khairat Road, est situé dans le quartier de la vieille ville. Il a reçu son nom en raison du fait que le dôme et la façade sont décorés avec une dispersion d'étoiles. Il est frappant par sa beauté et sa décoration intérieure. À l’aide d’une mosaïque en porcelaine de Chine colorée, un ornement floral de fantaisie est créé.

Temple de Dakeshwari

Le principal monument architectural et historique de la capitale est probablement le temple hindou Dakeshwari, situé à Bakshi Bazar, Dhakeshwari Rd. Selon des témoignages oraux, il a été construit au 12ème siècle, mais la date exacte de construction est inconnue. Au cours de son histoire, le temple a été à plusieurs reprises réparé, reconstruit et reconstruit. En conséquence, son apparence moderne reflète les tendances de différentes époques et tendances architecturales. Le bâtiment de Dakeshvari est entouré d’un haut mur et l’entrée du territoire est possible par la porte. Leurs dimensions colossales s'expliquent par le fait qu'une fois les éléphants les ont traversés. Le complexe comprend six pagodes et, devant le bâtiment principal, se trouve un étang. Il règne une atmosphère de paix - rien d’étonnant à ce que le temple soit utilisé pour la méditation et la prière.

Temple de Dakeshwari

Mosquée Gundbad

Gundbad est un sanctuaire sans égal au Bangladesh, mais également dans tout le sous-continent indien. Il a été construit au 15ème siècle par ordre du sultan Khan Jahan (Mahmoud Nasiruddin Shah). Ses dômes donnent un caractère unique au temple - ils sont au nombre de 81. Des murs épais, non moins puissants que la forteresse, sont décorés d'arcades voûtées et la salle de prière principale divise de nombreuses colonnes en zones séparées.La mosquée est située à Old Rupsa Bagerhat Road, dans la région de Bagerhat Shatgombuj Masjid.

Mosquée Gundbad

Musée national à Dhaka

Le Musée national du Bangladesh est l'endroit où vous pourrez vous familiariser avec l'histoire du pays, ses traditions. À l'intersection de Shahbag Rd et de Kazi Nazrul Islam Ave, sur un territoire d'un peu plus de deux hectares, se trouve un majestueux édifice blanc. Chacun de ses étages est consacré à différents thèmes: ethnographie, arts décoratifs et appliqués, etc. Une vaste collection de peintures, de reliques anciennes, de livres et de sculptures révélera aux visiteurs la riche culture du pays. Pour plus d’informations sur le programme de travail du musée et les expositions actuelles, veuillez visiter http://bangladeshmuseum.gov.bd/site/.

Musée national à Dhaka

Shahid Minar

Shahid Minar

Shahid minar - un monument commémoratif au centre de Dhaka. Il a été créé à la mémoire des participants à la manifestation de 1952 en faveur du statut national de la langue bengali. L'assemblée pacifique a été brutalement dispersée par la police, des activistes ont été abattus et des dizaines d'innocents ont été tués. Les monuments sur ce site ont été érigés à plusieurs reprises, mais le gouvernement pakistanais a ordonné leur destruction. Le mémorial moderne rappelle la difficile voie qui mène à l'indépendance et sert de plate-forme pour des événements culturels.

Planétarium à Dhaka

Ceux qui viennent en ville avec leur famille y trouveront des divertissements qui plairont aux enfants et aux adultes. Par exemple, si vous avez acheté un billet pour une session dans le planétarium du Novotheatre de Bangabandhu, vous pouvez entreprendre un voyage intergalactique. Les téléspectateurs se voient proposer trois programmes de sujets divers. Lors de la construction du planétarium, les dernières technologies et des solutions plutôt audacieuses ont été utilisées. Par exemple, lors de la session, les visiteurs sont installés sur un sol gonflable. Le bâtiment est situé à l'intersection de Shahbag Road et de Kazi Nazrul Islam Ave. Des visites sont organisées en semaine de 10h30 à 18h30.

Zoo national

Le zoo national, créé au milieu du siècle dernier, se trouve à 20 minutes de route de Dacca. Sur la superficie d'environ 75 hectares contient plus de 2.000 espèces de divers animaux. Pandas, tigres, lions, singes, tapirs, ours - voici juste une petite liste d'animaux qui vivent ici. De plus, deux étangs locaux deviennent, de manière saisonnière, des zones d'hivernage pour les oiseaux migrateurs. Le jardin des papillons est particulièrement populaire auprès des visiteurs. La direction du zoo ayant décidé de le moderniser, un projet est en cours de développement pour créer un parc de safari, c’est-à-dire que les animaux vivront dans des conditions aussi proches que possible de celles naturelles.

Zoo national au Bangladesh Bangladesh Taj Mahal

Bangladesh Taj Mahal

Il y a au Bangladesh le Taj Mahal. Il est à seulement 16 kilomètres de Dhaka et est une réplique du palais de renommée mondiale. Au cours de sa construction, l'architecte en chef, le responsable du projet, a reçu des déclarations du haut-commissariat de l'Inde selon lesquelles il serait poursuivi en justice pour violation du droit d'auteur. Heureusement, le conflit a été réglé après que les autorités indiennes ont convenu que la copie ne pourrait jamais concurrencer l'original.

Mangroves des Sundarbans

Dans le delta de trois fleuves sur la côte de la baie du Bengale, il existe un coin unique de la faune: la forêt de mangrove Sundarban. Il représente les plus grands fourrés de palétuviers du monde. En outre, ces lieux sont également précieux car des espèces rares d'animaux y vivent. Par exemple, après avoir fait une promenade nocturne en bateau avec un guide expérimenté, vous pourrez voir des tigres du Bengale, des crocodiles à crête, des pythons indiens et d’autres représentants de la faune exotique, si vous êtes chanceux.

Mangroves du Sundarban Mahastangarh

Mahastangarh

Au nord de la ville de Bogra, dans la région de Dhaka, se trouve un autre lieu unique par son importance historique. C'est le plus ancien monument archéologique de Mahasthangarh (Mahasthangarh) - les ruines d'une ville construite de roches calcaires.Les scientifiques ont pu calculer l'âge approximatif du complexe et, selon les hypothèses les plus modestes, celui-ci a été construit au 3ème siècle. BC e., tandis que sous la couche externe se trouvent des ruines plus anciennes, non étudiées jusqu'à présent. La plupart des artefacts trouvés ici ont été transférés au Musée national du Bangladesh et constituent également l'exposition du musée historique du complexe de Mahastangarh. En plus des figurines séculaires, des images de Bouddha et des plaques de terre cuite, les visiteurs auront l'occasion de voir les ruines d'anciens temples, de piliers sculptés, de terrassements et bien plus encore.

L'ancienne ville de Bagerhat (Khalifatabad)

L'ancienne ville de Bagerhat

A quelques kilomètres de Khulna se trouve un lieu appelé "Mosque City" - Bagerhat. L'ancienne colonie, fondée au 15ème siècle par les Turcs, a été témoin d'événements importants. Cependant, les touristes ne sont pas attirés par cela, mais par un grand nombre de mosquées et de sanctuaires musulmans. Cette ville historique est classée au patrimoine mondial de l'UNESCO.

Somapura Mahavira

Somapura Mahavira ou le grand monastère

L'un des sanctuaires bouddhistes les plus célèbres, l'ancien monastère de Somapuri Vihara, est situé près de la petite ville de Paharpur dans la région de Rajshahi. C'est une ville délabrée qui, jusqu'au 7ème siècle, était un important centre religieux et culturel. La base de la structure est la colline autour de laquelle des structures ont été érigées et des cellules monastiques ont été créées. Malheureusement, sous l’influence du temps, la plus grande partie du complexe a été détruite. À côté du monastère se trouve un musée dans lequel vous pourrez en apprendre davantage sur l'histoire de cet endroit étonnant.

Coke Bazar

L'une des stations balnéaires les plus populaires au Bangladesh est Cox's Bazar, célèbre pour son sable doré et son eau de mer pure. En outre, il n'y a pas de requins, ce qui ne peut pas être dit sur le reste de la côte. Les plages les plus populaires sont Himacheri et Inani.

Temple d'or de Cox's Bazaar Beach au Bangladesh

Temple d'or

Le Temple d'or n'est pas un conte de fées ni une légende, mais l'un des plus beaux sanctuaires bouddhistes du Bangladesh. Buddha Dhatu Jadi, tel est le nom du temple construit en 1995, est situé dans le district de Bandarban (Chittagong). Il est situé au sommet d'une colline, de sorte qu'il peut être clairement vu de n'importe où dans la ville. Les murs des étages supérieurs de la pagode sont peints en or. Ainsi, par temps ensoleillé, le temple brille littéralement. Les visiteurs qui souhaitent admirer ce miracle, ainsi que voir la plus haute statue de Bouddha du pays (qui se trouve également ici), sont tenus de respecter le code vestimentaire: les vêtements doivent couvrir les épaules et les genoux.

Sandvip Island

Il semblerait que ce soit en commun avec le Bangladesh et les pirates? Cependant, il convient de s’abstenir de conclusions hâtives: c’est là que se trouve l’île de Sandweep, qui peut être mise en rang avec des bases de brigands tels que Tortuga, Santa Cruz et Nassau. Pour visiter cet endroit, vous devrez vous rendre sur la côte sud-est du pays, où la rivière Meghna se jette dans la baie du Bengale. L’histoire de l’île est très intéressante: elle a constamment été déplacée d’un pays à l’autre et, même pendant une courte période, elle-même était un État indépendant.

Île Sandvip Le Gange: Le Gange est l’un des plus grands fleuves d’Asie du Sud et le troisième plus grand fleuve de la planète. Ganges ... Temple de Shiva: Le temple de Shiva est l'une des attractions principales du Bangladesh. Il est situé dans le village ... Temple de Govinda: Le temple de Govinda est situé à l'ouest du Bangladesh, à 10 km de la frontière indienne. Sa construction ... Somapuri Vihara: Somapuri Vihara est l'un des bâtiments les plus grands et les plus impressionnants du Bangladesh, mais ... Salban Vihara: Salban Vihara est un monastère bouddhiste impressionnant et parfaitement planifié ... Cox Beach Bazaar: Cox Beach Le bazar est la seule région balnéaire et balnéaire du Bangladesh située sur la ... Forteresse de Lalbach: La forteresse de Lalbach est un fort fortifié de Dhaka, capitale du Bangladesh.La forteresse est située sur ... Baitul Mukarram: Baitul Mukarram est la mosquée nationale du Bangladesh située à Dacca, non loin de la mer ... Mer d'Andaman: Mer d'Andaman - une mer à moitié fermée de l'océan Indien, entre l'Indochine et les péninsules de Malacca ... Toutes les attractions du Bangladesh

Ce qui est célébré au Bangladesh

Les vacances au Bangladesh sont un mélange étonnant de croyances et de traditions populaires et de tendances modernes. En arrivant ici le 26 mars, les touristes tomberont le jour de l'indépendance. Il est célébré de manière colorée et joyeuse - avec des défilés, des danses, divers programmes culturels.

Jour de l'indépendance au Bangladesh

Dans la nuit du 14 au 15 avril, le Nouvel An commence dans le pays (Pachela Baishakh), tandis que les célébrations se poursuivent pendant une semaine. Des processions de rue, des foires et des concerts sont des choses à voir absolument au Bangladesh.

Nouvel An (Pahela Baishakh) au Bangladesh
Prière collective

Les traditions de la région sont si profondément enracinées qu'aucune fête religieuse ne peut les remplacer. Par exemple, les Bengalis célèbrent toujours le triomphe de la nouvelle récolte - Nabanna, qui tombe en novembre-décembre. À cette époque, les femmes préparent des plats de riz traditionnels et traitent leurs voisins.

Le Ramadan est la fête la plus importante pour chaque musulman. Les touristes qui sont arrivés au Bangladesh ce mois-ci risquent d’être confrontés à des difficultés: certains hôtels et magasins de cette heure travaillent selon un horaire réduit ou sont tout simplement fermés. Les dates de début et de fin changent chaque année, de sorte que les informations doivent être spécifiées à l'avance. En 2016, il tombe du 11 juin au 10 juillet.

Cuisine du Bangladesh

La base de la cuisine nationale - céréales et légumineuses. Un riz ici a jusqu'à 15 variétés. Il est cuit à la vapeur, bouilli, frit, moulu en farine, qui est ensuite transformée en gâteaux plats. De nombreux assaisonnements et épices sont ajoutés au plat: curry, moutarde (shorish), cannelle et cardamome (moshla de montagne), poivre noir (gol-moris), cumin (zira) et autres. Les touristes qui ont des problèmes d'estomac doivent être prudents - la plupart des mets délicats sont très piquants et épicés. Une autre nuance - le riz est mangé avec les mains, mais les invités sont susceptibles d'offrir des couverts.

Dzhalebi - un dessert sucré populaire. Préparer une soupe de poisson. Loups frits. Vente de fruits dans la rue à Dhaka. Crevettes tigrées grillées Biryani - riz avec viande et curry. Nouvel an du Bengale

Il convient de rappeler que commander de la nourriture et acheter des boissons à des vendeurs ambulants n’est pas souhaitable - très peu de gens s’inquiètent du respect des normes sanitaires. Les restaurants et les cafés, qui sont particulièrement nombreux dans les lieux touristiques, offrent un vaste choix de plats traditionnels. Donc, le biryani est très populaire - du riz avec de la viande et du curry. Ils sont cuits dans des casseroles (dem biryani), assaisonnés de sauce (kacchi-biryani). Les ingrédients peuvent varier, seul le riz reste inchangé.

Les fruits de mer constituent un autre élément important du régime alimentaire du Bengale. Même les pêcheurs les plus expérimentés seront surpris par la diversité des espèces. Plats préférés des habitants - poisson, cuit à la vapeur ou cuit. Le bhapa convient parfaitement à ceux qui recherchent des espèces exotiques - poisson avec des épices, frit sur des feuilles de bananier et mailai - crevettes avec du yogourt et des flocons de noix de coco.

Au Bangladesh, le porc n'est pratiquement pas consommé, mais il ne manque pas de protéines animales. Viande de boeuf et de poulet - la base de nombreux plats.

Rues à Dhaka

Quoi apporter comme souvenirs

Avant d'acheter des souvenirs et des cadeaux, vous devez vous familiariser avec les règles de la douane. Par exemple, ceux qui choisissent un singe manuel ou tout autre animal de compagnie doivent veiller à ce que le vétérinaire délivre un certificat international. Les œuvres d'art doivent être accompagnées de documents confirmant que les produits ne présentent pas une grande valeur artistique et ne sont pas des antiquités. Or, pièces de monnaie, animaux sauvages, armes - tout cela ne peut pas être exporté, ni importé.

En souvenir du Bangladesh, vous pouvez acheter des produits à base de bambou et de noix de coco. Des artisans locaux confectionnent des plateaux, des plats, des décorations, des cadres photo. Tout cela et bien plus est vendu à la fois sur les marchés spontanés et dans les centres commerciaux. Par exemple, à Dhaka, les touristes préfèrent faire leurs achats au centre commercial Aarong.

Vente de souvenirs de perles naturelles du Bangladesh

Bonne qualité a des vêtements nationaux faits à la main. Ceux qui ne sont pas habitués aux styles locaux peuvent acheter des tissus - un grand choix de couleurs impressionnera toutes les fashionistas. Il convient également de noter les pantoufles en cuir: elles sont décorées de broderies et sont parfaites pour un cadeau pour les hommes et les femmes.

Les perles naturelles sont quelque chose que vous devriez certainement apporter du Bangladesh. Notre coût est peu coûteux et sa qualité est excellente. Si vous vous fixez un objectif, vous pourrez trouver des spécimens rares sur le marché - des perles noires et roses.

Vivre au Bangladesh

En réservant un hôtel dans n'importe quelle ville du Bangladesh, les touristes seront agréablement surpris par les prix avantageux et le service de bonne qualité. Dans la capitale et les grandes villes du pays, un grand choix d'hôtels est présenté - de 1 à 5 étoiles. Par exemple, à Dacca, le Six Seasons Hotel et l’Amari Dacca ont reçu les meilleures critiques des voyageurs. Ils ont un emplacement favorable, un grand nombre de services et des prix abordables. Parmi les options les plus économiques figurent Platinum Suites 4 *, Platinum Grand 4 *, Innotel 3 *, Rigs Inn 3 *.

Amari Dhaka Rooftop Platinum Suites 4 * Innotel 3 * Hôtel 3 étoiles au centre-ville au Bangladesh - Sans fenêtre ...

Plus on s'éloigne de la capitale, plus le coût de la vie est bas. Par exemple, à Sylhet, à l'hôtel cinq étoiles Star Pacific, il ne vous sera pas demandé plus de 100 USD pour des appartements à deux lits. Il existe également un certain nombre d'hôtels trois étoiles, souvent choisis par les touristes. Par exemple, il s'agit des hôtels Metro International, Hiltown Hotel et Britannia Hotel.

Les voyageurs expérimentés sont invités à étudier attentivement les conditions de résidence avant d'effectuer le paiement. Malheureusement, les petits hôtels n'appartenant pas à des entreprises renommées ne sont pas toujours satisfaits de la qualité des chambres. Trouvez des offres adaptées sur notre site.

L'argent du Bangladesh

Bangladesh Taka

La devise nationale du pays est le Bangladesh taka (BDT), égal à 100 pesetas. Au taux de change officiel du 26.10.2015, 1 USD correspond à 77,8 BDT. Dans la capitale et les grandes villes, l’argent peut être échangé dans des banques ou des bureaux de change privés. Si un voyage à Bagnladesh est prévu en Inde, vous pouvez faire l’approvisionnement en takami à l’avance. Les touristes en espèces auront besoin presque immédiatement à leur arrivée dans le pays, car les cartes de crédit acceptent uniquement les grands hôtels et les magasins.

Les prix des services et des produits sont maintenus à un niveau acceptable. Par exemple, un trajet en pousse-pousse coûtera de 10 par personne, en bus, 15 par personne, le déjeuner pour une personne dans un café de niveau intermédiaire, à partir de 300 par personne.

Caractéristiques de Visa

Pour visiter le pays, les citoyens de la Fédération de Russie doivent demander un visa. Cela peut être fait de trois manières:

  • dans la section consulaire de l'ambassade du Bangladesh à Moscou (voie. Agricole, 6);
  • à l'aéroport à l'arrivée à Dhaka;
  • dans le département consulaire, situé dans l’un des pays voisins du Bangladesh.
Plantation de riz dans le sud du pays

Dans tous les cas, vous aurez besoin d'un ensemble de documents standard: réservations d'hôtel, copie des billets d'avion, formulaire de demande de visa rempli en anglais (en 3 exemplaires), à consulter sur le site //new.bangladeshembassy.ru/index.php/consular/forms-todo. , 3 photos (3x4), copie du passeport international. Lors de l'inscription, vous devez également payer des frais consulaires de 50 $. Pour plus d'informations sur la procédure de candidature, rendez-vous à l'adresse //new.bangladeshembassy.ru.

En règle générale, un visa à entrée unique est délivré à des fins touristiques. Cela vous donne la possibilité de rester sur le territoire de la république jusqu'à 90 jours.

Si le plan de voyage comprend une visite dans la région montagneuse de Chittagong, les touristes doivent d'abord obtenir l'autorisation du Département de l'immigration et des passeports du Ministère de l'intérieur du Bangladesh. Le fait est qu'il existe un régime spécial dans ce pays, mais généralement les autorités aident les citoyens étrangers.

Quartier Sylhet

Route vers le Bangladesh et problèmes de transport

Comme il n'y a pas de communication directe entre la Russie et le Bangladesh, les vacanciers devraient choisir des options pratiques pour les connexions.Il y a plusieurs aéroports dans le pays et chacun accepte les vols internationaux. Vous pouvez utiliser les services de plusieurs compagnies aériennes asiatiques et européennes: Emirates, Turkish Airlines, Qatar Airways, Finnair. Par exemple, de Domodedovo à l'aéroport international de Dhaka avec un transfert à Doha ou à Dubaï peut être atteint en moins de 13 heures. Dans ce cas, le prix du billet commence à 19 000 roubles.

De l'aéroport à l'hôtel, le mieux est de prendre un taxi ou de réserver un transfert. Premièrement, il est sûr et deuxièmement, l’immersion dans un environnement exotique sera progressive.

Pedicabs dans Old Dhaka Road au Bangladesh

Le moyen de transport urbain le plus répandu - le pousse-pousse - est peu coûteux et pratique pour se rendre à destination, mais il est également totalement écologique. Ils sont nombreux dans la capitale: les rues sont remplies de cris de «conducteurs» qui tentent de se frayer un chemin. Pour beaucoup de Bangladais, il s'agit de la principale forme de revenu. Les touristes doivent donc être vigilants et pouvoir insister par eux-mêmes. Par exemple, avant d'atterrir, assurez-vous de spécifier le prix et l'adresse.

Ferry sur la rivière Mena

Pour vous déplacer dans le pays, vous pouvez choisir le bus en toute sécurité: le Bangladesh sera agréablement surpris par la qualité des routes et la présence de modèles de transport modernes et climatisés. Lors de l’achat d’un billet, il est préférable de demander des sièges à la première rangée: la distance entre les sièges n’est pas conçue pour les normes européennes.

Train pour le bangladesh

La petite taille du pays est l'une des raisons pour lesquelles les trains locaux ressemblent à nos trains électriques. Les voitures des première et deuxième classes aux places spécifiées ("sluob") sont assez confortables, elles n’ont pas le béguin.

Si vous avez un permis de conduire international, vous pouvez louer une voiture. Dans les grandes villes, de nombreuses entreprises offrant des services similaires. Cependant, avant de prendre le volant, il est important de vous habituer au fait que la circulation sur les routes est à gauche et que les règles de circulation sont rarement respectées ici. Peut-être que la meilleure option serait une voiture avec chauffeur.

Règles de sécurité et de conduite

La surpopulation et les niveaux élevés de pauvreté ont entraîné l'essor de la criminalité de rue au Bangladesh. Si les touristes ne veulent pas gâcher leurs vacances, ils doivent être particulièrement vigilants dans les endroits surpeuplés: il est préférable de conserver argent et documents dans des sacs spéciaux. Afin d'éviter les situations désagréables dans l'obscurité, il est conseillé de ne pas faire de promenade simple, surtout pour les femmes.

Le numéro de téléphone de la police à Dhaka est le 866-55-23, l’ambulance peut être appelée aux numéros 119 et 199.

Policier à la plage du Bangladesh à Koukata

Le Bangladesh est l’un des pays où il existe un risque de contracter le paludisme ou la dengue. Ils sont transmis par les piqûres d’insectes, il est donc impératif d’utiliser des insectifuges et des moustiquaires. Étant donné que les vaccins contre ces affections ne sont toujours pas disponibles - le vaccin contre le paludisme ne sera commercialisé que fin 2015, des médicaments améliorant l'immunité sont proposés pour prévenir et contrôler la maladie. Si les voyageurs décident d’aller au Bangladesh après s’être rendus dans l’un des pays où la fièvre jaune est courante, il leur sera demandé de montrer la preuve de la vaccination contre la maladie à la frontière. En outre, il est souhaitable de vacciner contre la fièvre typhoïde, l'hépatite A, la méningite, le tétanos et la diphtérie - toute clinique en Russie fournit de tels services.

Comme dans tout autre État musulman, les touristes doivent adhérer aux normes de comportement acceptées. Par exemple, les filles ne veulent pas y aller seules, les vêtements doivent être modestes et fermés. Lorsque vous vous enregistrez, même dans un grand hôtel, il est préférable que le couple se présente comme époux. Pendant le ramadan, il vaut mieux s'abstenir de fumer et de manger pendant la journée dans les lieux publics.

Calendrier des bas prix pour des vols vers Bangladesh

Mer d'Andaman

L’attraction s’applique aux pays: Thaïlande, Inde, Bangladesh, Myanmar, Indonésie, Malaisie

Mer d'Andaman - la mer semi-fermée de l'océan Indien, entre les péninsules d'Indochine et de Malacca à l'est, l'île de Sumatra au sud, les îles Andaman et Nicobar (qui se séparent de la baie du Bengale) à l'ouest. Super endroit pour la plongée. Au nord, il s'étend jusqu'au delta du fleuve Irrawaddy. Le détroit de Malacca se connecte à la mer de Chine méridionale. La superficie est de 605 000 km², la profondeur moyenne est de 1043 m, le maximum est de 4507 m, le volume d'eau moyen est d'environ 660 000 km ³. Le fond est bordé d'argiles et de sables. Du nord au sud, il est traversé par un arc volcanique actif (volcans sous-marins, les îles de Barren et Narcondam).

Informations générales

Le climat est tropical, humide, mousson. La température de surface varie de 27,5 ° C en hiver à 30 ° C en été, dans les couches profondes (plus de 1600 m) à 4,8-5 ° C. Précipitations supérieures à 3000 mm par an.

Les flux en hiver sont dirigés vers le sud-ouest et l'ouest, en été - vers l'est et le sud-est. Diffère les ondes internes à grande échelle.

La température moyenne de l'eau en février est de 26 à 28 ° C, en mai à 29 ° C. La salinité en été est de 31,5 à 32,5, en hiver de 30,0 à 33,0, dans la partie nord sous l’influence du débit des rivières et de la mousson tombant à 20-25. Les marées sont semi-diurnes, leur taille peut atteindre 7,2 m.

Un monde animal riche (environ 400 espèces de poissons), dauphin d'Irrawaddy, dugong, poisson volant, hareng du Sud, poisson de récif, voiliers, etc. La pêche se développe (maquereau indien, anchois, etc.)

Les principaux ports sont Yangon (Myanmar) et Penang (Malaisie). La route de navigation menant à Singapour passe par la mer.

En décembre 2004, un séisme dévastateur a frappé la mer, provoquant un tsunami.

Ville Bagerhat

Bagerhat - une ville et une municipalité du sud-ouest du Bangladesh, centre administratif du district éponyme. Bagerhat est une ville historique de mosquées, que les habitants vénèrent comme le berceau de l'islam dans leur pays. Ce site classé au patrimoine mondial de l'UNESCO est situé en dehors de Bagerkhat, au confluent du Gange et du Brahmapoutre. Auparavant, la ville s'appelait Halifatabad. Il a été fondé par le chef de l'armée turque Ulug Khan Jahan (également connu sous le nom de Khan Jahan Ali) au XVe siècle. À ce jour, il y a environ 50 monuments majeurs.

Que voir

À proprement parler, Bagerhat peut être appelé une ville perdue. Il était une fois des routes, des ponts, des palais et des étangs. Il y a beaucoup de mosquées dans la ville, qui sont situées sur un vaste territoire, vous aurez donc besoin de beaucoup de temps pour les inspecter. Vous pouvez facilement trouver de petites mosquées en suivant les chemins. Il n'y a pas une âme. À la grande joie et peut-être, malheureusement, la ville n’est pas devenue une destination touristique parfaitement planifiée.

Parmi les attractions qui valent le détour, il y a la mosquée Shatgumbad, l'une des plus belles et des plus anciennes du Bangladesh. La mosquée a 60 colonnes et 81 dômes. La tombe de Khan Jahan Ali est située sur une haute colline artificielle entourée de murs. Vous pouvez aussi voir d'autres mosquées, mais n'oubliez pas: pour trouver les 50, cela prendra du temps.

Quand venir

En hiver (de novembre à mars) pour profiter de la ville perdue.

Ne manquez pas

  • La mosquée Sinhar est une mosquée carrée avec un seul dôme près de la mosquée Shatgumbad, un exemple typique de petites mosquées disséminées dans cette zone.
  • Pond Thakur Dighi près du complexe funéraire de Khan Jahan Ali.
  • On y trouve des mages crocodiles des marais qui, selon la légende, satisferont certainement le désir de celui qui les nourrit.
  • La mosquée à neuf dômes sur la rive ouest de Thakur Dighi.
  • Excursion aux Sundarbans à proximité - un site du patrimoine mondial de l'UNESCO.
  • Dans le delta du Gange, du Brahmapoutre et de la Meghna, vous trouverez de superbes mangroves.

Fait intéressant

Les femmes ne sont pas autorisées dans la tombe de Khan Jahan Ali, où des cérémonies religieuses ont encore lieu.

Chittagong City

Chittagong - la deuxième ville du Bangladesh, est le principal port de mer - tout ce que cette région importe importe par son port. La ville est également le plus grand centre commercial et industriel.Les bénéfices pour un pays extrêmement pauvre, apparus sur la carte en 1971 seulement. L'indépendance de l'ancien Pakistan oriental a été proclamée précisément à Chittagong. L'une des industries - l'exploitation de navires de sciage.

Informations générales

En fait, la ville elle-même est assez propre, à l’intérieur de laquelle se trouvent de nombreuses collines verdoyantes, où vous pourrez vous détendre après une journée mouvementée. Le point culminant de la ville est la colline de Batali, d'où s'ouvrent des vues panoramiques sur la mer, le port et la ville.

Chittagong a de nombreux anciens bâtiments intéressants, tels que le bâtiment du 18ème siècle construit par la Compagnie des Indes orientales. sur la colline magique, d'où s'ouvre une vue à vol d'oiseau de la ville. Chittagong College est l’un des établissements d’enseignement les plus anciens et les plus prestigieux du Bangladesh. La mosquée Chandanpur, dans la vieille ville, est une merveille d’architecture à multiples dômes. La mosquée Baitul Falah est la plus grande de Chittagong.

C'est une ville en croissance où l'économie se développe rapidement. Ici, d'innombrables nouveaux bâtiments se développent rapidement, les rues sont remplies de moyens de transport: autobus, voitures, scooters et pousse-pousse, des mendiants inévitables et des vendeurs de rue se pressent partout. De nombreux touristes utilisent la ville comme point de départ, en se dirigeant vers les plages les plus proches ou en se rendant dans des régions non touchées par la civilisation de l’intérieur du pays.

Quand venir

Le meilleur de novembre à mars, quand le temps est frais et sec. Mais dans tous les cas, évitez la saison de la mousson (de juin à octobre).

Ne manquez pas

  • Tombe du sultan Bayazid Bostai IX siècle. près de la ville à Nasirabad.
  • Tombes de guerre de soldats tués sur le front birman pendant la Seconde Guerre mondiale.
  • Le sanctuaire de Shah Amanat dans le centre-ville. Chaque jour, il est visité par des centaines de personnes qui veulent rendre hommage au saint islamique.
  • Conduire à Sitakunda environ 37 km de Chittagong. Voici les merveilleux temples, dont l'un porte l'empreinte du pied du Bouddha.
  • Lac Faiz-Lac - un élégant réservoir en dehors de la ville, est situé autour du parc, où il est si agréable de se détendre.

Fait intéressant

Aux XVI-XVIII siècles. Chittagong était contrôlé par des pirates portugais qui ont appelé la ville de Porto Grande.

Dhaka City

Dhaka - la capitale et la plus grande ville du Bangladesh avec une riche histoire. C'était autrefois une ville prospère. En 1700, la population de Dhaka était d'environ un million d'habitants. Cependant, les raids des envahisseurs, la famine et les catastrophes naturelles ont conduit à la réduction de presque cinq fois la population de Dacca en un siècle. À la fin du XIXe siècle, Dhaka n'avait que 70 000 habitants. La nouvelle croissance de Dacca n’a commencé que vers le milieu du XXe siècle. Cela est dû au fait que le Bangladesh jusqu'en 1947 faisait partie de l'Inde coloniale. Après la partition de l'Inde, le territoire du Bangladesh moderne est devenu le Pakistan oriental. Le Bangladesh a été proclamé Etat indépendant en 1971. Dhaka - la capitale de la république. Dans ce sont la résidence du président, le parlement, les agences gouvernementales.

Informations générales

Dhaka est située sur la rivière Buriganga, le bras du Gange, et est divisée en villes anciennes et nouvelles. La vieille ville est construite principalement avec des rues étroites avec des maisons de deux ou trois étages. Les premiers étages sont généralement occupés par des magasins et des bureaux. Dans les étages supérieurs du salon. Le centre de la vieille ville est la place du marché, où tout ce qui pousse et est produit dans le pays est vendu: bananes, papayes, mangues, ananas, beaucoup d'autres fruits, énormes crevettes. Ici, vous pouvez acheter des produits de potiers locaux. Un signe visible de la ville - des pédicabs avec une variété de motifs sur les fauteuils roulants et les cabines.

Les nouveaux quartiers sont construits avec des immeubles de grande hauteur modernes, dans lesquels se trouvent diverses institutions de l’État, des banques et des bureaux. Les couches aisées de la population vivent dans des zones composées de maisons en pierre à un ou deux étages à développement individuel, entourées de petites cours verdoyantes. Les entreprises industrielles modernes sont situées dans les banlieues.

La rue centrale de la capitale - Airport Road.Le Parlement s'appelle Jatya Shangshad. La décoration de la ville est le parc Romna, situé au centre de la ville, lieu de repos préféré des habitants de la capitale. A proximité se trouve le stade, le cinéma "Gulistan". L'emblème de la capitale est la mosquée carrée Baitul Mukaran, l'une des plus grandes au monde. A proximité se trouve un quartier commerçant, des centaines de magasins et magasins vendant toutes sortes de marchandises. Vers le soir, lorsque la chaleur retombe, des foules de gens se rassemblent autour de Baitul pour regarder des magiciens, des acteurs, des avaleurs de serpents, des magiciens et des sorciers qui devinent le destin.

Le fort moghol de Lal Bagh est un monument de l’architecture de Dhaka. Il se compose de plusieurs bâtiments anciens dans lesquels se trouvent des vestiges historiques: échantillons d'armes incrustées d'argent, d'or, de pierres précieuses, de camisoles brodées et d'uniformes de guerriers, de tapis ornés de parures étonnamment délicates.

Dhaka - le centre de la culture et de la science nationales. Il abrite l'Académie des sciences du Bengale, créée en 1957. L'Académie de musique de Dhaka s'efforce de faire revivre la musique et la danse nationales. Le théâtre, créé à l'Académie, est engagé dans la renaissance de spectacles folkloriques traditionnels et de fêtes.

Le célèbre musée de la capitale est l'Académie de Nazrul Islam. Ici vont aux poètes, chanteurs, maîtres de la parole artistique.

Un certain nombre d'établissements d'enseignement supérieur sont situés à Dhaka: une université, une école polytechnique, une institut agricole, un institut médical et autres, une bibliothèque nationale. Dans le centre de la capitale se trouve le célèbre complexe "Shishu Academy" - l'Académie des enfants, qui comprend une bibliothèque, le musée d'histoire mondiale et d'ethnographie. Ici sont organisées des expositions de dessins pour enfants, il y a des compagnies de théâtre pour enfants, des compétitions sportives sont organisées.

Offres spéciales pour les hôtels

Calendrier des bas prix pour des vols vers Dhaka

Mosquée Baytul Mukarram

Baitul Mukarram - La mosquée nationale du Bangladesh, située à Dhaka, près des bâtiments de la ville nouvellement construits. La mosquée est à juste titre classée parmi les plus belles de la ville.

Traduit "Baitul Mukarram" signifie "Sainte Maison".

Histoire et architecture

Le début de la construction de la mosquée Baitul Mukarram remonte à 1960.

Dans la structure architecturale externe et la conception du bâtiment, la mosquée ressemble au principal temple musulman de la Kaaba, situé à La Mecque. Non seulement les pèlerins, mais aussi les invités de nombreux pays s’efforcent d’admirer la magnifique architecture du bâtiment et de rapporter des photos mémorables.

Lors de la construction de la mosquée Baitul-Mukarram, le matériau principal de sa création était une pierre légère dans laquelle étaient incrustés des inserts noirs. En raison de la planification architecturale réussie, la mosquée a un aspect moderne et impressionnant. La combinaison des deux couleurs classiques blanc et noir confère à son apparence une solennité stricte et rappelle aux visiteurs le respect des règles de comportement prescrites et leur propre attitude mentale et spirituelle dans ce lieu saint.

Un réservoir artificiel a été créé devant la mosquée.

Les touristes

Vous pouvez vous rendre à la porte de la mosquée Baitul-Mukarram par les transports en commun, Dacca. La participation est gratuite.

Temps de travail

De 7h00 à 18h00.

Adresse

Baitul Mukkarram Masjid, Chemin Topkhana, Dhaka, Bangladesh

Forteresse Lalbagh

Forteresse de Lalbach - Le fort fortifié de Dhaka, capitale de l'État du Bangladesh. La forteresse est située sur les rives de la rivière Buriganga, dans le nord-ouest de la ville, et constitue l'une de ses principales attractions.

Histoire de

La construction de Lalbakh a commencé en 1678 avec le Sakhan Muhammad Azam, le fils du moghol padishah Aurangzeb. Le sultan Muhammad Azam a commencé la construction alors qu'il occupait le poste de subadar du Bengale. Shaista Khan, oncle du padishah Aurangzeb, a dirigé la construction de l'établissement après avoir remplacé Muhammad Azam en tant que subadar. On pense que la mort prématurée de sa fille bien-aimée, Pari Bibi, a entraîné la suspension des travaux. Elle était fiancée à Shahzade Muhammad Azam.

De l'architecture

La forteresse a une forme rectangulaire et couvre une superficie de 1082x800 mètres. Le bâtiment a été construit dans le style architectural du moghol. Initialement, la forteresse devait comporter trois étages, mais la construction du troisième étage a été interrompue après le décès de la fille de Subadar, Shaista Khan.

Vous pouvez entrer dans la forteresse par deux portes. Certains se trouvent dans le nord-ouest et d'autres, les principaux, dans le sud-est. Toute la forteresse est entourée d'un haut mur, à chaque coin duquel se trouve un impressionnant bastion octogonal.

L'entrée de la façade principale est réalisée sous la forme de quatre arches dans des niches semi-octogonales profondes. À l'intérieur, les visiteurs entrent dans le hall central du corps de garde. De là, il y a plusieurs passages dans les salles souterraines. Le plafond de la salle a la forme d’un dôme orné d’une fine sculpture décorative sur du plâtre.

Adresse

Lalbagh Road, Dhaka 1205, Bangladesh

Temple Govinda

Temple Govinda Il est situé à l'ouest du Bangladesh, à 10 km de la frontière avec l'Inde. Sa construction se poursuivit de 1823 à 1895.

Le temple est un bâtiment carré décoré de nombreuses tourelles décoratives. Les murs sont décorés de bas-reliefs en terre cuite qui représentent des scènes d'une épopée hindoue. Le temple de Govinda est situé dans le domaine de Putia et est le bâtiment de l’un des Magarani. Il convient de noter que l’architecture du temple est parfaitement cohérente avec la culture hindoue et se distingue donc par son abondance et par un grand nombre de sculptures pour décorer les murs intérieurs et extérieurs.

Govinda

Govinda est l'un des noms de Krishna et de Vishnu dans l'hindouisme. Go, traduit du sanscrit, a plusieurs significations: "vache", "terre" ou "sentiments", et Windows signifie "protecteur"; ainsi, dans le contexte de l'un des noms de Krishna, Govinda peut signifier "Krishna, qui est le protecteur des vaches et de la terre".

L'histoire du nom de Krishna appelé Govinda est décrite en détail dans le Vishnu Purana, où il est dit que ce nom lui avait été attribué par Indra après que Krishna eut soulevé la colline de Govardhana et protégé les vaches et les bergers de Vrindavan des fortes pluies.

Au 8ème siècle, Shankara écrivit la célèbre prière appelée "Bhaj-Govindam", dont la signification fondamentale est: "En adorant Govinda, vous pourrez facilement traverser l'océan de la naissance et de la mort."

Govinda est également le nom de Vishnu ou Krishna, surnommés les 187e et 539e noms à Vishnu-sahasraname. Selon le commentaire de Shankara sur Vishnu-sahasraname, traduit par Swami Tapasyananda, Govinda a trois significations:

1. Les sages appellent Krishna Govinda parce qu'il imprègne et soutient tous les mondes.

2. À Shantiparva, le Mahabharata raconte comment Vishnu a restauré la Terre en orbite après l'avoir descendu dans les mondes inférieurs de Patala, après quoi les vierges l'ont glorifié en tant que Govinda ("Protecteur de la Terre").

3. Dans un autre sens, c'est "Celui qui ne peut être connu que par des mots védiques." Shankara, dans sa prière à Bhaja-govindam, souligne la valeur particulière de la dévotion intérieure à Krishna.

Dans un autre texte hindou, "Harivamshe", Indra félicite Krishna d'être devenu le berger des vaches bien-aimé, proclamant: "Les gens le glorifieront également en tant que Govinda".

À la mi-1996, le groupe de rock indépendant britannique Kula Shaker a publié une chanson en sanskrit intitulée "Govinda".

Temple de Shiva

Temple de Shiva - L’une des principales attractions du Bangladesh, située dans le village de Putthia. Et bien que ce bâtiment s’appelle décoratif, il a été construit dans le strict respect des principes de l’architecture de l’indouisme.

Le bâtiment du temple est une construction de 3 étages. Chacune de ces couches se termine par des clochers en pierre avec des sculptures ajourées. À une époque, ce temple était décoré de nombreuses sculptures. Malheureusement, à cause des troubles civils, beaucoup d’entre eux ont été perdus. Il est important de noter que tout le concept du temple témoigne de la pompe et de l'abondance que Dieu Shiva est capable de donner aux gens. Ainsi, une partie de ses sculptures survivantes symbolise l’attitude miséricordieuse de Shiva envers les gens.

Shiva

Shiva est une divinité hindoue enracinée dans la période pré-aryenne (pré-diyenne) de la vallée de l'Indus et dans les religions autochtones de la population autochtone du sous-continent sud de l'Inde. Le célèbre indologue R. N. Dandekar a décrit la religion de Shiva comme la plus ancienne des religions existantes du monde civilisé.

Shiva personnifie la conscience cosmique, le début masculin statique de l'univers (Purusha), la Shakti oppositionnelle (Prakriti), le début féminin dynamique de l'univers, manifesté sous la forme du monde matériel.

À la fin du développement de la vision du monde mythologique de l'Inde (période Puran, environ 300-1200 ans), Shiva s'associa au soutien du créateur Brahma et au partisan de Vishnu dans la triade suprême en tant que principe destructeur de l'univers. Dans le même temps, dans certaines traditions de l'Inde, telles que le chaivisme au Cachemire, Shiva est une divinité absolue remplissant des fonctions de création et de destruction.

Dans le Mahabharata, Ishana (un des noms de Shiva) est appelée «le mari originel, le seul impérissable et éternel» et s'identifie à Brahma et à Vishnu Hari.

Selon Shiva Purana, il est le créateur de Vishnu et de Brahma. Personnifie à la fois un début destructeur et constructif. Dans l'hindouisme est l'épithète Mahadev, qui se traduit par le plus grand des dieux (vierges).

Cinq rôles divins de Shiva:

  • la création,
  • soutien
  • se dissoudre
  • dissimulation
  • talent de grâce.

La tradition d'adorer Shiva s'appelle le Shivaïsme. Connu sous les noms de Rudra, Shankar, Shambhu, Mahadev, Maheshvara. Le mantra principal de Shiva, Om Namakh Shivaya, est d'abord rencontré dans l'hymne de Yajur-Veda, Shatarudriya ou l'hymne du cent Rudram, pour la première fois dans les Vedas.

Cox's Bazar Beach

La plage du bazar de Cox - La seule zone balnéaire et station balnéaire du Bangladesh située dans le sud-est de l'État, près des zones frontalières avec le Myanmar.

Informations générales

La particularité de cet endroit réside principalement dans ses plages naturelles, qui sont les plus longues du monde. La longueur totale de toutes les plages est supérieure à 200 km. La plage la plus populaire de cette région, Inani Beach, mesure environ 120 km de long et environ 75 mètres de large, ce qui en fait la plus longue du monde. Il est situé près de la ville provinciale de Cox's Bazaar et à 150 km de la ville de Chittagong.

En 2009, cette plage a été incluse dans la liste des objets du concours «Les sept nouvelles merveilles de la nature», organisée au moyen d'un vote mondial visant à identifier sept sites naturels intéressants. Patenga est une autre plage intéressante de cette région. En général, les plages du bazar de Cox sont l’un des lieux les plus fréquentés par la population locale et les touristes étrangers. Ces derniers peuvent être trouvés ici en nombre beaucoup plus petit que le premier, en raison du système peu développé de l'industrie des loisirs. Une particularité des plages de Kosk Bazaar est le fait qu’il n’y avait pas un seul cas d’apparition de prédateurs marins - des requins.

Parmi les lacunes des plages, on peut noter l’existence de règles conformes aux normes de l’islam, qui interdisent aux femmes de se présenter sans vêtements fermés dans des lieux publics, ce qui est courant non seulement pour la population locale, mais également pour les hôtes de l’État. Le long de la côte de plusieurs kilomètres et des zones environnantes, les touristes peuvent également visiter de nombreux sites intéressants. Par exemple, le monastère bouddhiste Bara Khang et ses tombeaux constituent la plus grande statue de Bouddha de tout l’état du Bangladesh. Le parc safari Dulkhazar, situé à 100 km de Chittagong, n’est pas moins populaire.

Gange River (Ganges)

L'attraction s'applique aux pays: Inde, Bangladesh

Gange de rivière - C’est l’un des plus grands fleuves d’Asie du Sud et le troisième grand fleuve de la planète. Le Gange prend sa source dans l'Himalaya occidental depuis le glacier Gangotri dans l'état d'Uttarakhand, coule vers le sud-est, traverse la plaine indo-gangétique au nord de l'Inde et se jette dans le golfe du Bengale, formant avec le delta du Brahmapoutre et de la Meghna principalement au Bangladesh, une partie couvert de forêts de sundarban. La superficie du bassin est de 1 060 000 km².

Faits saillants

Les hindous considèrent le Gange comme un fleuve divin paradisiaque qui descend du ciel. Cela tient en partie à l’importance du Gange dans la vie des peuples de l’Inde et du Bangladesh.Le delta du Gange est le plus vaste de la planète et le bassin hydrographique est l’une des zones les plus densément peuplées de la planète. L’eau de la rivière abrite des centaines de millions de personnes.

Outre sa signification économique immédiate, le Gange personnifie le système complexe de croyances religieuses des peuples de l'Inde du Nord. Les hindous font des pèlerinages à la rivière, effectuent des ablutions rituelles, dispersent les cendres des morts dans l'eau. Trois villes sacrées sont situées sur le Gange - Allahabad, Varanasi, Haridwar. Cependant, presque toute la longueur de la rivière concentre d'innombrables lieux de culte hindous. Même le cours supérieur de la rivière Bhagirathi, à 3 700 mètres d'altitude, constitue un centre de pèlerinage majeur.

Les villes de Ganga - Kanpur, Patna, Calcutta, Khulna et d’autres - regorgent d’innombrables monuments architecturaux, parmi lesquels une place importante est occupée par des exemples de l’architecture européenne.

Canal et direction du flux

Le Gange est en grande partie une rivière plate avec un débit lent et régulier, bien qu’il vienne du haut de l’Himalaya et se nourrit de nombreux affluents qui proviennent également des montagnes. La plaine indo-gangétique, qui représente la majeure partie du débit du fleuve, est extrêmement plate. La différence de hauteur entre Delhi, située sur la rivière Jumna, et la baie du Bengale, distante de 1 600 km, est de 210 mètres seulement. La pente du canal du Gange entre les villes de Haridwar et d'Allahabad est de 0,22 mètre par kilomètre et d'Allahabad à Calcutta de 0,05 mètre par kilomètre. Le canal lui-même est sinueux, forme de nombreuses manches, de nombreuses bas-fonds, des îles, des détroits entre les manches, des hauts-fonds.

La direction du courant du Gange change plusieurs fois: depuis la source, la rivière coule au sud-ouest, à Haridwar se tourne vers le sud-est et se dirige dans cette direction vers Allahabad, puis presque jusqu'au confluent avec son affluent Cauchy, directement à l'est et Cauchy - dans la direction du sud-est. Au même moment, le cours principal et certains bras du Gange coulent en direction du sud-est, puis reviennent au sud vers la baie du Bengale, tandis que d'autres, tels que Bhagirathi et Jalangi, se dirigent immédiatement vers le sud. Une partie des manches se confond avec les manches du Brahmapoutre et de Meghna et se jette dans la baie avec eux. La largeur de la rivière dans sa partie centrale la plus large varie de 800 à 1 500 m, tandis que la rivière diverge avec de nombreux bras, formant un delta commun avec le Brahmapoutre, long de 300 km et large de 350 km environ.

Zone de chalandise et régime des eaux

Le bassin du Gange est le plus vaste d’Asie du Sud. Bien que le Gange ait une longueur inférieure à celle de l'Indus et du Brahmapoutre, il dépasse la taille de son bassin, qui couvre une superficie de 1 060 000 km², ainsi que le bassin du Brahmaputra avec lequel le Gange forme un delta commun de 1 643 000 km².

L’eau de pluie fait partie de l’approvisionnement en eau du fait de l’humidité apportée de juillet à octobre par les moussons du sud-ouest et les cyclones tropicaux (dans le cours inférieur), ainsi que de la neige due aux neiges de l’Himalaya qui fondent d’avril à juin. En décembre-janvier, très peu de précipitations tombent dans le bassin hydrographique. En moyenne, les précipitations dans le bassin fluvial varient de 760 mm / an dans sa partie occidentale à plus de 2 300 mm / an à l'est. Pour la majeure partie du débit réel du fleuve, à l'exception du delta, les précipitations sont de 760-1 500 mm / an. Dans le delta, il y a souvent de fortes averses de cyclones pendant la mousson et après celle-ci, c'est-à-dire de mars à octobre.

En raison du régime pluviométrique variable, le fleuve est sujet aux déversements annuels, bien qu’il ne soit pas aussi périodique ni aussi long que le fameux nil. Les deux principales saisons des pluies vont d'avril à juin (en raison de la fonte des neiges) et de juillet à septembre (en raison des moussons). Ainsi, pendant la saison de la mousson, l’eau dans les villes de Varanasi et d’Allahabad peut augmenter de 15 à 16 mètres et en hiver, le niveau de la rivière diminue au minimum.

La masse d'eau totale du fleuve est très importante, par exemple près de Varanasi, à 1 224 km de l'embouchure du bras Khugli. Même en saison sèche, le Gange a une largeur de 430 à 440 m et une profondeur maximale de 12 m, et de 900 à 950 pendant la saison des pluies. m de large et jusqu'à 20 mètres de profondeur. La quantité moyenne d'eau acheminée par le fleuve vers le golfe du Bengale est estimée à 12 000 m³ / s (à titre de comparaison, le débit du Gange est environ huit fois supérieur à celui du Dniepr).

La rivière diffère tout au long de l’année d’une eau très turbide, qui est associée au contenu d’une grande quantité de roches sédimentaires en suspension. Environ 180 millions de m³ de précipitations se déposent chaque année dans le delta, ce qui détermine le changement de couleur de l'eau dans le golfe du Bengale, déjà visible à 150 km de la côte. Lorsque la rivière retourne sur les berges après des déversements saisonniers, elle laisse une quantité énorme de limon, ce qui confère au sol une fertilité extrême.

La géographie

Les ganges sont conditionnellement divisés en trois parties:

  • parcours supérieur (environ 800 km, de la source à la ville de Kanpur),
  • moyenne (de Kanpur à la frontière indienne avec le Bangladesh, à environ 1 500 km à vol d'oiseau),
  • plus bas (des frontières du Bangladesh à la bouche, environ 300 km).

En amont

La source principale de la rivière est Bhagirathi (à ne pas confondre avec la branche Gang - Bhagirathi du même nom), originaire de la région de Gaumukh (nom de la partie inférieure du glacier Gangotri) dans l'Himalaya à Uttarakhand, en Inde, à une altitude de 7756 mètres au dessus du niveau de la mer. À la source se trouve le village de Gangotri du même nom avec le glacier - le lieu sacré de la déesse Gangi et un important centre de pèlerinage hindou.

En se dirigeant vers le nord-ouest, Bhagirathi prend à 2 770 m d'altitude, près du village de Bhairhagati, un affluent orageux, Jadh-Ganga (Jahnavi), qui était auparavant considéré par les Européens comme la source du Gange. En outre, le fleuve traverse l'Himalaya inférieur à 2 478 mètres d'altitude et rejoint le village de Devprayag, situé à 636 mètres d'altitude, et Alaknanda transparent, qui provient également des glaciers de l'Himalaya. De cet endroit, la rivière tire son nom de "Gange".

Les eaux combinées de Bhagirathi et d'Alaknanda traversent la chaîne des collines de Shivalik, à une altitude de 403 mètres près de la ville sainte de Haridwar et, traversant la plaine marécageuse de Thera, atteignent une immense plaine indo-gangétique extrêmement fertile. Dans son amont, le Gange se précipite rapidement vers le sud, laissant derrière lui des montagnes, il devient plus calme et se dirige vers le sud-est. La rivière devient navigable seulement dans une plaine, bien qu'avant la construction du canal du Gange, les navires atteignirent le territoire du parc moderne Rajaji.

Courant moyen

Au milieu du parcours, le Gange ralentit, rejoignant l'océan au sud-est, formant de nombreuses convolutions près des principales villes: Kanpur, Allahabad, Mirzapur, Varanasi, Patna, Bhagalpur (Inde), Rajshahi (Bangladesh), etc. Bien que cette ligne ait une longueur de 1 529 kilomètres en ligne droite, la longueur du chenal est en réalité de 2 597 kilomètres. Sans atteindre Kannauj, le Gange, à gauche, reçoit un grand affluent du Ramganga. En outre, à Allahabad, son principal affluent, la Jamna (Yamuna), se jette à droite dans le Gange, qui, avec le Gange (selon la légende, provient également de Saraswati), forme ce qu'on appelle le Triveni-Sangam, sacré pour les Hindous, et prolonge son chenal aux eaux cristallines. sale Ganges jaune à 800 mètres. En raison d’une sélection importante d’eau Gangetic, Jamna transporte en moyenne environ une fois et demie plus d’eau que le Gange avant de fusionner. Par conséquent, conformément aux règles hydrologiques formelles, le fleuve devrait s’appeler Jamna en aval. Toutefois, en raison de traditions et de croyances profondes, il convient de renommer le nom actuel. est mis. Selon Allahabad, le Gange coule à gauche: Gomti, à droite de Tamsa et Karmanash, et juste au-dessus de Patna - à gauche de Ghaghra, à droite, Sleep, et en face de Patna, près de Hajipur, un important afflux de Kali-Gandaki.

Enfin, au-dessous de Bhagalpur, le Gange englobe le Cauchy corsé, qui descend directement des montagnes himalayennes. Ayant atteint une largeur de 1 500 mètres dans son cours moyen avec une profondeur maximale de 10 mètres, le Gange se met brusquement au sud-est et tombe sur la partie la plus plate de la partie occidentale de la plaine indo-gangétique. Ici commence son cours inférieur, où il se glisse dans les bras du delta. Près de Sahebgandzha, l'énorme branche Bhagiratha va à gauche et le chenal principal du Gange reçoit le nom Padma de cet endroit. Après 100 km plus en aval, un autre bras important, Jalangi, est séparé de Padma.

Courant inférieur et estuaire

Après avoir parcouru 160 km le long de la plaine, les branches de Bhagiratha et de Jalanga s’unissent dans une manche commune de Hugli, sur laquelle se trouve la ville de Calcutta. Après être connecté à la rivière Damodar près de la ville de Chandannagar, Hugli devient disponible pour les navires de haute mer. Près de l'île de Sagar, au-dessous de Calcutta, se jette dans la baie du Bengale. Après avoir donné une partie de l'eau à la manche de Hugli, Padma, la branche principale du Gange, poursuit son mouvement vers le sud-est et, se divisant en petites branches (Martabanga, Guru, Chundnu), reçoit à sa gauche un grand affluent, Mahananda, et se connecte à proximité de la ville de Rajbari le bras puissant d'un autre fleuve, sacré pour les Bengalis, est le Brahmapoutre.

Les eaux combinées des deux rivières se jettent dans la baie du Bengale, rejoignant ainsi Meghna. À partir de Rajbari, il existe un véritable delta du Gange et du Brahmapoutre, le plus complexe et le plus vaste du monde, soumis à des changements constants. La terre entre Hugli et Meghna s'appelle Sundarbans. C’est un labyrinthe de marais, de rivières, de bras et de baies le long de la baie du Bengale, d’une longueur de 265 km et d’une largeur de 350 km, semés de manière inattendue et disparaissant souvent tout aussi rapidement, de vastes forêts couvertes de vastes forêts partiellement inondées par des inondations et des marées des couches de limon et des restes d'animaux et de plantes lavés sont laissés sur les îles.

Le Delta Ganges est divisé en parties est (plus actives) et occidentales (moins actives). Sundarbans, la plus grande région de mangroves du monde, fait partie du delta du Gange. Plus loin du littoral, au fin fond du continent, le delta sèche très rapidement après les inondations, formant une partie fertile du Bengale. Aujourd'hui, il est presque complètement utilisé pour les besoins de l'agriculture et les dernières zones inhabitées sont couvertes d'une végétation luxuriante, presque impraticable. Malgré les risques d'inondations, les tsunamis et les cyclones tropicaux (plus de 700 000 personnes sont décédées des suites de ces phénomènes naturels en 1961 et 1991), plus de 145 millions de personnes continuent de vivre dans le delta du Gange.

Flore et faune

Comme on le sait à partir de preuves historiques, les vallées du Gange et de la Jamna étaient couvertes de forêts denses. Dès les XVIe et XVIIe siècles, d'importantes zones intactes sont restées ici. Des éléphants, des buffles, des rhinocéros, des lions et des tigres ont été trouvés dans ces forêts. La zone côtière du Gange à travers son environnement calme et fertile a attiré de nombreuses espèces d'oiseaux aquatiques, au moins 140 espèces de poissons, 35 espèces de reptiles et 42 espèces de mammifères.

Des espèces rares d'animaux actuellement sous protection sont courantes dans cette région: ours brun, renard, léopard, léopard des neiges, plusieurs espèces de cerfs (y compris le cerf de sika), de cerfs porte-musc, de porc-épic et autres. Les papillons et autres insectes de différentes couleurs sont également courants ici.

En raison de la pression démographique croissante exercée par la population, l’ensemble de la faune s’est lentement déplacé de la vallée du Gange aux restes de forêt. Sur la plaine indo-gangétique, on trouve parfois des cerfs, des sangliers, des chats sauvages, des loups, de nombreuses espèces de renards. Dans la rivière, il y a deux dauphins d'eau douce, des requins des rivières et des gangs et d'autres poissons d'eau douce.

La plus grande partie de la biodiversité a été préservée à l’embouchure du fleuve, à la jonction du golfe du Bengale dans la région du Sundarban, où de nombreuses formes de flore rare et peu étudiée sont encore courantes, et la perle de la faune de la région est le tigre du Bengale. Les poissons typiques de cette région comprennent le notoptéride, le cyprinidé, le poisson-chat grenouille, le Guram rampant et le Hanos.

Agriculture et pêche

L'eau de la rivière est largement utilisée par la population pour les besoins domestiques. Son volume énorme atteint des objets industriels de toutes les régions. Une quantité d'eau encore plus grande est utilisée pour irriguer les terres agricoles.Le Gange et ses affluents, en raison du sol fertile de la plaine indogangétique, jouent un rôle important dans les économies indienne et bangladaise en fournissant de l'eau pour l'irrigation des vastes territoires de ces pays. Les principales cultures de cette région sont le riz, la canne à sucre, les lentilles, les oléagineux, les pommes de terre et le blé. Sur les rives du fleuve, près des marais et des lacs, sur des sols fertiles, on cultive également des haricots, du poivre, de la moutarde, du sésame et du jute.

Pour irriguer les terres de la région de Doab situées entre le Gange et la Jamna, le gouvernement britannique construisit en 1848 le long canal du Gange (ou canal du haut Gange) d'une longueur de 1 305 km. En 1878, la continuation de ce canal a été ouverte - le canal du Bas-Gange. Maintenant, le canal du Gange va de la ville de Haridwar au sud à la ville d’Aligarh, où il se divise en 2 branches, jusqu’aux villes de Kanpur et de Yetawah, respectivement. La première branche se situe approximativement le long du Gange, la seconde, de Jumna à la ville de Hamirpur.

Le Gange était traditionnellement riche en poissons, gavialas et crocodiles et une espèce locale de tortues à carapace molle du Gange. Malgré la diminution du nombre de ces animaux à notre époque, ils sont tous capturés et consommés par la population des zones côtières. La pêche est le plus développée à l'embouchure de la rivière, où un vaste réseau d'usines de traitement du poisson est construit. Il existe de nombreuses possibilités de pêche le long du fleuve, bien que le problème de la pollution élevée de l’eau et, par conséquent, de la réduction des populations de poissons demeure.

Pèlerinage et tourisme

Le tourisme est une autre activité concomitante et souvent principale de la population de la région. Le type principal de tourisme est le pèlerinage, dont le service constitue une part importante de l’économie des villes saintes (Haridwar, Allahabad et Varanasi) dans les régions centrales et, dans une moindre mesure, dans les sources du fleuve. Les rapides du Gange dans sa partie supérieure (de Gangotri à Rishikesh) sont également un site de rafting populaire, qui attire des centaines de passionnés de plein air en été.

Légendes du Gange et mention dans la littérature classique

De nombreuses légendes de l'hindouisme sont associées à la rivière. Le Gange et sa personnification en la déesse Ganga sont mentionnés dans les plus anciens ouvrages littéraires indiens, en particulier les Vedas, les Puranas, le Ramayana et le Mahabharata. Une caractéristique commune à toutes ces légendes est son origine céleste. Au début des temps, le Gange était exclusivement un fleuve céleste, mais il descendit plus tard sur Terre et coulait maintenant dans tous les mondes de la cosmographie hindoue. La plupart des légendes sont associées à sa naissance, à une descente sur Terre et à certains épisodes d'être déjà sur Terre. Les légendes soulignent la capacité du Gange à purifier ou à éliminer les péchés, son importance en tant que symbole de la maternité et sa valeur en tant qu'intermédiaire entre les mondes.

Il existe plusieurs versions de la naissance de Ganga. Ainsi, selon le Ramayana, Ganga était la fille de Himavan, propriétaire de l'Himalaya, et de son épouse Mena, elle est la soeur de la déesse Parvati. Selon une autre légende, les eaux sacrées du Brahma kamandalu auraient été personnifiées sous la forme de cette déesse. Plus tard, les interprétations Vaishnava de cette légende décrivent que l’eau dans le kamandalu a été obtenue par Brahma après avoir lavé les pieds de Vishnu. Selon le Vishnu Purana, Ganga émergeait du gros orteil du pied gauche de Vishnu. En tout cas, elle a été élevée à Svarga (le ciel) et était confiée à Brahma.

La légende la plus célèbre associée au Gange est la légende de Bhagirath, énoncée dans le Ramayana et le Bhagavat Purana. Lorsque le tsar Sagar, dirigeant d’un des principaux États indiens, a célébré le rite royal du sacrifice d’un cheval, le cheval a disparu, probablement enlevé par Indra, et les fils du roi ont accusé le vol du sage Kapila. Kapila, cependant, a détruit et maudit les princes, laissant la seule chance à leur salut de plonger leurs cendres dans les eaux du Gange. Le nouveau dirigeant de l'État, Bhagirath, s'est chargé de cette affaire. Pendant de nombreuses années, il a dû prendre des tapas pour satisfaire Brahma et Shiva.Bhagiratha a d'abord demandé à Brahma d'ordonner la descente du Gange, puis à Shiva de subir le choc violent de sa chute sur les eaux souterraines. Ainsi, Bhagirathi a réussi à accomplir ses tâches et les sources ont reçu le nom de Bhagirathi. Selon d’autres variantes de cette légende, Shiva aurait piégé le Gange dans ses cheveux et l’aurait relâché par petits ruisseaux. Le contact de Shiva donna au Gange une signification sacrée encore plus grande. Depuis lors, la rivière traverse les trois mondes: Svarga (ciel), Prithvi (Terre) et Naraku (enfer), d'où son nom Tripathagu - "voyageant à travers trois mondes".

Quelques légendes supplémentaires sur le Gange sont liées à son rôle de mère. Ainsi, selon Skanda Purana, c’est l’ablution dans les eaux du Gange qui a donné la vie à Ganesha, créée par Shiva et Parvati à partir d’un mélange de leurs corps. De plus, selon le Mahabharata, Ganga était la mère des incarnations corporelles des dieux Vasu, qu'elle (sauf Dyaus ou, dans l'incarnation terrestre, Bhishma) s'était noyée immédiatement après sa naissance pour les libérer de la vie mortelle, pour laquelle ils avaient été maudits par le ishi-Vasiste.

L'art du Gange est dépeint comme une femme sensuelle et belle, tenant dans sa main un pichet débordant qui symbolise la richesse de la vie. Elle est souvent représentée assise sur son Wahan - Makara, un animal au corps de crocodile et à la queue de poisson.

Rites et cérémonies associés à la rivière

Le Gange a la plus grande valeur pour les Hindous, qui constituent la grande majorité de la population de ses rives. De tous les fleuves du monde, c'est ce fleuve qui est le plus vénéré. Selon la légende, les eaux du Gange ont la capacité de purifier, d'éliminer les péchés, et le fleuve lui-même reste un symbole de sainteté et de pureté, malgré la pollution physique de ses eaux.

Le rituel principal associé à la rivière, nageant dans ses eaux. Les résidents des zones voisines viennent souvent nager dans la rivière tous les jours. De nombreux pèlerins de toute l'Inde et d'autres pays viennent à la rivière uniquement dans le but de pratiquer une ablution sacrée, considérée comme obligatoire au moins une fois dans une vie hindoue. L’aube est considérée comme le meilleur moment pour se baigner. À ce stade, les hindous prient également le soleil. Après le bain, les hindous prient une ou plusieurs divinités et leur offrent des cadeaux, généralement des fruits, des bonbons et des fleurs.

Un autre rituel important effectué au Gange du Gange est Aarti. Pendant ce rituel, des lampes allumées faites de feuilles d’arbres sont présentées aux dieux, avec une mèche trempée dans du beurre fondu. On pense que plus la lampe est allumée longtemps, plus les chances de mise en œuvre de la demande, que l'hindouiste demande aux dieux, sont grandes. Un élément important de ce rituel sont les chants dédiés aux dieux, interprétés simultanément avec l'offrande.

Le Gange est un site de sépulture populaire. Puisque la rivière dans l'hindouisme est le lien entre la Terre et le Ciel, on pense que lorsque les Hindous jettent les cendres de leurs parents morts dans les eaux de cette rivière, ils les aident à atteindre Moksha (le salut) et à aller au ciel. Par conséquent, la crémation n'importe où le long de la rivière est souhaitable pour les hindous. Les gens ramènent souvent les morts ici dans tout le pays et sur les rives du fleuve, les feux sont constamment allumés, là où les morts sont brûlés. Si la crémation sur la rive du fleuve n’est pas possible, les membres de la famille peuvent apporter des cendres dans le Gange et certaines entreprises proposent de les transporter même de l’étranger et d’organiser les cérémonies de dispersion des cendres appropriées. Cependant, les Indiens les plus pauvres considèrent souvent, vu le coût élevé du bois de chauffage pour la crémation, le coût des services de crématoires électriques et celui des services des brahmanes, que la cérémonie est trop coûteuse, raison pour laquelle ils jettent simplement les corps des morts à la mer.

Dans les nombreux centres de pèlerinage sur le fleuve, des fêtes sont organisées pour certaines fêtes hindoues, rassemblant des milliers à des dizaines de millions de visiteurs. Le festival le plus important est Kumbh Mela, qui se tient tous les trois ans dans l'une des quatre villes, dont deux, Haridwar et Allahabad, sont situées sur les rives du Gange.Ce festival, tenu en 2007 à Allahabad, a rassemblé environ 70 millions de personnes. Le Ganga-mahotsawa est un autre festival majeur organisé chaque année à Varanasi. Ce festival est non seulement un religieux, mais aussi un grand événement culturel dans la vie du pays. Il montre, entre autres choses, des chants folkloriques et des danses.

L'eau des rivières est très appréciée des hindous. Les pèlerins remplissent souvent les réservoirs avec cette eau et les ramènent chez eux ou dans un temple local. Les brahmanes, et à présent des sociétés entières, sont engagés dans la fourniture commerciale de cette eau à d'autres régions du pays. Dans presque toutes les maisons hindoues, vous trouverez un pichet contenant de l’eau de ganga. Il est utilisé dans toutes les grandes cérémonies hindoues, en particulier pour laver un nouveau-né, lors d'un mariage, avant de mourir (comme «dernier repas» sur Terre) et lors d'un enterrement, lorsqu'il n'est pas possible de transporter les cendres du défunt jusqu'au fleuve. En outre, cette eau est la base de nombreux médicaments traditionnels en Inde.

Bien que la rivière ait une grande signification religieuse uniquement pour les hindous, les musulmans indiens et bangladais l'utilisent également pour la purification religieuse du corps pendant la prière.

Centres de pèlerinage

Le Gange est considéré comme un fleuve sacré sur toute sa longueur, mais la majeure partie du fleuve ne possède aucune infrastructure de transport et est difficile d'accès, et seul un nombre relativement petit de villes sur ses rives sont devenues d'importants centres de pèlerinage et de tourisme.

Le premier de ces villages est Gangotri, situé à la source du fleuve Bhagirathi, le principal cours d’eau du Gange. Cette colonie a été construite autour du temple central dédié au Gange et fait partie des quatre sites du chemin de pèlerinage de Chota-Char-Dham, qui inclut également Yamunotri, situé à proximité de la source du principal affluent du Gange, Jamna (Yamuna). En raison de la pollution importante de l’eau en aval, l’eau utilisée pour les cérémonies dans d’autres régions de l’Inde est généralement collectée ici.

Plus en aval se trouve la ville de Devprayag, où Bhagirathi se confond avec Alaknanda et forme le Gange proprement dit.

Le prochain centre de pèlerinage est la ville de Rishikesh, le centre mondial du yoga. Et bien que la ville abrite de nombreux temples, en fait, peu d’entre eux sont consacrés au fleuve, et la ville est donc considérée comme secondaire pour le pèlerinage.

Ensuite, le Gange passe devant la ville de Haridwar, où le fleuve entre pour la première fois dans la plaine indo-gangétique, et le canal du Gange s'en échappe. Haridwar est traditionnellement considéré comme l’un des centres de pèlerinage les plus importants de la rivière. La ville joue un rôle important pour les Vaishnavas et les Saivites: son nom lui-même peut être traduit par «Brahma Vishnu» (en orthographe «Haridwar») ou par «Brahma Siva» (en orthographe «Hardwar»). On pense que Vishnu a laissé une empreinte dans la ville alors qu'il se baignait lui-même dans les eaux du Gange. Toujours selon la légende, c’est l’un des quatre districts où l’oiseau céleste Garuda a renversé l’élixir d’immortalité de sa cruche en amrita, ce qui explique la tenue des plus grands festivals hindous - la Kumbh Mela ou la "fête des crocs".

Allahabad (également Prayag - "lieu de confluence des rivières" ou Aggra - "lieu de sacrifice"), situé à la confluence du Gange avec Jamna (Yamuna), est considéré comme le lieu où Brahma fut la première victime après la création du monde. Ceci est le deuxième des quatre endroits où Garuda a déversé Amrita, et est également le site du festival Kumbh Mela. C'est là que, selon la légende, le fleuve sacré Rig-Veda-Saraswati, qui disparaîtra par la suite de la surface de la Terre, rejoint le Gange.

Le prochain centre de pèlerinage sur le fleuve est Varanasi (également Benares ou Kashi), la ville la plus associée au fleuve et à sa signification religieuse. En outre, la ville est réputée pour son folklore et est considérée comme la capitale culturelle de l'Inde. Selon la légende, Varanasi est l'une des plus anciennes villes du monde et a été fondée par Shiva il y a environ 5 000 ans.Désormais, la ville est visitée chaque année par plus d'un million de pèlerins, non seulement les Shivistes et les Vaisnavites, mais également les Bouddhistes et les Jaïns.

La rivière déborde beaucoup plus en aval et la mousson rend ses inondations annuelles extrêmement destructrices, ce qui explique pourquoi le culte de la rivière s'estompe progressivement et que les villes en aval n'ont pas une aussi grande signification religieuse directement associée à la rivière.

Parmi les villes du delta du fleuve, Rajshahi, qui est un repère pour les Bengalis, a la plus grande signification religieuse. C’est là que l’un des plus grands festivals hindous a vu le jour: Durga Puja, qui est maintenant un jour férié extrêmement important et qui se déroule dans de nombreux autres lieux. Le festival célèbre l'arrivée de Rama, qui a l'intention d'épouser Durga chez son père dans l'Himalaya. Le festival se caractérise par la création de compositions sculpturales de la déesse, pour qui l’argile est collectée dans le Gange. Au Bangladesh musulman, Rajshahi est le centre principal de ce festival hindou et constitue un grand carnaval, auquel participent des représentants de tous les secteurs de la société et de toutes les religions.

Signification symbolique et mention dans la culture populaire

Le symbolisme du Gange et ses références fréquentes dans la littérature sont principalement associés à sa grande importance pour la vie d'un grand nombre de personnes vivant sur ses rives et qui en dépendent directement ou indirectement. "En plus de son importance religieuse, le Gange est un lieu de travail pour les transporteurs, les pêcheurs et les blanchisseuses, un abreuvoir pour le bétail, les éléphants et les animaux sauvages, une source de boue vitale nécessaire à la croissance du riz et un lieu de toilette matinale et de baignade pendant la chaude été indien. Tout cela Comme Mark Twain l’a écrit après son premier voyage en Inde, «ne prive pas cette rivière éternelle de beauté et ne l’empêche pas, depuis des temps immémoriaux, de fasciner les gens qui sont arrivés sur ses côtes jusqu’à sa folie."

Le Gange occupe une place importante dans la littérature classique et le folklore indiens - de l'époque védique à Bollywood. Le Gange est décrit à bien des égards dans la littérature classique par des poètes et des romanciers anciens, médiévaux, modernes qui écrivaient dans diverses langues. De nombreux films indiens populaires tournent autour de cette rivière et de chansons encore plus populaires. Ainsi, la chanson Jis desh mein Ganga behti hai ("Je vis où coule le Gange") est extrêmement populaire en Inde. Cette popularité est due en grande partie à l'association du fleuve avec l'Inde même, dont il est un symbole important.

Monastère Salban Vihara

Salban Vihara - Il s’agit d’un monastère bouddhiste impressionnant et parfaitement planifié, situé sur le territoire du Bangladesh dans la ville de Comilla. Sa superficie est de 170 m². Ce monastère semble se confondre avec le complexe de temples situé au centre de la cour.

Histoire de

Salban Vihara est l'un des sites archéologiques les plus importants du Bangladesh. À la fin du 8ème siècle, le premier monastère bouddhiste a été construit ici. Bhava Deva, le quatrième souverain du début de la dynastie des Deva, a été l'initiateur de la construction, qui a pris pour base toute la colline, qui occupe une superficie de 168 mètres carrés. La construction impliquait la création d'un complexe de bâtiments comprenant un temple cruciforme central, plusieurs pagodes et plusieurs bâtiments destinés à la formation des novices.

L'entrée est marquée sur le côté nord avec plusieurs stupas et chapelles qui menaient à la porte principale. Du temple central, il ne restait presque plus rien. Depuis plusieurs millénaires, il est presque complètement devenu terrestre. les premier et deuxième étages sont complètement enfouis dans les entrailles de la colline, les troisième et quatrième étages sont encore à deviner.

Les touristes

Non loin du monastère se trouve un musée où sont présentées de nombreuses trouvailles intéressantes. Parmi eux se trouvent des cercueils en bronze, des statues, des plaques en terre cuite, des bijoux, des pièces de monnaie, des stupas de culte en relief portant des inscriptions bouddhistes et bien plus encore, découverts à la suite de fouilles archéologiques.Chaque année, des milliers de touristes se rendent au monastère de Salban Vihara, désireux de profiter de la majesté de ce lieu unique.

Adresse

Moinamoti, Comilla, Bangladesh.

Monastère de Somapuri Vihara

Somapuri Vihara - l'un des bâtiments les plus grands et les plus impressionnants non seulement au Bangladesh, mais dans toute l'Asie du Sud. Construit au 8ème siècle, il était autrefois le plus grand monastère bouddhiste au sud de l’Himalaya.

Informations générales

Aujourd'hui, Somapuri Vihara est l'un des sites archéologiques les plus impressionnants. Le complexe couvre plus de 11 hectares de terres. Malgré le fait qu'il soit dans un état de délabrement avancé, vous pouvez facilement imaginer le plan du complexe du temple, qui comprend un immense quadrilatère sur les côtés duquel se trouvent des cellules monastiques et à l'intérieur d'une cour intérieure.

Au centre de la cour se trouve un stupa géant d’une hauteur de 20 mètres, qui dépasse sensiblement les autres bâtiments. Les murs du monastère sont décorés de bas-reliefs en terre cuite. Le musée, situé à proximité du complexe, abrite actuellement tous les articles de maison des moines bouddhistes.

Les touristes

Le coût de la visite avec un guide russophone est estimé à 75 USD par personne (pour un groupe de 2 personnes).

Regarde la vidéo: Bangladesh : dans le bordel de Daulatdia. ARTE Reportage (Mars 2020).

Loading...

Catégories Populaires