Azerbaïdjan

Azerbaïdjan

Profil de pays: Drapeau de l'AzerbaïdjanArmoiries de l'AzerbaïdjanHymne national de l'AzerbaïdjanDate de l'indépendance: 28 mai 1918 Langue officielle: Gouvernement azerbaïdjanais Forme: République présidentielle Territoire: 86 600 km² (112ème dans le monde) Population: 9 911 646 personnes. (91e au monde) Capitale: Bakou Monnaie: Manat azerbaïdjanais (AZM) Fuseau horaire: UTC + 4 Plus grandes villes: Bakou, Ganja, Sumgait, Mingechaur, KhirdalanVP: 175 milliards de dollars (72e au monde). Domaine Internet: .az Code téléphonique: .az +994

Azerbaïdjan - un pays étonnant de contradictions et de contrastes, la connexion d'anciens empires. La capitale de Bakou est une ville très intéressante, qui combine les bâtiments d’architecture moderne avec les plus anciens monuments culturels. Le contraste de l’Azerbaïdjan ne s’exprime pas uniquement dans ce pays. Après avoir quitté Bakou, vous ne verrez qu’en 3 heures un monde complètement différent: le monde des villages avec ses traditions séculaires.

Faits saillants

L'Azerbaïdjan est un pays de créativité et de fantaisie. L'industrie du tourisme en est à ses balbutiements. Il existe de nombreuses zones de loisirs rurales principalement desservies par la population locale. Dans ces endroits, vous voulez penser ou passer des vacances tranquilles en famille.

L'Azerbaïdjan est un pays du sud-est du Caucase. Pays voisins: la Russie au nord, au nord-ouest de la Géorgie, à l'ouest - l'Arménie, au sud-ouest avec la Turquie, au sud - avec l'Iran. L'Azerbaïdjan est baigné par la mer Caspienne.

L’Azerbaïdjan peut à juste titre être qualifié de pays unique. Plus de 70 nationalités différentes vivent sur son territoire.

C'est ici que le premier puits de pétrole au monde a été foré. C'est ici qu'en 1926, le premier train fut lancé et que le nombre de volcans de boue est d'environ 350 (il en existe 800 dans le monde).

L'Azerbaïdjan est un pays enchanteur, un pays riche en histoire, doté de temples et de palais inoubliables, un pays d'hospitalité caucasienne et d'épices aromatiques, de montagnes inaccessibles et d'une mer chaude.

Nature de l'Azerbaïdjan

Les conditions naturelles sont extrêmement diverses: des régions subtropicales humides des basses terres de Lenkoran aux hautes montagnes enneigées du Caucase. Environ la moitié du territoire est occupée par des montagnes: au nord - les chaînes du Grand Caucase (le mont Bazardyuzu culmine à 4466 m), au sud-ouest - les crêtes du Petit Caucase (montagne Gymysh, 3 724 m), au sud-est - les monts Talysh (2492 m d'altitude) ), séparés de la mer par la plaine de Lenkoran.

Le climat est transitoire de tempéré à subtropical, au sud - subtropical, à la montagne - zone de haute altitude. La température moyenne en janvier varie de 0 à 3 ° C en plaine, de 3 à -10 ° C en montagne. En été, la température moyenne est de 25 ° C en plaine et de 5 ° C en montagne. Les précipitations tombent de 200 mm dans les contreforts à 1 400 mm dans les montagnes et dans les basses terres de Lankaran. Les principales rivières sont la Kura et les Araks.

Le monde animal est diversifié, plus de 12 000 espèces d’animaux vivent en Azerbaïdjan, dont environ 10 000 sont des invertébrés. Le royaume des oiseaux est particulièrement riche et diversifié. Afin de préserver les paysages d'origine, plusieurs réserves ont été créées, parmi lesquelles les plus grandes sont Kyzylagachsky, Zakatalsky et Shirvan. Les cerfs nobles et tachetés, chamois, gazelle, chèvre bezoar, mouflon sont particulièrement protégés. Les stations balnéologiques sont situées dans plusieurs régions d’Azerbaïdjan, y compris la clinique Naftalan sur la base du naphtalane minéral unique.

Les curiosités

Il est difficile de dire combien d'endroits en Azerbaïdjan il serait intéressant de visiter tous les voyageurs passionnés.Il y en a des milliers! La plupart des monuments historiques et culturels les plus mémorables sont concentrés dans la capitale du pays, Bakou:

  • étonnante vieille tour de jeune fille (sa hauteur est de 29,5 m);
  • la soi-disant "Acropole de Bakou";
  • Le Shirvanshahs Palace;
  • nombreuses mosquées;
  • Complexe de Torgovy (datant des XVIe et XVIIe siècles.);
  • bains célèbres;
  • Musée du tapis azerbaïdjanais;
  • nombreux bâtiments uniques du XIXe siècle.

La capitale est particulièrement attrayante lors des célébrations du Ramadan-Bayram (le 9 février), de Novruz-Bayram (les 20 et 21 mars) et de Gurban-Bayram (le 18 avril), lors desquelles se déroulent de nombreux événements festifs.

Une visite intéressante dans la capitale historique de l’Albanie du Caucase - Gabala. Voici l'ancienne mosquée de la ville, les châteaux de Sary-Tepe (Ve-IVe siècles avant JC.) Et Ajinne-Tepe (Xe-IXe siècles avant JC), les mausolées des cheikhs de Badreddin et de Mansour (XVe siècle).

Dans les montagnes Beyukdash, Kichikdash, Dzhingirdag, Shongardag et Shykhgayyami, nous trouvons des preuves de l'histoire du peuple azerbaïdjanais - gravures rupestres, traces des sites de l'ancien homme, pierres tombales et lieux de sépulture.

Certaines des plus anciennes villes de Transcaucasie - Nakhichevan et Kabala ont un charme particulier.

L'univers animal et végétal unique de la Transcaucasie est protégé par les plus grandes réserves: Zakatalsky, Girkansky, Kyzylagachsky, Shirvan. Ils contiennent environ quatre mille espèces de plantes et d'animaux.

Le logement

L'Azerbaïdjan est célèbre pour son hospitalité hospitalière. L’hôtellerie est encore très jeune, mais malgré cela, environ 300 hôtels de différentes classes et de tout confort acceptent les touristes du monde entier.

Les plus grands hôtels sont situés dans les grandes villes. L'un des meilleurs en Azerbaïdjan, Kempinski Badamar, se trouve à Bakou. L'hôtel est célèbre pour ses intérieurs extraordinaires et son haut niveau de service. Il propose aux voyageurs des restaurants, des bars, des salles de séminaires, des piscines ouvertes 24h / 24 et des gymnases.

Par exemple, une chambre double dans un hôtel 4 étoiles à Bakou coûtera entre 200 et 1 000 dollars par jour. Il est préférable de réserver à l’avance dans les hôtels, il est possible de réserver en ligne.

Ceux qui n'aiment pas le repos à l'hôtel peuvent louer un appartement dont le coût dépendra du nombre de chambres, de la disposition et de l'emplacement. Ainsi, un appartement de deux pièces à Bakou coûtera environ 60 dollars par jour.

Cuisine nationale

La spécificité de la cuisine azerbaïdjanaise est déterminée par la nature généreuse de l’Azerbaïdjan, qui fournit des légumes et des fruits presque toute l’année, ainsi que par l’originalité des plats, des ustensiles et des foyers de cuisine (tandir, kyulfa). Parmi les produits de panification, les Azerbaïdjanais préfèrent le churek oblong et le pain pita (gâteaux minces et plats) - pain cuit dans le tandir. Des plats azerbaïdjanais comme le dolma, le plov, le khash, le bozbash, l'arishta sont bien connus des autres peuples caucasiens. Une dolma (viande hachée avec du riz dans les raisins, moins souvent dans des feuilles de chou ou de coing) connaît environ 30 espèces. Le plov est l'un des plats les plus célèbres et traditionnels. Il est consommé avec divers assaisonnements de viande, poisson, légumes et fruits. Les plats de viande sont remplis de châtaignes, d'abricots secs, de raisins secs et de légumes verts. Les aubergines, les tomates, les poivrons et les pommes sont également farcis d'agneau. Dans le nord-ouest de la république, ils aiment le khingal - une farine farcie de viande, d'oignons frits et de kurut - du lait caillé séché.

Divertissement et loisirs

En Azerbaïdjan, chaque vacancier trouvera des divertissements à votre goût.

En été, le divertissement marin le plus populaire. Sur la côte de la mer Caspienne, vous pouvez non seulement bronzer, mais aussi pêcher, faire de la voile, faire du surf. L'une des meilleures stations balnéaires - "Amburan" - est située sur la péninsule d'Absheron. Il a tout ce dont vous avez besoin pour des vacances. Frais d'entrée: 13-23 $ (selon le jour de la semaine).

Pas moins important est le divertissement culturel. La tour de la jeune fille, la réserve de Gala, les sites touristiques de la «vieille ville» de Bakou, Gobustan, le palais de Shervanshah - tout cela contribuera à plonger dans la culture locale.

Il existe de nombreux cinémas dans le pays, le plus populaire étant "Azerbaïdjan", situé à Bakou.

Les admirateurs du théâtre peuvent apprécier le magnifique jeu d'acteurs dans le théâtre d'opéra et de ballet, dans le théâtre du jeune spectateur, ainsi que dans le théâtre de touristes le plus populaire "Théâtre russe". Tous sont situés dans la rue Torgovaya à Bakou.

Les amateurs de fêtes bruyantes ne s'ennuieront pas non plus. Il existe de nombreux cafés, restaurants et discothèques dans le pays.

Si vous visitez l'Azerbaïdjan au printemps, vous pourrez profiter du festival coloré de Novruz-Bayram. Il est dédié à l’arrivée du printemps et se tient à la fin de l’hiver et au début du printemps. Pendant quatre semaines, vous pourrez participer régulièrement à des processions festives et déguster une cuisine nationale. Et en avril, Gurban Bayram est organisé.

Les achats

Le commerce en Azerbaïdjan est absolument traditionnel. Cependant, le shopping à l'Est est un peu différent de l'Europe.

Le centre commercial est Bakou, ce sont les plus grands centres commerciaux du pays: la place Af kom, le Af sentr, le parc Bulvar Bakou, etc. Mais les prix des biens dans la capitale sont les plus élevés.

La plupart des magasins sont ouverts de 9h à 19h-20h, dans le centre-ville - jusqu'à tard le soir. Sur les marchés et les foires, les prix sont les plus bas et la négociation est appropriée ici. Mais attention, les Azerbaïdjanais sont des artisans habiles à négocier et, très probablement, la victoire leur reviendra.

De la soie azerbaïdjanaise, des souvenirs en céramique et divers objets d'artisanat peuvent être achetés dans la rue Torgovaya, dans la "vieille ville" de Bakou. Assurez-vous de visiter le célèbre Sharg Bazary - un immense marché couvert. À Nardaran (banlieue de Bakou), vous trouverez un centre de tissage de tapis, où vous pourrez acheter des tapis de haute qualité et bon marché. Il est impossible de venir d'Azerbaïdjan et de ne pas apporter de backgammon. Les habitants jouent souvent ce jeu dans les rues de la ville.

En ce qui concerne le paiement, il est préférable d’emporter des espèces, car certains magasins (en particulier dans les grands centres commerciaux) acceptent les cartes de crédit, en dollars américains.

Transport

Il y a d'excellentes routes en Azerbaïdjan qui empruntent un pur plaisir.

Entre villes et villages, il est plus pratique de voyager en bus et en navette. Le prix d'un billet pour un minibus, par exemple de Bakou à Zagatala, sera de 10 $.

Dans la capitale, le moyen le plus rapide est de voyager en métro. Son architecture et son design vous plairont, mais la photographie à l'intérieur est malheureusement interdite. Le coût d'un billet dans le métro - 0,4 $.

Vous serez surpris par un taxi à Bakou. Les habitants les appellent des aubergines et ressemblent à des taxis anglais violets. Un trajet en taxi dans la ville vous coûtera en moyenne 6 à 8 dollars. Dans les provinces, il s'agira probablement du «Zhiguli» soviétique avec un chauffeur coloré, et le tarif sera contractuel (mais environ un tiers moins cher qu'à Bakou).

Il est également possible de louer une voiture. Les bureaux de représentation des agences de location sont situés directement à l’aéroport de Bakou. Le coût de la location d'une bonne voiture sera d'environ 50 $ par jour.

Connexion

Pour les appels vers le territoire de l'Azerbaïdjan, il est plus opportun d'acheter une carte SIM auprès de l'un des opérateurs locaux: Azercell, Azerfon ou Baksel. La meilleure connexion est considérée comme provenant de Azersel. Les prix des services pour tous les opérateurs sont à peu près les mêmes. Une carte SIM coûte environ 5 à 7 dollars US et est réapprovisionnée au moyen de cartes téléphoniques de différentes dénominations. Les tarifs pour les appels et les messages dans le pays sont très rentables, tous les appels entrants sont totalement gratuits.

Il arrive souvent qu'en montagne la connexion soit mauvaise ou absente, il est donc préférable d'acheter deux cartes SIM d'opérateurs différents.

Si le téléphone est mort ou s'il n'y a aucune possibilité de reconstituer le solde, vous pouvez utiliser un publiphone. Vous pouvez facilement le reconnaître par son stand jaune vif. Dans les kiosques à journaux et les magasins, des cartes spéciales sont vendues pour être utilisées dans les téléphones payants.

La sécurité

Assure la sécurité et maintient l'ordre dans la police azerbaïdjanaise (Polis). Les officiers de police portent un uniforme bleu foncé, avec Polis écrit sur la poche gauche et au dos.

La police, les ambulances et les services d’urgence peuvent être appelés au numéro unique 112.

  • Police - 102
  • ambulance - 103
  • Ministère des pompiers des situations d'urgence - 101-112

L’Azerbaïdjan n’est pas un pays à forte criminalité, mais on trouve souvent des voleurs à la tire sur les marchés et dans les transports, de sorte que les précautions prises n’interfèrent pas.

Sur les routes du pays devrait être très prudent. De nombreux automobilistes et piétons violent souvent les règles de la route. Au lieu de phares, les conducteurs utilisent souvent des gestes et klaxonnent sans raison.

N'oubliez pas que l'Azerbaïdjan est un pays islamique et que tout ici est soumis aux traditions et aux coutumes de l'islam.

En Azerbaïdjan, les lieux de culte sont très respectueux. Par conséquent, lors de la visite de mosquées, mausolées, temples, les femmes doivent refuser les vêtements trop ouverts et trop serrés, les hommes ne doivent pas porter de shorts. Les habitants préfèrent les vêtements plutôt stricts de couleurs essentiellement sombres, mais les femmes accordent une attention accrue aux bijoux et aux accessoires. Dans le même temps, le port de vêtements de sport ou européens dans la vie quotidienne ne fait l'objet d'aucune restriction.

Les Azerbaïdjanais sont connus pour leur hospitalité, alors ne soyez pas surpris si le refus d'une invitation à la visite sera perçu comme une insulte personnelle.

Affaires

Un citoyen étranger n'a besoin de s'inscrire auprès de l'inspection des impôts que pour se lancer dans de petites entreprises en Azerbaïdjan.

Pour mener des activités liées aux produits pharmaceutiques, à la vente de divers métaux et huiles, ainsi qu’aux grandes et moyennes entreprises, vous devez obtenir une licence du Ministère de la justice de l’Azerbaïdjan.

Depuis 2008, le gouvernement azerbaïdjanais a introduit le principe du "guichet unique" pour l'enregistrement des entreprises et l'enregistrement des entrepreneurs. Ainsi, l'enregistrement de votre entreprise est devenu plus rapide et plus simple.

Immobilier

Selon la législation azerbaïdjanaise, les personnes physiques et morales étrangères ne sont pas autorisées à acheter des parcelles de terrain en propriété privée (uniquement pour les louer), mais elles peuvent acheter des biens immobiliers en quantités illimitées.

Un investissement rentable est l’achat d’un appartement dans un nouvel immeuble. De tels appartements à Bakou, par exemple, sont vendus entièrement finis. Le prix dépend de la disposition et de l'état du logement. Le prix moyen par mètre carré de 500 $. Dans la capitale, le prix au mètre carré atteint 1 300 dollars. Les citoyens plus aisés peuvent se permettre des appartements de luxe avec vue sur la mer, des appartements sur plusieurs niveaux.

Conseils touristiques

Les bureaux de change sont situés dans tout le pays, dans les grands supermarchés et les hôtels. Outre la monnaie nationale, les cartes de crédit et les dollars américains sont acceptés pour le paiement.

Les banques à Bakou travaillent de 9h00 à 21h30 à 17h30 (de nombreuses banques ferment en fin de soirée et les bureaux de change fonctionnent souvent 24h / 24). A la périphérie, les banques ferment généralement entre 17h00 et 17h30, et certaines ne travaillent avec les clients que jusqu'à l'heure du déjeuner.

Le coût de la commande comprend généralement les pourboires (5 à 10% de la facture totale). Mais s'il n'y a aucune mention de cela dans la facture, ajoutez 10% au montant total.

Un porteur dans un hôtel ou un aéroport peut recevoir un pourboire de 5 à 10 dollars. Il n'est pas accepté de donner un pourboire à un chauffeur de taxi, mais vous devez vous mettre d'accord à l'avance sur le tarif.

Afin de ne pas avoir de problèmes avec la police, ayez toujours votre passeport avec vous.

Information de visa

Aucun visa n'est requis pour entrer en Azerbaïdjan. Mais si le voyage dure plus de 90 jours, vous devez obtenir un certificat d’enregistrement au commissariat de police où vous habitez dans les trois jours suivant votre arrivée.

L'importation de devises étrangères n'est pas limitée, mais elle doit être déclarée. N'oubliez pas de sauvegarder la déclaration jusqu'au départ.

Économie

L’Azerbaïdjan est une vaste région de production de pétrole (9,1 millions de tonnes en 1996) et de gaz naturel (6,3 milliards de mètres cubes en 1996). Les principaux gisements sont situés sur la péninsule d’Apsheron, les basses terres de Kura-Araks et sur le plateau de la mer Caspienne. Centre de raffinage du pétrole - Bakou. Le minerai de fer et l'alunite (Dashkesan), les minerais de cuivre-molybdène et de plomb-zinc sont également extraits en Azerbaïdjan. Les usines métallurgiques sont situées dans les villes de Sumgait et Ganja. Les plus développés sont les industries de la conserve, du tabac, du thé et du vin.La principale région agricole du pays est la plaine Kura-Araks, où l'on cultive du blé, du coton, du tabac et, dans la plaine de Lenkoran, des raisins et des cultures subtropicales (grenade, figues et cognassiers). La sériciculture est également développée en Azerbaïdjan; Les métiers traditionnels demeurent: tissage de tapis, poterie.

Au début des années 2000, l’Azerbaïdjan était l’une des économies les plus dynamiques des pays de la CEI. En ce qui concerne le nombre d’investissements étrangers par habitant, l’Azerbaïdjan occupe une des premières places dans la CEI, mais le niveau de vie réel est bas et une partie substantielle des revenus de la population est constituée de fonds reçus de migrants originaires de Russie et d’autres pays de la CEI.

Histoire

L'histoire de l'Azerbaïdjan est enracinée dans les temps anciens. Déjà à partir de la première moitié du premier millénaire av. heu ici ont été formés les états: Media Atropatena, Albanie Caucasienne. Depuis l'Antiquité, ces terres ont été fortement influencées par le voisin du sud, la Perse (Iran), le territoire de l'Azerbaïdjan pendant des siècles faisant partie de la Perse. Après la conquête arabe au 7ème siècle, le terme Azerbaïdjan (arabe) ou Aderbadagan (persan) est utilisé. Dans le même temps, la propagation de l'islam a commencé. Aux 11-14 siècles, la population locale est tombée dans la turcisation à cause des invasions des Turcs Oguz, des Tatars et des Mongols. Aux 16-18 siècles, l’Azerbaïdjan fut l’objet de la lutte entre la Perse et l’Empire Ottoman. À partir du milieu du XVIIIe siècle, une douzaine et une douzaine de khanates féodaux (le plus important: les Cubains, les Chirvan, les Bakou, les Karabakh) se sont formés en Azerbaïdjan, subordonnés à la Perse. En 1813 et 1828, le nord de l'Azerbaïdjan fut annexé à la Russie. Il faisait partie du gouvernement du Caucase et comprenait les provinces de Bakou et d'Élizavetpol.

Après les révolutions de février et d'octobre 1918, la République démocratique d'Azerbaïdjan a été proclamée avec le parti au pouvoir, Musavat. Le gouvernement Musavat dura jusqu'en avril 1920 et fut renversé par les troupes de la Russie soviétique. Le pouvoir soviétique a été établi sur le territoire de l'Azerbaïdjan et la République socialiste soviétique d'Azerbaïdjan (AzSSR) a été proclamée. En 1922, elle est devenue une partie de l'URSS faisant partie de la Fédération transcaucasienne et, depuis décembre 1936, directement en tant que république fédérée.

À la fin des années 1980, l’Azerbaïdjan est devenu l’un des lieux les plus en vogue sur le territoire de l’URSS, une arène de la haine ethnique. Les massacres de la population arménienne à Sumgait (1988) et à Bakou (janvier 1990) ont entraîné la fuite de 200 000 Arméniens du pays. Le Haut-Karabakh autonome, peuplé d'Arméniens, a fait sécession de l'Azerbaïdjan. Les opérations militaires ont commencé entre l’Azerbaïdjan et l’Arménie et ont duré plusieurs années. En août 1991, l'indépendance de la République d'Azerbaïdjan a été proclamée, mais cet État a été reconnu dans le monde entier après l'effondrement final de l'URSS. De mai 1990 à mars 1992, son ancien chef de parti, Ayaz Mutalibov, est devenu le premier président de l’Azerbaïdjan indépendant. En mars 1992, il a démissionné sous la pression du Front populaire, la force politique la plus influente d’Azerbaïdjan au début des années 90. En juin 1992, Abulfaz Elchibey a été élu président. L'effondrement de l'économie, la défaite dans la guerre avec les Arméniens ont rapidement discrédité le prestige du président et du Front populaire aux yeux de l'ensemble de la population. En juin 1993, une rébellion éclata dans l'armée. Maintenant Elchibey a démissionné. Le vide politique qui en a résulté a pu combler l'ancien dirigeant pérennisé de l'Azerbaïdjan soviétique, Heydar Aliyev. En réalité, il a refusé toute solution violente au problème du Karabakh et a concentré tous ses efforts sur la stabilisation de la situation politique et économique intérieure en Azerbaïdjan même. À cet égard, il a réussi à connaître un certain succès. Heydar Aliyev a réussi à renforcer son propre régime, ce qui lui a permis de transférer la présidence à son propre fils, Ilham Aliyev, à la fin de 2003.

L'Azerbaïdjan moderne est un État laïc. Dans la vie quotidienne, l'islam et les coutumes orientales occupent une valeur relativement réduite. Les traditions nationales les plus résilientes sont préservées dans la culture de la cuisine et du repas, dans les métiers traditionnels (tissage de tapis, poterie), la musique folklorique et les coutumes (le prix pour la mariée, la position subordonnée de la femme dans la famille).

Les monuments architecturaux les plus intéressants sont préservés dans les villes: Bakou - le complexe du palais des Shirvanshahs, la tour de la jeune fille; Barda - la plus ancienne ville, capitale de l'Azerbaïdjan médiéval (10-12 siècles); Shekakh - le palais des khans et la forteresse Gemsen-Geresin, Lenkoran - des monuments de l'Antiquité situés à proximité de la ville; Kube - une mosquée, une maison du khan, un bain de ville.

Les vacances en Azerbaïdjan sont les 1er janvier, 8 mars, 1, 9, 28 mai, 15, 26 juin, 18 octobre, 12, 17 novembre, 31 décembre et les jours de fêtes religieuses.

Calendrier des bas prix pour des vols vers Azerbaïdjan

Agjabedi - une ville d'Azerbaïdjan, centre administratif du district d'Agjabedi, compte plus de 100 000 habitants. La ville est située dans la plaine Kura-Araks, à 45 km de la gare d'Agdam. À Agjabedi, il y a une usine de beurre, une usine de réparation de voitures.

Histoire

Agjabedi est l'une des anciennes villes de la République d'Azerbaïdjan. La première mention en date de 1593. Agjabedi a été créé en tant que village en 1727 sous Shah Abbas Gizilbas. Mais au 18ème siècle, елelebi Boyad a tenté de capturer Agjabedi, mais n'a pas pu. En 1823, le village d’Agjabedi fut relié au village d’Helfaraddin, situé à proximité, et devint plus tard Agjabadi sous le nom d’Agjabedi Helfaraddin. Sous le règne soviétique en 1930, le nom est revenu et la ville est devenue un district et, en 1962, Agjabedi a reçu le statut de ville.

Ville de Bakou

Bakou (Bakı, Baki) - la capitale de l'Azerbaïdjan; une ville qui combine la dynamique de la vie moderne et la tradition d’une culture riche. On l'appelle autrement: "ville des vents", "Paris oriental" - et toutes ces caractéristiques seront correctes. Bakou est frappant par son contraste: les quartiers et les centres d’affaires les plus récents sont entrecoupés de quartiers historiques, et tout cela est saturé d’une saveur orientale unique. C’est pourquoi il fait de plus en plus l’objet de l’intérêt actif des touristes du monde entier.

Faits saillants

Contrastes du Bakou moderne

Quel est exactement le nom de la ville et que signifie-t-il - ces questions sont hantées par les toponimistes depuis plusieurs siècles. Selon une version, le mot "Bakou" est traduit de l'ancien dialecte par "la ville de Dieu". Cela est peut-être dû aux lumières qui accompagnent la combustion des fontaines à essence et à huile. Il y a aussi une hypothèse que le nom vient du "mauvais cube" persan - soufflé par le vent.

La ville est située sur la côte de la mer Caspienne au sud de la péninsule d'Absheron. Cet endroit a formé un climat tempéré à Bakou. En été, il fait chaud et sec. Le thermomètre peut atteindre + 27 ... + 30 ° C. Par conséquent, lorsque vous vous rendez à Bakou pendant la période des fêtes, vous devez vous munir de vêtements légers et d'un chapeau.

L'hiver à Bakou est assez chaud avec beaucoup de précipitations. Dans ce cas, la neige est tombée rarement plus de quelques jours. Se promener dans la ville est très romantique à cette époque: le scintillement des lumières dans une brume trouble crée un sentiment de célébration et de magie.

Salle des Cristaux de Bakou (Salle des Cristaux de Bakou) Matin dans le port de Bakou Centre Heydar Aliyev Tour de la jeune fille dans la vieille ville

Vues de Bakou

Tour de la jeune fille: La tour de la jeune fille est une ancienne forteresse située près de la partie côtière de la vieille ville d'Icheri Sheher ... Centre Heydar Aliyev: Le centre Heydar Aliyev est un chef-d'œuvre architectural futuriste, l'un des nouveaux symboles de l'Azerbaïdjan ... Salle de cristal de Bakou: Le centre de conférences de Bakou construit en 2012 spécialement pour ... Tous les sites de Bakou

La vieille ville - le coeur de Bakou

La capitale de l'Azerbaïdjan est célèbre pour son histoire et son vieux quartier - Icheri Sheher - porte encore l'empreinte du passé. C'est pourquoi on l'appelle souvent «l'Acropole de Bakou». En vous retrouvant dans cette région de Bakou, vous semblez être transporté à l'époque du Moyen Âge. Le temps semblait s'être arrêté ici, et cette impression ne fait que s'intensifier à la vue des marchands de tapis qui se sont installés au sol, des bains anciens qui ont survécu pendant plus d'un siècle, du luxueux ancien palais des Shirvanshah. Il existe également une carte de visite de la ville dont le cœur est la tour de la jeune fille, dont l'histoire est recouverte de légendes, ainsi que de nombreux autres monuments historiques.

Vieille ville de Bakou

Mer, soleil, sable

En arrivant à Bakou, vous ne pouvez pas manquer l’occasion de flâner sur le boulevard du bord de mer. Le long de celle-ci se trouvent des cafés agréables, qui disposent d'un verre de vin azerbaïdjanais et se reposent tranquillement.

Baku Quay Aqua Park Shikhov

Comme la chaleur du jour nous oblige à chercher des moyens de nous rafraîchir, de nombreuses personnes décident de nager dans la mer. Dans la zone portuaire, il vaut mieux refuser une telle idée car il existe des plages spécialement aménagées pour cela. Par exemple, Shikhovo (Aqua Park Shihov) est un complexe de divertissement complet, mais l'entrée est payante. Vous pouvez vous rendre à la plage en voiture ou en taxi n ° 20 depuis le parc S.Vurgun, n ° 193 depuis la station de métro "20 janvier", depuis le marché de Montinsky - 219 bus.

Aussi plages populaires Zagulba et Buzovna (7 bus de la station de métro "G. Garayev"), Pirshaghi (bus 179 et 173).

Vie culturelle de la capitale

Flame Tower - un symbole de Bakou du 21ème siècle

Une attention particulière des touristes mérite des musées et des théâtres à Bakou. Le théâtre dramatique azerbaïdjanais est une excellente illustration de la manière dont les cultures orientale et occidentale peuvent s'entrelacer harmonieusement. Ici, vous pourrez profiter de spectacles basés sur les œuvres d'écrivains nationaux et de classiques du monde.

En longeant la place Fontannaya, on ne peut s'empêcher de remarquer le magnifique bâtiment du musée de la littérature azerbaïdjanaise nommé d'après Nizami Ganjavi. Une fois que cet endroit était situé caravanserai. Plus de 25 000 objets exposés, y compris des manuscrits anciens, des mémoires, des sculptures et des peintures, des illustrations des œuvres - tout cela peut être vu en commandant une visite.

Le Museum of Art est le lieu où sont rassemblées les œuvres des plus grands artistes, sculpteurs, maîtres du verre et du métal. Des peintures italiennes, russes, azerbaïdjanaises, des tapis de différentes régions du pays, une collection de monnaies anciennes, des monuments historiques anciens ne sont qu'une petite partie de ce que l'on peut voir dans ses salles.

Bakou abrite un musée du tapis unique en son genre. Son bâtiment ne peut être confondu avec aucun autre, car il se présente sous la forme d'un rouleau enroulé d'un produit de tapis traditionnel. Au cours de la visite, vous pourrez en apprendre davantage sur l'histoire du tissage dans le pays, voir les plus anciens échantillons survivants datant du 17ème siècle, comparer les produits de différentes régions de l'Azerbaïdjan.

Musée d'art contemporain de Bakou Théâtre du théâtre azerbaïdjanais Tapis azerbaïdjanais

Vie nocturne

Malgré l’afflux important de jeunes et de touristes étrangers, la vie nocturne de Bakou n’est pas aussi active que dans les capitales européennes. Cela est principalement dû au conservatisme de la population locale. Mais malgré cela, il y a des endroits dans la ville où vous pourrez passer un bon moment. Tout d’abord, c’est la discothèque Pacific, le "Club 360" au Hilton, le bar "William Shakespeare" et bien d’autres.

En parcourant la ville la nuit, vous devez absolument monter sur la terrasse d'observation, située dans le parc de montagne. De là, tout Bakou, rempli de lumières, est clairement visible: tours flamboyantes, mosquée Shakhidlyar, quartier gouvernemental, boulevard Primorsky, port de Bakou et bien plus encore. Cela devrait certainement revenir dans l'après-midi.

Pétroglyphes de Bakou Gobustan de nuit

Peintures rupestres

À une heure de la ville, vous trouverez un musée à ciel ouvert unique, Kobystan (Gobustan). Sur les murs des grottes naturelles, des peintures rupestres d'anciens habitants, créées il y a environ dix mille ans, sont préservées.De leurs parcelles, vous pouvez apprendre le mode de vie de nos ancêtres, voir des animaux disparus. Il y a aussi des traces d'anciens sites et lieux de sépulture. Il n'est pas difficile d'arriver ici en voiture de location ou en taxi depuis la colonie d'Alat (les bus s'y rendent depuis Bakou).

Où se loger à Bakou

Hôtel Hilton

La ville accueille avec hospitalité ses clients et offre un grand choix d'hôtels. En règle générale, il s’agit de lieux à quatre ou cinq étoiles, où les clients trouveront un service de qualité au niveau européen et où les chambres émerveilleront par la richesse de leur décoration. Parmi les hôtels de luxe situés dans les quartiers centraux de Bakou, Hilton figure à juste titre en première position, Absheron Marriott, Park Inn et, bien sûr, le Four Seasons ne sont pas loin non plus.

Si les touristes viennent dans la ville pour se détendre sur la mer, la meilleure option serait Jumeirah Bilgah - elle est située sur la côte et possède sa propre plage.

Hôtel Jumeirah Bilgah depuis le Four Seasons Hotel Baku

Les jeunes entreprises qui souhaitent économiser de l'argent et choisir des auberges de jeunesse ou des hôtels à bas prix feront face à des difficultés - il n'y a pas beaucoup d'options budgétaires: Auberge Baku Old City, Hôtel Baku Palace Hotel & Hostel, Guest House et Caspian Hostel. Beaucoup sont enclins à conclure qu’à Bakou il est plus rentable de louer un logement à la population locale. Cela peut être fait à l'avance en utilisant des ressources Internet (Airbnb, baku.travelrent.com, baku.sutochno.ru et autres) ou directement à la gare.


Transport urbain

Bakou étant une très grande ville, vous devez utiliser les transports en commun: trolleybus, taxis à trajet fixe ou métro. La vitesse n’est pas égale à celle du métro, elle est donc souvent choisie par les habitants. La ligne rouge commence à Icari Sahar et se termine au sud de la ville (gare Hazi Aslanov). La ligne verte part de Nasimi et le dernier arrêt est Xatai. Pour voyager dans le métro, vous devez acheter une carte d'où des fonds sont retirés. Un voyage ne coûte que 5 gyapik, et la carte peut être achetée pour 2 manats. Pour les touristes qui viennent dans la ville pour quelques jours, cette option ne sera pas très rentable pour eux, il est préférable de choisir le transport terrestre. Le tarif ici est payé au conducteur, qui non seulement maintient l’ordre dans la cabine, mais joue également le rôle de contrôleur de la circulation.

Taxi à Bakou Métro Bakou

En décidant d’éviter l’encombrement et de choisir un taxi pour vous déplacer dans la ville, vous devez être préparé au fait que vous devrez vous mettre d’accord sur le prix à l’avance. Les automobilistes utilisent rarement des compteurs et il n’existe pas de tarif fixe en raison de la mentalité particulière des Azerbaïdjanais.

Question d'argent

La monnaie nationale de l'Azerbaïdjan est le manat. Au prix coûtant, il est presque égal au dollar américain. Les petites pièces sont appelées gyapik. Vous pouvez acheter de l'argent local dans n'importe quelle banque ou point de change situé presque à chaque étape. Les touristes, qui ont l'habitude de payer avec des cartes bancaires, peuvent se retrouver dans une situation difficile, l'argent étant généralement utilisé partout. La capacité de négocier et la connaissance de la psychologie sont ce qui fera le succès des achats sur le marché, car ici, on peut rarement voir les étiquettes de prix sur les produits.

Baku Embankment Fountain Square à Bakou

Quoi apporter comme souvenir

Afin de faire plaisir à leurs proches, les vacanciers essaient de leur apporter de Bakou quelque chose qui sera rempli de saveurs locales. Parmi les souvenirs, il y a les tapis. La capitale de l'Azerbaïdjan est réputée pour ses maîtres du tissage de tapis. Les produits doux et lumineux des artisans locaux émerveillent par la beauté et la richesse des motifs. Vous pouvez les acheter sur le marché principal de la ville. Il n’est pas nécessaire d’acheter de grands tapis, ce qui sera alors problématique à ramener à la maison. Vous pouvez vous limiter à un petit modèle qui contribuera à transmettre l’atmosphère de l’Est et à vous rappeler le voyage.

Souvenirs dans la vieille ville Des melons mûrs vont au marché

Les verres colorés Armuda en forme de poire sont les plats traditionnels de l'Azerbaïdjan, à partir desquels ils boivent du thé.Ils peuvent être en cristal ou peints, alors que les produits faits à la main sont assez chers. Vous pouvez les acheter dans n'importe quel magasin de souvenirs ou sur le marché. Inclus également la peine d'acheter du thé. Les mélanges d’herbe de ferme sont populaires auprès des touristes. Ils possèdent un arôme inégalé, un goût riche et un effet bénéfique sur le corps.

Rue Nizami

Etant donné qu'aucune partie de thé ne peut se passer de friandises et de souvenirs, vous devez faire attention au mets national de Bakou - confiture de cerises jaunes.

Lorsque vous choisissez un cadeau pour une femme, pensez à acheter une nappe ou un foulard avec un motif de botte. Ce motif, qui symbolise les flammes, est omniprésent et rend les produits très élégants. En outre, vous pouvez essayer kyurdyu - la veste sans manches traditionnelle, ou des chaussures ornées aux orteils pointus - Charyk.

Ce qu'il faut savoir sur le touriste

En Azerbaïdjan, ouvert à tout ce qui est nouveau, mais très sensible aux questions de religion et de moralité. Rassemblés dans des endroits surpeuplés, il est préférable de choisir un vêtement modeste qui cache les jambes et les épaules. Cela s'applique aux femmes et aux hommes, car les Azerbaïdjanais n'approuveront pas si leurs filles voient des parties nues du corps d'étrangers.

Bakou a une grosse pénurie d'eau. Il est servi seulement deux fois par jour selon l'horaire. Par conséquent, si vous vivez dans un appartement et que vous ne voulez pas rater l’occasion de nager après une journée bien remplie, il est conseillé de clarifier immédiatement cette nuance avec les habitants. Pour les clients de l’hôtel, le problème n’est pas aussi grave, car les institutions se soucient du confort de leurs clients. Etant donné qu’en été, la chaleur est insupportable et les ruelles ombragées où vous pouvez vous cacher du soleil, très peu, ayant décidé de vous promener, vous devriez emporter de l’eau avec vous.

Dans la vieille ville

La rigidité et la retenue devraient être laissées à l'Angleterre. La communication pour les Azerbaïdjanais, ainsi que pour tous les peuples de l'Est, implique un contact tactile. Bien entendu, cela ne concerne que la moitié masculine de la population. Lorsque vous communiquez avec les résidents locaux, il vaut la peine de vous préparer à ce qu’ils vous embrassent lorsqu’ils vous rencontrent et qu’au cours de la conversation, vous serez touché à l’épaule ou au dos de manière amicale. Ainsi, un tel concept d'espace personnel est pratiquement absent ici.

Les personnes âgées honorent partout. Dans les transports en commun, il est d'usage de laisser la place à des personnes âgées et les piétons avec des sacs lourds ne seront pas laissés sans aide. Si vous ne respectez pas ces règles, vous trouverez peut-être qu'il est impoli et grossier.

Sculpture d'une femme sur la place de la fontaine Petite Venise à Bakou

Comment se rendre à Bakou

Le moyen le plus pratique de se rendre dans la capitale de l'Azerbaïdjan est l'avion. Il y a deux vols au départ de Domodedovo, y compris Aeroflot, et quatre vols au départ de Sheremetyevo. De Saint-Pétersbourg, il n'y a qu'un vol direct deux fois par semaine. Les prix varient de 8 à 13,7 milliers de roubles. Pour économiser un peu, il est conseillé de réserver vos billets à l’avance.

De plus, vous pouvez choisir de voyager en train, mais vous devez être prêt à prendre environ 56 heures. Depuis la gare de Moscou-Koursk, le train part le samedi à 20h25. Une option plus pratique - départ de Rostov-sur-le-Don - les mardis et samedis. Juste un jour et demi sur la route - et vous êtes à la gare principale de Bakou. Dans le même temps, à la fin du voyage, grâce à la célèbre hospitalité orientale, tous les passagers de la voiture deviennent, sinon les meilleurs amis, des connaissances indéniables.

Calendrier des bas prix pour des vols vers Bakou

Tours de flammes

Tours de flammes - Les bâtiments les plus hauts d’Azerbaïdjan, situés à Bakou. Ses tours d'apparence ressemblent à des flammes.

Informations générales

Les tours de flammes sont trois immeubles de grande hauteur, qui ressemblent à une voile, à une langue de flamme. La hauteur de ces roseaux est de 190, 160 et 140 mètres respectivement. C'est-à-dire que chacun est plus haut vingt-trente mètres que le précédent.

Il convient également de noter que ces trois bâtiments sont les bâtiments les plus hauts d’Azerbaïdjan.

Une vue particulièrement belle sur les tours à flammes s'ouvre la nuit, lorsque seule la lumière de la lune éclaire la terre et que le ciel est rempli d'étoiles. Dans le noir, trois bâtiments deviennent soi-disant en vie! Le jeu de couleurs et de lumière fascine et fait oublier tous les problèmes. Parfois, pendant un spectacle de lumières, il semble vraiment que les trois bâtiments sont de véritables langues de flammes.

Construction des tours à flammes à Bakou

La construction de bâtiments à Bakou a commencé en 2007. Plus tôt sur le site des tours de feu existantes se trouvait l'hôtel "Moscou".

Déjà en 2012, les bâtiments les plus hauts de Bakou et de tout l'Azerbaïdjan sont apparus devant les habitants et les touristes dans toute leur splendeur. Le projet, développé par le bureau américain du CNO, n’a pas été un succès. Il fut l'un des projets les plus réussis de l'histoire. Et l'idée n'est pas venue par hasard: l'histoire de l'Azerbaïdjan a été utile ici.

Les bureaux sont situés dans le premier bâtiment, le second est un immeuble résidentiel et le troisième est un hôtel cinq étoiles Fairmont Baku, composé de trois cent quarante-sept chambres.

Architecture des tours de flammes à Bakou

Les tours à incendie sont des bâtiments uniques et inhabituels par leur essence et leur idée. Ils offrent non seulement un plaisir esthétique, mais racontent également l'histoire du pays.

L'architecture des tours à flammes est inhabituelle et intéressante, ne serait-ce que parce que c'est un symbole à la fois de Bakou et de l'Azerbaïdjan. Et pas seulement parce que la forme est très crédible et ressemble aux langues ardentes. Si vous regardez le complexe des tours de flammes à vol d'oiseau, vous constaterez une similitude avec l'emblème de l'Azerbaïdjan.

En résumé, nous pouvons dire que la Tour de la Flamme n’est pas seulement un objet insolite et unique, mais aussi un lieu chargé d’histoire et de signification pour tous, peu importe qui s’intéresse aux coins inhabituels du monde.

Faits intéressants

  • Selon Skyscrapercity.com, un forum influent sur la planification urbaine, allumer les tours à flammes a été reconnu comme le meilleur au monde. Les tours elles-mêmes sont entièrement recouvertes d’écrans à LED qui affichent le mouvement du feu, visible depuis les points les plus éloignés de la ville. L'effet des torches géantes est créé de manière visuelle, ce qui met l'accent sur l'idée principale des tours, qui porte leur nom - "Fire Towers".
  • La construction du bâtiment a été traitée dans l'une des versions du programme Build It Bigger sur Discovery and Science Channel.

Tour de la jeune fille (Gyz Galasy)

Tour de la jeune fille - une ancienne forteresse située près de la partie côtière de la vieille ville d’Icheri Sheher. C'est l'une des composantes les plus importantes de la "façade" balnéaire de Bakou. Son arsenal sévère se lève dans la partie côtière de la ville féodale - Forteresse ou Icheri Sheher. La tour se dresse sur un rocher, partiellement revêtue de pierre taillée et protégée par un mur de forteresse avec un système de grandes saillies semi-circulaires qui s’étendent du pied presque au sommet. Depuis 1964, la tour de la jeune fille a ouvert ses portes en tant que musée et, en 2000, elle est inscrite sur la liste du patrimoine mondial de l'UNESCO.

Informations générales

La tour de la jeune fille attire l'attention des voyageurs par sa taille, l'originalité de la composition volume-espace et l'interprétation inhabituelle de ses façades. Mais cette structure mystérieuse n’intéresse pas que les voyageurs: des chercheurs et des artistes ont consacré de nombreuses discussions à la tour de la jeune fille. Poèmes et chansons ont été composés et composés d'elle, dépeints par des artistes et des photographes.

En 1924, des cinématographes azerbaïdjanais ont tourné un film utilisant des scènes de légendes anciennes.

En 1940, le chorégraphe Afrasiyab Badalbeyli organisa un ballet, le premier en Azerbaïdjan.

Depuis 2010, afin de populariser la Maiden Tower, le festival d'art international Maiden Tower a été organisé, au cours duquel des artistes de différents pays ornent les modèles de tour.

La première tour est dédiée aux timbres de l'URSS et de l'Azerbaïdjan.

Structure de la tour

La tour elle-même est un cylindre de pierre d'un diamètre de 16,5 mètres et d'une hauteur de 28 mètres. L'épaisseur des murs, revêtus de calcaire gris local, est de cinq mètres à la base et de quatre mètres au sommet. Le côté est de la tour a un rebord dont le but est toujours en discussion.

À l'intérieur, la tour est divisée en huit étages sur lesquels plus de deux cent personnes peuvent se cacher simultanément. Chacun de ces niveaux possède un dôme en pierre qui chevauche le niveau.

Chaque dôme a une ouverture circulaire et la lumière pénètre à l'intérieur par de petites ouvertures similaires à des meurtrières qui s'élargissent vers l'intérieur. Pour la communication entre les niveaux utilisé escalier en colimaçon en pierre, posé dans l'épaisseur du mur.

Comme dans d'autres tours similaires, les premier et deuxième niveaux communiquaient entre eux à l'aide d'une échelle ou d'une échelle de corde, qui était retirée en cas de danger.

L'épaisseur des murs de la tour contient des niches spéciales à travers lesquelles un tuyau de poterie a été posé, ayant un diamètre de 30 cm.

En outre, la tour a son propre puits avec une profondeur d'environ 21 mètres. Il était percé dans le roc jusqu'aux aquifères du troisième étage. A cette époque, l'eau était fraîche et propre.

Légendes de la tour de la jeune fille

Il y a beaucoup de légendes et d'histoires autour de la tour de la jeune fille. Bien sûr, beaucoup d’entre eux tournent autour du mot "Deva".

L'histoire la plus populaire parle du Shah, qui aimait sa propre nuit. Il décida de l'épouser, mais la jeune fille essaya de se sauver d'un destin similaire: elle demanda à son père de construire une tour et d'attendre l'achèvement des travaux. Lorsque la tour fut achevée, le shah ne changea pas d'avis, alors la jeune fille grimpa jusqu'au sommet de la tour et se jeta à la mer. La pierre, à propos de laquelle elle aurait brisé, porte depuis le nom de "pierre vierge": des jeunes filles mariées lui ont apporté des fleurs.

Il existe également une légende selon laquelle c'est près de cette tour que Saint-Barthélemy, l'un des apôtres de Jésus, a été exécuté. Il prêchait le christianisme parmi les tribus païennes locales, mais son enseignement était perçu négativement et rejeté. Les fouilles de la tour de la jeune fille ont également révélé les vestiges d'un temple antique. Certains chercheurs estiment que cette basilique, construite sur le site de la mort de l'apôtre Bartholomé.

Versions de l'origine de la tour de la jeune fille

Il existe des versions assez scientifiques de son origine.

L’un d’eux explique que la tour de la jeune fille n’a pas été construite à sa guise, mais dans un endroit spécial que l’on peut comparer aux points d’acupuncture situés sur le corps d’une personne. Cet endroit a un lien avec les constantes astronomiques. On pense que cela affecte le champ biologique de la Terre, comme les pyramides égyptiennes.

Dans les photos d'artistes photographiques contemporains dans l'obscurité de la nuit, la tour illuminée ressemble à un fabuleux phare émettant une lumière particulière.

L'expression commune "la huitième merveille du monde" peut être entièrement attribuée à cette structure. Il y a toujours des gens avec des capacités extrasensorielles du monde entier.

Lorsque le groupe bioénergétique de Moscou est arrivé à la tour pour étudier le biofield, leur équipement est tombé en panne. Avec la bioénergétique dans la tour depuis plus d'un mois, un groupe de personnes a accepté de participer à l'expérience. Les résultats ont sidéré tout le monde: tous ceux qui ont participé à l'expérience se sentaient beaucoup mieux qu'avant de visiter la tour.

Dans les photos d'artistes photographiques contemporains dans l'obscurité de la nuit, la tour illuminée ressemble à un fabuleux phare émettant une lumière particulière.

L'expression commune "la huitième merveille du monde" peut être entièrement attribuée à cette structure. Il y a toujours des gens avec des capacités extrasensorielles du monde entier.

Lorsque le groupe bioénergétique de Moscou est arrivé à la tour pour étudier le biofield, leur équipement est tombé en panne. Avec la bioénergétique dans la tour depuis plus d'un mois, un groupe de personnes a accepté de participer à l'expérience. Les résultats ont sidéré tout le monde: tous ceux qui ont participé à l'expérience se sentaient beaucoup mieux qu'avant de visiter la tour.

Initialement, il n'y avait ni cloisons ni marches à l'intérieur de la tour. Ils ont été fabriqués lors de la dernière restauration. Les médiums affirment que cela fait du mal au biofield.

De janvier 2013 à janvier 2014, la tour n'a pas accepté de visiteurs, car elle était fermée pour des raisons de conservation.Les travaux ont été réalisés par des experts azerbaïdjanais et étrangers. Ils étaient dirigés par Erich Pummer, un important restaurateur autrichien. Il a restauré plus de 400 objets architecturaux de la planète.

Aujourd'hui, les portes de la tour sont à nouveau ouvertes pour les résidents de Bakou et les invités de la ville. Dans la Maiden Tower, une nouvelle exposition d’expositions de musées. Depuis le pont d'observation situé en haut de la tour, vous pourrez admirer la beauté de Bakou.

Un panneau horizontal avec des images d'objets architecturaux de Bakou, visibles d'en haut, a été installé sur la terrasse d'observation.

Un code QR est également indiqué, ouvrant l'accès à la bonne page sur Internet aux propriétaires de tablettes et de smartphones, qui donne la description d'un monument sur le territoire de la tour et à proximité.

Pour les touristes - les collectionneurs de légendes orientales, la tour de la jeune fille est une véritable découverte. Il est peu probable que l'on trouve un lieu plus mystérieux à Bakou.

Où est la tour de la jeune fille

  • Neftchillar Pros, Bakou, Azerbaïdjan.
  • Vous pouvez prendre le métro jusqu'à la gare Icherisheher ou en bus jusqu'à l'arrêt Icherisheher.

Horaires d'ouverture et prix

  • Du lundi au samedi de 10h à 18h.
  • Dimanche est un jour de congé
  • Coût de la participation: 5 AZN.

Vieille ville de Bakou

Vieille ville de BakouIcheri Sheher est le principal quartier historique de la capitale de l'Azerbaïdjan, où se concentrent ses principales attractions. Ce site est entouré d'un majestueux mur de forteresse, préservant avec soin les monuments architecturaux uniques qui sont depuis longtemps devenus le patrimoine culturel le plus important de tout le pays. Le territoire d'Icheri-Shekhera compte 221 000 mètres carrés. m, où en plus de marcher dans les rues étroites des touristes vivent des familles ordinaires de gens du pays ordinaires. Tout ici est littéralement saturé d’esprit d’antiquité, et l’atmosphère qui règne correspond tout à fait au statut de cet endroit, comme si elle attirait de nombreux invités de la capitale azerbaïdjanaise avec un aimant.

En 1977, Icheri Sheher a été déclarée réserve historique et architecturale et en 2000, elle a été inscrite sur la liste du patrimoine mondial de l'UNESCO. Icheri Sheher a été le premier objet d'Azerbaïdjan à figurer sur la Liste du patrimoine mondial.

Emplacement

La réserve historique et architecturale Icheri Sheher est située sur le territoire du district de Sabail à Bakou, sur une colline basse, près de la mer Caspienne. Icheri-Shekher est entourée de murs de forteresse d'une hauteur de 8 à 10 mètres et d'une largeur de 3,5 mètres.

Icheri Sheher est situé du côté sud-est de la rue Istiglaliyat et du côté nord-ouest de l'avenue Neftyanikov, à l'est de la station de métro du même nom. Depuis l'est, la rue Aziz Aliyev jouxte la réserve et, dans la partie sud-ouest, un parc nommé d'après Vahid.

Les curiosités

Parmi les bâtiments les plus célèbres de la vieille ville sont complexe architectural unique du magnifique palais des Chirvan Shahs, attisé par les légendes romantiques de la tour de la Vierge, les portes de Chamakhi grandioses, bain Haji Gaibov et Aga Mick Khan Caravansérail XII siècle bâtiment, Mohammed Mosquée, la place, le complexe du palais de Bakou khans et également de nombreuses vieilles maisons, des tavernes accueillantes, où rien ne semble avoir changé depuis le Moyen Âge et des petites boutiques d'artisanat. Une attention particulière devrait être accordée à la rue où le héros Youri Nikouline s'est cassé la main dans le célèbre film soviétique. En général, c'est Icheri Sheher qui est le principal lieu de tournage de la "sortie" du cinéma soviétique. En plus de la "Main de diamant", des images telles que "Homme amphibien", "Téhéran-43", "Ne vous inquiétez pas, je suis avec vous."

La vieille ville est largement connue pour ses musées, dont le musée d'archéologie et d'ethnographie de la grande forteresse, la maison-musée de Vagif Mustafazada dans la rue du même nom, le musée des livres miniatures, la maison-musée de Camil Aliyev. Les hôtels locaux sont populaires auprès des clients de Bakou, bien que leur catégorie de prix soit légèrement supérieure à celle des autres quartiers de la capitale. Les rues d'Icheri-Shekher ressemblent à un labyrinthe sans fin, avec de nombreuses ruelles, cours et impasses, où il est assez facile de se perdre, comme le héros Andrei Mironov l'a fait dans la même main de diamant.Le charme de la vieille ville est si grand qu'il a inspiré à de nombreuses reprises les poètes et les artistes de l'Azerbaïdjan à de grandes créations.

En tant que touriste dominant du centre de Bakou, Icheri Sheher attire chaque année l’attention de milliers de clients. Il est aujourd’hui tout simplement impossible de présenter une visite à la capitale azerbaïdjanaise sans visiter cet endroit étonnant. Après tout, c’est ici que son histoire est concentrée, entourée d’énigmes et de légendes qui caractérisent l’image d’Icheri Sheher, si semblable à l’intrigue d’un ancien conte oriental.

Palais des Shirvanshahs

Palais des Shirvanshahs - L'ancienne résidence des souverains de Chirvan, située dans la capitale de l'Azerbaïdjan, Bakou. Le complexe de palais a été construit dans la période du XIII au XVI siècle. La construction du palais a été associée au transfert de la capitale de l'état des Shirvanshah de Shemakha à Bakou.

Informations générales

Malgré le fait que les principaux bâtiments de l'ensemble aient été construits à différentes époques, le complexe du palais produit une impression artistique complète. Les constructeurs de l'ensemble se sont appuyés sur les traditions séculaires de l'école d'architecture Shirvan-Absheron. Après avoir créé des volumes architecturaux cubiques et multidimensionnels clairs, ils ont décoré les murs avec un riche motif sculpté, ce qui indique que les créateurs du palais étaient très bons en maçonnerie. Grâce à la tradition et au goût artistique, chacun des architectes s’est inspiré de la conception architecturale de son prédécesseur pour la développer et l’enrichir de façon créative. Les constructions multi-temporelles sont liées à la fois par l'unité des échelles et par le rythme et la proportionnalité des principales formes architecturales - les volumes cubiques des bâtiments, des dômes et des portails.

En 1964, le complexe du palais a été déclaré réserve de musée et placé sous la protection de l'État. En 2000, un ensemble architectural et culturel unique, ainsi que la partie historique de la ville et la tour de la jeune fille entourée de fortifications, ont été inscrits sur la liste du patrimoine mondial de l'UNESCO. Le palais de Shirvanshah est aujourd'hui considéré comme l'une des perles de l'architecture azerbaïdjanaise.

Complexe du palais

Cet ensemble de palais a à plusieurs reprises attiré l'attention de divers chercheurs. C'est sûr à dire. que dans tout le pays, il n’existe aucun monument historique et culturel de ce type, qui s’engagerait avec tant d’enthousiasme dans un aussi grand nombre et dans une telle diversité de scientifiques. Le palais des Shirvanshah a été méticuleusement mesuré et dessiné plusieurs fois, introduit dans diverses publications scientifiques spéciales et populaires.

En réalité, le palais lui-même est un bâtiment à deux étages, de conception architecturale très simple. Apparemment, il s’agit du tout premier bâtiment de l’ensemble du palais.

L'ensemble supplémentaire comprend:

  • Bâtiment Divan Khan,
  • une tombe avec une salle de prière et un portail
  • mosquée à deux dômes
  • Mausolée de Seid Yahya Bakuvi,
  • puits souterrain (ovdan),
  • bains publics
  • Porte Est.

Le bâtiment Divan Khan a une salle octaédrique, sur cinq côtés de laquelle il est entouré par une galerie à arcades. La tombe a une forme rectangulaire et la salle de prière est cruciforme, tandis que le portail est très richement décoré.

La mosquée est décorée d'un élégant minaret et le mausolée est construit sous la forme d'une structure octaédrique.

Le matériau principal utilisé dans la construction du palais des Shirvanshahs est le calcaire d'Absheron. Il a une propriété très précieuse: après avoir taillé ce calcaire a une couleur blanc laiteux, mais au fil du temps, une très belle teinte ocre-dorée apparaît.

Des pierres de différentes tailles ont été utilisées pour aménager les murs du palais, mais les maîtres azerbaïdjanais du 15ème siècle étaient si minutieusement et habilement coupées qu'elles ne sont plus visibles aujourd'hui.

De plus, les rangées de pierres alternaient - parfois étroites, puis larges. En conséquence, un semblant d'un certain motif a été obtenu. Une partie des couches de calcaire était posée horizontalement et parfois verticalement.

Cette différence donnait également un effet de couleur très visible, car certaines pierres semblaient plus foncées que d'autres plus brillantes.

Palais des Shirvanshahs - témoin de nombreux événements historiques

Le palais des Shirvanshahs a pris sa place pendant plus d'un siècle et, bien sûr, a été témoin de nombreux événements historiques.

Baku a déjà été capturé par les Safavides et, en 1578, le palais est tombé aux mains des Turcs.

En 1723, Bakou est capturé par les troupes de Pierre Ier: les façades est et sud du bâtiment en souffrent.

Jusqu'au milieu du XIXe siècle, le palais des Shirvanshahs était presque en ruine jusqu'à son transfert à l'administration du département militaire russe en 1857. Il a effectué des réparations sur le palais. En même temps, il a été sensiblement reconstruit, ce qui a permis d'adapter les bâtiments du palais pour y stocker des armes et du matériel militaire.

Monument historique majestueux, le palais des Shirvanshah a subi de très graves dommages à la suite de cette restructuration.

Après 1917, le pouvoir des Soviets a été établi en Azerbaïdjan, puis il a été décidé de créer une commission pour la protection des monuments de la culture. Ainsi, à partir de 1932, les travaux de restauration de cette magnifique œuvre de l’Azerbaïdjan médiéval dans le palais des Shirvanshahs ont commencé.

Le palais des Shirvanshahs a reçu le statut de réserve de musée en 1964 et est immédiatement devenu protégé par l'État.

Au XVIe siècle, ce palais fut complètement dévasté et volé. Toutefois, cela n’empêche pas les touristes de le visiter comme l’un des principaux sites touristiques de Bakou. Après tout, il reste encore beaucoup de secrets médiévaux.

L'un d'eux est le Divankhane. Quel est ce bâtiment? Les scientifiques n'ont pas de réponse à cette question, il y a seulement une spéculation qu'il s'agit d'un ancien lieu de jugement. Ces suppositions sont basées sur ceci. Au-dessus d'une des entrées des salles du Divankhana, il y a une inscription, une citation de lignes tirées du Coran:

"Dieu a dit, louange et bénédiction soient sur lui; et Dieu appelle à la maison du monde et dirige vers le droit chemin qu'il veut. Ceux qui font le bien seront bons et dans l'excès: ni la poussière ni la honte ne couvrent leur visage, seront des habitants du paradis dans lequel ils seront pour toujours. "

Sur le territoire du palais se trouve un lieu merveilleux et sacré - le puits à lait. Dans le dialecte local - Syd-Kuyusi. Selon la légende, l'eau de ce puits pourrait renvoyer le lait à une mère qui allaite.

Maintenant, ce puits ressemble à une pièce ronde vide. Et il est dans la cour du Divankhana.

En 1939, l'un des bâtiments les plus intéressants du palais des Shirvanshah fut découvert: le bain du palais.

Les archéologues ont découvert que le bain consistait en vingt-six salles couvertes de dômes. Dans les dômes, il y avait des fenêtres qui donnaient l'éclairage nécessaire. Toute la salle de bain était divisée en deux salles principales plus grandes, qui étaient à leur tour divisées en murs de pylône plus petits.

Les pièces extérieures (appelées «chel» par la population locale) servaient de vestiaires et étaient chauffées à l’air chaud provenant des pièces intérieures («ichery» dans le dialecte local) destinées à la baignade.

À l'intérieur, il y avait aussi des réservoirs d'eau - séparés pour le chaud et le froid, ils étaient appelés «chauds». Le réservoir d'eau chaude avait son propre poêle, plus précisément la fournaise pour le chauffage continu de l'eau.

Ils chauffaient le bain non pas avec du bois, mais avec de l'huile blanche durcie, en introduisant de la vapeur chaude à travers des canaux de vapeur situés sous les planchers.

Au fait, la salle de bains du palais ne s'élevait que de moitié, sa partie principale était cachée. À cette époque, une telle construction était courante, une telle planification permettait de préserver la chaleur pendant la saison froide et de la garder au frais par la chaleur.

Le palais des Shirvanshahs est très beau vu de la mer. Cette vue en vaut la peine pour aller faire une petite baignade et admirer la vue magnifique. Ce n’est que de la mer que le palais se situe sur trois niveaux, comme s’il descendait en douceur de trois marches tout en haut de la colline.

La beauté des portails, des dômes, des arches et de la maçonnerie - tout cela est un plaisir à regarder. En voyant ce complexe une fois, vous voudrez certainement revenir encore et encore pour vous plonger dans cette atmosphère magique du Moyen Âge.

Depuis que le palais des Shirvanshahs a reçu le statut de réserve de musée et que ce complexe de palais a été inscrit sur la liste du patrimoine mondial de l'UNESCO, un travail actif a commencé sur son territoire. Ceux-ci comprennent des visites guidées permanentes, des conférences pédagogiques et des expositions pédagogiques, divers événements - musicaux, historiques et divertissants.

Ici, l’histoire médiévale de l’Azerbaïdjan renaît chaque jour et s’ouvre à tous ceux qui veulent voir et savoir.

Adresse du palais de Shirvanshah

Le palais des Shirvanshahs est situé à l'adresse suivante: Bakou, Forteresse, Zamkovsky Lane, bâtiment 76. L'arrêt de transport s'appelle "Icheri-Shyakhar".

Heures d'ouverture

Il y a un complexe de palais sans jour férié et les pauses déjeuner de 10h à 17h. Frais d'entrée, billet adulte - 2 $, pour les étudiants - 1 $, les enfants sont admis gratuitement.

Ganja ville

Ganja - une ville de la République d'Azerbaïdjan au pied nord-est du Petit Caucase, sur le fleuve Ganjachai; centre de la région historique d'Arran. Patrie de la poésie persane classique, Nizami Ganjavi, ainsi que de la poétesse persane Mehseti Ganjavi (XIIe siècle) et de l'historien arménien Kirakos Gandzaketsi (XIIIe siècle). En 1804-1918 s'appelait Elizavetpol, en 1918-1935 - Ganja, en 1935-1989. - Kirovabad (en l'honneur de S. M. Kirov), le nom historique a maintenant été restauré.

Population

Dynamique de la croissance démographique:

  • 1897 - 33,6 mille
  • 1939 - 99 mille
  • 1959 - 136 mille
  • 1972 - 195 mille
  • 2003 - 302 mille
  • 2004 - 320 000
  • 2008 - 397 000

Composition ethnique: les Azerbaïdjanais représentent environ 98% de la population, les Russes, les Ukrainiens, les Tatars, etc. - 2%

Histoire

L'émergence de la ville
Comme d’autres villes de l’Azerbaïdjan moderne (Nakhitchevan, Cheki, Shemakha), Ganja s’est imposée comme une colonie en raison de sa situation géographique favorable, à l’intersection des anciennes routes de caravanes.

Selon l'histoire anonyme de "History of Derbent", Ganja a été fondée en 859 par Mohammad bin Khaled bin Yazid bin Mazyad du clan Yazid Shirvan qui dirigeait Adurbadgan, Arran et l'Arménie à l'époque du calife al-Mutavakil. Mohammad en tant que fondateur de Ganja est mentionné dans «Histoire du pays d’Alaunk» de Movses Kalankatuatsi:

"Deux ans plus tard, Khazr Puggos, un homme impitoyable et féroce, est mort la même année. Mais son fils est venu et a conquis le pays avec son épée, a mis le feu à de nombreuses églises, a emmené les habitants à part entière et est parti pour Bagdad. Il en est ensuite revenu. par ordre impérial et aux frais du trésor, dans le havar (district), Arshakashen construisit la ville de Gandzak en l'an deux cent quatre vingt quinze (calendrier arménien). "

Pendant longtemps à Gandzak était la résidence du Catholicos de l'Albanie du Caucase (Agvanka).

Le mausolée de Jomard Gassab, qui vivait sous le règne du quatrième Khalif Ali ibn Abu Talib (656-661), est l’une des preuves de l’âge de Ganja. Dans l'ancien territoire de la ville (le vieux Ganja), des restes de remparts, de tours et de ponts (XII - début du XIIIe siècles) ont été découverts. Au nord-est de la vieille ville de Ganja, se trouve le complexe de culte Goy-Imam (ou Imamzade: mausolée des XIVe et XVIIe siècles. Construit au XVIIe siècle par des bâtiments de mosquées et de tombes). La ville possède une mosquée Juma (1606, architecte Bahaaddin), des bâtiments résidentiels en forme de dôme (XVII-XVIII siècles).

Au début du VIIe siècle et au VIIIe siècle. La Transcaucasie orientale a été soumise à plusieurs reprises à des raids à la suite desquels Ganja a beaucoup souffert. Dans la première moitié du VII siècle. Ganja a été détruite par les Perses et en seconde période par les Arabes. À la fin du VII siècle. la ville a été transformée en une arène de batailles entre les Arabes et les Khazars.

La ganja commence à jouer un rôle important dans la vie commerciale, socio-économique et culturelle du pays. Le commerce et l'artisanat occupaient une place importante dans la vie de la ville. Pour le développement de l'artisanat, il y avait un potentiel économique. Des mines de fer, de cuivre, d'alun et autres situées près de Ganja approvisionnaient des artisans en matières premières.

Alors que Ganja devenait la capitale du pays, une attention particulière était accordée au renforcement du pouvoir militaire de la ville.Déjà pendant cette période, des murs de forteresse ont été construits, des fossés ont été creusés.

Aux IX-X siècles. en raison de l'affaiblissement du califat arabe, le territoire de l'Azerbaïdjan moderne faisait partie des États féodaux des Shirvanshahs, Sadzhids, Sallarids, Ravvadids.

Au milieu du Xème siècle. Ganja, gouverné par les Salarides, devint la capitale des Shadadites. Pendant le règne de Fadlun Ier (895-1030), Ganja gagna encore plus de force. Les shaddadids construisirent une forteresse, des palais, des ponts, des caravansérails et commencèrent à frapper de la monnaie. Autour de la ville a construit une nouvelle forteresse plus solide.

En 1063, la célèbre porte de Ganja fut créée.

Lorsque Ganja devint un grand centre, son territoire s’étendit et de nouveaux quartiers commerciaux et industriels furent construits. La soie et les produits en résultant ont gagné la sympathie des acheteurs, non seulement des marchés locaux, mais également des marchés étrangers. Depuis 1918, la ville faisait partie de la République d'Azerbaïdjan.

Turcs Seldjoukides
Au milieu du onzième siècle. L'Azerbaïdjan a subi des invasions seldjoukides. Après la capture de Tabriz Togrul I (1038-1068) en 1054, il se dirigea vers Ganja. Lord Ganja Shavir a accepté de devenir un vassal de Togrul bey. Cependant, les invasions seldjoukides ne se sont pas arrêtées. Dans les années 70 du XI. Fadlun III, le dirigeant des Shadadites, s'aperçut que la guerre était insensée, se rendit, mais au bout d'un moment, profitant d'un moment opportun, il revint au pouvoir. En 1086, le souverain seldjoukide Malik Shah (1072-1092) envoya son commandant Bugai à Ganja. En dépit de la résistance féroce de la population locale, les Seljuks ont capturé la ville. Pendant la guerre, le dirigeant de Ganja Fadlun III fut capturé et mit ainsi fin au règne de la dynastie des Shadadites, qui régna pendant plus de 100 ans.

Le règne de Ganja Malik Shah s'est abattu sur son fils Giyas ad-din Tapar. Giyas ad-Din Muhammed Tapar et après son élection en tant que sultan (1105-1117) était toujours l'un des principaux résidents des souverains seldjoukides de Ganja.

Dans la première moitié du XIIème siècle. Ganja a été envahi à plusieurs reprises par des Géorgiens. En réponse à cela, les troupes de Seljuk ont ​​envahi la Géorgie et l'ont volée.

Un autre événement lié à Ganja est un tremblement de terre d’une force considérable qui s’est produit le 25 septembre 1139 et a détruit la ville, qui a donc été déplacée vers un autre endroit. À la suite du séisme, un certain nombre de lacs ont été formés dans cette région - Gek-gel, Maral-gel, Jeyran-gel, Ordek-gel, Zaligel, Aggel, Garagel et Shamlygel. Les ruines de l'ancienne Ganja sont situées à sept kilomètres de la ville moderne, en aval.

Profitant de la destruction de la ville et de l'absence d'un dirigeant, le roi géorgien Démétrius s'en prit à la ville, saisit de nombreux trophées et emporta avec lui les célèbres portes de Ganja, qui sont toujours conservées dans la cour du monastère de Kelat en Géorgie.

Avec la formation de l'état atabek (voir Azerbaïdjan iranien), Ganja devint le siège du souverain atabek Arran.

Le début des XII-XIII siècles. peut s’appeler l’apogée de Ganja - la deuxième capitale de l’État d’Atabek, parce que ses produits ont été connus bien au-delà des frontières du pays et ont atteint le niveau de la «mère des villes d’Arran». Le tissu, fabriqué ici et appelé "soie Ganja", a fait l’éloge des marchés sur les marchés des pays voisins et du Moyen-Orient.

Entre la Russie et l'Iran
Au XVIIIème siècle. Ganja est le centre du Khanat de Ganja.

À la fin de 1803, le détachement russe du prince PD se joignit à Ganja. Tsitsianov (jusqu'à 2 000 personnes.). Javad Khan Ganja, qui a refusé de se soumettre à la demande de Tsitsianov. À l'approche de Ganja, il a livré un combat aux Russes, mais il a été vaincu et s'est enfui dans la forteresse après avoir perdu 250 personnes. tué; Les Russes ont perdu 70 personnes.

Le 3 janvier 1804, à 5 h 30 du matin, les troupes de Tsitsianov ont défilé sur deux colonnes pour attaquer Ganja. Outre les Russes, près de 700 milices azerbaïdjanaises et des volontaires d'autres khanates - des opposants à Javad Khan ont participé à l'assaut. Ganja était une forteresse très puissante. Il était entouré de doubles murs (extérieur - boue et intérieur - pierre), dont la hauteur atteignait 8 mètres.Les murs ont été renforcés avec 6 tours. À la troisième tentative, les Russes ont réussi à franchir les murs et à pénétrer dans la forteresse, et Javad Khan a été tué au combat. À midi, Ganja était prise. Le Ganja Khanate a été annexé à la Russie et Ganja elle-même a été renommée Elizavetpol (en l'honneur de l'impératrice Elizabeth Alekseevna, épouse de Alexandre I).

Cela a conduit à la guerre russo-iranienne de 1804-1813. L’armée iranienne était plusieurs fois plus nombreuse que l’armée russe en Transcaucasie, mais leur était nettement inférieure en art militaire, en entraînement au combat et en organisation. Les principales hostilités ont eu lieu des deux côtés du lac Sevan dans deux directions: Erivan et Ganja, où passaient les principales routes menant à Tiflis (Tbilissi).

En octobre 1813, l'Iran fut contraint de conclure le traité de paix de Gulustan, par lequel il reconnaissait l'accession du Daghestan et de l'Azerbaïdjan du Nord à la Russie.

Depuis 1868 Elizavetpol - le centre de la province Elizavetpol.

En 1883, le chemin de fer était relié à Bakou, Tbilissi et Batumi.

XX siècle
Selon les données de 1892, il y avait 25758 habitants à Ganja (dont 13392 sont des Tatars musulmans (Azerbaïdjanais) et 10 024 Arméniens). La ville comptait 13 mosquées, 6 églises arméniennes et 2 églises orthodoxes russes. La mosquée principale de Jumaa (Jaami Ganja), construite par Shah Abbas en 1620, est couronnée d'un immense dôme et entourée de nombreuses cellules et salles pour les étudiants musulmans. La plus ancienne église est Surb Hovhannes Mkrtich (Saint Jean Baptiste) - 1633; La cathédrale arménienne de 20 m de haut fut achevée en 1869.

Au début du XXe siècle, la ville comptait 6 églises arméno-apostoliques, 2 églises orthodoxes russes et 13 mosquées. Parmi les églises apostoliques arméniennes qui subsistent, l'âge le plus respectable est l'église Saint-Hovhannes Mkrtich, sur le mur sud de laquelle une inscription a été construite sous un cadran solaire, certifiant que l'église de Saint-Hovhannes Mkrtich (Jean-Baptiste) a été construite en 1633.

Ganja de la première moitié du XXe siècle est une ville d'une beauté inhabituelle avec de larges rues planifiées, éclipsée par les célèbres Ganja Chinars dans tout le Caucase. En raison de la présence de géants centenaires avec des troncs, l’architecture particulière des maisons apparaissait sous plusieurs formes humaines. Les maisons de Ganja étaient principalement à deux étages, avec des portes cintrées obligatoires dans lesquelles la porte cintrée était sculptée. La présence de cours était également un attribut obligatoire des maisons Ganja. Presque toutes les sortes de fruits connus dans le Caucase ont poussé dans les jardins, mais le kan et le grenade Ganja étaient particulièrement célèbres.

À l'automne de 1905, des affrontements sanglants entre Arméniens et Tatars eurent lieu dans la ville (voir le massacre arméno-tatare de 1905 à 1906) entraînant une scission de la population: les musulmans se concentraient à gauche et les Arméniens sur la rive droite du fleuve. yy

Le 22 janvier 1918, à la station de Shamkhor, non loin de Ganja, des bandes armées de nationalistes ont tué et blessé des milliers de soldats de l'armée russe qui revenaient du front du Caucase en Russie.

En juin 1918, Ganja passa de Tiflis au premier gouvernement azerbaïdjanais Musavat, notamment pour restaurer le nom historique de la ville. c'était à Ganja jusqu'en septembre, lorsqu'il s'est déplacé à Bakou, emmené par les Turcs.

Le 1 er mai 1920, des unités de la 11 e Armée rouge entrent dans la ville.

Dans la nuit du 25 au 26 mai 1920, il y a eu une révolte des musavatistes, qui a été liquidée en une semaine.

À l'époque soviétique, Ganja (Kirovabad) devint le deuxième centre industriel et culturel de l'Azerbaïdjan après Bakou.

Le 22 novembre 1988, des pogroms arméniens ont commencé dans la ville, accompagnés de véritables combats aux frontières du quartier arménien. Après cela, les milliers d'ethnie arménienne de la ville ont été complètement évacués en Arménie, leurs maisons et leurs biens pillés.

Le climat

  • La température moyenne annuelle est de +13,4 ° C
  • Vitesse annuelle moyenne du vent - 2,5 m / s
  • Humidité annuelle moyenne de l'air - 68%

Mer Caspienne (Mer Caspienne)

L’attraction s’applique aux pays suivants: Kazakhstan, Russie, Turkménistan, Iran, Azerbaïdjan

Mer caspienne - le plus grand lac du monde, situé à la jonction de l'Europe et de l'Asie, surnommé la mer en raison de sa taille. La mer Caspienne est un lac sans égout et son eau est salée, de 0,05 près de l'embouchure de la Volga à 11-13 dans le sud-est. Le niveau d'eau est sujet à des fluctuations et se situe actuellement à environ -28 m sous le niveau de la mer. La superficie de la mer Caspienne est actuellement d’environ 371 000 km², la profondeur maximale est de 1025 m.

Informations générales

La mer Caspienne est située à la jonction de deux parties du continent eurasien - l’Europe et l’Asie. La forme de la mer Caspienne est similaire à celle de la lettre latine S. La longueur de la mer Caspienne du nord au sud est d’environ 1200 kilomètres. (36 ° 34 '- 47 ° 13' N), d’ouest en est - de 195 à 435 km, en moyenne 310 à 320 km (46 ° - 56 ° E).

Selon les conditions physiographiques, la mer Caspienne est divisée en trois parties: le nord de la mer Caspienne, le centre de la mer Caspienne et le sud de la mer Caspienne. La frontière conditionnelle entre la Nord et la Moyenne Caspienne passe par la ligne tchétchène (île) - Cap Tyub-Karagansky, entre la moyenne et la sud de la Caspienne - le long de la ligne Résidentiel (île) - Gan-Gulu (cape). Les régions du nord, du centre et du sud de la Caspienne sont respectivement 25, 36 et 39%.

Selon l'une des hypothèses, la mer Caspienne tire son nom des anciennes tribus d'éleveurs de chevaux - les Caspiennes, qui vivaient avant notre ère sur la côte sud-ouest de la mer Caspienne. Au cours de toute son histoire, la mer Caspienne a eu environ 70 noms pour différentes tribus et peuples: la mer de Hyrcan; La mer de Khvalyn ou la mer de Khvalis est un ancien nom russe, dérivé du nom des habitants de Khorezm qui faisaient du commerce sur la mer Caspienne - louanges; Khazar Sea - nom en arabe (Bahr-al-Khazar)Persan (Daria-e Khazar)Turc et azerbaïdjanais (Khazar Denizi) les langues; Mer d'Abeskun; La mer de Saray; La mer de Derbent; Shot et autres noms. En Iran, la mer Caspienne s'appelle aujourd'hui le Khazar ou Mazandaran (sous le nom des habitants de la province côtière iranienne du même nom).

Le littoral de la mer Caspienne est estimé entre 6 500 et 6 700 km, avec des îles pouvant atteindre 7 000 km. Les rives de la mer Caspienne sur la majeure partie de son territoire sont basses et lisses. Dans la partie nord, le littoral est découpé par les courants d’eau et les îles des deltas de la Volga et de l’Oural, les rives sont basses et marécageuses et la surface de l’eau est couverte de fourrés à de nombreux endroits. Sur la côte est, les rivages calcaires dominent, adjacents aux semi-déserts et aux déserts. Les côtes les plus sinueuses se trouvent sur la côte ouest dans la région de la péninsule d'Absheron et sur la côte est dans la région de la baie de Kazakh et de Kara-Bogaz-Gol.

Grandes péninsules de la mer Caspienne: péninsule d'Agrakhansky, péninsule d'Apsheron, Buzachi, Mangyshlak, Miankale, Tub-Karagan.

La mer Caspienne compte environ 50 îles de grande et moyenne taille, d’une superficie totale d’environ 350 kilomètres carrés. Les plus grandes îles: Ashur-Ada, Garasu, Gum, Dash, Zira (île), Zyanbil, Kur Dasha, Hara-Zira, Sengi-Mugan, Tchétchène (île)Chygyl.

Grandes baies de la mer Caspienne: baie Agrakhan, Komsomolets (baie) (l'ancien Dead Kultuk, anciennement la baie de Tsesarevich), Kaidak, Mangyshlak, Kazakh (baie)Turkmenbashi (baie) (ancien Krasnovodsk), Turkmène (baie), Gyzylagach, Astrakhan (baie), Gyzlar, Hyrkan (ancien Astarabad) et Enzeli (ancien Pahlavi).

Au large de la côte est se trouve le lac salé Kara Bogaz Gol, qui jusqu'en 1980 était une lagune-lagune de la mer Caspienne, reliée à celle-ci par un étroit détroit. En 1980, un barrage séparant Kara-Bogaz-Gol de la mer Caspienne a été construit. En 1984, un ponceau a été construit. Après quoi, le niveau de Kara-Bogaz-Gol a baissé de quelques mètres.En 1992, le détroit a été restauré: l'eau quitte la mer Caspienne pour Kara-Bogaz-Gol et s'y évapore. Chaque année, 8 à 10 kilomètres cubes d'eau s'écoulent de la mer Caspienne à Kara-Bogaz-Gol. (selon d'autres sources - 25 mille kilomètres) et environ 150 mille tonnes de sel.

130 rivières se jettent dans la mer Caspienne, dont 9 ont un estuaire en forme de delta. Les grandes rivières qui se jettent dans la mer Caspienne - Volga, Terek (Russie), Ural, Emba (Kazakhstan), Kura (Azerbaïdjan), Samur (frontière de la Russie avec l'Azerbaïdjan)Atrek (Turkménistan) et d'autres. La Volga est le plus grand fleuve qui se jette dans la mer Caspienne. Son drain annuel moyen est de 215 à 224 kilomètres cubes. Volga, Ural, Terek et Emba produisent entre 88 et 90% du débit annuel de la mer Caspienne.

Le bassin de la mer Caspienne couvre environ 3,1 à 3,5 millions de kilomètres carrés, ce qui représente environ 10% du territoire mondial des bassins hydrographiques fermés. La longueur du bassin de la mer Caspienne du nord au sud est d’environ 2 500 kilomètres et d’ouest en est d’environ 1 000 kilomètres. Le bassin de la mer Caspienne couvre neuf États: l’Azerbaïdjan, l’Arménie, la Géorgie, l’Iran, le Kazakhstan, la Russie, l’Ouzbékistan, la Turquie et le Turkménistan.

La mer Caspienne lave les côtes de cinq états côtiers:

  • De la russie (Région du Daghestan, de Kalmoukie et d'Astrakhan) - à l'ouest et au nord-ouest, la longueur du littoral est de 695 kilomètres
  • Kazakhstan - au nord, au nord-est et à l'est, la longueur du littoral est de 2320 kilomètres
  • Turkménistan - au sud-est, la longueur du littoral de 1200 km
  • Iran - au sud, la longueur de la côte - 724 kilomètres
  • Azerbaïdjan - au sud-ouest, la longueur du littoral est de 955 kilomètres

La plus grande ville est un port sur la mer Caspienne - Bakou, la capitale de l'Azerbaïdjan, située dans la partie sud de la péninsule d'Absheron, emploie 2 070 000 personnes. (2003). Sumgayit, située dans la partie nord de la péninsule d'Absheron, et Lenkoran, située près de la frontière sud de l'Azerbaïdjan, sont également situées dans la région caspienne d'Azerbaïdjan. Au sud-est de la péninsule d'Absheron, se trouve la colonie de Oil Oilmen, dont les bâtiments sont situés sur des îles artificielles, des rampes et des plates-formes technologiques.

Les grandes villes russes - la capitale du Daghestan Makhachkala et la ville la plus méridionale de la Russie, Derbent - sont situées sur la côte ouest de la mer Caspienne. La ville portuaire de la mer Caspienne est également considérée comme Astrakhan, qui n’est cependant pas située sur les rives de la mer Caspienne, mais dans le delta de la Volga, à 60 kilomètres de la côte nord de la mer Caspienne.

Sur la rive orientale de la mer Caspienne se trouve une ville kazakhe - le port d’Aktau, au nord dans le delta de l’Oural, à 20 km de la mer, la ville d’Atyrau est située au sud de Kara-Bogaz-Gola sur la côte nord de la baie de Krasnovodsky - la ville turkmène Turkmenbashi, l’ancienne Krasnovododsk. Plusieurs villes de la mer Caspienne sont situées au sud (Iranien) côte, le plus grand d'entre eux - Enzeli.

La superficie et le volume d'eau dans la mer Caspienne varient considérablement en fonction des fluctuations du niveau de l'eau. Avec un niveau d'eau de -26,75 m, la superficie était d'environ 392600 kilomètres carrés, le volume d'eau était de 78648 kilomètres cubes, ce qui représente environ 44% des réserves d'eau de lac du monde. La profondeur maximale de la mer Caspienne se situe dans le bassin sud de la mer Caspienne, à 1025 mètres du niveau de sa surface. La plus grande profondeur de la mer Caspienne est la deuxième derrière Baïkal (1620 m.) et Tanganyika (1435 m.). La profondeur moyenne de la mer Caspienne, calculée par la courbe bathygraphique, est de 208 mètres. Dans le même temps, dans la partie nord de la mer Caspienne - en eaux peu profondes, sa profondeur maximale ne dépasse pas 25 mètres et la profondeur moyenne est de 4 mètres.

Le niveau de l'eau dans la mer Caspienne est soumis à des fluctuations importantes. Selon les données de la science moderne, au cours des 3 000 dernières années, l’amplitude des changements dans le niveau de l’eau de la mer Caspienne a été de 15 mètres.La mesure instrumentale du niveau de la mer Caspienne et l’observation systématique de ses fluctuations ont été effectuées depuis 1837, période pendant laquelle le niveau d’eau le plus élevé a été enregistré en 1882. (-25,2 m.), le plus bas - en 1977 (-29,0 m.)depuis 1978, le niveau de l'eau a augmenté et, en 1995, il a atteint −26,7 m. Depuis 1996, on a observé une tendance à la baisse. Les scientifiques ont été associés aux facteurs climatiques, géologiques et anthropiques pour expliquer le changement du niveau de l'eau dans la mer Caspienne.

La température de l'eau est sujette à d'importants changements latitudinaux, surtout en hiver, lorsque la température varie de 0 à 0,5 ° C à la lisière des glaces au nord de la mer à 10 à 11 ° C au sud, c'est-à-dire que la différence de température de l'eau est d'environ 10 ° C. Pour les zones d'eau peu profonde dont la profondeur est inférieure à 25 m, l'amplitude annuelle peut atteindre 25–26 ° C. En moyenne, la température de l'eau au large de la côte ouest est supérieure de 1 à 2 ° C à celle de l'est et, en haute mer, de 2 à 4 ° C de plus que celle de la côte. Par la nature de la structure horizontale du champ de température dans le cycle annuel de variabilité, nous pouvons distinguer trois intervalles de temps dans la couche supérieure de 2 mètres. D'octobre à mars, la température de l'eau augmente dans le sud et dans l'est, ce qui est particulièrement bien vu dans la moyenne caspienne. On peut distinguer deux zones stables de quasi-latitude où les gradients de température sont élevés. C'est, d'une part, la limite entre le nord et le centre de la caspienne et, d'autre part, entre le centre et le sud. Au bord de la glace, dans la zone frontale nord, la température en février-mars augmente de 0 à 5 ° C, dans la zone frontale sud, dans le seuil d’Apsheron, de 7 à 10 ° C. Au cours de cette période, l’eau la moins refroidie au centre de la mer Caspienne méridionale constitue un noyau quasi stationnaire. En avril-mai, la région des températures minimales se déplace vers la partie centrale de la mer Caspienne, qui est associée à un réchauffement plus rapide des eaux dans la partie peu profonde du nord de la mer. Certes, au début de la saison dans la partie nord de la mer, une grande quantité de chaleur est dépensée pour la fonte des glaces, mais en mai la température atteint ici 16 - 17 ° C. Dans la partie centrale, la température est actuellement de 13 à 15 ° C, tandis que dans le sud, elle atteint 17 à 18 ° C. Le chauffage printanier des niveaux d’eau des gradients horizontaux et la différence de température entre les zones côtières et la mer ne dépasse pas 0,5 ° C. Le chauffage de la couche de surface, débutant en mars, porte atteinte à l'uniformité de la répartition de la température avec la profondeur. En juin-septembre, on observe une uniformité horizontale dans la distribution de la température dans la couche superficielle. En août, mois du plus fort réchauffement, la température de l'eau dans la mer est de 24 à 26 ° C et dans les régions méridionales, elle atteint 28 ° C. En août, la température de l’eau dans les baies peu profondes, par exemple à Krasnovodsk, peut atteindre 32 ° C. La caractéristique principale du champ de température de l'eau à ce moment est l'upwelling. Il est observé chaque année sur toute la côte orientale de la moyenne caspienne et pénètre en partie même dans le sud de la mer Caspienne. La montée des eaux profondes froides se produit avec une intensité variable en raison de l'exposition aux vents du nord-ouest qui règnent pendant la saison estivale. Le vent de cette direction provoque la sortie des eaux de surface chaudes de la côte et la montée des eaux plus froides des couches intermédiaires. La remontée commence en juin, mais atteint sa plus grande intensité en juillet et en août. En conséquence, une diminution de la température est observée à la surface de l'eau. (7 - 15 ° C). Les gradients de température horizontaux atteignent 2,3 ° C en surface et 4,2 ° C à une profondeur de 20 m. Le centre de l'upwelling passe progressivement de 41 à 42 ° N. en juin à 43 - 45 ° n. en septembre. L'upwelling estival revêt une grande importance pour la mer Caspienne, car il modifie radicalement les processus dynamiques dans les eaux profondes. À la fin du mois de mai ou au début du mois de juin, la formation d’un saut de température commence dans les zones découvertes de la mer et est particulièrement prononcée en août.Le plus souvent, il se situe entre les horizons de 20 et 30 m au milieu de la mer et de 30 et 40 m au sud. Les gradients de température verticaux dans la couche de saut sont très importants et peuvent atteindre plusieurs degrés par mètre. Dans la partie médiane de la mer, en raison du sgon au large de la côte est, la couche de surpression monte près de la surface. Comme il n'y a pas de couche barocline stable dans la mer Caspienne avec un important apport d'énergie potentielle similaire à la thermocline principale de l'océan mondial, avec la fin des vents dominants provoquant une remontée d'eau et avec le début de la convection automne-hiver en octobre-novembre, les champs de température se sont rapidement ajustés au mode hiver. En haute mer, la température de l'eau dans la couche de surface diminue dans la partie centrale à 12 - 13 ° C, dans la partie sud jusqu'à 16 - 17 ° C. Dans la structure verticale, la couche de saut est floue à cause du mélange convectif et disparaît à la fin du mois de novembre.

La composition en sel des eaux de la mer Caspienne fermée est différente de celle de l'océan. Il y a des différences significatives dans le rapport des concentrations d'ions formant un sel, en particulier pour les eaux des zones sous l'influence directe du ruissellement continental. Le processus de métamorphisation des eaux marines sous l’effet du ruissellement continental entraîne une diminution de la teneur relative en chlorures dans la quantité totale de sels de l’eau de mer, une augmentation de la quantité relative de carbonates, de sulfates et de calcium, qui sont les principaux composants de la composition chimique des eaux de rivière. Les ions les plus conservateurs sont le potassium, le sodium, le chlore et le magnésium. Les moins conservateurs sont les ions calcium et bicarbonate. En Caspienne, la teneur en cations de calcium et de magnésium est presque deux fois supérieure à celle de la mer d'Azov et l'anion sulfate est trois fois plus élevé. La salinité de l'eau varie particulièrement fortement dans la partie nord de la mer: à partir de 0,1 unité. psu dans la bouche de la Volga et de l’Oural à 10 - 11 unités. psu à la frontière avec la Caspienne moyenne. La salinité dans les baies salées peu profondes-Kultukov peut atteindre 60 à 100 g / kg. Dans le nord de la mer Caspienne, le front de salinité de l’emplacement de quasi-latitude est observé pendant toute la période sans glace d’avril à novembre. Le dessalement le plus important associé à la propagation du ruissellement en mer est observé en juin. La formation du champ de salinité dans le nord de la Caspienne est fortement influencée par le champ de vent. Au centre et au sud de la mer, les fluctuations de la salinité sont faibles. Fondamentalement, il est 11,2 - 12,8 unités. psu, augmentant au sud et à l'est. La salinité augmente légèrement avec la profondeur (0,1 - 0,2 unités en psu). Dans la partie profonde de la mer Caspienne, dans le profil de salinité verticale, on observe des déviations caractéristiques de l’isohaline et des extrêmes locaux sur le talus continental oriental, qui témoignent des processus de salinité des eaux de fond dans les eaux peu profondes orientales du sud de la mer Caspienne. La valeur de la salinité dépend également fortement du niveau de la mer et (qui est interconnecté) du volume de ruissellement continental.

Le relief de la partie nord de la mer Caspienne est une plaine peu profonde ondulée avec des rives et des îles qui s’accumulent, la profondeur moyenne de la mer Caspienne du Nord est d’environ 4 à 8 mètres, le maximum ne dépassant pas 25 mètres. Le seuil de Mangyshlak sépare la partie nord de la mer Caspienne. La mer Caspienne moyenne est assez profonde et la profondeur de l'eau dans le bassin de Derbent atteint 788 mètres. Le seuil d'Absheron sépare la Caspienne Centrale et la Caspienne méridionale. La mer Caspienne méridionale est considérée comme étant en eau profonde; la profondeur de la dépression de la mer Caspienne méridionale atteint 1025 mètres de la surface de la mer Caspienne. Sur le plateau de la mer Caspienne, les sables coquilliers sont très répandus, les zones d’eaux profondes sont recouvertes de sédiments huileux et, dans certaines zones, il existe un exutoire rocheux.

Le climat de la mer Caspienne est continental dans la partie nord, tempéré dans la partie centrale et subtropical dans la partie sud. En hiver, la température mensuelle moyenne de la mer Caspienne varie de -8 à -10 dans la partie nord à +8 - +10 dans la partie sud et en été de +24 à +25 dans la partie nord à +26 à +27 dans la partie sud.La température maximale est fixée sur la côte est - 44 degrés.

La pluviométrie annuelle moyenne est de 200 millimètres par an, allant de 90 à 100 millimètres dans la partie aride est à 1 700 millimètres au large de la côte subtropicale sud-ouest. L'évaporation de l'eau à la surface de la mer Caspienne est d'environ 1000 millimètres par an, l'évaporation la plus intensive dans la région de la péninsule d'Absheron et dans la partie orientale de la mer Caspienne du Sud peut atteindre 1 400 millimètres par an.

Les vents soufflent souvent sur le territoire de la mer Caspienne, leur vitesse annuelle moyenne est de 3 à 7 mètres par seconde et les vents du nord dominent dans la rose des vents. En automne et en hiver, les vents s'intensifient, la vitesse du vent atteint souvent 35-40 mètres par seconde. Les territoires les plus venteux sont la péninsule d’Absheron et les environs de Makhachkala - Derbent, la plus haute vague y est enregistrée - 11 mètres.

La circulation des eaux dans la mer Caspienne est associée à des gouttières et des vents. Comme l'essentiel du drainage se situe dans la partie nord de la mer Caspienne, ce sont les courants nordiques qui dominent. Le courant nord intense entraîne les eaux de la mer Caspienne septentrionale le long de la côte ouest jusqu'à la péninsule d'Absheron, où il est divisé en deux branches, l'une se déplaçant plus loin sur la côte ouest et l'autre dans la mer Caspienne orientale.

La faune de la mer Caspienne est représentée par 1810 espèces, dont 415 vertébrés. 101 espèces de poissons sont répertoriées dans le monde caspien, où sont concentrés la majorité des stocks d'esturgeons dans le monde, ainsi que des poissons d'eau douce, tels que la vobla, une carpe, le sandre, sont concentrés. La mer Caspienne est un habitat pour des poissons tels que la carpe, le mulet, le sprat, le kutum, la daurade, le saumon, la perche et le brochet. Le mammifère marin vit également dans la mer Caspienne - le phoque de la mer Caspienne. Depuis le 31 mars 2008, 363 phoques morts ont été découverts sur la côte de la mer Caspienne au Kazakhstan.

La flore de la mer Caspienne et de ses côtes est représentée par 728 espèces. Parmi les plantes de la mer Caspienne, les algues sont principalement bleu-vert, diatomées, rouges, brunes, carbonisées et autres, et des plantes à fleurs, zostera et roupie. D'origine, la flore appartient principalement à l'âge néogène. Cependant, certaines plantes ont été introduites dans la mer Caspienne par des personnes, soit consciemment, soit à la surface des navires.

Mingachevir - une ville d'Azerbaïdjan située sur les deux rives de la rivière Kura, à 17 kilomètres au nord-ouest de la gare de Mingechaur.

Mingechaur est l'un des centres de science et d'éducation de la République d'Azerbaïdjan. À ce jour, il existe deux établissements d'enseignement supérieur, un enseignement secondaire spécial, 20 écoles d'enseignement secondaire général, 3 écoles de musique, une école de conduite et un lycée turc.

Que voir

La ville abrite un musée-exposition d'art sur la peinture, dans la collection duquel figurent un grand nombre d'œuvres d'artistes azerbaïdjanais. Il existe un théâtre d'État dramatique nommé Marziya Davudova, un théâtre de marionnettes et un musée régional d'histoire locale, dont l'exposition reflète la plus riche histoire de la région et du pays.

Dans les environs de Mingechaur se trouve l'un des sites les plus célèbres du Caucase - le complexe archéologique historique et culturel de l'ancienne ville de Sudagylan. Outre lui, il existe plusieurs colonies et trois anciens lieux de sépulture. Les scientifiques datent le premier stationnement de personnes dans cette région au 3ème millénaire avant notre ère. Des instruments de musique en laiton avec os, des fosses de poterie et de la faïence toute prête, des objets en or et en argent ont été trouvés. Au centre de la colonie, les ruines d'un temple ont également été découvertes au centre desquelles se trouve une salle de prière assez grande avec des peintures murales partiellement préservées. Les murs épais du temple sont construits en brique crue et recouverts de plâtre. À l'intérieur se trouvait un petit édifice carré en brique cuite. Ces découvertes archéologiques donnent une idée du mode de vie des personnes qui vivaient sur ce territoire il y a plusieurs siècles.

Sur la rive droite de la rivière Kura, il y a une autre attraction de la ville - les sépultures de Jug. Beaucoup de pichets, de vases de terre et d’autres plats anciens ont été trouvés dans ces tombes, ce qui leur a donné ce nom.

Les plats étaient une sorte de culte de cette époque et son utilisation dans le rite funéraire parle de la croyance des peuples anciens en la vie après la mort. C'est pour cette raison que des ornements, des pièces de monnaie et divers outils ont été trouvés dans les tombes. Dans certaines tombes, les archéologues ont découvert les restes de grands animaux domestiques et de riches ustensiles. On suppose que les chefs de tribus ont été enterrés ici.

Le complexe archéologique de Mingechaur est devenu la source de recherche la plus importante sur le développement culturel et historique de l'Azerbaïdjan.

Histoire

La ville de Mingechaur est apparue en 1945 dans le cadre de la construction de la centrale hydroélectrique de Mingechaur et a reçu en 1948 le statut de ville.

Les premiers établissements humains sur le site de la ville existaient déjà au IV millénaire av. - III mille ans av. La population locale, sur la base des découvertes archéologiques découvertes, était engagée dans l 'agriculture, l' artisanat et la pêche.

Pour la première fois, des travaux de recherche superficiels ont été effectués ici en 1871 par l'archéologue F. S. Bayer. Il a décrit Mingechaur comme une ville bâtie sur des piliers. Après cela, la ville a longtemps été au centre de l'attention des archéologues. Ce n’est qu’en 1935, sous la direction du professeur Evgeny Alesandrovich Pakhomov, que les fouilles ont commencé ici et que deux anciennes colonies de peuplement ont été découvertes, ainsi que divers types de sépultures. Des recherches systématiques et planifiées ont commencé en 1946-1953, sur décision du Présidium de l’Académie des sciences d’Azerbaïdjan, dans le cadre de la construction d’une centrale hydroélectrique, sous la direction du scientifique et historien S. Gaziyev, au sud de la chaîne de montagnes Bozdag, sur les rives de la Koura. Deux autres colonies et 4 grands cimetières ont été découverts, qui constituent le plus grand complexe archéologique du Caucase du Sud. La verrerie, les objets en or et en argent, les décorations et les pièces de plusieurs anciennes villes orientales découvertes au cours de fouilles archéologiques témoignent du niveau élevé de développement des liens commerciaux et culturels de Mingechaur. Dans les chroniques médiévales, la ville est citée comme le centre d'ateliers d'artisanat, de boutiques, de thermes, etc.

Au XVIIIème siècle, la population de la ville se déplaça complètement sur la rive gauche du Kura.

Le Mingachevir, situé sur une grande route commerciale, en tant que passage le plus important de Kura aux XVIIIe et XIXe siècles, n'a pas perdu sa signification, même au XXe siècle. Il existe différentes versions de l'apparence du toponyme "Mingachevir (Mingachevir)". Malgré la beauté de la ville, vivre ici était dangereux. Les rebelles Kura quittaient souvent les côtes, entraînant des catastrophes. (Asseyez-vous sur le bateau, mais n'habitez pas ici, faites demi-tour et sortez).

Il existe une version associée aux débordements printaniers du Kura. Au cours de la période de crue, les eaux du fleuve disposaient de "mines Chevir", c'est-à-dire "mille coups". Ceci, de l'avis des adhérents de cette version, a été transformé en "mingechevir (mingyachevir)". Cette version est étayée par des faits bien connus liés à l'inondation des territoires adjacents au chenal principal dans les vallées des grands fleuves (Volga, Nil, Tigris, etc.), qui incluent le Kura. Aujourd'hui, Mingechaur, de par son potentiel économique, est considérée comme la quatrième ville du pays et son principal centre d'énergie et d'industrie, de science, d'éducation et de culture.

L’aspect architectural de Mingechaur, avec ses rues vertes, ses places et ses boulevards, joue un rôle important dans les centrales hydroélectriques, le théâtre

Nakhitchevan

Nakhitchevan - une ville en Azerbaïdjan, capitale de la République autonome du Nakhitchevan. Situé sur la rive droite de la rivière Nakhichevanchai (affluent des Araks).

Une étroite bande du territoire arménien sépare la région autonome du Nakhitchevan du reste de l'Azerbaïdjan, ce qui complique la vie dans la ville.

Informations générales

L'histoire de la ville antique, située sur l'un des plus importants carrefours de routes commerciales entre l'Europe et l'Inde et la Chine, est très riche.Nakhichevan était autrefois la capitale d'un État géographiquement indépendant. Aujourd'hui, cela dépend de l'humeur politique de Bakou.

En fait, Nakhitchevan est la deuxième plus grande ville d’Azerbaïdjan, mais les efforts considérables avec lesquels elle maintient son statut sont invisibles. La poussière, le chômage, une industrie paralysée, une infrastructure non développée sont jetés aux yeux, les flambées de haine ethnique sont fréquentes.

Mais la ville pourrait être aussi belle qu'avant. Il est situé au pied de la chaîne de Zanzegur dans la petite chaîne du Caucase, près de la rivière, et l'ancien cœur de la ville aux rues étroites conserve de nombreux monuments historiques. Même Ptolémée a écrit sur le charme bruyant des jardins luxuriants et sur la prospérité de la ville au II. BC Selon la légende, c'est ici que l'arche de Noé chéri s'est amarrée. Aux XII-XIV siècles. À Nakhitchevan, une école d’architecture locale a été créée, qui a joué un rôle important dans le développement de l’architecture azerbaïdjanaise. La ville a conservé une forteresse (X-XIVe siècles), des mosquées et des mausolées. Cependant, de nos jours, les quartiers sans visage d'immeubles soviétiques et modernes occultent souvent nombre de sites uniques.

Les touristes ont le choix: explorer les nombreux endroits intéressants de la ville ou se promener dans ses environs pittoresques.

Quand venir

Évitez les extrêmes: en hiver, il fait -30 ° C et en été, +42 ° C.

Ne manquez pas

  • Mausolée turquoise décaèdre Momin-Khatun XIIème siècle.
  • Une étonnante variété de couleurs dans le musée du tapis, situé dans le palais des khans qui y régnaient.
  • La tombe octogonale de Yusuf ibn Kuseyir XII siècle. Echecs - ce jeu aidera à sentir l'hospitalité universelle.

Devrait savoir

L’hôpital de la ville est réputé pour le traitement efficace des maladies pulmonaires au cours duquel les patients sont obligés de passer la nuit dans la mine de sel locale.

Calendrier des prix bas

Fire Mountain Yanardag

Yanardag - une petite montagne (ou plutôt une colline) sur la péninsule d'Absheron, à 25 km au nord de Bakou. Littéralement, le mot "Yanardag" signifie "montagne en feu". Et la montagne brûle, elle brûle pour de vrai - ici et là, sur les pierres et sur le sol, des flammes lumineuses s'allument ... La montagne brûle sous la pluie (on dit que la flamme devient bleu vif sous la pluie), dans la neige et par fort vent parce que le gaz naturel inflammable s'échappe de ses profondeurs. Il vient ici de fines couches poreuses de grès. Dans l'Antiquité, il y avait beaucoup de tels lieux d'éruption naturelle du feu à Absheron.

Faits saillants

Selon des spécialistes de la culture azerbaïdjanais, le pétrole et le gaz étaient si peu profonds qu’ils se sont répandus à certains endroits sous forme de flammes. Jusqu'au milieu du XIXe siècle, il existait des endroits sur Absheron où, d'une mèche allumée, la terre commençait à brûler avec un "flambeau" ... Et il existe des preuves documentaires que de nombreux voyageurs, y compris Marco Polo et Alexander Dumas, décrivent de tels "flambeaux naturels".

Trois flammes sont représentées sur l'emblème de la ville de Bakou. Le territoire de la péninsule d'Absheron était l'un des centres du zoroastrisme dans l'Antiquité et reste un lieu de pèlerinage pour les adeptes du feu en Inde et en Iran - précisément à cause des "feux éternels".

Regardez les lumières les plus spectaculaires de la nuit. Ayant atteint la falaise, les gens restent debout longtemps, incapables de se détacher des yeux. Il fascine, crée un sentiment de mysticisme de tout ce qui se passe. Comme l’a déclaré l’un des touristes: «Je commence à comprendre les adeptes du feu ...»

Cuba City

Cuba - Une ville en Azerbaïdjan, située à 168 kilomètres de Bakou, sur le versant nord-est du mont Shahdag. Ce n'est pas seulement un endroit magnifique, riche en attractions naturelles et monuments historiques, c'est une ville qui possède ses propres tapis. Cuba est depuis des siècles l’un des principaux centres de tissage de tapis.

Informations générales

L’apparence actuelle de Cuba se compose de nombreux jardins et parcs, de mosquées musulmanes, de vieilles maisons et de bâtiments modernes.Il y a des musées, des institutions financières, médicales, éducatives et culturelles, un nouveau complexe sportif, ainsi que de nombreuses attractions architecturales et historiques dans les environs et dans les limites de la ville. Dans les zones adjacentes à Cuba, il existe plusieurs centres de loisirs bien équipés, où vous pouvez non seulement profiter de votre temps, mais aussi effectuer de nombreux voyages passionnants dans des endroits intéressants de la province cubaine.

Rester à Cuba vaut la peine de visiter les célèbres mausolées d'Aghbil, les mosquées Sakina-Khanum et Juma, ainsi qu'un petit village de la banlieue de la ville - Khanalyg, où se trouve le temple des anciens adorateurs du feu zoroastrien, construit au IXe siècle. Même les villageois eux-mêmes ont une valeur ethnique unique, étant des descendants directs des plus anciennes tribus albanaises. Même s'il restait environ un millier de personnes, elles ont pu conserver toutes leurs traditions anciennes, leur vie, leur culture et même leurs rituels.

Histoire

La ville a été fondée au XVème siècle. En 1735, le souverain Hussein Ali Khan a déménagé de son domicile à Hudat, faisant de Cuba la capitale du khanat cubain. En 1806, la ville était occupée par les troupes russes et laissée par la Russie dans le traité de paix du Goulistan de 1813. Depuis 1810, Cuba est le centre de l’obéissance cubaine, puis avec la création de la région caspienne en 1840, Cuba devient le centre administratif du district cubain de cette région. En 1846, il devint le chef-lieu de la province de Derbent et en 1859, il fut transféré dans la province de Bakou.

Village Lagich

Lagich - C’est un petit village très pittoresque de la région d’Azerbaïdjan, Ismayilli. Le village est une réserve historique et culturelle, incluse dans l'un des itinéraires touristiques les plus populaires - la Grande Route de la Soie. Lagich est l’un des plus célèbres centres de commerce et d’artisanat du Caucase, réputé pour la fabrication de divers ustensiles en cuivre, ornés d’ornements orientaux gravés, ainsi que pour la fabrication d’armes artisanales et froides.

Histoire lagique

Les légendes anciennes parlent de l'origine de Lagich. Selon l'un d'eux, le Persan Shah Kay-Khosrov a tué le dirigeant de l'une des villes. Fuyant sa vengeance, il s'est réfugié dans les montagnes, non loin du Lagic actuel, où il a passé le reste de sa vie. Les serviteurs et les proches se sont rapprochés du Shah, fondant une petite colonie ici, qui a finalement grandi.

Certains pensent que les habitants de Lagich ont appris à faire fondre le fer et le cuivre dans la ville persane de Hamadan. Dans leur ville natale, les artisans locaux ont pu développer la fabrication d’ustensiles en cuivre et établir un commerce, transformant Lahij en centre artisanal. Dans toute la ville, il y avait de nombreux ateliers et fonderies. Chaque jour, des caravanes passant par Lagich apportaient du pain, des tissus, du cuivre et d’autres produits. En Arménie, en Géorgie, au Daghestan, en Perse et en Turquie, de belles assiettes en cuivre et des armes blanches ont été prises d'ici. Au fil du temps, Lagich a grandi et s'est transformé en un grand village avec des rues bordées de pierres blanches, des maisons à deux et même des étages, des bains publics, des égouts et un point d'eau.

À la fin du XIXe siècle, à la suite de l’émergence de la production en usine, les produits artisanaux ont perdu leur popularité. A cette époque, la fabrication d'articles de table faits à la main à Lagic avait fortement diminué. Les habitants de la ville ont commencé à s’installer massivement dans les grandes villes: Bakou, Kurdamir, Shemakha, et le village a commencé à décliner. Mais en 1980, Lagich a été déclaré une importante réserve historique et culturelle de l’Azerbaïdjan. Dans le village aujourd'hui, les meilleures traditions de l'artisanat local sont maintenues et développées.

Le caractère unique du lagic moderne

Lagich est construit sur le principe de la construction trimestrielle, c'est un monument unique de l'architecture médiévale. Les rues et les places pavées de la ville, les maisons soignées, la saveur orientale unique, les magasins abondants et les produits artisanaux abondent - ces caractéristiques de Lagic attirent l’attention de nombreux touristes.Fait intéressant, le réseau d'égouts de la ville est toujours en vigueur aujourd'hui, bien qu'il ait été construit il y a 1000 ans. Les méthodes anciennes de fabrication de produits en cuivre, transmises de génération en génération, sont aujourd'hui utilisées. Le développement de divers travaux manuels (étain, forge, cuivre, cuir) a contribué à l’émergence d’un certain nombre d’industries auxiliaires à Lagich.

Production de cuivre à Lahic

Depuis les temps anciens, le village de Lagich est réputé pour son centre de fabrication de produits en cuivre de grande qualité. La production de cuivre était principalement concentrée dans l'un des grands quartiers du village - "Agaly". Ce quartier, à cause de la multitude d'ateliers de cuivre, s'appelle également le bazar des bricoleurs - "bazars de misyar". Tous les nouveaux produits maîtres se répandent immédiatement sur les fenêtres de leurs magasins.

Le cuivre de Lagic a été présenté au Louvre. Et dans le musée de Berne, il reste encore des couteaux, des fusils, des sabres et des dagues des maîtres lagichois, richement décorés avec des incrustations de pierres précieuses et d'ornements orientaux. Malgré la réduction de la production de cuivre au XXe siècle, la conception traditionnelle des ateliers, des équipements, des procédés de fusion du cuivre, de coulée et de forgeage ainsi que de la gravure artistique des produits est toujours d'actualité.

Bronzage et fabrication de tapis

Un autre métier, qui était célèbre pour l’ancien Lagich, était le gaufrage du cuir. Zavaro est l'un des quartiers du village où vivaient et travaillaient les tanneurs. Les produits en cuir de Saffian, fabriqués par des artisans locaux, étaient considérés comme les plus raffinés du Caucase. Les tanneurs Lagich transformaient habilement le galuchat, le yucca et le maroc. Tous les types d'objets étaient en cuir: ceintures, chaussures, vestes matelassées, brides, couvertures de livres. Les compétences de fabrication et de vente de produits artisanaux ont créé des conditions favorables au développement du tissage et de la fabrication de tapis à Lagich.

Au milieu du 20ème siècle, le premier artel pour la fabrication de tapis a été créé dans le village. Les ornements orientaux des chaudronniers et forgerons de Lagich étaient largement utilisés dans le tissage. Les tapis se distinguent par une beauté exceptionnelle et des couleurs riches. Grâce à leur grande qualité et à leurs excellentes propriétés artistiques, les tapis des artisans locaux ont acquis une grande notoriété et sont recherchés même à l'étranger.

Vues du village de Lagich

  • Mosquée "Zavaro"
  • Mosquée "Agolu" - musée d'histoire locale
  • Mosquée "Badoy"
  • Mosquée supérieure "Arakit"
  • Mosquée inférieure "Arakit"
  • Maison Abdulla Dadashev
  • Maison N. Aliyev
  • Banya Haji Mola Hussein
  • Banja Haji Jahanbakhsh
  • Banya Haji Nurmameda
  • Moulin à vent
  • Pont "IL"
  • Printemps "Zavaro"
  • Printemps Haji Garay
  • Printemps "Baba"

Sheki City

Sheki - la ville, centre du district éponyme et région historique éponyme en Azerbaïdjan. Sheki est situé dans les contreforts sud du Grand Caucase, à 77 km au nord du nœud ferroviaire de Yevlakh, à 380 km à l'ouest de Bakou. De 1848 à 1950, il s'appelait Nuh.

Sheki est situé dans une région montagneuse pittoresque, accidentée par des gorges étroites et des vallées verdoyantes, avec de nombreuses sources, des rivières vierges, des cascades et des sources minérales, entourées de forêts denses et de prairies alpines. À côté de Sheki, dans l'un des endroits les plus beaux et les plus pittoresques du pays, se trouve la station thermale de Marhal.

Histoire

Les preuves archéologiques suggèrent que la ville peut être considérée comme l'une des plus anciennes colonies du Caucase, de nombreuses découvertes sur son territoire datant de plus de 2500 ans.

Au Ier siècle av. les tribus Saka et les troupes albanaises combattirent contre les conquérants romains, ce qui entraîna la destruction du commandant romain Pompey près de Sheki. Au 5ème siècle, les seigneurs féodaux de Sasani ont subjugué l'Albanie, qui, avec la région de Sheki (mahal), est devenue une partie de l'état de Sasani. La ville était dirigée par les gouverneurs des shahs Sasani (leurs plus proches parents) et était leur résidence.

En 656, Sheki fut capturé par l'émir arabe Salman Ibn Rabiy et en 706 - Merian Ibn Mohammed, qui le détruisit impitoyablement.En 813, lorsque le gouvernement d'Arran-Shah a été formé à Arran, Sheki a été soumis à leur soumission. En 985 - 1030, la ville était dominée par la dynastie Sheddadid, apparue à Barda.

En 1118, la ville fut capturée par les Seljuks. En 1396, Sheki fut capturé et ravagé par les Mongols.

Aux XVe et XVIIe siècles, la région de Sheki a été attaquée par les troupes iraniennes et turques, passée de main en main et pillée à plusieurs reprises.

Dans les années 40 du 18ème siècle, les révoltes contre l'exploitation féodale féroce et l'oppression iranienne ont commencé à monter à Sheki, le mouvement de libération se développant. Ce mouvement était alors dirigé par le féodal local Haji Chelebi Gurban oglu. En 1743, avec l'aide de son entourage, Haji Chelebi assassina l'homme de main Nadir Shah (dirigeant de l'Iran), le dirigeant cruel Shaki Melik Najaf, et se déclara Sheki Khan. En colère contre de telles actions, Nadir Shah, pour obliger Shekints à obéir, attaqua Sheki en 1744 et assiégea la forteresse Gelersen-Gerersen pendant quatre mois, où Haji Chelebi se réfugia. Sur ordre de Nadir Shah, la ville a été détruite, les champs et les jardins ont été détruits. Cependant, tout cela n'a pas brisé la volonté des habitants chaki qui ont décidé une fois pour toutes de mettre fin au joug iranien. Nadir Shah a été contraint de lever le siège de la forteresse et de quitter Sheki pour toujours.

Ainsi, la première formation d'un État indépendant est apparue en Azerbaïdjan - Sheki khanate. Pendant le règne de Haji Chelebi (1743-1755), le Sheki khanat était le plus puissant des États féodaux d’Azerbaïdjan. Après la mort de Haji Chelebi, son fils Agakishi-bek (1755-1760), puis le petit-fils de Huseyn-khan (1760-1782) devinrent Sheki khan. Ainsi, la dynastie Chelebi a gouverné le khanat indépendant Sheki pendant 64 ans, jusqu'à l’adhésion de l’Azerbaïdjan à la Russie.

Les curiosités

La ville a de nombreux sites historiques et architecturaux, mais l'ancienne ville de Sheki est le majestueux palais royal des Sheki Khans, construit au 18ème siècle sans un seul clou avec de somptueuses peintures murales et des fenêtres ajourées dans une citadelle en pierre. La forteresse de Gemsen-Geresen (VIII-IX siècles), de nombreux caravansérails, la maison de Sheki Khan, la mosquée Juma (XVIIIe siècle), le minaret de la mosquée Gileyn (XVIIIe siècle), les bains médiévaux sont également intéressants près de la ville.

Sheki est un centre d'artisanat majeur. Ici, vous pouvez acheter des bijoux et des produits gravés par des artisans locaux. Sheki a son propre théâtre, un musée historique, la maison-musée de l'écrivain et philosophe azerbaïdjanais MF Akhundov.

Il existe également de nombreux monuments historiques uniques dans les environs de Sheki. Ce sont les tours «Kumbazi» (XVIIIe siècle) à Kutkashen, la forteresse de Sumug et la mosquée (XVIIIe siècle) à Ilisu, le mausolée et la forteresse de Kish, la forteresse de Yukhary-Chardakhlar (IVe siècle avant JC - Vème siècle après JC). e.), une tour et un temple à Orta-Zeyzit, un mausolée à Babaratma, une forteresse de Kakh (XVIe siècle), les ruines de la forteresse de Shamil près de Zakatala.

Caravansérail Sheki

Sheki a longtemps été réputée pour être une ville d'artisans, d'artisans et de commerçants. Les marchands et les marchands des pays de la Grande Route de la Soie sont venus ici de tous les côtés. Par conséquent, une attention particulière a été accordée à la construction de caravansérails. C'est ainsi qu'au XVIII - XIX siècles, 5 grands caravansérails ont opéré à Sheki. Deux d'entre eux ont atteint notre époque: Upper et Lower, construits au XVIIIème siècle. Même alors, le maître cherchait à fournir un service décent aux invités. Et les caravansérails ont été construits avec toutes les commodités pour les commerçants et la sécurité de leurs marchandises. À Sheki caravansérails, les marchands déposent leurs marchandises au sous-sol, négocient au premier étage et habitent au deuxième.

La taille des caravansérails est indiquée avec éloquence par leur superficie: supérieure - 6 000 mètres carrés. m., inférieur - 8000 m² La hauteur est d'environ 14 M. Il y a plus de 200 chambres dans chaque caravansérail. Selon la tradition, les caravansérails avaient des portes de deux voire de quatre côtés. Quand ils furent fermés, les caravansérails se transformèrent en une forteresse imprenable.

Le caravansérail supérieur est aujourd'hui utilisé dans le but pour lequel il a été conçu, il sert de complexe hôtelier.

Mosquée Juma, Sheki

Mosquée Juma (mosquée Khan) - construite en 1745-1750, près de la place du marché. Juste devant la mosquée se trouve un petit cimetière. Haji Chelebi, le souverain de Sheki (XVIIIème siècle) et son entourage sont enterrés ici. Ces tombes sont surmontées de dômes et de pierres tombales, avec une lettre gravée en arabe. La mosquée elle-même, son minaret et l'ancien cimetière sont maintenant protégés par l'État en tant que monuments historiques importants.

Minaret de Gileili, Sheki

Le minaret de Gileili est un monument des siècles XVI-XVII. Quand il faisait partie de la mosquée Gileili, très célèbre dans la ville. Mais la mosquée, malheureusement, a été gravement endommagée. En mémoire d'elle, seul le minaret, protégé par l'État aujourd'hui, est resté. Le minaret de Gileili (construit en briques cuites) est visible dans le Kulehli mahal de la ville. C'est le premier et le plus haut minaret de Sheki - Zakataly.

Bain médiéval

Sheki abrite un bain très bien conservé du XIXe siècle. Il est construit dans le style d’une salle de bain traditionnelle: c’est-à-dire qu’il se compose de deux grandes salles, l’une conçue pour se déshabiller (Chol ou Bayir) et l’autre pour le lavage, avec plancher chauffant.

Nouveau Sheki Fortress

Sheki Khan Haji Chelebi (1743-1755) construisit, au cours de son règne, une forteresse au nord-est pour la défense de la ville. La longueur totale du mur de la forteresse est d'environ 1300 mètres, la hauteur est d'environ 8 m au sud et de 4 m au nord. L'épaisseur de la paroi est supérieure à 2 mètres. Tout au long de celui-ci se trouvait la tour 21 défensive. Au nord et au sud, la forteresse était fermée par une porte voûtée. Les murs et les tours de la forteresse ont été gravement endommagés. Mais en 1958-1963, la forteresse a été restaurée et restaurée.

Quartier de Sheki

Babaratma Piri

Babaratma Piri est un petit mausolée situé près de la ville de Sheki. Il est situé dans l'ancien cimetière près du village de Taza-kent. Cet endroit est très vénéré par les pèlerins. On croit qu'il peut guérir de nombreux maux. Près du mausolée se trouve une petite mosquée.

Forteresse de Sumug (Ilisu)

Dans le village montagneux d'Ilisu (quartier de Sheki), la forteresse de Sumug a été préservée - l'une des tours de bataille du dernier sultan Ilisu Daniyal Bey, le brave compagnon de Sheikh Shamil.

Selon la légende, cette tour quadrangulaire aurait été construite sur le lieu d'exécution des concubines du khan local, qui l'a changé. Sumug devint alors l'une des tours de guet Daniyal-Bek. Une fois, le Bek était un officier de l'armée royale. Mais ensuite, il a soulevé une rébellion contre le roi et est allé à son ennemi juré - Sheikh Shamil, devenant son naib. Cependant, Shamil et ses Naibs n'ont pas réussi à sauver le territoire. En août 1859, la dernière rangée de fortifications, soumise à Daniyal-bek, se rendit. La forteresse de Sumug est connue de millions de personnes, grâce au film "Ne vous inquiétez pas, je suis avec vous".

Sheki Khans Palace

Sheki Khans Palace - l'ancienne résidence des Shaki khans, située en Azerbaïdjan, dans la ville de Sheki, devenue un musée. Monument d'histoire et de culture d'importance mondiale, qui fait partie de la réserve d'État historique et architecturale "Yuhary Bash". Le bâtiment du palais, construit au XVIIIe siècle dans le style persan, est situé dans la sublime partie nord-est de la ville sur le territoire délimité par des fortifications.

De l'architecture

Le palais, d'environ 30 mètres de long, se compose de deux étages d'une superficie totale d'environ 300 m², de 6 chambres, de 4 couloirs et de 2 balcons en miroir. La façade du palais est peinte de dessins illustrant des scènes de chasse et de guerre, ainsi que des motifs géométriques et végétaux. Au centre se trouve un immense vitrail en mosaïque de verre multicolore. Les fenêtres du palais sont assemblées à partir de morceaux de verre coloré et recueillies avec des grilles de pierre ajourées.

Chaque pièce du palais n’est pas comme l’autre et décorée avec brio. Tous les murs et les plafonds sont peints de miniatures: ici et les oiseaux mythiques du jardin d'Eden, fleurs et animaux insolites. De plus, les peintures naturelles utilisées pour créer des dessins ravissent toujours les visiteurs avec leurs couleurs vives.Cette conception suggère que dans la seconde moitié du XVIIIe siècle. Dans le khanaté de Sheki, l’art de la peinture atteint un haut niveau de développement et la peinture murale est très populaire.

Je dois dire que les miniatures de chaque pièce ont leur propre signification. Par exemple, les chambres situées au rez-de-chaussée - pour les invités plus facilement - démontrent la richesse et le pouvoir du khan. Sur les murs et les plafonds, il y a des arbres, des fleurs, des animaux et des oiseaux, symboles de fertilité et d’origine noble.

Le deuxième étage est divisé en deux parties - une femme et un homme. La moitié féminine est peinte avec des fleurs et des ornements orientaux.

Dans la partie masculine se trouve une salle pour recevoir des invités. C'est la salle la plus riche du palais. Les miniatures sur les murs démontraient le pouvoir militaire du khanat, ses relations avec ses amis et ses ennemis. Grâce à eux, vous pouvez retracer toute l'histoire du khanat Sheki: les armes des troupes du Khan et de leurs ennemis, vêtements, bannières, coutumes militaires et bien plus encore. Il y a aussi des scènes de chasse aux éléphants, des oiseaux rares, voire un dragon. Le plafond de la pièce est peint avec des images des armoiries du khan et divers symboles.

À son époque, un jardin merveilleux a été aménagé devant le palais, dont il ne reste que deux chinars à branches géantes - du même âge que le palais. En tant que loyaux serviteurs, ils gardent depuis plus de 200 ans ce trésor architectural d'Azerbaïdjan.

Les touristes

Le palais du Sheki khans a été restauré à plusieurs reprises et apparaît aujourd'hui devant les touristes dans toute sa splendeur, grâce à laquelle des voyageurs célèbres l'ont comparé au célèbre palais Bakhchisarai. Il est considéré comme l'un des meilleurs exemples d'architecture de palais du 18ème siècle dans le Caucase et l'une des perles de l'Orient islamique. Avec la partie historique de la ville, le palais est candidat à l’inscription sur la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO.

Heures d'ouverture

Le palais est ouvert tous les jours de 10h à 17h.

Adresse

Sheki, vieille ville, palais de Sheki Khans.

Comment s'y rendre

Remontez l'avenue Akhundov. En voyant la porte dans le mur de la forteresse, entrez-y. Continuer tout droit - sur la seule route.

Réserve Gobustan

Gobustan - une réserve archéologique en Azerbaïdjan, au sud de Bakou, sur le territoire des districts de Karadag et d'Absheron, représentant une plaine située entre le versant sud-est du Grand Caucase et la mer Caspienne et faisant partie du paysage culturel de peintures rupestres situées sur le territoire de 537 hectares.

Le nom "Gobustan" vient du mot azerbaïdjanais "gobu", qui se traduit par "faisceau". Ainsi, Gobustan est le pays des ravins et des poutres.

Les monuments de Gobustan sont divisés en deux groupes:

1) peintures rupestres;
2) sites antiques et autres objets.

En 2007, le paysage culturel des peintures rupestres de Gobustan a été inclus dans la liste des sites du patrimoine culturel mondial de l'UNESCO.

La géographie

Le territoire de la réserve sur 3096 hectares est une vaste zone de basse montagne située entre les contreforts sud-est du Grand Caucase et la mer Caspienne. Il est traversé par des ravins et des vallées sèches. Au nord, Gobustan est délimité par le prolongement sud de la chaîne principale du Caucase, à l'ouest par la vallée de la rivière Pirsatchay, au sud par les monts Mishovdag et Kharami et à l'est par les rives de la mer Caspienne et de la péninsule d'Absheron. La longueur du nord au sud est de 100 km, d'ouest en est - jusqu'à 80 km.

Voici les plus grands volcans de boue du Caucase. Le fleuve principal est le Jeirankečmez. Il existe également des sources et des puits sur le mont Beyukdash, alimentés par les sédiments calcaires des eaux souterraines et les précipitations atmosphériques. Le climat dans la réserve est subtropical sec, avec des hivers relativement doux et des étés chauds. On observe des pluies de printemps et d'automne à court terme, après lesquelles la vie végétale et animale est rétablie.

Flore et faune

La flore de Gobustan est typique de la végétation désertique et semi-désertique. Il se compose d'herbes et d'arbustes, d'absinthe et de vivaces similaires.Parmi les tas de cailloux et de roches, on trouve de la rose sauvage, du cerisier nain, du chèvrefeuille, du genévrier, des poires sauvages, du riz sauvage, de la grenade sauvage, des raisins et d'autres types d'arbres et d'arbustes.

Au cours des dernières décennies, la faune de Gobustan s’est beaucoup appauvrie. Les habitants naturels de Gobustan sont maintenant des renards rares, des chacals, des loups, des lièvres et des chats sauvages, des perdrix des montagnes, des pigeons sauvages, des alouettes, ainsi que de nombreux serpents et lézards.

Peintures rupestres

Année après année, des touristes du monde entier visitent Gobustan pour voir de leurs propres yeux les œuvres d'art de nos lointains ancêtres. Les murs des grottes de Gobustan sont décorés avec un grand nombre de peintures rupestres où vous pouvez voir non seulement des animaux, des oiseaux, des reptiles, des insectes, des poissons qui vivaient dans cette région depuis des milliers d'années, mais aussi des personnages - des hommes et des femmes.

Ces dessins datent du huitième millénaire avant notre ère, c'est-à-dire du néolithique.

A cette époque, le matriarcat a prospéré dans les tribus. Ces anciens peuples adoraient la femme, elle était pour eux la personnification de la chaleur, du bien-être et de la continuation de la famille. Les hommes étaient vêtus de chasseurs, armés d'arc et de flèches, les femmes étaient souvent tatouées.

Les chiffres montrent que les gens étaient alors grands, minces et musclés. De leurs vêtements, seuls les pagnes étaient représentés.

Le célèbre écrivain et voyageur Thor Heyerdahl est devenu si intéressé par les peintures rupestres dans les grottes de Gobustan qu'il a visité à plusieurs reprises ces lieux.

Après avoir étudié divers matériaux, en particulier la manière dont les bateaux sont représentés dans les dessins de Gobustan, il les a comparés aux images de bateaux en Norvège. Ayant trouvé pas mal de points communs, il a évolué et s’est amélioré au fil du temps et, naturellement, cela se reflétait dans leur art rupestre. Modifie les images et les tailles de technologie affectées.

Lorsque l'âge du bronze a remplacé le néolithique, les peintures rupestres ont considérablement diminué, les gens ont cessé de les dessiner en taille réelle.

Tambourin En Pierre Gavaldash

L'un des sites les plus intéressants de Gobustan est le tambourin, que les habitants appellent "Gavaldash". Il est situé au nord-est, au pied de la montagne Jingirdag.

C'est intéressant parce que quand ça frappe, ça fait divers sons. De plus, il est nécessaire de le frapper avec d'autres pierres, et en fonction de la taille de la pierre, la sonnerie faite par Gavaldash sera différente. Selon l'une des versions, cette pierre ressemblait à un signal d'alarme ou même à un simple instrument de musique permettant de réaliser certains rituels.

Mountain Boyuk Dash

La montagne Beyuk-Dash est également remarquable. À son pied au premier siècle de notre ère, une inscription est apparue en latin. Cela prouve clairement que les légions romaines sont passées ici à l’époque. Cette inscription ressemble à ceci:

Imp Domitiano Caesare avg germanique L Julius Maximus Leg XII Ful.

Si nous le traduisons dans notre langue, nous obtiendrons la phrase suivante: "Le temps de l’empereur allemand César Auguste, Lucius Julius Maximus, Centurion XII de la Légion de la foudre".

Si vous vous adressez à Eutrope, l'auteur qui a vécu au quatrième siècle de notre ère, vous pouvez voir que l'empereur Domitien a été détruit avec toute sa légion au cours de l'une de ses quatre campagnes.

Nous pouvons en conclure que cette inscription a été faite par le centurion du douzième détachement de ce particulier, détruit par les habitants d'Absheron, la légion.

Réserve de Gobustan dans la liste des sites du patrimoine mondial de l'UNESCO

En raison de son importance pour le monde entier, la réserve de Gobustan a été soumise pour examen par le gouvernement azerbaïdjanais en 2002 en vue de son inscription sur la liste du patrimoine mondial de l'UNESCO.

Seulement 5 ans plus tard, en 2007, il figurait déjà dans cette liste des plus importants monuments culturels et historiques du monde.

La réserve de Gobustan et ses curiosités ont commencé à étudier en 1929, et continuent à ce jour.

Maintenant, Gobustan est un patrimoine unique de l’Azerbaïdjan avec le statut de monument d’importance mondiale. Il préserve l'histoire de la vie, du travail, du travail et du divertissement des tribus primitives.

Comment se comporter dans la réserve

Si vous décidez de visiter Gobustan, vous devez impérativement vous rappeler ces règles simples et les suivre afin de ne pas nuire à la nature et aux attraits de la réserve.

  • Il n'est pas nécessaire de cueillir des champignons, des baies, des plantes, des fleurs. Il vaut mieux tout laisser tel quel - dans sa forme originale.
  • En souvenir, vous ne pouvez prendre que des photos de la beauté environnante.
  • Ne pas jeter! Assurez-vous de prendre toutes les ordures avec vous. Sinon, la propreté de la réserve sera menacée.
  • Ne laissez aucune inscription sur les murs des grottes, des rochers, même sur les panneaux de signalisation.

La réserve de Gobustan s’est étendue sur un vaste territoire et des routes touristiques pour les citoyens du monde entier ont été établies le long de ce territoire.

Adresse de réserve

La ville de Bakou, territoire du district de Karadag, au sud-est du massif de Gobustan, dans le Grand Caucase.

Lermontov Kuc. 3, Bakou, AZ1006

Loading...

Catégories Populaires